Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Risques industriels

 | 
Thomas Le Roux

Première partie. Risques, savoirs et marché

Effet phénix

Les architectes du Nord de la France au xixe siècle et l’incendie industriel, un enjeu professionnel ?

Gilles Maury

Texte intégral

1La métropole lilloise et plus largement le Nord Pas-de-Calais avec son bassin minier fut durant toute la seconde moitié du XIXe siècle une terre d’industrialisation rapide, parfait exemple de l’aventure économique et sociale qui animait alors la France. L’explosion démographique, la croissance urbaine incontrôlée de Roubaix et Tourcoing, l’accroissement prodigieux des fortunes créèrent un contexte dans lequel tout événement revêtait une dimension exemplaire et où sentiments et réactions s’exacerbaient.

  • 1 Jarrige F., Reynaud B., « Les usines en feu. L’industrialisation au risque des incendies dans le t (...)

2L’incendie de l’usine Motte-Bossut en 1866, une des plus anciennes et importantes de Roubaix, devint rapidement un cas représentatif faisant passer une industrie florissante à l’état de ruine, suivi d’une renaissance non moins spectaculaire. Un véritable phénix, d’autant plus que l’entreprise avait déjà été touchée par le feu, mais qui n’apparaît pas comme un cas isolé1. Le phénix Motte-Bossut pose aussi les limites de cette recherche, qui d’une manière plus générale peut buter sur des difficultés documentaires : fonds d’archives industrielles inexistants ou très partiels, incertitude sur les faits, difficultés à définir tous les intervenants, architectes comme assureurs, etc. Il faut donc interroger transversalement une documentation hétérogène, mêlant plans anciens, publications variées ou publicités professionnelles, entre autres.

  • 2 Il n’a pas été possible de trouver, en l’état actuel de la recherche, d’étude sur des points simil (...)

3C’est en tentant une approche de l’impact de l’incendie industriel sur la pratique des architectes que l’on peut commencer à révéler un aspect totalement méconnu de cette profession2. L’architecte, interlocuteur indispensable à tout capitaine d’industrie, a-t-il un rôle spécifique à jouer en matière de prévention contre l’incendie ? Est-il tenu pour responsable en cas de sinistre ? Quelles peuvent être ses réactions s’il doit reconstruire un édifice incendié ? L’incendie industriel constitue-t-il un enjeu professionnel ?

4En examinant la création et l’évolution des Sociétés d’architectes, s’effectuant en parallèle de l’industrialisation du pays, on tâchera de déterminer la place qu’occupe l’incendie industriel dans la profession, les débats qui peuvent lui être liés et l’apparition de la notion d’expert ou de spécialiste. D’autres « effets phénix » peuvent-ils en outre éclairer la question ? Le désastre de l’imprimerie Danel à Lille en 1874 permet, par les archives de l’architecte autant que par les comptes rendus, de se faire une idée plus précise des enjeux de la reconstruction et dévoile en filigrane l’implication d’un éditeur dans la question de la prévention et des assurances contre le feu. Pour ces dernières et les éléments conjoints que sont les équipements d’alerte ou de lutte, le Nord paraît être un terrain fécond d’expériences, sur lesquelles toutefois les architectes demeurent remarquablement discrets.

1866 : un incendie, une renaissance

  • 3 Archives départementales du Nord (AD Nord), M 184/64. Je remercie François Jarrige et Bénédicte Re (...)

5Le 17 novembre 1866, un premier incendie se déclare à Roubaix au sein de l’usine Motte-Bossut, jouxtant le canal rue de l’Union en plein centre-ville. C’est à cette époque la plus grande de la cité et ses cinq étages (25 mètres de haut) ainsi que le nombre élevé de broches des machines à tisser l’ont fait surnommer « l’atelier Monstre ». Le terme est passé dans le langage courant et le commissaire de police chargé du rapport d’incendie n’hésite pas à l’utiliser : en tout point exceptionnelle, cette usine est déjà célèbre3. L’incendie est maîtrisé assez rapidement pour limiter les dégâts, estimés tout de même à 200 000 francs. Il est peu probable que tout ait été réparé quand survint le désastre plus important du 8 décembre (fig. 1).

  • 4 Ibid. L’un d’eux, le capitaine, est même immédiatement pressenti pour l’obtention d’une légion d’h (...)

6Parti du 3e étage, à la suite d’une opération de nettoyage d’une machine, l’incendie ravage intégralement le bâtiment principal de l’usine. L’habitation du gérant, les écuries et plus important, les stocks de matière première, sont préservés car situés dans des édifices annexes de moindres dimensions. Par contre, la taille des flammes et leur direction, ainsi que les matières projetées, propagent l’incendie à l’usine située en face, la plus modeste filature Bossut-Grimonprez, qui est également intégralement détruite. Les constructions mitoyennes de l’usine Motte-Bossut, dont d’autres ateliers d’importance, sont sauvées grâce aux actions courageuses des sapeurs-pompiers4.

Fig. 1. – L’incendie Motte-Bossut, 1866 (Médiathèque de Roubaix, ancienne collection Jacques Prouvost, coupure de presse non identifiée).

  • 5 Ibid. L’empereur donne pour l’occasion 5 000 francs sur sa cassette personnelle pour subvenir aux b (...)
  • 6 Le Journal de Roubaix du 12 décembre 1866 mentionne que les pertes ne s’élèveront pas au-dessus de (...)
  • 7 AD Nord, M 184/64. Rapport de police. Il est évident que le commissaire a déjà réuni une série d’i (...)
  • 8 Grenier L., Wieser-Benedetti H., Les Châteaux de l’Industrie, Bruxelles, Archives d’architecture Mo (...)
  • 9 Ibid. Comme l’usine Desurmont (1852), de l’architecte Charles Maillard, d’un modèle similaire, entr (...)
  • 10 AD Nord, M 184/64. Phrase rayée dans l’original. Voulait-on passer sous silence le désastre précéd (...)

7Le dossier constitué par la police à la suite de l’événement résume parfaitement plusieurs points qui caractérisent l’attitude des industriels face à ces désastres majeurs, ainsi que celle des architectes de la région. C’est tout d’abord, en réaction immédiate à l’émotion, une prise de conscience pragmatique des propriétaires, qui, par le biais du préfet et de leur réseau sont immédiatement en contact avec l’État, ici directement l’empereur Napoléon III, afin de relancer au plus vite l’activité5. La question des assurances est de la même manière évoquée dès le lendemain et affinée les jours suivants dans la presse6. Ce point conditionne la reprise de l’activité, délocalisée momentanément dans des ateliers provisoires ou absorbée par des partenaires, et surtout la possibilité de reconstruire. Enfin, les comptes rendus du commissaire, qui interroge les témoins du drame afin d’en chercher les causes et donc les responsabilités, ne peuvent se concentrer sur les autres causes éventuelles, comme celles dépendant de l’organisation spatiale ou de la résistance de la structure, qui ressortent des compétences de l’architecte. Ceci doit être évalué par les assureurs, dont les rapports font pour ce cas défaut. Les établissements Motte-Bossut étaient assurés dans douze compagnies différentes, parmi lesquelles des sociétés importantes comme l’Union, Le Nord ou le Phénix7… Le nom de l’architecte, Achille Dewarlez (1797-1871), n’est mentionné ni dans la presse, ni dans le rapport de police, et d’ailleurs personne n’est jugé responsable. Praticien respecté, Dewarlez signe le projet de construction déposé en mairie en 18438. Le dessin de la façade et les dimensions de l’ouvrage semblent accréditer l’existence d’une structure en maçonnerie dont les planchers auraient été en bois, comme la plupart des autres usines de l’époque dans ce secteur9. Ceci expliquerait la violence et la rapidité du désastre. Il semble pourtant que l’installation des usines ait été jugée « conforme » à ce que l’on en attendait à l’époque. Une petite note du dossier de police laisse cependant planer une légère ambiguïté, car elle mentionne en effet que « les précautions les plus minutieuses avaient été prises contre l’incendie dont M. Motte avait été la victime le 17 nov. Dernier », pour se poursuivre par « Il n’y a pas le plus léger reproche à faire à personne10. »

  • 11 Lire notamment Roubaix, une ville née de l’industrie, Roubaix, Patrimoine/Voix du Nord, 2000 ; et (...)
  • 12 Beaucoup d’éléments de cette structure sont toujours visibles. La question du modèle anglais est t (...)
  • 13 Notice « Archives nationales du monde du travail », Métamorphoses, op. cit., p. 108-111. Le lieu a (...)
  • 14 Les nombreuses recherches effectuées dans ce sens n’ont toujours rien donné. L’édifice n’est pas p (...)

