Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les affrontements

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Frédérique Pitou

Troisième partie. Rituels

Un affrontement religieux feutré : la lecture de l’Avertissement pastoral de 1682 devant les consistoires

Didier Boisson

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 L’Avertissement pastoral est aussi publié quelques mois après la Déclaration gallicane des Quatre (...)
  • 2 Élisabeth Labrousse, La Révocation de l’édit de Nantes, Paris, Payot, 1985.

1Le 1er juillet 1682, l’assemblée extraordinaire du clergé de France, sur la proposition de l’archevêque de Paris François de Harlay de Champvallon, adresse aux protestants du royaume l’Avertissement pastoral de l’Église gallicane assemblée à Paris par l’autorité du roi à ceux de la religion prétendue réformée pour les porter à se convertir et à se réconcilier avec l’Église1. Dans ce texte, « à la fois onctueux et menaçant2 », les évêques de France cherchent à séduire les huguenots en les appelant « nos très chers frères ». Les prélats soulignent que les protestants sont « honorés par notre Père commun qui est dans le ciel […], et élevés par la même mère, qui est l’Église », Église qui est « pleine d’une très sainte et très sincère tendresse pour ses enfants » et qui « recherche » les réformés « comme ses enfants égarés ». Suivent ensuite des reproches, « la honte et même l’infamie d’une séparation si criminelle, si violente et si emportée », un schisme qui ne peut pas se justifier par le dérèglement des mœurs de quelques ecclésiastiques. Le clergé exhorte donc les protestants à un « retour » et à une « réconciliation » avec l’Église catholique, d’autant que le roi souhaite l’unité religieuse de son royaume. Enfin, l’assemblée menace les réformés de « malheurs incomparablement plus épouvantables et plus funestes que tous ceux que vous ont attirés jusqu’à présent votre révolte et votre schisme », si la « réconciliation n’est pas obtenue.

  • 3 Pierre Blet, Le clergé du Grand Siècle en ses assemblées, 1615-1715, Paris, Cerf, 1995, p. 105-117
  • 4 Élie Benoist, Histoire de l’édit de Nantes, Delft, 1695, volume III, p. 560.

2Depuis le début du xviie siècle, les assemblées du clergé font pression sur le pouvoir royal afin d’obtenir le retour de l’unité religieuse, en particulier sous le règne de Louis XIV. Celles de 1655 et 1660 déplorent la non-application stricte de l’édit de Nantes et les nombreuses infractions commises par les protestants depuis la mort de Louis XIII. Toutefois, à partir de 1665, à la suite des premières mesures royales prises contre les protestants dès 1661, les prélats remercient le souverain pour sa politique religieuse, mais ils lui demandent aussi d’aller plus loin en lui rappelant que, lors de son sacre, il avait prêté serment de mettre fin à l’hérésie3. L’Avertissement pastoral est publié accompagné d’un mémoire contenant seize méthodes pour la conversion des réformés. Le 10 juillet 1682, deux lettres circulaires sont envoyées par le roi, l’une aux évêques, l’autre aux intendants : il leur demande de lire l’Avertissement aux consistoires du royaume et il leur conseille « de ménager avec douceur les esprits » des huguenots4. Ainsi, au cours de la fin de l’année 1682 et de l’année 1683, les différents consistoires du royaume reçoivent la visite de l’intendant de leur généralité et de l’évêque du diocèse ou de son représentant. Cet affrontement feutré peut être étudié par les procès-verbaux dressés lors des visites, avec des exemples pris principalement dans des communautés situées au nord de la Loire (Paris, Nanteuil-lès-Meaux, Le Mans, Angers, Caen, Orléans, La Charité-sur-Loire), mais aussi quelques-uns choisis plus au sud (Aubusson, La Rochelle et Puylaurens). Ces documents permettent d’analyser le cérémonial développé par les protagonistes, le discours catholique, puis celui des ministres.

  • 5 Orentin Douen, La Révocation de l’édit de Nantes à Paris, Paris, Fishbacher, 1894, tome I, p. 473- (...)
  • 6 Extrait du procès-verbal fait à Charenton, concernant la signification de l’avertissement pastoral(...)

3Le premier consistoire auquel est lu l’Avertissement pastoral est celui de la communauté parisienne. Le déroulement de cette première visite dicte en quelque sorte celui des autres rencontres. L’intendant de Paris, Ménars, beau-frère de Colbert, fait tout d’abord savoir au consistoire qu’il souhaite lui parler. Le 16 septembre 1682, une députation de ministres et d’anciens se rend chez l’intendant qui leur annonce que la lecture du texte doit se faire le dimanche suivant, 20 septembre, dans le temple et en pleine assemblée. En effet, l’official de l’archevêque de Paris souhaite s’adresser aux fidèles et prendre la parole dans la chaire du pasteur ! Les députés réformés protestent alors, soulignant que, selon les ordres du roi, la lecture ne devait être faite qu’au consistoire. Ménars ne plie que le 19 septembre, après que les réformés parisiens aient fait intervenir leur député général auprès du gouvernement et du roi. Seignelay écrit ainsi à l’intendant la veille de la visite : « [Sa Majesté] m’ordonne de vous écrire qu’elle veut que vous vous contentiez de faire faire la lecture dudit avis pastoral dans le consistoire qui se tiendra demain5. » Le cadre est ainsi fixé : l’affrontement ne doit pas être public et, comme le roi l’a demandé, les réformés doivent être « ménagés ». Le 20 septembre, afin de signifier le texte aux protestants parisiens, Nicolas Chéron, official de l’archevêque de Paris, et l’intendant Ménars se rendent à Charenton, localité où se trouve le temple des réformés de la capitale. Ils sont reçus par le pasteur Allix et trois anciens du consistoire6. Harlay de Champvallon ne se déplace pas et délègue, outre l’official Chéron, plusieurs ecclésiastiques, les curés des paroisses Saint-Roch, Saint-Laurent et Saint-Eustache de Paris. Ils sont accompagnés de deux notaires apostoliques qui doivent dresser les procès-verbaux de la visite. Les différents protagonistes se rendent alors

