Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les affrontements

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Frédérique Pitou

Deuxième partie. Le jeu des acteurs

Le maçon, l’échevin et l’aristocrate. Les ouvriers dans les affrontements sociaux et politiques à Nantes en 1789

Samuel Guicheteau

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Grâce à l’essor du coton, Nantes entre dans la Révolution industrielle. Marquée par la pluri-activ (...)
  • 2 De plus, le croisement de sources de différentes natures permet aussi parfois d’établir la conditi (...)
  • 3 Ces maîtres déchus se situent aux « confins » du monde ouvrier, selon la formule de P. Goubert (Be (...)
  • 4 Nous utilisons ce concept d’identité dans une perspective à la fois sociale et culturelle (voir no (...)
  • 5 Cynthia Truant, The Rites of Labor. Brotherhoods of Compagnonnage in Old and New Regime France, It (...)
  • 6 Sans jamais avoir été délaissée (voir Dominique Godineau, Citoyennes tricoteuses. Les femmes du pe (...)

1L’année 1789 est marquée, à Nantes comme dans toute la France, par l’enchaînement et l’aiguisement de multiples affrontements politiques et sociaux. À la fin du xviiie siècle, Nantes est une grande cité industrielle et de nombreux ouvriers y travaillent1. Si le terme « ouvrier » ou la seule mention du métier masquent la condition sociale exacte, certaines sources – notamment judiciaires – la livrent2. Toutefois, l’entrecroisement des aspects juridiques et sociaux jusqu’à l’abolition des corporations rend délicate l’appréhension du monde ouvrier. Pour nous, il se compose des salariés des manufactures, des compagnons de l’artisanat, ainsi que des chambrelans : c’est en ce sens que nous emploierons nous-même le terme « ouvrier ». Par ailleurs, sans les confondre, de nombreux maîtres du textile et de la confection deviennent façonniers3. En outre, tout en étant marqué par une forte diversité, liée à la multiplicité des activités, à la diversité des cadres de travail et à la hiérarchie des niveaux de qualification, le monde ouvrier présente également des traits communs tant sur le plan de la condition socio-économique que sur celui de l’identité socioculturelle. Forgée au travail, celle-ci est fondée sur l’exaltation de la qualification et l’attachement à l’autonomie4. Si les ouvriers ne sont bien sûr pas dotés d’une conscience de classe, les conflits du travail se multiplient à la fin du xviiie siècle et les organisations ouvrières se renforcent5. Ainsi, la participation à la Révolution française des nombreux ouvriers nantais constitue un enjeu important pour l’analyse du processus révolutionnaire6.

  • 7 De nombreux travaux ont mis en lumière, notamment pour les campagnes, la montée d’une anti-révolut (...)
  • 8 L’analyse de la politisation populaire au cours de la Révolution française requiert une grande pru (...)

2L’étude des affrontements qui éclatent en 1789 éclaire précisément la participation des ouvriers nantais à la Révolution française en révélant ses motifs et ses modalités. D’une part, les ouvriers interviennent avant tout pour des motifs sociaux, soit au sein de l’ensemble du peuple, en particulier pour le pain, soit de manière spécifique, ainsi pour la lutte contre les privilèges corporatifs ou pour la défense des salaires. Au-delà, comment s’articulent les revendications sociales et les conflits politiques ? D’autre part, une réflexion sur les conditions et les formes de la participation ouvrière à la Révolution est indispensable. L’étude des affrontements met précisément en lumière les pratiques et les valeurs qui façonnent cette participation. À l’instar de ses motifs, les modalités de celle-ci se révèlent en partie plus largement populaires. Mais, elles peuvent également être issues de l’identité ouvrière. Ainsi, ces motifs et ces modalités confèrent à la participation à la Révolution des ouvriers – comme du peuple en général – une certaine originalité, voire une certaine autonomie, si bien que leur orientation politique n’est nullement évidente7. Tout en examinant les affrontements vifs et variés qui scandent l’année 1789, nous nous interrogerons sur la politisation populaire et ouvrière8.

L’émeute frumentaire de janvier 1789

  • 9 J. Verger la relate ainsi : « 8 janvier 1789 ; ce jour, il y eut à Nantes une terrible émeute ; le (...)
  • 10 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : émeute des 8 et 9 janvier 1789 à Nantes, janvier-septe (...)
  • 11 Les divers éléments de la procédure nous incitent à penser que ce complot fut réel. Par la suite, (...)

3L’émeute de janvier 1789 est restée longtemps méconnue9. La procédure engagée par le présidial permet d’en préciser le déroulement et les acteurs, ainsi que leurs pratiques et leur éventuelle politisation10. Elle révèle aussi l’existence d’un complot aristocratique, ourdi par le colonel du régiment cantonné à Nantes, qui cherche à enrôler le meneur de l’émeute de janvier11.

Le déroulement de l’émeute

  • 12 Sur les institutions municipales, voir Guy Saupin, La vie municipale à Nantes sous l’Ancien Régime (...)
  • 13 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : déclaration de l’avocat du roi, 10 janvier 1789. Sauf (...)
  • 14 Arch. mun. de Nantes, FF 289 : procès-verbal des commissaires Albert et Huet, 8 janvier 1789.

