Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les affrontements

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Frédérique Pitou

Première partie. Des conflits essentiels

Du corps à corps au combat fictif. Quand les catholiques toulousains affrontaient leurs homologues protestants

Pierre-Jean Souriac

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Arch. dép. Haute-Garonne, B 66, f° 1r : page de garde d’un registre des arrêts civils du parlement (...)
  • 2 Ernest Roschach, Histoire graphique de l’ancienne province de Languedoc, Toulouse, Privat, 1904, p (...)
  • 3 « Le juste se réjouira en voyant la vengeance que Dieu prendra des impies, et il lavera ses mains (...)

1Pour initier une réflexion sur les affrontements confessionnels à Toulouse au temps des guerres de religion, partons d’une lettre historiée dessinée par le greffier du parlement de la ville en 15711. Il s’agit d’une page de garde d’un des registres des arrêts civils de la cour souveraine pour l’année 1571-1572, dessinée probablement au milieu de la décennie lors de la copie du registre. Depuis le début du xvie siècle, il était courant de voir figurer ces grandes initiales en tête des années judiciaires, et celle-ci, tout en étant un des plus beaux exemples de la collection, se voulait témoignage de la situation du royaume aux yeux des Toulousains2. Dans un style extrêmement chargé, elle respire une luxuriance touffue de décorations et de significations politiques. Elle se découpe en quatre registres rythmés par des séparations sur la lettre même. La lecture de la guerre qui nous est offerte ici est d’abord une histoire : celle du drame qui précipita la France dans les troubles. Dans le registre supérieur, sont figurés deux angelots tenant l’écu de France marqué du croissant d’Henri II : c’est ce qui va éclairer la suite de la lecture du document. Dans le deuxième niveau en partant du bas, sont dessinés deux chevaliers se faisant face, aux costumes et harnachements particulièrement riches, rappelant davantage la fête plutôt que la guerre, et donc probablement un tournois. À la lumière du blason, on peut y voir la joute mortelle qui opposa Henri II à Montgomery en 1559. Le reste de la lettre confirme ce drame : couronne de laurier ou couronne mortuaire du roi défunt et cordelières de veuve, celles de Catherine de Médicis. Le spectateur est alors plongé dans une tragédie qui s’est jouée il y a plus de 10 ans, origine de l’instabilité du royaume et des guerres de religion. Cette tragédie politique eut comme première conséquence la violence des combats : ce sont les deux fantassins qui se battent l’épée à la main, protégés par leur bouclier. Champ de bataille ou champ clos d’un duel, le différend appelle dans tous les cas un combat à mort. À ces duellistes s’ajoutent l’arquebusier prêt à faire feu dans le registre du bas ainsi que le cavalier monté à cheval à la manière des reîtres, jouant de la trompette comme s’il rassemblait les troupes. À l’image de ces soldats, c’est bien d’une guerre dont nous fait part cette illustration. Pour autant, elle renvoie aussi au crime de sang représenté dans l’assassinat perpétré à coup de dague dans le bas de la page. Après l’histoire et ses conséquences, le greffier nous livre la raison de ces événements, clef de lecture du drame mis en image : la citation du psaume 57 écrite au bas de la formule introductive traditionnelle des registres du parlement, Laetabitur virtus cum viderit vindictam : lavabit manus suas in sanguine peccatoris3. Le juste attend donc la justice de Dieu contre les impies qui l’ont fait souffrir. Et dans le contexte de l’année 1572 à Toulouse, celui d’une cité ultra-catholique déjà engagée dans les guerres de religion depuis 10 ans, cet impie, ce ne peut être que le réformé, le traître huguenot, qui, depuis la mort du roi, assassine, fait naître les dissensions entre frères et provoque les malheurs de la guerre.

2Pour les Toulousains du milieu de la décennie 1570, la conscience de l’affrontement religieux dont ils étaient les témoins prenait sa source dans un désordre politique au sommet du royaume qui avait suivi la mort d’Henri II. Ils concevaient également cet affrontement sous les traits d’une véritable guerre par l’engagement d’individus grimés en soldats. Que les combattants aient été des civils, cela importait peu, ils étaient assimilés à des soldats, à des professionnels de la guerre. Ils ressentaient enfin un fort sentiment d’oppression en étant solidaires d’une ville au choix partisan radical, le catholicisme intransigeant, et attendaient de voir triompher leur cause qui était aussi celle de Dieu.

  • 4 Pierre-Jean Souriac, Une guerre civile. Affrontements politiques et religieux en Midi toulousain ( (...)

3Le corollaire paradoxal est que la ville s’investît dans les guerres et vécut au rythme des affrontements sans pour autant les connaître véritablement. Si entre 1560 et 1562 elle fut traversée par les tensions liées à l’affirmation de la communauté réformée dont un très violent épisode de combat de rue, les protestants furent chassés de la cité dès le début de la première guerre de religion et Toulouse devint dès lors un bastion catholique, caractère qu’elle conserva tout au long des conflits et même au-delà. Il y eut certes une menace militaire sérieuse entre décembre 1569 et février 1570, période durant laquelle une armée protestante d’environ 10 000 hommes commandée par l’amiral de Coligny vint camper à moins de 15 km des murs toulousains, mais en dehors de cet épisode sans conséquence, les maigres armées adverses n’osèrent jamais rien contre la capitale du Languedoc4. Sur 36 années de conflit, elle ne connut la réalité d’un affrontement militaire qu’à deux reprises, ce qui est relativement peu comparé à d’autres situations régionales. De fait, dans une période où les armées les plus importantes comptaient à peine plus de 1 000 hommes, et la plupart du temps 500, quel capitaine aurait été assez téméraire pour s’attaquer à cette capitale provinciale de 45 000 âmes, riche et bien armée. Matériellement, il y avait une impossibilité technique à prendre Toulouse, du moins après mai 1562 et l’expulsion des protestants hors de la ville. Pourtant, les magistrats municipaux aussi bien que les conseillers du parlement ne cessèrent de vivre dans la psychose de l’affrontement. À chaque page des délibérations municipales, quasiment à chaque ligne des livres de comptes municipaux, la guerre était présente, de manière moins spectaculaire que dans l’initiale historiée du registre des arrêts civils du parlement, mais tout aussi réelle et insidieuse. Ordre de fermeture des portes, achat de poudre, organisation de la garde urbaine, les magistrats toulousains déclinaient à outrance tous les moyens de protéger leur ville d’un affrontement qu’ils sentaient en permanence imminent. Or la guerre ne se fit quasiment pas : il y eut une attente de guerre, une attente d’affrontement soigneusement préparée et qui permit de codifier un discours et une mise en scène du combat du bon citoyen toulousain contre le pernicieux huguenot. C’est cette préparation très concrète à l’affrontement suscitée par une menace complètement fantasmée que j’aimerais analyser dans cette communication. D’une phase physique de combats, véritable corps à corps des années 1560-1562, jusqu’à la construction d’un discours autour d’une citadelle perpétuellement assiégée, la ville de Toulouse offre un champ d’analyse sur les diverses formes revêtues par l’affrontement entre individus au cours des guerres de religion.

Une communauté divisée

  • 5 Jean Guillaume Baum et August Eduard Cunitz (éd.), Histoire ecclésiastique des Églises Réformées a (...)
  • 6 Joan Davies, « Persecution and Protestantism : Toulouse, 1562-1575 », The Historical Journal, n° 2 (...)
  • 7 Sources pour l’élaboration de cette chronologie : J. G. Baum et A. E. Cunitz (éd.), Histoire ecclé (...)

4Si le protestantisme toulousain est apparu au cours des années 1530, l’Église réformée pour sa part semble avoir été fondée à Toulouse vers 1558, et véritablement dressée entre 1560 et 15615. Au tournant de la décennie 1560, cette Église comptait environ 4 000 personnes sur une ville de 45 000 âmes, soit une minorité dont la présence se faisait chaque jour plus sensible6. Après la promulgation de l’édit de janvier 1562 qui autorisait le culte protestant en France, les réformés toulousains construisirent un temple dans un faubourg et montrèrent la vitalité de leur communauté en menant un culte démonstratif et bruyant. Tout au long de cette phase d’affirmation d’une nouvelle église, le parlement de Toulouse confirma sa réputation de défenseur acharné de l’exclusivisme catholique, alors que le corps de ville semblait avoir été gagné par les idées de Calvin, ou du moins lui témoignait une certaine complaisance. Ceci déboucha sur l’apparition de tensions de plus en plus vives entre les habitants des deux bords, et donc sur une première forme d’affrontement, « les troubles », qui conduisirent graduellement à la guerre civile comme le montre la chronologie qui suit7.

