Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les affrontements

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Frédérique Pitou

Première partie. Des conflits essentiels

L’éviction d’un notable municipal dans une commune des Mauges (1830-1832) : sources, formes et enjeux d’un conflit politique rural

Anne Rolland-Boulestreau

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Lynn Hunt, « Relire l’histoire du politique », dans Jean-Clément Martin (dir.), La Révolution à l’ (...)

1En 2005, un colloque dirigé par Jean-Clément Martin consacrait une large part aux perspectives nouvelles dans l’histoire de la Révolution française. L’une des parties était consacrée au champ du politique. Lynn Hunt rappelait à cette occasion l’extension du domaine politique : « Depuis les années 1960 le domaine des actions politiques révolutionnaires s’est considérablement étendu, pour inclure […] aussi les gens ordinaires, les hommes et les femmes et la vie quotidienne1. » Elle faisait écho à l’introduction de Jean-Clément Martin : pas d’autonomie du politique enfermé dans la théorie, l’abstraction, mais succession d’expérimentations sociales.

  • 2 Jean-Claude Caron et Frédéric Chauvaud, Les campagnes dans les sociétés européennes, France, Allem (...)

2Une affaire qui a lieu dans les années 1830, lors du soulèvement de la duchesse de Berry, peut permettre de définir le champ de ces expérimentations, à la fois sociales et politiques, dans les Mauges, et plus particulièrement dans un village, Neuvy-en-Mauges, situé à une trentaine de kilomètres d’Angers. Elle met en scène des rivalités, quasiment occultées depuis la guerre de Vendée et qui, à l’occasion de l’arrivée de Louis-Philippe au pouvoir, trouvent une nouvelle jeunesse. Cette fois, les affrontements sont âpres entre les villageois et un notable qui tente de confisquer, à son profit, la politique locale. Comment les affrontements et rivalités, au sein d’un village maugeois permettent-ils de mesurer le degré d’intégration dans le cadre et les jeux politiques nationaux, durant le premier tiers du xixe siècle ? En somme, placé sous la focale de la micro-histoire, comment un conflit permet-il d’approcher la politisation des campagnes de l’Ouest, entendue comme la définit Jean-Claude Caron : « Un lent phénomène d’acculturation du monde rural et de ses cultures politiques à la culture politique dominante des élites urbaines2 ? »

3Dans un contexte national troublé, le conflit au village est l’occasion de réactiver un passé proche, dont on peut penser que les enjeux ont été a priori surmontés. En réalité, il n’en est rien et c’est finalement l’État qui apporte un début de solution à ces affrontements locaux.

Le conflit au village, dans un contexte national trouble, mais bien compris

L’enjeu de la municipalité en 1830

  • 3 Arch. dép. de Maine-et-Loire (désormais ADML), 5 Mi 636 : 2 août 1814.
  • 4 Archives privées de Neuvy, château du Lavouër, manuscrit n° I.

4Les événements de 1830 et l’exil de Charles X bouleversent totalement le personnel administratif local et donnent l’occasion à René Guitton de revenir sur le devant de la scène en redevenant maire de Neuvy, pour la seconde fois. Dans toutes les communes avoisinantes, les maires démissionnent. Pierre Raby, maire de Neuvy depuis 1826, présente sa démission en 1830, refusant de prêter serment au nouveau régime. Pierre Raby représentait la stabilité municipale pour les habitants de Neuvy : il avait été adjoint au maire en 18143. Son père lui-même apparaissait déjà dans la municipalité de Neuvy, comme conseiller municipal en 1790 et sur la liste des notables en 1801. Le père et le fils se sont engagés dans la guerre de Vendée, l’un comme combattant vendéen, l’autre, âgé de 15 ans, comme « valet de chambre4 » de l’abbé Bernier. De 1790 à 1830, quasiment sans discontinuité, les Raby font partie de ces petits notables villageois. La révolution de 1830 conduit Pierre Raby à se démettre de sa charge. Nul doute pourtant qu’il apparaissait comme un notable légitime, par son histoire familiale, par son engagement personnel aux côtés des Vendéens, malgré son jeune âge et par sa connaissance de la municipalité, comme adjoint d’abord, puis maire, depuis une quinzaine d’années.

  • 5 Maurice Agulhon et al., Les maires en France du Consulat à nos jours, Paris, Publications de la So (...)
  • 6 ADML, 2 M 136 : 25 janvier 1831.

5René Guitton dispose d’une expérience plus réduite, de deux années seulement, entre 1797 et 1799. À peine installé en 1830, René Guitton a, semble-t-il, du mal à constituer une équipe complète, tout comme en 1831, malgré la réforme municipale qui prévoit l’élection des conseillers municipaux par un corps censitaire et la nomination du maire par le préfet, choisi parmi ces élus5. En janvier 1831, il se plaint de l’attitude même du sous-préfet qui tarde à nommer officiellement son adjoint6. Malgré ces débuts difficiles, René Guitton se place résolument comme un partisan sans équivoque du régime de Louis-Philippe. Contacté par les autorités départementales pour surveiller sa commune, René Guitton dénonce ses concitoyens ; si nécessaire, il appelle la troupe. Le sous-préfet lui-même s’adresse plusieurs fois au maire de Neuvy à propos de suspects de chouannerie. Rappelons que le Lavouër, château de toutes les conspirations en 1830, se situe à moins de deux kilomètres du centre du village.

  • 7 Archives privées, château du Lavouër, manuscrit, p. 64 et archives paroissiales de Neuvy, manuscri (...)

