Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La République à l'épreuve des peurs

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Philippe Bourdin
, 
Lisa Bogani
, 
et al.

Première partie. Discours et stratégies de la peur

Des coups de bourse aboliront-ils la République ?

La peur des agioteurs après Thermidor

Gambling on the failure of the Republic. The fear of “agioteurs” after Thermidor

Clément Weiss

Résumé

Héritier de l’accapareur d’Ancien Régime, l’agioteur est érigé en antimodèle de citoyenneté après Thermidor et sous le Directoire. Les discours politiques et littéraires répètent que les agioteurs sont omnipotents et que leurs spéculations frauduleuses sapent la propriété, déprécient les assignats et ruinent la République. Confronter ces discours à la « chasse aux vampires » menée au Palais Royal par les commissaires de section parisiens permet de saisir l’ambiguïté d’une pratique sans cesse invoquée, mais difficilement imputable à des individus précis et donc impossible à réprimer de manière efficace. Il s’agit donc de se demander comment une pratique incertaine a pu cristalliser les peurs de la société thermidorienne et comment le signalement stéréotypé de l’agioteur, dont les commissaires répètent à longueur de rapports l’inadaptation au réel, a pu devenir l’un des symboles des désordres de la Révolution.

Successor of the Old Regime’s hoarder, the “agioteur” is raised to a counter-model of citizenship after Thermidor and during the Directory. Literary and political discourses repeat that “agioteurs” are omnipotent and that their illegal speculations attack property, depreciate assignats and shatter the Republic. The comparison between these discourses and “vampire hunting” conducted by police commissionners in the Palais Royal underlines the ambiguity of agiotage as a concrete practice because nobody matches the stereotypical description of agioteur. This article will question why, despite its inadequacy in practice, the stereotype of counter-revolutionary agioteurs had become one of the symbols of revolutionary disorder and had cristallized fears of Thermidorian society.

Texte intégral

  • 1 Thiers A., Histoire de la Révolution française, 9e édition, Paris, Furne et Cie, 1889 [1823-1827], (...)

« L’imagination populaire se créait des monstres et partout voyait des ennemis acharnés, tandis qu’il n’y avait que des joueurs avides profitant du mal, mais ne le produisant pas, et n’ayant certainement pas la puissance de le produire1. »
Thiers Adolphe, 1823-1827.

  • 2 [Chantreau P.-N.], Dictionnaire national et anecdotique, Paris, 1790, p. 9-10
  • 3 Ibid., p. 8.
  • 4 L’agiotage est ici envisagé comme phénomène strictement parisien. Sa dimension provinciale serait (...)

1Comme le résume Thiers, lorsqu’il est question d’agiotage dans les sources révolutionnaires, la dénonciation des manipulations occultes d’une poignée de « joueurs » prend souvent le pas sur les considérations économiques et techniques. Ce glissement tient à une perception d’abord morale et politique du phénomène : les agioteurs sont considérés comme des ennemis de la chose publique et des contre-révolutionnaires. Le terme agiotage désigne de façon extensive le « commerce qu’on fait sur la hausse et la baisse des effets royaux ou publics » selon le Dictionnaire national et anecdotique de 1790, qui ajoute que « les agioteurs forment une des corporations la plus considérable de cette capitale2 ». Le dictionnaire consacre également une notice aux « Accapareurs d’argent », autre expression désignant les agioteurs : « On les trouve rue Vivienne, ils ne se cachent point, ils sont plus hardis que ceux de bleds et aussi bons à pendre3. » Cette définition témoigne d’une triple logique d’incarnation, de localisation et de dénonciation caractéristique des discours émis pendant la Révolution sur une pratique économique dont l’obscurité attise peurs et fantasmes. L’obsession est particulièrement prégnante après Thermidor – notamment l’an III et l’an IV – lorsque le pic de la crise économique et financière s’accompagne de peurs sociales dont témoignent les romans, pièces de théâtre, déclarations officielles et rapports policiers qui donnent l’image unanime d’un agiotage omnipotent et délétère autour du Palais Royal4.

Portrait de l’agioteur en monstre

  • 5 Chaussard P.-J.-B., Le nouveau Diable boiteux, tableau philosophique et moral de Paris au commence (...)

2Dans son roman Le nouveau Diable boiteux, Chaussard reprend le personnage de Lesage et sa capacité à voir à travers les murs pour livrer une vision en coupe de la société révolutionnaire. Le Diable boiteux et le bachelier, son disciple, assistent notamment à la lecture publique des « fragments d’un mémoire sur l’agiotage5 », mise en scène fictionnelle qui permet à Chaussard d’enchâsser dans son roman un mémoire de cinquante-cinq pages sur les ravages de cette pratique. Sans doute conscient du fait que le ton érudit et moralisant de cette dissertation peut rebuter le lecteur, Chaussard la fait précéder d’une allégorie destinée non plus à convaincre, mais à frapper de stupeur et à « démasquer », littéralement, l’agiotage en dévoilant son vrai visage. D’un « coup de baguette magique », le Diable boiteux révèle « l’origine des fortunes ». Un monstre apparaît, sur son front est écrit « avarice », mais cette macule est recouverte d’un masque sur lequel est écrit « espérance ». Dissimulé derrière ce masque, le monstre attire à lui une foule de « badauds » et d’« imprudents », fascinés.

  • 6 Ibid., p. 64

« Chacun engagea au jeu sa fortune et sa personne ; mais il sortit de la table une vapeur pestilentielle et enivrante ; leur tête se troubla : nouveaux Midas, ils crurent que tout se changeait en or sous leurs mains. / Alors un génie malin couvrit leurs yeux d’un bandeau ; ils se jetèrent dans un tumulte inexprimable les uns sur les autres6. »

  • 7 Ibid., p. 99.

