Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les affrontements

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Frédérique Pitou

Deuxième partie. Le jeu des acteurs

Aspects rituels des rébellions à la gendarmerie dans la France du premier xixe siècle

Aurélien Lignereux

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Jean Nicolas, La Rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale (1661-1789), Par (...)

1À lire les récits de rébellions villageoises, on est frappé par le « scénario quasiment stéréotypé » et par le « tempo universel » qui en caractérisent le déroulement1. Encore faut-il, au moins pour le xixe siècle, en raison de la normalisation des pratiques répressives et de la standardisation des procédures judiciaires, faire la part du rituel propre des affrontements et de ce qui relève des codes qui président à leur compte rendu.

  • 2 « Modèle de procès-verbal pour constater des violences, des voies de fait et toute attaque contre (...)

Se sont alors présentés à nous plusieurs individus, lesquels nous ont injuriés en nous traitant (citer ici les propos injurieux ou proférés) ; ils nous ont aussi fait différentes menaces (dire si c’est avec des bâtons, des armes blanches ou à feu, avec le poing ou de quelque autre manière) ; nous avons aussitôt sommé les attroupés de se séparer et de se retirer paisiblement, en leur annonçant que nous étions disposés à repousser la force par la force, et à ne pas abandonner le terrain. Ils n’ont pas tenu compte de nos avertissements : au contraire, quelques-uns d’eux ont saisi la bride de nos chevaux, d’autres ont frappé (indiquer comment et pourquoi on a frappé) ; des coups de feu ont été tirés sur nous ; le sieur (ou) les sieurs ont été tués (ou blessés) ; des pierres ont été lancées (il faudrait détailler l’attaque avec toutes les circonstances).
Voyant qu’il nous était impossible de défendre le terrain que nous occupions, les postes ou les personnes qui nous avaient été confiés, sans développer la force des armes pour vaincre la résistance qui nous était opposée, (ou bien) voyant que des violences et des voies de fait étaient exercées contre nous-mêmes, nous avons à l’instant prononcé à haute voix la formule Force à la loi, et de suite nous (détailler ici les mesures militaires employées ; dire si on a fait feu ; si l’on a dissipé les assaillants ; si quelques-uns sont demeurés sur le carreau ; si d’autres ont été blessés ou arrêtés parmi eux ; en un mot, il faut récapituler le combat)2.

2C’est en ces termes que les gendarmes sont invités à dresser le procès-verbal des rébellions qu’ils ont éprouvées. Étape après étape, le cours de l’affrontement est ainsi retracé. Mieux, les injures, les formules officielles, les coups de poing ou les coups de feu, doivent être mentionnés. Ne tient-on pas là une grille commode pour reconstituer les formes que prennent les rébellions ? Il est vrai que ces comptes rendus précis sont rédigés par des témoins de premier ordre, ce qui rappelle aussi leur parti pris. Cette implication des gendarmes peut se dissimuler derrière le modèle cité, auquel ils sont tentés de se conformer, à plus forte raison lorsque leur attitude n’a pas été réglementaire. L’alignement sur un modèle préexistant risque donc de fausser le récit des rébellions. Plus largement, le procès-verbal vise moins à restituer toutes les dimensions d’une affaire qu’à établir la qualification pénale des faits pour produire un document valable en justice.

  • 3 Aurélien Lignereux, « Des jugements rebelles au Code pénal ? La sanction des rébellions à la genda (...)
  • 4 Le lieutenant de gendarmerie à Espalion au ministre de la Guerre, 18 août 1853, département de l’A (...)

3Or la taxinomie du Code pénal apporte un filtre normatif supplémentaire. La bissectrice cruciale entre crime et délit de rébellion, attribuant le premier aux cours d’assises et le second aux tribunaux correctionnels, est fondée sur la gravité des actes, évaluée à partir du nombre d’attroupés et du port d’armes. Le parquet tend même à réécrire la rébellion pour en autoriser la correctionnalisation, quitte à omettre les circonstances aggravantes3. Un tel filtrage n’explicite guère les mots et les gestes de la rébellion. Rendant compte des violences subies par les gendarmes de Saint-Chély, intervenus lors d’une rixe entre jeunesses rivales à la fête patronale d’Aubrac, le 15 août 1853, le lieutenant d’Espalion décrit scrupuleusement l’enchaînement des faits, sans les expliciter. Tout en étant conscient de la dimension rituelle du combat − il parle du « théâtre de la lutte » −, il évoque négligemment les « vociférations étranges » que poussent les combattants4.

  • 5 François Ploux, Guerres paysannes en Quercy. Violences, conciliations et répression pénale dans le (...)
  • 6 François Baby, La Guerre des Demoiselles en Ariège (1829-1872), Montbel, Champ-de-Mars, 1972, 226 (...)

4Cette profonde méconnaissance incite à changer de point de vue et à mettre en évidence les structures anthropologiques et sociales qui donnent naissance et sens à la violence, pour échapper au prisme de la sauvagerie naturelle5. Il reste cependant possible de prendre pour objet cette incompréhension et d’envisager la dialectique conflictuelle à l’œuvre entre les gendarmes et les populations, en tenant compte du jeu des rapports de force et de l’ajustement des ripostes. Cette prise en compte des rites de l’interaction permet d’envisager toutes les rébellions, et non plus seulement celles emblématiques, et finalement atypiques, dont les rituels ont déjà retenu l’attention6.