6À la fin de l’année 1831, une dénonciation met le feu aux poudres : un habitant de Neuvy (qui reste anonyme), ayant découvert que des jeunes hostiles au service se réfugient dans une ancienne cache de Vendéens près de la métairie de la Poitralière, les dénonce en informant le maire, René Guitton, qui alarme alors les gendarmes de Chemillé. Ceux-ci, pour mieux surprendre les clandestins, obligent le garde-champêtre de Saint-Lézin à les conduire rapidement à la Poitralière. Le garde-champêtre, en les entraînant tout d’abord dans une autre métairie, fait gagner du temps aux recherchés qui finissent par s’éclipser. Or le métayer de la Poitralière, Blanvillain, est jugé responsable et arrêté, pour être finalement acquitté7. Mais les habitants sont sous la double émotion de voir des troupes sillonner leur territoire à l’appel de leur maire et celui-ci prêt à livrer un de ses concitoyens.

  • 8 ADML, 1 M 9/11 : 13 décembre 1831.

7Autre affaire, en décembre 1831, Louis Raimbault est suspecté par le sous-préfet de protéger des chouans, voire de faire partie de leurs rangs. Celui-ci demande donc l’avis de René Guitton, d’autant que l’État verse à ce suspect une pension d’ancien Vendéen, depuis la Restauration. En moins d’une semaine, René Guitton lui répond, en commençant sa lettre par « Monsieur mon sous-Préfet et ami », et dénonce Louis Raimbault sur de simples présomptions : « Il a un de cest neveu qui est réfractaire et jai vu ledit raimbeaux louis très souvent apsent le soir, mais je pensais en moy meme quil avet conférence avec les chouant8. »

Les mots : les chouans, les carlistes et les autres

8Avant même sa nomination, René Guitton se place résolument comme le seul candidat possible à la mairie, en 1830, quitte à dénigrer ses concitoyens auprès de Hyacinthe Barthélémy, préfet du Maine-et-Loire. La lettre qu’il lui adresse, citée dans les Annales de Neuvy, écrites à la fi n du xixe siècle, est de la tonalité suivante :

  • 9 Archives privées, château du Lavouër, manuscrit rédigé par le curé de Neuvy, Florent, sans doute v (...)

Mon Préfet, je suis de Neuvy. Il n’y a chez moi que des gueux de chouans, vous ne trouverez pas un seul citoyen capable d’être maire, ces b… là m’en veulent par ce que je tiens au nouveau gouvernement si c’était un effet de votre bonté de me nommer Maire, je les cougerais9.

  • 10 Jean-Claude Caron et Frédéric Chauvaud, op. cit. En particulier l’article de L. Le Gall, « Des pro (...)

9Cette lettre n’a peut-être pas été écrite en ces termes mais si tel est le cas, René Guitton, une fois choisi, commencera sa fonction de maire sous un curieux programme, marqué par le mépris pour les habitants de Neuvy. Outre les termes vulgaires, outranciers que René Guitton utilise pour qualifier ses concitoyens et le style direct qu’il emploie pour s’adresser à l’un des représentants départementaux les plus importants, il montre au préfet l’image d’une population rurale facile à berner et à soumettre. Cette représentation politique des campagnes est, dans le premier tiers du xixe siècle, assez courante chez les élites politiques urbaines10. Nul doute qu’en choisissant Guitton comme maire, après la démission du précédent, le préfet pense en avoir terminé avec la crise. En réalité, il la provoque.

  • 11 ADML, 1 M 6/31 : septembre 1830.

10Pour autant, cette façon de présenter le climat politique malsain des Mauges n’est pas propre au futur maire de Neuvy. Chanluineau, notable originaire de Maulévrier, est avocat à la cour royale d’Angers lorsqu’il apprend que son frère a refusé le poste de maire de cette commune maugeoise, en 1830, par peur des représailles. Aussitôt, Chanluineau écrit au préfet, à la fois pour justifier le refus de son frère, et pour lui proposer son analyse politique du contexte, en ces termes : « La population inférieure des bourgs, sans être foncièrement méchante, est très indisciplinée », sous-entendu dangereuse. Il propose plus loin, malgré ses fonctions écrasantes : « Toutefois, si Mr le Préfet avait besoin de quelques renseignements sur la province, j’aurais peut-être le bonheur d’y contribuer11. » Évidemment, ici le ton est plus feutré. Au final, les habitants des campagnes sont tout autant rabaissés par leur infantilisation politique. C’est le même intérêt qui motive ces lettres : se faire valoir auprès du préfet, représentant départemental de l’État par excellence.

  • 12 ADML, 2 M 136 : 1er septembre 1832.

11C’est sans doute deux à trois ans plus tard, dans un contexte qui a changé et où les camps se sont organisés, que le maire d’Ysernai et des habitants de la Tessouale posent les vrais enjeux des mots. En septembre 1832, le maire d’Ysernai, dans le sud des Mauges, se sent menacé et demande le soutien du sous-préfet de Beaupréau, « contre les cabales de la part de carlistes qui infectent » sa commune. Il est menacé dans son pouvoir par un rival qui ne « convient nullement à la place de maire, à cause de son esprit bizarre, chicaneur, et en même temps carliste ». Il conclut « je suis né libéral et j’y mourrais12 ». « Carlistes », « libéral », on le voit, les mots dessinent, au village, des camps précis, intégrés dans une politique dépassant ce simple cadre. L’échelon local a pris la mesure des enjeux plus vastes, départementaux, voire nationaux. Le maire, par le choix de ces mots, veut éclairer les rivalités au sein de son village, en faisant appel à une terminologie de partis politiques. À La Tessouale, en 1833, des habitants écrivent directement au préfet et exposent tout le dilemme politique qui a agité les Mauges lors des élections du 10 septembre de l’année précédente :

  • 13 ADML, 2 M 136 : 1833.