3Et c’est ainsi qu’un « abyme s’ouvrit et se referma sur des millions de victimes ». Comme Chaussard l’écrit lui-même dans le mémoire qui suit, il s’agit de montrer que « l’agiotage porte avec lui-même son supplice, sa peine et sa ruine7 » et la tératologie se révèle plus efficace pour cela que de longs développements techniques. En donnant corps monstrueux à un phénomène économique désincarné et insaisissable, ce procédé fictionnel joue sur la peur que le caractère dissimulé de l’agiotage peut susciter dans l’opinion publique, fidèle en cela à l’ensemble du roman qui fait des pouvoirs surnaturels du Diable boiteux le moyen de dévoiler ce que cachent les murs de faux-semblants de la société directoriale.

  • 8 Liste curieuse des bêtes féroces, mâles et femelles, de la fameuse ménagerie et du cabinet d’histoi (...)
  • 9 Le texte est anonyme et non daté, mais l’insurrection y est traitée comme un événement récent.
  • 10 Baecque A. de, Le corps de l’histoire. Métaphores et politique (1770-1800), Paris, Calmann-Lévy, 1 (...)

4Dans d’autres cas, la tératologie sert à faire entrer l’agiotage au Panthéon des monstres contre-révolutionnaires, comme dans la Liste curieuse des bêtes féroces, mâles et femelles, de la fameuse ménagerie et du cabinet d’histoire naturelle du ci-devant Palais Royal8, publiée après l’insurrection du 13 vendémiaire an IV (5 octobre 1795)9. Les agioteurs y sont animalisés sous les traits du « vampire africain » qui « ne se nourrit que de blé, riz et assignats », « dévore la subsistance du pauvre et suce le sang du malheureux » et du « renard bambinocrate », « dupant les autres sans l’être lui-même, et troquant dans la même matinée un peu d’argent contre beaucoup de papiers, et beaucoup de papiers contre de beaux et bons bijoux d’or ». Si le ton du texte est plaisant et sa dimension ironique indéniable, il recourt au même procédé que le roman de Chaussard en donnant, de façon littérale, corps à la paranoïa entourant l’agiotage. Suivant Antoine de Baecque, ce corps terrible des « ménageries politiques », caractéristique de la « mentalité obsidionale révolutionnaire », s’inscrit dans une « écriture du cauchemar10 » qui fait de l’agioteur un être hybride, à la fois ridicule et terrifiant, à « face humaine » quoiqu’« allongée », au poil « crépu », avec « les ongles d’un procureur de l’ancien régime, et du reste le corps d’un reptile ».

  • 11 Elle avait déjà été fermée par un décret du 27 juin 1793 avant de rouvrir le 20 mai 1795.
  • 12 Archives de la préfecture de police [APP], AA 99, fo 55.
  • 13 APP, AA 99, fo 182.
  • 14 Manfredi G., « Voltaire et les vampires », Multitudes, no 33, 2008, p. 91-99.
  • 15 APP, AA 99, fo 198.

5Cette question de la figuration n’est pas anodine dans la mesure où le vocabulaire tératologique – qui place l’agiotage du côté du cauchemar et du jeu de langage – prolifère jusqu’à contaminer le vocabulaire employé par ceux qui sont chargés de la lutte routinière contre les agioteurs. La grande proclamation du 14 brumaire an IV (5 novembre 1795) signée par les membres du Directoire exécutif pour annoncer les grandes orientations de leur politique fait de la lutte contre les agioteurs, ces « sangsues publiques qui calculent toujours sur nos misères », une cause nationale. Lorsque le 11 décembre 1795, décision est prise de fermer à nouveau la bourse11, le Bureau central du canton de Paris précise à Comminges, commissaire de la section de la Butte des Moulins, que cette décision s’inscrit dans le plan de lutte contre le « chancre rongeur planté chez nous par les ennemis de la République12 ». Autres signes de cette porosité du vocabulaire, commissaires et ministres (par exemple Merlin de Douai dans une lettre du 14 pluviôse an IV13) emploient le terme de « vampire » comme exact synonyme de celui d’agioteur et la « chasse aux vampires » devient l’expression consacrée pour désigner la lutte menée au Palais Royal. Il ne s’agit plus ici de la distanciation ironique qui consiste à comparer à des « vampires » ceux qui sucent l’argent et les subsistances du peuple, comme le faisait Voltaire dans son Dictionnaire philosophique14 ou comme le fait la Liste curieuse des bêtes féroces. Cette contamination du vocabulaire prend parfois des aspects curieux lorsque se rencontrent le terme tératologique de « vampire » et la signalisation très précise d’un citoyen, comme dans cette lettre du Bureau central du 18 pluviôse an IV (7 février 1796) qui ordonne à Comminges « le cernement sur l’heure du café [des Américains, rue des Bons-Enfants], l’arrestation de tous les vampires qui pourront y être surpris, celle même de leur patron, ledit Grégoire15 », tenancier du café et non prince des vampires.

6Cette contamination s’est transmise jusqu’à affecter la postérité et la mémoire de l’agiotage d’époque révolutionnaire, notamment à travers le portrait physique saisissant légué par Mercier dans Le nouveau Paris :

  • 16 Mercier L.-S., Le nouveau Paris, Paris, Mercure de France, 1994 [1799], p. 278-279.

« Leur costume est assez uniforme : c’est un bonnet de poil à queue de renard. Hercule, le plus fort des hommes, se couvrait de la peau du lion, qui est le plus fort des animaux ; ceux-ci, qui sont les plus fripons et les plus rusés, s’affublent de la peau du renard, qui est le plus astucieux, le plus voleur, le plus carnassier entre les bêtes16. »

  • 17 Caron J.-C., Lamoine L. et Planas N. (dir.), Entre traces mémorielles et marques corporelles. Regar (...)
  • 18 Baridon L. et Guédron M., Corps et arts. Physionomies et physiologies dans les arts visuels, Paris (...)

