Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les affrontements

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Frédérique Pitou

Troisième partie. Rituels

Rites et rituels de la société française en Libération : des enjeux symboliques ?

Marc Bergère et Fabien Lostec

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Rédigée pour l’essentiel par Marc Bergère, dans la continuité de ses travaux sur la société frança (...)
  • 2 Voir notamment le travail pionnier d’Alain Brossat, Libération, fête folle, Paris, Autrement, 1994 (...)
  • 3 Serge Berstein, « Rites et rituels politiques », dans Jean-François Sirinelli (dir.), Dictionnaire (...)

1Écrite à quatre mains1, cette réflexion s’articule à l’interface de deux champs de la recherche. D’une part, elle participe au renouvellement historiographique opéré ces dix dernières années au profit d’une histoire sociale et culturelle, voire d’une approche anthropologique, des manifestations libératrices2. D’autre part, elle s’inscrit dans le renouveau de l’histoire politique à travers une histoire culturelle voire religieuse du politique dont témoigne tout particulièrement la notion de culture politique. Cette dernière entend, en effet, dépasser la simple identité politique, pour s’intéresser au processus d’identification politique, c’est-à-dire à « la mise en scène des cultures politiques » via notamment les rites et rituels politiques tels que définis par Serge Berstein : « Une série de gestes, de paroles répétitifs, à caractère solennel, à signification codée et dotés aux yeux des participants ou des assistants d’une forte charge symbolique3. » À cet égard, revisiter les manifestations libératrices démontre que leur scénographie comporte quasi systématiquement une succession d’actes stéréotypés à caractère identitaire. Seuls quelques-uns de ces gestes significatifs, parmi les plus répandus, de la liturgie des fêtes libératrices sont présentés ici à travers le pavoisement, le « culte des images », mais aussi, au-delà du visuel tout un univers sonore plus rarement pris en compte.

Chronique d’une Libération ordinaire

  • 4 Philippe Buton, « L’État restauré », dans Jean-Pierre Azéma et François Bédarida (dir.), La France (...)

2Dans tout le pays, les scènes de libération s’apparentent à une forme de révolution villageoise de quelques heures ou jours parfois : « Les modalités de la Libération sont certes diverses mais même dans les régions où la Résistance ne joue qu’un rôle marginal, le changement de régime possède les attributs classiques d’une période révolutionnaire4. » On y retrouve souvent les mêmes rites et actes fondateurs (ou plutôt refondateurs). Par une présence massive dans les rues, les manifestations qui accompagnent la Libération visent d’abord à une réappropriation de l’espace villageois. De fait, elles s’inscrivent dans le territoire de chaque commune à commencer par les lieux les plus emblématiques de sa mémoire : la mairie, le monument aux morts et souvent, a fortiori, dans les régions de plus forte pratique religieuse, l’église paroissiale. Le récit qui suit n’échappe pas à la règle.

  • 5 Archives départementales de Maine-et-Loire (ADML désormais), 197 J 5 : Fonds Cardot, journal de Ma (...)

Andrezé, vendredi 1er septembre 19445.
Une voiture vient de passer en haut du chemin, tout le monde court, je n’ai rien vu mais je cours aussi ; arrivée à la route, je me trouve brusquement face à face avec le petit chef, stupéfaction ! Je me précipite sur lui et l’on s’embrasse « nous venons vous libérer » me dit-il. Merci, oh merci ! Et je ne sais plus trop quoi je lui ai bredouillé : je ne me lassais pas de le regarder cette fois il était habillé en parachutiste il paraissait beaucoup plus jeune que la première fois que je l’avais vu. Je me demandais vraiment si je ne rêvais pas. Il me dit qu’il n’avait pas le temps de descendre à la maison. Il fallait le conduire tout de suite à la mairie. Thérèse d’un côté et moi de l’autre nous le conduisons pendant que la voiture pavoisée […] suivait avec d’autres parachutistes. Tout le monde était dans la rue… Il me demande à voir papa, malheureusement il est parti en mission, Michel regrette beaucoup. Arrivés à la mairie, nous le laissons entrer seul, notre secrétaire se demande bien ce qui lui arrive. Maintenant Andrezé est libéré officiellement. Ils entrent au café Benesteau, Andrezé leur offre à boire, tout le monde entonne La Marseillaise que nous chantons de toutes nos forces, la main levée, les doigts formant un V. Trois gerbes ont été apportées. Je leur en donne une et les embrasse tous les trois. Je demande à Michel des nouvelles de ses camarades. Il me dit qu’il va maintenant partir à Bellefontaine. Avant de monter en voiture, le petit chef enlève la francisque du secrétaire, tout le monde applaudit […]. Dès leur départ, nous sortons nos drapeaux et les cloches sonnent à « plein branle », nous sommes libérés. Nous courons au poste avertir les FFI. Papa les a vus le soir à Bellefontaine, il était très heureux. Le soir, nous fêtons notre libération. J’ai mal à la gorge d’avoir trop chanté. Je ne peux pas dire à quel point je suis contente.
Andrezé, dimanche 3 septembre 1944.
Le ciel est tout bleu ce matin, un vent léger fait claquer les drapeaux, notre bourg est en fête, il n’est pas une maison qui n’arbore son drapeau […]. Les FFI se rendent devant l’église, nous les suivons, ils sont environ une vingtaine… les cloches carillonnent, la porte est ouverte à deux battants et tandis que la foule entonne le Te Deum de la Libération, les FFI entrent dans l’église, ils avancent jusqu’à la Sainte Table ; les organisateurs du maquis marchent devant, ensuite un porteur d’une gerbe : bleu, blanc, rouge, les jeunes tenant leurs fusils baissés, puis les autres, enfin le maire. Nous sommes massés à l’entrée de l’église, en ce moment tout notre patriotisme vibre : je ne peux pas décrire l’émotion qui envahit tout mon être, je suis heureuse, je suis fière et pourtant si j’étais toute seule, j’éclaterais en sanglots. Le Te Deum est terminé, le cortège sort le drapeau tricolore en tête, la foule fait la haie. La Marseillaise est entonnée et au pas nous nous dirigeons vers le cimetière. Là, devant le monument aux morts, papa dépose la gerbe munie d’une banderole « La résistance et les FFI aux morts de la guerre ». Le clergé chante l’absoute, tout Andrezé est là, dans un silence recueilli nous évoquons ces 60 jeunes soldats qui eux aussi ont tout donné à la patrie pour nous libérer de ce même ennemi. La foule s’écoule lentement du cimetière, alignés devant la porte les FFI tirent trois salves de fusils après quoi le cortège reprend la route du bourg.