  • 7 Extrait du procès-verbal fait à Charenton…, doc. cit.

dans la chambre où se tient ordinairement le consistoire où il y avoit une table couverte d’un tapis vert, devant laquelle étoit le ministre Claude, et le sieur Papillon un des anciens, assis sur des chaises, lesquels se sont levez lorsque nous sommes entrez, & ayant pris les places qui nous étoient destinées à la droite de la table, deux autres ministres et plusieurs anciens étant assis tout autour de la chambre7.

  • 8 Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français (désormais BSHPF), XV, p. 456.

4L’intendant est placé « en haut de la table dans un fauteuil où il y avoit un carreau de velours rouge cramoisi ». L’official est à la droite de Ménars, dans un fauteuil, suivi des autres ecclésiastiques assis sur un banc. Les deux notaires apostoliques sont installés derrière les membres du clergé. En face des représentants de l’Église catholique, siègent le pasteur Jean Claude et un ancien, Papillon8.

  • 9 Claude Pajon, Remarques sur l’Avertissement pastoral, avec une Relation de ce qui se passa au cons (...)
  • 10 BSHPF, 1966, p. 42.
  • 11 Arch. dép. Nièvre, Bouziat 3 E 4/47, f° 69-71.
  • 12 BSHPF, 1966, p. 89.
  • 13 Arch. nat., TT 251.
  • 14 Arch. nat., TT 231, VI (11).
  • 15 Arch. nat., TT 232.
  • 16 Bibliothèque de la Société de l’histoire du protestantisme français, ms 711 (43).
  • 17 Cité par G.-E. de Falguerolles, « La lecture de l’Avertissement pastoral de 1682 à Puylaurens », B (...)

5Le déroulement de la convocation du consistoire, les acteurs présents et la mise en scène orchestrée dans la salle du consistoire de Charenton servent de modèle pour l’ensemble des autres visites qui ont lieu dans le royaume. Ainsi, le vendredi 29 janvier 1683, le pasteur d’Orléans, Claude Pajon, et un ancien dénommé Amyot, médecin de l’intendant, sont convoqués par Louis Bazin de Bezons qui leur annonce que la lecture de l’Avertissement pastoral aura lieu le dimanche suivant au temple de la communauté situé à Bionne9. En mai 1683, après son arrivée dans la ville de Puylaurens, l’intendant du Languedoc, Henri Daguesseau, rencontre le consistoire de la communauté réformée quelques jours avant la lecture du texte et leur annonce « qu’il souhaitait que tout se passa entre eux de la manière qu’il s’était passé à Charanton10 ». Partout les acteurs sont les mêmes. L’intendant est toujours présent. Bazin de Bezons est également à La Charité-sur-Loire le 26 septembre 168311. Ménars se présente aussi devant le consistoire de Nanteuil-lès-Meaux le 27 décembre 168212. Louis Béchameil de Nointel, en poste dans la généralité de Tours de 1680 à 1689, est au Mans le 24 janvier 168313 et, une semaine plus tard, à Angers14. Urbain Le Goux de La Berchère, intendant de Moulins, préside la lecture de l’Avertissement pastoral à Aubusson le 23 mai 168315, Antoine de Barrillon de Morangis à Caen le 16 mai 168316. Toutefois, tous les lieux de culte ne sont pas visités. Seuls les exercices publics sont concernés, alors que de nombreux temples sont fermés depuis le début des années 1660. Dans le diocèse de Meaux, la signification n’a lieu que dans le temple de Nanteuil-lès-Meaux, car selon l’évêque, dans les autres lieux d’exercice, « l’établissement » du culte réformé apparaît « douteux17 ».

  • 18 Le talent de controversiste de certains évêques ne peut être remis en cause, on pense naturellemen (...)
  • 19 BSHPF, ms 711 (44). Voir aussi Louis Perouas, Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724. Sociologie (...)

