Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Prêtres et pasteurs

 | 
Julien Léonard

Quatrième partie. Le laboratoire français

Le face-à-face pasteurs-ecclésiastiques à Sancerre sous le régime de l’édit de Nantes

Didier Boisson

Texte intégral

  • 1 Léry J. de, Histoire mémorable de la ville de Sancerre, contenant les entreprinses, sièges, approch (...)
  • 2 Guéneau Y., Les protestants du Centre, 1598-1685 (ancienne province synodale d’Orléanais-Berry) : a (...)

1Depuis le XVIe siècle, en particulier avec le siège de la place forte en 1573, la ville de Sancerre est un des symboles de la présence calviniste dans la moitié nord de la France1. Si la communauté réformée a été étudiée par Yves Guéneau dans sa thèse sur les protestants de la province d’Orléanais-Berry sous le régime de l’édit de Nantes, les rapports entre catholiques et réformés, et en particulier ceux entre ecclésiastiques et pasteurs, n’ont pas été abordés, alors que les deux communautés coexistent2.

  • 3 Dion R., Le Val de Loire, Tours, Arrault et Cie, 1934, p. 138.
  • 4 Guéneau Y., Les protestants du Centre…, op. cit., p. 117.
  • 5 Les données démographiques s’appuient essentiellement sur les travaux de Benedict P., « La populati (...)
  • 6 Guéneau Y., Les protestants du Centre…, op. cit., p. 132-133.

2Situés sur une colline à quelques kilomètres de la rive gauche de la Loire, la ville de Sancerre et ses environs composent, selon Roger Dion, « un tableau que nul site riverain, entre Roanne et Nantes, n’égale en grandeur3 ». Le poids démographique des réformés est très faible : dans l’élection de Bourges, à laquelle Sancerre appartient, il est d’environ 2 % de la population totale. Dans la ville même de Sancerre, c’est différent : la communauté réformée est minoritaire probablement dès les années 1640, et vers 1680, sur les 2 400 Sancerrois, les réformés sont autour de 1 100. Il existe quelque 260 feux réformés lors de la décennie qui précède la révocation de l’édit de Nantes, auxquels on peut ajouter 100 feux disséminés dans les villages avoisinants4. Mais c’est une communauté amoindrie qui doit affronter l’édit de Fontainebleau. En effet, le nombre de baptêmes réformés est d’environ 85 dans les années 1610-1620, mais seulement de 45 dans les années 16705. Cet affaiblissement démographique est en partie compensé par les différences socioprofessionnelles entre catholiques et protestants. Si le poids des ruraux et semi-ruraux est prédominant chez les catholiques (58 %), il ne l’est pas chez les réformés (20 % des professions). En revanche, ces derniers sont proportionnellement plus nombreux parmi les artisans (37 % d’un côté, 20 % de l’autre) et surtout parmi les notables, en particulier avec des marchands de vin ou de bois, des avocats, des officiers, auxquels on peut ajouter les pasteurs6.

3Ces pasteurs doivent faire face à des ecclésiastiques désireux de mettre fin à l’existence de la minorité réformée. Dans une petite ville comme Sancerre, en s’appuyant sur des sources protestantes (les synodes provinciaux) ou catholiques (les procès contre les pasteurs), l’intérêt est de se demander si le clergé sancerrois peut lui seul rivaliser avec les pasteurs réformés.

  • 7 Poupard V., Histoire de la ville de Sancerre, Paris, Berton, 1777, p. 391-392.

4Quelles sont les forces en présence dans les deux confessions ? Elles ne sont pas aussi déséquilibrées qu’on aurait pu le penser. L’Église réformée dispose de un à deux pasteurs sous le régime de l’édit de Nantes, si l’on met de côté la décennie 1641-1651 au cours de laquelle, sur ordre du prince de Condé, seigneur de la place, le ministre doit interrompre son activité7. En effet en 1598, le cas de Sancerre fut réglé par l’article 5 des particuliers de l’édit de Nantes :

« Quant à Sancerre, sera ledit exercice continué comme il est à présent, sauf à l’établir dans ladite ville, faisant apparaître par les habitants le consentement du seigneur du lieu à quoi leur sera pourvu par les commissaires que Sa Majesté députera pour l’exécution de l’édit. »

  • 8 Voir Guéneau Y., Les protestants du Centre…, op. cit., p. 59.

5Cet article ajoute donc une condition restrictive – le consentement seigneurial – aux dispositions prévues8. À la veille de la révocation de l’édit de Nantes, ils sont deux. Ce corps pastoral sancerrois est dominé par cinq noms : Adam Dorival et Paul Alard dans la première moitié du XVIIe siècle, Jacques Gantois, son fils Pierre, et Jean Le Fèvre après 1650.

  • 9 Haag E. et É., La France protestante, Paris, Cherbuliez, t. 4, 1853, p. 303-304.
  • 10 Fornerod N., Boros P., Cahier G. et Campagnolo M. (éd.), Registres de la Compagnie des Pasteurs de (...)
  • 11 Des éléments différents dans Bots H., « Les pasteurs français au Refuge des Provinces-Unies : un gr (...)
  • 12 Bots H., « Les pasteurs français au Refuge des Provinces-Unies… », art. cit., p. 39. Réfugié avec s (...)
  • 13 Ibid., p. 49. Déclaré appelable en 1686 à Rotterdam, il devient un des dix pasteurs réfugiés placés (...)

