Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les affrontements

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Frédérique Pitou

Deuxième partie. Le jeu des acteurs

De l’allié d’hier à l’ennemi d’aujourd’hui. Les antialcooliques et le vin en France de la Belle Époque à nos jours

Thierry Fillaut

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1L’affrontement plutôt que la conciliation, telle a été, à de nombreuses reprises au cours du xxe siècle, la ligne de conduite adoptée par les antialcooliques français pour tenter de mettre un frein à la progression de la consommation d’alcool et à ses conséquences sanitaires et sociales. Les batailles, parfois homériques, contre l’absinthe, finalement interdite en 1915, ou contre les bouilleurs de cru, dont le privilège sera supprimé en 1960, ont même valeur de symbole dans la mesure où ces victoires acquises de haute lutte accréditent l’idée qu’à force de persévérance, le lobby hygiéniste peut l’emporter sur celui des alcooliers.

  • 1 Xavier Carreau (président de l’association Vin et société) dans un droit de réponse publié par Le (...)
  • 2 Henri Pujol, Albert Hirsch, Alain Rigaud, Gérard Dubois et Claude Got, « À consommer avec modérati (...)

2Désormais, c’est le vin qui focalise l’attention. Depuis l’adoption en 1991 de la loi Évin encadrant la publicité en faveur du tabac et de l’alcool, par médias et hémicycles interposés, les escarmouches se sont multipliées entre viticulteurs et antialcooliques. Tandis que les uns, confrontés à une crise de surproduction aux causes variées, demandent un assouplissement d’une législation qui aurait « davantage pénalisé le vin que les boissons industrielles1 », les autres clament haut et fort que « l’idée de promouvoir une consommation “modérée” du vin à l’aide de publicitaires payés par les viticulteurs est un non-sens intellectuel ». Surtout, quand les premiers font du vin un élément de l’art du bien vivre à la française, mettent en avant les bienfaits pour la santé de sa consommation modérée et voudraient que l’on distingue le vin des autres alcools, les seconds rappellent que « c’est… bien la réduction de la consommation de vin qui a provoqué la réduction des maladies liées à l’alcool », « simple constatation [qui] suffi t à détruire le discours opposant les bienfaits du vin aux méfaits des autres formes de boissons alcooliques2 ».

3Or, pour comprendre ce conflit de valeurs entre deux groupes aux conceptions du bien-être social antagonistes et tout particulièrement l’opiniâtreté de certains experts en santé publique à ne rien céder aux producteurs sur le statut du vin, un retour sur l’histoire de l’antialcoolisme français s’impose. Car la détermination actuelle des antialcooliques n’est pas seulement scientifique, elle est également stratégique. Face au vin, le retournement de leurs discours est patent : tandis qu’aux débuts de l’antialcoolisme, celui-ci était volontiers présenté comme un rempart contre l’alcoolisme, il est désormais considéré comme un alcool, sinon une drogue, parmi d’autres, potentiellement aussi dangereux qu’un autre, réaction somme toute compréhensible à voir les effets pervers auxquels avait abouti le discours antialcoolique des origines.

L’alcool, voilà l’ennemi !

4En germe dès les années 1870, la bataille lancée par les antialcooliques contre les alcooliers s’exacerbe durant la Belle Époque. Lobbying auprès des élus et hauts fonctionnaires, conférences et meetings, campagnes d’affichages et distribution de tracts, pétitions et manifestations, diffusion de revues spécialisées comme L’Étoile bleue tirée à plus de 16 000 exemplaires ou séances de cinéma, tout l’arsenal des moyens disponibles est mis à contribution pour atteindre l’objectif recherché : mettre un frein au péril alcoolique qui menace la France. En 1886, le Dr Jules Rochard, un des grands hygiénistes de l’époque, en avait évalué le coût à plus de 1,5 milliard de francs ; vingt ans plus tard, Frédéric Riemain, secrétaire général de la Ligue contre l’alcoolisme, l’évaluera au double.

5Le fer de lance de cette bataille est la Ligue nationale contre l’alcoolisme, née en 1905 de la fusion de deux sociétés apparues, l’une sur les cendres de la Commune et l’autre au début de l’Affaire Dreyfus. La première, la Société française de tempérance, comptait parmi ses membres fondateurs une quarantaine de membres issus des diverses académies, entre autres Claude Bernard, Louis Pasteur et Émile Littré. La seconde, l’Union française antialcoolique, prenait davantage appui sur les classes moyennes (médecins, instituteurs). En outre, la Ligue fédère d’autres mouvements, confessionnels comme la Croix-Blanche ou professionnels comme la Société antialcoolique des Chemins de fer. À son apogée en 1914, elle annonce 71 000 membres actifs et dispose d’un budget de 100 000 francs.