  • 6 Sacralisation du patriotique et inversement investissement du religieux par des symboles et/ou enj (...)

3À l’instar de cet exemple le pays communie dans une même geste. La foule est omniprésente : « Tout Andrezé est là », « tout le monde est dans la rue. » La symbolique républicaine est à l’honneur : déferlement tricolore (drapeaux, gerbes, maisons, voitures), Marseillaise, occupation de la mairie, retrait des symboles de l’ordre ancien (ici la francisque). L’instant revêt également un caractère sacré : cloches, présence du clergé, Te Deum… non sans un certain syncrétisme entre le politique et le religieux6. Il est vrai que l’hommage rendu aux morts (mémoire de la Grande Guerre) permet d’affirmer sa foi et son patriotisme. L’événement est festif, la Libération est aussi une libération des corps : cris, rires, embrassades, chants « j’ai mal à la gorge d’avoir trop chanté », libations « Andrezé leur offre à boire », danse… L’euphorie conduit à transcender l’ordre social et/ou moral établi : la population sans distinction d’âge, de sexe ou de milieu social exulte dans la rue. Ici, l’allégresse ne s’accompagne d’aucun désordre politique ou social. Au contraire, les corps constitués (clergé, maire) assument pleinement leur fonction d’encadrement. Mais toutes les libérations ne sont pas aussi lisses et consensuelles : mairie, portraits, cloches, pavoisement… devenant parfois des enjeux de l’épuration au village.

Le déferlement tricolore : une légitimité retrouvée et déniée

  • 7 Charles de Gaulle, Mémoires, Paris, Plon, 1954-1959, Gallimard, coll. « La Pléiade », 2000, p. 573

Ah ! C’est la mer ! Une foule immense est massée de part et d’autre de la chaussée. Les toits aussi sont noirs de monde. À toutes les fenêtres s’entassent des groupes compacts, pêle-mêle avec des drapeaux. […] Si loin que porte ma vue, ce n’est qu’une houle vivante, dans le soleil, sous le tricolore7.

  • 8 Alain Brossat, op. cit., p. 97-103.
  • 9 Récit de la Libération de Mont-Cauvaire (Seine-Inférieure) cité par Alain Brossat, op. cit., p. 19 (...)

4Il n’y a pas de libération sans drapeaux, du plus modeste village jusqu’au cœur de la capitale, pavoiser est sans aucun doute l’action la plus massive du moment Libération. De fait, les drapeaux, pieusement conservés, parfois cachés, mais aussi improvisés, surgissent de partout. Force du symbole, il n’est pas rare que l’ennemi tire dans sa retraite sur l’emblème trop rapidement hissé. Bien plus qu’un simple support ou décor, le drapeau est souvent acteur voire « un personnage de la Libération8 » comme dans ce village où le drapeau, enlevé du monument aux morts et utilisé par les Allemands pour nettoyer leurs véhicules le 11 juin 1940 est l’objet d’une cérémonie très officielle le 3 septembre 1944, discours au drapeau y compris, afin de laver l’outrage imposé9. Dès lors, fortes de cette légitimité retrouvée, les trois couleurs sont partout l’objet d’un puissant contrôle social. Ce faisant, l’usage du drapeau est dénié à certains, collaborateurs réels ou supposés :

  • 10 ADML, 417 W 25, Doué-la-Fontaine : avis des FFI le 2 septembre 1944 au matin.

La population est invitée à pavoiser dès la sonnerie des cloches de midi afin de fêter la délivrance de notre commune. Toutefois, la guerre n’étant malheureusement pas finie, les drapeaux devront être enlevés dimanche soir. Il est formellement interdit aux habitants dont les maisons ont été marquées d’un H, première lettre d’un nom qu’ils admirent de mettre chez eux la moindre décoration. Ils n’ont pas le droit de participer à nos réjouissances10.

  • 11 Sur cette dimension constitutive du stéréotype du « collabo » voir Marc Bergère, Une société en ép (...)

5Interdit d’usage, parfois arraché et souvent remplacé par des signes ennemis, le message est à chaque fois le même : « Vous n’êtes plus français(e), vous n’avez pas le droit de mettre un drapeau. » Exclus du champ social et national, les suspects de collaboration sont privés des symboles qui disent l’appartenance et perçus comme ayant rompu leurs liens avec la communauté (locale et nationale), participant de leur processus de germanisation11.

Guerre et « culte » des images

  • 12 Selon June Hargrove, « Les statues de Paris », dans Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, t. 2 (...)

6Dans la continuité d’une guerre engagée sous l’Occupation, la Libération est aussi le théâtre d’une reconquête d’objets symboliques. Portraits, bustes, statues et autres effigies y contribuent, au sortir d’une période volontiers iconoclaste, notamment avec l’héritage républicain. Ainsi, l’occupant et le régime de Vichy ont-ils été particulièrement prédateurs pour la statuaire républicaine. En effet, sous prétexte de campagne de récupération de métal, priorité fut accordée au patrimoine commémoratif républicain comme à Paris où près du tiers des monuments de ce type fut détruit12.

  • 13 Maurice Agulhon, Marianne, les visages de la République, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes », (...)
  • 14 ADML, 148 J, rapport du commissaire central à l’Intendant de police, le 24 septembre 1942. Le PPF (...)
  • 15 ADML, 148 J, rapport d’ensemble des renseignements généraux (RG) sur le PPF, le 3 avril 1943.
  • 16 ADML, 417 W 35, affaires communales, Sainte-Gemmes-sur-Loire.
  • 17 Ainsi à Chassieu (Isère), « le conseil municipal délibérant le jour même de la Libération décide q (...)
  • 18 Comme dans les Côtes-du-Nord, cf. Fabien Lostec, op. cit., p. 88-89.
  • 19 À l’instar des Côtes-du-Nord ou de l’exemple de Tonnay (Charente-Inférieure) : « En passant devant (...)