L’esprit public de la dite commune se trouve divisé en deux partis : l’un est celui du gouvernement constitutionnel de 1830, lequel est attaché à la dynastie du roi des Français auquel nous devons la paix, la prospérité, la liberté raisonnable et le progrès désirable ; L’autre s’inspire des idées de l’ancien régime, il professe un amour passionné pour la branche aînée des bourbons, un désir et un espoir sans bornes du retour de cette famille sur le trône, après le renversement de celui de juillet… Ces deux partis se choquent et luttent entre eux plus ou moins violemment13.

12L’intérêt de ces pétitionnaires est immédiat : alerter le préfet sur le meilleur candidat, c’est-à-dire le leur, au poste de maire. En même temps, la lettre montre à quel point les ruraux sont capables d’analyser la situation politique, du local au national ; capables aussi de replacer dans un contexte plus ou moins long, l’arrivée au pouvoir de Louis-Philippe, l’Ancien Régime et les Bourbons, les termes du débat qui agite leur commune.

13Il s’agit de mots employés par les soutiens du régime de Louis-Philippe. Les opposants n’ont évidemment pas cette opportunité de présenter leurs services au préfet de Maine-et-Loire. Cependant, ils ne restent ni silencieux, ni passifs.

Les symboles, comme moyens de reconnaissance

14Les communes des Mauges sont effectivement témoins en ces années 1830-1835 de manifestations d’opposition au régime de Louis-Philippe. Les rapports entre le préfet de Maine-et-Loire, le sous-préfet de Beaupréau et les maires en témoignent.

  • 14 ADML, 1 M 6/31 : 22 décembre 1830.

15Le maire de Chalonnes dénonce des « jeunes gens de Neuvy » sur le point de prendre le bateau pour se rendre à Angers, lieu de conscription, et criant « Vive Charles X, à bas le drapeau tricolore14 » en décembre 1830. Le drapeau tricolore est associé à Louis-Philippe ; Charles X au roi légitime. Cette association des cris et des symboles est évidente dans les Mauges dès 1830 et pallie l’impossible parole pour les « carlistes ». Elle sera une constante pendant toute une décennie. Guitton, le maire de Neuvy, ne s’y trompe d’ailleurs pas. Au début de l’année 1831, il écrit au sous-préfet de Beaupréau :

  • 15 ADML, 2 M 136 : 25 janvier 1831.

Donner donc vos aurdres que le drappeau tricolore soit mis a st lezin et a la chappel rousselin et a st lorangt de la plaine ou cent quoy je vais decendre le mien sa me fette de la peine de vous ecrire de la sorte mais je mest raisons car certennement jestimme bien mon drappeau mais suiver donc mon avy15.

  • 16 ADML, 1 M 6/32 : 3 septembre 1836.
  • 17 ADML, 1 M 6/32 : 23 juillet 1840.

16Sa lettre montre aux autorités la lutte sourde et insidieuse dont les communes rurales sont le théâtre. La force coercitive des communes aux alentours de celle de Neuvy peut conduire le maire Guitton, isolé, à renoncer au drapeau « estimé ». Sa position en serait d’autant plus fragilisée. Voilà la menace à peine voilée qu’il évoque auprès du sous-préfet. La lutte continue en 1836, encore en 1840 ; partout dans les Mauges, les mêmes cris séditieux relevés par le lieutenant commandant la gendarmerie de Maine-et-Loire : « Vive Henry V ! Louis-Philippe est une canaille. Merde pour le drapeau tricolore16. » Le préfet de Maine-et-Loire en rend régulièrement compte au ministre de l’Intérieur17.

  • 18 Jean-Claude Caron et Frédéric Chauvaud, op. cit., p. 108 et suiv.

17Ces cris qui retentissent dans les campagnes ont de quoi inquiéter le préfet et le ministre de l’Intérieur. Ils les renseignent sur une opinion publique divisée. Ils leur prouvent, si besoin est, que le soulèvement de la duchesse de Berry en 1832 a des racines profondes et anciennes et prolonge la crise au-delà de cette seule année. Les conflits, sans doute endémiques depuis la guerre de Vendée, sont « alignés sur de nouveaux clivages18 » et du coup actualisés par les conséquences du changement de régime. Ces cris démontrent enfin la politisation des campagnes intégrées dans un vaste ensemble politique, où le ralliement à Henri V est devenu une référence commune aux réfractaires du service militaire, transcendant sous ce seul nom, la résistance à Louis-Philippe. Les jeunes gens ont conscience d’avoir fait un choix, radical par les dangers qu’il implique, le choix de refuser un régime et le souhait de lui en substituer un autre, légitimé à leurs yeux par son lien direct avec la Contre-Révolution. D’où le rejet du drapeau tricolore, rappel de la Révolution.

La réactivation du passé

Une ambition personnelle contrariée, 1797-1799

  • 19 Anne Rolland-Boulestreau, Les notables des Mauges, Communautés rurales et Révolution (1750-1830), (...)

18René Guitton a tout d’un notable rural des Mauges : une histoire personnelle au diapason de celle de la région, une reconnaissance de sa famille au sein des assemblées villageoises, une capacité à mener les affaires collectives qui conduit l’État à le nommer comme adjoint19.

  • 20 ADML, 5 E Thubert (archives notariées non classées) : 31 juillet 1777.
  • 21 ADML, 8 L l 6 : 30 nivôse et 1er pluviôse an II (18 et 19 janvier 1794).
  • 22 Archives privées, château du Lavouër, Neuvy, manuscrit, p. 46.

19La famille Guitton de Neuvy fait partie de celles qui comptent à la veille de la Révolution. René Guitton père est un personnage de référence. Un « sieur20 », « marchand-serger » et « notable », il appartient à cette sanior pars de Neuvy, animatrice en partie de la vie quotidienne. René Guitton est un homme du pays largement éprouvé par les guerres de Vendée. Son père et lui-même furent arrêtés et conduits devant la commission militaire en janvier 179421. Son père est fusillé au Champ des Martyrs, à la périphérie d’Angers. Quant à lui, il a réussi à échapper à ce sorttragique : « Également destiné à la fusillade, [il] parvint à s’échapper22. » L’engagement des Guitton aux côtés des Vendéens est donc comparable à celui de bien d’autres familles maugeoises de cette époque.