8La reconstruction de cette filature « monstre », se fait sous l’impulsion du gérant principal, ses associés abandonnant la partie à la suite de ces incendies à répétition. Le nouvel édifice, reconstruit de l’autre côté du canal sur un terrain accueillant déjà une annexe des établissements, ne cessera de s’étendre au fil des années, pour devenir un des symboles de la métropole Nord11. Symbole de la pugnacité d’un chef d’entreprise visionnaire, symbole d’une rapidité de réaction qui de surcroît s’appuie sur l’expérience du désastre pour reconstruire plus grand, plus efficace, plus beau et bien sûr, plus résistant au feu. La nouvelle usine Motte-Bossut est édifiée en maçonnerie de brique, les façades porteuses étant secondées d’une trame de poteaux de fonte reprenant les charges des planchers, voûtains de brique sur poutres métalliques : une structure « fireproof » selon les modèles anglais12, système qui perdure jusqu’en 1914. La pérennité de l’édifice et sa reconversion témoignent de ces qualités13. Ce que l’on peut identifier comme un « effet phénix » repose sur le modèle Motte-Bossut, le plus démonstratif certes, mais en aucun cas un modèle isolé : une destruction totale, une reprise rapide des activités accompagnée d’une reconstruction aux qualités architecturale et technique reconnues. Un dernier point de cette aventure est significatif de l’attitude des architectes face à cet aspect de leur travail : aucune publication de l’époque ne semble nommer le créateur de ce chef-d’œuvre de l’architecture industrielle française, aucune allusion ne fut faite de la reconstruction de l’usine14. Exceptionnelle sur le plan de l’histoire industrielle, l’usine Motte-Bossut en tant que Phénix laisse froid les architectes du Nord.

Les responsabilités limitées d’une profession qui se cherche

Un questionnement hésitant

  • 15 Maury G., « Confraternité et agapes. La Société régionale des architectes du Nord en représentatio (...)

9L’industrialisation du Nord est largement tributaire du développement économique du Second Empire, une dynamique qui s’effectue conjointement à la constitution très progressive de la profession d’architecte en tant que corporation, définie par un diplôme (institué nationalement en 1867, mais réellement effectif après 1877) et par la création de Sociétés d’architectes dont la plus importante, la Société centrale siégeant à Paris, fait des émules en province. La Société régionale des architectes du Nord de la France, créée en 1868 sous l’impulsion d’Émile Vandenbergh (1827-1909), se veut un organe de défense professionnelle, tout autant qu’un lieu d’échange d’informations et de confraternité15. Les Bulletins (1868-1890) et la revue L’Architecture et la Construction dans le Nord (1891-1914) que la Société régionale édite permettent de suivre l’évolution de la profession dans le Nord, mais font également écho aux actualités parisiennes ou des autres régions ; en ce sens ces publications donnent un reflet significatif de tous les débats qui animent l’évolution de la profession.

  • 16 Pétillon Ch., La Population de Roubaix, 1750-1880, Marcq-en-Barœul, Septentrion, 2006, p. 298.

10Force est de constater qu’en matière d’incendie industriel et de ses conséquences, les architectes demeurent remarquablement discrets. Sur le plan local par exemple, rien n’est dit de la reconstruction de l’usine Motte-Bossut qui s’achève alors que paraît le premier Bulletin ; rien non plus n’est écrit à propos de la reconstruction de certains locaux de l’usine à gaz Desclée à Roubaix en 1874 par l’architecte néogothique belge Jean-Baptiste Bethune ; rien non plus sur la catastrophe de la filature Dillies en 1883 ou périssent plusieurs ouvrières16 et qui nécessite une modification de l’établissement.

  • 17 Tous les points de jurisprudence ou de législation paraissant dans les Bulletins entre 1868 et 189 (...)
  • 18 Il faut noter au passage que l’incendie est donc rapproché des catastrophes naturelles, mises sur (...)
  • 19 Bulletin no 7, 1874-1875, Lille, Danel, 1876. Séance du 8 mai 1875, p. 36 et suiv.
  • 20 Ces débats sont également retranscrits dans la revue de la Société centrale, diffusée internationa (...)

11Les rubriques de jurisprudence publiées régulièrement et les débats sur les responsabilités ne font jamais mention de l’incendie industriel, comme d’un accident relevant du domaine de l’architecte17. L’incendie est une fatalité, que tout le monde accepte comme faisant partie de l’ordre de la vie quotidienne. Lors des débats nationaux qui secouent les membres des diverses Sociétés au sujet de l’établissement d’un diplôme obligatoire dans les années 1870, des commissions commencent à établir l’étendue des responsabilités de l’architecte, ou du moins les proposent à discussion. Ainsi, dans le premier rapport de 1875, il est stipulé que l’architecte « comme constructeur, poursuit deux buts : la solidité d’abord et avant tout, l’économie ensuite ». Puis à la question sept, « quelle peut être la part de responsabilité de l’architecte, dans le cas de force majeure qu’il a été complètement impossible de prévoir. Exemples : excavations, foudre, inondation, incendie, guerre, pillage, ouragan18 », il est répondu par une autre question : quelle peut être sa responsabilité quand « il est reconnu que l’architecte avait employé toutes les connaissances théoriques et pratiques connues au moment de l’exécution19 » ? Même si la question est « grave » et est également abordée au congrès national de juin 1875 à Paris, les décisions sont remises à plus tard… et visiblement non mentionnées ultérieurement20.

  • 21 Dépouillement à partir de la base de périodiques numérisés de la Cité de l’Architecture et du Patr (...)
  • 22 De Bouw M., Wouters I., « The development of fireproof construction in Brussels between 1840-1870  (...)

12Ce point de responsabilité, ou même de questionnement pragmatique sur les nouveaux moyens de lutte ou les nouveaux procédés de construction fireproof n’est donc pas considéré comme prioritaire par les architectes français. Les différentes publications professionnelles des années 1860 à 1900 n’en font jamais un sujet d’article à part entière21, le mot même de fireproof n’apparaît jamais dans le Bulletin lillois ou plus tard dans la revue illustrée des architectes du Nord. Le débat sur la question leur est pourtant accessible par les nombreux liens qui existent entre la Société lilloise et ses homologues en Belgique, pays dans lequel dès les années 1840-1850 sont effectués des essais en matière de structure résistante au feu, bien que ceux-ci ne semblent pas avoir été plus publiés que les exemples français22.

  • 23 Bulletin no 20, 1887-1888, Lille, Danel, 1889, p. 64. Il faut préciser que c’est un sujet qui sera (...)
  • 24 Chenevier P., La Question du feu dans les théâtres, moyens préventifs contre l’incendie et régleme (...)
  • 25 Gung’l J.-N., Le Grand Théâtre de Lille et sa mise en état de défense contre l’incendie, Lille, Ve (...)
  • 26 Dans les revues mentionnées, des rubriques sur la jurisprudence, reprises d’autres journaux profes (...)