6Si les intendants se déplacent à travers leur généralité, les évêques le refusent, alors qu’ils sont à l’initiative du texte. Ont-ils le sentiment que cette démarche est vaine ? Certains craignent-ils la comparaison qui serait réalisée avec les ministres réformés souvent plus férus en controverse théologique18 ? Refusent-ils tout simplement de se déplacer dans leur diocèse ? Sont-ils absents ? Ces différentes raisons sont plausibles. En tout cas, les prélats ne daignent même pas participer à la visite même devant les consistoires de la ville de leur évêché, à l’exception de l’évêque de La Rochelle, Henry de Laval19. Comme à Charenton, les évêques délèguent un ecclésiastique qui les représente : Jacques Du Boismotté, vicaire général, au Mans, André Lasnier, official, à Angers, Pierre Rodoyer, prieur-curé de l’abbaye Saint-Pierre d’Auxerre, à La Charité-sur-Loire, François Augier, official du diocèse de Limoges, à Aubusson, le sieur Pastel, grand vicaire de l’évêque de Meaux, à Nanteuil-lès-Meaux. Les représentants de l’évêque sont toujours accompagnés de plusieurs ecclésiastiques, le plus souvent des curés, des vicaires ou des prêtres de la ville ou des environs. À Aubusson, c’est le curé de la ville, Jean Foureton, et deux de ses vicaires ; à Angers, trois prêtres ; à La Charité-sur-Loire, deux curés dont celui de la paroisse Sainte-Croix. En revanche, au Mans, le vicaire général se présente devant le consistoire avec le promoteur, le syndic du clergé du diocèse et un chanoine de l’église cathédrale. D’après les procès-verbaux, ces ecclésiastiques jouent un rôle tout à fait secondaire. Peut-on interpréter au Mans la présence du syndic du clergé du diocèse comme une volonté de l’évêque de choisir un homme dont le rôle est souvent, depuis les années 1660, de rechercher toute infraction à la législation royale de la part des communautés réformées ?

  • 20 Pierre Du Bosc (1623-1692).
  • 21 Claude Pajon (1628-1685) est un ancien élève de Moïse Amyraut à l’Académie de Saumur. Il y devient (...)

7Face aux intendants et au clergé catholique, siègent les membres du consistoire. Seul un nom est généralement cité, celui du pasteur qui prend la parole au nom de l’Église qu’il représente. Pour les petites communautés qui ne disposent que d’un seul pasteur, il n’y a pas de choix possible. Le premier rôle est ainsi donné à Jean-Antoine Jacob à Aubusson, Pierre Pezé au Mans. Quand l’Église réformée possède plusieurs pasteurs, l’orateur est celui qui apparaît comme le principal controversiste. Il n’est pas étonnant qu’à l’image du choix de Jean Claude à Paris, les Caennais soient représentés par Pierre Du Bosc20 ou les Orléanais par Claude Pajon21.

  • 22 Cité par G.-E. de Falguerolles, « La lecture de l’Avertissement pastoral de 1682 à Puylaurens », B (...)

8La mise en scène est toujours la même. L’intendant et les ecclésiastiques arrivent en carrosse jusqu’au temple. Ils sont accueillis par un pasteur et des anciens du consistoire. Les différents protagonistes prennent alors la direction de la salle où se réunit habituellement le consistoire. Toutefois, au Mans, « attendu le mauvais estat ou est la chambre du consistoire », c’est dans le temple même que les acteurs se présentent. À Aubusson également, la rencontre a lieu dans le temple, sans que le procès-verbal ne donne de raison. Comme à Paris, une table est dressée, recouverte d’un tapis. L’intendant est toujours placé « en haut de la table », l’évêque ou son représentant à sa droite, suivi des autres ecclésiastiques, et le pasteur et des anciens en face. Le déroulement de la visite est partout identique. L’intendant prend la parole en premier pour expliquer sa présence. Il est suivi par le pasteur, puis par l’évêque ou son représentant. L’Avertissement pastoral est alors lu. Le pasteur intervient à nouveau. La visite s’achève par la distribution du texte de l’Avertissement aux témoins et le départ de l’intendant et des ecclésiastiques. Cet ordonnancement n’est pas toujours strictement respecté. À Puylaurens, après les quelques mots de l’intendant, le représentant de l’évêque prend la parole. Il est alors interrompu par le pasteur Martel qui rappelle à l’intendant que ce dernier souhaitait « que les choses allassent comme à Charanton ». Daguesseau donne ainsi la parole au ministre22.

9Le discours catholique est tenu par deux hommes. L’intendant, représentant du roi, reste toujours en retrait. Les paroles ne changent guère d’un intendant à l’autre. Il explique être là par ordre du souverain et il demande, comme à Angers, « de recevoir [l’Avertissement pastoral] avec respect, l’escouter avec attention, et profitter de ce nouveau tesmoignage de la bonté de Sa Majesté ». À Aubusson, Le Goux de La Berchère est plus explicite :

  • 23 Arch. nat., TT 232.

Qu’ils [les protestants] devoient profiter du zèle du Roy et de la passion qu’a Sa Majesté de les voir réunis à l’Église dont ils se sont séparez pour faire une réflexion sérieuse sur l’estat malheureux où ils sont ; entendre avec un cœur humble & soumis & un esprit désintéressé les instructions qui leur seront données ; ouvrir les yeux à la lumière et considérer qu’en travaillant pour leur salut & la vie éternelle, leur réunion donneroit une joye & une satisfaction parfaite au Roy : plus grand par sa piété et la protection qu’il donne à l’Église que par ses armes victorieuses et la sagesse de son règne qui font la crainte & l’admiration de tout le monde23.