4Le 7 janvier, 200 personnes, menées par le maçon Joseph Lédat, se rassemblent devant le domicile du sous-maire12 pour dénoncer la disette et l’accaparement. Une distribution de pain disperse le rassemblement. Le lendemain, 500 à 600 personnes envahissent la mairie et, pour preuve de l’accaparement, désignent « une maison où l’on avoit employé de la fleur de farine au lieu de chaux pour assujetir les carreaux et qu[i] receloit une grande quantité de sacs de farine13 ». Un échevin, le négociant Geslin, accompagne alors les émeutiers dans cette maison afin de vérifier leurs accusations. Peut-être ceux-ci l’entraînent-ils plutôt en vue de donner un tour légal à leur perquisition. En effet, l’échevin est aussitôt saisi par les émeutiers, qui « lui faisoient les plus affreuses menaces, comme de le jetter dans le feu ou dans l’eau et de l’assomer à coups de bâtons ». La violence s’accroît : après avoir saccagé l’appartement, le cortège des émeutiers, au nombre de 2 000 à présent14, ramène l’édile à la mairie en « lui donn[ant] des coups de poingt dans le dos, des coups de pied dans le cul ». La foule envahit de nouveau l’hôtel de ville, si bien que « les officiers municipaux, craignant les voies de fait dont ils étoient menacés, accordèrent une diminution de quatre denniers par livre sur le pain de méteil et firent deffense d’y mettre du seigle ». Le lendemain, tandis que des boulangeries sont pillées, un rassemblement se présente de nouveau devant la maison du sous-maire, afin de le remercier pour la baisse du prix du pain.

Les émeutiers

  • 15 Le pain apparaît donc comme une « affaire de femmes » (Jean Nicolas, La rébellion française, op. c (...)
  • 16 Cependant, on sait par ailleurs que les ouvriers du bâtiment sont organisés en équipes qui, dans l (...)
  • 17 Arch. mun. de Nantes, FF 289 : procès-verbal des échevins, 8 janvier 1789.
  • 18 Arch. mun. de Nantes, FF 289 : procès-verbal des commissaires Albert et Huet, 8 janvier 1789.
  • 19 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : déposition de Marie Briaud, 5 mai 1789, et interrogato (...)

5Les 15 prévenus interrogés par le présidial sont d’âge mûr et domiciliés à Nantes. Toutes les femmes (6) sont poursuivies pour le pillage d’une boulangerie15. Ces prévenus appartiennent au monde de l’artisanat, notamment industriel. Hormis les journaliers, aucun prévenu n’est susceptible de travailler dans une manufacture. Si certains sont clairement des ouvriers (3 journaliers, 2 portefaix), la seule mention du métier ne permet pas de connaître la condition sociale exacte de plusieurs autres (maçon, tonnelier, cordonnier, charpentier, tailleuse)16. L’émeute mobilise des « gens de tous états17 » : probablement cette formule renvoie-t-elle plutôt à la diversité des métiers, repérables à leur tenue et à leurs outils, qu’à celle des rangs. Néanmoins les commissaires relèvent la présence de personnages « assez bien vestus18 ». Cependant, d’autres pièces confirment la forte présence et le rôle décisif joué par les ouvriers : désigné comme manœuvre, le meneur de l’émeute est certainement un ouvrier ; les garçons cordonniers d’un même atelier rejoignent ensemble l’émeute19.

De la revendication frumentaire à la dénonciation de l’accaparement

  • 20 Arch. mun. de Nantes, FF 289 : procès-verbal des commissaires Bar et Huet, 7 janvier 1789.
  • 21 Sur la montée du thème de l’accaparement, voir Cynthia Bouton, « Les mouvements de subsistance et (...)
  • 22 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : interrogatoire de Joseph Lédat, 28 septembre 1789. Les (...)
  • 23 Arch. mun. de Nantes, FF 289 : procès-verbal des échevins, 8 janvier 1789.

6Le pain est le motif crucial de l’émeute. La disette provoque la cherté, d’autant plus insoutenable que l’ouvrage manque20. L’accaparement est dénoncé avec virulence21. L’existence de vastes réserves est stigmatisée : « Sur ce que le sieur Desplantes, sous-maire, leur dit qu’il n’y avoit pas de grains pour quatre mois, ils lui répondirent tous qu’ils savoient où il y en avoit, et même pour plus de quatre ans22. » Ces réserves apparaissent énormes : des ouvriers prétendent avoir « étayer des greniers dont les planches pliaient sous le poids des grains ». L’accusation de dilapidation des grains semble une forme fantasmatique de la dénonciation d’accaparement : devant la maison du sous-maire, le meneur de l’émeute brandit « un grand ciseau [qui] lui avait servi à étayer les poutres d’un grenier rempli de farine, [et s’écrie] qu’il s’était même servi de farine en guise de chape de tuffe ». L’échevin maltraité est lui-même accusé « de receler du bled23 ».

Les pratiques des émeutiers

  • 24 Georges Lefebvre, « Foules révolutionnaires », Annales Historiques de la Révolution française, 193 (...)
  • 25 Trois frères maçons jouent aussi un rôle de boutefeux (arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : (...)
  • 26 Certains quartiers présentent d’ailleurs une base professionnelle nette, quoique jamais exclusive.

7L’émeute prend sa source dans les rassemblements successifs. Le rassemblement d’une foule repose sur une sociabilité et une solidarité qui lui préexistent24. Or, chez les ouvriers du xviiie siècle, celles-ci sont notamment professionnelles. C’est pourquoi certains métiers jouent un rôle primordial dans les émeutes, ici les maçons25. De plus, de tels rassemblements apparaissent aussi dans les grands conflits du travail ; ceux-ci mobilisent même parfois l’ensemble des compagnons d’un métier lorsqu’ils quittent symboliquement la ville. Cependant, les ouvriers s’intègrent aussi dans la sociabilité et la solidarité socialement plus larges du quartier26. Plusieurs témoignages signalent précisément la mobilisation de voisins durant l’émeute.

  • 27 Edward Thompson, « L’économie morale de la foule dans l’Angleterre du xviiie siècle », dans Floren (...)
  • 28 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : interrogatoire de Joseph Lédat, 28 septembre 1789. Si (...)