  • 23 ADML, 1 L 250 : 14 vendémiaire an VI (5 octobre 1797).

20De l’an IV à l’an V, il fait partie de la municipalité de Neuvy, comme adjoint aux côtés de l’agent Jean-René Cesbron, lui aussi ancien Vendéen, ancien capitaine de paroisse. Puis, pendant deux ans, de 1797 à 1799, il remplit la fonction d’agent de Neuvy, en remplacement de Jean-René Cesbron, destitué après le rapport défavorable du juge de paix, Ardré23. Mais René Guitton est très impopulaire au sein de son village à en croire la demande de port d’armes qu’il soumet à Ardré, juge de paix de la Poitevinière :

  • 24 ADML, 1 L 250 : Lettre d’Ardré, 18 prairial an VI (6 juin 1798).

Il mat observé quil avoit des craintes depuis quil est lagent de cette commune qu’il avoit été menassé par des malveillant ; en conséquence il sadresse a vous pour obtenir un port darme quil n’est pas dans le cas den faire un mauvais usage [sic]24.

  • 25 ADML, 1 L 250 : 11 germinal an VII (31 mars 1799).

21Le climat politique est certes tendu durant ces quelques années, mais René Guitton est le seul nouvel agent à demander de porter une arme pour se protéger personnellement, preuve que sa nomination ne va pas de soi dans le village. C’est pourtant un ancien Vendéen qui succède à un chef de l’armée catholique. René Guitton est un homme régulièrement menacé, soit par les habitants de sa commune, « des malveillants », soit par les restes des troupes vendéennes qui circulent encore dans le pays. Au début de l’année 1799, René Guitton ne doit son salut qu’à la rapidité d’esprit d’un de ses voisins, Guignard, menuisier au bourg25. Cette même année, un nouveau maire est nommé et René Guitton met fin à la première partie éphémère de sa carrière politique. Pendant trente ans, René Guitton est totalement absent des nouveaux conseils municipaux constitués. Il ne sollicite aucune pension en tant qu’ancien Vendéen, comme le permettent les différentes lois sous Louis XVIII et Charles X ; il ne joue pas le rôle de notable auprès d’anciens soldats constituant leur dossier et sollicitant le concours d’hommes influents pour appuyer leur requête, ce qui se fait habituellement au sein de chaque village.

Bandes et violences rurales

22Les opposants à Louis-Philippe se retrouvent autour d’une contestation commune : le refus du service militaire. Dès 1830, les réfractaires trouvent refuge dans les métairies, dans le nord-est des Mauges, autour de Neuvy. Ils s’organisent en troupes rivales de la gendarmerie ou de l’armée, sillonnant le pays et faisant peser leur pression sur les soutiens du régime de Louis-Philippe. Les campagnes sont de nouveau le théâtre d’actions plus ou moins violentes, menées par des « bandes » qui rappellent d’autres faits une trentaine d’années plus tôt. Le mot « bande » recouvre à la fois une réalité physique, suppose une action prochaine, et en même temps, reste imprécis, ce qui ajoute à l’inquiétude des autorités.

23Les premières échauffourées sérieuses pour René Guitton ont lieu après l’affaire de la Poitralière de décembre 1831. Une quinzaine de réfractaires venus de paroisses voisines décide de fusiller René Guitton, le « mouchard ». Sur l’insistance de femmes, ou de notables selon les témoins, craignant pour la paix civile, les réfractaires se contentent de « bousculer » René Guitton. On le voit ici, l’affaire de la Poitralière prend quasiment des formes de guerre civile : dans un premier temps, les gendarmes font une seule prise, le métayer Blanvillain, resté sur place, ils ont en partie failli à leur tâche ; dans un second temps, les réfractaires ne sont pas longs à réagir et à trouver, en la personne du maire, un bouc émissaire facile à éliminer ; dans un troisième temps, des habitants de Neuvy se mobilisent, non pas pour défendre l’attitude de Guitton, mais pour éviter des représailles de la part des autorités départementales. Ce n’est que le prélude aux véritables actions armées de l’année 1832 répondant à l’appel de la duchesse de Berry.

  • 26 ADML, 1 M 6/36 : 4 juin 1832, lettre de Henry maire de Chalonnes au préfet.
  • 27 ADML, 1 M 6/36 : 5 juin 1832, lettre de Henry, maire de Chalonnes au préfet.
  • 28 ADML, 1 M 6/36 : 5 juin 1832, Guitton au sous-préfet de Beaupréau.
  • 29 ADML, 1 M 6/36 : 5 juin 1832, le maire de Saint Laurent de la Plaine, Gabory, au préfet.

24À partir de juin 1832, les maires de Chalonnes, Neuvy et Saint-Laurent adressent des rapports au préfet et au sous-préfet. Ceux de Chalonnes et Neuvy sont les plus alarmistes : des bandes de 500 chouans se sont constituées à Neuvy et doivent se réunir à deux autres bandes du même nombre26 ; le lendemain, le maire de Chalonnes revoit son chiffre à la baisse, 200, mais cette fois avec des prisonniers, 6 à 7 dont un sergent27. Le maire de Neuvy, Guitton, signale lui aussi des bandes dans sa commune et dans celle voisine de Sainte-Christine, au nombre de 5 à 60028. Le maire de Saint-Laurent-de-la-Plaine évoque « une réunion préparatoire de guerre civile29 » en pleine nuit, dans les limites de sa commune, de celles de Sainte-Christine et de Neuvy. « Elle devait être nombreuse […] d’environ 60 tant réfractaires qu’habitants. » Outre le nombre important d’hommes qui constituent ces troupes, le vocabulaire utilisé souligne la difficulté à identifier les opposants.