13Si le thème de la résistance des structures à l’incendie n’est pas prioritaire, ceci ne signifie pas pour autant son absence. La lutte contre l’incendie demeure d’actualité, puisqu’au 4e congrès provincial des architectes à Toulouse, en 1887, est donnée une conférence sur « la défense des théâtres contre l’incendie23 », faisant suite à une publication typique du genre, de P. Chenevier24. La question est localement traitée la même année, avec la parution du Grand Théâtre de Lille et sa mise en état de défense contre l’incendie25, mais rien ne prouve que les architectes y aient prêté une attention particulière. Si pour les théâtres et certains lieux publics, la question des dégagements et issues de secours commence à être normalisée, elle apparaît absente dans le monde industriel. Ceci peut s’expliquer en partie par la notion prédominante de résistance de la structure, qui semble alors placée avant le sauvetage humain, tant prévaut la sauvegarde de l’appareil de production sur celui de la main-d’œuvre. Quant aux conditions de sécurité, d’une manière générale, elles semblent être fixées par les préfets ou les maires, au cas par cas26. Il apparaît donc que l’histoire de la législation incendie reste à écrire, surtout dans son articulation aux métiers de l’architecture à la constitution progressive des devoirs d’une profession.

Un expert local dans un contexte porteur

  • 27 L’Architecture et la Construction dans le Nord, no 5, mai 1891, p. 56. Le métier semble se développ (...)

14Même si, à travers les publications d’ouvrages ou de périodiques, l’implication des architectes dans la question du fireproof paraît limitée, et également leur part de responsabilité dans la prise en compte d’améliorations techniques, ceci ne signifie pas qu’il n’existe pas d’autres formes de sensibilisation à ce sujet. Ainsi, le métier d’architecte expert fait son apparition : on apprend en 1891 « le décès de M. Sévin, architecte en chef du département de la Somme, qui s’était fait spécialité des expertises incendies27 », sans que l’on en sache plus sur ce rôle. Il s’agissait sans doute d’expertises auprès des assurances, mais cet aspect du métier n’est visiblement jamais abordé dans les revues de l’époque.

  • 28 Meunier E. M., Traité des causes des sinistres dans les usines. Guide pratique du manufacturier po (...)
  • 29 Ces informations et dates sont issues de la consultation des Annuaires dit Ravet-Anceau. Meunier p (...)

15En matière d’expertise, la région lilloise a bénéficié de la présence d’une personnalité efficace, qui peut expliquer en partie un certain retrait des architectes dans le débat. Ernest-Maxime Meunier, actif à Lille entre 1867 et 1910, publie plusieurs ouvrages, dont un document clef, Traité des causes des sinistres dans les usines, en 186428. Il est pendant plus de quarante ans le directeur général de la compagnie d’assurances l’Union du Nord29, en relation avec les plus grands industriels locaux et leurs architectes.

16Son Traité, « utile aux usiniers, aux inspecteurs et agents d’assurances, aux constructeurs d’usines », très bien documenté, comprend des descriptions précises de risques qui touchent souvent à la chimie ou la physique. Les détails de dizaines de types d’usines ou d’ateliers et leurs spécificités sur le plan de la dangerosité attestent d’un niveau de connaissance pointu. Meunier possède les secrets de la production des ressorts pour crinolines ou de la fabrication de la réglisse… Il donne de nombreuses préconisations, qui ne pouvaient qu’être reprises comme conseil pour la construction ou la reconstruction d’usine. Le texte fait ressortir le rôle central des assurances de la seconde moitié du XIXe siècle dans l’évolution des normes. Par exemple, la notion de porte coupe-feu existe déjà en 1864 (deux ans donc avant l’incendie Motte-Bossut), avec des préconisations d’installation sans équivoque :

  • 30 Meunier E. M., Traité des causes des sinistres, op. cit., p. 44. Le mur « monturier » est en fait (...)

1° que le mur dans lequel elle est établie, soit un mur monturier, construit d’une façon homogène dans toutes ses parties, en matériaux incombustibles ; 2° que les poutres qui y reposent leurs assises ne le traversent point ; 3° qu’aucune communauté ou communication n’existe entre les planchers des bâtiments contigus ; 4 ° que la porte soit en fer ou recouverte de tôle neuve de chaque côté et dans toutes ses parties, et quelle puisse se fermer du dehors comme du dedans ; 5° qu’elle joigne entièrement, et pour ainsi dire, close à friction son seuil et son encadrement ; 6° enfin, et point très essentiel, que les seuils et chambranles, montants et linteaux, soient également et complètement de tôle30.

17Meunier va jusqu’à proposer en fin d’ouvrage des plans types d’usines, purement théoriques, expliquant les dispositions idéales des différentes fonctions les unes par rapport aux autres, y compris en coupe. Avec un tel expert à demeure, les architectes de la région Nord peuvent bénéficier de conseils avisés. Il faut toutefois noter que le texte de Meunier ne parle jamais du rôle des architectes, ne serait-ce que comme prescripteurs.

  • 31 Mémoires de la Société des ingénieurs civils, tiré à part de dix pages sans auteur et sans date, ma (...)

18Le contexte de l’expansion industrielle lilloise et des risques concomitants est véritablement porteur. On peut d’ailleurs se demander si l’incendie Motte-Bossut n’explique pas la publication en 1868 d’un opuscule, Note descriptive des expériences faites par MM. Eugène Flachat et Noisette, sur l’application de l’asphalte coulé sur les planchers des magasins et greniers pour empêcher la propagation de l’incendie, qui part du principe que l’on peut protéger des planchers existants par des couches d’asphalte31. Ce type de publication, à destination des industriels, architectes ou assureurs, prend localement une certaine ampleur par l’implication directe de l’imprimeur et éditeur Louis Danel quelques années plus tard. Si le désintérêt des architectes pour la question du risque industriel paraît, au premier abord, plutôt marqué, le cas de figure de l’incendie Danel en 1874 et de la reconstruction de ses locaux nous prouve au contraire qu’en marge des publications, les architectes peuvent agir en toute connaissance de cause.

Le plus éclatant des phénix

Un drame national

19Parmi les drames qui scandent la vie de la métropole lilloise, un important incendie a des conséquences multiples mais indirectes, tant sur le plan de l’architecture que sur celui de la protection. Dans ce sens, cet accident industriel résume les débats et est parfaitement représentatif de la situation dans la seconde moitié du XIXe siècle.

  • 32 De Franciosi Ch., Hommage à Monsieur Louis Danel, Lille, Léonard Danel, 1877.
  • 33 Voir sa notice nécrologique dans L’Architecture et la construction dans le Nord, mars 1909, p. 1 e (...)

20L’imprimerie Danel est à Lille, mais aussi sur le plan national, une véritable institution. Fondée en 1698, cette société d’imprimeur-éditeur est alors riche d’un fond d’ouvrages précieux et d’œuvres d’art (les Danel sont des collectionneurs), mais aussi évidemment de fontes typographiques de grande qualité, dont l’importance est reconnue dans la France entière32. L’imprimerie s’est dotée en 1866 d’une toute nouvelle structure, sise rue Impériale, la nouvelle artère à la mode, due au talent du meilleur architecte de la ville, Émile Vandenbergh, ancien élève d’Henri Labrouste à l’École des Beaux-Arts de Paris. La partie des ateliers est édifiée avec une structure en bois et les bureaux en maçonnerie traditionnelle. Vandenbergh fut toute sa vie un architecte au-dessus de tout soupçon, d’une intégrité absolue et un passionné des innovations technologiques. Ce fondateur de la Société des architectes du Nord de la France, ne cesse d’être à l’écoute des évolutions de sa profession, tant sur le plan artistique que technique. Il est en outre un ami personnel de la famille Danel, pour les membres de laquelle il construisit plusieurs hôtels particuliers et installations industrielles33.