Chronologie du cheminement vers la guerre à Toulouse (1561-1562)

Chronologie du cheminement vers la guerre à Toulouse (1561-1562)

5Cette chronologie souligne un cheminement graduel tendant vers une logique d’affrontement, cheminement au cours duquel chaque étape voyait s’amplifier les manifestations de violence, de l’altercation individuelle à l’émeute préalable à la guerre civile. Les premiers temps des troubles virent d’abord une violence d’affirmation liée aux démonstrations publiques de la nouvelle Église dans Toulouse : lors de la procession des Rameaux 1561, lors de manifestations publiques d’une religion officiellement interdite, provocations, rixes et dénonciations remontaient jusqu’à l’Hôtel de ville ou à la cour du parlement qui en gardaient la mémoire tout en cherchant à y mettre de l’ordre. Cette affirmation entraînait de fait des violences de voisinage comme des altercations dans les églises, des confiscations de cadavre par l’une ou l’autre confession au cours d’enterrements, des morts accidentelles en raison de la trop facile circulation d’armes. Il n’y avait pas à proprement parler de rituels de violence, mais une conflictualité latente entre deux communautés qui s’excluaient et cherchaient à s’imposer à l’intérieur même de l’espace citadin. Face à cela, la monarchie joua d’abord l’intransigeance, non pas en matière religieuse, mais pour tout ce qui touchait aux menaces sur l’ordre public : interdiction des rassemblements, interdiction du port d’armes, et envoi d’un lieutenant sur la ville pour faire appliquer ces mesures. Enfin, devant l’impossibilité de maintenir le calme sans concéder des droits aux réformés, l’édit de janvier 1562 autorisa une liberté de conscience et un droit de culte. Paradoxalement, c’est à partir de cette première expérience de coexistence légalisée que l’affrontement interconfessionnel glissa d’une situation de conflictualité urbaine en une véritable guerre civile. À partir de cette date, les mesures militaires prises par les protagonistes toulousains se succédèrent et sont assimilables à une préparation à la guerre : autorisation pour les communautés de disposer d’une garde armée, donc armement des citadins en toute légalité ; levées clandestines de soldats et appels à des mercenaires ; achats d’armes et de munitions ; appel du ban et arrière-ban dont la levée, bien qu’elle fût un échec, amena à Toulouse une partie de la noblesse des campagnes environnantes. Dès lors, des facteurs internes et externes étaient rassemblés pour faire basculer la ville dans la guerre civile, transformer le temps des troubles en celui des conflits.

6Quelle conscience de la situation avaient les élites de la cité devant l’apparition d’une ligne d’affrontement potentielle, régulièrement franchie, tantôt par les catholiques, tantôt par les protestants ? Comment ont-elles théorisé une situation urbaine de plus en plus dégradée par un affrontement latent, imposé par la coexistence de deux communautés se voulant rivales ? Examinons les propos alors tenus dans Toulouse au sujet de cette situation pré-insurrectionnelle. Au cours de l’été 1561, les capitouls avaient eu écho de dénonciations à la cour venant de milieux toulousains hostiles à leur politique religieuse jugée trop favorable aux protestants, et ils écrivaient le 30 juillet à la reine mère pour se justifier en présentant ce qui était pour eux les lignes d’affrontement au sein de la ville :

  • 8 BnF, Fr. 15 875, f° 101r-v : lettre des capitouls de Toulouse à Catherine de Médicis, 30 juillet 1 (...)

Madame,
Depuis que Dieu par sa grace nous mist a la charge et administration de ceste ville de Tholouze, aurions le plus soigneusement et diligement que nous auroit esté possible, travaillé a entretenir les habitans d’icelle en l’obeissance du roy, paix et tranquillité, laquelle grace a Dieu y a esté, et esperons continuer moyennant l’ayde du seigneur Dieu et du roy notre sire et la votre, laquelle recognoissons estre faible et subject a mille calompnies de plusieurs scismatiques et jaloux de l’unyté et bien de ladicte ville, lesquelz soubz couleur de quelque zele qu’ilz pensent avoir, tachent journellement nous calompnier et que pis est, fere division du peuple tholozain, uny, obeyssant et subject a la majesté du roy s’il en y a autre en tout le royaume, mais certains voulant mectre division en la ville sans auctorité publicque, usurpant les parties du magistrat mis par le roy pour le fere obeyr et reverer, auroient en cachette ces jours passez faict enrooller grand nombre de citoyens pour aller remonstrer au roy notre souverain seigneur de leur loy et foy, comme si lesdits habitans n’estoient d’une mesme religion. Nous croyons (Madame) [sic] que tous sont si uniz comme ilz doibvent estre et soubz une foy, loy et d’un roy et qu’il n’estoit besoing ny loisible ausdits particuliers fere telle description qui ne pourroit tendre que a ung grand scisme et division (Madame), nouz vous avons voulu advertir expressement a ce que foy ne soit adjouster a monsieur Lucas Urdes et Jacques Dessus, advocat et bourgeois, par la ville desadvouez ou meilleur partie d’icelle, comme estans partis sans ses permission, memoires, instructions ny ne luy fere recevoir avec les pretendus roolles forgés a leur poste par personnes privees, affin qu’il plaise a votre majesté (Madame), leur remonstrer qu’ilz se doibvent contenir soubz l’obeyssance du roy et du magistrat et non tacher de calompnier icelluy qui par force et incessemment travailhe pour obeyr au roy et entretenir le peuple en tranquillité et a ce aussi qu’il vous plaise tenir nousdits capitoulz et habitans en votre garde comme bons, tres affectionnez serviteurs, faisant fin a ceste presente par tres humble suplication a notre seigneur de vouloir longuement conserver notre roy en son royaume, sancté grace et protection, donner a sa majesté et vous, Madame, tres longue et heureuse vye. De Tholouze le penultiesme jour du moys de juillet l’an mil vc lxi8.

7Les capitouls déplaçaient le problème de la sphère religieuse à la sphère civique. Ce qui était alors en jeu, ce n’était pas tant la question du choix confessionnel, mais la conséquence d’un affrontement religieux menaçant de scinder la ville en deux parties distinctes. L’identité politique de la ville, le fondement même de l’idéologie de la bonne ville, reposait sur l’illusion d’une communauté citadine unifiée autour de privilèges, de droits et de devoirs admis et reconnus par tous. Même si les assemblées de l’université de la ville n’existaient plus depuis plus d’un siècle, même si le pouvoir municipal était confisqué par le milieu des marchands et des avocats, le cérémonial du pouvoir urbain insistait sur sa représentativité, sur une destinée collective qu’illustrait l’histoire de la ville. Or, la répétition à deux reprises du mot de schisme dans ce texte renvoie volontairement le problème de l’ordre public dans la sphère du religieux, mais exclusivement pour désigner une menace pesant sur l’unité civique dont le magistrat municipal était le garant. L’affrontement n’induisait pas une remise en cause de la fracture religieuse en fin de compte assumée, mais menaçait la base même de l’identité urbaine. Ainsi, les capitouls dissimulaient en partie ces affrontements confessionnels en analysant le problème sous un angle nettement plus socio-politique.

8Ce raisonnement à l’égard de l’ordre public se retrouvait dans les propos des membres du clergé catholique toulousain, avec de leur côté, la volonté de montrer que seul l’exclusivisme catholique éviterait le conflit.