10Derrière ces discours très conventionnels, il faut retenir que leurs auteurs sont des rouages essentiels de la politique répressive contre les protestants. La lecture de l’Avertissement pastoral se déroule entre l’automne 1682 et l’automne 1683, alors que les persécutions ont repris dans toute la France depuis 1679 : que ce soit des mesures législatives ou l’utilisation de la violence (les premières dragonnades en Poitou se déroulent en 1681), les intendants appliquent souvent avec rigueur les ordres du roi et du gouvernement. S’ils restent en retrait lors des visites, c’est en raison de la recommandation du roi de « ménager avec douceur les esprits » des réformés.

11L’évêque, ou son représentant, a un discours souvent beaucoup plus offensif. Dans les procès-verbaux des visites, ses propos occupent plus de la moitié du compte rendu réalisé par les notaires apostoliques :

  • 24 Cité par Orentin Douen, La Révocation de l’édit de Nantes à Paris…, op. cit., p. 474.

12Comment construisent-ils leur discours ? Reprennent-ils le texte de l’Avertissement pastoral en le paraphrasant ou s’en détachent-ils ?À Charenton, l’official se trouve quelque peu prisonnier du texte dans la mesure où c’est son archevêque, dont il fait l’éloge, qui en est considéré comme le principal auteur. Il reprend ainsi les thèmes de l’Avertissement et de la lettre circulaire envoyée par le roi au clergé. Toutefois, répondant au souhait de Louis XIV de « ménager avec douceur les esprits » des protestants, il n’utilise pas les termes de « schismatiques et hérétiques » pour désigner les réformés. La menace est quand même bien présente, en particulier quand il évoque l’action d’Harlay de Champvallon qui est « de chercher les moyens les plus propres de vous réduire sous l’évêque et le pasteur de vos âmes, et pour vous obliger de rentrer dans la véritable Église, hors laquelle il n’y a point de salut24 ». Dans les autres procès-verbaux, si tous les ecclésiastiques insistent sur le thème de la recherche de la paix et de l’unité religieuse, les différences qui apparaissent sont sur les origines et la nature de la Réforme protestante et sur les menaces qui pèsent sur les protestants : pour certains ces attaques sont voilées, pour d’autres elles sont clairement déclarées.

  • 25 Arch. nat., TT 251. Henry de Laval, évêque de La Rochelle évoque également les abus du clergé au x (...)
  • 26 Arch. nat., TT 231.
  • 27 Arch. dép. Nièvre, Bouziat 3 E 4/47, f° 69-71.

13Au Mans, à Angers, à Nanteuil-lès-Meaux ou à La Charité-sur-Loire, les représentants de l’évêque ne cherchent pas à attaquer de front les pasteurs et les consistoires. Au Mans, il insiste sur le thème de la paix religieuse dans le royaume. Il dit « apporter la paix aux hommes de bonne volonté », vouloir mettre fi n à « cette funeste guerre », « rompre le mur » qui sépare les deux confessions. Reprenant le texte de l’Avertissement pastoral, il explique que les armes de l’Église catholique ne sont que la justice, la douceur et la charité. Ensuite, il veut convaincre les membres du consistoire de se convertir en prenant exemple sur leurs anciens coreligionnaires qui ont rejoint Rome. Enfin, il loue l’action de son évêque qui a mis fin aux abus du clergé catholique dans son diocèse et qui, si l’Avertissement pastoral ne suffi t pas, veut poursuivre la lutte pour obtenir l’unité confessionnelle25. L’ecclésiastique d’Angers évoque la « douleur » et les gémissements de la mère « sur l’esloignement de ses chers enfants de leur maison paternelle » : « Elle vous a toujours pleuré, toujours elle vous pleure, mais c’est avec des larmes de sang26. » Ceux de La Charité-sur-Loire et de Nanteuil-lès-Meaux reprennent le thème traditionnel de la brebis égarée qu’il faut ramener « dans la bergerie de Jésus-Christ ». Mais celui de La Charité, devenant plus offensif, poursuit en disant que désormais ce « siècle de conférence, de dispute et de controverse » s’achève, donc l’Église « vous tend les bras que vous avez quittés, elle vous invite à la table que vous avez profanée, elle vous présente la paix que vous avez violée ». Il termine enfin son allocution sur l’idée qu’il est impossible d’obtenir son salut dans la seule crainte de Dieu, sans le respect et l’obéissance que l’on doit au roi. Il utilise pour cette démonstration la première épître de saint Paul, Deum Timete, Regem Honorificate, Craignez Dieu, Respectez le Roi (2, 17)27. La menace est claire.

  • 28 Arch. nat., TT 232.

14À Aubusson, le discours est encore plus offensif. Si le thème de la brebis égarée est là aussi utilisé, il cherche surtout à démonter l’hérésie, à la « déraciner » et il fait davantage preuve d’un esprit de controverse en argumentant sur des sujets traditionnels. Ainsi, la Réforme protestante a rendu l’Église « difforme », « elle en ternit la beauté, elle en ruine l’unité, elle en borne l’universalité ». L’Écriture sainte a été « tronquée, falsifiée » par les protestants. Les Réformateurs ont renoncé à la prêtrise pour « se veautrer en toute sorte d’abomination ». Enfin, en supprimant cinq sacrements, il reproche aux réformés d’avoir « couppé cinq de ses beaux canaux28 ». Ainsi, contrairement aux intendants qui cherchent à « ménager » les réformés, les ecclésiastiques ne suivent pas toujours la recommandation royale, profitant de l’occasion qui leur est donnée et de l’absence de réponse à leur intervention de la part des pasteurs, pour attaquer de front la confession réformée. Les règles du combat sont donc inégales.