6Adam Dorival, ministre de Sancerre de 1594 à 1613, exerce une certaine influence sur les Églises de la province Orléanais-Berry si on se réfère à son rôle lors des synodes provinciaux tenus durant cette période ou au fait qu’il est délégué de sa province à plusieurs synodes nationaux et assemblées politiques. Ainsi, il représente la province d’Orléanais-Berry lors des synodes nationaux de Saumur en juin 1596 et de Jargeau en mai 1601 ; il est modérateur lors des synodes provinciaux en 1601, 1602, 1604, 1607 et en mars 16119. Paul Alard, d’origine rochelaise, est probablement pasteur de Sancerre après 1617, suite à l’intervention du pasteur de Corbigny, Étienne de Monsanglard, auprès de la Compagnie des pasteurs de Genève10 ; il est en poste jusqu’en 1647. Les Gantois sont Sedanais et forment une dynastie de pasteurs au XVIIe siècle avec Eusèbe Gantois, ministre de Sedan, son fils Jacques qui devient pasteur de Sancerre en 1637, avant de rejoindre Sedan entre 1641 et 1651 quand le culte est interdit à Sancerre ; il est de retour à Sancerre en 1651 et y reste jusqu’en 166711. Son fils Pierre, né en 1644, lui succède cette même année, après avoir poursuivi des études à Genève ; il épouse une Sancerroise, Rachel Renouard, dont la sœur est mariée au pasteur d’Henrichemont, Daniel de Fougères qui exerce cette charge entre 1659 et 1685 ; en 1685, il rejoint le Refuge12. Enfin, le dernier pasteur est Jean Le Fèvre qui exerce à Sancerre à partir de 1674 et dont les origines nous sont inconnues13.

7Ainsi, à la différence du recrutement de beaucoup d’autres pasteurs de la province, les ministres sancerrois ne sont pas issus de l’Église dans laquelle ils exercent ou même de la province synodale d’Orléanais-Berry – à l’exception d’Adam Dorival –, mais leurs personnalités et l’Église qu’ils desservent en font des ministres influents et respectés. Ils reçoivent le soutien actif des synodes provinciaux d’Orléanais-Berry. Par exemple, ces derniers ont fixé les règles de la controverse entre pasteurs et ecclésiastiques. Le synode de 1602 tenu à Châtillon-sur-Loing précise qu’

  • 14 BnF, ms. fr. 15829, fol. 95 v°.

« en ce qui concerne les disputes et conférences avec ceux de l’église romaine, ayant été remarqué que plusieurs engagent les pasteurs sous divers prétextes, la compagnie exhorte toutes personnes de quelque qualité que ce soit, et les consistoires aussi, de n’engager point légèrement un pasteur14 ».

  • 15 Ibid., fol. 100 v°.

8Deux ans plus tard, lors du synode provincial de Châtillon-sur-Loire, « pour remédier et que promptement on puisse respondre aux escrits des adversaires de la piété sans attendre le temps de l’assemblée des synodes et colloques, laquelle attente rend infructueux les escrits trop retardez », le synode nomme un pasteur par colloque chargé de répondre à un écrit de controverse catholique15. Cependant, nous ne savons pas comment ces différentes recommandations sont appliquées par les pasteurs de Sancerre.

  • 16 Poupard V., Histoire de la ville de Sancerre, op. cit., p. 325.

9L’Église catholique dispose cependant de davantage de forces, malgré les guerres de Religion au cours desquelles le clergé catholique fut chassé de la ville jusqu’au siège de 1573, l’église Saint-Jean transformée en temple et les autres en grande partie ruinées. Après la capitulation de la ville, le culte catholique est rétabli et les biens ecclésiastiques usurpés doivent théoriquement être restitués. Lors des deux décennies qui suivent, aucun ecclésiastique ne réussit à rétablir durablement le culte catholique et l’archevêque de Bourges, dont dépend Sancerre, n’obtient aucune restitution de biens. Au grand dam de l’abbé Poupard, devient même curé de la paroisse Étienne Jaquelin, ancien curé qui avait apostasié lors du siège, mais également vendu les titres de la cure et de la fabrique avant de revenir à l’Église catholique16. La situation change en 1596 avec la nomination de Durand Fargent comme curé ; celui-ci se maintient pendant près d’un demi-siècle à la tête de la paroisse, profitant de la paix signée en 1598. Au cours des premières décennies sous le régime de l’édit de Nantes, le curé n’est aidé que d’un vicaire. Ainsi, dans cette ville, il n’y a au début du XVIIe siècle aucun couvent, ceux existant au siècle précédent ayant été vidés et détruits lors du passage des habitants de la cité à la Réforme protestante : il s’agissait en particulier du couvent bénédictin de Saint-Martin qui dépendait de celui de la Bonne-Nouvelle d’Orléans. Le curé de Sancerre bénéficie cependant du soutien, à partir de 1630, des Ermites de l’ordre de Saint-Augustin qui se trouvent sous sa tutelle. En effet, selon l’accord approuvé par Louis XIII :

  • 17 Ibid., p. 375-376.