  • 9 Antoine de Lomagne, baron de Terride : capitaine des ordonnances ayant combattu en Italie, il reçu (...)
  • 10 Bnf, Fr. 15 875, f° 172r-v : lettre du clergé de Toulouse à Catherine de Médicis, 8 septembre 1561

Madame,
Pour l’acquict de la volontaire subjection et tres humble fidelité et obeyssance que nous rendrons tousjours (quoy qu’il advienne) [sic] au roy et a votre magesté, nous vous avons escript ces moys de juing et juilhet derniers les scismes, discordz et divisions qui estoient entre les habitans de ceste votre ville de Tholouze, a raison de la diversité et partialité qu’aulcuns des capitoulz et eschevins d’icelle pour la presente année se efforcoient de y semer. Lesquelz long temps eussent mis ceste ville en semblable subjection que sont les villes de Castres, Montauban, Pamiers, Lavaur, Agen, Lectoure, Villefranche en Rouergue et aultres plusieurs villes de ce pays, si n’eust pleu au roy et a votre magesté de y pourveoir mesmement par l’edict du moys de juilhet dernier et aussi par la commission et mandement qu’il a pleu a sa magesté donner a monsieur de Terride9 de y venir, affin de retenir tout le peuple en l’obeyssance de sa magesté avecq une bonne pacification. A quoy il a commencé donner ordre si bon, que nous avons esperance (Dieu aydant) que en peu de temps par sa bonne conduicte, prudence et dexterité, tant ceste ville que tout le pays circonvoisin sera remis en repos et tranquilité, ce qui nous a faict prendre la hardiesse de recourir a vostre magesté pour vous supplier, tres humblement, vouloir tant faire de grace, faveur et humanité a votre pouvre peuple de votre ville et pays criconvoisin que de faire continuer ledit sieur de Terride en la charge jusques a tant que ces troubles soient cessez. Nous avons entendu que lesdits capitoulx sont apres pour le faire revocquer et ont depputé le secretaire La Borniere, pour aller devers sa magesté et la votre pour cest effect, mais nous sommes asseurez, Madame, que sa magesté et la votre aurez plus grande asseurance de la fidelité et saige conduicte dudit sieur de Terride des long temps experimenté que desdits capitoulz qui ont mys tout ce pays en bien fort grand trouble et division, et cause la maladie a laquelle n’est pas en leur puissance de donner remede. Et pour aultant, Madame, que nous sommes asseurez que votre premier desir est de veoir la fin des troubles, divisions et scismes qui sont en ce royaulme tres chrestien, nous vous supplions tres humblement prendre de bonne part et recepvoir l’advertissement et tres humble supplication que nous vous faisons pour la tranquilité, union et pacification de ceste votre ville de Tholouze et tout votre pays adjacent et vouloir de votre benigne grace, humanité et bonté, les exempter de semblables desordres que se commectent journellement esdites villes de Montauban, Lectoure, Lavaur, Castres et aultres et en repoz de noz espritz, nous continuerons prier le createur pour la prosperité et felicité de votre magesté en votre esglise de Tholouze. Le viii jour de septembre 156110.

9Comme les capitouls, les représentants du clergé arguaient du danger de schisme urbain pour fustiger la situation présente ; mais sous leur plume, ce danger n’était pas provoqué par les mêmes causes. Au cœur de leur critique se tenait le magistrat municipal, garant théorique de l’ordre, mais qui, au mépris de son devoir, encourageait les dissensions parmi les citadins. Les capitouls étaient accusés de diversité et de partialité : ce dernier terme étant probablement le plus fort, renvoyant à la dimension judiciaire de toute administration, qui souffrait ici d’iniquité, d’esprit de sédition et ainsi qui empêchait de conduire correctement les destinées de la ville. Si les accusations du clergé renvoyaient implicitement aux positions religieuses supposées des capitouls, l’argument central restait celui de l’unité de la cité dans la sujétion au roi de France. Pour les magistrats municipaux, la division religieuse ne conduisait pas au schisme, mais seulement les mauvais comportements des deux groupes ; pour les membres du clergé, en autorisant les deux cultes, voire en favorisant les réformés, les magistrats étaient responsables de la division religieuse, donc du climat d’affrontement qui régnait en ville.

10Pour les capitouls comme pour le clergé toulousain, l’unité de la cité était le véritable objet de préoccupation. Les magistrats municipaux semblaient dire que l’intransigeance religieuse allait conduire au schisme, alors que le clergé au contraire cherchait à reconstituer une unité derrière ce qu’il jugeait être la vraie foi. L’interprétation des lignes d’affrontement que connaissait Toulouse dépassait ainsi de beaucoup la simple question religieuse, et se traduisait par une dénonciation non pas du combat entre chrétiens, mais du danger de guerre civile. Certes, la dimension religieuse était au cœur du questionnement, mais seule la menace d’une frontière intérieure au cœur de l’unité civique bénéficiait d’un discours, d’une théorisation. Ainsi, le caractère propre à la guerre civile – le frère contre le frère, l’ami contre l’ami – fut déterminant dans la perception de ces conflits. Si l’affrontement se faisait entre catholiques et protestants, l’acteur, d’un côté comme de l’autre, était le citadin, et son combat était perçu comme un cheminement de la ville sur les sentiers de la ruine. Ceci explique la détermination avec laquelle une ville comme Toulouse, à majorité catholique, s’est investie dans la guerre sur des positions radicales en faisant le choix de la préservation de l’unité civique par l’exclusivisme religieux. Ceci explique tout autant la violence des affrontements et la raison pour laquelle la guerre fut un enjeu politique majeur pour les acteurs locaux.

  • 11 Pierre-Jean Souriac, « Les “urgeans” affaires de la ville. Défendre Toulouse durant la première gu (...)

11Après ces temps de trouble, vint le corps à corps proprement dit qui dura une semaine. Dans la nuit du 12 au 13 mai 1562, les protestants toulousains se saisirent de l’hôtel de ville et le bruit courut qu’ils voulaient offrir la cité au prince de Condé en révolte à Orléans. La réaction catholique fut orchestrée par le parlement de Toulouse et la noblesse régionale venue défendre la ville : ceci déboucha sur une semaine de combats acharnés qui vit la défaite des protestants, chassés de Toulouse et définitivement écartés de ses lieux décisionnels. Au cours de cette semaine demeurée célèbre dans la mémoire toulousaine, l’affrontement catholico-protestant prit la forme d’une véritable guerre11. Le parlement adressa des lettres aux principaux hobereaux des environs qui arrivèrent en masse à Toulouse avec leurs gens. Blaise de Monluc qui disposait d’une compagnie d’ordonnance en Guyenne mais qui n’avait aucun pouvoir de commandement particulier, accourut vers la capitale du Languedoc dès l’annonce du coup de force protestant. C’est à lui que revint de manière informelle le commandement sur la noblesse catholique présente dans la cité. Parallèlement à l’appel nobiliaire, les conseillers du parlement dressèrent des commissions pour mobiliser les paysans du plat pays et les faire venir défendre leur capitale : le résultat le plus probant de cette mobilisation fut la levée de 500 Commingeois du piémont pyrénéen qui arrivèrent à Toulouse après la bataille, mais qui avaient manifesté un indéniable entrain à venir défendre leur cité. Pour dédommager ou solder tous ces soldats volontaires, le parlement prit également la responsabilité de créer un trésorier militaire, sorte de caisse noire catholique établie à partir des confiscations des impôts royaux dans les coffres du receveur et à partir de cotisations et divers droits demandés aux fidèles catholiques de la ville. Face à cette organisation catholique, les réformés disposaient d’une petite troupe composée essentiellement d’écoliers et des quelques hommes armés arrivés en ville. Ils ne firent pas le poids face à la majorité catholique, d’autant qu’ils ne reçurent aucun soutien des environs malgré les promesses montalbanaises. Si bien qu’au bout de six jours d’affrontement dans les rues de la ville, ils durent quitter les lieux, avec en théorie la protection des vainqueurs, qui ne purent pourtant pas éviter quelques débordements et massacres à la sortie de la ville.

12Cet affrontement urbain toulousain n’eut rien d’original rapporté à ce qui s’est passé ailleurs dans le royaume. Pour les Toulousains, il fut l’expérience fondatrice et unique du rapport à la guerre. Jamais plus ils n’eurent à connaître le péril si près de chez eux et pourtant ils gardèrent la mémoire de cet épisode comme celui d’une tragédie et ils alimentèrent leurs fantasmes sanguinaires de ce qu’aurait pu être la ville si les protestants avaient triomphé.