  • 7 Cette échelle permet d’élargir ou de nuancer ce qui peut apparaître comme une spécificité régional (...)
  • 8 Sur ce corpus, Aurélien Lignereux, « Force à la loi ? » Rébellions à la gendarmerie et autorité de (...)

5C’est dans cette perspective que, pour la France de 1800-18597, 3 725 rébellions violentes, impliquant trois rebelles au moins contre des gendarmes, ont été retracées, au fil d’une base de données détaillant chaque affaire en des fiches riches de 57 rubriques8. La portée globale de la recension respecte ainsi la singularité de chacun des heurts. Il devient possible de mettre à nu les mécanismes qui aboutissent à la rébellion ouverte et les moments qui scandent l’affrontement. Il convient alors de confronter cet inventaire factuel avec les usages qu’en font les autorités répressives pour discréditer les rébellions en les assimilant à des rituels sauvages.

6L’historiographie considère volontiers les rébellions comme une cristallisation exemplaire du conflit de normes entre l’État et les sociétés villageoises. À ce titre, les modes de mobilisation et les gestes de colère servent à illustrer les logiques communautaires. Toutefois, seule la prise en compte de l’attitude des forces de l’ordre restitue l’intelligibilité des faits : à ne considérer que les populations, le bilan ne se porterait pas à quelques milliers de rébellions mais à autant d’affrontements que d’opérations impopulaires et d’arrestations risquées. Il n’y a pas de fatalité, mais un enchaînement de circonstances fortuites. La rébellion collective et violente résulte d’une escalade ritualisée des répliques, qui manifeste une culture de la confrontation, partagée par les populations aussi bien que par les gendarmes, mais que tempère le souci de restreindre la violence. Plutôt que de dresser ici un dégradé des situations, en fonction des causes, des temps et des lieux, on suivra la dégradation de la situation, au niveau de la structure des affaires. Quelques moments clefs régissent en effet ces 3 725 rébellions, si diverses sur le fond comme dans la forme.

De l’affront individuel à l’affrontement collectif

  • 9 Comme en témoigne par exemple le registre du tribunal correctionnel de Brignoles (2 mai 1818) : «  (...)
  • 10 Le commandant par intérim de la compagnie de l’Aude au ministre de la Guerre, 7 février 1849, DAT, (...)

7On ne conçoit pas de rébellions muettes. Par définition, le rebelle proteste contre la contrainte légale qu’il subit, et se réclame avec éclat d’une autre légitimité, souvent sous une forme outrancière et outrageante. Malgré le filtrage qu’opposent des sources conjuguant standardisation, traduction − car on insulte dans son patois − et euphémisation9, on conserve la trace des paroles d’outrage pour 1 440 cas. Une typologie s’avère utile. Il convient en premier lieu de classer à part le délit d’outrage, en amont de la rébellion. La suite des événements dépend du rapport de force. Dans la nuit du 27 janvier 1849, alors que des jeunes gens de Saint-Hilaire chantent à tue-tête « Les gendarmes s’en iront, La faridondaine, La faridondaine, ou bien nous les pendrons, qu’ils viennent, nous les arrangerons », le maréchal des logis se dérobe à la lutte à laquelle on cherche à l’attirer10.

8Ce type d’agression est minoritaire (un cas sur six) comparé à l’outrage de dépit, proféré à la suite de l’intervention des gendarmes. Il ne s’agit plus de provocation mais de réaction. L’outrage est alors une manière de reprendre l’initiative, de passer de la défense au défi. Plusieurs formes se distinguent. La menace vise à dissuader la brigade de persister dans son action. L’affirmation de soi (« Je ne vous crains pas… ») s’amplifie vite pour en imposer aux gendarmes. De fait, l’effet escompté ne dépend pas de la possibilité de sa réalisation. C’est la fonction même de la menace que de chercher à intimider l’adversaire pour éviter le combat. Cependant, elle n’équivaut pas toujours à un aveu d’impuissance : lever les bâtons ou mettre en joue sont d’éloquents avertissements.

  • 11 Le 16 août 1852, lors de l’évacuation musclée d’un cabaret à Quettetot (Manche), DAT, F1 64.
  • 12 Compagnie des Bouches-du-Rhône et du Maine-et-Loire, septembre 1835, octobre 1837, arch. nat., F7 (...)
  • 13 Honoré de Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes, Paris, Gallimard, 1977 [1847], p. 836.

9La volonté de provoquer l’adversaire est presque systématique. Le juron est peu mentionné dans la mesure où il ne constitue pas un fait incriminant, avec des cas limites comme « M… ». L’injure est une interpellation blessante destinée à réduire l’interlocuteur au silence, à couper court à toute explication, en se plaçant au-delà de la vérité et de l’erreur. De fait, le retournement est un procédé privilégié : les gendarmes sont traités de voleurs, de brigands ou de canailles ; bref, ils sont réduits au gibier qu’ils ont pour mission de poursuivre. L’insulte se présente quant à elle comme véridique et adaptée à l’interlocuteur et au contexte. Elle peut attaquer soit un gendarme en particulier, haï pour ses tracasseries ou discrédité par ses tares, soit la gendarmerie en général, comme instrument de coercition − il arrive que les gendarmes soient traités de « mannequins11 ». Des insultes leur sont spécifiques, qu’elles visent leur appât du gain à cause des primes liées à certaines arrestations (Grippe Jésus) ou qu’elles stigmatisent une fonction jugée infamante (Hirondelles de potence). Leur diffusion est telle qu’elles sont proférées aussi bien par des ouvriers marseillais que par des paysans de l’Ouest12, ou encore dans l’argot du Paris balzacien13.