« Lesdits pères n’y pourront administrer aucun sacrement, ni faire prédication, tant pendant les temps d’Avent et du Carême, que hors d’iceux, sans un congé, licence et permission ; comme aussi ne pourront et ne leur sera loisible de recevoir aucuns au sacrement d’Eucharistie ès fêtes de Noël et de Pasques, sans la licence et permission du sieur curé du lieu et au préjudice de ses droits17. »

  • 18 Ibid., p. 379-380.

10Le curé reçoit enfin le soutien de la confrérie du Saint-Sacrement, seule confrérie rétablie au XVIIe siècle par l’intervention du curé Voille le 11 juin 1664. Des religieuses ne s’installent à Sancerre qu’en 1686 : ce sont – sans surprise – des religieuses de Notre-Dame de la Miséricorde chargées de l’instruction des nouvelles converties ; elles s’installent dans la maison auparavant occupée par Pierre Gantois, l’ancien ministre18.

  • 19 Boisson D., Les protestants de l’ancien colloque du Berry de la Révocation de l’édit de Nantes à la (...)
  • 20 Outre la législation royale, l’Église reçoit naturellement le soutien des seigneurs. Voir Guéneau Y (...)

11Il est ainsi frappant de constater que l’Église catholique, et tout particulièrement l’archevêque de Bourges, ne s’est pas donné véritablement les moyens d’une reconquête dans cette terre en partie hostile. C’est le cas également, sous le régime de l’édit de Nantes, des deux autres principales communautés réformées du diocèse, à savoir Châtillon-sur-Loire, ville proche de Sancerre, et Asnières-lès-Bourges, village situé à l’extérieur des remparts de Bourges, mais dépendant d’une paroisse de la ville, la paroisse Saint-Privé19. Pour l’Église catholique, l’aide ne peut venir que du pouvoir seigneurial et royal20, mais aussi d’ecclésiastiques extérieurs à la cité, en particulier celle de missionnaires. Les événements survenus à Sancerre dans les années qui précèdent la révocation de l’édit de Nantes révèlent les tensions entre clergé catholique et pasteurs réformés.

12Au cours des années 1684-1685, comme dans tant d’autres communautés réformées, l’Église de Sancerre est secouée par tout un ensemble d’affaires, pour certaines opposant ministres et ecclésiastiques, de Sancerre ou d’ailleurs.

  • 21 AN, TT 265.
  • 22 Pilatte L. R. (éd.), Édits, déclarations et arrests concernant la Religion P. Réformée (1662-1751),(...)
  • 23 AN, TT 265.
  • 24 Boisson D. Les protestants de l’ancien colloque du Berry…, op. cit., p. 132.

13Le 17 avril 1684, deux enfants réformés, Noël Laurent, 12 ans, et Étienne Corsange, 8 ans, se seraient réfugiés d’eux-mêmes dans la maison du bailli de Sancerre et auraient demandé à se convertir au catholicisme. Le plus jeune aurait ajouté « qu’il y avait plus d’un an qu’il en avait le dessein et que le soir en se couchant avec ledit Laurent, il luy avait demandé s’il se voulait faire aussi catholique parce que le lendemain il devait y aller ; il luy promit et se frappèrent dans la main ». À l’annonce de ces faits, plus de deux cents personnes se seraient regroupées devant la maison du bailli où le père du jeune Corsange et d’autres membres de la communauté « auraient voulu entrer de force en frappant avec violence » pour récupérer les deux enfants. En l’absence de son mari, la femme du bailli serait intervenue pour dire « qu’ils étaient à Dieu et au Roi et qu’ayant fait déclaration qu’ils voulaient abjurer la RPR, ce n’était plus à luy [au père] à se charger de leur conduite21 ». Ces conversions sont possibles en vertu de la déclaration du 17 juin 1681 qui autorise les enfants de parents réformés à se convertir dès l’âge de 7 ans22. Les troubles durent toute la nuit, la maison du bailli étant l’objet de jets de pierres « contre les portes et fenestres », les émeutiers « vomissant plusieurs injures et paroles séditieuses disant qu’il fallait mettre le feu et abattre la maison, que la femme dudit bailli était une putain, qu’elle tenait bordel. » Le curé intervient le lendemain matin en demandant au Père Dieudonné de Saint-Albert, un prédicateur carme, de procéder à l’abjuration des deux enfants. Elle a lieu le 20 avril, en présence également d’un religieux augustin. Le même jour, dans une lettre à l’intendant de Bourges, le bailli écrit « qu’il faut une autorité souveraine pour les réprimer et faire des exemples » et remarque qu’aucun catholique n’est venu les défendre, lui et sa femme, « car l’on sçait que ces gens-là ne cherchent que querelle estant les plus forts. Je suis mesme averti qu’ils ont tous quantité d’armes en leurs maisons23 ». Ces deux conversions sont d’autant plus intéressantes qu’il semble que peu de réformés se convertissent dans les années qui précèdent la révocation de l’édit de Nantes, seules dix-neuf ont été dénombrées24.

  • 25 AN, TT 265. Voir également, Boisson D, Les protestants de l’ancien colloque du Berry…, op. cit., p. (...)