7Plus emblématique encore est le cas de Marianne13, qui reste à l’époque un enjeu de combat. Ainsi, le secrétaire fédéral du PPF de Maine-et-Loire écrit en septembre 1942 au maire d’Angers pour l’inviter à faire disparaître au plus tôt les bustes de Marianne « vestiges de l’ancien régime, faute de quoi la section PPF se chargerait de le faire14 ». D’ailleurs, quelques mois plus tard, un rapport des RG signale que « le PPF se manifeste par des coups de main dans les mairies pour y ravir les Mariannes15 », comme à Sainte-Gemmes-sur-Loire où « le PPF fait enlever et emporte le buste de Marianne le 1er octobre 194216 ». Détrônée, remplacée voire enlevée de force des mairies sous Vichy, Marianne est au cœur de nombreuses manifestations libératrices : solennellement réinstallée, souvent pavoisée17, parfois fleurie18, voire exposée19.

  • 20 Sous prétexte qu’il n’en avait pas reçu l’ordre selon la déclaration de l’intéressé, PV de gendarm (...)
  • 21 Lors de la séance du 15 août 1944 selon le CLL de l’arrondissement de Baugé, ADML, 417 W 31, affai (...)
  • 22 Soit près de 2 mois après la Libération. Dans sa déclaration aux gendarmes, le maire révoqué le 12 (...)
  • 23 Là encore, plus d’un mois après la Libération, ADML, 417 W 23, affaires municipales, Cizay la Made (...)

8À un degré moindre mais cependant consubstantiel du changement de régime, la guerre des portraits est aussi déclarée démontrant si besoin que l’épuration, particulièrement municipale est aussi affaire de symbole. Ainsi à Soulanger, le maire délégué de Vichy est révoqué pour « s’être opposé le jour de la Libération à l’enlèvement du portrait de Pétain à la mairie et à la remise en place du buste de la République20 ». Son homologue de Noyant-Méon subit le même sort après avoir avoué au conseil municipal sa satisfaction du retrait du buste de Marianne et sa déception face au retrait du portrait du Maréchal21. Emblématique de l’attachement de certains contemporains à la mystique Pétain, au-delà du régime et même de la Libération, le maire de Bourgneuf-en-Mauges s’oppose farouchement au retrait de son portrait et dépose même plainte à la gendarmerie lorsque des FFI, extérieurs à la commune, l’arrachent le 24 octobre 194422. À Cizay-la-Madeleine, il faut l’intervention d’un gendarme en pleine séance du conseil municipal pour que le 5 octobre 1944 « quelqu’un arrache le portrait de Pétain et le jette au feu23 ».

  • 24 Les tontes et autres violences populaires « réelles » souvent théâtralisées dans des lieux publics (...)

9Arracher, brûler, lacérer, piétiner… les manifestations libératrices exercent souvent « une violence symbolique » contre des représentations de l’ennemi (portraits, drapeaux, affiches voire enseignes ou panneaux indicateurs…) tout en faisant œuvre de nettoyage de l’espace social24. Ainsi saccage, autodafé et autre mise à mort « virtuelle » sont fréquemment associés aux fêtes populaires de libération et/ou de la Victoire, non sans emprunt aux processions carnavalesques ou aux pratiques du charivari :

  • 25 Le 8 mai 1945 à Loudéac (Côtes-du-Nord). Dans le même esprit, procession sur charrette-corbillard (...)

Un mannequin représentant Hitler, fut promené en voiture à bras dans les rues de la ville, puis brûlé sur la place du champ de foire où une foule énorme s’était donnée rendez-vous25.

10Parfois aux effigies de soldats allemands, d’Hitler, de Laval ou de Pétain se substituent des représentations plus locales contre le collaborateur-transfuge devenu ennemi de sa propre cité.

  • 26 ADML, 30 W 182 à 189 : affaires de collaboration classées par ordre alphabétique pour l’arrondisse (...)

11Le Puy-Notre-Dame, fournit un bon exemple de cette forme de « justice » festive et populaire. La population mettant à profit les festivités de la mi-carême se ligue contre un négociant en vin de la commune récemment libéré après six mois d’internement à Châteaubriant. Dès son retour dans la commune, un mannequin de paille est pendu à un poteau télégraphique devant son domicile. Quelques jours plus tard, jour de la mi-carême, la population se saisit du mannequin et en cortège parcourt les rues du village. Revenu devant le domicile de X., le mannequin est incinéré sous les acclamations de la foule. Le rapport de gendarmerie précise que « des musiciens prêtèrent leur concours jouant en cours de route une marche funèbre et La Marseillaise. Une foule nombreuse qu’on peut évaluer au moins à 1 500 personnes assistait à cette manifestation ». Le procès-verbal précise « tout l’ensemble de la population y compris de nombreuses personnes de communes environnantes » étaient présentes. Il poursuit : « Cette protestation contre la libération inopinée et prématurée du sinistre X s’est déroulée dans la joie, la fête et sans incident26. »

Une Libération sonore : l’exemple des Côtes-du-Nord

  • 27 Archives départementales des Côtes d’Armor (ADCA désormais), 68 J 1 : chronique briochine de l’Occ (...)

12« Mais trêve de réflexions, le canon tonne à nos portes, en attendant que les cloches sonnent27 ! » Cette remarque d’un témoin de la Libération briochine, démontre combien le son des cloches était attendu.

De l’usage des cloches…

  • 28 ADCA, 68 J 17 : lettre manuscrite de l’abbé Le Solleu pour le commandant Branchoux, chef FFI du 5e(...)
  • 29 Parfois, les habitants des villages voisins entendent également ce son. Alors, la nouvelle se répa (...)
  • 30 ADCA, JP 163 : témoignage de Louis Hemeury dans le journal Le Trégor, n° 1076, du 11 au 17 août 19 (...)
  • 31 Alain Corbin, Les Cloches de la terre, paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au xi (...)