8Le recours à la violence doit être souligné. Celle-ci apparaît sous de multiples formes : envahissement de la mairie, menaces proférées à l’encontre des échevins, coups assénés à l’un d’eux, sans omettre la perquisition domiciliaire, pratique caractéristique de la lutte contre l’accaparement27. Or, fortement présente dans les émotions populaires en général, la violence l’est particulièrement dans les conflits du travail à la fin du xviiie siècle. Outre les violences qui marquent les grands conflits et celles qui émaillent les tensions récurrentes au sein des ateliers, une violence quotidienne est entretenue par les organisations ouvrières, notamment en vue de contrôler l’embauche. En outre, au cours de ces conflits, les outils, symboles d’une qualification à laquelle les ouvriers se révèlent très attachés, sont brandis comme des armes. De même, Joseph Lédat « montra [à l’épouse du sous-maire] un grand ciseau propre à tailler du grison28 ». Ainsi, des pratiques de lutte apparaissent au cours de l’émeute qui se nourrit également de la sociabilité de métier. Sans que cela estompe le caractère plus largement populaire de l’émeute, il semble donc bien que l’identité ouvrière soit réinvestie dans celle-ci.

Leurs valeurs

  • 29 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : interrogatoire de Joseph Lédat, 28 septembre 1789.
  • 30 Arch. mun. de Nantes, FF 289 : procès-verbal des échevins, 8 janvier 1789.

9Le recours à la violence n’est pas le fait de criminels endurcis. C’est plutôt la revendication frumentaire, son caractère crucial pour le peuple, qui l’expliquent. Dès le 7 janvier, le meneur déclare « demander justice, disant qu’ils se la feraient eux-mêmes si on la leur refusait29 ». Tout « en implorant l’assistance de messieurs les magistrats de la ville », les attroupés menacent de former « une révolte générale30 ». Le caractère légitime de la revendication justifie donc la violence, surtout si les autorités se révèlent défaillantes. En effet, la violence exercée à l’égard des échevins vise à donner un tour légal à la revendication populaire. Persuadé de la légitimité de sa revendication, le peuple exige qu’elle soit revêtue du sceau de la légalité. Sûr de son droit comme de sa force, il l’impose par la violence.

10C’est pourquoi le 9 janvier le peuple visite les boulangeries afin de s’assurer que la nouvelle police y est appliquée. Le meneur écarte l’accusation de pillage systématique des boulangeries, et évoque plutôt le cortège d’un peuple soulagé et apaisé :

  • 31 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : interrogatoire de Joseph Lédat, 28 septembre 1789.

Ils ont passé ce même jour devant la porte de différents boulangers […] lui interrogé avait une branche de laurier à la main et […] ils criaient devant la porte de ces boulangers : vive le roi ! vive monsieur Desplantes ! vive monsieur Geslin qui nous a fait diminuer le pain, et […] ils ne se sont point fait donner de pain par force et n’en ont pas pris sans le payer […] au contraire les boulangers […] leur off raient d’eux-mêmes31.

11De plus, ce maçon présente une version très différente du pillage d’une boulangerie. Le boulanger refusant d’appliquer la baisse du prix du pain, un couvreur se plaint auprès des meneurs de l’émeute. La foule oblige alors le boulanger à céder son pain au nouveau tarif. La pratique de la taxation caractérise l’économie morale à laquelle le peuple est attaché. Entre cette version apaisée, soutenue par le meneur interrogé, et le pillage dépeint par l’avocat du roi, la déposition du garçon boulanger travaillant dans la boutique pillée emprunte aux deux versions :

  • 32 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : déposition de Jean Guichard, 12 janvier 1789.

Un homme vint demander au sieur Jubineau un pain de douze livres de méteil en jettant vingt-quatre sous sur le comptoir ; […] ledit Jubineau ayant refusé de lui donner le pain à ce prix, disant qu’il ne connaissait pas la nouvelle ordonnance de police, une foule de particuliers qui étaient à la porte encouragèrent le même homme à emporter son pain, malgré Jubineau, ce qu’il fit en laissant ses vingt-quatre sous, mais […] ledit Jubineau ayant voulu s’opposer à l’enlief de ce pain, fut tout-à-coup assailli par la populace qui entra chez lui en y brisant tous ce qui lui tombait sous la main, et s’empara de tout le pain qu’il avait32.

  • 33 Benoît Garnot, « L’ampleur et les limites de l’infrajudiciaire dans la France d’Ancien Régime (xvi(...)
  • 34 Steven Kaplan, « Réflexions sur la police du monde du travail, 1700-1815 », Revue historique, 1979 (...)

12La violence légitime tient non seulement à l’économie morale du peuple, mais aussi plus largement à son attachement à l’autonomie, dont témoigne notamment l’importance de l’infrajustice33. Par ailleurs, l’autonomie au travail constitue un trait fondamental de l’identité ouvrière. Les ouvriers y sont d’autant plus attachés qu’elle est remise en cause par l’industrialisation, qui s’accompagne en outre d’un renforcement de la police du travail. Sa défense par les ouvriers constitue d’ailleurs l’une des principales sources de la « cabale permanente » qui affecte le monde du travail34. Cette inclination ouvrière à l’autonomie rejoint celle de l’ensemble du peuple à agir de son propre chef, à exiger des autorités qu’elles assument leur tâche, voire à se substituer à elles en cas de défaillance.

La politique des émeutiers

  • 35 Éric Hobsbawm, Les primitifs de la révolte dans l’Europe moderne, Paris, Fayard, 1966.
  • 36 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : interrogatoire de Joseph Lédat, 28 septembre 1789.