6La mobilisation apparaissait d’autant plus nécessaire que l’alcoolisation de la population atteignait des sommets. De l’ordre de 30 litres d’alcool pur par adulte de 20 ans et plus dans la décennie 1870-1879, la consommation frise les 33 litres dans la décennie 1900-1909 après avoir connu une légère baisse dans les décennies intermédiaires en raison notamment du recul de la consommation du vin au moment de la crise phylloxérique. Car le vin est alors, et de très loin, la boisson la plus consommée : en 1900-1913, quelques 53 millions d’hectolitres sont ainsi livrés à la consommation chaque année sur le marché français pour un peu plus d’un million d’hectolitres de spiritueux, 16 millions de cidres et poirés et 14 millions de bières.

  • 3 On trouvera une reproduction de ce tableau mural, avec un commentaire de Myriam Tsikounas, sur le (...)
  • 4 Charles Torquet, « L’absinthe tueuse d’hommes et d’énergies », Je Sais Tout, 15 février 1907, p. 4 (...)

7Pourtant, ce n’est point le vin qui défraye la chronique et est accusé de fournir les bataillons d’alcooliques qui peuplent les hôpitaux, les asiles et les prisons. L’ennemi désigné, ce sont les boissons distillées, et encore pas n’importe lesquelles : d’un côté, comme le montre un tableau d’antialcoolisme réalisé à l’intention des écoliers vers 1900 par le Dr Galtier-Boissière, il y a les « boissons naturelles », comme le vin, le cidre, le poiré et la bière qui sont « bonnes (prises sans excès) » ; de l’autre, il y a les « alcools industriels », ceux qui sont fabriqués à partir de betterave, de pommes de terre ou de grains, « mauvais (même en petite quantité)3 ». D’un côté, sinon le bien, du moins le toléré avec ses conséquences somme toute anodines ; de l’autre, le mal absolu qui engendre les pires dégâts, un mal absolu dont l’absinthe sera vite l’archétype. Au nom de l’avenir du pays, au nom de la morale, les antialcooliques demanderont l’interdiction pure et simple de cette « tueuse d’hommes et d’énergies », de ce vert élixir qui « ruine l’ouvrier avant de le tuer, l’entraînant à la paresse, au jeu, à la noce basse, au crime4 » et, fait plus inquiétant sans doute, n’épargne pas la bourgeoisie.

  • 5 Louis Jacquet, L’alcool. Étude économique générale, Paris, Masson, 1912, 945 p.

8Mais pourquoi cette attaque en règle uniquement contre les spiritueux ? D’abord, face à la puissance alcoolière, qui faisait vivre, selon Louis Jacquet, « approximativement, et sans exagération, 4 500 000 à 5 000 000 de personnes5 », les antialcooliques n’avaient guère d’autres solutions que de s’attaquer aux produits qui leur semblaient à la fois les plus emblématiques et les plus aisés à circonscrire, et ce, pour ne pas s’aliéner définitivement l’ensemble de la filière. La bataille engagée contre l’absinthe, distinguant fort à propos les alcools industriels ou frelatés de la production familiale et artisanale de vins et d’alcools de cru, relève pour une part de cette logique. Ensuite, les coups portés à telle ou telle boisson, à tel ou tel mode de consommation (lutte contre l’ivresse publique ou les débits de boissons) avaient, aux yeux des antialcooliques, une justification scientifique : la statistique, l’expérimentation montraient le chemin à suivre. Les deux se combinent en une doctrine, la tempérance, qui fonde l’action.

  • 6 Ludger Lunier, cité par Jacques Godard, « 100 ans d’action antialcoolique en France », Alcool ou s (...)

9À l’inverse des mouvements antialcooliques anglo-saxons qui, dès leurs débuts, s’orientent ostensiblement vers l’abstinence, l’antialcoolisme français préfère une autre voie : l’abus est condamné, mais non l’usage modéré, qui est accepté. Comme l’indique le secrétaire général de la Société française de tempérance, Ludger Lunier, il est en effet impossible dans un pays comme la France de prôner du jour au lendemain « l’abstinence absolue de boissons alcooliques » même si « la netteté de ce principe a l’avantage incontestable de ne comporter ni équivoque ni faux-fuyants ». Selon lui, il faut se rendre à la raison et admettre qu’il ne serait guère « pratique d’en proposer l’adoption dans un pays qui produit le cidre et le vin, et où en définitive l’alcoolisme n’a pris un caractère réellement inquiétant que depuis que les alcools d’industrie se sont substitués presque partout dans la consommation aux produits naturels de la vigne6 ». D’ailleurs, statistiques à l’appui, tout oppose la France du Nord, buveuse d’alcool et marquée du sceau de l’alcoolisme (aliénation mentale, criminalité…) à la France du Sud, acquise au vin et manifestement tempérante. Et l’analyse, reprise entre autres par le sénateur Claude dans son imposant rapport sur l’alcoolisme en 1887, allait ainsi déboucher sur un compromis qui peut aujourd’hui surprendre : proscrire la consommation des boissons distillées et, pour mieux la circonscrire, prôner une consommation modérée des boissons fermentées, alors considérées comme « hygiéniques ».

  • 7 Fac-similé de cette pétition dans Jacques Roubinovitch, Les alcools qui tuent, 1907.