7Procédé classique de construction de l’ennemi17, l’animalisation passe ici par la métonymie : le bonnet de l’agioteur exhibe sa vraie nature, c’est un renard digne des ménageries politiques. L’agioteur apparaît comme une espèce emblématique de cette physiognomonie sociale qui voit dans les accoutrements et les visages de la « faune du Palais Royal » les révélateurs de « la corruption de la cité18 ». Mercier met le costume de l’agioteur – et sa livrée en forme de queue de renard – au service d’une démonstration faisant de l’inversion des valeurs le signe de la dégénérescence de la Révolution.

  • 19 Il s’agit du passage reliant le Palais Royal à la rue Neuve-des-Petits-Champs où les agioteurs son (...)
  • 20 Hugo V., Quatre-vingt-treize, Paris, Le Livre de Poche, 2001 [1874], p. 172.
  • 21 Goncourt J. et Goncourt E., Histoire de la société française pendant le Directoire, Paris, Le Prom (...)
  • 22 Champier V. et Sandoz G.-R., Le Palais Royal d’après des documents inédits (1629-1900), Paris, Soc (...)

8Érigé en source primordiale sur le Paris de la Révolution, le portrait à charge légué par Mercier a été largement repris. Difficile, par exemple, d’imaginer que Hugo n’a pas Mercier en tête ou sous les yeux quand il écrit : « Il y avait les agioteurs du perron19 de la rue Vivienne, en souliers crottés, en cheveux gras, en bonnet à poil à queue de renard20. » De même, les Goncourt évoquent « cette infanterie d’agioteurs en sous-ordre dont l’uniforme est un bonnet de poil de renard21 » et citent Mercier en note de bas de page. Beaucoup d’histoires anecdotiques de Paris recopient telle quelle la description de Mercier, à l’instar de celle de Champier et Sandoz qui insistent sur sa « vérité absolue22 ».

  • 23 Il apparaît notamment dans deux caricatures datées de 1797, l’une intitulée « Les folies de nos gr (...)

9L’origine exacte de ce détail du « bonnet de poil à queue de renard » reste obscure et Mercier n’en est pas forcément l’inventeur puisqu’il apparaît également dans l’iconographie23. Il n’empêche que la multiplicité de ses occurrences interroge sur la circulation et la postérité de stéréotypes sans cesse repris, au point que la distinction entre la réalité désignée et ses représentations n’a plus cours et que l’appellation « agioteur » tend à devenir en soi une macule infamante. Ces représentations sont-elles reçues comme des moyens de conjurer la peur inspirée par les agioteurs ? Le théâtre apparaît comme un bon observatoire pour étudier cette question étant donné qu’il est plus facile pour l’historien d’évaluer la réception d’une pièce que celle d’un pamphlet ou d’une caricature.

Catharsis cherche public : l’agiotage au théâtre

  • 24 Goncourt J. et Goncourt E., Histoire de la société française pendant le Directoire, op. cit., p. 1 (...)
  • 25 D’après la base de données en ligne CESAR, la pièce a connu sept représentations en 1796, mais dan (...)

10Lorsqu’ils évoquent le théâtre du Directoire, les Goncourt se montrent particulièrement enthousiastes à l’égard de sa capacité à mettre en demeure les agioteurs et le public. Ils citent la diatribe lancée contre des femmes agioteuses en conclusion de la pièce de Ducancel Le Thé à la mode ou Le Millier de sucre (1795). Très choqués par cet agiotage au féminin, les Goncourt s’exclament : « Que la pièce du Thé vienne châtier cette manie et cette furie24 ! » Ils estiment qu’au moment où la tirade retentissait sur scène, la salle était à l’unisson. Le public assistant aux représentations de la pièce lui reconnaissait-il cette valeur cathartique ? Il est difficile de le savoir, mais ce qui est certain, c’est que Le Thé à la mode n’a pas été l’immense succès populaire imaginé par les Goncourt puisque la pièce a connu seulement entre sept et douze représentations25.

11Cet exemple de décalage entre les effets prêtés à une pièce et son succès populaire n’est pas isolé, comme le montre un rapport du 10 brumaire an IV (1er novembre 1795) au sujet de la pièce d’Armand Charlemagne L’Agioteur :

  • 26 Aulard A., Paris pendant la réaction thermidorienne et sous le Directoire : recueil de documents p (...)

« Au théâtre de la République, on a donné la seconde représentation de L’Agioteur, qui a été fort applaudi […]. Le public applaudissait à outrance et semblait se dédommager en accablant de mépris les auteurs de ses souffrances. Il serait à désirer que l’auteur fît jouer cette pièce sur tous les théâtres ; les coquins, qui en sont les héros, seraient, par ce moyen, au carcan de l’opinion publique26. »

12Le commissaire Houdeyer attribue une fonction expiatoire à la pièce puisque le public viendrait se « dédommager » en conspuant les agioteurs. Son souhait de voir l’auteur faire jouer sa pièce « sur tous les théâtres » n’a cependant pas été exhaussé : en dépit du triomphe rapporté ici, L’Agioteur n’a connu que huit représentations.

Pièces sur l’agiotage classées par nombre de représentations (Paris, 1795-1799)

  • 27 D’après la base de données en ligne CESAR.
  • 28 CESAR ne recense aucune représentation, mais 6 représentations sont recensées dans Kennedy E. et a (...)

Pièce

Auteur

Date

Représentations27

Les Modernes Enrichis

J.-B. Pujoulx

1797

27

L’Entrée dans le monde

L.-B. Picard

1799

24

Le Commerce du Jardin-égalité ou La Forêt de Bondy

A. Lazzari

1795

14

L’Agioteur

A. Charlemagne

1796

8

Le Thé à la mode ou Le Millier de sucre

C.-P. Ducancel

1795

7/12

La Paix

J. Aude

1797

?/628

  • 29 « On a ben raison de dire qu’hasard fait tout », dit Mme Angot dans la pièce. Si l’agiotage n’est (...)
  • 30 Aulard A., Paris pendant la réaction thermidorienne…, op. cit., t. II, p. 68.