14Le 29 avril 1684, l’intendant de Bourges lance une information contre les deux ministres de Sancerre, Gantois et Le Fèvre, à la suite des dépositions de cinq témoins, dont Gabriel Grosson, prêtre et vicaire de Sancerre, et Frère Ebriat, religieux augustin, un de ceux installés depuis peu de temps dans la ville. Ces derniers ont assisté au culte les 19 et 23 mars 1684 et ils reprochent au pasteur Le Fèvre d’avoir prononcé des paroles contre le roi : « Le sieur Le Fèvre a dit dans son presche que leur Église peut dire comme la primitive Église persécutée par les empereurs qu’elle est devenue la haine des hommes qui ne respirent que le sang et le carnage. » Il aurait même déclaré « qu’il y avait des gens qui ne cherchaient qu’à perdre les ministres du véritable Évangile afin que les ayant perdus, on perdit facilement tous leurs frères25 ». En effet, la déclaration du 22 mai 1683 permet cette présence :

  • 26 Pilatte L. R. (éd.), Édits, déclarations…, op. cit., p. 137-139. La déclaration précise : « Que dan (...)

« Comme il est utile à la Religion catholique que des gens sçavants en icelle aillent auxdits temples, pour y entendre ce que les ministres disent dans leurs presches, afin de les pouvoir les réfuter si besoin, mais aussi de les empescher par leur présence d’avancer aucune chose contraire au respect de la Religion catholique, apostolique et romaine, et préjudiciable à l’État26. »

  • 27 AN, TT 265.

15Dans un autre sermon, il est reproché à Le Fèvre, qui prêchait sur l’Évangile de Matthieu quand Jésus chasse les marchands du Temple, d’avoir prononcé ces paroles : « Les tables des vendeurs sont aujourd’huy redressées dans l’église puisque l’on vend la grâce, le Ciel, la Terre pour la sépulture et tintonnement des cloches. » Le dimanche de Pâques, le 22 avril, peu de temps après l’émeute, « faisant son exhortation pour disposer ses peuples à bien faire la Cène », il « leur marque le pitoyable estat où estaient les Israélites sous la persécution de Pharaon d’estre sans charges, sans office, sans employ, et que Dieu cependant les avait eslevés par les victoires qu’ils avaient remportés par ses serviteurs Josué et les autres27 ».

  • 28 Ibid.

16D’autres sermons des pasteurs sont critiqués par le curé ou tout autre ecclésiastique assistant aux prêches. Le 19 mars, avant même la sédition, Pierre Gantois affirme que « quelque guerre qu’on nous fasse pour funeste qu’elle puisse estre, nous la soutiendrons vigoureusement parce que l’intérest de nos consciences qui n’est autre que celuy de nostre religion nous y oblige, et que nous ne saurions rien faire contre le bien de nos consciences », soit un appel à la résistance et à la liberté de conscience28. Dans un autre sermon, toujours en présence de quelque ecclésiastique qui note soigneusement ses déclarations, il aurait dit

  • 29 Ibid.

« qu’on ne devoit point avoir la paix avec les catholiques romains, qu’on pouvoit l’avoir avec les luthériens, mais quoique les catholiques romains offrissent de vivre en paix avec les Réformés, il nous est impossible de vivre en paix avec eux, nous ayant retranché de leur communion par des anathèmes qu’ils ont fulminé contre nous29 ».

  • 30 Voir Boisson D., « Un affrontement religieux feutré : la lecture de l’Avertissement pastoral de 168 (...)

17Ces sermons sont postérieurs à l’affrontement qui a opposé – au cours de l’année 1683, mais à une date inconnue – les pasteurs de Sancerre au représentant de l’archevêque de Bourges lors de la lecture de l’Avertissement pastoral rédigé par l’assemblée extraordinaire du clergé en 1682. En effet, ce texte doit être lu devant les consistoires. Dans la province d’Orléanais-Berry, c’est tout d’abord à la fin du mois de janvier 1683 à Orléans devant l’intendant Bazin de Bezons ; ce dernier est en septembre à La Charité-sur-Loire, communauté qui se situe dans cette même généralité. Ces visites donnent lieu à un discours – modéré – de l’intendant, puis à celui – plus offensif – de l’évêque ou de son représentant, et enfin à une réponse d’un ou du pasteur de l’Église réformée. Le pasteur de Sancerre qui a fait la réponse s’est probablement inspiré des textes de pasteurs qui avaient pu être auparavant publiés, en particulier ceux de Jean Claude, pasteur à Charenton, et de Claude Pajon, pasteur à Orléans. Cet échange, imposé par le roi, a probablement donné le ton des controverses et dénonciations déclenchées par les sermons des pasteurs au cours de l’année 168430.

  • 31 AN, TT 265.
  • 32 AN, TT 240.
  • 33 AN, TT 265, 5 décembre 1684, lettre adressée à Dey de Séraucourt, intendant de la généralité de Bou (...)