13Les émeutiers entretiennent un rapport traditionnel avec les autorités. Garantes de l’économie morale, elles sont perçues comme nourricières : il est de leur devoir d’assurer un approvisionnement suffisant et bon marché en grains. Dès lors, l’économie doit être réglementée. La disette et la cherté sont vues comme des défaillances des autorités, de même que leur négligence à réprimer les accapareurs. Lorsque ce contrat frumentaire entre le peuple et les autorités est rompu, l’intervention du peuple devient légitime. Cette politique contractuelle assure la légitimité du recours à la violence35. Une fois restauré le contrat frumentaire entre le peuple et les autorités, celles-ci retrouvent leur légitimité et sa confiance. Ainsi, le 9 janvier, le meneur de l’émeute « retourna […] chez le sieur Desplantes, accompagné d’une cinquantaine d’autres particuliers, attacher une branche de laurier à sa porte en criant : vive le roi ! vive la liberté ! vive le Tiers État ! vive monsieur Desplantes36 ».

  • 37 Malgré la formulation maladroite, donc ambiguë, de la référence à la noblesse, il faut comprendre (...)

14D’autre part, les émeutiers se réfèrent au conflit qui oppose l’aristocratie au Tiers. L’interrogatoire de Joseph Lédat révèle qu’il a une parfaite connaissance des conflits politiques. Il se montre même partisan du Tiers État et hostile à la noblesse. Après avoir attaché une branche de laurier à la maison du sous-maire, « il […] revint […] le soir du même jour, environ les six heures, accompagner de quelques autres particuliers demander pourquoi l’on avait retiré la branche de laurier qu’il avait mise à la porte, disant qu’on ne l’aurait point ôtée si elle n’avait pas été mise de la part de la noblesse37 ». Cette référence montre que cet ouvrier ne perçoit pas seulement l’écho des affrontements entre aristocrates et patriotes, mais encore qu’il l’intègre à ses propres revendications. Plus largement, c’est au cours de telles émeutes que se cristallise progressivement une conscience révolutionnaire.

  • 38 Situé sur la rive gauche de la Loire, le quartier de Pirmil n’appartient pas au territoire de la c (...)
  • 39 Arch. mun. de Nantes, HH 174 : procès-verbal du commissaire Delamare, 7 février 1789.
  • 40 Le cahier de doléances de Chantenay, autre paroisse limitrophe, dénonce les privilèges économiques (...)

15Par ailleurs, au début de l’année 1789, les ouvriers interviennent également pour des motifs spécifiques. Ainsi, depuis longtemps confrontés à la corporation des maîtres toiliers, les tisserands forains de Pirmil38 violent délibérément le privilège d’accès prioritaire au marché aux fils détenu par les maîtres. Interpellé, l’un d’entre eux « a déclaré qu’il avoit le droit d’entrer au marchez comme tout autre, que le marchez étoit libre et qu’il ne s’y présantoit que dans le dessein d’achepter du fil pour se fairre saisir, que les maîtres n’avoint aucuns droits de l’en empescher39 ». De semaine en semaine, les violations flagrantes et délibérées se répètent, constituant une véritable campagne de désobéissance civile. La dénonciation générale des privilèges incite donc les ouvriers sans-qualité à reprendre leur ancien combat contre les privilèges corporatifs40. Ainsi, tant par ses motifs que par ses modalités, la participation à la Révolution du peuple en général et des ouvriers en particulier apparaît, pour partie, autonome et originale. Cependant, la politisation qui s’esquisse au début de l’année 1789 se révèle-t-elle durable ?

Vers une seconde émeute ?

16Le développement de la dynamique révolutionnaire au cours de l’été 1789 révèle la complexité de l’articulation entre celle-ci et une participation populaire et ouvrière à la Révolution empreinte d’autonomie.

De nouvelles tensions

  • 41 L’avant-port de Paimbœuf constitue une pièce maîtresse du système portuaire nantais (Bruno Caillet (...)
  • 42 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8745-VI : procès-verbal du sénéchal de Paimbœuf, 23 août 1789.
  • 43 La domestique de l’un d’entre eux signale que les émeutiers ont percé les lits avec des sabres pou (...)
  • 44 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8745-VI : déposition de Pierre Bourgeois, 28 août 1789.
  • 45 La « Grande Peur » des ouvriers de Paimbœuf est comparable aux troubles rouennais, à la fois émeut (...)

17Une émeute éclate à Paimbœuf le dimanche 23 août 178941. Elle naît dans l’assemblée convoquée pour former des compagnies de milice, mais au sein de laquelle se pressent de nombreux « ouvriers de mer [qui] ont dit qu’on vouloit réduire leurs journées à vingt sols, ce qui les mettoit hors d’état de vivre avec leur famille42 ». À la recherche des constructeurs de navire, les émeutiers saccagent leur domicile43. Lorsqu’ils s’emparent de l’un d’eux, ils lui font subir le sort infligé à l’échevin nantais en janvier. Un constructeur explique ainsi que « pendant environ une demi-heure ou trois quarts d’heure [les émeutiers] le forcèrent de se promener dans la ville [et qu’il] fut suivi par une grande quantité de gens dont les uns lui donnoient des coups de bâtons, d’autres le tiroient aux cheveux et d’autres lui lançoient des pierres44 ». Le lendemain, guidé par un calfat, les émeutiers investissent son chantier. S’ils usent de pratiques largement populaires, les ouvriers de la construction navale, mis en branle par une rumeur dans l’atmosphère troublée de l’été 1789, avancent un motif spécifique45. Enfin, on ne relève pas de référence politique.

  • 46 Dans la nouvelle municipalité entrent des négociants, dont le maire, et des manufacturiers (arch. (...)
  • 47 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8745-VI : interrogatoire de Jean Giraud, 24 septembre 1789.
  • 48 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8745-VI : interrogatoire de René Lebrun, 24 septembre 1789. Il s (...)

