Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Risques industriels

 | 
Thomas Le Roux

Première partie. Risques, savoirs et marché

La santé au risque du marché

Savoir médical, concurrence économique et régulation des risques entre blanc de zinc et blanc de plomb (France, xixe siècle)1

Judith Rainhorn

Texte intégral

  • 1 Je remercie les collègues dont la lecture attentive a permis la mise au point définitive de ce tex (...)

« Le but humanitaire n’est que la dragée enveloppant l’affaire véritable ou l’aspiration cachée. »
Paul Fleury, Blanc de zinc et blanc de céruse, 1905.

  • 2 Jusqu’au début du XIXe siècle, on distingue « blanc de plomb » et « céruse », le premier étant un (...)

1Blanc de plomb ou blanc de zinc ? La question, si insignifiante qu’elle paraisse, a pourtant agité de manière récurrente, au cours d’un siècle et demi – de la veille de la Révolution française jusqu’aux années 1920 –, les milieux scientifiques, industriels, hygiénistes et politiques français et, partiellement, européens. La concurrence économique que se sont livrée ces deux principaux pigments de coloration blanche destinés à la peinture en bâtiment est en effet indissociable de la controverse scientifique qu’ils ont provoquée dans le même temps à propos de leur nocivité, le premier (communément appelé céruse2) étant accusé d’être un insidieux poison pour les ouvriers qui le produisent et ceux qui l’utilisent, tandis que le second est au contraire paré de toutes les vertus de l’innocuité sur le plan sanitaire. L’histoire de ce conflit, qui mêle polémique scientifique et sanitaire d’une part, et rivalité sur le marché de l’autre, paraît particulièrement exemplaire pour poser la question du risque industriel : celui-ci est en effet incontestablement inscrit dans un entrelacs de modalités contextuelles que l’on ne peut occulter, au risque d’en ignorer les transformations, c’est-à-dire la dimension historique.

2L’histoire longue de cette controverse offre ainsi un observatoire privilégié pour éclairer, au cours d’un très long XIXe siècle, les mécanismes à l’œuvre dans le maintien paradoxal de la domination sur le marché d’un produit avéré comme toxique sur un autre qui ne l’est pas. Il faut en effet attendre les premières années du XXe siècle, qui voient l’intervention coercitive du parlement français (loi de 1909), puis une convention internationale votée dans l’arène de la toute jeune Organisation internationale du travail (en 1921), pour que la céruse courbe enfin l’échine face au blanc de zinc. Et encore est-il bien délicat de faire le départ, dans cette défaite définitive du blanc de plomb, de la prohibition légale, de la compétition économique et de l’évolution technique, toutes trois participant probablement à l’évolution observée. En effet, la chronologie de la prise en compte du risque sanitaire et de sa régulation par les pouvoirs publics au cours du XIXe siècle répond moins, on le verra, à l’évolution du savoir toxicologique – on connaît déjà à la fin du XVIIIe siècle la toxicité du plomb presque aussi bien qu’on la connaît un siècle plus tard – qu’à l’évolution du savoir technique d’une part, et au fonctionnement du marché lié à ces innovations techniques et aux rapports de force économiques et sociaux, d’autre part. En outre, cette controverse scientifique est intrinsèquement liée à des mécanismes de fabrication de l’ignorance ou, tout au moins, de maintien du doute et de la confusion scientifique, au cours desquels l’usage de l’expertise médicale et chimique et l’exhibition de la preuve servent d’arguments de persuasion aux mains des acteurs économiques et sociaux impliqués. Impuissants à réduire les acteurs au silence complet, ces mécanismes parviennent cependant à confiner la question dans des arènes restreintes qui empêchent sa visibilité dans la sphère publique.

  • 3 C’est ainsi que les ont surnommés les historiens américains Naomi Oreskes et Erik M. Conway dans l (...)
  • 4 Henry E., Amiante, un scandale improbable. Sociologie d’un problème public, Rennes, Presses univer (...)
  • 5 La réflexion sur les modes de gouvernement des substances toxiques menée par les historiennes des (...)

3En effet, pendant plus d’un siècle, la fabrique du doute continue d’opérer à propos de la dangerosité de la céruse et de l’innocuité du blanc de zinc, pourtant l’une et l’autre établies scientifiquement dès la fin du XVIIIe siècle. Dans un frappant bégaiement des discours, les « marchands de doute3 » sont à l’œuvre en matière de risque sanitaire, dans un processus qui n’est pas sans rappeler, soit dit en assumant l’anachronisme rétrospectif, les mécanismes d’oblitération du savoir, voire de fabrication de l’ignorance à l’œuvre dans l’empoisonnement par l’amiante, par la silice dans les mines de charbon, ou encore par l’industrie du tabac au XXe siècle4. De puissants acteurs publics et privés participent ainsi à l’élaboration d’un mode de régulation du produit toxique qui, tout en reposant sur l’élaboration d’une norme protectrice des individus, inclut l’acceptation sociale d’un risque inhérent à la société industrielle du « progrès ». Dans la perspective de ces interrogations, les outils de réflexion forgés par les historiens des sciences américains et dont se saisissent récemment les sciences sociales de ce côté-ci de l’Atlantique constituent de précieux instruments heuristiques pour éclairer la chronologie complexe de cette histoire au carrefour de l’économique, du scientifique, du social et du politique5. Démonstrations techniques et arguments économiques s’entremêlent ainsi dans une histoire de concurrence économique, sur un marché perturbé par la prise en compte aléatoire du risque sanitaire. Les ombres et les silences de ce récit sont particulièrement éloquents, si l’on se donne la peine d’y braquer le projecteur de l’enquête historique. Au cours du très long XIXe siècle envisagé ici, l’histoire du conflit économique et scientifique entre blanc de plomb et blanc de zinc épouse une chronologie dans laquelle les conjonctures scientifique et technique, mais également politique et sociale, interfèrent avec le temps long du cycle économique des produits eux-mêmes.

  • 6 Sur l’industrialisation de la céruse en Hollande, voir Homburg E., De Vlieger J. H., « A victory o (...)
  • 7 Sur le développement de l’industrie belge de la céruse, en particulier à Gand, voir Briavoinne N.,(...)

4L’industrie de la céruse, pigment déjà connu dans l’Antiquité et dont Venise a fait à la Renaissance l’un des luxueux produits d’exportation assurant sa domination commerciale sur l’Europe, est née dans ses formes modernes dans la Hollande du XVIIIe siècle qui en a assuré la mise au point et la diffusion du procédé de fabrication, bientôt adopté ailleurs6. Dénommé « procédé hollandais », celui-ci permet, à partir de plaques de plomb oxydées dans du vinaigre régulièrement chauffé à l’aide de fumier animal, d’obtenir une poudre blanche extrêmement fine qui, mélangée à de l’huile, produit la peinture dont on couvre bientôt, dans toute l’Europe, les murs intérieurs et extérieurs de nombreux bâtiments publics et privés. Grâce à ses qualités techniques – en particulier sa grande opacité, son caractère couvrant, sa bonne siccativité et sa résistance aux intempéries –, la céruse s’impose bientôt sur le continent comme le pigment blanc le plus répandu dans l’activité de la peinture en bâtiment et en navires. En Angleterre et en Belgique7 dans les années 1800, en France au début de la décennie 1820, la production de céruse devient significative, amorçant un cycle économique globalement séculaire qui nous conduit jusque dans l’entre-deux-guerres.

  • 8 Sur les usages anciens, en particulier cosmétiques et pharmaceutiques, de la céruse, voir Lanoé C. (...)
  • 9 Furetière A., Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots françois tant vieux que (...)
  • 10 Sur l’hygiène industrielle et ses acteurs, Moriceau C., Les Douleurs de l’industrie. L’hygiénisme (...)

5Deux traits fondamentaux auraient pourtant pu freiner ce développement massif de la céruse à l’échelle européenne au XIXe siècle. En premier lieu, celle-ci est connue pour sa nocivité et les médecins l’ont peu à peu exclue des usages cosmétiques et des pharmacopées dans lesquels elle faisait bonne figure depuis le XVIe siècle au moins8. Si le dictionnaire de Furetière (1690) soulignait déjà les inconvénients de son usage qui « gaste l’haleine et les dents, fait des rides, & apporte plusieurs autres incommoditez, étant une sorte de poison quand elle est prise par dedans9 », la dénonciation des dangers du « blanc poison » devient un leitmotiv de la littérature médicale et hygiéniste à partir des années 1830 – au moment même où sa production prend un développement considérable en France – et se poursuit jusqu’à la Grande Guerre au moins : ouvriers cérusiers qui la fabriquent et peintres en bâtiment qui l’utilisent massivement sont désignés comme les principales victimes d’une hécatombe dont on peine à définir l’ampleur avec précision10. Le second élément qui s’oppose en théorie à la domination incontestée de la céruse est l’existence d’un produit de substitution qui offre, lui, toutes les qualités d’innocuité pour ceux qui le fabriquent et le manipulent. Élaboré à la fin du XVIIIe siècle et déjà présenté comme un utile substitut aux ravages du blanc de plomb, le blanc de zinc tente avec difficulté de s’imposer sur le marché des pigments chimiques.

6Aucun de ces deux faits ne parvient pourtant à contrarier la position parfaitement dominante de la céruse sur le marché de la peinture et des travaux au XIXe siècle. Comment expliquer, par conséquent, que les préoccupations sanitaires soient reléguées à l’arrière-plan par les responsables de l’incitation au développement de l’industrie, de même que par l’immense majorité des fabricants et des usagers de la peinture ? Plus exactement, comment comprendre l’imbrication, dans cette chronologie complexe, des tensions entre l’innovation technique, l’accommodement au risque et les règles du marché et de la concurrence ? Établir la chronologie fine de ce problème permet, d’une part, d’échapper à l’explication téléologique d’une évolution longue et inexorable vers la victoire des préoccupations sanitaires et, en second lieu, de montrer combien sont complexes les mécanismes à l’œuvre dans cette histoire où s’entrelacent savoirs scientifiques et techniques et considérations économiques.

Pleins et déliés : la chronologie chaotique d’une controverse scientifique

  • 11 Ramazzini B., Des maladies des artisans, Paris, Alexitère, 1990 (éd. orig. Padoue, 1700, trad. fra (...)
  • 12 Rapport de M. Fourcroy, Berthollet et Vauquelin à l’Institut de France (1808), cité dans Jouffroyd(...)