18Toutefois, outre ces questions de la conversion de deux enfants et des sermons, cette même année 1684 est marquée par d’autres conflits opposant clergé catholique et pasteurs réformés. Tout d’abord, Jeanne Desfilles et Étienne Dijon sont considérés comme apostats et le ministre Pierre Gantois est accusé par le curé de Sancerre d’avoir reçu les deux apostasies ; le curé constate même que le ministre « est à présent à Sancerre sans aucun soupçon31 ». Le cas de Jeanne Desfilles a inquiété les communautés de Gien, Sancerre et La Charité-sur-Loire. En effet, elle serait née à Sancerre de parents catholiques et en 1681, alors qu’il est désormais interdit de se convertir au calvinisme, « elle alla au presche à huit heures et n’en sortit qu’à quatre heures du soir, estant au milieu de deux ministres dudit lieu qui l’accompagnaient. Quatre témoins catholiques déposent cette vérité, qui l’appelèrent apostate32 ». Elle quitte alors Sancerre pour trouver refuge auprès des réformés de Gien puis de La Charité-sur-Loire. Ensuite, au mois de décembre 1684, sur une requête du curé de Sancerre, est contesté l’emplacement du temple, qui n’est « éloigné que de quarante pas » de la ville et « a été placé par usurpation, estant certain qu’il n’est pas au même lieu où il estoit lors de l’édit de Nantes » ; d’autant que cette nouvelle localisation est « de leur autorité privée33 ». Ainsi, malgré toutes ces infractions, les pasteurs et la communauté de Sancerre ne semblent pas traités de la même façon que d’autres Églises proches.

  • 34 Guéneau Y., Les protestants du Centre…, op. cit., p. 208.
  • 35 Boisson D., Les protestants de l’ancien colloque du Berry…, op. cit., p. 115-116. Dans une lettre d (...)
  • 36 Boisson D. (éd.), Actes des synodes provinciaux. Anjou-Touraine-Maine (1594-1683), Genève, Droz, 20 (...)

19Dans de nombreuses Églises réformées, de telles accusations lancées par le clergé auraient conduit la justice à rapidement fermer le temple et condamner les pasteurs à l’exil. L’exemple de Châtillon-sur-Loire est à cet égard significatif. Cette autre Église ligérienne du Berry a de nombreux points communs avec celle de Sancerre, tant sur le plan démographique ou sociologique que par également le faible encadrement catholique. Le pasteur Bompart est ainsi accusé par le curé qui a assisté à des prêches « d’avoir comparé le temps présent aux règnes des Empereurs qui ont persécuté l’Église ». Il réussit cependant à être innocenté en démontrant que les trois témoins présentés par le curé ne sont jamais entrés dans le temple34. L’affaire qui met cependant un terme au temple de Châtillon-sur-Loire est la conversion de Marie Courault, épouse de Philippe de Jaucourt, qui est accusée d’être relapse. Par un arrêt du parlement de Paris du 9 février 1684, les deux protagonistes sont condamnés au bannissement, Marie Courault du royaume, le pasteur du ressort du parlement de Paris pour une période de 9 ans ; le temple doit être détruit35. À Saumur, une mission est organisée entre le 7 juillet et le 9 août 1684 par le Père Honoré de Cannes. L’évêque d’Angers Henri Arnauld obtient que le temple soit fermé pendant cette période. Cependant, les réformés passent outre cette interdiction et s’y assemblent, un baptême y est même célébré. Il n’en faut pas plus pour que deux arrêts du conseil suppriment le 8 janvier 1685 l’académie et le 15 juin l’exercice du culte dans la ville, ordonnant également la démolition du temple36.

  • 37 AN, TT 265.

20Or, à Sancerre, il n’en est rien, ou du moins les sanctions prises ne sont pas aussi définitives. Le 26 mai 1684, à la suite de tous les sermons mentionnés précédemment, un arrêt du Conseil d’État du roi interdit aux deux pasteurs l’exercice de leur ministère pour six mois seulement. Le culte peut reprendre le jour de Noël 1684. En août 1684, l’intendant de Bourges ouvre pourtant une information à leur encontre parce qu’il est fait « défense à ceux qui auraient esté ministres dans les lieux où l’exercice de la RPR aura esté interdit d’y faire leur demeure37 ». L’arrêt du 17 mai 1683 condamne les pasteurs qui seraient en infraction à 3 000 livres d’amende et à être privés « pour toujours de la fonction de leur ministère dans tout le royaume. » L’arrêt précise :

  • 38 Pilatte L. R. (éd.), Édits, déclarations…, op. cit., p. 136-137.

« Sa Majesté ayant fait défenses à tous ministres et proposants de la RPR de rester ou venir habituer à l’avenir dans les lieux où l’exercice de ladite Religion aurait été interdite, ceux qui ont été ministres dans lesdits lieux pour éluder l’exécution dudit arrêt vont s’établir aux environs et si proche qu’ils y sont aussi souvent que s’ils y faisaient leur résidence ordinaire, et par ce moyen rendent ledit arrêt presque inutile38. »

21Là encore, cette infraction ne semble avoir aucune conséquence dans la mesure où le temple de Sancerre est ouvert jusqu’à la révocation de l’édit de Nantes. Des éléments d’explication peuvent être apportés à partir de l’histoire de Sancerre et des rapports entre ecclésiastiques et pasteurs depuis le milieu du XVIe siècle. Il faut pour cela nous arrêter sur la publication aux XVIIe et XVIIIe siècles de deux ouvrages écrits par des auteurs catholiques qui connaissent bien l’histoire de cette ville, Gaspard Thaumas de La Thomassière et l’abbé Poupard.