13Entre 1795 et 1799, aucune des pièces sur l’agiotage que nous avons pu identifier n’a dépassé les trente représentations. On peut considérer que pour ces pièces de circonstances, écrites rapidement et jouées à l’avenant, atteindre la vingtaine de représentations est déjà un succès relatif. Toutefois, même les plus jouées d’entre elles se situent loin d’un succès populaire comme Madame Angot, satire des manières ridicules d’une poissarde enrichie par les circonstances, qui compte cent cinquante-cinq représentations et plusieurs suites, mais qui ne peut être classée parmi les pièces sur l’agiotage29. S’il est difficile de savoir à quoi tient précisément le manque de succès de celles-ci, il faut remarquer que ce n’est pas leur dimension politique qui rebute le public puisque des pièces antijacobines proposées par les mêmes auteurs ont connu des succès bien supérieurs entre 1795 et 1799 : Armand Charlemagne fait représenter soixante fois Le Souper des Jacobins et Ducancel cent douze fois L’Intérieur des Comités révolutionnaires. Faut-il en conclure que le public thermidorien préfère s’effrayer en voyant ressurgir sur scène les fantômes du terrorisme alors que les agioteurs, insaisissables et ayant la réputation de demeurer impunis, sont encore trop visibles pour être tournés en ridicule ? En juillet 1795, le directeur du théâtre des Variétés-Amusantes est convoqué par la Commission de police administrative car, lors d’une représentation de la pièce Le Commerce du Jardin-égalité d’Ange Lazzari, un comédien aurait directement pris à parti le public. Après avoir déclamé – conformément au texte de la pièce – que l’agiotage est un « métier de voleur » et que le peuple doit « prendre patience » car bientôt il sera extirpé, il aurait, selon le rapport, ajouté qu’« il y a longtemps qu’on nous endort avec cette patience », déclenchant un tonnerre d’applaudissements dans la salle30.

  • 31 Notons qu’il serait particulièrement aisé pour la police de traquer les agioteurs si ceux-ci porta (...)

14Être soupçonné d’avoir fustigé l’inaction des autorités suffit à déclencher une enquête, ce qui prouve que l’agiotage est perçu comme un sujet sensible pouvant prêter à sédition. Aux yeux de l’opinion, la peur de l’impunité semble ainsi prendre le pas sur la peur des agioteurs en tant que tels, tandis qu’aux yeux de la police, ces derniers sont d’autant plus redoutables qu’ils sont insaisissables. Tout n’est en effet pas aussi simple que dans ces utopies littéraires où les agioteurs exhibent leur accoutrement monstrueux comme un emblème31, ne cachent rien de leurs manœuvres et sont invariablement châtiés. En vérité, l’idée d’un agiotage triomphant au grand jour coïncide mal avec l’expérience quotidienne de la police.

Voir sous les bonnets de poil à queue de renard

  • 32 Simonin A., Le déshonneur dans la République. Une histoire de l’indignité 1791-1958, Paris, Grasse (...)

15La répression très forte censée peser sur les agioteurs est une première preuve de la peur qu’ils inspirent aux autorités. La loi sur l’accaparement du 26 juillet 1793 donne au tribunal révolutionnaire le choix entre l’acquittement, six années de fers et la mort pour tous les prévenus d’accaparement et, en tant qu’accapareurs d’argent, des présumés agioteurs ont été exécutés. Le décret du 13 fructidor an III (30 août 1795) ne prévoit plus la peine de mort, mais il condamne les individus « déclarés agioteurs » à deux ans de fer, la confiscation de tous leurs biens au profit de la République et une peine infamante, « l’exposition en public, avec écriteau sur la poitrine, portant ce mot, Agioteur ». Il s’agit à la fois d’extraire l’agioteur du corps civique en le privant du droit de propriété et de l’humilier aux yeux des bons citoyens32. La psychose qui entoure l’agiotage semble néanmoins se nourrir de la conviction que cette législation n’est pas appliquée et que les agioteurs poursuivent leurs manipulations en toute impunité.

  • 33 François Gendron note que l’amalgame entre muscadins et agioteurs est très marqué dans l’esprit de (...)
  • 34 Aulard A., Paris pendant la réaction thermidorienne…, op. cit., t. II, p. 305-306.
  • 35 Ibid., p. 308-309.

16À ce titre, la période qui suit l’insurrection du 13 vendémiaire an IV marque l’acmé de cette identification des agioteurs à des ennemis de la République, vendémiairistes ou muscadins33. Le rapport de la Commission de police administrative du 15 vendémiaire affirme que les agioteurs regardent avec un « œil sec le sang répandu » le 13 et agiotent « sur les cadavres » des personnes tuées car ce sont eux les véritables « auteurs de la révolte34 ». Celui du 16 va plus loin encore en faisant des agioteurs les ennemis irréductibles du régime : alors que le gouvernement a « fait rentrer dans le néant le vagabond, le voleur, le joueur, le royaliste et l’anarchiste », l’agioteur continue d’insulter la République35.

  • 36 Meyer F. J. L., Fragments sur Paris, Hambourg, 1798, t. I, p. 24-27.
  • 37 Les commissaires en charge de la lutte contre l’agiotage font d’ailleurs le même constat au sujet (...)
  • 38 APP, AA 189, fo 185.