18À Nantes, dans le contexte de la Grande Peur, la révolution municipale porte au pouvoir la bourgeoisie négociante46. Or, le 22 septembre, deux Nantais sont arrêtés pour avoir appelé à une révolte visant à imposer une baisse du prix du pain. Un billet est saisi : « Assemblons peuple et bon citoyens nantais pour faire diminuer le pin, alons visiter les greinier sans tarder47. » Interrogé, un maître tailleur d’habits « répond [qu’]ils avoient comme arrêté entre eux de faire une requête et de la présenter au maire de cette ville pour l’engager de faire diminuer le prix du pain48 ». Les pratiques mises en œuvre lors de l’émeute de janvier ressurgissent donc. Par ailleurs, la procédure menée à l’encontre d’un portefaix révèle une certaine politisation. Exaspéré par l’absence d’ouvrage et de pain, il incite des compagnons menuisiers à se révolter, comme le rapporte l’un d’eux :

  • 49 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8745-VI : déposition de Pierre Monsacré, 13 octobre 1789.

Il y a environ trois semaines […] le nommé Brisset, portefaix, vint, un peu épris de vin, chez ledit Mechine, où lui, témoin, était avec plusieurs autres compagnons menuisiers, et leur demanda de quel parti ils étaient, s’ils étaient pour la noblesse ou pour le Tiers État, que s’ils voulaient on pourrait faire une révolte pour aller chez les boulangers prendre du pain49.

  • 50 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8745-VI : déposition de Guillaume Sivars, 13 octobre 1789. Prude (...)
  • 51 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8745-VI : déposition de Jean Baptiste Eche, 13 octobre 1789.
  • 52 Si, à Paris, l’hostilité soulevée par l’intransigeance aristocratique et la revendication frumenta (...)

19Un autre menuisier précise que le portefaix dit « qu’il voulait faire une révolte avec beaucoup d’autres, parce qu’ils étaient plus heureux autrefois que dans le temps actuel, où ils ne trouvaient point d’ouvrage50 ». Un dernier témoin indique que le portefaix dit « qu’il était du côté de la noblesse, parce qu’il avait couru la ville tout le jour sans pouvoir trouver de pain51 ». L’orientation politique du peuple et des ouvriers apparaît donc tributaire de la situation sociale. L’obsession frumentaire du peuple l’amène à se tourner contre les autorités en place. Or, il s’agit désormais d’une municipalité patriote52.

Un complot aristocratique

  • 53 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : interrogatoire de Joseph Lédat, 28 septembre 1789, et (...)

20L’aveuglement frumentaire du peuple en général, des ouvriers en particulier ne les rend-il pas manipulables ? À la fin septembre, les autorités patriotes de Nantes déjouent ainsi une tentative de complot aristocratique. Estimant pouvoir manipuler le peuple, l’aristocratie cherche précisément à orienter sa colère contre les autorités révolutionnaires. La procédure judiciaire, qui traite de l’émeute de janvier, signale qu’à la mi-septembre, le maçon Joseph Lédat, est approché par le colonel d’Hervilly53. Lors d’une entrevue, l’aristocrate associe la défense des privilèges nobiliaires et le rétablissement de la situation frumentaire :

  • 54 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : déposition de Daniel Kervégan, 2 octobre 1789.

Lui, Lédat, eut peur que le colonel ne voulût le faire arrêter pour l’émeute dans laquelle il étoit entré précédemment, mais il fut bientôt rassurer, le colonel lui ayant dit : vous êtes un brave homme, vous vous êtes bien montré, il faut faire une révolte, nous rétablirons les nobles dans leurs droits, et le peuple ne mangera plus de mauvais pain comme on lui en fait manger à présent et on l’empêchera de payer le sel six sols la livre comme on veut l’y soumettre54.

  • 55 Arch. mun. de Nantes, 1-D-2 : registre de délibérations de la municipalité, f° 20, 29 septembre 17 (...)

21Inquiet, le maçon alerte les autorités. Le 29 septembre, la municipalité patriote dénonce d’ailleurs un complot aristocratique qui bloque l’approvisionnement de la ville, afin d’attiser le mécontentement contre les autorités nouvelles55. Il apparaît donc que les aristocrates, comme les patriotes bourgeois, considèrent le peuple comme manipulable parce qu’exclusivement préoccupé de son pain.

  • 56 Il s’agit de Joseph Lédat (arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : déposition de Pierre Brinso (...)

22Au-delà de cette vision commune des élites, ne peut-on déceler dans l’acuité de la revendication frumentaire la conscience que le peuple a de lui-même et de sa force ? Cette conscience sociale, renforcée par l’émeute de janvier, voire par son irruption sur la scène politique, nourrirait une lucidité qui inciterait le peuple à se défier de l’ensemble des élites. D’une part, le témoignage d’un maître cordonnier signale cette conscience sociale : attablé dans un cabaret avec deux charpentiers « et d’autres ouvriers qu’il ne connaît pas, dont un lui parut être un manœuvre ou un maçon, [ce maître] entendit dire à ce-dernier : nous sommes bien des ouvriers dans Nantes, si nous voulions nous entendre, nous ferions diminuer le pain et le mangerions meilleur56 ». D’autre part, la bourgeoisie révolutionnaire peut, à juste raison, craindre de perdre le soutien du peuple : les propos prêtés à Joseph Lédat, lors de son interrogatoire, suggèrent qu’aux yeux de cet ouvrier, le Tiers se réduit à l’élite politique et sociale de la cité :

  • 57 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : interrogatoire de Joseph Lédat, 28 septembre 1789.

Interrogé si, il y a eu vendredi quinze jours, étant à travailler avec Thomas Gouineau à une bâtisse sur la place Saint-Nicolas, lui, interrogé, ne lui proposa pas […] de s’assembler pour faire une révolte contre la cherté de pain et pour f… malheur au Tiers État57.