  • 30 ADML, 1 M 6/37 : 6 août 1834, lettre du sous-préfet au préfet.
  • 31 ADML, 1 M 6/6 : 19 nivôse an IX, lettre du secrétaire général du Préfet, Mamert-Coullion, au sous- (...)

25Une fois l’année 1832 passée et l’échec du soulèvement de la duchesse de Berry, les bandes continuent de sillonner le pays, en plus petit nombre, mais plus que jamais déterminées. En 1834, le sous-préfet de Beaupréau décrit ainsi leurs méthodes : les « chouans » pénètrent dans les maisons, menacent, donnent des coups de bâton sur les jambes et les bras des victimes, tentent de leur couper les oreilles et finissent par s’enfuir sans être inquiétés30. En 1799 déjà, et encore en 1811, dans ces mêmes communes, des bandes entretenaient un climat de guerre civile31. L’expression des oppositions au régime de Louis-Philippe prend les mêmes formes que sous Napoléon, actions illégales, criminelles, mais devenues légitimes par la forme politique qu’elles revêtent : le refus du service militaire et le soutien à la duchesse de Berry. Elles rendent l’ennemi bien présent, même s’il est difficile à identifier. Pour le préfet et le sous-préfet de Beaupréau, les bandes sont organisées, dangereuses et sapent l’autorité de l’État en effrayant ses fidèles.

26Nouveau balbutiement de l’Histoire, dans une région de Maine-et-Loire décidément difficile à pénétrer d’après les autorités départementales ? En réalité, l’existence de bandes prouve, une fois de plus, une hostilité homogène au régime de Louis-Philippe dépassant la seule question du service militaire, et une organisation relativement efficace, pour pouvoir identifier précisément les soutiens au régime et se jouer de l’autorité.

La régulation par l’État

Les règlements de compte au village ou le temps de l’exclusion

  • 32 Archives privées, château du Lavouër.

27René Guitton réussit en deux années à faire l’unanimité contre lui, par ses attitudes personnelle et politique. Lors de l’affaire de la Poitralière en 1831, René Guitton a réalisé une double trahison : non seulement il appelle la troupe contre l’un de ses concitoyens mais en plus, Blanvillain est son beau-père. Les habitants ont le sentiment que René Guitton ne respecte rien, pas même sa famille. Ils pourraient même relier cette arrestation à la mésaventure dont René Guitton fut la victime. Dans les « Annales de Neuvy », des témoins rapportent qu’à un repas de famille chez Blanvillain, René Guitton, sans doute bien éméché, eut son pantalon cloué sur le banc sur lequel il était assis. Au moment de se lever, il emporte le banc et déchire son pantalon, sous les rires des convives. « Enfin, il se débarrasse comme il put32. » Au-delà de l’anecdote, sûrement vexante pour René Guitton, fâché, il quitte la fête, c’est bien à un charivari auquel les convives ont assisté. La dénonciation de Blanvillain, en lien avec ce chahut familial, prouve que René Guitton a été conduit par la vengeance. Ses sentiments personnels l’ont emporté sur l’intérêt collectif. Ce ne sera pas la dernière fois. En décembre 1831, ses manœuvres contre Louis Raimbault relèvent du même comportement. René Guitton révèle, en fin de lettre au sous-préfet de Beaupréau, ses véritables motivations à dénoncer Louis Raimbault :

Quan les chouant sont venu me maltreter ou je me croyais mort, il nest pas venu a mon secours ; cest pourtant mon plus proche voiesin, car tout cest passé a sa porte […]. Sa luy a faché que je soie maire il mest a faite voir les marque a moy meme.

28Louis Raimbault cumule ainsi les handicaps. Il appartient à une famille suspecte, où deux générations successives se retrouvent dans l’opposition à Louis-Philippe. Il participe aux complots chouans, mal identifiés certes, se tenant la nuit dans les campagnes, du moins selon le maire. Il habite à deux pas de chez René Guitton qui le surveille particulièrement. Et surtout, il est le rival de Guitton. Cette rivalité, cette haine même, ont été visibles en 1799 lorsque la troupe de Renée Bordereau est venue maltraiter René Guitton. Mais il s’est tu pendant trente ans. En 1831, l’affaire ressort, enrichie par les frustrations et les humiliations que René Guitton a dû ravaler durant tout ce temps. René Guitton et Louis Raimbault ont donc un lourd contentieux à régler et, grâce à sa position de maire, René Guitton peut faire passer au premier plan ses querelles personnelles. À la clé, il s’agit de supprimer la pension de 50 francs que Louis Raimbault touche en tant qu’ancien soldat vendéen et de le faire arrêter pour complicité avec les chouans. Autrement dit, René Guitton se trouve davantage isolé au sein de sa commune.

  • 33 ADML, 2 M 136 : 2 août 1831.