17Dans les représentations de l’agiotage, il n’y a pas de rupture, mais plutôt un continuum entre les œuvres littéraires et les sources policières. L’imaginaire qui érige certains lieux en repaires du vice ou cloaques contrerévolutionnaires correspond autant à une obsession morale qu’à une obsession policière. C’est en ce sens qu’il faut comprendre les tentatives de clôture des lieux considérés comme criminogènes : la bourse en premier lieu, fermée entre mi-décembre 1795 et mi-janvier 1796, mais aussi le Palais Royal, objet sous le ministère Merlin de Douai (janvier-avril 1796) d’une véritable lutte spatiale caractérisée par la multiplication des opérations de « cernement » des galeries et des jardins censées permettre l’arrestation des agioteurs. Spectaculaire mais inefficace, cette politique est rapidement tournée en dérision par les badauds que ne voient dans ces « merlinades » que des « grimaces » policières pour reprendre l’expression du voyageur allemand Meyer36. Cet échec de la répression tient pour partie aux difficultés que rencontre la police pour cerner l’agiotage, c’est-à-dire à la fois pour en comprendre les opérations et, concrètement, pour y mettre un terme. Il est en effet très difficile d’établir un délit d’agiotage autrement que par flagrant délit37. Section du Muséum, le 1er vendémiaire an IV, un individu est arrêté place de la Bourse parce que deux pièces d’or ont été trouvées sur lui. La police s’en remet aux stéréotypes : la détention de pièces d’or alors que le numéraire est proscrit, qui plus est à proximité de la bourse, ne peut être que le fait d’un agioteur. L’individu est pourtant relâché car cette accusation est impossible à prouver38.

  • 39 APP, AA 98, fo 519.
  • 40 APP, AA 103, fo 25.

18À une époque où la police scrute dans ses rapports l’« esprit public » pour y déceler les ferments d’insurrections populaires, la peur de l’agiotage est d’abord une peur de l’échec et de la colère que cette impuissance risque d’attiser. En première ligne puisqu’il est en charge des descentes au Palais Royal, Comminges réclame des mesures d’exception dans une lettre du 4 nivôse an IV (25 décembre 1795) pour permettre notamment à ses agents de visiter les maisons des suspects sans autorisation préalable39. Il se plaint également du fait que les individus qu’il arrête sont rapidement relâchés sans subir les peines prévues par la loi, laxisme des tribunaux qui « les a enhardis dans leur commerce scandaleux40 ». Il faut dire que les individus appréhendés ne correspondent pas au stéréotype de l’agioteur omnipotent. Le présumé d’agiotage type est un homme d’une vingtaine ou trentaine d’années qui se déclare sans attache et sans le sou, car originaire de province et arrivé à Paris depuis peu. Contrairement aux personnages de théâtre ou de roman, il nie être un agioteur. Loin des brasseurs de millions décrits par les sources, les prévenus du Palais Royal apparaissent comme des gagne-deniers à l’existence précaire qui voient dans le change clandestin un moyen de subsistance. En définitive, c’est peut-être aussi pour cela, parce qu’il est un moyen d’échapper à la misère par l’économie clandestine, que l’agiotage inquiète les autorités.

Comment l’agiotage vient aux citoyens

  • 41 Nougaret P.-J.-B., Paris métamorphosé ou Histoire de Gilles-Claude Ragot pendant son séjour dans c (...)
  • 42 Ibid., t. III, p. 113-114.

19En 1799, le polygraphe Nougaret publie le premier roman d’initiation à l’agiotage, Paris métamorphosé ou Histoire de Gilles-Claude Ragot41. Cette œuvre moralisante et édifiante dans le pur style Directoire, mais aussi profondément ambiguë, raconte l’histoire de Ragot, jeune provincial monté à Paris pour participer à la grande aventure de la Révolution. Le deuxième tome s’ouvre sur sa rencontre avec le bien nommé Rusetin, qui lui propose de devenir riche en agiotant. Les agioteurs du roman, hommes ou femmes, vantent leur activité comme démocratique, car elle permet à n’importe qui de s’élever au-dessus de sa condition initiale, donc de « se métamorphoser ». Pour eux, il s’agit d’une forme de redistribution qui dédommage les ci-devant serviteurs de l’oppression qu’ils ont subie en faisant d’eux les nouveaux maîtres du jour. À la fin du roman, ruiné, Ragot regagne son département, mais continue de penser que « tout est donc pour le mieux dans Paris » puisque s’il veut « recommencer à agioter, à intriguer, etc. », il pourra « de nouveau parvenir à une vaste opulence, et [s]’élever soudain de [s] on fumier comme un superbe champignon42 » en tirant profit du moyen d’ascension le plus rapide offert par la société née de la Révolution. C’est tout le paradoxe de ce roman qui, par une pédagogie de l’effroi, entend dévoiler les arcanes de ce qu’il dénonce, entretenant ainsi le fantasme d’un agiotage partout triomphant, mais qui montre aussi comment un individu médiocre et sans scrupule parvient à se faire une bonne place dans la « société du jour ». La ruine finale de Ragot ne suffit pas à convaincre que l’agiotage ne paie pas, ou du moins pas longtemps, puisque sa perte n’est pas causée par la répression ou la fatalité, mais par sa naïveté et sa sottise. C’est une véritable contre-République que forment les agioteurs du roman, avec ses rites initiatiques, ses codes, son cursus honorum – qui les conduit du pavé du perron aux salons à la mode – et ses valeurs. La première de ces valeurs est un curieux mélange de méritocratie et de guerre de tous contre tous : n’importe qui peut se lancer dans la carrière de l’agio, mais seuls les plus rusés survivent. C’est pourquoi Ragot fait faillite quand un phénix comme Rusetin continue d’occuper le haut du pavé en parvenant à se tirer avec profit des situations les plus compromises.

  • 43 Aulard A., Paris pendant la réaction thermidorienne…, op. cit., t. II, p. 142.