7L’histoire de la controverse entre blanc de zinc et blanc de plomb (ou céruse) fait apparaître trois moments majeurs d’affrontement entre les deux produits, au cours desquels partisans et adversaires de l’une et de l’autre substance se déchaînent, remettant sur le métier des arguments souvent éculés. Le premier moment chronologique de cet affrontement se situe dans le dernier quart du XVIIIe siècle. Brièvement évoqué par Bernardino Ramazzini comme pratique pathogène chez les peintres d’atelier, l’usage de la céruse est mis en cause par le chimiste Antoine-François Fourcroy, traducteur de Ramazzini en 1777, dans une longue note sur l’étiologie du saturnisme des peintres qui accompagne l’édition française de l’opus du médecin padouan11. C’est le moment où le célèbre chimiste encyclopédiste Guyton de Morveau et, plus encore, son préparateur Jean-Baptiste Courtois, travaillent à l’élaboration d’un pigment blanc issu du zinc dont l’innocuité pourrait lui permettre de remplacer avantageusement la mortelle céruse. La substitution du blanc de plomb par le blanc de zinc fait l’objet d’un mémoire présenté par Guyton à l’académie de Dijon en 1782, qui la préconise pour des raisons à la fois sanitaires et techniques, la peinture à la céruse ayant tendance à noircir lorsqu’elle est exposée aux vapeurs sulfureuses quand celle au zinc semble inaltérable. Objet d’actifs débats et d’essais techniques dans les milieux scientifiques de la chimie dans les années 1782-1789, ces recherches sont diffusées par Guyton dans ses cours à Dijon, puis à l’École polytechnique à Paris, en même temps qu’elles donnent lieu à une première fabrication du blanc de zinc « en grand » par Courtois, avec magasins à Dijon et à Paris autorisés par le lieutenant général de police Lenoir. L’innovation, qui semble prometteuse, est reprise à son compte par le chimiste anglais John Atkinson, de Liverpool, qui prend en 1796 une patente pour l’application de l’oxyde de zinc comme succédané à l’oxyde de plomb dans les travaux de peinture, malgré les protestations officielles de Guyton qui en revendique l’invention. Ainsi, à la fin du XVIIIe siècle, deux des nations les plus gourmandes en céruse, tant en raison du développement de son usage pour les bâtiments que par l’importance de leur marine militaire et marchande qui entraîne une utilisation massive de blanc de plomb pour la peinture des navires, connaissent la toxicité scientifiquement établie du produit employé d’une part, et l’existence d’un substitut inoffensif de l’autre. Ce dernier recueille les suffrages de savants aussi éminents et réputés que Fourcroy, Berthollet et Vauquelin, qui ne tergiversent pas dans le soutien qu’ils apportent au blanc de zinc, « dont on ne saurait trop recommander l’emploi ; les défauts qu’on lui reproche sont si peu de chose, auprès des inconvénients que présente l’emploi du blanc de plomb, qu’on ne peut raisonnablement se refuser à l’adopter12. »

  • 13 Sur la doctrine et la pratique industrialistes du Consulat et de l’Empire, voir Le Roux Th., Le La (...)

8La puissance performative de l’adverbe s’avère pourtant bien faible, ou les contemporains peu doués de raison. Car le prix encore relativement élevé du blanc de zinc – environ trois fois plus cher que la céruse – rend inaudible l’argument sanitaire et empêche de transformer l’aventure chimique de Courtois et Guyton en une réussite industrielle. De même, l’éphémère expérience de Mollerat (1808), soutenue par les éminents chimistes déjà cités, est un échec économique. Il faut en effet attendre trois à quatre décennies pour voir réapparaître la question de la substitution de la céruse dans le champ public. Entre-temps, celle-ci a au contraire bénéficié de nombreuses initiatives d’incitation et de soutien de la part des milieux industrialistes (Société d’encouragement à l’industrie nationale, Comité consultatif des arts et manufactures, etc.) et des plus hautes instances chargées de la salubrité publique en France (Conseil d’hygiène et de salubrité, préfectures et municipalités chargées de la police sanitaire), afin de favoriser le développement d’une industrie française de la céruse, au détriment des importations de Hollande, de Belgique et d’Angleterre qui grevaient le budget national13. Tant est si bien que le blanc de plomb, avéré mortel, a maintenu sa domination sur le marché des pigments de peinture.

  • 14 L’anecdote est racontée dans Leclaire J., Recherches concernant l’influence que peut avoir l’essen (...)
  • 15 Péters A., La Vieille-Montagne et l’industrialisation du zinc : une course débridée à l’innovation (...)
  • 16 Richelot G., De la substitution du blanc de zinc au blanc de plomb dans l’industrie et les arts, P (...)

9Exhumant les recherches de Courtois, une innovation française relance pourtant au milieu du siècle la concurrence économique et, partant, la controverse scientifique. En effet, l’entrepreneur de peinture parisien Jean-Edme Leclaire (1801-1872), ancien ouvrier peintre originaire de l’Yonne empreint de saint-simonisme, s’ingénie à trouver un substitut à la dangereuse céruse : témoin de ces ouvriers des céruseries parisiennes qui quittent l’atelier en écrivant sur la porte le mot « Abattoir »14, spectateur impuissant des ravages sanitaires que le « blanc poison » provoque dans les rangs de ses ouvriers, Leclaire parvient, après plusieurs années d’expérimentations, de déboires et de tâtonnements, à mettre au point un procédé de fabrication du blanc de zinc qui permet sa production à l’échelle industrielle, et pour lequel il dépose un brevet d’invention en 1845. Son invention a bénéficié d’une avancée technique majeure, l’invention du four liégeois par le chimiste belge Jean-Jacques Dony (1759-1819) au début du XIXe siècle, qui permet la fabrication à grande échelle de l’oxyde de zinc en facilitant l’obtention de zinc métallique15. Dès 1849, l’usine de Leclaire, implantée à Mousseaux puis à Asnières-sur-Seine, en aval de Paris, est capable de fournir 6 000 kilogrammes de blanc de zinc quotidiennement, par « une sublimation et une combinaison chimique aussi rapides que la pensée16 ». Le blanc de zinc de Leclaire est de meilleure qualité que les précédents, si blanc qu’on le baptise commercialement « blanc de neige » ; il résiste mieux au temps et, enfin, son plus faible coût de production rend désormais envisageable son exploitation à l’échelle industrielle – ce qui change donc considérablement la donne économique, puisqu’il est vendu au même prix que la céruse. S’associant avec la Société des Mines et fonderies de la Vieille-Montagne, multinationale liégeoise leader mondial de la métallurgie du zinc qui dispose de puissants établissements de production et réseaux de commercialisation, Leclaire contribue à lancer sur le marché européen une innovation industrielle qui vient véritablement concurrencer la séculaire céruse :

  • 17 Robert C.-F., Biographie d’un homme utile. Leclaire, peintre en bâtiments. Conférence faite au pal (...)

« Ce fut une révolution dans les habitudes du métier ; on se divisa en deux camps : d’un côté les consommateurs de poison, attachés à la vieille routine, avec des ouvriers maigres, pâles, épuisés par la maladie ; en face d’eux, les partisans du blanc de zinc, à la tête d’un personnel d’hommes gros et gras, le teint fleuri et l’air triomphant17. »

  • 18 Chevallier A., Rapport fait à la Société d’encouragement pour l’industrie nationale par M. A. Chev (...)
  • 19 Leclaire J.-E., Causeries d’un maire avec ses administrés [du 21 septembre 1867 au 30 mai 1868], c (...)
  • 20 « Sa fabrication n’entraîne aucun de ces dangers qu’on observe dans les fabriques de céruse et les (...)

10La description est bien sûr partisane et l’opposition caricaturale, telle qu’elle apparaît dans la gravure offerte à Jean Leclaire par ses ouvriers reconnaissants en 1851 (fig. 1). Mais elle est emblématique de l’élaboration d’un discours qui met au premier plan la santé des ouvriers dans la rivalité économique que se livrent les deux produits. Contrastant avec le silence des décennies précédentes, la seconde moitié des années 1840 voit en effet se multiplier les rapports de chimistes et d’hygiénistes réputés destinés à promouvoir la substitution du blanc de zinc au blanc de plomb dans la peinture. Celui d’Alphonse Chevallier, membre du Conseil de salubrité du département de la Seine, qui présente les travaux de Leclaire devant la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, parachève le piédestal18. Récompensé en 1849 d’une médaille d’or par ladite société, Jean Leclaire reçoit l’année suivante le prix Montyon de l’Académie des sciences et la Légion d’honneur : « le toqué triomphait de son audacieuse témérité », écrivit-il en jetant un regard rétrospectif sur son succès19. L’action publique volontariste accompagne cette pluie de récompenses : dès le mois d’août 1849, un décret du ministre des Travaux publics Lacrosse prescrit l’utilisation du blanc de zinc dans l’ensemble des travaux effectués dans les bâtiments publics, avec pour unique argument la question sanitaire. Alors que les revues hygiénistes s’accordent sur l’innocuité de la fabrication et de l’usage du blanc de zinc désormais fabriqué en France20, le décret Lacrosse est bientôt redoublé par une circulaire de février 1852 qui enjoint aux préfets de prescrire la peinture à l’oxyde de zinc en lieu et place de la céruse dans tous les travaux départementaux et municipaux. Cette prescription légale du produit de substitution met donc la céruse au bord du gouffre.

Fig. 1. – Lithographie offerte à Jean Leclaire par ses ouvriers reconnaissants pour la substitution du blanc de zinc à la céruse, 1851 (lithographie reproduite dans Abel Craissac, Conférence sur l’empoisonnement des ouvriers peintres par le blanc de céruse, donnée à la Salle du Cirque de Saint-Quentin [Aisne] le 19 août 1905, Puteaux, La Cootypographie, 1905, p. 99).

  • 21 Sur l’instrumentalisation de la cause cérusière par la CGT, voir Rainhorn J., « Le mouvement ouvri (...)