23Dès 1789, la participation des ouvriers nantais à la Révolution française apparaît importante. S’ils se mobilisent au sein de l’ensemble du peuple pour obtenir du pain, ils avancent également des revendications spécifiques, notamment contre les privilèges corporatifs ou pour la défense des salaires. De plus, leur participation est en partie façonnée par des pratiques et des valeurs issues de leur identité (ainsi l’ostentation symbolique des outils), tout en suivant aussi des modalités plus largement populaires. Par ailleurs, les revendications du peuple et des ouvriers s’inscrivent dans la dynamique révolutionnaire, comme en témoignent la concomitance de leurs actions avec les grandes avancées et l’intégration de thèmes révolutionnaires dans leurs propres combats. Toutefois, l’orientation politique du peuple en général et des ouvriers en particulier n’est ni définitive, ni unanime.

  • 58 Cette conscience révolutionnaire mûrit progressivement. Elle se cristallise donc tout particulière (...)

24Faut-il pour autant, et à la suite des élites de la fin du xviiie siècle, stigmatiser le caractère superficiel de l’orientation politique d’un peuple manipulable, parce qu’aveuglé par le pain ? Ne faut-il pas, au contraire, souligner l’acuité de sa conscience sociale et la profondeur de sa lucidité (qui le porte à se défier de l’ensemble des élites) ? En fait, l’étude des affrontements met en lumière le caractère partiellement autonome et original de la participation populaire en général et ouvrière en particulier à la Révolution française dès 1789. Dans les années suivantes, les tensions persistent, voire s’aiguisent. Ainsi, en 1793-1794, tandis que la guerre civile aggrave la disette, la montée de l’égalitarisme exacerbe la revendication populaire, si bien que le risque d’émeute frumentaire réapparaît. De manière plus spécifique pour les ouvriers, l’inflation avive la revendication salariale. Or, un bon nombre d’entre eux se trouve, à partir de 1793, requis par les autorités. Enfin, interprétant en leur faveur la Déclaration des droits de l’homme, les ouvriers ne cessent d’exiger la reconnaissance des compagnonnages, ce qui constitue un motif supplémentaire de tensions. Ainsi, la politisation des ouvriers nantais, durant la décennie 1790, s’inscrit dans la maturation plus large d’une conscience révolutionnaire58 dans laquelle la dimension sociale reste primordiale.

Notes

1 Grâce à l’essor du coton, Nantes entre dans la Révolution industrielle. Marquée par la pluri-activité et dotée de plusieurs manufactures, Nantes est comparable à Rouen (Jean-Pierre Bardet, Rouen aux xviie et xviiie siècles. Les mutations d’un espace social, Paris, SEDES-CDU, 1983).

2 De plus, le croisement de sources de différentes natures permet aussi parfois d’établir la condition sociale exacte d’un travailleur.

3 Ces maîtres déchus se situent aux « confins » du monde ouvrier, selon la formule de P. Goubert (Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730. Contribution à l’histoire sociale de la France du xviie siècle, Paris, SVEPEN, 1960, p. 288).

4 Nous utilisons ce concept d’identité dans une perspective à la fois sociale et culturelle (voir notre thèse, La Révolution des ouvriers nantais. Le façonnement d’une identité sociale et culturelle, des années 1760 aux années 1830, université Rennes 2, 2006). À la suite d’E. Thompson, qui écrit que « nous ne devons pas […] nous représenter une force extérieure − la “Révolution industrielle” − s’exerçant sur un matériau humain brut, indifférencié et indéfinissable » (La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Seuil, 1988, p. 74), il nous semble que les ouvriers contribuent, pour une large part, au façonnement de leur identité.

5 Cynthia Truant, The Rites of Labor. Brotherhoods of Compagnonnage in Old and New Regime France, Ithaca-Londres, Cornell University Press, 1984 ; Steven Kaplan et Cynthia Koepp (éd.), Work in France. Representations, Meaning, Organization and Practice, Ithaca, Cornell University Press, 1986 ; Michael Sonenscher, Work and Wages. Natural Law, Politics and the Eighteenth-century French Trades, Cambridge, Cambridge University Press, 1989. Voir aussi Arlette Farge, La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au xviiie siècle, Paris, Seuil, 1986, et Jean Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale (1661-1789), Paris, Seuil, 2002.

6 Sans jamais avoir été délaissée (voir Dominique Godineau, Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, Aix-en-Provence, Alinéa, 1988 ; Raymonde Monnier, L’espace public démocratique. Essai sur l’opinion publique à Paris de la Révolution au Directoire, Paris, Kimé, 1994 ; Haim Burstin, Une révolution à l’œuvre. Le faubourg Saint-Marcel [1789-1794], Seyssel, Champ Vallon, 2005), l’étude du monde ouvrier durant la Révolution connaît un regain d’intérêt, comme en témoigne notamment le livre de S. Kaplan, La fi n des corporations, Paris, Fayard, 2001.

7 De nombreux travaux ont mis en lumière, notamment pour les campagnes, la montée d’une anti-révolution populaire alimentée par des motifs sociaux.

8 L’analyse de la politisation populaire au cours de la Révolution française requiert une grande prudence tant pour sa définition que pour sa portée. Pour la définition, voir Raymond Huard, « Existe-t-il une politique populaire ? », dans Jean Nicolas (éd.), Mouvements populaires et conscience sociale, xvie-xixe siècles, Actes du colloque de Paris, 22 au 24 mai 1984, Paris, Maloine, 1985, p. 57-68, et Catherine Duprat, « Lieux et temps de l’acculturation politique », Annales Historiques de la Révolution française, 1994-3, p. 387-400. Par ailleurs, la politisation populaire ne naît pas ex nihilo en 1789 et n’est pas définitive à l’issue de la Révolution française (Roger Dupuy, La politique du peuple, xviiie-xxe siècles. Racines, permanences et ambiguïtés du populisme, Paris, A. Michel, 2002). Néanmoins, celle-ci représente une étape essentielle, comme l’a montré M. Vovelle (La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution française, Paris, La Découverte, 1993). Plus précisément, l’hypothèse d’une transformation fondamentale qu’il avance pour la peur ou la violence, peut être reprise pour la politique (La mentalité révolutionnaire. Société et mentalités sous la Révolution française, Paris, Messidor-éd. sociales, 1985).