10Dès lors, les antialcooliques chercheront, sur tous les modes et tous les tons, à convaincre la population que « l’alcool tue », qu’il « est le plus redoutable ennemi de la famille », qu’il « fait de l’homme une brute, de la femme une martyre, de l’enfant un dégénéré7 » pour reprendre les attendus de la pétition contre l’absinthe lancée en 1905 par la Ligue nationale contre l’alcoolisme. Et pour frapper les esprits, tous les arguments sont bons. Le langage guerrier est de circonstance (« l’alcool, voilà l’ennemi » ; « guerre à l’alcool ») et l’injonction souvent la règle (« n’en buvons jamais »). L’épouvantail de la folie et de la ruine est brandi sans vergogne. Enfin, pour détourner définitivement le buveur du poison, on lui propose une alternative : « Le bon vin de France. »

  • 8 Pr Maurice Debove, cité par Jacques Godard, « 100 ans d’action antialcoolique en France », Alcool (...)

11Seulement, élever le vin au rang de « boisson hygiénique » et, par intérêt autant que par conviction scientifique, le parer de toutes les vertus pour endiguer le grand mal de l’alcool n’étaient pas sans risques. Certains en prendront très vite la mesure comme le Pr Maurice Debove qui, dans sa leçon d’ouverture au cours de pathologie interne à la faculté de médecine de Paris en 1899, déclarait « sans ambages » que « l’homme ne s’alcoolise pas seulement avec l’alcool aromatisé naturellement ou artificiellement (cognac ou liqueurs diverses) » mais qu’il « arrive au même résultat par les boissons dites hygiéniques », boissons d’autant plus toxiques « qu’elles contiennent plus d’alcool8 ».

  • 9 Dr Camille Lian, « l’alcoolisme, cause d’hypertension artérielle », Bulletin de l’Académie de méde (...)

12Le risque était d’autant plus important que l’on avait alors de la sobriété une définition très relative comme le montre une communication présentée par le Dr Camille Lian à l’Académie de médecine en 1915. Celui-ci distingue quatre groupes de buveurs : les sobres « qui boivent moins d’un litre de vin par jour et ne prennent ni apéritifs, ni eau-de-vie, ni liqueurs », les moyens buveurs « qui boivent 1 litre à 1 litre ½ de vin par jour et ne prennent ni apéritifs, ni eau-de-vie, ni liqueurs », les grands buveurs (2 à 2,5 litres de vin « ou une quantité moindre mais accompagnée de un ou deux apéritifs ou petites verres ») et les très grands buveurs qui « prennent au moins 3 litres de vin, ou une quantité moindre mais accompagnée de quatre à six apéritifs ou petits verres9 ».

13Mais parce qu’une attaque de front du monde alcoolier était impossible, le mouvement antialcoolique s’en tiendra à la stratégie et aux discours établis à l’origine. Très vite, il en subira les effets pervers, son argumentaire servant finalement autant, sinon davantage, les intérêts de ses adversaires que les siens propres. La consommation de l’alcool recula, un report se fi t sur le vin mais l’alcoolisme ne diminua pas.

Du vin rempart contre l’alcoolisme au vin fauteur d’alcoolisme

  • 10 « Tous pour le vin contre l’absinthe », Le Matin, 15 juin 1907.
  • 11 « Pour le vin, contre l’alcool », Lectures pour tous, 12e année, n° 1, 1909, p. 23 et p. 30.

14Dès les années 1900, l’argument du vin meilleur rempart contre l’alcoolisme fait florès. Belle aubaine pour la viticulture qui bénéficie ainsi d’une promotion inespérée, par exemple en 1907 lorsque le midi viticole s’embrase et que les voix se multiplient en faveur du vin naturel. « Tous pour le vin contre l’absinthe », titre Le Matin au lendemain du « triomphal meeting » que le journal a organisé le 14 juin 1907 au Trocadéro et qui a rassemblé 4 000 personnes venues écouter les « plus hauts représentants de la science, des armées de terre et de mer, de la magistrature et du barreau, du parlement et de l’Institut » réclamer « l’interdiction de l’absinthe10 ». « Pour le vin, contre l’alcool », clame deux ans plus tard la revue populaire publiée par Hachette, Lectures pour Tous, dans un long article qui explique pourquoi « la lutte est désormais engagée entre deux produits, l’un salutaire, l’autre malfaisant » et pourquoi « il faut que la France choisisse entre le vin qui soutient et réconforte, et l’alcool qui tue ». Bien sûr, conclut l’article, cela ne veut pas dire que « chacun puisse boire impunément 4 et 5 litres de vin » : pour « le citadin qui mène une vie sédentaire dans une atmosphère confinée… 1 ou 2 bouteilles de vin par jour suffi sent largement11 ».

  • 12 Louis Landouzy, « Le vin, dans la ration du soldat, moyen de lutte contre l’alcoolisme », Bulletin (...)
  • 13 PrPinard, « De la communication de M. Vidal sur la ration de vin du soldat français dans ses rappo (...)