22Gaspard Thaumas de La Thomassière, avocat de Bourges, mais d’origine sancerroise, publie en 1689 son Histoire de Berry. Dans cet ouvrage érudit, il fait à peine allusion à l’existence de réformés dans cette ville de Sancerre. Il réussit le tour de force de ne pas aborder le passage de la ville au calvinisme, les guerres de Religion et le siège de 1573, ou l’édit de Nantes. C’est quand il évoque le comte de Sancerre Henri de Condé qu’il traite en quelques mots de cette question :

  • 39 Thaumas de La Thomassière G., Histoire de Berry, Bourges, Toubeau, 1689, t. II, p. 286.

« Les hérétiques le considérèrent en sa naissance comme l’appuy et l’espérance de leur party ; néanmoins, quand il eut reconnu leurs erreurs, ils n’ont jamais eu un plus grand fléau et plus irréconciliable ennemy, ayant tant qu’il a pu extirper l’hérésie, et ôté la liberté de l’exercice public de leur prétendue Religion en l’étendue de toutes ses Terres et fait son possible pour la bannir entièrement de l’étendue du comté de Sancerre, dont la ville leur avait été un asyle presque dès le moment de la naissance de l’hérésie de Calvin39. »

23S’il y eut selon lui un rempart contre le calvinisme à Sancerre, il faut le chercher en la personne du comte et en aucun lieu auprès du clergé local ou berrichon qui n’est jamais mentionné.

  • 40 Poupard V., Histoire de la ville de Sancerre, op. cit.
  • 41 Boisson D, Les protestants de l’ancien colloque du Berry…, op. cit., p. 401-405. Il y a incontestab (...)

24Chez l’abbé Poupard, qui publie un siècle plus tard son Histoire de la ville de Sancerre (1777), le protestantisme sancerrois et les rapports entre catholiques et réformés occupent une place importante40. Sur un ouvrage de 412 pages, si les 100 premières du livre I sont consacrées à l’histoire des comtes de Sancerre – reprenant principalement son prédécesseur Thaumas de La Thomassière –, l’abbé Poupard traite dans son livre II « Des sièges de la ville de Sancerre », soit plus de 200 pages, dans son livre III de « la partie ecclésiastique » (80 pages) et enfin dans le dernier livre de la « partie naturelle ». Il met en évidence que l’identité réformée de la communauté sancerroise a été construite sur un rapport déséquilibré entre pasteurs et ecclésiastiques. C’est d’autant plus intéressant que son auteur est lui-même un ecclésiastique qui doit un siècle après la révocation de l’édit de Nantes coexister avec une importante minorité réformée qui n’a jamais disparu, mais qui s’affiche désormais ouvertement depuis les années 1770, avouant ainsi son impuissance à les ramener dans le giron de l’Église catholique41.

  • 42 Léry J. de, Histoire mémorable…, op. cit.

25Il insiste en particulier sur l’importance du siège de Sancerre de 1573 dans la formation de l’identité réformée sancerroise, en mettant en exergue le rôle primordial des pasteurs réfugiés dans la ville, dont Jean de Léry, qui rejoint Sancerre après avoir échappé au massacre des huguenots de La Charité-sur-Loire où il venait d’être nommé pasteur42. Ainsi, par exemple, pour décrire le siège de Sancerre, l’abbé Poupard écrit :

  • 43 Poupard V., Histoire de la ville de Sancerre, op. cit., p. 225-226.

« Dans cette affreuse situation, au milieu d’une calamité si générale et si déplorable, les ministres, principaux auteurs de la révolte et qui avoient tout lieu de craindre que la colère du Roi ne tombât sur eux, se comportoient à Sancerre comme leurs confrères faisoient à La Rochelle. Ils faisoient de leur propre danger celui de tous les autres, et prenoient le tems d’une prière qu’ils faisoient tous les soirs dans l’Église de S. Jean, pour exhorter le peuple à la patience et encourager ceux qui étoient ébranlés43. »

***

26L’étude des relations entre clergé catholique et pasteurs réformés montre à Sancerre un rapport de force qui n’est pas, contrairement à ce que l’on veut bien penser dans les communautés réformées du nord de la France, au détriment de la minorité religieuse. Si le calvinisme se maintient dans cette ville, c’est avant tout en raison de la faiblesse du clergé catholique, tant par sa présence que par les moyens employés pour reconquérir au XVIIe siècle, mais aussi au XVIIIe siècle, les Sancerrois passés à la Réforme protestante. Seul le pouvoir civil – et militaire – est en mesure de lutter contre la communauté réformée : ce fut le cas lors du siège de 1573, dans les années 1618-1621, puis entre 1641 et 1651, et enfin avec l’édit de Fontainebleau. Les écrits de l’abbé Poupard sont à cet égard révélateurs de l’échec du clergé et donc de son propre échec.

Notes

1 Léry J. de, Histoire mémorable de la ville de Sancerre, contenant les entreprinses, sièges, approches, bateries, assaux et autres efforts des assiégeants, [Genève], s. n., 1574.