  • 34 Le Progrès du Nord, no 338, 9 décembre 1874.
  • 35 L’Écho du Nord, no 342, 8 décembre 1874 ; Le Monde Illustré, no 923, 19 décembre 1874, p. 388.
  • 36 Le Monde Illustré, no 923, 19 décembre 1874, p. 388 : « Mais c’est au point de vue artistique et bi (...)
  • 37 L’Écho du Nord, no 342, 8 décembre 1874.
  • 38 Le Progrès du Nord, no 339 : « On apprend que le ministre de l’Intérieur a envoyé au préfet du Nord (...)

21La quasi-totalité de l’édifice de 3 000 m2 se consume dans la nuit du 7 décembre 1874 (fig. 2), mobilisant dans une lutte vaine quinze pompes qui fonctionnent pendant deux heures « avant de pouvoir circonscrire le foyer ». On estime que « 2 000 m3 d’eau ont été lancés en quatre heures34 ». Le spectacle, c’en est un, attire les curieux (dont des artistes locaux qui immortalisent l’événement) et se renouvelle le lendemain quand la catastrophe peut révéler son ampleur. Les journaux locaux et nationaux font plusieurs reportages sur cet incendie35, même s’il n’y a pas de victimes : c’est l’importance du bien détruit, de son rôle dans l’édition nationale qui marque les esprits36. Il est important de noter que ces articles révèlent deux points significatifs de la question de l’incendie industriel de cette période. Tout d’abord, l’architecte n’est en aucun cas incriminé (comme dans le cas Motte-Bossut), la pertinence de ses choix constructifs ou des dispositions spatiales et techniques n’est absolument pas remise en question. D’autre part, la question de l’assurance est évoquée très précisément, car c’est elle qui conditionne la remise en route de l’activité. On apprend le lendemain même que « la perte est estimée à 1,5 million », et qu’« il y a assurances pour 700 000,00 F seulement, à L’Union, la Nationale et le Nord37 ». Ce dernier chiffre est révisé deux jours plus tard pour atteindre 1,2 million de francs. À l’image du désastre Motte-Bossut, les réactions de solidarité sont immédiates et d’échelle nationale38.

22Sur le plan de la sécurité, cet incendie révèle aussi le sous-équipement des sapeurs-pompiers lillois (ils manquent de pioches, les pompes sont trop faibles…) et un point pratique qui deviendra une obligation : celui d’avoir accès à un robinet d’arrêt du gaz depuis la voie publique, robinet que les pompiers mettent ici plusieurs heures à trouver…

Fig. 2. – L’incendie de l’usine Danel (Le Monde Illustré, 19 décembre 1874, no 923, p. 388).

Une reconstruction, une renaissance

  • 39 Le Monde Illustré, no 923, 19 décembre 1874, p. 388.
  • 40 AD Nord, Fonds Vandenbergh, 6fi32 et 53.

23Fort du socle réparateur suffisant constitué par ses assurances, Louis Danel peut relancer dès le lendemain son affaire, la presse mentionnant en effet la réorganisation immédiate des ateliers dans divers lieux de la ville, et le soutien financier provisoire pour les 370 ouvriers privés temporairement de leur travail39. L’« effet phénix » est donc immédiat et la reconstruction physique de l’imprimerie est rondement menée par Vandenbergh lui-même, à qui est ainsi offert l’occasion d’améliorer la première version de l’édifice (fig. 3). Le fonds Vandenbergh nous étant parvenu dans un état satisfaisant, on peut constater que certains documents sont datés de décembre 1874 et que l’essentiel est dessiné en janvier et février 187540. La reconstruction débute dès le 1er février et les nouveaux locaux sont inaugurés définitivement le 1er juillet, soit seulement cinq mois de chantier pour un édifice dont la conception radicalement nouvelle tient compte de nombreuses améliorations en matière de construction fireproof et d’optimisation des processus de production et d’ergonomie des installations.

Fig. 3. – L’usine Danel, salle principale des rotatives (Vandenbergh E., Métaux, Lille, Danel, 1904, planche 3).

  • 41 Voir le reportage d’Émile Rivoalen dans les Nouvelles Annales de la construction, 4e série, t. II, (...)
  • 42 Malgré son intérêt certain (la façade sur rue avec sa grille était remarquable à plus d’un titre), (...)

24La nouvelle grande salle se dote d’une structure métallique doublement audacieuse. Très légère, elle est constituée de colonnes de fonte creuse abritant les descentes d’eaux mais surtout la verrière n’est pas portée par en dessous mais suspendue à des haubans extérieurs. Ceci limite la présence d’éléments porteurs à l’intérieur en cas d’incendie (fig. 4). La solution est vraisemblablement très inhabituelle, et peut-être inédite. D’autre part, si les murs périphériques n’ont plus qu’un rôle de clôture (ils ne portent pas), la toiture est également envisagée dans un système innovant : la structure là aussi métallique est comblée par des hourdis de terre cuite, élément creux qui sont ensuite jointoyés puis à leur tour couvert de tuiles ordinaires41. Si la ventilation est améliorée, le dispositif retenu n’est pas connu et il n’est pas fait mention d’éventuels nouveaux moyens de lutte contre le feu… Cependant, nul doute que cette attention aux détails soit le fruit d’une réflexion conjointe entre le client et son architecte, qui signe de plus une grande partie du nouveau mobilier des bureaux et des ateliers42.

Fig. 4. – Coupe longitudinale de l’usine Danel (Nouvelles annales de la construction, 4e série, t. 2, no 368, août 1885, planche 36-37).

  • 43 Le docteur Ox par Jules Verne, imprimé à sept exemplaires, en quatre-vingt minutes, dans les atelie (...)

25Rapidité de la renaissance, qualité spectaculaire des nouvelles installations, persévérance des acteurs principaux, meilleure prise en compte des moyens de lutte contre l’incendie, efficacité des assurances, tout fait du cas Danel un exemple parfait de l’« effet phénix ». Le succès est d’ailleurs au rendez-vous, puisque l’entreprise obtient lors de l’Exposition universelle de Paris en 1878 une médaille d’or, signe de l’excellence retrouvée. En 1880, Jules Verne vient dans les locaux reconstruits assister à un exploit, l’impression en 80 minutes d’une de ses nouvelles, Le Docteur Ox43… En quelques années, l’imprimerie Danel a retrouvé une nouvelle dynamique.

L’assurance, le sprinkler et l’architecte

26L’incendie de l’imprimerie Danel et sa reconstruction immédiate ne peuvent constituer une prise de conscience particulière à l’échelle locale, ce n’est qu’un accident de plus dans la longue liste des incendies de la métropole lilloise. Cependant, cet incendie survient à un moment charnière et est, peut-être grâce aux deux protagonistes les plus touchés, l’imprimeur et l’architecte, à l’origine d’une accélération des protections contre l’incendie, sur le plan des assurances et, plus modestement, sur le plan technique.

S’assurer : les architectes absents

  • 44 Chassagne S., Le Coton et ses patrons, France (1760-1840), Paris, EHESS, 1991, p. 478-483.
  • 45 Publicité pour l’Union générale du Nord, « assurances contre l’incendie à primes fixes », Annuaire (...)