15La Première Guerre mondiale ne modifiera pas la donne. Le vin sort auréolé du conflit, non seulement parce qu’il est distribué largement aux soldats sur le front mais aussi parce que cette distribution est présentée comme une mesure de santé publique. L’année même de la loi prohibant définitivement l’absinthe, débats et vœux se multiplient en sa faveur à l’Académie de médecine. Et ses défenseurs de se succéder à la tribune pour la plus grande joie des revues viticoles qui s’en font largement l’écho dans leur colonnes. Les arguments font mouche. Par exemple, ceux du Pr Landouzy qui réclame « au titre des substitutions et des équivalences alimentaires… pour le soldat comme pour l’ouvrier de France, la bouteille de vin naturel, à boire en mangeant », une bouteille « payée à 0 F 30 ou 0 F 40 » qui, « par les quatre cents calories environ que fournit son alcool », donne « chaleur au ventre, joie au cœur, gaieté dans l’humeur » et « bien plus » est « l’équivalent de 500 grammes de viande de bœuf, valant à l’heure qu’il est, au moins 2 francs12 ! » Dès lors, comme l’affirmera le Pr Pinard, « en permettant à tous nos soldats sous les drapeaux de boire à chaque repas le pur vin de France, on réagira puissamment… et bien que cela semble tout d’abord paradoxal, contre l’alcoolisme13 ».

  • 14 Pr Paul Cazeneuve, « Sur les vraies causes de la recrudescence de l’alcoolisme », Bulletin de l’Ac (...)

16Au lendemain de la guerre, les plus ardents défenseurs de l’antialcoolisme pourront toujours s’offusquer de l’aveuglement et de l’inconséquence d’une partie du corps médical, ils ne pourront inverser la tendance. Quand en 1925, la question de la recrudescence de l’alcoolisme est portée devant l’Académie de médecine, rares seront ceux qui incrimineront le vin. Le font-ils d’ailleurs qu’ils soulèvent l’ire de certains de leurs collègues, par exemple du Pr Paul Cazeneuve pour lequel « il serait désirable de bien établir la part qui doit revenir, dans les accidents constatés, à l’abus des apéritifs et en particulier des simili-absinthes14 ».

  • 15 Annuaire international du vin, Paris, Alcan, 1929, 451 p. et 1931, 645 p.

17Pris au piège de son propre discours, le mouvement antialcoolique, en nette perte de vitesse pendant l’entre-deux-guerres, devra avaler, sinon de l’alcool, du moins un grand nombre de couleuvres. La valeur alimentaire, hygiénique et médicale du vin devient en effet l’un des couplets préférés de la propagande viticole. Dans ses annuaires, l’Office international du vin, fait ainsi la part belle aux déclarations des « médecins amis du vin » et à la « défense médicale et physiologique du vin », pour reprendre le titre d’une étude présentée en 1931 par les professeurs Delaunay et Portmann de la faculté de médecine de Bordeaux. Tous s’accordent pour reprendre la formule de Pasteur : « Le vin est la plus saine et hygiénique des boissons », et pour en prouver le bien fondé, à l’instar du Dr Peton qui démontre en 1929 la supériorité du vin sur toutes les autres boissons, en particulier le cidre, « boisson froide qui porte à boire en abondance et qui, comme on le voit en Bretagne et en Normandie, est loin de garantir les populations contre les dangers de l’alcoolisme15 ».

  • 16 Cité par Pierre Fouquet et Martine De Borde, Le roman de l’alcool, Seghers, 1986, p. 175.
  • 17 Bons points Pasteur, reproduits dans la revue L’Étoile bleue, février 1933.
  • 18 Dr Étienne May, « Problème de l’alcoolisme en France », Journal Officiel, 30 janvier 1954, p. 185 (...)

18Pire, cette propagande trouve des relais en haut lieu. Par exemple, en août 1930 quand le ministre de l’Instruction publique, constatant dans une circulaire que « le client perdu pour le vin est un client gagné pour l’alcool ou, ce qui est pis encore, pour la morphine, la cocaïne, l’héroïne, la belladone et autres drogues infâmes16 », appellera les enseignants à la rescousse de la propagande viticole. Fort de ce soutien inespéré, le Comité national de propagande pourra diffuser à loisir ses bons points dans les écoles, des bons points à l’effigie de Pasteur qui fournissent une magnifique leçon sur la valeur alimentaire du vin : « Un litre de vin correspond comme nourriture à 900 gr. de lait, 370 gr de pain, 585 gr de viande, 5 œufs17 », le « ou » remplacé par une accolade laissant finalement au lecteur peu averti le choix entre « ou » ou « et ». En 1952, « d’après les renseignements fournis par l’UNAF18 », on distribuait encore dans certaines écoles primaires des buvards reprenant, dessin à l’appui, ce message.

  • 19 « Une enquête sur les vins ; le Clos du Postillon », Vendre, mai 1925. Sur la publicité alcoolière (...)