  • 29 Dans son Histoire de l’édit de Nantes, le pasteur Élie Benoist s’élève vigoureusement contre la ré (...)

15À la fin de son intervention, l’ecclésiastique lit, ou fait lire, le texte de l’Avertissement pastoral en latin puis en français29. Un incident trouble ce temps à Charenton. En effet, la visite se déroule en même temps que le culte dominical. Alors que l’official achève la lecture en latin :

  • 30 Extrait du procès-verbal fait à Charenton…, doc. cit.

Nous avons entendu que l’on chantoit un pseaume dans le presche qui est proche le consistoire qui empeschoit d’entendre la lecture. C’est pourquoi nous [l’official] avons ordonné aux ministres & anciens de faire cesser le chant : & sur la remontrance qu’ils nous ont fait que c’estoit l’heure de chanter ce pseaume, lequel estoit fort court, & que l’on avoit accoutumé d’en user ainsi après le presche, que mesme ils estoient fachez de ce rencontre. Nous avons trouvé à propos de différer la lecture, & le sieur de Bouilly, un des anciens, estant sorti par notre ordre est allé empescher que l’on an chantât d’autres, trois autres anciens s’estant levez pour aller recevoir les aumones de ceux qui sortent du presche, nous leur avons dit de demeurer & ils ont aussitôt repris leurs places30.

  • 31 Cité par Orentin Douen, La Révocation de l’édit de Nantes à Paris…, op. cit., p. 475.
  • 32 Élie Benoist, Histoire de l’édit de Nantes…, op. cit., p. 567.

16Selon un autre témoignage, protestant cette fois-ci, c’est l’intendant qui propose que la fin de la lecture de l’Avertissement pastoral intervienne à la fin du chant du psaume, afin de ne pas « troubler la dévotion de l’assemblée qui était dans le temple31 ». Cet incident, semble-t-il tout à fait involontaire, révèle que les deux parties cherchent à le minimiser. Lors des autres visites, les procès-verbaux ne signalent à aucun moment un fait similaire. Mais nous savons par Élie Benoist qu’à Bellême, dans la généralité d’Alençon, le comportement d’un des anciens, nommé Tasché, déplut à l’intendant Michel-André Jubert de Bouville. Il n’aurait pas eu une « attention assez respectueuse » pendant la lecture du texte. Bouville le fait reléguer par lettre de cachet à Tours32.

  • 33 BSHPF, ms 711, dossiers 39 (Montpellier), 42 (Charenton), 43 (Caen), 44 (La Rochelle), 45 (Sedan) (...)

17La réponse protestante se déroule en deux temps. Le pasteur réplique tout d’abord à l’intendant, avant que l’ecclésiastique ne prenne la parole, puis il intervient après le long discours du prélat ou de son représentant et la lecture de l’Avertissement pastoral. Comment les pasteurs ont-ils préparé leur texte ? Il est généralement admis que les ministres ont profité de la publication du texte de Jean Claude et qu’ils s’en sont inspirés. La réalité est peut-être un peu plus complexe. La consultation des archives de l’Église de La Rochelle sur ce sujet est particulièrement intéressante33. Le consistoire a reçu des manuscrits de différents autres lieux : on trouve ainsi une copie de l’intervention de Jean Claude, mais aussi celle de Pierre Du Bosc à Caen et des pasteurs de Sedan, Poitiers et Montpellier. A également été publié le Récit de ce qui s’est passé, à la lecture et publication faites de l’avertissement pastoral de l’Église gallicane, dans le temple de MM. de la religion prétendue réformée de Montauban. Cela ne signifie pas que le pasteur de La Rochelle se soit servi de ces textes manuscrits pour rédiger sa réponse. En effet, la visite d’Henry de Laval a lieu le 20 décembre 1682, soit avant la lecture dans les autres consistoires. Mais la réponse de Jean Claude n’est pas la seule à circuler. Ainsi, les interventions des pasteurs ne sont pas toutes identiques.

  • 34 D’autres réponses ont été publiées. Outre celles de Jean Claude (Considérations sur les lettres…) (...)
  • 35 Cité par Orentin Douen, La Révocations de l’édit de Nantes à Paris…, op. cit., p. 475.

18Jean Claude répond à deux reprises. Il y a tout d’abord son intervention lors de la visite du 20 septembre 1682. Mais l’année suivante, sont publiées à La Haye ses Considérations sur les lettres de l’assemblée du clergé de France, 1682, texte imprimé sans nom d’auteur, d’imprimeur, ni de lieu34. Le texte du procès-verbal insiste sur deux points. Jean Claude commence par reconnaître l’autorité de l’intendant en tant que représentant du roi, « cette autorité nous sera toujours inviolable et sacrée ». Ensuite, il évoque le représentant de l’évêque, tout en s’adressant à l’intendant et non directement à l’ecclésiastique : il dit le respecter en raison de son rang et de sa personne, mais il refuse de reconnaître que « ces messieurs [du clergé] aient quelque autorité sur nous pour les choses de foi, de religion ou de discipline ». Enfin, il montre son attachement à la personne du souverain, loue le règne de Louis XIV (« les glorieux succès dont il a plu à Dieu de le bénir ») et insiste sur la confiance des protestants en la justice royale : « Nous avons toujours cette confiance en sa justice et en sa bonté, qu’il ne voudra jamais nous obliger à rien contre notre conscience35. »

19Dans les Considérations sur les lettres de l’assemblée du clergé de France, Jean Claude est beaucoup plus offensif. D’une part, la douceur et la charité employées par les prélats dans l’Avertissement pastoral ne sont que des comportements hypocrites. Ce sont eux les auteurs des violences perpétrées contre les huguenots. Ils sont responsables des enfermements, des dragonnades, des abjurations forcées, de l’émigration vers les pays du Refuge. Ainsi, « la conscience des hommes est à Dieu, non au clergé » :

  • 36 Considérations…, p. 18.