27Les premières publicités pour des compagnies d’assurances voient le jour dès 1875, soit immédiatement après l’incendie Danel. Coïncidences ? Les annuaires locaux, aux éditions Ravet-Anceau, existent pourtant depuis les années 1850. La multiplication des compagnies d’assurances est évidemment parallèle à la croissance de l’activité industrielle de la région lilloise. Pour exister, celles-ci doivent offrir, en plus des garanties financières, des garanties morales en choisissant comme membres du bureau administratif des personnalités significatives. Seulement deux compagnies émergent en 1875 et l’une d’elles, l’Union générale du Nord, voit dans ses administrateurs siéger de nombreux industriels du textile (un fait déjà signalé de façon plus générale par Serge Chassagne lors de la création de sociétés d’assurance en Alsace44), dont A. Thiriez, un des meilleurs clients de Vandenbergh… Il est très probable que des débats aient eu lieu sur les conditions de sécurité des établissements industriels à cette occasion, surtout vu le rôle d’expert tenu par Meunier. En effet, la publicité mentionne que la compagnie l’Union « admet en participation dans ses bénéfices ceux de ses assurés dont les risques sont dans d’excellentes conditions de construction et de secours45 ». Puisque ce sont les assureurs qui définissent ces conditions, les architectes, comme on l’a souligné précédemment, étant « étrangers » à toute réflexion sur le sujet, ces conditions figurent-elles dans les contrats ? L’industriel est-il le seul responsable de leur mise en œuvre ? Autant de points qui demeurent à éclaircir.

  • 46 Et d’éditer, comme il se doit, les brochures de cette société. Société anonyme de réassurances con (...)
  • 47 Mémoire rédigé pour messieurs les membres de la chambre des assureurs contre l’incendie de l’arrond (...)
  • 48 Meunier E.-M., Note sur les bases de la tarification des primes des assurances contre l’incendie, (...)

28L’implication de Léonard Danel dans cet aspect de l’histoire industrielle locale revêt une importance modeste, mais significative. Hasard ou forme de prosélytisme ? Comment s’étonner de le voir administrer, avec d’autres industriels locaux, la Société anonyme de réassurances contre l’incendie, créée en 188346 ? Son expérience, pour ne pas dire son expertise, est sans doute un atout de poids. Par ailleurs, il ne faut pas s’étonner non plus que le nombre croissant de compagnies d’assurances contre l’incendie de la région lilloise aboutisse à la création d’une chambre spécifique, en 189347. Il s’agissait alors de réguler un marché fortement concurrentiel, tant les besoins étaient forts. Une publication de l’imprimerie Danel, signée du toujours actif Meunier et datée de 1908, résume cette situation : « de 1878 à 1900 il a été créé 42 compagnies d’assurances contre l’incendie avec 200 millions de capitaux sociaux ; elles n’ont pas réussi et 100 millions au moins ont été perdus48. » Avec deux cas de faillites d’assureurs mentionnés, le danger guette.

29Il est à noter que dans les publicités régionales pour ces compagnies d’assurances, aucun architecte ne figure parmi les administrateurs : autre confirmation de l’écart qui les sépare de l’incendie industriel et de ses conséquences éventuelles. Il est pourtant deux aspects de la lutte contre l’incendie qui devraient ressortir de leur compétence : celui des équipements de prévention et celui de la résistance des édifices au feu.

S’équiper : les architectes muets

  • 49 Rappelons que l’article des Nouvelles Annales de la construction paraît en 1885 : les solutions te (...)
  • 50 Meunier signale dans son Traité des causes des sinistres, op. cit., p. 14, édité en 1864, que des (...)
  • 51 Leblan J., Appareil avertisseur des commencements d’incendie, Lille, Danel, 1877. Danel publie qua (...)
  • 52 Leblan J., Appareil avertisseur des commencements d’incendie, op. cit., p. 8.
  • 53 Ibid. Dix autres systèmes sont présentés à Bruxelles : cinq français, deux belges et trois anglais, (...)

30À la suite de la reconstruction de l’imprimerie Danel, les nouveaux bâtiments de Vandenbergh finissent d’asseoir la réputation de l’architecte dans la métropole, et la technologie fireproof de l’ensemble des installations semble être un modèle du genre49. Rien n’est dit pourtant dans la presse de la présence d’un éventuel système de détection du feu, à défaut de quelque chose de plus performant. Vandenbergh doit pourtant, en sa qualité de membre de la Société industrielle de Lille ou de celle des sciences, de l’agriculture et des arts, être au courant d’une invention présentée le 3 décembre 1869, l’appareil avertisseur des commencements d’incendie (fig. 5), imaginé par un industriel ingénieux, Jules Leblan, de Tourcoing. Celui-ci l’a déjà installé dans ses usines depuis 186850, et cette mise à l’épreuve aboutit à une présentation à l’Exposition internationale d’hygiène et de sauvetage de Bruxelles, le 27 juillet 1876, où il démontre sa supériorité sur tous les systèmes concurrents. Quelques mois plus tard il est présenté à Lille et c’est, évidemment, l’imprimeur Danel qui édite la brochure en 1877, avec visiblement l’aide de la Société industrielle ; cette dernière lui décerne en tout cas une grande médaille de Vermeil pour cette invention51. L’appareil Leblan n’est réellement qu’un avertisseur, un thermomètre différentiel dont « l’action se produit, non pas sous l’influence d’une température élevée, si élevée qu’elle soit, mais sous l’influence d’une élévation anormale et trop rapide de la température52. » Cette subtilité lui permet d’être plus efficace que les autres systèmes d’alarme53, mais se limite à une connexion vers une salle de surveillance, dont le gardien doit ensuite agir. Le constat fait par Leblan repose sur le principe que plus l’incendie est attaqué tôt, plus il est contrôlable.

Fig. 5. – L’avertisseur Leblan (Leblan J., Appareil avertisseur des commencements d’incendie, op. cit., planche 2).

31L’apparition de ce type de système, finalement assez tardive ou anecdotique dans l’industrialisation de la région lilloise, est un indicateur supplémentaire de la difficulté à faire émerger une réelle politique de lutte coordonnée contre l’incendie, avec sa réglementation, sa législation. Le fait qu’un industriel se soit penché lui-même sur la question nous révèle bien le pilier essentiel de ce début de prévention : si le drame humain n’est jamais occulté, il n’est pas plus important que la perte de l’appareil de production qui, quand il vient à disparaître, peut entraîner la ruine de l’entreprise certes, mais aussi le chômage des ouvriers.

  • 54 Sir Wormald J., Histoire des sprinklers, 1881-1888, 1923 (traduit de l’anglais par Marcel Boschi), (...)
  • 55 Les premières publicités paraissent dans les annuaires dès 1886, ce qui implique une implantation (...)

32L’arrivée dans le Nord d’un nouveau système de lutte contre l’incendie, appelé à un éclatant succès, ne semble rien devoir non plus aux architectes. Le sprinkler (« arroseur »), cet objet diffuseur d’eau faisant partie d’un circuit suspendu au plafond et se déclenchant automatiquement est créé en 1874 aux États-Unis par Frédéric Grinnell et est importé en 1881 sur le continent, via le Royaume-Uni54. Les échanges industriels entre le Nord et les centres anglais étant effectifs depuis fort longtemps, il est logique de voir la technologie du sprinkler s’implanter dès 1885 dans le Nord (fig. 6) et l’Est, régions les plus industrialisées de France à cette époque55. Le sprinkler est l’exemple même de ce qui commence à caractériser l’univers moderne de l’architecture et de la construction en cette fin de XIXe siècle : la part grandissante de la technologie, de cette part « invisible » du monde du bâtiment qui n’engage pas encore les enjeux principaux (pour les architectes) de l’esthétique ou de la composition.

Fig. 6. – Le sprinkler Grinnell, publicité (publicité de 1886, Annuaire Ravet-Anceau, p. 936).

  • 56 Sir Wormald J., Histoire des sprinklers, op. cit., p. 2.
  • 57 Annuaire Ravet-Anceau, 1890, p. 872. La publicité ne précise pas s’il s’agit d’un chiffre pour la F (...)
  • 58 D’après le site [http://www.alteos.fr/sprinkleur], consultation en novembre 2013. Certaines dates (...)