13Partout dans les Côtes-du-Nord, le son des cloches prend le relais de celui des bottes allemandes et des armes. À Plouagat, l’abbé Le Solleu sonne les cloches afin d’avertir la « population disséminée dans les champs que la commune est libre28 ». Dans un département encore profondément rural et d’habitat dispersé, la première fonction des cloches est d’informer les habitants qui se trouvent dans les campagnes et les écarts29. Louis Hemeury qui, au même moment, travaille dans une ferme à quelques kilomètres du village, se souvient : « Tout à coup, on entend les cloches qui sonnent du côté de Trégrom, dans la vallée30. » Elles avertissent ce réfractaire au STO qui était contraint de se cacher, de la délivrance. Tous, y compris les exclus de la veille, réintègrent au plus vite la communauté, car ce bruit « est aussi une injonction. La sonnerie […] ordonne le rassemblement31 », invitant les habitants fraîchement libérés à se retrouver au cœur de l’espace social.

  • 32 ADCA, 68 J 16 : rapport des Renseignements Généraux, brigade de Paimpol, août 1944. Fonds Roger Hu (...)

14Mais sonner les cloches n’est pas sans risque, lorsque les Allemands sont encore à proximité du village. À Plounez, « après l’évacuation du bourg par les Allemands, les habitants manifestent leur joie. De retour, ils blessent grièvement Édouard Lozahic et tuent Robert Richard. Tous deux sonnaient les cloches32 ». Malgré une forte présence dans les rues, ce sont ceux qui tintent les cloches qui sont victimes des foudres allemandes. L’ennemi comprend qu’elles annoncent les premiers signes tangibles de sa défaite. Prudents, à Guingamp, les habitants attendent l’arrivée effective des libérateurs avant de faire retentir les cloches :

  • 33 ADCA, 1 J 15 : rapport de la Croix-Rouge Française sur la libération de Guingamp, non daté. Fonds (...)

Les Américains approchaient mais ce fut, vers 16 heures, les Patriotes qui entrèrent les premiers en ville provoquant déjà un grand enthousiasme. Toutes les fenêtres se garnirent de drapeaux français et alliés malgré la lutte qui se poursuivit… Vers 20 heures tout était fini, les cloches annoncèrent la Victoire et la libération33

  • 34 Michel Lagrée, Religion et cultures en Bretagne (1850-1950), Paris, Fayard, 1992, 601 p. Notons qu (...)

15Tant que la Libération n’est pas assurée, les cloches restent silencieuses. Dans un univers dominé par la rumeur, les cloches imposent la certitude. Leur tintement met un point final aux combats et décrète la mort rituelle du temps de l’Occupation. Elles marquent un rite de passage primordial. Au-delà de leur dimension pratique, elles exercent une fonction symbolique, y compris religieuse surtout dans une région encore assez catholique en 194434. Ainsi, dans La Presse Guingampaise :

  • 35 Archives communales Guingamp (ACG désormais), 4 H 58, boîte 672 : journal La Presse Guingampaise, (...)

Il est environ 19 heures quand la canonnade ralentit et cesse enfin : le drapeau blanc vient d’être hissé sur un mur de la Remonte et c’est alors une liesse générale, des transports de joie indescriptibles, un enthousiasme délirant. C’est fini… Les cloches historiques de la Basilique, qui sonnèrent tant de tocsins, tant de deuils, et tant de victoires, annoncent que Guingamp est libre, bien libre après un cauchemar de quatre ans35

  • 36 Alain Corbin, op. cit., p. 79.
  • 37 Olivier Ihl, « Le Clochemerle de la République », dans Maurice Agulhon (dir.), Cultures et folklor (...)
  • 38 Alain Corbin, op. cit., p. 84.

16Les cloches représentent la ville et sont porteuses d’une histoire communautaire spécifique. Elles sont un lieu de mémoire au sens où l’entend Pierre Nora et surtout un « objet de fierté36 ». À cet instant, d’étonnants syncrétismes symboliques se produisent. Les symboles républicains ne se suffisent pas à eux-mêmes et l’appel au son sacré des cloches est nécessaire. Il ne faut cependant pas déceler en chaque volée une arrière-pensée religieuse. En effet, depuis le début du siècle, la communauté, y compris laïque, se sent également propriétaire de ces instruments. En fait, le son des cloches est le seul capable de « matérialiser la cohésion politique d’une communauté en quête d’identité37 ». Comme le dit Alain Corbin, il « assure […] une certaine égalité symbolique entre les individus, […] dont il signale l’accomplissement des rites de passage38 ».

  • 39 ADCA, 1 140 W 3 : lettre du Comité local de Libération (CLL) de Saint-Hervé pour le président du C (...)
  • 40 Mais des « affaires » similaires se rencontrent ailleurs en France, cf. Marc Bergère, « L’épuratio (...)

17Du reste, les célébrations qui en sont amputées sont mal considérées et des protestations s’élèvent. À Saint-Hervé, le CLL proteste car « les cloches de notre commune sont restées muettes alors que celles des communes de France et de nos communes voisines ont célébré à toute volée ce 11 novembre tant désiré39 ». La vie du village est assez nettement perceptible sous cette « affaire » de cloches. Bien qu’assez exceptionnelle dans nos sources40, elle révèle un conflit entre le CLL et le maire. En refusant de sonner les cloches, ce dernier est immédiatement assimilé à un mauvais patriote par le comité et n’est donc pas digne d’occuper son poste. Bien plus, on peut remarquer que l’usage des cloches est un enjeu de pouvoir et demande un minimum de légitimité.

18Dans un certain imaginaire social, elles détiennent aussi de puissantes vertus prophylactiques. Auparavant chargées de chasser le diable et de protéger les villageois de la foudre, les cloches purifient aussi un espace et un air souillés par l’occupant. De même, après avoir interdit aux collaborateurs de pavoiser et de défiler, la communauté entend parfois les priver du repos éternel. Dans plusieurs localités, des protestations s’élèvent contre leur enterrement religieux et a fortiori contre l’usage des cloches qui est fait à cette occasion. À titre d’exemple, un journaliste de L’Armor Libre évoque une cérémonie qui a lieu à Lantic, le 5 avril 1945 :

  • 41 ADCA, JP 126 : journal L’Armor Libre, 20 avril 1945, n° 15, 2e année.

