Version classiqueVersion mobile

Espaces en transactions

 | 
Raymonde Séchet
, 
Isabelle Garat
, 
Djemila Zeneidi

Quatrième partie. Visibilité ou invisibilité sociale et marquage spatial

Conclusion générale. Libres cours et chemins de traverse. La mobilité et la visibilité comme condition

Raymonde Séchet et Isabelle Garat

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Espaces en transactions : les textes regroupés sous ce titre accordent tous une grande attention aux pratiques spatiales des individus-habitants considérés comme des acteurs spatiaux. Si l’on retient ici la distinction établie par Jean-Jacques Gislain (2004, p. 204) entre action territorialisée, définie comme celle de l’acteur/ sujet individuel «  situé » dans le territoire, et action territorialisante, c’est-à-dire celle de « l’acteur plus ou moins collectivement organisé et produisant socialement/politiquement/administrativement, etc. du territoire », c’est bien de la première dont il est question dans les différents textes à l’exception de celui de François Duchêne et Julien Langumier et surtout celui de Laurence Barnèche1. Les cadres d’action, les types de pratiques et les individus sont divers : ménages, jeunes, étudiants, sans-abri, pieds-noirs, usagers du TGV atlantique… Qu’il s’agisse de mettre en évidence des effets spatiaux (différenciation et ségrégation, rythmes et temps...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search