11Ainsi, au mitan du siècle, tout porte à croire à l’abandon imminent du blanc de plomb et à l’apothéose conséquente du blanc de zinc. Il n’en est rien, puisqu’une chape de silence et d’oblitération recouvre à nouveau la question de la dangerosité de la céruse et que celle-ci, telle l’Hydre de Lerne, renaît avec vigueur alors même qu’on la croyait décapitée. Près d’un demi-siècle sépare en effet ce « moment Leclaire » de l’irruption dans le champ politique, à l’aube du XXe siècle, de la question de la nocivité des poisons industriels, dont la céruse s’avère le produit emblématique. Dans la foulée du vote de la loi de 1898 sur les accidents du travail, le combat pour la reconnaissance et l’indemnisation des maladies professionnelles enfourche en effet le cheval de bataille anti-cérusien. L’évolution du contexte technique n’est pas en question, cette fois, mais le sont bien davantage les transformations du mouvement ouvrier qui s’empare de la « cause » comme instrument de mobilisation des masses laborieuses, et bénéficie de liens inédits avec le pouvoir politique républicain21. De 1900 à 1909, date du vote de la première loi de prohibition après des années de méandres parlementaires, la céruse acquiert un rôle paradigmatique dans le débat public sur les conditions sanitaires du travail industriel. Syndicalistes, hommes politiques de premier plan tels que Viviani ou Clémenceau, fonctionnaires des offices et bureaux ministériels préoccupés du travail, experts en santé publique et parlementaires œuvrent de concert pour ériger cette question lancinante en « cause » politique et sociale de premier ordre. Au lendemain de la Grande Guerre, l’entrée dans la loi de la reconnaissance des maladies provoquées par le travail est l’héritière de deux décennies de débats qui font du saturnisme des peintres l’affection professionnelle par excellence, objet du tableau no 1 de la loi du 25 octobre 1919.

12Remis sur le métier en 1921, mais cette fois dans l’arène transnationale, devant la troisième conférence internationale du travail à Genève, l’affrontement entre peinture au plomb et peinture au zinc refait brièvement surface de manière extrêmement conflictuelle, pour justifier l’adoption d’une convention internationale interdisant la céruse dans les travaux de peinture en bâtiment. Les centaines de pages de débats des commissions et sous-commissions sur la céruse à Genève offrent en quelque sorte une image rétrospective d’un siècle de gestion du problème de l’empoisonnement des ouvriers : tous les arguments médicaux, techniques, économiques, hygiénistes et humanistes y sont répétés dans un temps ramassé et une enceinte unique, et l’on constate une sorte de bégaiement des discours qui évoque une amnésie collective qui rendrait nécessaire, une fois encore, le ressassement de l’ensemble des données déjà discutées au cours du siècle précédent.

Fig. 2. – Réclame pour la peinture au zinc Trimétal dans le journal professionnel Le Moniteur de la peinture (édition belge, Bruxelles), no 202, 30 mars 1928.

13La ratification, en février 1926, de la 13e convention internationale sur l’interdiction de la céruse, donne lieu au dernier hoquet notable de ce débat, témoignant de la puissance de la « fabrique du doute » en matière de nocivité ou d’innocuité des produits toxiques au travail.

Le syndrome du réverbère, ou la céruse entre invisibilité et confinement

14Examiner la chronologie fine de l’intérêt porté à la question de l’empoisonnement par la céruse au cours du siècle et demi qui court de la période révolutionnaire jusqu’à l’entre-deux-guerres consiste donc à observer une alternance de phases d’ombre et de lumière. À l’image d’une rue du Paris ou du Londres nocturne au XIXe siècle, le chemin est inégalement éclairé par un cortège de réverbères : par intervalles, on se trouve sous la lumière crue de la lanterne qui illumine de sa clarté la question du risque industriel, ardemment documentée, parfaitement démontrée et débattue, partiellement résolue ; à l’inverse, en se plaçant entre les réverbères – ou en déplaçant le curseur chronologique en amont ou en aval –, on se perd dans l’opacité, la confusion et le déni du risque. Cette intermittence, ce caractère sporadique de l’attention des scientifiques, des pouvoirs publics, des experts et de l’opinion publique à cet objet qu’est le risque d’empoisonnement au travail sont, en eux-mêmes, des objets de questionnement pour l’historien.

  • 22 Ces archives, contenant plus de 80 millions de pages, ont été prises en charge par la Legacy Tobac (...)
  • 23 L’ouvrage manifeste en est Proctor R., Schiebinger L., Agnotology. The Making and Unmaking of Igno (...)

15L’enjeu, au-delà du récit absolument nécessaire des périodes de lumière, consiste en effet à comprendre ce qui n’est pas sous le réverbère, c’est-à-dire expliciter les vicissitudes, les conditions et les conséquences de la présence et de l’absence à l’agenda de la question cérusière en France au XIXe, et jusqu’au milieu du XXe siècle. Des historiens des sciences américains ont développé cette démarche méthodologique qui tente d’éclairer l’obscurité, depuis les travaux de Robert Proctor sur l’industrie du tabac, qui a démontré l’existence d’une entreprise délibérée de fabrication de l’ignorance scientifique et du doute par le puissant consortium des cigarettiers américains grâce aux tombereaux d’archives ouverts au public à l’occasion des grands procès intentés par d’anciens fumeurs malades et par certains États américains dans les années 199022. À partir de terrains aussi fructueux que le tabac, mais également le changement climatique, le cancer, les organismes génétiquement modifiés ou l’orgasme féminin, ces chercheurs ont construit les outils de l’agnotologie, qui se veut l’envers de l’épistémologie en ce qu’elle s’intéresse aux creux du savoir, à l’ignorance et à sa construction sociale et politique dans l’histoire23. L’étude de la controverse scientifique est, dans cette perspective, placée au cœur de la démarche historienne car

  • 24 Proctor R., Cancer wars : how politics shapes what we know and don’t know about cancer, New York, (...)

« la persistance de la controverse n’est généralement pas une conséquence naturelle d’un savoir imparfait, mais plutôt une conséquence politique de conflits d’intérêts et d’indifférence structurelle. La controverse peut être construite : l’ignorance et l’incertitude peuvent être fabriquées, maintenues et diffusées24 ».

  • 25 Allusion au roman de cape et d’épée Le Bossu (1857) de Paul Féval, qui fut en effet adapté au théâ (...)
  • 26 Archives du Bureau international du travail (Genève), HY 500/1/0/22.

16Cette perspective s’avère particulièrement précieuse pour éclairer l’histoire de la bataille économique et scientifique entre blanc de plomb et blanc de zinc. Car, telle une pièce de théâtre à succès, la bataille contre la céruse revient sur la scène parisienne à intervalles réguliers : « elle est un peu comme le Bossu, qui se joue depuis cinquante ans à l’Ambigu, à différentes reprises25 ». En effet, l’amnésie qui semble saisir les acteurs au cours des périodes de silence ne manque pas de surprendre : chaque réinvestissement de la question semble l’exhumer et la replacer sur un terrain vierge, comme s’il n’y avait aucun cumul des savoirs scientifiques et techniques récoltés lors des épisodes précédents, comme s’il fallait convoquer à nouveau chimistes et médecins pour faire une fois encore la preuve de la dangerosité du produit, comme s’il était besoin d’entendre à nouveau les experts techniques de la peinture assurer que le blanc de zinc peut avantageusement remplacer le blanc de plomb, comme s’il était nécessaire de mobiliser à nouveau les troupes autour de la cause. Les débats houleux de la troisième conférence internationale du travail, en octobre et novembre 1921, sont le témoin de ce perpétuel bégaiement de l’argumentation. Dans une lettre adressée à son ami le directeur du Bureau international du travail (BIT), Albert Thomas, le syndicaliste français Abel Craissac, pourfendeur de la céruse depuis deux décennies, déplore d’ailleurs la présentation lacunaire de la question faite par l’organisation internationale qui omet de signaler l’ensemble des travaux anciens réalisés sur la substitution par le blanc de zinc et atténue, par là même, l’argumentation des adversaires du blanc de plomb26.

  • 27 Voir en particulier les contributions d’Emmanuel Henry, Soraya Boudia et Christine Dourlens dans G (...)
  • 28 Henry E., « Rapports de force et espace de circulation des discours. Les logiques des redéfinition (...)

17La démarche agnotologique s’enrichit avec la perspective récente qui s’interroge, avec les outils de la sociologie et de la science politique, sur la construction des problèmes publics, en particulier en matière de santé. À partir de terrains aussi divers que la radioactivité liée à l’industrie nucléaire, la sécurité routière, l’usage de l’amiante ou les zoonoses, des travaux récents de sciences sociales ont montré que l’invisibilité publique d’une question sanitaire ne procède pas nécessairement d’une entreprise délibérée d’occultation, mais le plus souvent de son confinement dans des espaces sociaux limités, voire marginaux, qui entravent la circulation des discours qui lui sont liés27. Ainsi, plutôt que de parler de périodes de « silence », on identifie plutôt des « moments de confinement » dont il convient de décrire les caractéristiques et de comprendre les implications historiques28.

  • 29 Le Roux Th., « L’effacement du corps de l’ouvrier. La santé au travail lors de la première industr (...)
  • 30 Cette collusion des milieux industrialistes et politiques a été finement mise au jour par Thomas L (...)