  • 14 Le lieutenant de gendarmerie à Brioude au ministre de la Guerre, 2 août 1858, DAT, FI 28.

10Ce rejet de la gendarmerie, associée à l’ordre (« Je me f… de la gendarmerie »), s’enfle parfois en un refus jusqu’au-boutiste de toute contrainte, au cri de : « À bas la loi ! » Du reste, les autorités n’y accordent que peu d’importance. Il en va autrement lorsqu’elles y décèlent une intention séditieuse, comme à La Fageolle (Haute-Loire) où, le 28 juillet 1849, la foule gronde que « les gendarmes sont aussi canailles que le gouvernement14 ». Le cri « Vive la République » peut cependant être davantage une forme de provocation à l’égard des forces de l’ordre que l’expression d’une vraie conviction, le contenu de cette République étant d’ailleurs surtout synonyme de non-État.

  • 15 Compagnie du Puy-de-Dôme, décembre 1826, arch. nat., F7 4120.
  • 16 Le procureur général de Montpellier au ministre de la Justice, 1er juin 1826, arch. nat., BB18 113 (...)

11Dans une certaine mesure, la violence verbale joue un rôle d’exutoire pour canaliser l’agressivité. Deux facteurs poussent néanmoins à l’affrontement collectif : d’une part, la susceptibilité et l’esprit de corps des gendarmes ; d’autre part, la solidarité des témoins. De fait, 78 % des rébellions entraînent des individus étrangers au conflit initial. Les bravades perdent leur sens si on néglige ce public. Les appels à l’aide peuvent être directs. Un retardataire de la classe 1818, arrêté par les gendarmes de Pionsat, s’écrie : « À l’assassin, je suis pris par une troupe de brigands et de voleurs15. » La détresse d’une famille aux prises avec les gendarmes se colore souvent d’une connotation injurieuse − « Aux loups ! Aux chiens enragés ! Aux voleurs ! » −, dangers séculaires ressuscités pour attirer la communauté villageoise. Lorsque les spectateurs tardent à intervenir, l’apostrophe se fait plus pressante et volontiers pathétique. « Mes amis, mes cousins, ne sommes-nous plus cousins ? », lance un déserteur le 23 septembre 1825, à La Salvetat16. Il est courant qu’un individu arrêté, jusque-là docile, se jette à terre, se débatte et feigne la mort, à la vue de passants.

  • 17 Le commandant de la compagnie de l’Isère au ministre de l’Intérieur, 21 juin 1832, arch. nat., F7 (...)
  • 18 Tribunal correctionnel de Saint-Étienne, 2 juin 1820, arch. dép. de la Loire, U 527.
  • 19 Pour reprendre la formule de Nicole Gonthier, Cris de haine et rites d’unités : la violence dans l (...)

12Inversement, les populations peuvent encourager l’individu appréhendé à résister. « N’ayez pas peur, nous sommes en force, on ne vous emmènera pas », assure-t-on à Jean Gatel, notaire et maire de Brezins, arrêté le 17 juin 1832 par les gendarmes de La Frette17. Lorsque la brigade est repérée, des « Hu ! hu ! Hou hou ! » avertissent contumaces ou chasseurs du danger. L’alerte peut être plus générale au cri de « au feu ! » Le tocsin sonne cependant rarement, tant il est vrai qu’il avertit aussi les autorités. Il intervient lorsqu’il s’agit de réaffirmer la souveraineté de la commune sur son territoire. Donner l’impression d’unanimité est en effet crucial. À Roizey, le 14 mai 1820, la jeunesse affiche sa détermination : « On n’emmènera personne d’entre-nous, ou l’on nous emmènera tous18. » Les cris de haine scellent ces rites d’unité19 : « À bas ! Aux fusils ! Il faut les tuer ! Guerre à mort », « À l’eau » − déclinés au nom de la rivière locale − ou « Au feu », lorsque les gendarmes se sont réfugiés dans une maison ou dans leur caserne.

13Même mû par un élan commun, l’attroupement n’est pas homogène, comme le signale la répartition des rôles, à commencer par les différences entre les hommes et les femmes. Bien qu’il faille tenir compte des représentations des instances répressives, les femmes se risquent peu dans le corps à corps, mais elles cultivent une fonction d’entraînement. La famille se tient naturellement au premier rang lors de l’affrontement, et tout d’abord au cours du rassemblement, cherchant à ameuter des tiers, à l’instar de la sœur et du frère d’un conscrit arrêté le 11 mars 1808, à Noissède (Haute-Garonne), qui courent de village en village pour rallier les jeunes gens.

  • 20 Jean Duvignaud, La solidarité. Liens de sang et liens de raison, Paris, Fayard, 1986, 232 p.