19De tels arguments devaient conforter les consommateurs dans leurs préjugés vis-à-vis du vin et de l’alcool d’autant que la publicité naissante exploitait allègrement le filon de la santé pour en vanter les mérites. Hygiénique, tonique, bienfaisant, les qualificatifs de cette nature sont fréquents au début du siècle pour magnifier les effets des diverses boissons alcooliques. Et ils confortent des visuels d’individus au faciès réjoui, les « bons gros » conviviaux, extravertis, boute-en-train, bourgeois ventrus des marques de champagne ou hercules de foire des affiches Byrrh. Dans l’entre-deux-guerres, les vins du Postillon, « le bon vin à la portée de tous », montre ainsi un personnage « hilare et très évidemment enclin à vider force bouteilles19 ».

  • 20 P. Perrin et J. Trémolières, « L’alcool, erreur alimentaire », Alcool ou santé, 1964, n° 131.

20Les conséquences de cette propagande active sur la santé des populations, qui plus est dans un marché viticole au bord de la saturation (la production dépasse à plusieurs reprises 70 millions d’hectolitres entre 1920 et 1940), ne se firent pas attendre. Dès la fin des années 1930, les dénonciations se multiplient dans les revues médicales, telle celle des Drs Heuyer et Duchêne qui publient en 1941 dans la Semaine des hôpitaux de Paris un article au titre évocateur : « Le vin, facteur le plus répandu de l’alcoolisme en France. » Vingt ans plus tard, les Prs Perrin et Trémolières sont tout aussi catégoriques : « Les deux tiers des alcooliques sont des buveurs de vin et très souvent des buveurs de vin exclusifs20. »

  • 21 Rapport au Président du Conseil des ministres sur l’activité du Haut Comité d’étude et d’informati (...)

21De fait, comme devaient le montrer différents sondages réalisés au début des années 1950, « les Français [étaient] ignorants des dangers causés par l’absorption de quantités excessives de vin21 ». Ainsi, selon une enquête menée en 1955, 86 % des personnes interrogées considéraient que le vin était indispensable (28 %) ou pour le moins utile (58 %) à un travailleur de force (2 % seulement la jugeaient nuisibles) ; quant aux quantités limites quotidiennes, elles en disent encore plus sur leur méconnaissance des dangers : les femmes évaluaient la limite à 1,66 litre ; les hommes à 1,94 litre. On comprend aisément au regard de ces chiffres que beaucoup de Français aient difficilement supporté les restrictions et privations de vin au cours de la guerre et que l’alcoolisme sévit dans le pays avec plus d’intensité qu’ailleurs : en 1951, avec quelque 22 litres d’alcool pur consommé par habitant, la France précède, et de très loin, tous les autres pays industrialisés (en Italie, la consommation moyenne dépasse alors tout juste 9 litres).

22Il devenait urgent que l’État s’implique pleinement. En 1954, des actes forts traduiront la volonté de mettre en place un véritable antialcoolisme public (loi sur les alcooliques dangereux, création du Haut Comité d’étude et d’information sur l’alcoolisme par Pierre Mendès France…). S’en suivra une politique active qui cherchera à peser aussi bien sur l’offre que sur la demande (code des débits de boissons, interdiction du privilège des bouilleurs de cru, assainissement du marché par des politiques d’arrachages ou d’orientation de la production).

Le vin, une drogue comme les autres

  • 22 Alain Barjot, « Principes directeurs de l’action des pouvoirs publics en France dans la lutte cont (...)

23La tempérance avait été la doctrine de l’antialcoolisme naissant. Celle des débuts de l’antialcoolisme d’État sera la sobriété. « Prohiber la consommation, en quantités raisonnables, de boissons alcoolisées et, notamment, de cette boisson nationale qu’est le vin22 » n’est toujours pas à l’ordre du jour. Il s’agit davantage de promouvoir les bienfaits pour la santé de « l’usage modéré des boissons alcooliques », en diffusant, sous une signature unique − santé-sobriété − qui accompagne toutes les campagnes, quelques grands principes :

  • Ne pas dépasser un maximum quotidien, dont on indique qu’il varie selon les individus, en fonction notamment de leur activité professionnelle mais aussi en fonction de leur âge ou de leur sexe (« jamais plus d’un litre de vin par jour » pour un travailleur de force) ;
  • limiter notablement la consommation à certaines occasions, pour prendre le volant (« boire ou conduire, il faut choisir », « encore un verre ? non merci, je conduis ») ou dans le travail (« Pour rester maître de vos réflexes, pas de boissons alcoolisées pendant les heures de travail ») ;
  • préconiser son interdiction pour certaines populations à risques, notamment pour les femmes enceintes (« futures mamans attention ! », « je bois, je l’intoxique », « je nous protège, pas d’alcool ») et les enfants (« je pousse bien, car je ne bois ni vin, ni cidre, ni bière ») ;
  • et toujours proposer la possibilité d’alternatives aux boissons alcooliques : en offrant le choix (« n’obligez pas à boire de l’alcool… offrir le choix, c’est savoir vivre »), en se rappelant qu’il ne faut jamais entraîner un ancien buveur ou un jeune à consommer de l’alcool (« au nom de la liberté23 »).
  • 24 Alcool ou santé, n° 20, 1956, p. 3. Le CNDCA est le nouveau nom que prend la Ligue contre l’alcool (...)