18Tentons donc, à la lumière de cet enrichissement théorique, d’éclairer les périodes d’ombre évoquées. Pourquoi et comment l’industrie de la céruse parvient-elle à imposer sa domination sur le marché de la peinture au détriment du blanc de zinc jusque dans l’entre-deux-guerres, alors même que médecins, hygiénistes, ouvriers et pouvoirs publics attestent de sa nocivité ? La première période de silence relatif (1800-1845) prend à coup sûr sa place dans le processus d’« effacement du corps de l’ouvrier » que Thomas Le Roux a identifié comme un avatar de la dérégulation révolutionnaire en matière de nuisances et de l’esprit industrialiste dont elle a accouché29. Avant 1820, le problème est cependant demeuré mineur : la production de céruse en France est encore balbutiante et l’essentiel du produit consommé est l’objet d’importations depuis la Hollande, la Belgique et l’Angleterre dans une moindre mesure. De ce fait, l’émotion suscitée par l’usage dangereux chez les peintres, moins nocif toutefois que la fabrication, reste limitée à quelques médecins et chimistes qui se contentent de déplorer un problème sanitaire numériquement limité. Surtout, la première tentative de fabrication de la céruse à l’échelle industrielle bénéficie du soutien indéfectible des pouvoirs publics : l’usine implantée en 1809 à Clichy, aux portes de Paris, est l’objet d’une incitation publique dont la bienveillance n’a d’égale que l’aveuglement. Dans le contexte d’enthousiasme à l’égard de l’innovation industrielle, et en particulier chimique, que connaît l’Empire, l’usine de Clichy offre en effet à la France l’espoir de sortir de la dépendance économique à l’égard des concurrents dont elle tire ses importations. À ce titre, le soutien dont bénéficie l’entreprise depuis son origine est emblématique de la collusion avérée entre milieux politiques, industriels et hygiénistes, incarnée en l’occurrence par des individus comme Chaptal, Thénard ou Roard, ce dernier directeur de l’usine de céruse de Clichy, membre de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale et du Comité consultatif des arts et manufactures30. Ainsi, malgré le décollage du secteur de la céruse dans les années 1820 et la multiplication conséquente des atteintes saturnines dont la prégnance se fait désormais sentir dans les couloirs de l’hôpital (Beaujon et La Charité à Paris, Saint-Sauveur à Lille), le discours dénonçant la dangerosité du produit demeure confiné aux étroites sphères hygiénistes et traverse les volumes des Annales d’hygiène publique et de médecine légale sans parvenir à franchir les frontières de l’arène spécialisée. D’autant que l’absence d’un produit de substitution capable de tenir tête à la céruse, à la fois en termes de qualité et de prix, permet au « blanc poison » de régner sans partage sur l’industrie de la peinture : en dépit de quelques déplorations isolées, il faut attendre la mise au point du blanc de zinc industriel par Leclaire au milieu des années 1840 pour transformer radicalement les conditions de la publicisation de ce débat sanitaire.

  • 31 Ce traité est signé le 13 mai 1852 par tous les cérusiers excepté les frères Bezançon de Paris : C (...)
  • 32 Judicieuse hypothèse évoquée par Arnaud Péters : Péters A., La Vieille-Montagne et l’industrialisa (...)
  • 33 Ainsi, le cérusier Henri Faure (dont le grand-père est le pionnier de cette industrie à Lille dès (...)

19À nouveau, après l’épisode du mitan du siècle qui voit l’action publique se mettre brutalement en mouvement pour instituer une prohibition vite avortée (1849-1852), on entre dans un second moment de silence relatif. Trois facteurs majeurs expliquent l’assoupissement renouvelé de la controverse. Le Second Empire voit tout d’abord se constituer un puissant groupe de pression au sein de l’industrie de la céruse. S’il est extrêmement difficile de mettre à jour la nature et la fabrication des réseaux qui la constituent, la coalition apparaît éminemment active, dès le milieu du siècle, pour faire face à l’offensive prohibitionniste de l’État : elle trouve probablement sa source dans l’offensive que l’industrie du zinc a mené en 1852, par le truchement de la Société des Mines et fonderies de la Vieille-Montagne qui domine le marché européen, à l’égard des cérusiers français dont on ne peut douter qu’elle ait contribué à souder les industriels de la céruse contraints de se liguer dans l’adversité. En effet, craignant le redéploiement de ceux-ci vers le blanc de zinc en raison de la disparition programmée de la céruse après le décret de 1849 qui, prescrivant le blanc de zinc, prohibe de fait l’usage du blanc de plomb dans les travaux publics, Vieille-Montagne s’assure la domination du marché en proposant aux cérusiers français un traité léonin qui leur interdit la fabrication du zinc contre une importante indemnité31. Dans une certaine mesure, en fermant le marché du blanc de zinc à ses concurrents, Vieille-Montagne n’a probablement laissé d’autre choix aux cérusiers que de continuer à promouvoir leur intérêt sectoriel32. D’autant que le blanc de zinc s’invite alors à la table du pouvoir politique, en la personne du duc Charles de Morny, frère utérin et proche conseiller de Napoléon III, empreint de saint-simonisme et… administrateur et actionnaire de la société Vieille-Montagne et de la Société anonyme du Blanc de zinc, édifiée sur le brevet Leclaire. Peu nombreux – une dizaine à l’échelle nationale –, géographiquement très concentrés – avec Lille comme cœur de l’activité, Paris et Tours comme centres secondaires –, puissamment structurés par des réseaux économiques de participations croisées souvent réitérés par des liens familiaux, en particulier avec la puissante industrie textile du Nord33, solidement organisés pour peser auprès de certains acteurs décisifs à l’échelle régionale, comme la chambre de commerce et d’industrie de Lille, les cérusiers français ont fort à faire pour maintenir la prééminence de leur produit. Dans un marché qui s’internationalise et se libéralise, ils n’ont de cesse de réclamer la modification des droits de douane sur les matières premières et le produit fini, afin de lutter contre les importations et de protéger le marché national, en particulier lors de la négociation des traités de libre-échange de 1860-1861 dans lesquels ils voient la mort annoncée de leur industrie au bénéfice des concurrents anglais et allemands. S’il est difficile d’évaluer le poids du lobby cérusier dans les institutions économiques impériales, on peut penser qu’il est suffisamment notable, cependant, pour expliquer le maintien de la production, malgré les vents contraires dans cette seconde moitié du XIXe siècle.

  • 34 Archives nationales, base Léonore, Dossier d’attribution de la Légion d’honneur à Charles Expert-B (...)
  • 35 Voir Lestel L., « Producteurs et production de céruse en France au XIXe siècle », in Lestel L., Le (...)
  • 36 Fleury P., Blanc de zinc et blanc de céruse, historique complet de la question, réfutation du rapp (...)
  • 37 À l’image du titre de l’ouvrage récent : Michaels D., Doubt is their product : how industry’s assa (...)
  • 38 Des sommets en la matière sont atteints dans Dubreuil M., Blanc de zinc contre blanc de céruse. Tr (...)

20La République opportuniste qui lui succède fait la part belle à l’industrie cérusière par le truchement de Charles Expert-Bezançon : grand cérusier parisien qui a également investi dans la production lilloise en rachetant l’usine Faure en 1892, proche de Jules Méline – grand pourfendeur du libre-échange généralisé et artisan de la loi du cadenas –, extrêmement bien introduit dans les sphères industrialistes nationales, Expert-Bezançon accumule les mandats de président de la Chambre syndicale des produits chimiques (1890-1892), président du Comité central des chambres syndicales (1893-1896), président du Comité national républicain du commerce et de l’industrie, président de la Société générale des céruses françaises (à partir de 1901 au moins), enfin de maire du 13e arrondissement de Paris et sénateur de la Seine (1900-1909)34. Nul doute, donc, que le puissant groupe de pression constitué autour de l’industrie chimique de la céruse, tout en courant les expositions universelles et en multipliant médailles et prix industriels fièrement arborés sur les papiers à en-tête, s’attache à semer le doute, dans de très nombreuses publications et interventions publiques, sur la toxicité du blanc de plomb et sur la capacité du blanc de zinc à remplacer efficacement celui-ci. Refusant d’envisager les listes de malades reçus dans les hôpitaux et remettant en cause toute tentative de chiffrer l’affection, réfutant les arguments de la dangerosité de la céruse lorsqu’elle est manipulée avec toutes les précautions « souhaitables », les cérusiers jouent sur la vague hygiéniste qui incrimine le comportement jugé négligent des ouvriers au travail. Ils entretiennent également avec une habileté réelle la confusion sur les différentes sources du saturnisme ouvrier, multipliant les études distractives destinées à attirer l’attention sur d’autres produits toxiques ou d’autres secteurs responsables de l’intoxication par le plomb dans lesquels la céruse n’entre pas (typographie, plomberie, fabrique d’accumulateurs électriques, etc.). Brandissant les efforts – incontestables35 – d’amélioration technique de l’industrie de la céruse depuis le milieu du XIXe siècle, ils s’emploient à jeter le doute sur le bien-fondé et les motifs cachés de la campagne anti-cérusière, dont les « citations lugubres et [les] propos d’amphithéâtre » n’auraient rien à voir avec une réalité épidémiologique dont la gravité est contestée36. Sur le plan technique, le combat des cérusiers consiste à prouver la supériorité de la peinture au plomb sur la peinture au zinc en déplaçant et sur-professionnalisant le débat d’experts pour mieux en exclure médecins et opinion publique, présumés ignorants, le plus souvent à juste titre, des enjeux d’opacité, d’application, de siccativité et de résistance du produit aux dommages du temps ; sur le plan politique, il consiste à manier l’arme du doute avec une dextérité remarquable37, en cherchant de manière récurrente à instiller la suspicion sur les motivations réelles des adversaires de la céruse, l’un des arguments les plus récurrents étant la prétendue corruption « anti-patriotique » des médecins, syndicalistes et hommes politiques qui seraient stipendiés par l’industrie belge ou allemande du zinc pour mettre à bas l’industrie nationale de la céruse, dans un discours qui sombre parfois dans l’éructation antiparlementaire, xénophobe et antisémite38.

  • 39 Voir à ce propos les conflits entre l’école française de la Charité et l’école espagnole de Madrid (...)
  • 40 Sur ce « moment », voir Topalov Ch. (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatr (...)
  • 41 Dubreuil M., Blanc de zinc contre blanc de céruse, op. cit., p. 31.