2 Guéneau Y., Les protestants du Centre, 1598-1685 (ancienne province synodale d’Orléanais-Berry) : approche d’une minorité, thèse de doctorat de 3e cycle en histoire, R. Sauzet (dir.), université François Rabelais-Tours, 1982.

3 Dion R., Le Val de Loire, Tours, Arrault et Cie, 1934, p. 138.

4 Guéneau Y., Les protestants du Centre…, op. cit., p. 117.

5 Les données démographiques s’appuient essentiellement sur les travaux de Benedict P., « La population réformée française de 1600 à 1685 », Annales ESC, no 6, 1987, p. 1433-1465 et Id., The Huguenot Population of France, 1600-1685 : the demographic fate and customs of a religious minority, Philadelphie, Transactions of the American Philosophical Society, 1991.

6 Guéneau Y., Les protestants du Centre…, op. cit., p. 132-133.

7 Poupard V., Histoire de la ville de Sancerre, Paris, Berton, 1777, p. 391-392.

8 Voir Guéneau Y., Les protestants du Centre…, op. cit., p. 59.

9 Haag E. et É., La France protestante, Paris, Cherbuliez, t. 4, 1853, p. 303-304.

10 Fornerod N., Boros P., Cahier G. et Campagnolo M. (éd.), Registres de la Compagnie des Pasteurs de Genève, Genève, Droz, t. 13, 2001, p. 154. À la date du vendredi 10 octobre 1617, nous pouvons lire : « Monsieur Monsanglard, ministre à Saint Leonard en Nyvernois, s’est presenté à la Compagnie […] a dit qu’il estoit chargé dudit synode de remonstrer à cette Compagnie la necessité en laquelle ils sont tombés par le decès de deux pasteurs qui ont laissé destituées deux Eglises, assavoir Sancerre et Lorge Marchenoir, outre une troisieme naissante qui est Bourges, pour laquelle ils se contenteroyent d’un proposant par nous jugé capable du ministere. » Plusieurs noms sont alors proposés, mais non encore celui d’Alard.

11 Des éléments différents dans Bots H., « Les pasteurs français au Refuge des Provinces-Unies : un groupe socioprofessionnel tout particulier, 1680-1710 », J. Häseler et A. McKenna (dir.), La vie intellectuelle aux Refuges protestants, Paris, Honoré Champion, 1999, p. 9-68. Jacques Gantois aurait été pasteur depuis 1637 à Sedan et serait arrivé à Gorkum aux Provinces-Unies en 1685-1686 à l’âge de 74 ans. Il y aurait rempli les fonctions de ministre avec son fils Pierre et il meurt le 24 mars 1692.

12 Bots H., « Les pasteurs français au Refuge des Provinces-Unies… », art. cit., p. 39. Réfugié avec son père à Gorkum, il y aurait été ministre jusqu’en 1731. Il meurt le 10 octobre de cette même année.

13 Ibid., p. 49. Déclaré appelable en 1686 à Rotterdam, il devient un des dix pasteurs réfugiés placés à Leeuwarden et chargés d’y prêcher à tour de rôle. En 1692, il rejoint l’Angleterre.

14 BnF, ms. fr. 15829, fol. 95 v°.

15 Ibid., fol. 100 v°.

16 Poupard V., Histoire de la ville de Sancerre, op. cit., p. 325.

17 Ibid., p. 375-376.

18 Ibid., p. 379-380.

19 Boisson D., Les protestants de l’ancien colloque du Berry de la Révocation de l’édit de Nantes à la fin de l’Ancien Régime (1679-1789), ou l’inégale résistance de minorités religieuses, Paris, Honoré Champion, 2000, p. 581. À Asnières-lès-Bourges, le curé ne réside même pas dans le village, l’église paroissiale se situant dans la ville, le village ne se contentant que d’une chapelle. À Châtillon-sur-Loire, le curé n’est secondé que par un vicaire.

20 Outre la législation royale, l’Église reçoit naturellement le soutien des seigneurs. Voir Guéneau Y., Les protestants du Centre…, op. cit., p. 72-73. En effet, la population réformée doit faire face au début du XVIIe siècle aux entreprises de René de Bueil, comte de Sancerre, qui souhaite y établir une garnison catholique. En 1616, le roi donne raison aux protestants : Y. Guéneau cite une lettre envoyée à Philippe Duplessis-Mornay expliquant qu’on « a peur sur ces commencemens d’offenser ceux de la Religion, lesquels se trouveront divisés et par conséquent foibles et odieux » (lettre du 8 septembre 1616). Malgré les tensions entre les deux camps, cette situation se maintint jusqu’en 1621 : le prince de Condé, gouverneur du Berry, reçut la capitulation de la ville. Sancerre perdit alors sa garnison protestante.