Purger la ville

  • 12 Mark Greengrass, « The Sainte Union and the provinces : the case of Toulouse », The Sixteenth Cent (...)
  • 13 Joseph Lecler, « Aux origines de la Ligue : premiers projets, premiers essais (1561-1570) », Étude (...)
  • 14 Pierre-Jean Souriac, « Les chemins de l’intransigeance. Radicalité catholique et engagement politi (...)

13Les combats terminés, Toulouse se réveilla plus fermement catholique que jamais et elle devait le rester jusqu’à la fin des guerres de religion. Le modèle politique de l’administration toulousaine fut celui de l’exclusivisme catholique que la ville défendit jusqu’aux dernières années de la Ligue12. Le milieu capitoulaire fut investi par les bourgeois issus du groupe urbain le plus intransigeant, celui qui triompha lors des combats de rue et écarta de la sphère décisionnelle les plus modérés pourtant au pouvoir au début de la décennie 1560. Dès lors, la municipalité s’illustra par son activisme confessionnel : en lien avec le clergé et le milieu parlementaire, elle encouragea et anima des associations catholiques, ligues et confréries, tout au long des conflits, de la première ligue en 1563 à la Sainte Union de 1589 en passant par les mouvements de croisades et d’associations propres à ce temps troublé13. L’ambition des autorités municipales et parlementaires était de galvaniser la piété catholique des citadins pour les inciter à s’engager dans une cause partisane portée par la foi, mobilisation des consciences à des fins avouées d’affrontement14. Parallèlement, leur ambition fut de faire disparaître les frontières intérieures à la cité, frontières qui avaient été sources d’affrontement et de désordre, dans l’espoir de rétablir un catholicisme exclusif et garant de l’unité civique. Pour autant, le sentiment de vivre dans un continuel affrontement contre les protestants ne disparut pas de la conscience toulousaine et continua à se manifester tout au long des guerres par un souci constant de se purger des traîtres de l’intérieur.

  • 15 Arch. mun. Toulouse, AA 18, p. 129.
  • 16 Arch. mun. Toulouse, AA 18, pièces 89 et 96 ; AA 14, pièce 2.

14Le premier acte en direction de cette purge urbaine eut lieu au plein cœur des combats de rue et fut porté contre les capitouls en place lors de la prise de l’hôtel de ville, considérés comme complices ou simplement incapables d’éviter le basculement de la ville dans la guerre. Ils étaient responsables de la politique urbaine et c’est sur eux que retomba la responsabilité de l’insurrection protestante dont l’acte majeur avait été la prise de leur résidence politique. En réaction, le parlement, chef de file de la résistance catholique, ordonna leur destitution et les remplaça le 13 mai par arrêt donné de sa pleine autorité15. Cette cour donna ainsi à la ville des fidelles et catholiques administrateurs dans le but affirmé de chasser de la maison de ville les ennemis du roi. Lors de la répression qui suivit la défaite protestante, le parlement voulut frapper les mémoires par une punition exemplaire à l’encontre des magistrats de la ville qui avaient fauté. Adhémar Mandinelli, un des capitouls destitués, fut capturé lors de la fuite des protestants : par arrêt du parlement rendu deux jours après sa capture, il fut décapité, sa tête clouée sur le portail de la maison de ville en exécration des actes commis. Ses collègues furent condamnés par contumace, pendus en effigie, leurs biens confisqués, leurs portraits arrachés des annales municipales ainsi que brisés sur les vitraux de la maison de ville. Ils ne purent que difficilement rentrer dans Toulouse après l’édit de pacification de mars 1563. Une plaque où étaient gravées ces sentences devait en outre être installée à l’entrée de la maison de ville pour rappeler éternellement la perfidie de ces magistrats16. Cette plaque ainsi que la tête desséchée du seul capitoul exécuté restèrent au fronton de l’hôtel de ville jusqu’en février 1565, soit 3 ans après les faits ; il fallut la visite du roi à Toulouse pour que soient supprimés du paysage urbain ces tristes vestiges d’une discorde passée qui devait être oubliée selon les vœux de Charles IX. Cependant, les Toulousains continuèrent de célébrer chaque année, et ce jusqu’à la Révolution française, l’anniversaire du 17 mai 1562, jour de la fuite des protestants qu’ils nommaient la libération de la ville : une procession était organisée rassemblant l’ensemble de la communauté urbaine qui chantait son action de grâce pour avoir réussi à échapper au dévoiement qu’aurait entraîné une victoire protestante.

15Ainsi, les catholiques victorieux voulurent conserver une mémoire de l’affrontement, rappeler ce qu’était la menace de discorde et comment la ville avait su en venir à bout. L’histoire telle qu’elle était écrite montrait une cité prise par les protestants dans laquelle les citadins avaient livré des assauts désespérés et triomphaux pour la reconquérir. La réalité était ainsi volontairement déformée, un combat de rue très défavorable aux protestants devenant une opération de l’ultime chance pour un peuple opprimé. Cependant, l’affrontement quittait la sphère de la discorde urbaine pour arriver dans celui de la libération de la ville par elle-même. C’était aussi un moyen de rappeler aux éventuels traîtres de l’intérieur que leurs agissements seraient à l’avenir implacablement punis.

  • 17 Joan Davies, « Persecution and protestantism… », op. cit. ; Paul Romane-Musculus, « Les protestant (...)
  • 18 AA 14/1 : liste des personnes dont le parlement de Toulouse a ordonné l’arrestation et fait saisir (...)

16L’action du nouveau pouvoir toulousain consista ensuite à exclure de la ville tous les séditieux potentiels. Leur combat fut alors un affrontement contre un ennemi virtuel susceptible d’ouvrir les portes de la ville aux huguenots sanguinaires17. La ville organisa alors de vastes purges pour se rassurer sur la soumission de ses citadins. La première eut lieu tout de suite après la reprise en main catholique : du 25 mai au 17 décembre 1562, le parlement de Toulouse promulgua plus de 1 000 condamnations dont une minorité fut exécutée place du Salin18. L’argument justificatif de la poursuite n’était pas le seul fait de religion, mais le fait de sédition auquel s’ajoutait en plus le fait religieux. Ainsi, dans la continuité du débat des années 1560-1562, le critère discriminant pour être pourchassé au cours de la première guerre était la perturbation de l’ordre public. La personne incriminée n’avait pas nécessairement besoin d’être toulousaine ni même d’être connue pour son assistance aux prêches : elle était condamnée pour avoir combattu avec les protestants dans Toulouse même ou bien pour sa participation aux conflits dans les rangs huguenots. Cette succession d’arrêts montre un véritable effort de purge globale au sein de la ville et même au sein du parlement ; par la suite, cette désignation de l’ennemi chronologiquement très datée permit de fixer une mémoire de l’engagement partisan et par conséquent, la mémoire légale de ce qui était perçu par les tenants du pouvoir à Toulouse comme une véritable trahison. Dans ces condamnations se fixa une profonde ligne de partage partisane qui s’avéra rapidement irréductible et qui servit toujours de cadre à l’affrontement, entre d’un côté les bons, ceux qui se sont battus avec les catholiques en mai 1562, et de l’autre les mauvais, les combattants protestants ou ceux qui étaient restés inactifs durant les troubles.

  • 19 Arch. mun. Toulouse, BB 12 : registre des délibérations de la maison de ville de Toulouse, 1566-15 (...)