La plus grande erreur qui fut jamais est de se figurer que la diversité de la religion fasse un crime dans la société civile […]. Il ne faut pas s’imaginer qu’on puisse faire toutes choses sous le prétexte d’avancer sa religion et de détruire le contraire. Je n’ai point encore appris qu’il y eût ni aucune obligation de charge, ni aucune charité, qui pût porter les hommes à franchir les bornes de la justice, ni à violer les droits les plus inviolables de la nature, ni à rompre la foi publique, ni à renverser les fondements de la société civile36.

  • 37 Ibid., p. 46.
  • 38 Ibid., p. 130.
  • 39 Ibid., p. 144.

20D’autre part, il cherche à retourner l’accusation d’hérétiques lancée par les prélats à l’encontre des calvinistes. C’est à eux de prouver ce que les réformés rejettent : l’invocation des saints, le culte des reliques et des images, les indulgences, la messe, l’utilisation du latin, la transsubstantiation… Il en conclut qu’il « n’y aura point de gens plus catholiques que les protestants ». En effet, « ce qu’ils croient a été cru partout, toujours et par tous. Ce qu’ils refusent de croire n’a été cru ni partout, ni par tous, on ne sauroit le contester. Où est donc l’hérésie37 ? » C’est donc l’Église romaine qui a commis un schisme en excommuniant les Réformateurs et en persécutant les fidèles « par le fer, le feu et le sang ». Enfin, selon Jean Claude, même si l’assemblée du clergé affirme que le roi souhaite cette réunion, les protestants font confiance à Louis XIV pour respecter les consciences des sujets de son royaume : « Il ne toucherait pourtant jamais à l’empire des consciences, puisque Dieu se l’est réservé38. » L’auteur conclut ainsi : « Si Dieu les appelle à de nouvelles afflictions, les protestants espèrent de sa miséricorde qu’il leur fera la grâce de les souffrir constamment pour l’amour de sa vérité, et de le glorifier par la patience et par la persévérance dans leur religion jusqu’à la fin de leur vie39. »

  • 40 Arch. nat., TT 251.

21Parmi les ministres qui répondent à l’intendant et à l’ecclésiastique, il existe tout d’abord ceux qui reprennent le pasteur de Charenton, à l’image de son intervention lors de la visite. Au Mans, Pierre Pezé tient un discours très conventionnel. Il loue longuement le roi, puis son représentant. Et, comme Jean Claude, il tient à souligner qu’il ne reconnaît « point que Messieurs du Clergé ayent sur eux aucune juridiction, aucune authorité, ny aucun droit dans les choses qui regardent la Religion40 ». Ces différents points sont repris à Aubusson, Angers, La Charité-sur-Loire, Puylaurens, Nanteuil-lès-Meaux ou Caen. Dans cette dernière ville, Pierre Du Bosc rappelle :

  • 41 1 Saint Paul 2, 17.
  • 42 BSHPF, ms 711 (43).

On voit écrit en lettres d’or sur la principale porte de notre temple ces belles paroles apostoliques, Craignez Dieu et honorez le roy41, mais elles sont bien mieux gravées dans nos cœurs. Nous ne les séparerons jamais de notre conduite et nous espérons que ces deux articles se remarqueront toujours dans nos actions42.

  • 43 Arch. nat., TT 251.
  • 44 Arch. nat., TT 231.
  • 45 Arch. nat., TT 232.

22Lecteur probablement des Considérations, Pierre Pezé insiste sur l’espoir que le roi « ne voudra jamais les obliger à aucune chose qui soit contre leur conscience43 ». Il est suivi en cela par le pasteur d’Angers, Pierre Lombard, qui précise que les protestants « ne sauroient acquérir [la paix et l’union] contre les lumières et les mouvements de leurs consciences44 ». Toutefois, Charles Boju, pasteur de La Charité-sur-Loire, affirme que le souverain « mérite […] qu’on luy obéisse autant que le permet la conscience ». Pour le pasteur d’Aubusson, les espoirs des protestants reposent uniquement sur le roi, « que ce grand Monarque n’exigera rien contre les sentiments de notre conscience, c’est Dieu seul qui exerce son Empire sur elle45 ». Ni le roi, ni le clergé catholique ne peuvent avoir d’autorité sur les consciences des réformés.

  • 46 BSHPF, ms 711 (39). Cité par G.-E. Falguerolles, « La lecture de l’Avertissement pastoral de 1682 (...)