20Le roman montre également que l’agiotage peut être une véritable carrière pour des citoyens certes avides et désireux d’utiliser la Révolution comme opportunité, mais dénués d’intentions contre-révolutionnaires. La question est donc de savoir si cette tentation de l’agio n’est qu’une lubie de littérateur ou si elle travaille effectivement la société révolutionnaire. Un rapport du 19 thermidor an III (5 août 1795) note que des ouvriers quitteraient leurs ateliers pour aller agioter. Dans le rapport du lendemain, même rumeur : à 9 heures du soir, porte Saint-Martin, grand rassemblement d’ouvriers qui se livreraient à l’agiotage en déclarant qu’ils y sont forcés car leur salaire ne leur permet même plus d’acheter du pain43. Avérée ou pas, cette anecdote est intéressante en ce qu’elle témoigne de la peur panique des autorités face à une possible contagion de l’agiotage qui apparaît ici moins comme une tentation que comme un pis-aller.

  • 44 Journal de Paris, 3 frimaire an IV.

21Du reste, où s’arrête le change officieux et où commence l’agiotage frauduleux ? Un citoyen qui se décrit comme un « père de famille » adresse une lettre éclairante au Journal de Paris le 24 novembre 179544. Il explique disposer d’un petit pécule d’économie de 2 000 livres en numéraire, mais ne savoir qu’en faire à présent que le numéraire et le « commerce de l’argent » sont proscrits, car changer cette somme en assignats lui ferait courir le risque « d’être arrêté et poursuivi comme agioteur ». Sous ce terme, sont désignés selon lui les « petits marchands » du Palais Royal accusés à tort de ruiner les finances puisque « la modicité de leurs fonds ne leur perm[ait] pas d’avoir la moindre influence sur les augmentations ou les diminutions des valeurs ». Au contraire, leur commerce est « également utile et innocent » et ils servent d’agents de change aux citoyens qui n’ont pas accès à la bourse officielle. Le père de famille conclue en appelant les journalistes « à rectifier l’opinion publique » pour dissiper la peur suscitée par ces marchands :

« Ce n’est pas seulement le peuple qui se trompe au sujet de ces petits marchands ; des journalistes les accablent quelquefois des injures les plus grossières, et malheureusement le langage de quelques décrets paraît trop conforme à ces fausses actions. »

  • 45 APP, AA 98, fo 765-770.

22Ce qu’il avance est illustré par l’exemple d’un individu arrêté lors d’une descente au Palais Royal le 21 brumaire an IV (12 novembre 1795) car il porte sur lui 300 000 livres en assignats dont il ne peut expliquer l’origine de manière convaincante45. Il déclare se rendre sur le perron pour les échanger non contre du numéraire, mais contre des petites coupures en assignats, explication qui ne convainc pas la police qui le soupçonne d’agiotage. Une note rajoutée au rapport stipule qu’après consultation du texte du décret du 13 fructidor an III, le commissaire adjoint Ravault reconnaît qu’échanger des assignats contre d’autres assignats n’est pas interdit et qu’en conséquence l’individu a été relâché.

Ceux qui restent sur le perron

  • 46 Cité dans Gendron F., La jeunesse dorée…, op. cit., p. 262.
  • 47 Aulard A., Paris pendant la réaction thermidorienne…, op. cit., t. I, p. 725.
  • 48 APP, AA 99, fo 177.
  • 49 Plumauzille C., « Le “marché aux putains” : économies sexuelles et dynamiques spatiales du Palais (...)
  • 50 Nougaret P.-J.-B., Paris métamorphosé…, op. cit., t. II, p. 11-23.
  • 51 Kaplan S., Le complot de famine : histoire d’une rumeur au XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, 198 (...)

23À l’été 1795, un dénommé Saint-Aubin estime que l’agiotage est « loin d’être nuisible à l’État » dans un pamphlet intitulé L’Expédition de Don Quichotte contre les moulins à vent, ou Absurdité de la guerre qu’on fait aux agioteurs et à l’agiotage. Au même moment, le 29 messidor an III (17 juillet 1795), Delaunay déclare, au nom du Comité de sûreté général, que lors de la décade précédente, plus de quatre cents agioteurs ont été arrêtés46. Quelques mois auparavant, un rapport du 25 germinal an III (14 avril 1795) estimait qu’ils étaient plus de mille à se masser au Palais Royal47. Ces estimations sont bien évidemment approximatives : lorsqu’un « cernement » conduit à plusieurs centaines d’interpellations, beaucoup d’individus sont relâchés immédiatement faute d’éléments à charge. La lutte continue pourtant et Merlin écrit le 5 ventôse an IV (24 février 1796) que c’est une « guerre à outrance48 » qu’il faut faire aux agioteurs. C’est la visibilité de ceux-ci, sur le perron ou dans les jardins, qui paraît surtout scandaleuse et une analogie peut être faite en ce sens entre agiotage et prostitution. Policiers et moralistes décrivent la parade des agioteurs au bras des prostituées et les deux phénomènes sont perçus comme consubstantiels au Palais Royal49. Dans le roman de Nougaret, l’agioteur débutant apparaît comme le pendant masculin de la prostituée : Ragot est lâché sur le perron du Palais Royal par son souteneur Rusetin, il doit faire le « pied de grue » toute la journée, braver les intempéries en attendant un client et s’empresser de régler l’affaire qui se présente pour ne pas éveiller les soupçons policiers50. Cette analogie aide à comprendre pourquoi la peur liée à la présence des agioteurs dans la cité dépasse leur réel pouvoir de nuisance : de même que les prostituées incarnent la débauche, les agioteurs incarnent la ruine de la République. Les « groupes », « grappes » ou « nuées » évoqués dans les rapports sont accusés d’obstruer la circulation urbaine et d’insulter l’ordre public. La police les disperse par des rondes ou ferme les cafés où ils se réfugient afin de retirer à cette pratique toute visibilité, pour éviter qu’elle ne « fatigue » les yeux ou ne donne de fâcheuses tentations à l’honnête citoyen en promenade. À la fois inquiétant et rassurant, le mythe de l’agioteur omnipotent se rapproche de celui de l’accapareur de grains d’Ancien Régime51 car il fournit un coupable idéal à une crise économique et sociale et donne aux autorités l’illusion de pouvoir agir par de simples arrestations.