33Les arguments de vente du sprinkler dans la métropole lilloise sont les mêmes que ceux utilisés simultanément en Grande-Bretagne : une baraque en « bois de sapin » est destinée à des tests qui permettent aux industriels de se rendre compte de visu de l’efficacité du système. En outre, la question financière du coût de l’installation est négociée avec les assureurs qui ajustent leur pourcentage en fonction de la réduction des risques56. Malgré ses nombreux avantages, le sprinkler fait une pénétration mesurée en France : une publicité indique qu’en Europe on est passé de 600 000 sprinklers en 1882 à un million en 189057. En outre, elle précise que seize départs d’incendie ont été stoppés par des Grinnell en France, ce qui paraît peu. Le marché semble suffisamment porteur pour que des concurrents et des perfectionnements soient vite apportés à ce principe, comme avec l’apparition des extincteurs Titan (fig. 7), à la fin des années 1880 et dont la présence dans le Nord est attestée vers 1895. Enfin, la suprématie est acquise au début du XXe siècle car les assureurs finissent par imposer les sprinklers dans leurs contrats, vraisemblablement vers 1912, lors de la première assemblée plénière des sociétés d’assurance incendie58.

Fig. 7. – L’extincteur Titan (Annuaire Ravet-Anceau, 1895, insertion publicitaire non paginée).

34Les architectes du Nord ne font aucun commentaire sur cette invention déterminante, du moins officiellement : leur revue professionnelle reste muette sur la question jusqu’à sa disparition en 1914. Comme elle n’engendre aucun changement essentiel dans la façon de concevoir une usine, ce n’est qu’une technologie ajoutée qui ne les concerne pas, ou peu.

Résistance structurelle : les architectes frileux

35Il est un autre point pour lequel les architectes auraient pu réagir peut-être de façon plus immédiate : l’augmentation des performances et de la résistance des structures au feu. Le dernier mot semblait avoir été trouvé avec le complexe de murs épais en maçonnerie de brique enveloppant une structure de poteaux et de planchers métalliques, avec voûtains maçonnés. Ce modèle prédominant dans toute la métropole lilloise et plus largement dans l’Europe entière en cette fin de XIXe siècle perdure longtemps dans le siècle suivant. Bien que dotée de nombreuses qualités, la résistance au feu d’une telle structure n’apporte pourtant pas des garanties totales. À la suite d’un incendie, le métal chauffé à blanc fait se dilater les joints entre les briques des voûtains qui finissent par se désolidariser et entraîner la chute de l’édifice.

  • 59 Le Béton Armé, no 11, 1899, p. 3.
  • 60 Ibid., no 28, 1900, p. 4.

36C’est après l’observation d’un tel phénomène que François Hennebique (1842-1921), autre personnalité marquante originaire du Nord de la France et ingénieur de son état, lance les campagnes de promotion de son système de béton armé sous le slogan éloquent de « Plus d’incendies désastreux59 », en 1892. La toute première application est construite à Roubaix en 1892, pour un certain Émile Bossut60.

  • 61 Ibid., no 11, 1889, p. 4.
  • 62 L’Architecture et la Construction dans le Nord, no 2, février 1894, p. 17.

37Les premiers essais sont effectués à Don-Sainghin, près de Douai, en 1893, devant « 49 architectes, ingénieurs et industriels61 ». Bien que très concluante sur le plan statique, la solution Hennebique, qui s’impose très rapidement dans le monde entier, ne convainc pas entièrement les architectes de la Société régionale. À la suite de la démonstration, « l’avis général est que ce mode de construction, qui laisse encore une large part à l’imprévu, doit être employé avec réserve62 ». Cette frilosité peut-elle s’expliquer ? N’est-elle qu’une réaction réellement prudente ou plutôt le reflet d’habitudes professionnelles bien ancrées et qu’on ne désire pas bousculer ?

  • 63 Le Béton Armé, no 28, 1900, p. 12 et suiv.
  • 64 Interrogation à partir de la base de périodiques numérisés de la Cité de l’Architecture et du Patr (...)

38Nonobstant cette prudence, Hennebique conquiert une part grandissante du marché de la construction industrielle, plutôt pour des raisons économiques et d’efficacité statique que pour le seul aspect de la résistance au feu. C’est pourtant une des propriétés du béton qu’il ne cesse de défendre, comme le prouve la série de tests effectués lors du congrès international des sapeurs-pompiers, tenu à Paris à l’occasion des manifestations de l’Exposition universelle de 1900. Dans la cour de la caserne Lamarck a été édifié « un petit bâtiment, tout en béton armé, se composant d’une chambre rectangulaire de 3 m x 4 m en plan et de 3,50 m de hauteur63 », placé sur pilotis, afin d’installer un brasier en dessous. Équipé en outre de menuiserie en bois traitée, de verre armé, l’édicule est soumis à deux séries de tests les 14 et 20 août (fig. 8). Si les résultats sont plus que concluants, les principaux intéressés sont les pompiers et non les architectes, qui sont eux conviés à la visite du nouveau siège social que l’entreprise Hennebique se fait construire rue Danton. Les tests ne seront mentionnés dans aucune revue architecturale d’importance64

Fig. 8. – Le béton fireproof Hennebique (« Expérience de résistance au feu des 14 et 20 août 1900 », Le Béton Armé, no 28, 1900).

Une histoire à parfaire

  • 65 Publicité reproduite dans Grenier L., Wieser-Benedetti H., Les Châteaux de l’Industrie, op. cit., (...)

39L’« effet phénix » est une réalité : les exemples sont là et si des cas spécifiques mériteraient de plus amples investigations, la difficulté des recoupements documentaires demeure un obstacle. À ce titre, on ne peut que regretter le peu de facilité d’accès aux archives de compagnies d’assurances, très lacunaires et dans lesquelles retrouver des dossiers d’expertise avant et après incendie, suivis de nouveaux contrats pour les édifices reconstruits est très aléatoire. Sur un autre plan, la disparition des archives de l’entreprise E. & A. Sée, ingénieurs à Lille, est une perte réelle pour la recherche en matière d’histoire industrielle : celle-ci se vantait en effet d’avoir édifié plus de 500 ensembles industriels « incombustibles » dans le Nord et le Pas-de-Calais entre 1866 et 190065.

40L’« effet phénix » est par ailleurs une nécessité, tant sur le plan industriel que sur celui de l’image de marque notamment, et dont les architectes ne tirent bénéfices que secondairement, pour ce qui est de leurs compétences en matière de pérennité des édifices. Pour cette profession, la lutte contre les risques industriels et particulièrement l’incendie ne semble pas digne d’être mentionnée à cette époque : revues muettes, littérature spécialisée aux mains des experts d’assurances ou des ingénieurs… Les compétences sont réparties et bien que les collaborations aient été évidentes dans les cas de reconstruction, ce lien n’est jamais mentionné.

41En cas d’incendie, la notion de fatalité l’emporte largement sur celle de la responsabilité. Avec des secteurs à éclaircir comme le rôle exact de l’architecte expert, la relation de la profession aux assurances, les cas de jurisprudence et leurs répercussions, l’histoire de la réglementation incendie dans l’architecture reste à parfaire. Si les architectes sont les instruments de l’« effet phénix », celui-ci ne constitue pas pour ce métier un enjeu professionnel majeur à cette époque. Leur responsabilité en matière de sécurité incendie en cette fin de XIXe siècle ne peut être que morale, mais non juridique.

Notes

1 Jarrige F., Reynaud B., « Les usines en feu. L’industrialisation au risque des incendies dans le textile (France, 1830-1870) », Le Mouvement Social (numéro spécial « L’émergence du risque industriel. France, Grande-Bretagne, XVIIIe-XIXe siècles »), no 249/4, 2014, p. 141-162.

2 Il n’a pas été possible de trouver, en l’état actuel de la recherche, d’étude sur des points similaires. Notre approche apparaît donc pour l’instant inédite.