23D’autres interventions sont beaucoup plus offensives et ressemblent beaucoup plus à des exercices de controverse théologique classiques. La réponse du consistoire de Montpellier est très claire. S’adressant aux ecclésiastiques présents, le pasteur s’écrie : « Nous ne sommes Dieu merci ni hérétiques, ni schismatiques, ni des impies, ni des blasphémateurs mais de véritables chrétiens qui n’écoutons que le souverain pasteur de nos âmes46. » Sont énumérés ensuite onze points considérés comme « incompatibles » avec leur salut :

  • 47 Ibid., p. 94-95.

1. C’est à cause de l’usage d’une langue inconnue dans le service divin.
2. Du retranchement de la coupe de la Sainte Eucharistie dont on a privé le peuple chrétien. 3. De l’invocation des saints, des anges, de la bienheureuse Vierge Marie et de la Croix et du service religieux qu’on leur rend. 4. Du purgatoire. 5. De la transsubstantiation. 6. Des images et du culte qu’on leur rend. 7. De l’adoration du sacrement de la Sainte Eucharistie. 8. Du sacrifice de la messe. 9. De la justification par les œuvres. 10. Du mérite des œuvres. 11. De l’autorité et de l’infaillibilité du Pape47.

  • 48 Cité par G.-E. de Falguerolles, « La lecture de l’Avertissement pastoral de 1682 à Puylaurens », B (...)

24Quant au pasteur de Puylaurens, il s’en prend directement aux « Édits et Déclarations de nos Rois qui ne veulent pas que nous soyons sujets à ces flétrissures [l’hérésie et le schisme]48 ».

  • 49 Arch. nat., TT 231.
  • 50 Cité par G.-E. de Falguerolles, « La lecture de l’Avertissement pastoral de 1682 à Puylaurens », B (...)

25L’intervention des pasteurs après le discours de l’ecclésiastique est souvent très courte, ne pouvant répondre aux attaques lancées par l’évêque ou son représentant. Le procès-verbal de la visite d’Angers souligne que Pierre Lombard a remarqué « plusieurs termes mortiffians […], mais que le silence respectueux et l’attention qu’ils y ont donnée nous marque l’entière soumission qu’ils ont pour les ordres de Sa Majesté49 ». Le pasteur de Puylaurens parle, lui, de « termes violents50 ».

  • 51 Bernard Dompnier, Le venin de l’hérésie. Image du protestantisme et combat catholique au xviie siè (...)

26Comme tant d’exercices de controverse, la lecture de l’Avertissement pastoral n’a pas eu l’effet escompté par le roi et l’Église catholique. Les protestants ne se sont pas convertis malgré les recommandations du souverain et les menaces des prélats. Il ne pouvait en être autrement, tant la controverse entre catholiques et protestants a eu peu d’impact entre l’édit de Nantes et sa révocation51. Malgré les tentatives de l’archevêché de Paris pour que la lecture du texte se fasse devant les fidèles, les consistoires seuls reçoivent l’intendant et les représentants du clergé. Il ne fallait pas s’attendre à beaucoup de bienveillance de la part des pasteurs et des anciens. Et ce n’est pas la distribution du texte de l’Avertissement pastoral aux membres des consistoires et aux fidèles présents qui a pu influencer les réformés. Il n’en demeure pas moins que, à l’échelle du royaume, ces affrontements entre pasteurs et théologiens catholiques représentent les dernières joutes théologiques avant la Révocation de l’édit de Nantes. Mais, dans le contexte des persécutions que subissent les protestants, ces combats sont déséquilibrés : les Églises réformées sont sur la défensive, alors que l’Église catholique, soutenue par le roi, peut apparaître triomphante.

Notes

1 L’Avertissement pastoral est aussi publié quelques mois après la Déclaration gallicane des Quatre Articles. Un des objectifs de ce texte est probablement de tenter d’apaiser les relations avec le pape en présentant le clergé français comme défenseur de l’Église catholique par sa lutte contre l’hérésie. Voir Pierre Blet, Les Assemblées du clergé et Louis XIV, de 1670 à 1693, Rome, Universita gregoriana éditrice, 1972.

2 Élisabeth Labrousse, La Révocation de l’édit de Nantes, Paris, Payot, 1985.

3 Pierre Blet, Le clergé du Grand Siècle en ses assemblées, 1615-1715, Paris, Cerf, 1995, p. 105-117.

4 Élie Benoist, Histoire de l’édit de Nantes, Delft, 1695, volume III, p. 560.

5 Orentin Douen, La Révocation de l’édit de Nantes à Paris, Paris, Fishbacher, 1894, tome I, p. 473-474.

6 Extrait du procès-verbal fait à Charenton, concernant la signification de l’avertissement pastoral, s. l. n. d., dans Orentin Douen, La Révocation de l’édit de Nantes…, op. cit., p. 474.

7 Extrait du procès-verbal fait à Charenton…, doc. cit.

8 Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français (désormais BSHPF), XV, p. 456.

9 Claude Pajon, Remarques sur l’Avertissement pastoral, avec une Relation de ce qui se passa au consistoire d’Orléans assemblé à Bionne, quand il y fut signifié ; une lettre de l’auteur à Messieurs du Clergé de France, & une réponse à quelques difficultez que l’on fait ordinairement aux Protestans, Amsterdam, H. Desbordes, 1685.