17Cependant, les huit édits de pacification successifs, de 1562 à 1598, imposèrent le retour dans leur lieu de vie des protestants ou des catholiques qui avaient fui ou qui avaient été chassés de chez eux. Pour les tenants du pouvoir à Toulouse, toujours fermement catholiques, de telles décisions conduisaient à réintroduire dans la communauté citadine une menace de frontière intérieure dont ils espéraient s’être débarrassés, et ainsi, un danger d’affrontement que leur faisait craindre le retour des tensions des années 1560. Pour cela, dès la première paix de religion, puis à chacune des suivantes, les capitouls cherchèrent toujours à limiter les amnisties ordonnées par le roi. Face aux pressions venues de la cour, la municipalité finissait par céder et permettait à une partie des citadins qu’elle jugeait dangereux de rentrer en ses murs. L’ennemi dans la cité provoquait une réaction d’hostilité de la part des magistrats qui cherchèrent dès 1563 à se doter d’outils règlementaires pour marginaliser les séditieux potentiels. Ils étaient considérés par cette réglementation comme de perpétuels suspects dans un imaginaire de purge sans cesse renouvelée, significatif de ce que les notables catholiques percevaient d’un affrontement en puissance19. Les délibérations municipales des années 1567 à 1575 sont rythmées par des montées brutales du sentiment de menace à chaque alerte de guerre, à chaque rumeur d’offensive huguenote. Le premier souci était d’identifier les suspects, dont les noms étaient mis dans un registre afin de pouvoir les consigner chez eux ou en prison, surveiller leurs déplacements, voire procéder à leur massacre ou exécution selon le climat toulousain. Les forains étaient systématiquement conduits hors les murs, même les marchands qui pourtant affluaient vers cette cité du pastel et du blé. Les suspects, quand ils étaient inventoriés, étaient priés de ne pas prendre leur tour de garde pour la défense des murailles, mais on les priait de consentir à un impôt compensatoire. Leurs armes faisaient l’objet d’une même attention et finissaient généralement par être saisies et mises dans l’arsenal municipal. Les épouses de suspects devaient demeurer chez elles et les cours de justice étaient priées de mettre de l’ordre dans leurs effectifs afin d’écarter les officiers douteux. Au cœur de la ville, le milieu ecclésiastique, notamment l’official, encourageait à la délation de tout comportement suspect ; de même, les aubergistes et autres cabaretiers devaient tenir à l’œil chacun de leurs clients et signaler tout étranger, toute circulation d’armes.

  • 20 Thierry Wanegffelen, Ni Rome ni Genève. Des fidèles entre deux chaires en France au xvie siècle, P (...)
  • 21 Arlette Jouanna, « Protection des fidèles et fidélité au roi : l’exemple de Henri Ier de Montmoren (...)

18Les protestants toulousains avaient alors deux solutions : soit, fidèles à leur foi, ils quittaient Toulouse pour conserver une relative liberté de conscience et de culte en rejoignant des places comme Castres ou Montauban. Soit, privilégiant leur attachement à leur ville, ils pratiquaient leur foi jusqu’à la limite du tolérable pour les autorités municipales, puis renonçaient à exercer ce droit quand l’état de guerre conduisait à nier l’état de liberté de conscience reconnu par tous les textes royaux à partir de 1562. Les premiers étaient considérés comme des fugitifs, des fuitifs, auxquels on confisquait les biens pour les vendre à l’encan public, du moins jusqu’au milieu des années 1570. Les seconds subissaient ce régime des suspects mis en place par la municipalité, ce qui rendait leur présence en ville de plus en plus délicate. En pratique, cette position intransigeante de la part des dirigeants de la ville fit que bon nombre de curieux qui avaient assisté aux prêches au début des années 1560 et étaient inscrits au rang des suspects cherchèrent à faire amende honorable en vivant en bons catholiques20. Plus curieux que réformés convaincus, leur participation aux cultes protestants avait relevé davantage d’un goût pour la nouveauté que d’une conversion profonde. En revanche, ceux qui s’obstinèrent dans la foi de Calvin ne reçurent aucune grâce de la part des dirigeants de la ville : les 200 victimes toulousaines de la Saint Barthélemy en portent le sanglant témoignage. Cette politique systématique et violente porta ses fruits puisque les suspects protestants semblent avoir disparu des poursuites catholiques au milieu des années 1570. S’étaient alors joints à ces suspects les catholiques modérés, les politiques choqués par les massacres de la Saint-Barthélemy et prêts à engager un dialogue avec les réformés pour conclure une paix civile. En Languedoc, leur chef de file n’était autre que le gouverneur, Henri de Montmorency, qui fut alors haï des Toulousains pour tout ce qu’il représentait de compromission. Ses fidèles présents à Toulouse eurent alors à souffrir plusieurs vexations au milieu des années 1570. Ces Maréchalistes, ces Damvilistes, furent rejoint par les Epernonistes dans les années 1580, et de fait écartés de la vie publique de la cité sans être pour autant véritablement inquiétés21.

19La ville resta donc pendant 36 ans dans une logique d’affrontement avec un ennemi de l’intérieur qu’elle ne cessa de chercher et qu’elle tenta d’éradiquer. Le combat fut fictif car jamais les personnes incriminées n’eurent les moyens de surprendre la cité. De même, les listes des suspects diminuèrent progressivement en nombre au point de disparaître vers 1575, si ce n’est une brève réapparition en 1589, lors de l’ultime spasme ligueur. Après le terrible dénouement de l’émeute de 1562, la minorité réformée n’eut jamais les moyens de reprendre un poids politique dans la ville, si bien que les brimades dont elle fut l’objet au nom de l’ordre public relevaient davantage du prétexte que de la menace réelle. Cependant, les magistrats toulousains ne cessèrent de chercher le traître potentiel, et la ville ne cessa de vivre au rythme de ses recherches car on craignait que surgissant à l’improviste dans une cité mal préparée à la guerre, il provoque des affrontements dans lesquels le fidèle catholique n’aurait pas eu le dessus. Ainsi, malgré une pacification catholique interne à la ville de Toulouse, l’affrontement entre citadins ne fut jamais complètement oublié : progressivement relégué en arrière plan après 1575, il resurgit avec violence en 1589, signe de sa vitalité dans les consciences citadines en cas de situation exceptionnelle.

La menace extérieure

20Le corrélat à ce sentiment de menace interne réside dans la crainte tout aussi prégnante d’un monde extérieur jugé hostile. Toulouse comptait dans sa périphérie un certain nombre de foyers protestants qu’elle percevait comme autant de lieux qui ne cessaient de travailler à sa perte. Les points forts catholiques dessinaient une diagonale qui partait du Piémont pyrénéen pour remonter la haute vallée de la Garonne jusqu’à Toulouse : il s’agissait du comté de Comminges, petit pays d’États où les réformés ne vinrent jamais s’installer, de la ville de Toulouse dont l’engagement catholique est déjà connu et enfin, au nord du Midi toulousain, d’Albi et de son plat pays. Les bastions protestants de leur côté étaient implantés autour de quatre régions : à l’ouest, à L’Isle-Jourdain, plus au nord à Montauban et ses environs, puis dans le Castrais et enfin dans le comté de Foix avec deux places fortes majeures, Le Carla et Le Mas-d’Azil. Le Midi toulousain était ainsi une zone de frontières confessionnelles, un enchevêtrement de communautés catholiques ou réformées qui vivaient dans un voisinage très proche. Toutes les places à dominante papiste ou huguenote ne devinrent pas nécessairement des bastions militaires au service des partis en guerre, mais force est de constater que les unités urbaines les plus importantes furent certes des pôles religieux, mais aussi des foyers partisans qui donnèrent un prolongement politique au choix confessionnel. Cette géographie méridionale est ainsi celle d’une région en guerre civile, d’un espace organisé sur des schémas politico-religieux liant vie de foi et engagement militaire.

Villes et pays d’États du Midi toulousain au xvie siècle

Villes et pays d’États du Midi toulousain au xvie siècle
  • 22 Bernard Chevalier, Les bonnes villes de France du xive siècle au siècle au xvie siècle, Paris, Aub (...)
  • 23 « Discours des troubles advenus en la ville de Pamies le cinquiesme de juin 1566 », Archives curie (...)
  • 24 Arch. mun. Toulouse, BB 12, f° 14r : conseil de bourgeoisie de Toulouse, 10 mai 1566 ; f° 15r : co (...)