21Sur le plan médical, enfin, la lutte des industriels de la céruse repose sur l’instrumentalisation d’un savoir clinique en voie de construction. Car, et c’est le second facteur fondamental de l’invisibilité de la question cérusière, le saturnisme fait l’objet de recherches importantes qui s’amorcent dans la décennie 1830 et se multiplient à partir de 1870, mais qui peinent à franchir les frontières de l’arène scientifique. Après la fondation du socle de connaissances dans les années 1830, avec les grandes thèses de Tanquerel des Planches (1834) et de Grisolle (1835), les années 1840-1860 ont été très largement occupées à établir l’unicité de l’affection saturnine – occultée pendant des décennies par la distinction étiologique très généralement opérée entre « colique de plomb » d’une part, et « colique sèche » ou « végétale » de l’autre, qui a brouillé l’identification des principaux signes de la maladie et entravé la mise en place d’une thérapeutique commune39. Le dernier quart du siècle voit se stabiliser un savoir médical qui fait état de la symptomatologie et l’étiologie complexes de l’intoxication par le plomb : la fameuse « colique de plomb », qui a servi de métonymie au saturnisme depuis le milieu du siècle précédent, a désormais fait place à un tableau beaucoup plus varié d’« intoxications », « anémies », « paralysies », « arthralgies », « encéphalopathies », « névropathies », « cécités », « hystéries », « cachexies », etc., toujours affublées de l’adjectif « saturnines », dont les formes variables sont décrites et analysées avec précision. Cependant, en raison de leur caractère éminemment technique, le discours clinique et les controverses médicales sont très peu relayés hors d’une arène spécialisée qui reste relativement autonome, ce qui contribue à produire une certaine invisibilité du problème dans l’espace public : à mesure qu’il gagne en complexité, le propos médical s’exclut du débat collectif et contribue à l’opacité de la maladie dans la sphère publique. Il faut attendre, à l’aube du XXe siècle, que médecine et politique entrent en résonance à travers les réseaux républicains et francs-maçons notamment, à l’image du pasteurien Paul Brouardel, professeur de médecine légale, membre de l’Académie de médecine et doyen de l’École de médecine de Paris, pour désenclaver le savoir médical sur le saturnisme professionnel de l’arène hospitalière. En ce « moment 1900 », l’interpénétration entre les exigences contradictoires et indissociables de liberté individuelle et de justice sociale qui caractérise la société politique républicaine se traduit par le retour des savants dans l’arène publique qu’ils avaient partiellement désertée au cours du siècle précédent40. Un mouvement qui n’est d’ailleurs pas goûté par tous : « On croyait généralement, en France, que les docteurs de l’Institut Pasteur ne guérissaient que la rage ; au lieu de cela, ils l’excitent chez les députés et francs-maçons atteints de cérusophobie », peut-on lire par exemple en 1905 dans un pamphlet qui désigne explicitement la porosité entre sphère savante et monde politique sur la question de la céruse41.

  • 42 Archives départementales du Nord, M 596/42, « Syndicat des cérusiers ».
  • 43 Voir Rainhorn J., « Le mouvement ouvrier contre la peinture au plomb… », art. cit.

22Enfin, la structuration embryonnaire du mouvement ouvrier au cours du second XIXe siècle contribue à l’occultation globale du problème sanitaire lié aux poisons industriels. Même après la loi Waldeck-Rousseau, la fabrication de la céruse ne fait l’objet d’aucune organisation syndicale déclarée. À Paris, où elle emploie une centaine d’ouvriers dans les années 1880, on n’a pas trace de syndicat dans le secteur ; à Lille, où ils sont trois à quatre fois plus nombreux, nul indice d’organisation professionnelle ni de revendication à propos des conditions sanitaires de travail dans cette branche localement puissante de l’industrie chimique. Le seul élément ténu de structuration commune réside dans l’existence d’une tardive et éphémère « Société des employés, contremaîtres et ouvriers cérusiers », fondée en juin 1909. Mais encore ne s’agit-il là que d’une création opportuniste : face à l’imminence de l’interdiction de la céruse dans les travaux de peinture – la loi est votée quelques semaines plus tard, le 20 juillet 1909 –, cet embryon de syndicat, qui n’appartient à aucune fédération de métier ni de branche, est institué afin de réclamer une indemnité compensatoire, évaluée à cinq ans de salaire, pour les travailleurs de la céruse privés de leur gagne-pain42 ! On est donc ici bien loin de la revendication sanitaire. Au cours des décennies précédentes, si les intoxications arsenicales, saturnines ou mercurielles ont fait l’objet d’articles relativement nombreux dans les revues hygiénistes, elles ont été, en revanche, délaissées par le mouvement ouvrier en voie de constitution, tout occupé à l’élaboration de son unité politique et doctrinale, qui favorise les revendications fondamentales de l’augmentation des salaires et de la réduction du temps de travail ouvriers. Il faut donc attendre les premières années du XXe siècle et l’émergence d’une organisation professionnelle de métier au sein des peintres en bâtiment pour voir apparaître la « cause » de l’empoisonnement au plomb dans les discours syndicaux ; et encore demeure-t-elle minoritaire et, le plus souvent, instrumentalisée à des fins de mobilisation syndicale, évacuée sans scrupule lorsqu’elle n’est pas jugée utile à l’édification de l’unité ouvrière43. C’est finalement la convergence de mobilisations conjointes dans la sphère professionnelle, qui portent les revendications des « victimes », et dans la sphère médicale qui contribue à désenclaver le problème de l’empoisonnement par la peinture au plomb pour en faire un objet de débat public, à mesure que l’investissement du personnel républicain dans la question sociale participe à réduire la distance qui séparait autrefois les différentes arènes concernées.

  • 44 L’historienne canadienne Michelle Murphy a donné à ce type de configurations favorables à la mise (...)
  • 45 Interdiction de l’emploi de la céruse dans la peinture. Question III (b) à l’ordre du jour de la tr (...)
  • 46 Intervention du directeur de l’Organisation internationale du travail publiée dans le recueil : Ma (...)

23Sortant à nouveau du confinement dans lequel elle est demeurée pendant un demi-siècle, la céruse fait donc irruption dans le débat public à la faveur d’une configuration nouvelle qui mêle mobilisation ouvrière, intervention savante dans la cité, construction d’une politique sociale au sommet de l’État et, enfin, intérêt inédit de la presse qui constitue une caisse de résonance indispensable pour la publicisation de la cause44. Une configuration qui débouche sur la mise en place d’un système normatif national qui tente de repousser le risque aux frontières du métier, avec un succès toutefois mitigé : l’éclatement du premier conflit mondial fait passer la question à l’arrière-plan des préoccupations politiques, alors même que la prohibition devait entrer en application le 1er janvier 1915. Au lendemain de la Grande Guerre, le travail de sape et l’instillation du doute à propos de la possible substitution du blanc de zinc au blanc de plomb font de nouveau leur apparition au sein des débats nourris dans l’arène de la 3e conférence internationale du travail. En effet, la jeune Organisation internationale du travail s’est rapidement emparée de la question comme emblème de sa volonté normative en matière de conditions sanitaires de travail, afin d’élaborer le texte d’une convention internationale d’interdiction du produit, jugeant que « l’abondance des faits sur lesquels peut actuellement se fonder un jugement impartial permet de dire que le problème est aujourd’hui mûr au point de vue technique45 ». Et pourtant, un siècle et demi après les démonstrations de Courtois et Guyton de Morveau, les qualités respectives des deux produits font à nouveau l’objet de discussions acharnées pendant plusieurs semaines : le fait même de mettre en débat dans cette enceinte genevoise les caractéristiques du zinc et du plomb entretient d’ailleurs l’illusion qu’un débat scientifique et technique est légitime et non tranché. Comme le rappelle Albert Thomas à cette occasion, les avocats de la céruse s’acharnent encore « à ébranler l’autorité des démonstrations scientifiques sur lesquelles repose [la convention] ! Il importe donc […] que les savants, groupés pour cette œuvre de protection, défendent la vérité contre ceux qui veulent l’adultérer46 ».

24On le voit, les arguments scientifiques et techniques ont eu la part belle dans ce combat séculaire. Celui-ci demeure pourtant en premier lieu un affrontement économique entre deux produits se disputant un marché extrêmement lucratif, dont les lois sont brouillées par l’irruption de préoccupations sanitaires et morales.

Quand le risque sanitaire s’invite dans le marché

  • 47 Breton J.-L., Rapport supplémentaire fait au nom de la commission chargée d’examiner le projet de (...)

« Lorsque les chemins de fer ont été inaugurés, ils ont entraîné la suppression des diligences ; celles-ci sont mortes de leur belle mort. Si le blanc de zinc a une supériorité réelle sur le blanc de céruse, il nous fera mourir commercialement, mais que l’État n’intervienne pas47. »

  • 48 Foucault M., Naissance de la biopolitique, Paris, Gallimard/Le Seuil, 2004, p. 32.
  • 49 Voir Postel N., « Marché et autonomie des acteurs : histoire d’une illusion », L’Économie politiqu (...)

25Voilà résumé, par la bouche de Charles Expert-Bezançon, sénateur de la Seine, industriel et héraut de la céruse, à l’occasion de sa déposition en février 1903 devant la commission parlementaire chargée d’examiner le projet de loi sur la prohibition des pigments de plomb dans la peinture, le credo anti-interventionniste proclamé par les cérusiers depuis le milieu du XIXe siècle. Endossant la conception économique libérale selon laquelle les lois du marché doivent agir comme un dispositif de « véridiction », un « lieu de formation de la vérité48 », les avocats du blanc de plomb s’opposent en effet à toute intervention de l’État au nom des lois de la concurrence qui détermineront seules lequel des deux pigments doit dominer le marché de la peinture, permettant de révéler ainsi sa juste et authentique valeur49. Cependant, plusieurs éléments viennent contrarier le jeu concurrentiel initié avec l’invention de la fabrication industrielle du blanc de zinc en 1849.

  • 50 Nègre V., « La peinture à la céruse et l’embellissement des villes du Midi aux XVIIIe et XIXe sièc (...)
  • 51 Archives de l’État, Liège (Belgique), Fonds Vielle-Montagne, Rapport annuels du Conseil d’administ (...)
  • 52 Outre le duc de Morny, déjà cité, on y retrouve la famille Mosselman, fondatrice de l’entreprise e (...)
  • 53 Le secteur de la métallurgie du zinc (et non celui de la fabrication du blanc de zinc) est mis en (...)