14De fait, d’autres liens entrent en compte : des « solidarités errantes », nées des relations intenses et périssables du jeu et de la fête20, se soudent volontiers dans le rejet du gendarme. 18 % des rébellions éclatent lors d’une fête. Au total, 30 % des affaires prennent place un dimanche et 45 % lors de circonstances particulières (fête, foire, messe, tirage au sort, etc.). Les gendarmes exploitent ces rites de sociabilité à leurs risques et périls : ce sont là de rares occasions d’arrêter les insoumis et autres contumaces, mais ceux-ci bénéficient de la complicité agissante de la foule.

  • 21 Jean-François Soulet, Les Pyrénées au xixe siècle. II : Une Société en dissidence, Toulouse, Eché, (...)

15Les jours ordinaires, la rébellion mobilise les cercles d’interconnaissance. Le voisinage impose une entraide réciproque : donner un coup de main pour les besoins du quotidien, mais aussi faire le coup-de-poing quand les circonstances l’exigent. Cet appui, qui transcende les querelles intestines face à la menace extérieure, se retrouve au niveau de la communauté. Le « devoir de rescousse », illustré par les travaux d’Yves-Marie Bercé, résiste au processus d’individualisation au sud et à l’est du Massif central et dans les Pyrénées (9,7 % de la population en 1841 sur 36 arrondissements pour 30,8 % des affaires), où les structures de solidarité, un pacte d’autodéfense et l’animosité à l’encontre de l’appareil répressif assurent le glissement de la délinquance individuelle aux rébellions collectives21.

De l’épreuve de force à l’épreuve de vérité

  • 22 Le 27 septembre 1806, à Sainte-Bazeille, la brigade de Marmande, à la recherche de réfractaires, e (...)
  • 23 Nicolas Bourguinat, Ordre naturel, ordre public et hiérarchie sociale dans la France de la premièr (...)
  • 24 Procès-verbal de la brigade de Lamure, 18 août 1831, arch. nat., F7 6782.

16Une arrestation peut précipiter le passage du face-à-face au corps à corps. Cette épreuve de force vise à intimider un attroupement22. La force publique doit démontrer qu’elle est sûre de sa force. C’est pourquoi des gendarmes se jettent au cœur des rassemblements pour se saisir de l’individu qui les a insultés23, au risque d’aggraver l’émeute. L’expression récurrente − « disputer aux gendarmes leur prisonnier » − désigne bien le motif essentiel de la querelle. Un homme peut être pris et repris plusieurs fois. Le procès-verbal du brigadier de Lamure, lors de l’arrestation houleuse d’un déserteur, à Saint-Nizier-d’Azergues, en 1831, traduit cet acharnement : « Pour nous ôter tous les moyens d’agir ainsi, on a coupé et déchiré les vêtements de cet homme de sorte et pour terminer, il se trouvait entièrement nu, moi, brigadier, je l’ai saisi par les parties ; mais me voyant entouré de toutes parts, et menacé de nouveau », l’individu doit être relâché24.

17Une étape cruciale est franchie car, après cet acte d’autorité, les gendarmes se trouvent comme prisonniers de leurs prises, qu’ils ne peuvent céder sans camouflet. Les situations deviennent explosives dès lors qu’ils dramatisent encore la situation en mettant leur vie dans la balance. Au soir du pardon de Trézélan (Côtes-du-Nord), le 9 juillet 1848, le brigadier de Bégard crie à la quarantaine de personnes qui l’entoure qu’il périrait plutôt que de relâcher l’individu qu’il a dû arrêter en évacuant une auberge.

  • 25 Le maréchal des logis à la lieutenance de Béziers au ministre de l’Intérieur, 18 avril 1832, arch. (...)

18Il est douteux cependant que les gendarmes soient prêts à tuer pour conserver leur prise. En 1832 par exemple, la brigade de Saint-Gervais se laisse arracher un insoumis à Rosis (Hérault), mais elle est justifiée par sa hiérarchie : « Il est heureux que la prudence du brigadier Audiard n’ait point fait usage des armes pour leur légitime défense, car s’il en fut venu à cette extrémité, pas un d’eux auraient échappé à la fureur de cette masse de révoltés, dont ce n’est pas le coup d’essai qu’ils ont fait sur la gendarmerie25. » Ni le dernier d’ailleurs, comme le confirmera la mise à mort des gendarmes de Bédarieux, aux environs de Rosis, en décembre 1851.

  • 26 Le 24 mars 1832, dans un hameau d’Allenc (Lozère), le brigadier du Bleymard et ses cinq gendarmes (...)

19Les sommations sont en effet une épreuve de vérité lourde de conséquences. Afin de repousser ce moment fatidique, les gendarmes peuvent monter à cheval, pour ainsi dominer la foule, la disperser ou rompre le contact. Il leur est aussi possible de manier le sabre, mais c’est une solution à double tranchant. L’escalade culmine avec la menace des armes à feu, non sans danger dans la mesure où un groupe déterminé peut surenchérir26. Au-delà de sa fonction dissuasive, la sommation instaure une démarcation, signalant aux attroupés qu’un point de non retour va être dépassé.

  • 27 Procès-verbal de la brigade de Lauzun, 2 août 1829, arch. nat., BB18 1175.