24Si les préceptes développés à l’initiative du Haut Comité d’étude et d’information sur l’alcoolisme s’inscrivent dans la continuité, la stratégie adoptée s’en distingue. Diffusées largement dans tous les médias (presse, affichage notamment), les campagnes de prévention refusent à la fois la moralisation et la culpabilisation qui caractérisaient l’antialcoolisme des origines. En outre, et c’est là une différence majeure, seules les boissons non alcooliques (eau, jus de fruits, lait) sont présentées comme des alternatives aux boissons alcooliques, qu’elles soient fermentées ou distillées. Dans son article L1, le Code des débits de boissons et des mesures contre l’alcoolisme est explicite ; il classe les boissons en deux catégories : les boissons non alcooliques et les boissons alcooliques, ces dernières étant subdivisées en quatre groupes dont celui des boissons fermentées non distillées. Quant aux messages d’éducation sanitaire, ils vont tenter de casser définitivement l’image du vin « boisson hygiénique » et faire admettre que c’est une boisson contenant de l’alcool et, à ce titre, aussi dangereuse qu’une autre lorsqu’on en abuse. Ainsi, le Comité national de défense contre l’alcoolisme se donne-t-il pour objectif en 1956 « d’attirer l’attention sur les dangers si méconnus d’une consommation excessive de vin » et de rappeler par l’image (une bouteille de vin et un alambic) et par le texte que « dans un litre de vin à 10°, il y a 1/10e d’alcool pur », que « le vin contient aussi de l’alcool » et qu’il convient de faire attention et d’en « boire avec modération24 ». Et quand on ne l’écrit pas ou ne le dit pas ouvertement, on le suggère par exemple au moyen de visuels (litres, verres ballon) qui ne trompent pas sur la nature de la boisson ciblée.

  • 25 D’après X.-L. Fleck, « Bilan », dans Rapport au Premier ministre du Haut Comité d’étude et d’infor (...)

25Dès 1970, un sondage montre que la population française commence à intégrer cette nouvelle norme du boire. Si la consommation sans risque d’un travailleur manuel est encore estimée à 1,15 litre de vin par jour et celle d’un employé de bureau à 0,60 litre, c’est-à-dire à des valeurs supérieures aux messages de prévention, ces évaluations sont toutefois sensiblement inférieures à ce que l’on estimait normal de consommer quinze ans auparavant (respectivement 1,8 et 0,8 litre)25. Surtout, la baisse tendancielle de la consommation est amorcée : de 18,4 litres d’alcool pur par habitant en 1952, la consommation tombe à 16,7 litres en 1972 puis à 15,4 litres en 1979 ; de même, la part des achats de boissons dans le budget des ménages recule de près de moitié entre la fin des années 1950 et le milieu des années 1970. Et cette baisse concerne principalement le vin, notamment le vin de table : en 1975, il ne représente plus que 40 % des dépenses de boissons consommées à domicile par les ménages contre 57 % dix ans plus tôt.

  • 26 Jean Trillat, « Introduction », Les boissons alcooliques. Situation actuelle et recherches récente (...)

26Or, dès cette époque, c’est moins la consommation régulière qui retient l’attention des préventeurs que la consommation épisodique des jeunes ou les consommations en dehors du domicile. Alors que la mortalité et la morbidité par accidents de la circulation routière ne cessent de croître, c’est moins le vin-aliment qui pose problème que l’alcool-drogue, l’alcool festif, et moins les campagnes de promotion pour le vin que les publicités pour les spiritueux ou la bière. « Tandis que l’alcoolisme d’habitude… est en régression », l’attention se focalise sur les jeunes chez lesquels « une nouvelle forme apparaît : le relais, facile et discret, par l’alcool, des drogues trop chères – et prohibées26 ».

27Au même moment, de nouveaux acteurs se saisissent des campagnes contre l’alcool, tels les organismes de sécurité routière ou le Comité français d’éducation pour la santé. L’importance qu’ils prennent en matière de communication sociale est d’ailleurs telle que le Haut Comité d’étude et d’information sur l’alcoolisme se trouve relégué à un rang secondaire dans un domaine où il avait pourtant fait ses preuves. Il disparaîtra finalement au profit du Haut Comité de la santé publique, à vocation plus large, en 1991, à un moment où un regain de fermeté vis-à-vis de l’alcool se note à l’infléchissement progressif de la doctrine qui sous-tend l’antialcoolisme d’État. De la sobriété des années 1950-1960, on glisse vers la modération. « Pour notre santé, choisissons la modération » devient ainsi le mot d’ordre des années 1980, et signe des temps, on ne parle plus de litre ou de quart de vin, mais de verres. C’est le fameux slogan « un verre, ça va… trois verres bonjour les dégâts » qui inaugure cette nouvelle tendance en 1984. Avec une idée-force, c’est que, dès le deuxième verre, le danger est là, et qu’il vaut mieux l’éviter ou le remplacer par de l’eau. Dans le même temps, les campagnes de la sécurité routière renforcent le message en jouant à la fois sur les taux d’alcoolémie et les quantités d’alcool : « Alcool au volant. 0,5 g/l : après deux verres, tout s’accélère », clame ainsi la Prévention routière à l’occasion de la campagne d’accompagnement du passage du taux d’alcoolémie à 0,5 g/l en 1995.