10 BSHPF, 1966, p. 42.

11 Arch. dép. Nièvre, Bouziat 3 E 4/47, f° 69-71.

12 BSHPF, 1966, p. 89.

13 Arch. nat., TT 251.

14 Arch. nat., TT 231, VI (11).

15 Arch. nat., TT 232.

16 Bibliothèque de la Société de l’histoire du protestantisme français, ms 711 (43).

17 Cité par G.-E. de Falguerolles, « La lecture de l’Avertissement pastoral de 1682 à Puylaurens », BSHPF, 1966, p. 44, note 1.

18 Le talent de controversiste de certains évêques ne peut être remis en cause, on pense naturellement à Bossuet, évêque du diocèse de Meaux où se situe la communauté de Nanteuil-lès-Meaux.

19 BSHPF, ms 711 (44). Voir aussi Louis Perouas, Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724. Sociologie et pastorale, Paris, Éditions de l’EHESS, 1999, p. 315.

20 Pierre Du Bosc (1623-1692).

21 Claude Pajon (1628-1685) est un ancien élève de Moïse Amyraut à l’Académie de Saumur. Il y devient professeur à partir de 1666. Il estime que Dieu sauve notamment par le biais de la prédication pastorale qui met en œuvre les facultés intellectuelles et morales des fidèles et, par conséquent, fait appel à leur conscience et à leur raison. Critiqué, il quitte Saumur et devient pasteur d’Orléans.

22 Cité par G.-E. de Falguerolles, « La lecture de l’Avertissement pastoral de 1682 à Puylaurens », BSHPF, 1966, p. 42.

23 Arch. nat., TT 232.

24 Cité par Orentin Douen, La Révocation de l’édit de Nantes à Paris…, op. cit., p. 474.

25 Arch. nat., TT 251. Henry de Laval, évêque de La Rochelle évoque également les abus du clergé au xvie siècle, Louis Perouas, Le diocèse de La Rochelle…, op. cit., p. 316.

26 Arch. nat., TT 231.

27 Arch. dép. Nièvre, Bouziat 3 E 4/47, f° 69-71.

28 Arch. nat., TT 232.

29 Dans son Histoire de l’édit de Nantes, le pasteur Élie Benoist s’élève vigoureusement contre la rédaction du texte en latin : « On trouvoit ridicule qu’une assemblée de prélats écrivît en latin à des artisans, des laboureurs, à des femmes qui ne l’entendoient pas, et on trouvoit impie qu’elle jugeât indigne de l’Église de parler une autre langue que la latine, dans un temps où tous les peuples et toutes les langues étoient appelées par l’Évangile à glorifier Dieu. Il étoit ridicule de parler de paix dans une langue barbare » (volume III, p. 552).

30 Extrait du procès-verbal fait à Charenton…, doc. cit.

31 Cité par Orentin Douen, La Révocation de l’édit de Nantes à Paris…, op. cit., p. 475.

32 Élie Benoist, Histoire de l’édit de Nantes…, op. cit., p. 567.

33 BSHPF, ms 711, dossiers 39 (Montpellier), 42 (Charenton), 43 (Caen), 44 (La Rochelle), 45 (Sedan) et 46 (Poitiers).

34 D’autres réponses ont été publiées. Outre celles de Jean Claude (Considérations sur les lettres…) et de Claude Pajon (Remarques sur l’Avertissement pastoral…), il faut relever celles de Marc-Antoine de La Bastide (Réponse apologétique à MM. du clergé de France sur les actes de l’assemblée de 1682, Amsterdam, 1683), de Gilbert Burnet (Remarques sur les actes de la dernière Assemblée générale du clergé, ou Examen de l’avertissement pastoral et des méthodes de ce clergé, Londres, 1683) et de Jacques Basnage (Examen des méthodes proposées par MM. du Clergé de France, en l’année 1682, Cologne, P. Marteau, 1684). Il existe aussi des Réflexions sur l’écrit de MM. du clergé de France qu’ils nomment Avertissement pastoral, Cologne, P. Du Marteau, 1682.

35 Cité par Orentin Douen, La Révocations de l’édit de Nantes à Paris…, op. cit., p. 475.

36 Considérations…, p. 18.

37 Ibid., p. 46.

38 Ibid., p. 130.

39 Ibid., p. 144.

40 Arch. nat., TT 251.

41 1 Saint Paul 2, 17.

42 BSHPF, ms 711 (43).

43 Arch. nat., TT 251.

44 Arch. nat., TT 231.

45 Arch. nat., TT 232.

46 BSHPF, ms 711 (39). Cité par G.-E. Falguerolles, « La lecture de l’Avertissement pastoral de 1682 dans les consistoires », BSHPF, 1966, p. 94.

47 Ibid., p. 94-95.

48 Cité par G.-E. de Falguerolles, « La lecture de l’Avertissement pastoral de 1682 à Puylaurens », BSHPF, 1966, p. 44.

49 Arch. nat., TT 231.

50 Cité par G.-E. de Falguerolles, « La lecture de l’Avertissement pastoral de 1682 à Puylaurens », BSHPF, 1966, p. 45.

51 Bernard Dompnier, Le venin de l’hérésie. Image du protestantisme et combat catholique au xviie siècle, Paris, Le Centurion, 1985.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4753/img-1.png
Fichier image/png, 4,6k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site