21Dans cet environnement hostile à leur intransigeance catholique, les Toulousains ne cessèrent de travailler à leur mise en défense, c’est-à-dire qu’ils ne cessèrent de mettre en œuvre une préparation constante à la guerre sans que cette dernière soit véritablement avérée. Les guerres de religion virent se mettre ou se remettre en place un véritable rite de la mise en défense qui était probablement hérité des périodes troublées de la fin du Moyen Âge et constituait un élément identitaire de cette bonne ville22. Ce rituel défensif n’était pas propre à Toulouse ou à sa région, mais dans ce cas précis, il était poussé à son développement maximal compte tenu de l’importance de la place et du degré d’angoisse qui traversait la ville. Prenons le cas d’une des multiples réactions toulousaines à l’annonce d’une sédition protestante, ici des troubles advenus dans le comté de Foix au printemps 1566, donc en dehors de toute guerre déclarée23. Dans la petite ville de Pamiers, il y eut une émeute entre catholiques et protestants le 5 juin 1566 qui conduisit à l’expulsion des catholiques. La nouvelle de l’émeute fut traitée par le conseil de ville de Toulouse le 7 juin, soit deux jours après l’événement. Les capitouls firent alors jouer les mécanismes urbains de mise en défense : les portes furent fermées, à l’exception de cinq d’entre elles où une garde extraordinaire fut postée ; tout paquet et tout étranger entrant devaient être amenés aux capitouls ; toute arme portée sans permission devait être conservée dans le corps de garde ; un inventaire des armes présentes dans les maisons fut ordonné ; les responsables de quartier durent aller s’enquérir des personnes qui habitaient les auberges, et tout étranger à la cité et autre personne suspecte fut priée de quitter la place ; enfin, la garde de la ville fut augmentée. Le lendemain, un conseil extraordinaire réunissant capitouls et officiers du parlement décida d’appeler au secours de la ville les lieutenants généraux de Guyenne – Blaise de Monluc – et de Languedoc – Guillaume de Joyeuse. Un budget fut alors alloué sur une taxe municipale pour financer ces mesures. Cinq jours après, ce même conseil appelait des gentilshommes des environs pour aider le sénéchal de la ville, sorte de ban et arrière-ban municipal24. Cette fièvre militaire retomba d’elle-même, mais fut renouvelée à l’identique à l’automne 1567, quand la guerre reprit pour près de quatre ans. La mise en défense changea alors de dimension pour s’inscrire dans la durée, mais s’appuya sur des décisions similaires : fermeture de la ville, purge intérieure, organisation militaire, rassemblement de moyens financiers afin de préparer l’effort de guerre. Ce mécanisme continua de jouer jusqu’à la pacification, rituel d’un affrontement à venir qui n’eut pourtant jamais lieu, ni en 1566, ni les autres années de guerre.

  • 25 Arch. mun. Toulouse, BB 12, f° 86r-87v : monstre generale faicte en Tholouse le dimanche vingt tro (...)

22À côté de cette mécanique urbaine répétitive, un des principaux efforts des dirigeants toulousains se porta sur la mobilisation de leurs administrés, citadins intégrés en théorie à la garde bourgeoise de la cité au nom des privilèges municipaux. Il n’y a pas lieu ici de revenir sur cette histoire des gardes urbaines en fin de compte très classique. Cependant, dans une réflexion plus générale sur les expériences d’affrontement, leur degré de mobilisation nous éclaire sur la perception individuelle de chaque citadin face aux menaces qui planaient sur sa ville. Observer le fonctionnement de ces gardes urbaines et l’acceptation des contraintes qu’elles imposaient revient ainsi à mesurer l’écho des angoisses des dirigeants dans les consciences de leurs administrés. Le niveau de mobilisation le plus intense fut atteint durant la première décennie des guerres, et un événement majeur eut lieu au début du second conflit. Une montre générale de la ville, soit une revue en armes de tous les citadins, eut lieu en novembre 1567 et réunit en un seul lieu tout le potentiel militaire toulousain25. « Les citoyens et habitans d’icelle ville » étaient convoqués par ordre de capitoulat à se rendre en ordre de marche à l’extérieur de l’enceinte pour faire cette montre générale sur le pré des Sept Deniers. Sa convocation était directement liée à la guerre :

Comme ainsin soit que les huguenaudz et ceulx de la nouvelle pretandue relligion ayent prins les armes contre le roy, c’estans emparés de plusieurs villes du pais de Languedoc et de Guyenne, soy jactans venir invader Tholouse et pour experimenter et scavoir une partie des forces qui pourroyent estre en la ville.

  • 26 Ordre de présentation des civils en armes : devant : hallebardiers, piquiers, arquebusiers, tous p (...)

23Chaque capitoul et chaque capitaine de quartier devaient organiser le rassemblement des hommes, préalablement armés par la municipalité en cas d’indigence, sur une des places de son quartier. Les citadins devaient alors sortir de la ville en bon équipage et marchant de cinq en cinq, les capitouls habillés de leur robe et chaperons portant un bâton blanc dans la main, étant à cheval et accompagnés de six bourgeois. L’itinéraire devait leur faire quitter la ville par une porte, celle du Bazacle et y rentrer par une autre, celle d’Arnaud Bernard. Le rassemblement fut manifestement somptueux au point de faire dire au greffier de la maison de ville qu’une telle manifestation ne s’était jamais vue dans Toulouse ; les troupes furent inspectées par le premier et second président du parlement ainsi que par Pierre de Bellegarde, alors gouverneur, donc par les principaux hommes du roi dans la ville. Ils dénombrèrent, paraît-il, 30 000 hommes, arquebusiers, piquiers, hallebardiers, sans en compter d’autres reconnus capables de porter des armes, montant le tout à 60 000 ou 80 000 individus, constituant 33 enseignes, « avec le courage ferme de faire service au roy et prestz a prandre les armes ne craignant en rien l’ennemy26 ». La sortie des troupes commença entre huit et neuf heures du matin, le retour ne s’acheva pas avant deux heures le lendemain matin en raison de l’affluence.

24Cet événement n’avait d’autre ambition que d’être une démonstration symbolique de la puissance de la ville laissant transparaître un sentiment de festivité lié tant à l’affluence qu’aux exagérations de l’auteur. Il semble peu probable que les effectifs qu’il donne aient été corrects et le greffier retint de l’événement l’effet de nombre. Ce qui se donnait à voir sur le pré des Sept Deniers, c’était une ville entière soutenue par sa proche périphérie. L’aspect collectif de cette démonstration de force permettait à l’identité urbaine de s’épanouir dans une manifestation de violence potentielle pour laquelle magistrats municipaux comme petit peuple étaient allés chercher tout l’équipement pouvant transformer le civil en soldat. L’ordre social comme l’ordre militaire étaient respectés : en avant de la troupe, les hommes portant morions, donc cuirassés des pieds à la tête, équipés d’armes à feu et d’armes de hast ; en arrière, les hommes équipés partiellement, puis ceux dotés d’armes de fortune ; pour commander ce monde, les capitouls à cheval avec leur bâton de commandement, les officiers de quartier et les bourgeois. L’équipement individuel reflétant le niveau de fortune du citadin, cette hiérarchie militaire transposait dans la montre la hiérarchie du pouvoir sur la ville, tant politique que socio-économique. Une nouvelle fois, c’était bien une représentation de la communauté citadine en armes qui était donnée à voir par le prisme de ses privilèges militaires.

25Lors de cet événement, l’adhésion citadine dans la préparation de l’affrontement se voyait confirmée dans une ambiance de fête et de démonstration de force. La communauté était en armes et adhérait aux objectifs militaropartisans que s’étaient assignés les magistrats. De fait, entre la première et la troisième guerre, entre 1562 et 1570, si la ville édicta des règlements pour la bonne marche de sa garde bourgeoise, elle put compter dessus de manière assez régulière, principalement durant les phases de mobilisation intense que représentaient les entrées en guerre. Par la suite, cette mobilisation fléchit sensiblement au point que les capitouls eurent recours à une professionnalisation de cette garde confiée à des soldats payés par la ville et mobilisés en permanence pour sa défense. L’état de guerre ininterrompu du milieu des années 1570 à la pacification de 1596 aurait imposé une levée quasi-quotidienne des citadins, et ceux-ci se seraient lassés de ce devoir qu’ils n’appréciaient qu’autant qu’il était bref et spontané. Le rapport à l’affrontement hypothétique qu’impliquait l’adhésion à la garde urbaine n’avait de sens que dans l’élan communautaire, dans des spasmes de violence collective récurrents dans les années 1560, puis progressivement sur le recul avec la réussite des purges urbaines. Sur ce plan également, seule l’année 1589 et l’adhésion à la Sainte Union présente un regain de mobilisation des citadins. La crainte de l’assaut extérieur perdit donc de sa vitalité dans les consciences toulousaines au fur et à mesure que la guerre s’enlisa et ne généra plus d’armées importantes.