20Les sommations obéissent à des formes scrupuleuses, d’où un rituel solennel quelque peu surprenant au cœur de la rébellion. Si un magistrat est présent, il doit prononcer trois fois la formule suivante : « Obéissance à la loi ! On va faire usage de la force : que les bons citoyens se retirent » (loi du 28 germinal an VI, art. 232). L’ordonnance du 20 octobre 1820 puis le décret du 1er mars 1854 reprennent ces dispositions, sous une forme moins théâtrale, dans le respect de la législation sur les attroupements (lois des 10 avril 1831 et 7 juin 1848) et sous le regard sourcilleux des populations. C’est ainsi le cas à la fête de Peyrières (Lot-et-Garonne), le 2 août 1829, où un attroupement somme les gendarmes de Lauzun de libérer un individu et tourne en dérision leurs sommations, au mépris du maire : « Tombons leur dessus, aussi qu’au maire qui n’a pas son écharpe, il n’est pas plus qu’un autre27. »

21Toutefois, en cas de légitime défense, les gendarmes peuvent faire l’économie de ce formalisme. Il faut en outre souligner la primauté des conjonctures politiques et des consignes répressives : de 1850 à 1853, une série de circulaires incite les gendarmes à une riposte sans faiblesse, d’où un infléchissement de leurs répliques. Le bilan de ce durcissement reste limité dans la mesure où les populations, gagnées au thème de la lutte légale, renoncent à l’escalade.

22En définitive, l’examen des rébellions révèle le jeu des atteintes et des répliques, auquel concourent aussi bien les populations que les gendarmes. Les autorités et la presse officielle tendent néanmoins à créer un fossé, à faire de la rébellion un véritable rituel pour discréditer leurs auteurs et dramatiser la situation, quitte à en réécrire la trame. Dans le cas des rébellions de chasseurs, les journaux privilégient le moment de la menace au gendarme, matérialisée par une marque tracée au sol ou un bonnet jeté en guise de ligne de démarcation. Au-delà de ces conventions narratives, le rituel des rébellions est intégré au discours dominant sur les progrès de la civilisation, voire exploité en fonction d’enjeux politiques, le trait étant grossi au besoin.

Les usages politiques des rites

  • 28 Maurice Agulhon, La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la Seconde Ré (...)

23La Deuxième République illustre de manière exemplaire la réécriture polémique des rébellions, alors que les liens entre folklore et politique sont au cœur des luttes28. Les revendications s’expriment volontiers sous forme de chants et de farandoles, pour mieux assurer leur diffusion et défi er les interdits. Les administrateurs relèvent cette collusion entre radicalisme rural et culture populaire, ce qui provoque en retour une surveillance ostensible des fêtes. Des heurts répétés en résultent alors. Sans remettre en question la responsabilité de la pression policière ni s’interroger sur les raisons de fond de ces tensions, les autorités se focalisent sur les formes expressionnistes qui accompagnent les rébellions pour les disqualifier. Les provocations des rebelles accréditent l’assimilation entre socialisme et sauvagerie, à l’exemple d’une rébellion à la fête de La Bastide-de-Virac (Ardèche), le dimanche 2 août 1851. Les correspondants locaux, relayés par la Gazette des Tribunaux du 30 septembre suivant, imputent les torts à des militants protestants de Salavas, identifiables à leurs « cravates et ceintures rouges », à leurs « énormes bâtons crochus » et à « leurs chants habituels », en ajoutant que « comme pour les sauvages, ces chants sont pour eux le prélude au combat ».

24Ce genre d’association dépréciative annonce les grands thèmes de la propagande aux lendemains du coup d’État. La résistance provinciale est présentée comme une série de rébellions, appréhendées comme un rituel en soi, qui mêle étroitement les rites initiatiques prêtés aux sociétés secrètes de l’époque aux excès de la violence primitive. Hyppolite Maquan, rédacteur du journal l’Union du Var, orchestre ainsi ces thèmes dans son récit de l’insurrection de Cuers :

  • 29 Hippolyte Maquan, Insurrection de décembre 1851 dans le Var. Trois jours au pouvoir des insurgés, (...)

Presque tous ces cultivateurs sont affiliés ; c’est donc pour être fidèles au serment prêté par eux de marcher au premier signal, qu’ils viennent grossir l’attroupement […].
M. Barralier, maire de la commune, accourt accompagné du commissaire de police et suivi de la brigade de gendarmerie ; il veut défendre la mairie. La foule se rue alors avec des cris de rage sur l’intrépide magistrat et ses braves compagnons. Ils sont 200 misérables contre cinq hommes. […] Le malheureux brigadier Lambert veut défendre M. Barralier, mais il est saisi par cinq ou six insurgés à la fois. Ceux-ci, l’étreignant fortement par derrière, le soulèvent et le présentent ainsi immobile aux coups de l’assassin, jeune homme désigné par le sort à immoler cette première victime.
Cet assassin a vingt ans à peine. […] Mais il est membre d’une société secrète, il a prêté l’horrible serment […]. Sa main ne tremble pas, son œil vise avec calme. L’infortuné brigadier Lambert tombe, atteint à bout portant d’une balle dans la tête. […]
Alors, ivre de son triomphe, cette foule sans nom se précipite sur son trophée – un cadavre ! Des cris, des rires, des hurlements éclatent et se prolongent. Ces monstres, mâles et femelles, se donnent la main comme pour consacrer leur victoire par une ronde infernale. Ils dansent pareils aux anthropophages de l’Océanie, puis ils viennent tour à tour, comme aux jours de fête on fait la farandole autour d’un feu de joie, ils viennent tour à tour bondir et piétiner sur le cadavre ruisselant et livide, ricanant et échangeant d’obscènes railleries qu’ils accompagnent de gestes plus obscènes encore. Les uns broient le crâne sous les coups répétés des bâtons et des pioches, d’autres plongent leurs sabres dans la poitrine comme pour s’assurer que leur arme a le fil. Puis, quand le cadavre est méconnaissable, la ronde recommence ; les cris et les trépignements redoublent et ces monstres, ayant perdu la raison à la vue du sang comme des viveurs après un festin, se répandent dans la ville en criant : − aux armes29 !