  • 27 Le verre standard correspond à environ 10 grammes d’alcool pur.
  • 28 Stratégie d’action alcool, texte dactylographié, 2001, en ligne sur le site [www.sante-gouv.fr], e (...)

28Ce faisant, la norme de référence ne cesse de diminuer. Alors que jusque dans les années 1960, la quantité à ne pas dépasser était d’un litre de vin pour un travailleur de force (soit 10 verres standards), on est passé à « 2 à 3 verres standard par jour27 » pour un homme et de 1 à 2 pour les femmes. Mieux, selon certains experts, cette norme doit encore être abaissée puisque, dans les perceptions des Français, la norme de dangerosité se situe au-delà de ces 3 verres par jour (moyenne 3,7 pour la norme masculine et 3 pour la norme féminine). Et c’est ce point de vue que le plan alcool lancé par le gouvernement en 2001 défend : il faut « abandonner dans le discours public la notion de consommation modérée comme norme de comportement ou celle de consommation excessive pour évoquer une consommation à risque pour la santé » et « diffuser dans la société comme norme de comportement, celle d’une consommation faible ou basse » avec pour objectif, en ce qui concerne la consommation de vin, d’accélérer le « rythme de décroissance28 » observé depuis les années 1990 de 50 %.

  • 29 Dr Paul Perrin, « Causes psychiques de l’alcoolomanie », La Santé de l’Homme, n° 89, 1955, p. 80.

29Parallèlement, de l’approche produit (action ciblée uniquement sur l’alcool), on passe à une approche plus globale sur les dépendances et les addictions. Déjà en 1955, le Dr Paul Perrin avait introduit le terme d’alcoolomanie pour désigner « l’impossibilité de se priver de boissons alcoolisées, et bientôt celle d’en limiter les quantités absorbées29 ». Vingt ans plus tard, l’idée a fait son chemin et l’alcool est classé parmi les drogues à part entière. Drogue licite, certes, mais drogue quand même. La boucle sera bouclée dans les années 1990 avec le rapport Roques sur la dangerosité des drogues et à sa suite le plan triennal de lutte contre la drogue et la prévention des dépendances : désormais, l’approche globale, fondée sur un consensus médico-scientifique, se veut transversale pour l’ensemble des substances et des conduites addictives.

  • 30 Tiphaine Canarelli, Agnès Cadet-Tairou et Christophe Palle, « Indicateurs de la morbidité et de la (...)
  • 31 Claude Got, cité par Sandrine Blanchard, « L’alcool, un danger mal combattu », Le Monde, 13 septem (...)

30En définitive, par touches successives, on est passé d’un discours antialcoolique qui faisait du vin un allié majeur dans le combat contre les spiritueux à un discours qui en fait le principal responsable de la persistance du haut niveau de morbidité et mortalité imputables à l’alcool. En moins d’une cinquantaine d’années, le ton s’est sensiblement durci alors que les Français consomment quasiment moitié moins d’alcool, « une diminution presque exclusivement liée à la réduction de l’usage du vin, les quantités des autres catégories de boissons (bières, spiritueux) étant aujourd’hui à peu près au même niveau qu’au début des années 196030 », et qu’ils achètent désormais davantage d’eau que de vin. Tout se passe comme si la diminution tendancielle de l’alcoolisation confortait les experts dans leur volonté d’en demander davantage au nom du combat contre les quelque 45 000 décès annuels liés, directement ou indirectement, à une consommation excessive d’alcool et de la prise en compte des 5 millions de Français qui ont un problème avec l’alcool, au risque peut-être de finir par ne plus prôner que l’abstinence mais aussi, en refusant tout compromis pour empêcher que « les politiques de santé publique soient bloquées31 », d’entrer dans un rapport de force avec le monde viticole dont il n’est pas certain qu’il tourne à leur avantage.

Notes

1 Xavier Carreau (président de l’association Vin et société) dans un droit de réponse publié par Le Monde, 21 octobre 2004.

2 Henri Pujol, Albert Hirsch, Alain Rigaud, Gérard Dubois et Claude Got, « À consommer avec modération et sans publicité », Le Monde, 18 janvier 2005, p. 20 (rubrique Horizons débats).

3 On trouvera une reproduction de ce tableau mural, avec un commentaire de Myriam Tsikounas, sur le site de la Réunion des musées nationaux [www.histoire-image.org].