[Le recteur] osa même faire entrer [la carcasse] dans l’église. Les cloches sonnèrent un tout petit peu, si doucement, comme si elles avaient honte de faire cet ouvrage […]. Si « Totor », de sinistre mémoire, a été exécuté, le recteur ne devait pas salir son église et il devait en interdire l’entrée à son cadavre. Je ne crois pas qu’une telle décision ait lavé la mémoire de ce traître, et de tout temps, les traîtres ne reçoivent aucun honneur, même posthume. Tenez-vous le pour dit, Monsieur le Recteur41 !

  • 42 Fondateur du maquis de Plouagat.

19Si le refus du culte funéraire par les prêtres est rare, à l’exception du recteur de Moustéru42, la discrétion sonore est vivement recommandée. Bien entendu, il en va tout autrement pour les enterrements de patriotes.

La parole libérée : des légitimités sonores différenciées

  • 43 Fabrice Virgili, op. cit., p. 285.

20Les manifestations de la Libération sont presque toujours excessivement bruyantes. L’occupation terminée, c’est tout un peuple qui retrouve le droit à la parole. À l’instar de la typologie proposée par Fabrice Virgili43, trois catégories de sons ou bruits peuvent être distinguées : tout d’abord les actes non linguistiques, tels les huées, les lazzis, les rires et les applaudissements, puis les actes linguistiques non organisés, mais explicites, comme les cris de victoire ou de vengeance et enfin les actes linguistiques organisés qui comprennent principalement les chansons réalisées en commun. En fait, tous ces bruits reflètent l’ambivalence des sentiments des moments libérateurs, où applaudissements et huées se côtoient fréquemment, témoignant de légitimités différenciées.

  • 44 ADCA, 68 J 17 : journal Ouest-France du 26 août 1944 sur la libération de Tréguier. Fonds Roger Hu (...)

21Ainsi à Tréguier, où « les 150 Allemands faits prisonniers sont prudemment éloignés de la ville sous les cris vengeurs des FRANCAIS qu’ils opprimaient depuis quatre ans44 ». Tout le poids de l’Occupation, des frustrations et des colères − si longtemps contenues − éclatent. Les cris ont bien failli se transformer en lynchage et la violence verbale en un prélude à d’autres formes de violences, même si ici la Résistance a réussi à contenir une foule, plus spectatrice qu’actrice de sa propre délivrance. Mais les tonnerres de huées et de cris vengeurs sont probablement encore plus impressionnants à la vue des collaborateurs. En effet, plusieurs manifestations briochines confirment que la frontière qui sépare la violence verbale de la violence effective est extrêmement poreuse lors du passage de ces derniers. A contrario, les applaudissements portent certaines personnes au pouvoir. Ils apportent une légitimité sonore, y compris politique, comme en témoigne cette cooptation par acclamations qui a lieu à Bréhat au mois d’août 1944 :

  • 45 ADCA, 1 140 W 19 : lettre du maire de Bréhat au président du CDL, le 28 novembre 1944.

La Résistance de Bréhat m’a pressenti en pleine occupation comme futur maire de la Libération. La population bréhatine m’a acclamé le 6 août au matin à la mairie. Je venais (alors que les canons de Larcouest étaient encore braqués sur Bréhat) de prononcer à la maison commune une allocution. Dans cette allocution, je stigmatisai publiquement les conseillers vichyssois collaborateurs ainsi que tous les mauvais Français zélateurs du maréchal félon et complices des occupants aux mains souillées de sang français. […] En me plébiscitant par ses acclamations elle ne l’a pas fait uniquement pour mes sentiments gaullistes et anti-collaborationnistes mais aussi parce que l’on ne peut rien me reprocher, et que lasse des louches combines la population désirait à sa tête un homme probe45.

Chants profanes et chants sacrés

  • 46 Voir également Nathalie Dompnier, « Entre La Marseillaise et Maréchal, nous voilà !, quel hymne po (...)
  • 47 ADCA, 68 J 35 : enquête du CH2GM sur l’histoire de l’Occupation et de la Libération dans le départ (...)
  • 48 Michel Vovelle, « La Marseillaise, la guerre ou la paix », dans Pierre Nora (dir.), op. cit., t. 1 (...)
  • 49 Fabrice Virgili ne dit pas autre chose lorsqu’il évoque La Marseillaise, op. cit., p. 285 et suiv.
  • 50 ADCA, 68 J 24 : journal Le Moniteur des Côtes-du-Nord, samedi 12 août 1944, n° 32. « M. He nri Avr (...)

22Le temps de la Libération est avant tout celui de l’hymne national. Déjà primordial au temps de la domination allemande, le contrôle de sa légitimité est plus que jamais un enjeu46. Résistante et chargée d’un fort contenu patriotique, La Marseillaise est en effet reprise spontanément et surtout massivement par la population libérée. Elle suffit même parfois à décrire la Libération. À la question « Comment s’est effectué le contact avec les Américains ou avec les troupes françaises ? », le maire de La Chapelle-Neuve répond sereinement : « Très bien. Par le chant de La Marseillaise47. » Tout comme les cloches, « le Te Deum de la République48 » fête l’union des libérés et des libérateurs. La Marseillaise fait oublier à la collectivité ses divisions, les différences entre combattants et non-combattants, entre civils et militaires49. À Saint-Brieuc, c’est au son de La Marseillaise que l’on procède à l’installation des nouvelles autorités50. Cette mise en scène rythme et facilite l’installation des représentants tout en accroissant leur autorité. Ils bénéficient désormais d’une légitimité supplémentaire : la légitimité historique.

  • 51 ADCA, 69 J 17 : journal du peintre Lucien Seevagen sur la libération de l’île de Bréhat. Fonds Rog (...)
  • 52 L’omniprésence de La Marseillaise démontre qu’en Bretagne la Libération est un moment beaucoup plu (...)