24Et si tout cela avait été vrai, l’agiotage universel, le triomphe des parvenus, qu’en serait-il sorti ? La frénésie, la débauche et l’abîme pour les moralistes ; la peur pour Edgar Quinet :

  • 52 Quinet E., La Révolution, Paris, Belin, 1987 [1865], p. 676 et suiv.

« J’ai toujours vu les parvenus agités, tourmentés, et les nouveaux enrichis tremblants sur leurs richesses […]. Imaginez une société entière de parvenus ; et dites, si vous le voulez, jusqu’où la pusillanimité, le soupçon, la peur, s’étendront parmi eux52. »

  • 53 Levratto N. et Stanziani A., Le capitalisme au futur antérieur. Crédit et spéculation en France fi (...)
  • 54 Thiers A., Histoire de la Révolution française, op. cit., t. VII, p. 192.
  • 55 De Oliveira M., « Enrichis, parvenus et déclassés par-delà la Révolution française », in Jessenne (...)

25Selon lui, la vente des biens nationaux, loin d’affermir la Révolution, l’a hypothéquée en fondant la propriété sur une expropriation. Au lieu de créer une génération de francs républicains, elle a engendré une classe de possédants inquiets, susceptibles de préférer la garantie de la propriété à celle de la liberté et donc l’Empire à la République. Quinet suggère ainsi que la remise en ordre et les « masses de granit » promises par Bonaparte sont une réponse à cette angoisse provoquée par l’instabilité des positions acquises. L’expérience des biens nationaux montre bien la limite qui doit être imposée à la circulation et à la redistribution des biens et des valeurs : les acquéreurs en ont profité et désormais ils éprouvent « la peur continuelle d’être dépouillés », ils craignent que les anciens propriétaires réclament ce qui leur a été spolié ou que des bandes noires de spéculateurs cherchent à ruiner la propriété. Pour Quinet, la peur sociale de la société thermidorienne naît donc de l’impression que la propriété garantie par l’œuvre révolutionnaire est fragile et menacée. Or, les agioteurs sont l’incarnation parfaite de cette menace puisqu’ils sont perçus comme ceux qui attentent à la propriété en vendant ce qu’ils ne possèdent pas en propre et en achetant ce dont ils ne veulent pas pour le revendre aussitôt et jouer sur la variation du cours des prix ou de la monnaie. C’est le principe du marché à terme : on s’échange des promesses de vente dématérialisées53. Thiers écrit ainsi : « Il y avait des objets qui étaient vendus et revendus des milliers de fois, sans changer de place54. » Pour lutter contre ces pratiques, l’article 3 du décret du 13 fructidor an III déclare agioteur « tout homme qui sera convaincu d’avoir vendu des marchandises et effets dont, au moment de la vente, il ne serait pas propriétaire ». L’agioteur est condamné par où il a péché : il perd la jouissance de la propriété et se retrouve mutilé d’un des droits fondamentaux du citoyen. La condamnation politique et morale très forte qui pèse sur lui est peut-être aussi une expression de la mauvaise conscience de ceux pour qui la Révolution a été une bonne affaire, de ces enrichis et parvenus qui ont misé sur elle, comme on joue à la bourse sur la hausse d’une valeur et qui cherchent, par diverses stratégies de respectabilité, à masquer l’origine spéculative de leur fortune55.

26Que l’agioteur en bonnet de poil à queue de renard ne coïncide pas avec le gagne-denier arrêté au Palais Royal importe peu, sa silhouette fantasmatique n’en a pas moins une fonction performative et cathartique au sein de la République : elle permet de définir, en négatif, le bon citoyen. Au moment où, après Thermidor, sont valorisées la propriété et la stabilité, l’agioteur apparaît comme la part maudite du citoyen, celle qui reste sur le perron pour jouer sans cesse les valeurs à la hausse et à la baisse.

Notes

1 Thiers A., Histoire de la Révolution française, 9e édition, Paris, Furne et Cie, 1889 [1823-1827], t. IV, p. 334

2 [Chantreau P.-N.], Dictionnaire national et anecdotique, Paris, 1790, p. 9-10

3 Ibid., p. 8.

4 L’agiotage est ici envisagé comme phénomène strictement parisien. Sa dimension provinciale serait à interroger.

5 Chaussard P.-J.-B., Le nouveau Diable boiteux, tableau philosophique et moral de Paris au commencement du XIXe siècle, 2e édition augmentée, Paris, Langlois, 1803 [1798-1799], t. I, p. 70.

6 Ibid., p. 64

7 Ibid., p. 99.

8 Liste curieuse des bêtes féroces, mâles et femelles, de la fameuse ménagerie et du cabinet d’histoire naturelle du ci-devant Palais Royal ; Animaux vivants des quatre parties du monde, leurs cris, leurs hurlements et leur nourriture ; Suivie du Souterrain de ses bêtes, s. l. n. d.

9 Le texte est anonyme et non daté, mais l’insurrection y est traitée comme un événement récent.

10 Baecque A. de, Le corps de l’histoire. Métaphores et politique (1770-1800), Paris, Calmann-Lévy, 1993, p. 220.

11 Elle avait déjà été fermée par un décret du 27 juin 1793 avant de rouvrir le 20 mai 1795.

12 Archives de la préfecture de police [APP], AA 99, fo 55.

13 APP, AA 99, fo 182.

14 Manfredi G., « Voltaire et les vampires », Multitudes, no 33, 2008, p. 91-99.

15 APP, AA 99, fo 198.

16 Mercier L.-S., Le nouveau Paris, Paris, Mercure de France, 1994 [1799], p. 278-279.

17 Caron J.-C., Lamoine L. et Planas N. (dir.), Entre traces mémorielles et marques corporelles. Regards sur l’ennemi de l’Antiquité à nos jours, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2014.

18 Baridon L. et Guédron M., Corps et arts. Physionomies et physiologies dans les arts visuels, Paris, L’Harmattan, 1999.