25Au total, neuf gendarmes sont tués lors du soulèvement, mais ces violences contrastent avec la retenue globale des insurgés. Le pouvoir bonapartiste parvient néanmoins à imposer la version de la Jacquerie, nourrie de l’évocation imagée des rituels sauvages de rébellion, alors même que la mobilisation rurale s’est s’alignée sur un modèle de protestation légaliste. Ce respect des formes a causé sa faiblesse face aux instances répressives qui, d’emblée, se sont affranchies quant à elles des procédures ordinaires.

Le prisme de la civilisation

  • 30 Aurélien Lignereux, « Rosser le gendarme dans les spectacles de marionnettes au xixe siècle : une (...)

26Les affrontements contre la gendarmerie sous la Deuxième République ont été d’autant plus aisément dénoncés comme des spasmes archaïques que la période apporte, à l’échelle du xixe siècle, un brusque regain des rébellions sur fond d’une baisse tendancielle : les années 1848-1851 regroupent 38 % (482) des 1 267 rébellions recensées de 1836 à 1859. Au-delà de cet épisode, le déclin des violences collectives rend en quelque sorte plus visibles celles qui perdurent. Elles sont présentées comme des survivances archaïques, l’accent est mis sur les formes rituelles qui les rythment. La pacification de la contestation dans les campagnes désamorce les peurs que celles-ci suscitaient et les rares rébellions communautaires sont tournées en dérision, comme la répétition de gestes séculaires dénués de sens et d’efficacité dans une société marquée par le changement des rapports de force, avec le développement de l’appareil de répression, et l’apprentissage d’autres voies de recours. Désormais, c’est dans le théâtre de marionnettes que le rituel des coups de bâton sur le gendarme se réfugie30. C’est ainsi que la résistance à un huissier, scène autrefois banale, peut servir à résumer l’irréversible évolution des comportements :

  • 31 Gazette des tribunaux, 1er janvier 1853.

Au récit de la scène, on ne croirait pas qu’un arrondissement du Lot-et-Garonne en ait été le théâtre, on la croirait d’un autre temps. On la placerait bien plutôt au milieu de sauvages montagnards, parmi ces natures indomptables dans leur fougue grossière, leurs préjugés, leur brutale ignorance, qui, malgré le contact de mœurs plus polies et l’influence des institutions, n’ont encore reconnu à la loi guère d’autre légitimité et d’autre autorité que la force dont elle dispose. Celui qui se soumet, se soumet en vaincu. […]
L’huissier ne voit pas en général de mauvais œil la résistance du débiteur aux créanciers qui le dépouillent, car chez le débiteur civilisé, cette résistance se traduit sur papier timbré, en une foule d’oppositions qui réclament l’intervention de son ministère ; mais ici Lompech forma une opposition de nouvelle nature, dont les moyens étaient pris dans le canon de son fusil. […]
La femme Lompech ne s’émut pas de l’intervention probable et prochaine de cet imposant auxiliaire [la gendarmerie]. Comme les femmes barbares animant les guerriers au combat, elle réchauffa par ses paroles le courage de son mari31.

  • 32 Alain Corbin, « Histoire de la violence dans les campagnes françaises au xixe siècle. Esquisse d’u (...)
  • 33 Aurélien Lignereux, « Les rébellions juvéniles à la gendarmerie dans la France du premier xixe siè (...)
  • 34 Philippe Boulanger, La France devant la conscription. Géographie historique d’une institution popu (...)
  • 35 Michel Bozon, Les conscrits, Paris, Berger-Levrault, 1981, 155 p.

27La suite de l’article tourne en ridicule le rituel de la résistance, comme le chapeau lancé en guise d’avertissement aux gendarmes pour ne pas dépasser cette limite. De fait, le Second Empire constitue une étape décisive dans le recul de la violence collective dans les campagnes32, mais le thème de l’arriération des populations enclavées, restées en dehors du mouvement de civilisation, s’affirme depuis le second tiers du xixe siècle. Cette représentation tient pour archétypales une minorité de rébellions. De fait, seules 10 % des affaires ont lieu dans des communes situées à 800 mètres au moins d’altitude ; cette part ne s’élève qu’à 30 % lorsqu’on leur adjoint celles ayant éclaté dans des communes à plus de 400 mètres. De même, la lecture particulariste des rébellions ne se réduit pas à leurs causes : moins de 10 % des affaires éclatent par rejet des gendarmes venus perturber ces rituels que constituent les rixes intercommunales et les charivaris, proscrits par le Code pénal comme attentatoires à l’ordre public. En outre, s’il est indéniable, dans le cas des rébellions juvéniles, que l’attaque contre les gendarmes présente les caractères d’un rite de passage33, il importe aussi de souligner que certains usages empêchent les affrontements, en particulier le développement des rites de conscrits : ils concourent à l’acceptation du service militaire34 et ils circonscrivent les désordres sous des formes coutumières35.