23Enfin, cet hymne est l’expression d’un peuple en armes. Le refrain exhorte en effet les citoyens à prendre les armes et à former les bataillons. À Bréhat, un témoin nous dit : « Il est neuf heures. Je chante La Marseillaise aux Boches qui passent à nos pieds51. » Les jeunes libérés évacuent l’humiliation de la défaite et l’asservissement de l’Occupation. Grâce à un chant qui s’inscrit dans le registre des émotions et de l’imaginaire commun, la population renoue avec le passé mythique de son pays et rétablit son identité nationale. Ce processus ne peut d’ailleurs s’accomplir qu’en excluant les collaborateurs. À la Libération, les collaborateurs ne peuvent partager les émois libérateurs et ne peuvent donc entonner cet hymne qui fait « verser des larmes » et « vibrer les cœurs52 ». À l’inverse, les libérés chantent très rarement des hymnes ou des chants alliés. Entonnés à foison lors des manifestations organisées par les nouveaux pouvoirs citadins, ils sont relativement peu entonnés lors des manifestations dites « populaires ». Dans un département où les maquis furent relativement nombreux, on ne peut également que constater la relative discrétion d’autres chants de la Résistance et/ou plus partisans, tel que L’Internationale. Enfin, on notera l’absence des chants bretonnants. En réalité, seule La Marseillaise apparaît susceptible de faire l’unanimité.

  • 53 Généralement le dimanche qui suit la libération.
  • 54 ADCA, 1 140 W 21 : discours prononcé au pied du monument aux morts de Lanvellec par M. de Rosanbo, (...)
  • 55 ACG, 4 h 58, boîte 672 : journal particulier. Cahier d’écolier, manuscrit. Quelques pages. Aucun n (...)
  • 56 ACG, 4 h 58, boîte 672 : journal La Presse Guingampaise, samedi 19 août 1944, 15e année, n° 30.
  • 57 Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Ici Londres, les voix de la liberté (1940-1944), Paris, La Documentat (...)

24Tout aussi incontournable apparaît le Te Deum. Les premiers sont organisés quelques jours après la libération effective d’une ville ou d’un village53. Ils intègrent les manifestations célébrant le retour à la liberté, qui revêtent alors un caractère sacré. À Lanvellec, le 13 août 1944, la population chante un Te Deum pour « remercier la Providence d’avoir libéré [la commune] sans le moindre incident54 ». Cependant, la grande majorité de ces cérémonies remercie le Ciel tout en rendant hommage aux libérateurs. À Guingamp, à l’occasion du pardon, mi-août 1944, « la basilique est noire de monde55 », quand le chanoine Thomas reçoit « les représentants des armées alliées et françaises, les autorités locales et la délégation provisoire du Conseil Municipal ». Pendant que les autorités s’installent, la cantate à Jeanne d’Arc résonne56. Emportée par l’élan populaire, l’Église ne rechigne pas à produire une cérémonie qui rassemble toute la population et apporte ainsi sa pierre à l’édifice Libération. En 1944, malgré cette communion miraculeuse entre le peuple et la Résistance, le constat est cinglant : si cette dernière existe, elle est une minorité. Dans cette atmosphère sacrée, une partie de la population se rassure. Accompagnés par le son des cloches, les Te Deum font plus que rendre hommage, ils sont nécessaires à la réalisation d’un puissant mouvement d’exorcisme. La population qui envahit les églises assiste à un moment sacré, ancré dans les traditions communautaires et qui vient généralement clôturer une journée de liesse. Capable de créer des rassemblements œcuméniques, l’Église est une balise sur le chemin libérateur des « Français de Bretagne57 ».

  • 58 Lecture voisine de l’événement dans Julian Jackson, La France sous l’Occupation, 1940-1944, Paris, (...)
  • 59 Léon Werth, Déposition, Paris, Grasset, 1946, rééd. Viviane Hamy, 1992, p. 723.
  • 60 Du moins d’un certain substrat et en faisant abstraction de la question des institutions, non tran (...)
  • 61 Comme en témoigne Fabien Lostec à l’échelle du département étudié (333 manifestations répertoriées (...)

25Moment d’exceptionnelle unité à forte charge symbolique et rituelle, les manifestations de la Libération ont été un moyen pour les populations de dire leur adhésion voire de sceller une nouvelle communauté de destin. Ce faisant, il n’est pas rare que l’unité du plus grand nombre passe par l’exclusion de quelques-uns. Unanime et/ou vindicative, elles participent d’un double processus, de reconstruction identitaire et de resserrement du tissu social ou national. Au cœur d’une dynamique nettoyage-réappropriation, les manifestations libératrices constituent donc bien un temps à part, un temps de rupture entre Occupation et Libération, guerre et paix, ancien et nouveau régime(s), passé et futur voire mort et renaissance. Temps court suspendu mais frotté au temps long, la séquence libératrice peut être lue comme un rite de passage, une forme de commémoration spontanée et immédiate mais aussi la compression symbolique de plusieurs types de commémorations58. Instants uniques, ce basculement soudain après de si longues années d’oppression, de privation et de peur confère à ce moment une dimension éruptive fortement chargée d’histoire tout en faisant événement. C’est cette dialectique passé-présent que traduit Léon Werth à Paris le 24 août 1944 : « Je ne savais pas que l’histoire existait. Je ne croyais pas à l’histoire et voici que tout est plein de résonances historiques59. » À travers une intense réactivation de sa symbolique et de sa mémoire, la Libération révèle, au passage, une certaine profondeur de la culture politique républicaine60 dans la société française. Acculturation suffisamment forte et syncrétique, pour qu’au cœur de la puissante aspiration unitaire que constitue la Libération, elle s’impose partout et pour tous au-delà des clivages culturels ou partisans, y compris au sein de régions à forte identité61.

Notes

1 Rédigée pour l’essentiel par Marc Bergère, dans la continuité de ses travaux sur la société française en épuration, cet article intègre également une contribution de Fabien Lostec sur « l’univers sonore de la Libération », tirée de son master 2, soutenu à l’université de Rennes 2 en 2005 sous le titre Les manifestations de la Libération dans les Côtes-du-Nord : rites et symboles, master 2 histoire, université Rennes 2, Marc Bergère (dir.), 2005, 274 p.

2 Voir notamment le travail pionnier d’Alain Brossat, Libération, fête folle, Paris, Autrement, 1994, 235 p., puis Luc Capdevila, Les Bretons au lendemain de l’Occupation : imaginaire et comportement d’une sortie de guerre, Rennes, PUR, 1999, 450 p. ; Fabrice Virgili, La France virile. Des femmes tondues à la Libération, Paris, Payot, 2000, Petite bibliothèque Payot, 2004, 422 p. ; Marc Bergère, Une société en épuration, Rennes, PUR, 2004, 424 p., ou « L’épuration au village », dans Marc-Olivier Baruch (dir.), Une poignée de misérables. L’épuration de la société française après la Seconde Guerre mondiale, Paris, Fayard, 2003, p. 370-384.