26L’antécédence de la céruse sur le marché est tout d’abord un atout de taille pour celle-ci, on le conçoit aisément. Produit de luxe depuis le Moyen-Âge, le blanc de plomb, dont la fabrication s’est développée à l’échelle industrielle dans la Hollande du XVIIIe siècle, a depuis ce moment inondé l’Europe occidentale, pour la peinture des tableaux comme pour celle des parements, au point que le blanchiment des villes européennes a accompagné le processus de civilisation des mœurs50. Lorsque le blanc de zinc de Leclaire s’invite sur le marché, à partir de 1849-1850, le blanc de plomb jouit d’une position dominante, fort d’un siècle de règne sans partage sur la peinture en bâtiment, à l’aide de ses avatars – céruse, blanc de Meudon, blanc d’Espagne, blanc de Champagne ou de Troyes, tous dérivés du pigment originel et désignés selon la proportion de produit allogène qu’ils contiennent. S’imposer sur le marché de la peinture signifie par conséquent, pour le blanc de zinc, tailler des croupières à la céruse. Les ingénieux efforts déployés dès les années 1840 par l’entreprise belge Vieille-Montagne, en position quasi-monopolistique sur le marché européen du zinc, témoigne de cet élan volontariste : rachat et dépôt de brevets, création de filiales, expérimentations diverses, conventions verbales et traités secrets de rachat de la concurrence, dont les Rapports annuels de l’entreprise ont conservé la trace51. Marqué par une puissante empreinte parisienne, le conseil d’administration – qui siège dans la capitale française depuis 1837 – de l’entreprise liégeoise dispose de nombreux relais pour favoriser le développement de son nouveau produit sur le marché français qu’il ambitionne évidemment de conquérir52. La Société anonyme du Blanc de zinc, fondée à Paris en 1847 par Jean Leclaire pour l’exploitation de son brevet, a d’ailleurs tout d’une filiale de Vieille-Montagne : contre la cession du procédé de fabrication, Leclaire est en effet entré dans le capital de la multinationale belge et la fusion entre les deux sociétés est entérinée dès 1854. Sa stratégie exemplaire de développement du blanc de zinc industriel assure bientôt à Vieille-Montagne un quasi monopole de ce produit sur les marchés belge, français et allemand et lui permet d’assurer une diversification de sa production et un nouveau débouché pour le zinc brut qu’elle produit en grande quantité. Par ailleurs, alors même que les nuisances environnementales dont elle est responsable font de l’industrie du zinc l’« enfant insalubre de la Révolution industrielle en Belgique », Vieille-Montagne s’emploie à blanchir sa réputation grâce à la production de blanc de zinc dont l’innocuité est démontrée pour remplacer la mortelle céruse53.

  • 54 Finance I., Peintures au blanc de zinc. Rapport présenté par M. Finance à la Commission des logeme (...)

27Et pourtant, on constate une véritable difficulté à remettre en cause la position dominante de la céruse sur le marché français de la peinture avant l’aube du XXe siècle, malgré l’intervention, largement avortée, de l’État français par le décret de prohibition de 1849. Il est extrêmement délicat de déceler dans quelle mesure les qualités intrinsèques des deux produits sont en cause. On peine en effet à distinguer la part de l’intérêt économique au sein de l’abondante littérature, extrêmement technique et répétitive, sur les vertus respectives des deux types de pigments destinée à apporter de l’eau à l’un et l’autre moulin, tant il est malaisé d’identifier l’intérêt à agir de chaque participant au débat. Plusieurs éléments doivent être pris en considération. Le premier, évident lorsqu’il est question de marché, est celui du prix respectif des deux produits. On l’a dit, la fabrication du blanc de zinc à l’échelle industrielle à partir du milieu du XIXe siècle met fin à la situation favorable dont bénéficiait la céruse, meilleur marché que son concurrent : dans les deux fours de son usine d’Asnières, Leclaire parvient à produire quotidiennement six tonnes de blanc de zinc, diminuant le coût de celui-ci à 70 ou 75 francs les cent kilogrammes vers 1850, équivalent à celui du blanc de plomb. Cette condition acquise, il convient de mentionner la fameuse routine, sempiternellement brandie comme un élément fondamental de blocage par tous ceux qui déplorent l’immobilisme de la pratique des marchands de couleurs et des peintres. D’un bout à l’autre du siècle, la routine et l’habitude de consommation sont tenues responsables de la principale entrave au changement : la peinture au blanc de zinc, légèrement plus difficile à manier que celle au blanc de plomb, contraint en effet l’ouvrier « à une plus grande attention pour égaliser sa peinture. Il y faut un certain entraînement, comme pour tout changement d’occupation », un « tour de main » qui nécessite une adaptation, toutefois rapide selon les spécialistes54. Si de nombreux peintres sont hostiles à ce changement, c’est également qu’il favorise les ouvriers qualifiés, plus rompus au travail technique, alors même que les dernières décennies du XIXe siècle voient des bataillons croissants de manœuvres non qualifiés s’improviser peintres sur les chantiers. Moins coûteuse, cette main-d’œuvre a la faveur de nombreux entrepreneurs peu scrupuleux, mais elle peine à utiliser le pigment de zinc qui « foisonne » peu sous le pinceau.

  • 55 Cette rhétorique opposant céruse française et blanc de zinc étranger (tour à tour belge, allemand (...)
  • 56 Voir notamment par exemple Bouchut E., « Mémoire sur l’hygiène et l’industrie de la peinture au bl (...)
  • 57 En effet, contrairement à la céruse, la finesse pulvérulente du blanc de zinc ne permet pas de cam (...)

28Outre le prix des produits et la distinction du geste au travail exigé par chacun d’entre eux, il semble que le troisième facteur de résistance majeure à l’introduction massive du blanc de zinc sur le marché réside dans l’aversion que suscitent Jean Leclaire et le pigment de sa fabrication dans le monde artisanal de la peinture, en particulier à Paris. Contre celui qui, pétri des conceptions saint-simoniennes, a introduit dans son entreprise parisienne une société de secours mutuel (1838), la limitation de la journée de travail à dix heures (1841) et la participation des ouvriers aux bénéfices (1842), l’acrimonie des concurrents est sans limite. Contre celui qui s’est allié à Vieille-Montagne, entreprise étrangère dont on omet de dire que l’essentiel de ses capitaux sont français, le fiel nationaliste et la calomnie se déversent à travers pamphlets et libelles55. D’autant que Leclaire ne s’est pas privé de dénoncer publiquement les fréquentes fraudes pratiquées par ses confrères, tant sur la qualité que sur le prix des produits et des procédés utilisés sur les chantiers, duperies dont les particuliers sont les premières victimes, fraudes attestées par d’autres auteurs56. Adopter le blanc de zinc reviendrait par conséquent, aux yeux de nombre d’entrepreneurs de ce secteur fait d’une multitude de petites entreprises au sein desquelles la concurrence fait rage, à favoriser l’un d’entre eux, déjà particulièrement couronné de succès – en même temps que ce choix les empêcherait effectivement de pratiquer quantité de fraudes dénoncées par Leclaire57.

  • 58 Richelot G., De la substitution du blanc de zinc au blanc de plomb, op. cit., 1852, p. 4.
  • 59 Ibid., p. 13.
  • 60 Ibid., p. 5. Italique dans le texte.

29L’irruption du coût social de la maladie ne doit pas être négligée, enfin, au rang des arguments d’intérêt public en faveur du blanc de zinc qui peuvent troubler les règles du marché. Alors que le nombre des victimes du saturnisme professionnel n’a jusqu’ici fait l’objet que d’évaluations impressionnistes et extrêmement partielles, le milieu du XIXe siècle voit apparaître, dans plusieurs publications, la mention du poids financier de ces maux pour la collectivité : car, « outre ce qu’ils ont de cruel pour l’humanité, [ils] entraînent dans les établissements hospitaliers des dépenses qui ne peuvent manquer d’aller en s’accroissant, si l’on ne se hâte de faire disparaître la cause funeste qui les engendre58 ». Chiffres à l’appui, on témoigne du fait que le nombre croissant des cérusiers et des peintres saturnins leur confère une visibilité nouvelle dans les salles d’hôpital : 948 malades hospitalisés à Paris pour ce motif sur une période de 942 jours (septembre 1849-mars 1852) auraient coûté près de 19 000 journées de traitement à l’Assistance publique, soit une moyenne de vingt lits constamment occupés par des malades affectés d’intoxication saturnine dans la capitale59. La mention du coût des soins à prodiguer aux saturnins devient, dans la seconde moitié du XIXe siècle, un leitmotiv de l’argumentaire favorable au blanc de zinc, qui doit donc être privilégié « dans l’intérêt de l’humanité et dans celui de l’État60 ».

  • 61 Sur cette question, voir en particulier Stanziani A., « La définition de la qualité des produits d (...)

30Finalement, au-delà de l’ensemble de ces critères qui jouent en faveur de l’un ou l’autre des produits, la question fondamentale que pose cette controverse est celle de la concurrence que s’opposent sur le marché deux composés dont la qualité et la valeur sont construites et attribuées au regard de critères variables et selon des temporalités différentes : le savoir technique d’une part, qui fixe la nature chimique, l’utilité et le prix des produits, et le savoir médical d’autre part, qui attribue à chacun une qualité de nocuité/innocuité au regard de la santé humaine, entrent eux-mêmes en concurrence pour conférer des attributs respectifs aux deux produits. Ainsi, aux motifs strictement industriels et commerciaux se surimpose l’enjeu sanitaire, et le système normatif qui en découle fait irruption dans les règles de fonctionnement du marché en venant brouiller l’équilibre fluctuant de ses lois dans le processus de construction de la qualité des produits. Il est clair, si l’on suit les historiens qui ont travaillé sur l’édification des normes de qualité, que le « choix » des consommateurs – la fameuse routine – n’entre en rien dans la définition de celle-ci61. Ainsi, la résistance du blanc de plomb sur le marché tient moins à ses vertus intrinsèques pourtant brandies comme indépassables par ses avocats (facilité d’application, opacité, siccativité, résistance aux intempéries, etc.) qu’à la qualité qui lui est attribuée par un ensemble d’informations mêlant antériorité historique, réputation séculaire, implantation nationale de l’industrie et « tradition » de pratique professionnelle, soutenues par un déploiement inédit de diffusion publique. Au contraire, dans les séquences chronologiques qui voient ponctuellement prévaloir l’argument sanitaire au cœur de l’action publique (1849-1852, 1900-1926), tous les mérites attribués au produit disparaissent au profit de l’unique qualité d’innocuité attribuée par un agent extérieur qui vient en quelque sorte annihiler le conflit économique en assénant la supériorité de la vie humaine sur le fonctionnement du marché. Justin Godart ne dit pas autre chose lorsqu’il proclame, à la tribune de la troisième conférence internationale du travail, en 1921 :

  • 62 22e séance de la conférence internationale du travail, Genève, 17 novembre 1921. Nous soulignons.