9 J. Verger la relate ainsi : « 8 janvier 1789 ; ce jour, il y eut à Nantes une terrible émeute ; les ouvriers, exaspérés par la cherté du pain, réunis en grand nombre, ayant à leur tête un nommé Pédat, se portèrent tumultueusement chez tous les boulangers et y enlevèrent de force tout le pain qu’ils y trouvèrent ; dans la même journée, ils se ruèrent sur la mairie, qu’ils obligèrent à publier une police qui mettait les boulangers en perte » (Archives curieuses de la ville de Nantes et des départements de l’Ouest, Nantes, Forrest, 1837, t. 1, col. 245). Gaston Blandin cite le procès-verbal dressé par les échevins le 8 janvier (Le pain du pauvre à Nantes, 1789-1799. De la charité à l’assistance publique ou la Révolution face à la pauvreté, Nantes, Ouest éditions, 1992, p. 91 ; arch. mun. de Nantes, FF 289).

10 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : émeute des 8 et 9 janvier 1789 à Nantes, janvier-septembre 1789.

11 Les divers éléments de la procédure nous incitent à penser que ce complot fut réel. Par la suite, ce colonel sera expulsé de Nantes, puis participera au débarquement de Quiberon.

12 Sur les institutions municipales, voir Guy Saupin, La vie municipale à Nantes sous l’Ancien Régime, 1565-1789, thèse pour le doctorat de troisième cycle, université de Nantes, 1981, sous la direction d’Y. Durand, 2 vol.

13 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : déclaration de l’avocat du roi, 10 janvier 1789. Sauf mention contraire, nous citons cette pièce.

14 Arch. mun. de Nantes, FF 289 : procès-verbal des commissaires Albert et Huet, 8 janvier 1789.

15 Le pain apparaît donc comme une « affaire de femmes » (Jean Nicolas, La rébellion française, op. cit., p. 269).

16 Cependant, on sait par ailleurs que les ouvriers du bâtiment sont organisés en équipes qui, dans le cadre du système de louage, passent des contrats avec des entrepreneurs de travaux et que de nombreux cordonniers et tonneliers sont isolés. De plus, l’immense majorité des tailleuses sont des ouvrières.

17 Arch. mun. de Nantes, FF 289 : procès-verbal des échevins, 8 janvier 1789.

18 Arch. mun. de Nantes, FF 289 : procès-verbal des commissaires Albert et Huet, 8 janvier 1789.

19 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : déposition de Marie Briaud, 5 mai 1789, et interrogatoire de Joseph Lédat, 28 septembre 1789.

20 Arch. mun. de Nantes, FF 289 : procès-verbal des commissaires Bar et Huet, 7 janvier 1789.

21 Sur la montée du thème de l’accaparement, voir Cynthia Bouton, « Les mouvements de subsistance et le problème de l’économie morale sous l’Ancien Régime et la Révolution française », Annales Historiques de la Révolution française, 2000-1, p. 71-100.

22 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : interrogatoire de Joseph Lédat, 28 septembre 1789. Les citations suivantes sont tirées de cette pièce.

23 Arch. mun. de Nantes, FF 289 : procès-verbal des échevins, 8 janvier 1789.

24 Georges Lefebvre, « Foules révolutionnaires », Annales Historiques de la Révolution française, 1934, p. 1-26.

25 Trois frères maçons jouent aussi un rôle de boutefeux (arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : interrogatoire de Joseph Lédat, 28 septembre 1789). De même, les ouvriers du port joueront un rôle décisif lors de l’émeute du 5 septembre 1791.

26 Certains quartiers présentent d’ailleurs une base professionnelle nette, quoique jamais exclusive.

27 Edward Thompson, « L’économie morale de la foule dans l’Angleterre du xviiie siècle », dans Florence Gauthier et Guy-Robert Ikni (éd.), La guerre du blé au xviiie siècle. La critique populaire contre le libéralisme économique au xviiie siècle, Montreuil, Éd. de la Passion, 1988, p. 31-92.

28 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : interrogatoire de Joseph Lédat, 28 septembre 1789. Si une évidente volonté d’intimidation accompagne cette démonstration symbolique, celle-ci n’est pas pour autant négligeable. D’ailleurs, le recours symbolique aux outils se retrouve lors de l’émeute du 5 septembre 1791, comme le signale alors un matelot : il travaillait « à son ouvrage à bord du navire La petite roche […] en radoub à l’Hermitage, lorsqu’une grande affluence d’hommes et de femmes vinrent crier qu’il fallait descendre et les accompagner à l’hôtel de ville, sur quoy les calfats travaillant au même radoub se mirent à frapper avec leurs outils, manière ordinaire pour indiquer la cessation d’ouvrage et les rassemblements » (arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, interrogatoire de François Hagas, 7 septembre 1791).

29 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : interrogatoire de Joseph Lédat, 28 septembre 1789.

30 Arch. mun. de Nantes, FF 289 : procès-verbal des échevins, 8 janvier 1789.

31 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : interrogatoire de Joseph Lédat, 28 septembre 1789.

32 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : déposition de Jean Guichard, 12 janvier 1789.

33 Benoît Garnot, « L’ampleur et les limites de l’infrajudiciaire dans la France d’Ancien Régime (xvie-xviie-xviiie siècles) », dans Benoît Garnot (éd.), L’infrajudiciaire du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Actes du colloque de Dijon, 5 au 6 octobre 1995, Dijon, EUD-PUB, 1996, p. 69-76.