19 Il s’agit du passage reliant le Palais Royal à la rue Neuve-des-Petits-Champs où les agioteurs sont réputés se rassembler d’après de nombreuses sources policières comme littéraires.

20 Hugo V., Quatre-vingt-treize, Paris, Le Livre de Poche, 2001 [1874], p. 172.

21 Goncourt J. et Goncourt E., Histoire de la société française pendant le Directoire, Paris, Le Promeneur, 1992 [1864], p. 118.

22 Champier V. et Sandoz G.-R., Le Palais Royal d’après des documents inédits (1629-1900), Paris, Société de propagation des livres, 1900, t. II, p. 135.

23 Il apparaît notamment dans deux caricatures datées de 1797, l’une intitulée « Les folies de nos grands-pères et les nôtres : la rue Quincampoix/le Perron » et l’autre « Ils l’ont pris ! il faut le rendre ». Les deux images sont numérisées sur le site French Revolution Digital Archive.

24 Goncourt J. et Goncourt E., Histoire de la société française pendant le Directoire, op. cit., p. 124.

25 D’après la base de données en ligne CESAR, la pièce a connu sept représentations en 1796, mais dans l’introduction qu’il donne à la réédition de 1830, Ducancel affirme qu’elle a été représentée douze fois fin 1795. Cf. Ducancel C.-P., Le Thé à la mode ou Le Millier de sucre, in Esquisses dramatiques du gouvernement révolutionnaire de France aux années 1793, 1794 et 1795, Paris, Édouard Bricon, 1830, p. 379.

26 Aulard A., Paris pendant la réaction thermidorienne et sous le Directoire : recueil de documents pour l’histoire de l’esprit public à Paris, Paris, Léopold Cerf, 1898-1902, t. II, p. 351-352.

27 D’après la base de données en ligne CESAR.

28 CESAR ne recense aucune représentation, mais 6 représentations sont recensées dans Kennedy E. et al., Theatre, Opera and Audiences in Revolutionary Paris. Analysis and Repertory, Londres, Greenwood Press, 1996.

29 « On a ben raison de dire qu’hasard fait tout », dit Mme Angot dans la pièce. Si l’agiotage n’est jamais mentionné ou mis en scène dans la pièce, il s’agit peut-être d’une pièce sur ses conséquences, ou du moins sur l’absurdité d’une société qui permet aux poissardes, par le jeu du hasard, de devenir des importantes. Cf. Maillot A., Madame Angot ou La Poissarde parvenue, Paris, Barba, 1796.

30 Aulard A., Paris pendant la réaction thermidorienne…, op. cit., t. II, p. 68.

31 Notons qu’il serait particulièrement aisé pour la police de traquer les agioteurs si ceux-ci portaient un signe aussi reconnaissable qu’un bonnet de poil à queue de renard…

32 Simonin A., Le déshonneur dans la République. Une histoire de l’indignité 1791-1958, Paris, Grasset, 2008.

33 François Gendron note que l’amalgame entre muscadins et agioteurs est très marqué dans l’esprit des autorités. Cf. La jeunesse dorée. Épisodes de la Révolution française, Québec, Les Presses de l’université du Québec, 1979.

34 Aulard A., Paris pendant la réaction thermidorienne…, op. cit., t. II, p. 305-306.

35 Ibid., p. 308-309.

36 Meyer F. J. L., Fragments sur Paris, Hambourg, 1798, t. I, p. 24-27.

37 Les commissaires en charge de la lutte contre l’agiotage font d’ailleurs le même constat au sujet du jeu clandestin, cf. Freundlich F., Le monde du jeu à Paris, 1715-1800, Paris, Albin Michel, 1995, p. 53-54.

38 APP, AA 189, fo 185.

39 APP, AA 98, fo 519.

40 APP, AA 103, fo 25.

41 Nougaret P.-J.-B., Paris métamorphosé ou Histoire de Gilles-Claude Ragot pendant son séjour dans cette ville centrale de la République française, Paris, 1799, 3 tomes.

42 Ibid., t. III, p. 113-114.

43 Aulard A., Paris pendant la réaction thermidorienne…, op. cit., t. II, p. 142.

44 Journal de Paris, 3 frimaire an IV.

45 APP, AA 98, fo 765-770.

46 Cité dans Gendron F., La jeunesse dorée…, op. cit., p. 262.

47 Aulard A., Paris pendant la réaction thermidorienne…, op. cit., t. I, p. 725.

48 APP, AA 99, fo 177.

49 Plumauzille C., « Le “marché aux putains” : économies sexuelles et dynamiques spatiales du Palais Royal dans le Paris révolutionnaire », Genre, sexualité et société, no 10, 2013.

50 Nougaret P.-J.-B., Paris métamorphosé…, op. cit., t. II, p. 11-23.

51 Kaplan S., Le complot de famine : histoire d’une rumeur au XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, 1982.

52 Quinet E., La Révolution, Paris, Belin, 1987 [1865], p. 676 et suiv.

53 Levratto N. et Stanziani A., Le capitalisme au futur antérieur. Crédit et spéculation en France fin XVIIIe-début XXe siècles, Bruxelles, Bruylant, 2011.

54 Thiers A., Histoire de la Révolution française, op. cit., t. VII, p. 192.

55 De Oliveira M., « Enrichis, parvenus et déclassés par-delà la Révolution française », in Jessenne J.-P. (dir.), Vers un ordre bourgeois ? Révolution française et changement social, Rennes, PUR, 2007, p. 147-158.

Auteur

Normalien et agrégé d’histoire. Il prépare une thèse à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (IHMC/IHRF) sous la direction de Pierre Serna sur les « muscadins » et les « agioteurs » à Paris pendant la Révolution française. Ses recherches portent sur la criminalité et la violence de rue ainsi que sur la contrerévolution et ses représentations.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540