3 Archives départementales du Nord (AD Nord), M 184/64. Je remercie François Jarrige et Bénédicte Reynaud d’avoir signalé cette source lors de leur conférence du 20 décembre 2013, donnée lors du colloque « Risques et Accidents Industriels ».

4 Ibid. L’un d’eux, le capitaine, est même immédiatement pressenti pour l’obtention d’une légion d’honneur.

5 Ibid. L’empereur donne pour l’occasion 5 000 francs sur sa cassette personnelle pour subvenir aux besoins urgents des ouvriers sans emploi. L’argent arrive avec une vitesse surprenante : le 13 décembre, Motte-Bossut demande s’il peut venir à la préfecture prendre possession de la somme.

6 Le Journal de Roubaix du 12 décembre 1866 mentionne que les pertes ne s’élèveront pas au-dessus de 2 millions de francs. Le rapport de police du 9 décembre estime les pertes à 1,5 million de francs.

7 AD Nord, M 184/64. Rapport de police. Il est évident que le commissaire a déjà réuni une série d’informations émanant de Motte-Bossut lui-même.

8 Grenier L., Wieser-Benedetti H., Les Châteaux de l’Industrie, Bruxelles, Archives d’architecture Moderne, 1979, p. 106. Dewarlez a très probablement construit peu de temps avant l’usine Delattre, rue du Curoir à Roubaix, dans des principes très proches, marqués par l’architecture néoclassique.

9 Ibid. Comme l’usine Desurmont (1852), de l’architecte Charles Maillard, d’un modèle similaire, entre autres exemples. Le bois en plancher, plafond apparent ou charpente accessible fut utilisé encore très avant dans le XIXe siècle. Maury G., « Procédés constructifs et matériaux », Métamorphoses, la réutilisation du patrimoine de l’âge industriel dans la métropole lilloise, Paris, Le Passage, 2013, p. 39-45.

10 AD Nord, M 184/64. Phrase rayée dans l’original. Voulait-on passer sous silence le désastre précédent ? Lesdites précautions étaient-elles suffisantes, ou étaient-elles caduques suite à ce précédent incendie ? C’est ici que les rapports d’assureurs seraient d’un grand secours : de quels dispositifs de sécurité l’usine pouvait-elle être dotée ? La structure de l’usine a-t-elle favorisé la propagation de l’incendie ?

11 Lire notamment Roubaix, une ville née de l’industrie, Roubaix, Patrimoine/Voix du Nord, 2000 ; et Roubaix, le guide, Roubaix, Patrimoine, 2008.

12 Beaucoup d’éléments de cette structure sont toujours visibles. La question du modèle anglais est toujours avancée, mais les sources manquent.

13 Notice « Archives nationales du monde du travail », Métamorphoses, op. cit., p. 108-111. Le lieu abrite aujourd’hui les Archives nationales du monde du travail. Voir en particulier Tellier Th. « Motte-Bossut ou l’usine ville », in Bosman F., Usine à mémoires. Les Archives nationales du monde du travail à Roubaix, Paris, Le Cherche Midi, 2008, p. 47-71.

14 Les nombreuses recherches effectuées dans ce sens n’ont toujours rien donné. L’édifice n’est pas publié dans les pourtant nombreuses revues architecturales de l’époque. Même localement, le nom de l’architecte ne s’est pas perpétré. Il existe quelques pistes sérieuses, comme celle du jeune architecte Édouard Dupire-Rozan (1842-1901), qui édifie à la même époque le château de l’industriel, à quelques centaines de mètres de l’usine. Ce praticien effectue alors des travaux dans les usines Holden à Croix. Achille Dewarlez était certainement trop âgé pour entamer un tel nouveau projet.

15 Maury G., « Confraternité et agapes. La Société régionale des architectes du Nord en représentation, 1868-1914 », Sociétés & représentations, no 30, décembre 2010, p. 123-140.

16 Pétillon Ch., La Population de Roubaix, 1750-1880, Marcq-en-Barœul, Septentrion, 2006, p. 298.

17 Tous les points de jurisprudence ou de législation paraissant dans les Bulletins entre 1868 et 1890 font mention des responsabilités en matière de comptes, de mitoyenneté, de réception des travaux, de conflits avec les entrepreneurs, mais n’évoquent jamais l’incendie.

18 Il faut noter au passage que l’incendie est donc rapproché des catastrophes naturelles, mises sur le même rang que la guerre et les pillages… un mélange des genres dû aux balbutiements d’une profession et d’une législation très floue.

19 Bulletin no 7, 1874-1875, Lille, Danel, 1876. Séance du 8 mai 1875, p. 36 et suiv.

20 Ces débats sont également retranscrits dans la revue de la Société centrale, diffusée internationalement, L’Architecture. Il est à noter que la question de l’écroulement par exemple, est traitée séparément.

21 Dépouillement à partir de la base de périodiques numérisés de la Cité de l’Architecture et du Patrimoine. [http://portaildocumentaire.citechaillot.fr], consultation en février 2014. Les principales revues sont L’Architecture, La Revue générale de l’architecture, La Construction Moderne. Un dépouillement sur version imprimée de L’Architecture n’a pas fait ressortir d’articles traitant spécifiquement de ce sujet.

22 De Bouw M., Wouters I., « The development of fireproof construction in Brussels between 1840-1870 », Industrial Archeology Review, XXVIII/1, 2006, p. 17-31. Les auteurs ne citent qu’un seul ouvrage (français !) d’époque traitant d’une question conjointe : Morin A., Résistance des matériaux, Paris, Hachette, 1862.

23 Bulletin no 20, 1887-1888, Lille, Danel, 1889, p. 64. Il faut préciser que c’est un sujet qui sera traité sous de nombreux angles durant tout le XIXe siècle, les incendies des théâtres ayant eu des conséquences parfois plus graves sur le plan humain que ceux des établissements industriels. Cette différence d’intérêt mériterait d’être interrogée.

24 Chenevier P., La Question du feu dans les théâtres, moyens préventifs contre l’incendie et réglementation concernant la construction des salles de spectacle et cafés-concerts, Paris, Ducher, 1882.

25 Gung’l J.-N., Le Grand Théâtre de Lille et sa mise en état de défense contre l’incendie, Lille, Verly, 1887. Ces précautions n’empêcheront pas le Grand Théâtre de brûler entièrement en 1903…

26 Dans les revues mentionnées, des rubriques sur la jurisprudence, reprises d’autres journaux professionnels (comme Le Nord Juridique ou des revues parisiennes), font parfois état de décisions prises par tel maire ou préfet pour assurer de nouvelles conditions de sécurité, à la suite d’un accident.

27 L’Architecture et la Construction dans le Nord, no 5, mai 1891, p. 56. Le métier semble se développer au XXe siècle, puisque des ouvrages facilement accessibles se multiplient durant l’entre-deux-guerres.

28 Meunier E. M., Traité des causes des sinistres dans les usines. Guide pratique du manufacturier pour l’emploi des moyens préventifs des incendies dans les établissements industriels, Lille, L. Lefort, 1864.

29 Ces informations et dates sont issues de la consultation des Annuaires dit Ravet-Anceau. Meunier prend sa retraite en 1911 dans la campagne environnant Lille, après avoir habité une adresse des plus chics en centre-ville, et disparaît des annuaires en 1912.

30 Meunier E. M., Traité des causes des sinistres, op. cit., p. 44. Le mur « monturier » est en fait un mur de refend montant jusqu’en toiture et dépassant le niveau de la couverture.

31 Mémoires de la Société des ingénieurs civils, tiré à part de dix pages sans auteur et sans date, mais qui date les tests effectués de 1868. Outre le caractère publicitaire, le sérieux des tests paraît réellement scientifique. Il faut noter l’apparition du béton Coignet, qui prouve déjà à cette date l’excellence de sa résistance à l’incendie.