21 AN, TT 265.

22 Pilatte L. R. (éd.), Édits, déclarations et arrests concernant la Religion P. Réformée (1662-1751), Paris, Fischbacher, 1885, p. 88. « Nous aurions résolu de déroger à notre déclaration du premier jour de février de l’année 1669, par laquelle les enfants de ladite Religion auraient été en quelque façon exclus de se convertir à la Religion catholique, apostolique et romaine depuis l’âge de sept ans, auquel ils sont capables de raison et de choix dans une matière aussi importante que celle de leur salut, jusqu’à l’âge de quatorze ans pour les mâles et de douze ans pour les femelles […]. Voulons en outre que lesdits enfants qui se seront convertis après l’âge de sept ans accomplis jouissent de l’effet de notre déclaration du 14 octobre 1665, et qu’il soit à leur choix après leur conversion, de retourner en la maison de leurs pères et mères, ou se retirer ailleurs, et leur demander pour cet effet une pension proportionnée à leurs conditions et facultés. »

23 AN, TT 265.

24 Boisson D. Les protestants de l’ancien colloque du Berry…, op. cit., p. 132.

25 AN, TT 265. Voir également, Boisson D, Les protestants de l’ancien colloque du Berry…, op. cit., p. 138-139.

26 Pilatte L. R. (éd.), Édits, déclarations…, op. cit., p. 137-139. La déclaration précise : « Que dans les temples de ladite RPR il y ait à l’avenir un lieu marqué où pourront se mettre les catholiques, qui portés d’un zèle pour le bien et accroissement de la Religion, désireront assister aux prêches qui s’y feront, sans qu’à l’occasion de notredite déclaration du mois de mars dernier, les ministres et anciens de ladite RPR les puissent empêcher de s’y trouver. »

27 AN, TT 265.

28 Ibid.

29 Ibid.

30 Voir Boisson D., « Un affrontement religieux feutré : la lecture de l’Avertissement pastoral de 1682 devant les consistoires », F. Pitou et J. Sainclivier (dir.), Les affrontements. Usages, discours et rituels, Rennes, PUR, 2008, p. 215-226.

31 AN, TT 265.

32 AN, TT 240.

33 AN, TT 265, 5 décembre 1684, lettre adressée à Dey de Séraucourt, intendant de la généralité de Bourges.

34 Guéneau Y., Les protestants du Centre…, op. cit., p. 208.

35 Boisson D., Les protestants de l’ancien colloque du Berry…, op. cit., p. 115-116. Dans une lettre datée du 18 novembre 1683, le secrétaire d’État Châteauneuf écrit que « Sa Majesté sera bien aise que cela donne occasion de supprimer le temple de Châtillon » (AN, O1 27, fol. 330). En janvier 1684, il ajoute dans une autre lettre : « Sa Majesté m’a ordonné de vous écrire que son intention est que vous teniez soigneusement la main à ce que la justice soit faite […] et de profiter de cette occasion de faire démolir le temple de ladite ville » (AN, O1 28, fol. 36).

36 Boisson D. (éd.), Actes des synodes provinciaux. Anjou-Touraine-Maine (1594-1683), Genève, Droz, 2012, p. 35. Landais H. (dir.), Histoire de Saumur, Toulouse, Privat, 1997 ; Lebrun F. (éd.), Saumur, capitale européenne du protestantisme au XVIIe siècle, Fontevraud, Centre culturel, 1991.

37 AN, TT 265.

38 Pilatte L. R. (éd.), Édits, déclarations…, op. cit., p. 136-137.

39 Thaumas de La Thomassière G., Histoire de Berry, Bourges, Toubeau, 1689, t. II, p. 286.

40 Poupard V., Histoire de la ville de Sancerre, op. cit.

41 Boisson D, Les protestants de l’ancien colloque du Berry…, op. cit., p. 401-405. Il y a incontestablement un renouveau de la communauté réformée de Sancerre à partir des années 1770. Celle-ci n’a jamais disparu, mais elle s’affiche désormais au grand jour, comme dans beaucoup d’autres lieux. Le subdélégué écrit ainsi à l’intendant de Bourges en 1775 (AD Cher, C 42) : « Au commencement de l’année 1770, les huguenots de cette ville commencèrent à s’assembler ; ces assemblées déjà nombreuses et publiques le devinrent encore plus avec l’arrivée d’un prédicant qui fit tranquillement toutes ses fonctions pendant la quinzaine de Pasques. Ce mesme homme revint à Sancerre au mois de juillet et excita une fermentation générale pendant plusieurs mois qu’il resta. Sur l’avis qui en fut donné au ministère, les ordres furent donnés pour arrêter ce prédicant. Delà suivit une rébellion ouverte de la part des protestants, la moitié de nos concitoyens manqua d’égorger l’autre. »

42 Léry J. de, Histoire mémorable…, op. cit.

43 Poupard V., Histoire de la ville de Sancerre, op. cit., p. 225-226.

Auteur

Professeur d’histoire moderne à l’université d’Angers et membre du CERHIO (UMR 6258). Il a principalement travaillé sur la minorité protestante au cours du XVIIIe siècle (Les protestants de l’ancien colloque du Berry de la Révocation de l’édit de Nantes à la fin de l’Ancien Régime (1679-1789), ou l’inégale résistance de minorités religieuses, Paris, Honoré Champion, 2000), sur la question de la conversion (Consciences en liberté ? Itinéraires d’ecclésiastiques convertis au protestantisme, 1631-1760, Paris, Honoré Champion, 2009) et sur les institutions réformées (Les actes des synodes provinciaux des Églises réformées d’Anjou-Touraine-Maine, 1594-1683, Genève, Droz, 2012).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540