« En face de tous ces intérêts privés qui se défendent […], nous devons considérer un intérêt plus élevé, l’intérêt humain. Je pense qu’en protégeant la vie humaine […], nous servons plus utilement l’économie générale et la richesse universelle qu’en laissant employer la céruse, même s’il est établi qu’elle assure aux matériaux qu’elle recouvre une plus longue conservation, même si son prix de revient est inférieur62. »

31Santé publique et « libre concurrence » constituent, dans cette configuration, deux pendants inconciliables de la croissance économique, que l’élaboration d’un système normatif transnational cherche malgré tout à faire coïncider… au bénéfice de la première.

  • 63 Gilbert C., Henry E., « La définition des problèmes publics : entre publicité et discrétion », Rev (...)

32L’histoire de la longue controverse entre blanc de plomb et blanc de zinc dans l’usage de la peinture en bâtiment est particulièrement éclairante, en ce qu’elle illustre la puissante imbrication des déterminants économiques, sociaux, techniques et politiques de la question du risque industriel aux XIXe et XXe siècles. Relue à travers les apports récents de l’histoire et de la sociologie des sciences, et en particulier des travaux qui portent sur la prise en compte des risques sanitaires dans la gestion politique des sociétés contemporaines, elle acquiert une dimension emblématique. Ainsi, éclairer l’histoire chaotique de cette rivalité exige de « ne pas réduire ce qui se joue dans les espaces discrets aux simples coulisses du théâtre de l’espace public63 ». Objet de recherche scientifique – chimique et médicale –, de débats techniques, de rivalités économiques et de joutes politiques, la céruse apparaît ainsi comme un observatoire privilégié pour observer la révélation et le confinement des discours sur le risque industriel et, partant, le processus historique de fabrication d’un poison industriel.

Notes

1 Je remercie les collègues dont la lecture attentive a permis la mise au point définitive de ce texte et tout particulièrement Arnaud Péters, de l’université de Liège, pour ses conseils précieux et son fil d’Ariane dans le dédale des fonds colossaux de la Société des Mines et fonderies de la Vieille-Montagne (Archives de l’État à Liège, Belgique).

2 Jusqu’au début du XIXe siècle, on distingue « blanc de plomb » et « céruse », le premier étant un carbonate de plomb pur, le second, moins coûteux, un mélange de carbonate de plomb et de craie. Cette distinction terminologique tend cependant à s’estomper et elle semble avoir complètement disparu au milieu du XIXe siècle.

3 C’est ainsi que les ont surnommés les historiens américains Naomi Oreskes et Erik M. Conway dans leur ouvrage Les Marchands de doute, ou comment une poignée de scientifiques ont masqué la vérité sur des enjeux de société tels que le tabagisme et le réchauffement climatique, Paris, Le Pommier, 2012 (éd. orig. Londres/New York, Bloomsbury Press, 2010).

4 Henry E., Amiante, un scandale improbable. Sociologie d’un problème public, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007 ; Devinck J.-C., Rosental P.-A., « “Une maladie sociale avec des aspects médicaux” : la difficile reconnaissance de la silicose comme maladie professionnelle dans la France du premier XXe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 56-1, 2009, p. 99-126 ; Proctor R., Golden Holocaust : La conspiration des industriels du tabac, Paris, Équateurs, 2014 (éd. orig. University of California Press, 2012).

5 La réflexion sur les modes de gouvernement des substances toxiques menée par les historiennes des sciences Soraya Boudia et Nathalie Jas est à ce propos particulièrement stimulante. Boudia S., Jas N. (dir.), Toxicants, Health and Regulation since 1945, Londres, Pickering and Chatto, 2013 ; id. (dir.), Powerless Science ? Science and Politics in a Toxic World, New York, Berghahn Books, 2014 ; Jas N., « Gouverner les substances chimiques dangereuses dans les espaces internationaux », in Pestre D., Le gouvernement des technosciences. Gouverner le progrès et ses dégâts depuis 1945, Paris, La Découverte, 2014, p. 31-63.

6 Sur l’industrialisation de la céruse en Hollande, voir Homburg E., De Vlieger J. H., « A victory of practice over science: the unsuccessful modernization of the Dutch white lead industry (1780-1865) », History and Technology, vol. 13, 1996, p. 33-52.

7 Sur le développement de l’industrie belge de la céruse, en particulier à Gand, voir Briavoinne N., De l’industrie en Belgique. Causes de décadence et de prospérité, t. 2, Bruxelles, Société typographique belge, 1839, p. 488.

8 Sur les usages anciens, en particulier cosmétiques et pharmaceutiques, de la céruse, voir Lanoé C., La Poudre et le fard. Une histoire des cosmétiques de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon, 2008.

9 Furetière A., Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes, I, article « Céruse », Rotterdam/La Haye, A. et R. Leers, 1690.

10 Sur l’hygiène industrielle et ses acteurs, Moriceau C., Les Douleurs de l’industrie. L’hygiénisme industriel en France, 1860-1914, Paris, EHESS, 2009.

11 Ramazzini B., Des maladies des artisans, Paris, Alexitère, 1990 (éd. orig. Padoue, 1700, trad. française par Fourcroy, 1777), p. 61-65.

12 Rapport de M. Fourcroy, Berthollet et Vauquelin à l’Institut de France (1808), cité dans JouffroydAbbans A., Dictionnaire des inventions et découvertes anciennes et modernes dans les sciences, les arts et l’industrie, t. 2, Paris, Migne, 1860, p. 1406. Nous soulignons.

13 Sur la doctrine et la pratique industrialistes du Consulat et de l’Empire, voir Le Roux Th., Le Laboratoire des pollutions industrielles, Paris, Albin Michel, 2011 ; sur l’encouragement à l’émergence d’une industrie française de la céruse sous l’Empire, voir Emptoz G., « Un procédé de fabrication de la céruse issu de la “chimie moderne” au début du XIXe siècle », in Lestel L., Lefort A.-C., Guillerme A. (dir.), La Céruse : usages et effets, Xe -XXe siècle, Documents pour l’histoire des techniques, Paris, Centre d’histoire des techniques, 2003, p. 49-60.

14 L’anecdote est racontée dans Leclaire J., Recherches concernant l’influence que peut avoir l’essence de térébenthine sur la santé des ouvriers peintres en bâtiments et des personnes qui habitent un appartement nouvellement peint, Paris, Impr. Veuve Bouchard-Huzard, 1861, p. 12.

15 Péters A., La Vieille-Montagne et l’industrialisation du zinc : une course débridée à l’innovation, Liège, Province de Liège, 2016 (à paraître). Je remercie l’auteur de m’avoir donné accès au manuscrit avant publication.

16 Richelot G., De la substitution du blanc de zinc au blanc de plomb dans l’industrie et les arts, Paris, Typographie Félix Malteste et Cie, 1852, p. 27.

17 Robert C.-F., Biographie d’un homme utile. Leclaire, peintre en bâtiments. Conférence faite au palais du Trocadéro, à la suite d’un discours de M. Édouard Laboulaye sur l’histoire du travail, le 1er septembre 1878, devant l’Assemblée générale des sociétés du travail fondées pour faciliter le placement des ouvriers et employés, Paris, Sandoz et Fischbacher, 1879, p. 39.

18 Chevallier A., Rapport fait à la Société d’encouragement pour l’industrie nationale par M. A. Chevallier au nom du Comité des arts chimiques, sur la substitution du blanc de zinc au blanc de plomb et que couleurs à base de plomb et de cuivre, par Leclaire, janvier 1849.

19 Leclaire J.-E., Causeries d’un maire avec ses administrés [du 21 septembre 1867 au 30 mai 1868], cité dans Robert C.-F., Biographie d’un homme utile. Leclaire, peintre en bâtiments, op. cit., p. 41.

20 « Sa fabrication n’entraîne aucun de ces dangers qu’on observe dans les fabriques de céruse et les phénomènes morbides qu’elle peut faire naître sont d’un ordre tout différent, éphémères et sans aucune gravité, incapables de causer la mort », Bouchut E., « Mémoire sur l’hygiène et l’industrie de la peinture au blanc de zinc », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, t. XLVII, 1852, p. 54.

21 Sur l’instrumentalisation de la cause cérusière par la CGT, voir Rainhorn J., « Le mouvement ouvrier contre la peinture au plomb : stratégie syndicale, expérience locale et transgression du discours dominant au début du XXe siècle », Politix, vol. 23, no 91, 2010, p. 9-26.

22 Ces archives, contenant plus de 80 millions de pages, ont été prises en charge par la Legacy Tobacco Documents Library qui continue d’être alimentée et est gérée, depuis 2002, par la bibliothèque de l’université de Californie à San Francisco [ http://legacy.library.ucsf.edu]. Proctor R., Golden Holocaust, op. cit.

23 L’ouvrage manifeste en est Proctor R., Schiebinger L., Agnotology. The Making and Unmaking of Ignorance, Stanford, Stanford University Press, 2008. Ayant franchi l’océan depuis quelques années seulement, le concept et la démarche sont réinvestis par certains chercheurs européens en sciences sociales. Les colloques internationaux de Bielefeld (« Agnotology : ways of producing, preserving and dealing with ignorance », mai-juin 2011) et de Paris (« Le doute, l’ignorance, la science : nouvelles perspectives sur la connaissance », décembre 2013) ont constitué de passionnants espaces de discussion de ces travaux. Pour un point sur l’usage de l’agnotologie dans les sciences sociales en Europe depuis quelques années, voir Fauteurs de doute, numéro spécial de la revue Critique (no 799, décembre 2013), et en particulier l’article introductif de Mathias Girel.

24 Proctor R., Cancer wars : how politics shapes what we know and don’t know about cancer, New York, Basic Books, 1995, p. 8.