34 Steven Kaplan, « Réflexions sur la police du monde du travail, 1700-1815 », Revue historique, 1979-1, p. 17-77.

35 Éric Hobsbawm, Les primitifs de la révolte dans l’Europe moderne, Paris, Fayard, 1966.

36 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : interrogatoire de Joseph Lédat, 28 septembre 1789.

37 Malgré la formulation maladroite, donc ambiguë, de la référence à la noblesse, il faut comprendre que le maçon Joseph Lédat soutient le Tiers État, comme l’attestent d’autres renseignements.

38 Situé sur la rive gauche de la Loire, le quartier de Pirmil n’appartient pas au territoire de la corporation. La plupart des tisserands qui y résident travaillent seuls : leur situation est donc comparable à celle des chambrelans travaillant « clandestinement » à Nantes même.

39 Arch. mun. de Nantes, HH 174 : procès-verbal du commissaire Delamare, 7 février 1789.

40 Le cahier de doléances de Chantenay, autre paroisse limitrophe, dénonce les privilèges économiques (Alain Croix et Jacques Garreau [dir.], Cahiers de doléances pour les États Généraux de 1789, Nantes, CLEF-Nantes-Histoire, 1989).

41 L’avant-port de Paimbœuf constitue une pièce maîtresse du système portuaire nantais (Bruno Cailleton, La construction navale civile dans l’amirauté de Nantes au xviiie siècle. Nantes, Basse-Indre, Indret, Paimbœuf. Infrastructures, hommes, fonctionnement, Cholet, Hérault, 1999). Les conflits du travail s’y sont multipliés dans les années 1770-1780. Les autorités nantaises suivent très attentivement le déroulement de cette émeute, probablement aussi par crainte d’une contagion.

42 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8745-VI : procès-verbal du sénéchal de Paimbœuf, 23 août 1789.

43 La domestique de l’un d’entre eux signale que les émeutiers ont percé les lits avec des sabres pour voir s’il ne s’y était pas dissimulé (arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8745-VI : déposition de Renée Riau, 28 août 1789).

44 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8745-VI : déposition de Pierre Bourgeois, 28 août 1789.

45 La « Grande Peur » des ouvriers de Paimbœuf est comparable aux troubles rouennais, à la fois émeutes de subsistance et actes de luddisme, de l’été 1789. En effet, C. Mazauric y reconnaît l’action de « foules agitées par la grande promesse qu’implique la convocation des États Généraux […], mais rendues méfiantes par la dénonciation du complot aristocratique et qui se croient encouragées à agir au nom du bien commun » (« À propos d’un mouvement pré-prolétarien survenu à Rouen au cours de l’été 1789 et de sa valorisation dans le champ des affrontements politiques de la Révolution », dans Jean Nicolas [éd.], Mouvements populaires…, op. cit., p. 513).

46 Dans la nouvelle municipalité entrent des négociants, dont le maire, et des manufacturiers (arch. mun. de Nantes, BB 112 : registre de délibérations de la municipalité, f° 95-97, 28 juillet et 20 août 1789). Voir Jean-Clément Martin, La Loire-Atlantique dans la tourmente révolutionnaire. 1789-1799, Nantes, Reflets du passé, 1989.

47 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8745-VI : interrogatoire de Jean Giraud, 24 septembre 1789.

48 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8745-VI : interrogatoire de René Lebrun, 24 septembre 1789. Il s’agit très probablement d’un travailleur isolé que seul son privilège distingue encore – de jure plus que de facto – d’un compagnon chambrelan. Il n’est en effet capité qu’à une livre en 1789 (arch. dép. de Loire-Atlantique, B 3530 : registre de la capitation nantaise).

49 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8745-VI : déposition de Pierre Monsacré, 13 octobre 1789.

50 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8745-VI : déposition de Guillaume Sivars, 13 octobre 1789. Prudemment cet ouvrier menuisier souligne qu’il « ne se mêle point des affaires ».

51 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8745-VI : déposition de Jean Baptiste Eche, 13 octobre 1789.

52 Si, à Paris, l’hostilité soulevée par l’intransigeance aristocratique et la revendication frumentaire concourent pour déclencher les journées d’octobre, à Orléans, la nouvelle municipalité affronte une émeute le 12 septembre 1789 (Georges Lefebvre, Études orléanaises, t. 2, Subsistances et Maximum [1789-an IV], Paris, Commission d’histoire économique et sociale de la Révolution, mémoires et documents, XV, 1963, p. 31). H. Burstin souligne que le caractère concret des revendications populaires implique leur satisfaction immédiate, si bien que les hommes au pouvoir sont soumis à « une légitimation à chaud ou [à] un refus immédiat » (L’invention du sans-culotte. Regards sur le Paris révolutionnaire, Paris, O. Jacob, 2005, p. 30).

53 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : interrogatoire de Joseph Lédat, 28 septembre 1789, et troisième cahier d’information, 1er-2 octobre 1789.

54 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : déposition de Daniel Kervégan, 2 octobre 1789.

55 Arch. mun. de Nantes, 1-D-2 : registre de délibérations de la municipalité, f° 20, 29 septembre 1789.

56 Il s’agit de Joseph Lédat (arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : déposition de Pierre Brinsouart, 1er octobre 1789).

57 Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 8746-IV : interrogatoire de Joseph Lédat, 28 septembre 1789.

58 Cette conscience révolutionnaire mûrit progressivement. Elle se cristallise donc tout particulièrement au cours des affrontements. Il nous semble qu’elle correspond non seulement à la conviction de la possibilité nouvelle de satisfaire des revendications, mais encore à l’approfondissement du sentiment très mobilisateur de leur légitimité.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site