32 De Franciosi Ch., Hommage à Monsieur Louis Danel, Lille, Léonard Danel, 1877.

33 Voir sa notice nécrologique dans L’Architecture et la construction dans le Nord, mars 1909, p. 1 et suiv. Les relations entre les Danel et Vandenbergh mériteraient une étude approfondie, vu la qualité des édifices construits, mais aussi des diverses activités et publications qui les lient. Ce sont les Danel qui éditent les travaux de la Société régionale des architectes, entre autres, ainsi que divers textes d’architecte.

34 Le Progrès du Nord, no 338, 9 décembre 1874.

35 L’Écho du Nord, no 342, 8 décembre 1874 ; Le Monde Illustré, no 923, 19 décembre 1874, p. 388.

36 Le Monde Illustré, no 923, 19 décembre 1874, p. 388 : « Mais c’est au point de vue artistique et bibliographique que l’incendie de l’imprimerie Danel est pour Lille un irréparable sinistre. Une riche collection de livre de luxe, de travaux typographiques remarquables, d’ouvrages utiles à la connaissance approfondie de l’histoire ou des mœurs du pays, qui avait été édités et conservés de génération en génération par MM. Danel, sont détruits. »

37 L’Écho du Nord, no 342, 8 décembre 1874.

38 Le Progrès du Nord, no 339 : « On apprend que le ministre de l’Intérieur a envoyé au préfet du Nord une somme de 2000 francs à partager entre les ouvriers Danel les plus nécessiteux. »

39 Le Monde Illustré, no 923, 19 décembre 1874, p. 388.

40 AD Nord, Fonds Vandenbergh, 6fi32 et 53.

41 Voir le reportage d’Émile Rivoalen dans les Nouvelles Annales de la construction, 4e série, t. II, no 3/68, août 1885, p. 114-115, avec les planches 35 et 36-37.

42 Malgré son intérêt certain (la façade sur rue avec sa grille était remarquable à plus d’un titre), l’édifice sera démoli à la fin des années 1960 ; l’imprimerie ayant cessé son activité peu avant.

43 Le docteur Ox par Jules Verne, imprimé à sept exemplaires, en quatre-vingt minutes, dans les ateliers L. Danel, à Lille, sous les yeux de l’auteur qui a écrit le Tour du Monde en quatre-vingt jours, 16 mars 1880. La bibliothèque municipale de Lille conserve un des sept exemplaires imprimés ce jour-là.

44 Chassagne S., Le Coton et ses patrons, France (1760-1840), Paris, EHESS, 1991, p. 478-483.

45 Publicité pour l’Union générale du Nord, « assurances contre l’incendie à primes fixes », Annuaires Ravet-Anceau, 1875, p. 97. Il s’agit donc d’une recommandation de Meunier.

46 Et d’éditer, comme il se doit, les brochures de cette société. Société anonyme de réassurances contre l’incendie, septième compte rendu, exercice 1890, Lille, Danel, 1891.

47 Mémoire rédigé pour messieurs les membres de la chambre des assureurs contre l’incendie de l’arrondissement de Lille, Lille, Liégois-Six, circa 1900.

48 Meunier E.-M., Note sur les bases de la tarification des primes des assurances contre l’incendie, Lille, Danel, 1908. Il s’agit d’une courte note de calculs, qui explique globalement que si on assure pour une prime de deux pour mille, il faut qu’une compagnie d’assurances encaisse les primes de 500 établissements semblables pendant une année pour couvrir les risques d’un incendie… Ce qui d’après l’auteur est loin d’être le cas.

49 Rappelons que l’article des Nouvelles Annales de la construction paraît en 1885 : les solutions techniques adoptées par Vandenbergh sont toujours considérées comme efficaces dix ans après l’incendie.

50 Meunier signale dans son Traité des causes des sinistres, op. cit., p. 14, édité en 1864, que des « thermo-régulateurs Roland » sont installés à la Manufacture des Tabacs de Lille et remplissent parfaitement leur fonction. Il s’agit d’un avertisseur agissant sur la base d’une dilatation d’un ressort sous l’effet de la chaleur. Il y eut donc très tôt dans la métropole plusieurs installations de prévention de l’incendie.

51 Leblan J., Appareil avertisseur des commencements d’incendie, Lille, Danel, 1877. Danel publie quatre ans après son désastre et sa renaissance, Labrousse Ch., Les Incendies dans les usines et établissements industriels ; Moyens préventifs et d’extinction, Lille, Danel, 1879. Danel a sans doute favorisé la diffusion de l’information autour d’un sujet qui lui tenait à cœur. Cet ouvrage n’a pas pu être consulté pour cette recherche.

52 Leblan J., Appareil avertisseur des commencements d’incendie, op. cit., p. 8.

53 Ibid. Dix autres systèmes sont présentés à Bruxelles : cinq français, deux belges et trois anglais, mais leurs principes ne sont pas détaillés.

54 Sir Wormald J., Histoire des sprinklers, 1881-1888, 1923 (traduit de l’anglais par Marcel Boschi), disponible en ligne sur le site [home. zipworld. com. au/~lnbdds/Boschi/fr. doc], consultation en novembre 2013.

55 Les premières publicités paraissent dans les annuaires dès 1886, ce qui implique une implantation dans le Nord l’année précédente. Ceci concorde avec le récit de Sir Wormald, qui dépose en 1885 en Angleterre le copyright des règles d’utilisations des sprinklers.

56 Sir Wormald J., Histoire des sprinklers, op. cit., p. 2.

57 Annuaire Ravet-Anceau, 1890, p. 872. La publicité ne précise pas s’il s’agit d’un chiffre pour la France ou pour l’Europe. Nous retenons cette dernière hypothèse.

58 D’après le site [http://www.alteos.fr/sprinkleur], consultation en novembre 2013. Certaines dates de ce site professionnel sont toutefois erronées.

59 Le Béton Armé, no 11, 1899, p. 3.

60 Ibid., no 28, 1900, p. 4.

61 Ibid., no 11, 1889, p. 4.

62 L’Architecture et la Construction dans le Nord, no 2, février 1894, p. 17.

63 Le Béton Armé, no 28, 1900, p. 12 et suiv.

64 Interrogation à partir de la base de périodiques numérisés de la Cité de l’Architecture et du Patrimoine. [http://portaildocumentaire.citechaillot.fr], consultation en avril 2014.

65 Publicité reproduite dans Grenier L., Wieser-Benedetti H., Les Châteaux de l’Industrie, op. cit., p. 22. Un travail à partir des publicités et de quelques publications permettrait sans doute de reconstituer une partie de ce passionnant parcours industriel et architectural.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – L’incendie Motte-Bossut, 1866 (Médiathèque de Roubaix, ancienne collection Jacques Prouvost, coupure de presse non identifiée).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47401/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Légende Fig. 2. – L’incendie de l’usine Danel (Le Monde Illustré, 19 décembre 1874, no 923, p. 388).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47401/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Légende Fig. 3. – L’usine Danel, salle principale des rotatives (Vandenbergh E., Métaux, Lille, Danel, 1904, planche 3).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47401/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Légende Fig. 4. – Coupe longitudinale de l’usine Danel (Nouvelles annales de la construction, 4e série, t. 2, no 368, août 1885, planche 36-37).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47401/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Fig. 5. – L’avertisseur Leblan (Leblan J., Appareil avertisseur des commencements d’incendie, op. cit., planche 2).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47401/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Fig. 6. – Le sprinkler Grinnell, publicité (publicité de 1886, Annuaire Ravet-Anceau, p. 936).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47401/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 7. – L’extincteur Titan (Annuaire Ravet-Anceau, 1895, insertion publicitaire non paginée).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47401/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 8. – Le béton fireproof Hennebique (« Expérience de résistance au feu des 14 et 20 août 1900 », Le Béton Armé, no 28, 1900).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47401/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 239k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540