3 Serge Berstein, « Rites et rituels politiques », dans Jean-François Sirinelli (dir.), Dictionnaire historique de la vie politique française au xxe siècle, Paris, PUF, 1995, rééd. Quadrige, 2004, p. 1101-1105. Voir également Gilles Vergnon, « Le poing levé, du rite soldatique au rite de masse. Jalons pour l’histoire d’un rite politique », Le Mouvement social, n° 212, 2005 dans la continuité de l’article pionnier de Philippe Burrin, « Poings levés et bras tendus. La contagion des symboles au temps du Front Populaire », Vingtième siècle, n° 11, 1986. ou encore des travaux de Danielle Tartakowsky, Les manifestations de rue en France, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997.

4 Philippe Buton, « L’État restauré », dans Jean-Pierre Azéma et François Bédarida (dir.), La France des années noires, Paris, Seuil, t. 2, p. 411. Sur cette dimension, voir également Jean-Marie Guillon, « La Libération du Var », Les Cahiers de l’IHTP, n° 15, 1990, p. 7-22.

5 Archives départementales de Maine-et-Loire (ADML désormais), 197 J 5 : Fonds Cardot, journal de Mademoiselle Odette Gallard. Les parachutistes évoqués sont des éléments SAS. Andrezé est une commune du Maine-et-Loire d’environ 1 000 habitants à l’époque.

6 Sacralisation du patriotique et inversement investissement du religieux par des symboles et/ou enjeux patriotiques voire partisans. La porosité est parfois totale comme dans ce village des Ardennes, lors des fêtes de l’Ascension et de la Victoire en mai 1945 : l’autel est pavoisé de tricolore et des drapeaux alliés, (anglais, américain et soviétique), ainsi « le célébrant a élevé l’hostie et le ciboire devant la faucille et le marteau. Et la musique a joué La Marseillaise pendant l’Élévation », Alain Brossat, op. cit., p. 106.

7 Charles de Gaulle, Mémoires, Paris, Plon, 1954-1959, Gallimard, coll. « La Pléiade », 2000, p. 573.

8 Alain Brossat, op. cit., p. 97-103.

9 Récit de la Libération de Mont-Cauvaire (Seine-Inférieure) cité par Alain Brossat, op. cit., p. 197-198.

10 ADML, 417 W 25, Doué-la-Fontaine : avis des FFI le 2 septembre 1944 au matin.

11 Sur cette dimension constitutive du stéréotype du « collabo » voir Marc Bergère, Une société en épuration, op. cit., p. 334-344 et Luc Capdevila, op. cit., p. 363 et suiv.

12 Selon June Hargrove, « Les statues de Paris », dans Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, t. 2, Paris, rééd. Quarto-Gallimard, 1997, p. 1879. Voir aussi Vincent Duclert, « Bustes et statues », dans Vincent Duclert et Christophe Prochasson (dir.), Dictionnaire critique de la République, Paris, Flammarion, 2002, p. 815-822.

13 Maurice Agulhon, Marianne, les visages de la République, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes », 1992 et Marianne au pouvoir. L’imagerie et la symbolique républicaine de 1880 à nos jours, Paris, Flammarion, 1989.

14 ADML, 148 J, rapport du commissaire central à l’Intendant de police, le 24 septembre 1942. Le PPF ou parti populaire français est un parti collaborationniste.

15 ADML, 148 J, rapport d’ensemble des renseignements généraux (RG) sur le PPF, le 3 avril 1943.

16 ADML, 417 W 35, affaires communales, Sainte-Gemmes-sur-Loire.

17 Ainsi à Chassieu (Isère), « le conseil municipal délibérant le jour même de la Libération décide que le buste de la République réintègre immédiatement la salle de la mairie : il est placé sur la table du conseil sur laquelle repose le drapeau tricolore », extrait registre délibération du CM, le 2 octobre 1944, cité par Alain Brossat, op. cit., p. 95.

18 Comme dans les Côtes-du-Nord, cf. Fabien Lostec, op. cit., p. 88-89.

19 À l’instar des Côtes-du-Nord ou de l’exemple de Tonnay (Charente-Inférieure) : « En passant devant la mairie, je remarque que le buste de la République a été sorti et placé à la fenêtre centrale du 1er étage. Il resplendit de sa blancheur », récit d’Henri-Jacques Gros cité par Alain Brossat, op. cit., p. 96.

20 Sous prétexte qu’il n’en avait pas reçu l’ordre selon la déclaration de l’intéressé, PV de gendarmerie 20 octobre 1944. ADML, 417 W 38, affaires municipales, Soulanger.

21 Lors de la séance du 15 août 1944 selon le CLL de l’arrondissement de Baugé, ADML, 417 W 31, affaires municipales, Noyant-Méon.

22 Soit près de 2 mois après la Libération. Dans sa déclaration aux gendarmes, le maire révoqué le 12 décembre 1944 mais réélu au printemps 45 présente Pétain comme « le doyen d’âge des prisonniers et déportés en Allemagne », ADML, 417 W 20, affaires municipales, Bourgneuf-en-Mauges.

23 Là encore, plus d’un mois après la Libération, ADML, 417 W 23, affaires municipales, Cizay la Madeleine.

24 Les tontes et autres violences populaires « réelles » souvent théâtralisées dans des lieux publics participent également de cette dynamique.

25 Le 8 mai 1945 à Loudéac (Côtes-du-Nord). Dans le même esprit, procession sur charrette-corbillard puis pendaison d’un mannequin habillé en soldat allemand à La Motte (Côtes-du-Nord) en août 1944. Cf. Fabien Lostec, op. cit., p. 60-66.

26 ADML, 30 W 182 à 189 : affaires de collaboration classées par ordre alphabétique pour l’arrondissement de Saumur, lettre L. Procès-verbal de gendarmerie sur les faits déroulés au Puy-Notre-Dame entre le 4 et 8 mars 1945, le 12 mars 1945.

27 Archives départementales des Côtes d’Armor (ADCA désormais), 68 J 1 : chronique briochine de l’Occupation par M. Jean-Baptiste Illio. Fonds Roger Huguen.