29La commune de Neuvy compte d’autres notables qui vont se poser en rivaux. Après l’action des chouans, parfois violente, toujours menaçante, il y a les villageois, groupés en rang serré autour d’individus assez habiles et reconnus pour faire l’unanimité autour d’eux. Ainsi en est-il de d’Armaillé, un châtelain noble de la Morousière, qui va réussir à s’imposer auprès du sous-préfet de Beaupréau, sans pour autant aller à l’encontre des opposants à Louis-Philippe. Après avoir été membre de l’assemblée départementale entre 1801 et 1812, il est devenu président de l’assemblée cantonale jusqu’en 1830. Notable aux échelons supérieurs de la commune, il agit visiblement à partir d’août 1831, en se permettant d’écrire au sous-préfet, pour lui signaler indirectement le manque d’autorité de René Guitton. Le maire doit envoyer le budget prévisionnel pour l’année 1832, ainsi que le recensement individuel de la commune. Or, à en croire d’Armaillé, René Guitton « n’ose pas le faire maison par maison, il s’est à se procurer le nombre du personnel composant chaque famille, si vous désiriez avoir cet état numérique et sommaire, il pourrait vous l’envoyer33 ». L’intérêt de cette lettre réside à la fois dans l’audace de d’Armaillé, à critiquer sans outrance verbale la personnalité du maire, et dans l’attitude des villageois que l’on devine : un refus passif de collaborer en quelque manière que ce soit avec le maire. Moins d’un an plus tard, René Guitton, bien malgré lui, confirme cet état de fait au sous-préfet. En juin 1832, il lui apprend qu’il a quitté sa commune, au plus fort de la tourmente :

  • 34 ADML, 1 M 6/36 : 6 juin 1832.

Me trouvant moi même signalé pour une des premières victimes qui devaient supporter les mauvais traitement de ces brigands, j’ai été obligé d’abandonner ma commune en suivant la troupe du 57e rég qui est partie hier vers les 5 heures du soir. J’ai emporté avec moi le cachet pour éviter tous faux34.

  • 35 ADML, 1 M 6/36 : 11 juin 1832.

30Il a été le seul de Neuvy à devoir se réfugier à Chemillé. Son autorité semble résider dans le cachet municipal mis à l’abri, face à des villageois qui triomphent, provisoirement espère-t-il. Effectivement, quelques jours plus tard, il se présente dans sa commune à la tête de cette même troupe. Il aide alors le capitaine à fouiller les propriétés pour trouver les armes chez ses concitoyens. Le résultat est à la hauteur de ses espérances, à part un individu qui s’obstine. Il annonce alors que l’on va mettre « des garnisaires35 » chez lui. Depuis le début de son second mandat, les rapports de René Guitton et de ses concitoyens semblent placés sous le signe de la force, voire de la violence. Dans les autres communes des Mauges, aucun autre maire ne fait directement appel à la troupe, ou en tout cas ne s’en vante, à la manière de René Guitton. Aucun autre maire non plus ne semble agir tout seul. Les maires sont épaulés par quelques individus, leurs adjoints, une partie des habitants… pour imposer leur autorité. À Neuvy, René Guitton est seul face à ses concitoyens.

31Pis, le sous-préfet lui-même finit par l’admettre, René Guitton n’aaucune influence bénéfique. À lire le rapport du sous-préfet au préfet, le mois de juin 1832 sonne comme la fin du pouvoir de Guitton :

  • 36 ADML, 1 M 6/36 : 26 juin 1832.

[d’Armaillé] a finalement employé toute son influence pour neutraliser les intrigues qui ont été ourdies dans sa commune. Je désirerais qu’on ne fît point de visites domiciliaires dans son château, qu’on n’enlevât point d’armes et qu’on se contentât de sa déclaration36.

32En moins d’un an, par son intransigeance et par la résistance apparemment passive de sa commune, René Guitton a confirmé auprès du sous-préfet de Beaupréau qu’il n’est pas l’homme de la situation : c’est plutôt d’Armaillé.

Un État modérateur

33Face à ces conflits, dont les enjeux sont à la fois très locaux et englobés dans une situation régionale de plus en plus tendue, l’État oscille entre deux attitudes : les hésitations dans un premier temps, la modération dans un second.

  • 37 Jean-Clément Martin, La Vendée de la mémoire (1800-1980), Paris, Seuil, 1989, en particulier le ch (...)

34Le préfet envoie à Neuvy une compagnie du 57e régiment en mai-juin 1832 qui épaule René Guitton pour maintenir le calme dans le nord-est des Mauges. Demi-succès pour la troupe, obligée tout de même de se réfugier à Chemillé pendant les premiers jours de juin, face aux pressions des « chouans ». Elle revient cependant une fois les ennemis partis, pour désarmer les habitants de Neuvy. Ces derniers ont dû supporter une première fois les gendarmes, à cause de leur maire ; ils doivent maintenant loger des troupes. Qu’ils le veuillent ou non, leur village est devenu un enjeu pour les autorités départementales, comme pour les chouans, par l’attitude intransigeante de leur maire. La troupe s’épuise à sillonner le pays, sans résultat spectaculaire, ni en 1831, ni en 1832. Elle est censée prêter main-forte aux fidèles du régime, mais, in fine, elle les réduit à la même impuissance qui l’oblige à se retrancher dans les petites villes, laissant les campagnes dans un climat politique curieux : pas vraiment la guerre civile, mais pas la tranquillité sociale. Tout de même, à la différence de 1793, elles empêchent la dérive des événements37.

  • 38 Idem.

35La solution viendra en fait du sous-préfet de Beaupréau qui, entre juin et septembre 1832, choisit de sacrifier cet agent trop zélé, au risque d’encourager la résistance à l’État. Le sous-préfet modère la méthode de désarmement suivie par la troupe : comme il l’écrit au préfet, il ne s’agit pas de molester outre mesure les gens « sans nécessité38 ». Ensuite, il finit par suspendre René Guitton de ses fonctions :

  • 39 ADML, 2 M 136 : 5 septembre 1832.

Je prends définitivement le parti de vous proposer le remplacement d’un homme dont la conduite privée salit le titre de maire. Si M. Guitton demande raison de cette mesure, je m’empresserai de vous donner des détails que je tais en ce moment dans l’intérêt de cet homme39.

36Plus tard, il ajoute :

  • 40 ADML, 2 M 136 : 19 septembre 1832.

Cet homme par la conduite qu’il tient, par son manque de probité, est la honte des maires de l’arrondissement, et son remplacement m’a été demandé plusieurs fois par ses collègues des communes voisines de Neuvy40.