25 Allusion au roman de cape et d’épée Le Bossu (1857) de Paul Féval, qui fut en effet adapté au théâtre à de très nombreuses reprises jusqu’à la Grande Guerre. Le mot d’esprit est de Charles Expert-Bezançon, sénateur et industriel de la céruse, à l’occasion de sa déposition devant la commission parlementaire chargée d’examiner le projet de loi sur l’interdiction de la céruse, dirigée par le député socialiste Jules-Louis Breton. Voir Rapport supplémentaire fait au nom de la commission chargée d’examiner le projet de loi sur l’emploi des composés du plomb dans les travaux de la peinture en bâtiments, par M. Jules-Louis Breton. Annexe au procès verbal de la séance du 28 mai 1903, Chambre des députés, annexe XI, p. 247.

26 Archives du Bureau international du travail (Genève), HY 500/1/0/22.

27 Voir en particulier les contributions d’Emmanuel Henry, Soraya Boudia et Christine Dourlens dans Gilbert C., Henry E. (dir.), Comment se construisent les problèmes de santé publique ?, Paris, La Découverte, 2009 ; Lascoumes P., Le Galès P., Sociologie de l’action publique. De l’action collective aux politiques publiques, Paris, Armand Colin, 2006.

28 Henry E., « Rapports de force et espace de circulation des discours. Les logiques des redéfinitions du problème de l’amiante », in Gilbert C., Henry E. (dir.), Comment se construisent les problèmes de santé publique ?, op. cit., p. 155

29 Le Roux Th., « L’effacement du corps de l’ouvrier. La santé au travail lors de la première industrialisation de Paris », Le Mouvement social, no 234, 2011/1, p. 103-119.

30 Cette collusion des milieux industrialistes et politiques a été finement mise au jour par Thomas Le Roux, dans Le laboratoire des pollutions industrielles, op. cit.

31 Ce traité est signé le 13 mai 1852 par tous les cérusiers excepté les frères Bezançon de Paris : Copie d’un traité entre les fabricants de blanc de céruse du Nord et les sociétés du blanc de zinc de la vieille Montagne, Paris, Impr. P. Dupont, s. d. [1852].

32 Judicieuse hypothèse évoquée par Arnaud Péters : Péters A., La Vieille-Montagne et l’industrialisation du zinc, op. cit.

33 Ainsi, le cérusier Henri Faure (dont le grand-père est le pionnier de cette industrie à Lille dès 1819) a épousé la fille de Porphyre Delcourt, négociant en batiste de Valenciennes. Son fils Henri-Charles épouse la fille du négociant textile lillois Rouzé, sa fille Louise le cérusier Charles Lecroart et sa fille Claire le filateur roubaisien François Lefebvre ; Marie, née de cette dernière union, épousera en 1937 Jacques Bériot, héritier de l’une des grandes fabriques lilloises… de céruse. Les deux secteurs industriels sont, on le voit, intimement entrelacés.

34 Archives nationales, base Léonore, Dossier d’attribution de la Légion d’honneur à Charles Expert-Bezançon. Jolly J., Dictionnaire des parlementaires français, Paris, Presses universitaires de France, 1960 ; Garrigues J., « Argent, industrie et politique sous la Troisième République : autour du Comité Mascuraud », in Barjot D., Dard O., Garrigues J. et al. (dir.), Industrie et politique en Europe occidentale et aux États-Unis, XIXe et XXe siècles, Paris, Presses universitaires Paris-Sorbonne, 2006, p. 139-144.

35 Voir Lestel L., « Producteurs et production de céruse en France au XIXe siècle », in Lestel L., Lefort A.-C., Guillerme A. (dir.), La Céruse : usages et effets, op. cit., p. 63-81.

36 Fleury P., Blanc de zinc et blanc de céruse, historique complet de la question, réfutation du rapport de la commission législative, critique raisonnée du projet de loi voté à la Chambre des députés le 30 juin 1903, Coulommiers, Imprimerie Brodard, 1905, p. 74.

37 À l’image du titre de l’ouvrage récent : Michaels D., Doubt is their product : how industry’s assault on science threatens your health, Oxford, Oxford University Press, 2008.

38 Des sommets en la matière sont atteints dans Dubreuil M., Blanc de zinc contre blanc de céruse. Trente ans de céruse, ou l’avis d’un pinceau, Paris, L’alliance latine, 1905.

39 Voir à ce propos les conflits entre l’école française de la Charité et l’école espagnole de Madrid, qui divergent sur l’étiologie des différentes coliques observées dans différents espaces de vie et de travail en Europe (marins, buveurs de cidre, peintres, etc.).

40 Sur ce « moment », voir Topalov Ch. (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France (1880-1914), Paris, EHESS, 1999 ; Blais M.-C., La Solidarité : Histoire d’une idée, Paris, Gallimard, 2007.

41 Dubreuil M., Blanc de zinc contre blanc de céruse, op. cit., p. 31.

42 Archives départementales du Nord, M 596/42, « Syndicat des cérusiers ».

43 Voir Rainhorn J., « Le mouvement ouvrier contre la peinture au plomb… », art. cit.

44 L’historienne canadienne Michelle Murphy a donné à ce type de configurations favorables à la mise au jour du débat public sur une question sanitaire le nom de « régimes de perceptibilité » : voir Murphy M., Sick building syndrome and the problem of uncertainty : environmental politics, technoscience, and women workers, Durham, Duke University Press, 2006.

45 Interdiction de l’emploi de la céruse dans la peinture. Question III (b) à l’ordre du jour de la troisième Session de la conférence internationale du travail, Genève, avril 1921, Genève, Bureau international du travail, 1920, p. 8. Nous soulignons.

46 Intervention du directeur de l’Organisation internationale du travail publiée dans le recueil : Manifestation contre la céruse, organisée par la Ligue des Sociétés de la Croix-Rouge, le 3 mars 1923 dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, Paris, 1923, p. 29.

47 Breton J.-L., Rapport supplémentaire fait au nom de la commission chargée d’examiner le projet de loi sur l’emploi des composés du plomb dans les travaux de la peinture en bâtiments. Annexe au procès verbal de la séance du 28 mai 1903, Chambre des députés, annexe XI, p. 245.

48 Foucault M., Naissance de la biopolitique, Paris, Gallimard/Le Seuil, 2004, p. 32.

49 Voir Postel N., « Marché et autonomie des acteurs : histoire d’une illusion », L’Économie politique, no 37, 2008/1, p. 23-37.

50 Nègre V., « La peinture à la céruse et l’embellissement des villes du Midi aux XVIIIe et XIXe siècles », in Lestel L., Lefort A.-C., Guillerme A. (dir.), La Céruse : usages et effets, op. cit., p. 39-47.

51 Archives de l’État, Liège (Belgique), Fonds Vielle-Montagne, Rapport annuels du Conseil d’administration et des Commissaires à l’assemblée générale des actionnaires.

52 Outre le duc de Morny, déjà cité, on y retrouve la famille Mosselman, fondatrice de l’entreprise et quelques grandes figures parisiennes de la banque et de la finance, tels Adolphe d’Eichtal ou Gustave Delahante.

53 Le secteur de la métallurgie du zinc (et non celui de la fabrication du blanc de zinc) est mis en cause pour les nuisances qu’il provoque sur les espaces naturels et le voisinage. Péters A., « L’affaire de Saint-Léonard et l’abandon du berceau liégeois de l’industrie du zinc (1809-1880) », in Le Roux Th., Letté M. (dir.), Débordements industriels. Environnement, territoire et conflit, XVIIIe -XXIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 77-98 (citation p. 77).

54 Finance I., Peintures au blanc de zinc. Rapport présenté par M. Finance à la Commission des logements insalubres de la Ville de Paris, Paris, Imprimerie Chaix, 1895, p. 6.

55 Cette rhétorique opposant céruse française et blanc de zinc étranger (tour à tour belge, allemand ou américain) est particulièrement pérenne jusqu’au début du XXe siècle.

56 Voir notamment par exemple Bouchut E., « Mémoire sur l’hygiène et l’industrie de la peinture au blanc de zinc », art. cit., p. 11 ; Leclaire J.-E., Recueil de notes sur les abus introduits dans la peinture en bâtiments, ainsi que dans la dorure, la teinture ou la vitrerie, avec les moyens de les prévenir et de les faire cesser, Paris, Bouchard-Huzard, 1841 ; id., Dialogues sur la concurrence sans limites dans la peinture en bâtiments, ainsi que dans la dorure, la tenture et la vitrerie, Paris, Veuve Bouchard-Huzard, 1842.

57 En effet, contrairement à la céruse, la finesse pulvérulente du blanc de zinc ne permet pas de camoufler le mélange du pigment avec des produits bon marché et de piètre qualité (craie, farine, baryte, kaolin, etc.) qui altèrent visiblement le résultat final de la peinture. Jusqu’au début du XXe siècle, les peintres fabriquent eux-mêmes leurs peintures sur le chantier ou à l’atelier, en mélangeant manuellement pigment, huile et siccatifs divers. La fabrication industrialisée de la peinture décolle véritablement dans l’entre-deux-guerres pour se généraliser dans les années 1950.

58 Richelot G., De la substitution du blanc de zinc au blanc de plomb, op. cit., 1852, p. 4.

59 Ibid., p. 13.

60 Ibid., p. 5. Italique dans le texte.

61 Sur cette question, voir en particulier Stanziani A., « La définition de la qualité des produits dans une économie de marché », L’Économie politique, no 37, 2008/1, p. 95-112 ; ainsi que le lumineux article de François Jarrige, « Le travail de la routine : autour d’une controverse sociotechnique dans la boulangerie française du XIXe siècle », Annales HSS, mai-juin 2010, no 3, p. 645-677.

62 22e séance de la conférence internationale du travail, Genève, 17 novembre 1921. Nous soulignons.

63 Gilbert C., Henry E., « La définition des problèmes publics : entre publicité et discrétion », Revue française de sociologie, vol. 53, 2012/1, p. 55.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Lithographie offerte à Jean Leclaire par ses ouvriers reconnaissants pour la substitution du blanc de zinc à la céruse, 1851 (lithographie reproduite dans Abel Craissac, Conférence sur l’empoisonnement des ouvriers peintres par le blanc de céruse, donnée à la Salle du Cirque de Saint-Quentin [Aisne] le 19 août 1905, Puteaux, La Cootypographie, 1905, p. 99).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47400/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 2. – Réclame pour la peinture au zinc Trimétal dans le journal professionnel Le Moniteur de la peinture (édition belge, Bruxelles), no 202, 30 mars 1928.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47400/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540