4 Charles Torquet, « L’absinthe tueuse d’hommes et d’énergies », Je Sais Tout, 15 février 1907, p. 48 et p. 54.

5 Louis Jacquet, L’alcool. Étude économique générale, Paris, Masson, 1912, 945 p.

6 Ludger Lunier, cité par Jacques Godard, « 100 ans d’action antialcoolique en France », Alcool ou santé, n° 114, 1972, p. 6-18.

7 Fac-similé de cette pétition dans Jacques Roubinovitch, Les alcools qui tuent, 1907.

8 Pr Maurice Debove, cité par Jacques Godard, « 100 ans d’action antialcoolique en France », Alcool ou santé, n° 114, 1972, p. 10.

9 Dr Camille Lian, « l’alcoolisme, cause d’hypertension artérielle », Bulletin de l’Académie de médecine, t. 74, 1915, p. 526.

10 « Tous pour le vin contre l’absinthe », Le Matin, 15 juin 1907.

11 « Pour le vin, contre l’alcool », Lectures pour tous, 12e année, n° 1, 1909, p. 23 et p. 30.

12 Louis Landouzy, « Le vin, dans la ration du soldat, moyen de lutte contre l’alcoolisme », Bulletin de l’Académie de médecine, t. 74, 1915, p. 56.

13 Pr Pinard, « De la communication de M. Vidal sur la ration de vin du soldat français dans ses rapports avec l’alcoolisme », Bulletin de l’Académie de médecine, t. 74, 1915, p. 52.

14 Pr Paul Cazeneuve, « Sur les vraies causes de la recrudescence de l’alcoolisme », Bulletin de l’Académie de médecine, t. XCIV, 1925, p. 1259-1264.

15 Annuaire international du vin, Paris, Alcan, 1929, 451 p. et 1931, 645 p.

16 Cité par Pierre Fouquet et Martine De Borde, Le roman de l’alcool, Seghers, 1986, p. 175.

17 Bons points Pasteur, reproduits dans la revue L’Étoile bleue, février 1933.

18 Dr Étienne May, « Problème de l’alcoolisme en France », Journal Officiel, 30 janvier 1954, p. 185 [coll. Avis et rapports du Conseil économique].

19 « Une enquête sur les vins ; le Clos du Postillon », Vendre, mai 1925. Sur la publicité alcoolière, on se reportera à l’excellente étude de Sarah Howard, Les images de l’alcool en France (1915-1942), CNRS, 2006, 257 p. (d’où est extraite la citation ci-dessus) et à la thèse de Richard Gasnier, Les affiches publicitaires d’alcool : images de société (1880-1920), Lyon 2, 2006, 2 t.

20 P. Perrin et J. Trémolières, « L’alcool, erreur alimentaire », Alcool ou santé, 1964, n° 131.

21 Rapport au Président du Conseil des ministres sur l’activité du Haut Comité d’étude et d’information sur l’alcoolisme, Paris, HCEIA, décembre 1958, p. 80.

22 Alain Barjot, « Principes directeurs de l’action des pouvoirs publics en France dans la lutte contre l’alcoolisme », Communications françaises au XXVe congrès international contre l’alcoolisme, Istanbul, 1956, p. 13.

23 Toutes ces citations sont des slogans que l’on retrouve sur les affiches de prévention de l’époque. Pour plus de détails, nous renvoyons le lecteur à notre travail : Thierry Fillaut et Jack Garçon, La prévention de l’alcoolisme par l’affiche en France, en Belgique, en Suisse et au Québec (1945-1995), Ensp-Chrisco-Ireb, Cd-Rom, 2003 (diffusion par les éditions ENSP).

24 Alcool ou santé, n° 20, 1956, p. 3. Le CNDCA est le nouveau nom que prend la Ligue contre l’alcoolisme en 1949.

25 D’après X.-L. Fleck, « Bilan », dans Rapport au Premier ministre du Haut Comité d’étude et d’information sur l’alcoolisme, décembre 1971, p. 126-127.

26 Jean Trillat, « Introduction », Les boissons alcooliques. Situation actuelle et recherches récentes, La Documentation française, coll. « Notes et études documentaires », n° 4396-4398, 1977, p. 5-6.

27 Le verre standard correspond à environ 10 grammes d’alcool pur.

28 Stratégie d’action alcool, texte dactylographié, 2001, en ligne sur le site [www.sante-gouv.fr], et Plan gouvernemental de lutte contre les drogues illicites, le tabac et l’alcool (2004-2008), en ligne sur le site [www.drogues.gouv.fr]. Nota : la consommation de vin par habitant est passé de 73 litres en 1990 à 58 litres en 1998.

29 Dr Paul Perrin, « Causes psychiques de l’alcoolomanie », La Santé de l’Homme, n° 89, 1955, p. 80.

30 Tiphaine Canarelli, Agnès Cadet-Tairou et Christophe Palle, « Indicateurs de la morbidité et de la mortalité liées à l’alcool en France », BEH thématique, n° 34-35, 2006, p. 252.

31 Claude Got, cité par Sandrine Blanchard, « L’alcool, un danger mal combattu », Le Monde, 13 septembre 2006, p. 25.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site