  • 41 Idem.

37Le préfet, qui se range à l’avis de son sous-préfet, écrit alors au ministre de l’Intérieur : « Guitton, par sa conduite privée, et même par sa conduite publique, ne peut continuer d’exercer les fonctions de maire41. » Les mots ne sont pas assez forts pour condamner l’action de René Guitton. La préfecture est d’autant moins tendre qu’elle a soutenu cet agent durant deux ans. La révocation de René Guitton est spectaculaire, à la hauteur de la déception du sous-préfet et du préfet. Est nommé en remplacement Jean Grenet, paré par le sous-préfet de bien des vertus : honnête homme, aimé dans sa commune, d’un caractère conciliant, présenté par d’Armaillé… Tout le contraire de Guitton. Ce que ne dit pas le sous-préfet, c’est que Grenet appartient à une famille importante de Neuvy, depuis que son père, Jean-Jacques, fut l’un des capitaines de paroisse durant la guerre de 1793. Ce que tait également le sous-préfet, c’est que d’Armaillé est le beau-frère des Mabille de la Paumelière, châtelains du Lavouër et entrés au service de la duchesse de Berry.

  • 42 ADML, 5 Mi 699 C1 : décès de René Guitton, 27 octobre 1846, à La Poitevinière, chez son gendre, à (...)

38D’après les « Annales » déjà citées, René Guitton quitte alors Neuvy, en cachette, dans le plus grand secret, une nuit, signe de la fourberie par excellence et part s’installer à Ingrandes, où il aurait tenu « une petite buvette ». « Ses affaires ne lui réussissaient pas, aussi après être resté deux ans et [n’ayant] plus aucune ressource, il vint finir ses jours chez l’un de ses gendres à la Poitevinière, à la charge de ses parents42. » Ce tableau catastrophique de la situation personnelle de René Guitton montre que décidément, la morale est sauve. Pas de trace de René Guitton à Ingrandes dans les archives, mais peu importe : il faut que René Guitton boive sa honte jusqu’à la lie. Tenancier d’une buvette, même pas aubergiste, ruiné en peu de temps, il est entretenu jusqu’à sa mort, par sa famille, lui qui s’est si mal comporté vis-à-vis de son beau-père. La fin de sa vie est à l’image de son action de maire : désordonnée, velléitaire, un véritable fiasco. En réalité, par cet exemple, on voit bien le contraste dans les relations socio-professionnelles au sein d’un même village. Il montre bien une uniformisation de la communauté rurale, sans forcément une fermeture sur l’extérieur. À condition de trouver un René Guitton, prêt à reprendre l’initiative après trente ans d’absence dans la vie municipale, prêt aussi à se mettre en scène, à raconter ses tracas et à exprimer, parfois avec beaucoup de naïveté, ses rancœurs contre ses concitoyens.

39En guise de premier bilan, l’affaire Guitton concerne l’histoire d’un déclassement politique : celui d’un individu, en théorie bien intégré dans sa communauté, mais en réalité exclu une première fois en 1799 après une tentative politique malheureuse. Il aurait pu en rester là, mais le départ de Charles X lui fait espérer en son destin politique. Cette affaire permet de comprendre par quoi passent les rivalités et les affrontements, dans les campagnes du sud-est du département de Maine-et-Loire. Les mots et les symboles ont toute leur importance, de la même manière que le soulèvement armé de 1832, dont les conséquences militaires sont assez limitées dans leurs effets, mais inattendues dans la recomposition sociale qu’elles impliquent, du moins à Neuvy. Enfin elle démontre clairement que tous les échelons, de la commune au préfet, sont imbriqués et ne peuvent s’ignorer, pour réguler le confit et aboutir à un équilibre politique, quitte à ce que l’État sacrifie un fidèle zélé et fasse appel à ses ennemis politiques, prêts à revenir au pouvoir, sans provocation, sans violence.

  • 43 Natalie Petiteau, « Les rapports au national dans la vie sociale et politique des campagnes durant (...)

40Nous sommes ici « entre le chez-soi et l’espace national », comme l’écrit Natalie Petiteau43, à la fois dans la macro et la micro-politique. Le soulèvement de la duchesse de Berry en 1832, avec ses implications régionales et nationales fortes, est un prétexte, du moins dans le village de Neuvy, pour régler des comptes jamais évoqués depuis 1799, conséquences de la guerre de Vendée. On a étouffé les rivalités mal acceptées, des rancunes, des humiliations aussi depuis une trentaine d’années. On s’observe, on attend, pour manifester sa rancœur, un événement de plus en plus improbable au fi l du temps. L’exil de Charles X et la démission du maire en place permettent à Guitton d’être à la fois l’agent de l’État, et d’assouvir sa vengeance à l’égard de la plupart de ses concitoyens. Quel échec, au bout du compte ! Il a cru pouvoir triompher, se considérer à juste titre comme fort de la légitimation de l’État central libéral, disposant de la force armée, des pouvoirs et de l’autorité légale par le biais du soutien du sous-préfet, voire du préfet, puisqu’il leur écrit directement. Il est enfin un personnage important du village, celui qui peut évincer ses rivaux, ses « ennemis de trente ans ». Il est le vainqueur de sa communauté, seul contre tous, ou presque.

  • 44 Anne Rolland-Boulestreau, op. cit.

41Mais tout comme après la guerre de Vendée en 1793, l’État ne peut pas se passer de ses adversaires pour prétendre à une pacification du territoire. Tout comme en 1793, il se tourne vers ces hommes, au final incontestés, les seuls à user suffisamment d’autorité pour réorganiser la vie politique locale, mais qu’il intronise sans illusion d’inféodation44. Le contrôle territorial passe par la maîtrise des médiateurs. Les intérêts de chacun sont alors saufs, à l’exception de René Guitton, petit notable déclassé qui a sous-estimé la réaction des villageois.