28 ADCA, 68 J 17 : lettre manuscrite de l’abbé Le Solleu pour le commandant Branchoux, chef FFI du 5e bureau à Quimper, le 17 août 1944. Fonds Roger Huguen.

29 Parfois, les habitants des villages voisins entendent également ce son. Alors, la nouvelle se répand comme une traînée de poudre.

30 ADCA, JP 163 : témoignage de Louis Hemeury dans le journal Le Trégor, n° 1076, du 11 au 17 août 1994.

31 Alain Corbin, Les Cloches de la terre, paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au xixe siècle, Paris, Champs Flammarion, 1994, p. 168.

32 ADCA, 68 J 16 : rapport des Renseignements Généraux, brigade de Paimpol, août 1944. Fonds Roger Huguen.

33 ADCA, 1 J 15 : rapport de la Croix-Rouge Française sur la libération de Guingamp, non daté. Fonds Roger Huguen.

34 Michel Lagrée, Religion et cultures en Bretagne (1850-1950), Paris, Fayard, 1992, 601 p. Notons que par rapport aux trois autres départements bretons, les Côtes-du-Nord sont « moins » catholiques.

35 Archives communales Guingamp (ACG désormais), 4 H 58, boîte 672 : journal La Presse Guingampaise, samedi 19 août 1944, 15e année, n° 30. Nous soulignons intentionnellement.

36 Alain Corbin, op. cit., p. 79.

37 Olivier Ihl, « Le Clochemerle de la République », dans Maurice Agulhon (dir.), Cultures et folklores républicains, Paris, CTHS, 1995, p. 324.

38 Alain Corbin, op. cit., p. 84.

39 ADCA, 1 140 W 3 : lettre du Comité local de Libération (CLL) de Saint-Hervé pour le président du Comité départemental de Libération (CDL), le 12 novembre 1944.

40 Mais des « affaires » similaires se rencontrent ailleurs en France, cf. Marc Bergère, « L’épuration au village », op. cit., p. 377.

41 ADCA, JP 126 : journal L’Armor Libre, 20 avril 1945, n° 15, 2e année.

42 Fondateur du maquis de Plouagat.

43 Fabrice Virgili, op. cit., p. 285.

44 ADCA, 68 J 17 : journal Ouest-France du 26 août 1944 sur la libération de Tréguier. Fonds Roger Huguen. Nous respectons scrupuleusement les caractères et le format du texte.

45 ADCA, 1 140 W 19 : lettre du maire de Bréhat au président du CDL, le 28 novembre 1944.

46 Voir également Nathalie Dompnier, « Entre La Marseillaise et Maréchal, nous voilà !, quel hymne pour le régime de Vichy ? », dans Myriam Chimènes (dir.), La Vie musicale sous Vichy, Bruxelles, Complexe, 2001, p. 69-88.

47 ADCA, 68 J 35 : enquête du CH2GM sur l’histoire de l’Occupation et de la Libération dans le département de 1940 à 1945. Fonds Roger Huguen.

48 Michel Vovelle, « La Marseillaise, la guerre ou la paix », dans Pierre Nora (dir.), op. cit., t. 1, p. 115.

49 Fabrice Virgili ne dit pas autre chose lorsqu’il évoque La Marseillaise, op. cit., p. 285 et suiv.

50 ADCA, 68 J 24 : journal Le Moniteur des Côtes-du-Nord, samedi 12 août 1944, n° 32. « M. He nri Avril, président du CDL, Me Gamblin, […] nouveau Préfet et M. Royer, nouveau maire… »

51 ADCA, 69 J 17 : journal du peintre Lucien Seevagen sur la libération de l’île de Bréhat. Fonds Roger Huguen.

52 L’omniprésence de La Marseillaise démontre qu’en Bretagne la Libération est un moment beaucoup plus patriotique qu’antifasciste et/ou internationaliste. Signalons également qu’une forme de « xénophobie de la Libération » (selon l’expression d’Yvan Gastaut), d’ailleurs perceptible dans le stéréotype du collabo, conduit sans doute à renforcer ce primat du national. Cf. sur ce point, l’étude de François Lambert, Les « étrangers » dans une société en épuration, altérité et suspicion en Bretagne de la Libération à l’hiver 1945-1946, master 2 histoire, Rennes 2, Marc Bergère (dir.), 2005, 197 p. et Marc Bergère, Une société en épuration, op. cit., p. 338-342.

53 Généralement le dimanche qui suit la libération.

54 ADCA, 1 140 W 21 : discours prononcé au pied du monument aux morts de Lanvellec par M. de Rosanbo, le 13 août 1944.

55 ACG, 4 h 58, boîte 672 : journal particulier. Cahier d’écolier, manuscrit. Quelques pages. Aucun nom.

56 ACG, 4 h 58, boîte 672 : journal La Presse Guingampaise, samedi 19 août 1944, 15e année, n° 30.

57 Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Ici Londres, les voix de la liberté (1940-1944), Paris, La Documentation française, 1975, tome V : La bataille de France, 9 mai 1944-31 août 1944, p. 143-145.

58 Lecture voisine de l’événement dans Julian Jackson, La France sous l’Occupation, 1940-1944, Paris, Flammarion, 2004, p. 663-664.

59 Léon Werth, Déposition, Paris, Grasset, 1946, rééd. Viviane Hamy, 1992, p. 723.

60 Du moins d’un certain substrat et en faisant abstraction de la question des institutions, non tranchée alors, cf. Serge Berstein, « Le modèle républicain : une culture politique syncrétique », dans Les cultures politiques en France, Seuil, coll. « L’Univers historique », 1999, Points Seuil, 2003, p. 119-151.

61 Comme en témoigne Fabien Lostec à l’échelle du département étudié (333 manifestations répertoriées et analysées) : absence de drapeau et autres emblèmes bretons et suprématie incontestée de La Marseillaise sur les autres chants régionaux, révolutionnaires ou partisans. Il est vrai que le mouvement breton sort affaibli de son instrumentalisation sous Vichy, cf. Christian Bougeard (dir.), Bretagne et identités régionales pendant la Seconde Guerre mondiale, Brest, CRBC-UBO, 2002, 409 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site