  • 36 Outre la hausse des effectifs, on soulignera que les gendarmes, battus sur le terrain trois fois s (...)
  • 37 Christian Thibon, Pays de Sault. Les Pyrénées audoises au xixe siècle : les villages et l’État, Pa (...)
  • 38 Pour une approche d’ensemble des rébellions et de leur répression, on voudra bien se reporter à Au (...)

28De 1800 à 1860, les formes globales de la rébellion n’évoluent guère. Le cours de l’affrontement reste rythmé par l’enchaînement des provocations et des ripostes. En revanche, le développement des moyens d’action de la force publique36 et l’appui plus assuré de la justice contribuent à la raréfaction des rébellions, si bien qu’elles subsistent surtout dans les contrées mal contrôlées, favorisées par la fragilité des équilibres sociaux. Cet ancrage géographique favorise le prisme de l’archaïsme, qui trouve dans le déroulement des rébellions les éléments pour les discréditer. Encore faut-il rappeler que l’affrontement ouvert ne constitue lui-même qu’un moment d’une confrontation plus large : le système défensif villageois s’articule à la fois sur cette violence démonstrative et sur la négociation, sous les formes conjuguées de la pétition et du procès37. De même, il convient d’élargir l’angle pour mieux saisir le cérémonial répressif, depuis les retours en force sur le terrain jusqu’au jugement38. L’attention portée sur la confrontation permet néanmoins de comprendre à la fois, en amont, le nombre en définitive restreint des affrontements, dernière étape de la montée des tensions, et, en aval, leur bilan plutôt clément. La dimension rituelle et agonale d’une part notable des chocs désamorce l’escalade et canalise les violences, si bien que l’on déplore seulement 107 gendarmes et 247 rebelles tués au cours des 3 725 rébellions étudiées.

Notes

1 Jean Nicolas, La Rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale (1661-1789), Paris, Seuil, 2002, p. 75-76.

2 « Modèle de procès-verbal pour constater des violences, des voies de fait et toute attaque contre la gendarmerie, dans le cas de l’article 231 de la loi du 28 germinal an VI. » Il est repris d’un manuel à l’autre (Manuel de la gendarmerie impériale…, Paris, Lefebvre, 1810, p. 397-398 ; Manuel du gendarme…, Nantes, Mellinet-Malassis, 1819, p. 146-149). Il est conservé après l’ordonnance du 29 octobre 1820 (Manuel de la gendarmerie…, Paris, Troussel, 1833, p. 280-281 ; Honoré-Hugues Berriat, Album de la gendarmerie…, Grenoble, Baratier, 1835, p. 191-192).

3 Aurélien Lignereux, « Des jugements rebelles au Code pénal ? La sanction des rébellions à la gendarmerie dans la France du premier xixe siècle », dans Benoît Garnot (dir.), Normes juridiques et pratiques judiciaires du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Dijon, EUD, 2007, p. 245-254.

4 Le lieutenant de gendarmerie à Espalion au ministre de la Guerre, 18 août 1853, département de l’Armée de terre, G8 5. L’incompréhension du lieutenant Butsch tient à son inexpérience − à 29 ans, c’est son premier poste d’officier − et au dépaysement : il est né à Belfort.

5 François Ploux, Guerres paysannes en Quercy. Violences, conciliations et répression pénale dans les campagnes du Lot (1810-1860), Paris, Boutique de l’histoire, 2002, 376 p.

6 François Baby, La Guerre des Demoiselles en Ariège (1829-1872), Montbel, Champ-de-Mars, 1972, 226 p. ; Peter Daniel Sahlins, Forest Rites. The War of the Demoiselles in Nineteeth-Century France, Cambridge, HUP, 1994, 188 p.

7 Cette échelle permet d’élargir ou de nuancer ce qui peut apparaître comme une spécificité régionale : Jean-Yves Carluer, « Le gendarme, le maire et les Bas-Bretons. Quelques réflexions sur les représentations du pouvoir et la fragilité des épaulettes et des aiguillettes au xixe siècle », Kreiz, n° 13, 2000, p. 505-521.

8 Sur ce corpus, Aurélien Lignereux, « Force à la loi ? » Rébellions à la gendarmerie et autorité de l’État dans la France du premier xixe siècle, doctorat d’histoire, Nadine Vivier et Jean-Noël Luc (dir.), décembre 2006, p. 17-22.

9 Comme en témoigne par exemple le registre du tribunal correctionnel de Brignoles (2 mai 1818) : « le dit Tisté leur aurait dit mille sottises, que la décence ne permet pas de répéter », arch. dép. du Var, 8 U 60.