  • 27 Denis Crouzet, Les guerriers de Dieu…, op. cit.
  • 28 Claude de Vic et Joseph Vaissète, Histoire générale du Languedoc, Toulouse, Privat, t. XI, 1889, p (...)

26Il reste un dernier aspect concernant ces affrontements, et non des moindres dans le contexte des affrontements confessionnels : l’inspiration religieuse. Les travaux sur les guerres de religion depuis une vingtaine d’années ont bien montré son importance dans les violences alors commises, et ces rituels d’affrontements ont déjà été bien étudiés comme autant d’expressions des angoisses qui agitaient communautés catholiques et communautés réformées27. Ne sera développé ici qu’un seul exemple de ces ressorts d’affrontement dans le cas toulousain, celui d’une croisade prêchée à Toulouse en 1568 à l’encontre des protestants de la périphérie et qui souligne le caractère sacral de l’affrontement tel qu’il pouvait être alors envisagé. Hector d’Ossun, évêque du Couserans, chassé de son palais de Saint-Lizier par les réformés, vint à Toulouse pour galvaniser les habitants et récupérer son bien ; une croisade fut prêchée début septembre 1568 avec le consentement du parlement et, le 12, fut scellée une association avec un serment prêté à la cathédrale par tous les habitants de la ville et une injonction aux catholiques de se coudre une croix blanche sur leurs vêtements28.

  • 29 « Publication de la croisade faite à Toulouse contre ceux de la nouvelle religion », dans Claude d (...)

Les catholiques loyaulx et fidelles subjects du roy, voyant que les heretiques sacramentaires Calvinistes, aprez avoir obtenu grace et paix du roy très-chrétien, deux fois sont recheus en toutz pechez et erreurs qu’ont esté depuis le commencement du monde, jusques à un entier atheisme, vivans sans reconnoistre Dieu, sans foy et sans loy, qui tâchent abolir la connoissance de Dieu et de son fils Jesus-Christ, duquel parlent innominieusement, et de sa très-sacrée mere, et des saints de paradis ; et que pour abolir la memoire de notre Seigneur Dieu eternel avec le Pere, ils abolissent tous les sacremens, les temples, les croix, les crucifix, et toute la memoire de la passion et benefice de notre redemption, bruslent les saints livres, meurtrissent les docteurs et prédicateurs, prestres, chretiens cruellement et inhumainement, et se vantent d’arracher toute la pretrise, et priver le roy de toute sa puissance et autorité ez villes de Montauban et autres villes qui sont sous leur puissance ez pays de Guyenne et de Languedoc ; et les hereticques de la Guyenne, qui ne recognoissent pour roy sinon la royne d’Angleterre, à laquelle appartient le duché de Guyenne, comme ils disent temerairement, et que outre ce dessus, par force violence, ils se sont rendus maîtres de Castres, Puilaurens, Réalmont, Millau, Saint-Antonin, Montauban, Le Carla, Le Mas-d’Azils, Le Tosat et depuis naguieres ont surpris Gailhac, Mazeres, Carmaing, Auriac, les Catalens, le Bourg-Saint-Bernard, et autres villes mediocres, là où ils ont meurtri tous les chretiens, hommes, femmes, petits enfants ; et non contens de ce, sont si temeraires, qu’ils ne font difficulté entreprendre sur la ville de Toulouse, où ils ne veulent laisser personne en vie, jusques que les rues fussent ruisseaux de sang, coulant jusques aux sangles de leurs chevaulx, laquelle perdue le roy perdroit le Languedoc et Provence ; et outre ce, se ventent, que pour ung temps se serviront d’aucuns gentils hommes hereticques et traîtres du roy et république de France ; mais aprez veulent ecraser la noblesse et la justice. Nous, voyant cecy depuis ung an, ne cessons prier Dieu, jeuner et recevoir le Saint Sacrement, faire processions avec le corps de Jesus Christ, par quoy notre Seigneur nous inspire nous croiser, et prendre les armes, dresser une guerre comme Mathatias et les autres Macabées, ayant confiance que Dieu sera avec nous, comme il fut à la guerre contre Attila, qui fut deffait pres de Toulouse avec trois cens mille hommes, et comme il fut avec nos bons catholiques à la guerre de Muret, là ou huit cens des notres, deffirent plus de soixante mille hérétiques, au temps de Loys huitieme, père de saint Loys ; en sorte que nous ne douptons point que nous n’obtenons la victoire contre ces ennemis de Dieu et de toute nature humaine ; et si aulcung de nous y mourrons, notre sang nous sera un second baptême, par quoy sans aucun empeschement, nous irons avec les autres martyrs droit en paradis29.

  • 30 Arch. mun. Toulouse BB 12, f° 195v : délibération de la maison de ville de Toulouse, 28 décembre 1 (...)
  • 31 Arch. dép. Haute-Garonne, 3E 2 326 [notaire de Toulouse, Jean Castanet] : f° 18r-v : dette du révé (...)

27Cet élan mystique portant le fidèle à choisir la mort dans le Christ plutôt que la vie avec l’hérétique donna une coloration nouvelle au mouvement catholique méridional qui fut approuvée rapidement par le pape. Dans le texte même de l’association, les violences de l’hérésie étaient dénoncées avec une grande véhémence, les protestants étant accusés de soumission à l’Angleterre et de projets criminels sur Toulouse depuis les places de sa périphérie. Pour contrer cela, le texte appelait les fidèles à s’unir dans une armée rassemblée à la cathédrale, secondée tant par l’arsenal sacramentel de l’Église que par les canons des capitouls, armée non payée et commandée par des capitaines choisis dans le corps des associés. Le clergé, le parlement et les capitouls de Toulouse cherchèrent alors à mettre sur pied une armée sainte : le lieu de rassemblement était la cathédrale de la ville, les armes celles possédées par les volontaires, le prix à payer, exposer sa vie, et le mérite à en tirer, travailler à la gloire de Dieu. Il s’agissait d’un appel à la violence individuelle désengagée des structures de commandement militaire en action dans la province, c’était une sorte d’armée libre non officielle mais reconnue, non payée mais jointe aux armées provinciales. Il s’agissait donc d’une décision militaire participant d’une fragmentation du pouvoir de commandement au nom d’une mobilisation catholique. Ce fut concrètement l’occasion de lever une véritable troupe, dirigée au départ par le grand prieur de l’ordre de Malte à Toulouse30. Une organisation militaire fut mise en place pour encadrer cette armée, soit un colonel et des capitaines de compagnies chargés de trouver les armes pour leurs hommes31. Par la suite, la compagnie prit le chemin du comté de Foix et se joignit aux troupes assiégeant Le Carla. Elle perdit son sens sacral assez rapidement pour ne plus être qu’une compagnie de volontaires intégrée au gros de l’armée royale et commandée par le gouverneur du pays.

28Les Toulousains des guerres de religion vécurent ainsi dans un climat d’affrontement sur près de quarante ans. Ayant vu éclore la division confessionnelle au sein de leur cité, ils furent également les témoins et les acteurs du glissement du choix confessionnel au choix partisan. Ce glissement fut graduel et s’accompagna de troubles d’abords épisodiques puis de plus en plus fréquents avant de déboucher sur la guerre réglée entre les deux camps. Il ranima l’esprit d’autodéfense des citadins, en mâtinant d’une dimension sacrale les réflexes traditionnels de mise en défense propres à l’identité urbaine. Le comportement même du toulousain face à l’affrontement ne fut pas véritablement différent de ce qu’il aurait été s’il avait eu à se battre contre l’envahisseur espagnol ou anglais. La différence fondamentale résidait dans le motif d’opposition lié au choix de l’intransigeance catholique que firent les élites et une majorité du petit peuple de la ville. Ce choix impliquait non seulement une prise d’armes, mais aussi une démarche de purification interne manifestée par une désignation violente du voisin devenu ennemi. L’originalité des guerres civiles résida dans la recherche obsessionnelle d’un ennemi proche mais insaisissable, connu mais masqué, familier mais perçu comme prêt à commettre les pires atrocités. Cette crainte de la proximité d’un danger jamais réellement cerné présida aux destinées militaires de la cité qui se conçut alors comme un citadelle veillant avant la bataille. Cependant, à l’exception de la génération de 1562, aucun toulousain ne connut la réalité des affrontements confessionnels en demeurant à Toulouse.