42« L’affaire Guitton » en 1832 est riche d’enseignements, aussi bien sur la politique au village que sur la réaction pratique de l’État. Le village est loin d’être un monde autarcique, réglant entre soi ses querelles, évinçant forcément et rapidement les « non conformes », c’est-à-dire ceux qui détonent par leurs idées ou par leurs modes de vie. La société villageoise après les guerres de Vendée de 1793, 1799 et 1815 est donc loin d’être une société figée et monolithique. Ce sont les mémorialistes qui vont imposer au cours du xixe siècle l’image du Vendéen, attaché à la religion, aux traditions, aux châtelains : « le » Vendéen, au singulier.

Notes

1 Lynn Hunt, « Relire l’histoire du politique », dans Jean-Clément Martin (dir.), La Révolution à l’œuvre, Perspectives actuelles dans l’histoire de la Révolution française, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 117-124 ; et Jean-Clément Martin, « Introduction générale », ibid., p. 9-20.

2 Jean-Claude Caron et Frédéric Chauvaud, Les campagnes dans les sociétés européennes, France, Allemagne, Espagne, Italie (1830-1930), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 26.

3 Arch. dép. de Maine-et-Loire (désormais ADML), 5 Mi 636 : 2 août 1814.

4 Archives privées de Neuvy, château du Lavouër, manuscrit n° I.

5 Maurice Agulhon et al., Les maires en France du Consulat à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986, p. 28.

6 ADML, 2 M 136 : 25 janvier 1831.

7 Archives privées, château du Lavouër, manuscrit, p. 64 et archives paroissiales de Neuvy, manuscrit III, pas de numéro de page.

8 ADML, 1 M 9/11 : 13 décembre 1831.

9 Archives privées, château du Lavouër, manuscrit rédigé par le curé de Neuvy, Florent, sans doute vers 1879. Un exemplaire existe aussi au presbytère de la cure de Neuvy. Ici, archives privées de Neuvy, château du Lavouër, manuscrit n° I. Cougerais pour grugerais ou couderais (pour soumettre) ?

10 Jean-Claude Caron et Frédéric Chauvaud, op. cit. En particulier l’article de L. Le Gall, « Des processus de politisation dans les campagnes françaises (1830-1914) : esquisse pour un état des lieux », p. 104. Cf. aussi Maurice Agulhon et al., La politisation des campagnes au xixe siècle, France, Italie, Espagne et Portugal, École française de Rome, n° 274, 2000, et plus particulièrement l’article de Alain Corbin, « Recherche historique et imaginaire politique, à propos des campagnes françaises au xixe siècle », p. 47-55.

11 ADML, 1 M 6/31 : septembre 1830.

12 ADML, 2 M 136 : 1er septembre 1832.

13 ADML, 2 M 136 : 1833.

14 ADML, 1 M 6/31 : 22 décembre 1830.

15 ADML, 2 M 136 : 25 janvier 1831.

16 ADML, 1 M 6/32 : 3 septembre 1836.

17 ADML, 1 M 6/32 : 23 juillet 1840.

18 Jean-Claude Caron et Frédéric Chauvaud, op. cit., p. 108 et suiv.

19 Anne Rolland-Boulestreau, Les notables des Mauges, Communautés rurales et Révolution (1750-1830), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004.

20 ADML, 5 E Thubert (archives notariées non classées) : 31 juillet 1777.

21 ADML, 8 L l 6 : 30 nivôse et 1er pluviôse an II (18 et 19 janvier 1794).

22 Archives privées, château du Lavouër, Neuvy, manuscrit, p. 46.

23 ADML, 1 L 250 : 14 vendémiaire an VI (5 octobre 1797).

24 ADML, 1 L 250 : Lettre d’Ardré, 18 prairial an VI (6 juin 1798).

25 ADML, 1 L 250 : 11 germinal an VII (31 mars 1799).

26 ADML, 1 M 6/36 : 4 juin 1832, lettre de Henry maire de Chalonnes au préfet.

27 ADML, 1 M 6/36 : 5 juin 1832, lettre de Henry, maire de Chalonnes au préfet.

28 ADML, 1 M 6/36 : 5 juin 1832, Guitton au sous-préfet de Beaupréau.

29 ADML, 1 M 6/36 : 5 juin 1832, le maire de Saint Laurent de la Plaine, Gabory, au préfet.

30 ADML, 1 M 6/37 : 6 août 1834, lettre du sous-préfet au préfet.

31 ADML, 1 M 6/6 : 19 nivôse an IX, lettre du secrétaire général du Préfet, Mamert-Coullion, au sous-préfet de Beaupréau.

32 Archives privées, château du Lavouër.

33 ADML, 2 M 136 : 2 août 1831.

34 ADML, 1 M 6/36 : 6 juin 1832.

35 ADML, 1 M 6/36 : 11 juin 1832.

36 ADML, 1 M 6/36 : 26 juin 1832.

37 Jean-Clément Martin, La Vendée de la mémoire (1800-1980), Paris, Seuil, 1989, en particulier le chapitre IV, « L’impossible renaissance du passé, 1830-1845 », p. 87 et suiv.

38 Idem.

39 ADML, 2 M 136 : 5 septembre 1832.

40 ADML, 2 M 136 : 19 septembre 1832.

41 Idem.

42 ADML, 5 Mi 699 C1 : décès de René Guitton, 27 octobre 1846, à La Poitevinière, chez son gendre, à l’âge de 79 ans.

43 Natalie Petiteau, « Les rapports au national dans la vie sociale et politique des campagnes durant le premier tiers du xixe siècle », dans Jean-Claude Caron et Frédéric Chauvaud, op. cit., p. 87.

44 Anne Rolland-Boulestreau, op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site