10 Le commandant par intérim de la compagnie de l’Aude au ministre de la Guerre, 7 février 1849, DAT, F1 20.

11 Le 16 août 1852, lors de l’évacuation musclée d’un cabaret à Quettetot (Manche), DAT, F1 64.

12 Compagnie des Bouches-du-Rhône et du Maine-et-Loire, septembre 1835, octobre 1837, arch. nat., F7 3941 et 4070.

13 Honoré de Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes, Paris, Gallimard, 1977 [1847], p. 836.

14 Le lieutenant de gendarmerie à Brioude au ministre de la Guerre, 2 août 1858, DAT, FI 28.

15 Compagnie du Puy-de-Dôme, décembre 1826, arch. nat., F7 4120.

16 Le procureur général de Montpellier au ministre de la Justice, 1er juin 1826, arch. nat., BB18 1131.

17 Le commandant de la compagnie de l’Isère au ministre de l’Intérieur, 21 juin 1832, arch. nat., F7 6780.

18 Tribunal correctionnel de Saint-Étienne, 2 juin 1820, arch. dép. de la Loire, U 527.

19 Pour reprendre la formule de Nicole Gonthier, Cris de haine et rites d’unités : la violence dans les villes, xiiie-xvie siècle, Paris, Brepols, 1992, 246 p. Sur la capacité de la violence à collectiviser le destin : Michel Maffesoli, La violence fondatrice, Paris, Champ urbain, 1978, 186 p.

20 Jean Duvignaud, La solidarité. Liens de sang et liens de raison, Paris, Fayard, 1986, 232 p.

21 Jean-François Soulet, Les Pyrénées au xixe siècle. II : Une Société en dissidence, Toulouse, Eché, 1987, p. 516-517.

22 Le 27 septembre 1806, à Sainte-Bazeille, la brigade de Marmande, à la recherche de réfractaires, est huée par un rassemblement de jeunes gens et de femmes, qui se disperse après l’arrestation de trois mutins, arch. nat., F7 8462.

23 Nicolas Bourguinat, Ordre naturel, ordre public et hiérarchie sociale dans la France de la première moitié du xixe siècle. L’État et les violences frumentaires, doctorat d’histoire, Yves Lequin (dir.), Lyon 2, 1997, p. 645.

24 Procès-verbal de la brigade de Lamure, 18 août 1831, arch. nat., F7 6782.

25 Le maréchal des logis à la lieutenance de Béziers au ministre de l’Intérieur, 18 avril 1832, arch. nat., F7 6780.

26 Le 24 mars 1832, dans un hameau d’Allenc (Lozère), le brigadier du Bleymard et ses cinq gendarmes sont cernés, par une soixantaine de personnes. À la menace de faire usage des armes, « on lui répondit qu’on en avait et qu’on saurait s’en servir », arch. nat., F7 6781.

27 Procès-verbal de la brigade de Lauzun, 2 août 1829, arch. nat., BB18 1175.

28 Maurice Agulhon, La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la Seconde République, Paris, Plon, 1970, 543 p. ; Peter Mac Phee, Les semailles de la République dans les Pyrénées-Orientales (1846-1852). Classes sociales, politique et culture, Perpignan, Publications de l’Olivier, 1995, 507 p.

29 Hippolyte Maquan, Insurrection de décembre 1851 dans le Var. Trois jours au pouvoir des insurgés, Draguignan, H. Bernard, 1853 [1852], p. 55-56.

30 Aurélien Lignereux, « Rosser le gendarme dans les spectacles de marionnettes au xixe siècle : une école de rébellion ? », Sociétés et Représentations, n° 16, sept. 2003 ; Figures de gendarmes, Jean-Noël Luc (dir.), p. 97-113.

31 Gazette des tribunaux, 1er janvier 1853.

32 Alain Corbin, « Histoire de la violence dans les campagnes françaises au xixe siècle. Esquisse d’un bilan », Ethnologie française, t. XXI, Violence, brutalité, barbarie, 1991, n° 3, p. 224-236 ; « La violence rurale dans la France du xixe siècle et son dépérissement : l’évolution de l’interprétation politique », dans Philippe Braud (dir.), La Violence politique dans les démocraties européennes occidentales, Paris, L’Harmattan, 1993, p. 61-73 ; Frédéric Chauvaud, « Le dépérissement des émotions paysannes dans les territoires boisés au xixe siècle », dans Alain Plessis et Jean-Claude Farcy (dir.), La Terre et la Cité. Mélanges offerts à Philippe Vigier, Paris, Créaphis, 1994, p. 101-114.

33 Aurélien Lignereux, « Les rébellions juvéniles à la gendarmerie dans la France du premier xixe siècle (1800-1859) », Le temps de l’histoire. Revue de l’enfance « irrégulière », n° 9, novembre 2007, p. 59-78.

34 Philippe Boulanger, La France devant la conscription. Géographie historique d’une institution populaire, 1914-1922, Paris, Economica-ISC, 2001, 385 p.

35 Michel Bozon, Les conscrits, Paris, Berger-Levrault, 1981, 155 p.

36 Outre la hausse des effectifs, on soulignera que les gendarmes, battus sur le terrain trois fois sur cinq avant 1835, l’emportent en majorité par la suite, jusqu’à s’imposer dans 69,5 % des cas de 1852 à 1859.

37 Christian Thibon, Pays de Sault. Les Pyrénées audoises au xixe siècle : les villages et l’État, Paris, CNRS, 1988, 278 p.

38 Pour une approche d’ensemble des rébellions et de leur répression, on voudra bien se reporter à Aurélien Lignereux, La France rébellionnaire. Les résistances à la gendarmerie (1800-1859), Rennes, PUR, 2008, 365 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site