Version classiqueVersion mobile

Les affrontements

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Frédérique Pitou

Première partie. Des conflits essentiels

Aviation et politique. De l’arme de propagande (1910) à l’affrontement violent sur fonds de loisirs aériens (1936-1938)

Thierry Le Roy

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La première grande fête d’aviation a été organisée à Reims en août 1909, par les maisons de Champagne soucieuses de se faire de la publicité. Le phénomène n’était pas totalement nouveau, puisque dès le début du xixe siècle, des commerçants et industriels avaient organisé des démonstrations d’aérostation dans la plupart des villes françaises. Mais, avec l’aviation, les rassemblements ont atteint des niveaux jamais vus jusque-là : on a parlé de 500 000 personnes à Reims en une semaine.

Des hommes politiques ont alors saisi l’importance que ce type de manifestations pouvait prendre à la veille d’élections. Le but n’était encore qu’électoral, mais en quelques années, l’aviation elle-même, parce qu’elle retenait vraiment l’attention des Français, en particulier celle de la jeunesse, est devenue une arme de propagande et un terrain d’affrontement.

La Première Guerre mondiale donna un lustre particulier aux aviateurs et à l’aviation en général. Au croisement du sport, de l’arme de guerre et ...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search