Notes

1 Arch. dép. Haute-Garonne, B 66, f° 1r : page de garde d’un registre des arrêts civils du parlement de Toulouse (1571-1572) (reproduite à la fin de cet article, p. 43). Il est probable que cette lettre ait été dessinée après les massacres de la Saint-Barthélemy.

2 Ernest Roschach, Histoire graphique de l’ancienne province de Languedoc, Toulouse, Privat, 1904, p. 411. L’interprétation qui suit s’appuie sur ses conclusions.

3 « Le juste se réjouira en voyant la vengeance que Dieu prendra des impies, et il lavera ses mains dans le sang du pêcheur », traduction de Lemaître de Sassy.

4 Pierre-Jean Souriac, Une guerre civile. Affrontements politiques et religieux en Midi toulousain (1562-1596), Seyssel, Champ Vallon, coll. « Époques », 2008.

5 Jean Guillaume Baum et August Eduard Cunitz (éd.), Histoire ecclésiastique des Églises Réformées au royaume de France, Paris, 1885, t. I, p. 182 et 373.

6 Joan Davies, « Persecution and Protestantism : Toulouse, 1562-1575 », The Historical Journal, n° 22, 1979, p. 33 ; Mark Greengrass, « The anatomy of religious riot in Toulouse in may 1562 », Journal d’Histoire ecclésiastique, n° 34, 1983, p. 372.

7 Sources pour l’élaboration de cette chronologie : J. G. Baum et A. E. Cunitz (éd.), Histoire ecclésiastique, op. cit., Georges Bosquet, Histoire de M.-G. Bosquet sur les troubles advenus en la ville de Toulouse l’An 1562, Toulouse, R. Colomiez, 1595 [traduction du latin de l’édition de 1563] ; Henri de La Popelinière, L’histoire de France, Abraham, 1581, f° 311-312r ; « Relation de l’émeute arrivée à Toulouse », dans Louis Cimber et Félix Danjou, Archives curieuses de l’histoire de France depuis Louis XI jusqu’à Louis XVIII, Paris, Beauvais, 1835, t. IV, p. 345-356.

8 BnF, Fr. 15 875, f° 101r-v : lettre des capitouls de Toulouse à Catherine de Médicis, 30 juillet 1561.

9 Antoine de Lomagne, baron de Terride : capitaine des ordonnances ayant combattu en Italie, il reçut commission pour aller pacifier Toulouse le 6 août 1561, et eut du mal à se faire recevoir par les capitouls au nom des privilèges de la ville. Par la suite, il participa au siège de Montauban en 1562 qui se solda par un échec. Il fut envoyé en Béarn en 1569 comme lieutenant général des armées du roi et capturé lors du siège de Navarrenx ; il mourut peu après en détention.

10 Bnf, Fr. 15 875, f° 172r-v : lettre du clergé de Toulouse à Catherine de Médicis, 8 septembre 1561.

11 Pierre-Jean Souriac, « Les “urgeans” affaires de la ville. Défendre Toulouse durant la première guerre de religion, 1562-1563 », Revue d’histoire urbaine, n° 3, juin 2001, p. 39-65.

12 Mark Greengrass, « The Sainte Union and the provinces : the case of Toulouse », The Sixteenth Century Journal, vol. XIV, n° 4, 1983, p. 469-496.

13 Joseph Lecler, « Aux origines de la Ligue : premiers projets, premiers essais (1561-1570) », Études, 1936, p. 188-209 ; Denis Crouzet, Les guerriers de Dieux. La violence au temps des troubles de religion. Vers 1525-vers 1610, Seyssel, Champ Vallon, coll. « Époques », 1990, 2 t.

14 Pierre-Jean Souriac, « Les chemins de l’intransigeance. Radicalité catholique et engagement politique à Toulouse lors des guerres de religion », Moreana, vol. 43, n. 166-167, décembre 2006, p. 82-114.

15 Arch. mun. Toulouse, AA 18, p. 129.

16 Arch. mun. Toulouse, AA 18, pièces 89 et 96 ; AA 14, pièce 2.

17 Joan Davies, « Persecution and protestantism… », op. cit. ; Paul Romane-Musculus, « Les protestants de Toulouse en 1568 », BSHPF, avril-juin 1961, p. 69-94 ; du même auteur, « Les protestants de Toulouse en 1574 », BSHPF, octobre-décembre 1964, p. 272-283.

18 AA 14/1 : liste des personnes dont le parlement de Toulouse a ordonné l’arrestation et fait saisir les biens du 25 mai au 17 décembre 1562.

19 Arch. mun. Toulouse, BB 12 : registre des délibérations de la maison de ville de Toulouse, 1566-1570.

20 Thierry Wanegffelen, Ni Rome ni Genève. Des fidèles entre deux chaires en France au xvie siècle, Paris, Champion, 1997, p. 257.

21 Arlette Jouanna, « Protection des fidèles et fidélité au roi : l’exemple de Henri Ier de Montmorency-Damville », dans Yves Durand (dir.), Hommages à R. Mousnier, clientèles et fidélités en Europe à l’époque moderne, Paris, PUF, 1981, p. 279-296 ; Mark Greengrass, « Noble affinities in Early modern France : the case of Henri Ier de Montmorency-Damville, constable of France », European History Quarterly, 1986, p. 275-311.

22 Bernard Chevalier, Les bonnes villes de France du xive siècle au siècle au xvie siècle, Paris, Aubier, Montaigne, 1982.

23 « Discours des troubles advenus en la ville de Pamies le cinquiesme de juin 1566 », Archives curieuses de l’histoire de France, Paris, Beauvais, 1835, t. VI, p. 311-343.

24 Arch. mun. Toulouse, BB 12, f° 14r : conseil de bourgeoisie de Toulouse, 10 mai 1566 ; f° 15r : conseil des capitouls, 12 mai 1566 ; f° 16r : conseil de bourgeoisie, 7 juin 1566 ; f° 16v : conseil de bourgeoisie, 9 juin 1566.

25 Arch. mun. Toulouse, BB 12, f° 86r-87v : monstre generale faicte en Tholouse le dimanche vingt troysiesme jour du mois de novembre mil cinq cens soixante sept.

26 Ordre de présentation des civils en armes : devant : hallebardiers, piquiers, arquebusiers, tous portant morions ; deuxième position : piquiers et hallebardiers portant corps de cuirasse, arbalétriers, rondeliers et autres personnes portant diverses armes comme bâtons à deux bouts, pertuisanes, lances gayées, et toutes autres especes d’armes de guerre que l’on a recouvrées.

27 Denis Crouzet, Les guerriers de Dieu…, op. cit.

28 Claude de Vic et Joseph Vaissète, Histoire générale du Languedoc, Toulouse, Privat, t. XI, 1889, p. 509, et pour le contenu de l’acte de la croisade : t. XII, col. 888 ; Denis Crouzet, Les guerriers de Dieu, op. cit., t. 1, p. 386-389 ; Jean de Cardonne, Remonstrance aux catholiques de prendre les armes en l’armée de la Croisade instituée en la ville de Tholose contre les calvinistes huguenots, traîtres et rebelles, Toulouse, Colomies, 1568.

29 « Publication de la croisade faite à Toulouse contre ceux de la nouvelle religion », dans Claude de Vic et Joseph Vaissète, Histoire du Languedoc, t. XII, Toulouse, Privat, col. 888-889, 1889.

30 Arch. mun. Toulouse BB 12, f° 195v : délibération de la maison de ville de Toulouse, 28 décembre 1568 ; f° 228r : délibérations municipales de Toulouse,15 avril 1569 ; EE 64 : état des poudres distribuées par la ville.

31 Arch. dép. Haute-Garonne, 3E 2 326 [notaire de Toulouse, Jean Castanet] : f° 18r-v : dette du révérend frère Pierre de Baullac pour l’achat d’armes pour la croisade, 7 janvier 1569.

Table des illustrations

Titre Chronologie du cheminement vers la guerre à Toulouse (1561-1562)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4737/img-1.png
Fichier image/png, 28k
Titre Villes et pays d’États du Midi toulousain au xvie siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4737/img-2.png
Fichier image/png, 1,6M
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4737/img-3.png
Fichier image/png, 1,4M

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site