Version classiqueVersion mobile

Prêtres et pasteurs

 | 
Julien Léonard

Quatrième partie. Le laboratoire français

La frontière et la mémoire

Le Père Jacques Fodéré et la province franciscaine de Bourgogne au début du xviie siècle face aux pasteurs et aux Récollets

Frédéric Meyer

Texte intégral

  • 1 JacquesFodéré, Narration historique et topographique des couvents de l’ordre de saint François et (...)
  • 2 Besnard P., Les cordeliers et cordelières de Chalon-sur-Saône, Le Puy, La Haute-Loire, 1927, p. 26
  • 3 Gal S., « Obéissance et déviance chez les Franciscains : l’exemple des couvents de Grenoble aux XV (...)
  • 4 Francesco Gonzaga, De origine seraphicae religionis franciscanae ejusque progressibus, de regulari (...)
  • 5 Jacques Fodéré, Les vies des très illustres sainctes dames vierges et martyres de l’Eglise, tradui (...)

1En 1619, le père franciscain observant Jacques Fodéré publiait à Lyon un gros ouvrage de plus de 1 300 pages, dans lequel il faisait l’histoire de la province dite de Bourgogne, rebaptisée Saint-Bonaventure, dont une longue présentation de chacun des 45 couvents d’hommes de l’Observance (anciennes maisons franciscaines conventuelles et créations observantes) et des 15 monastères de Clarisses qui la composaient au début du XVIIe siècle1. Elle s’étendait sur les provinces historiques de Bourgogne, Forez, Auvergne, Lyonnais – Beaujolais, Franche-Comté et Savoie, toutes confrontées, quoique de façon inégale, à une forte présence protestante. Originaire de Maurienne, Jacques Fodéré (c. 1540-c. 1625) fut gardien de plusieurs couvents (Chalon ; Villefranche ; Lyon ; Myans, à côté de Chambéry)2, puis provincial. Docteur en théologie, c’était un prédicateur apprécié, en particulier à Grenoble3. Le général franciscain observant François de Gonzague, lui-même auteur d’une histoire de l’ordre franciscain dans son ensemble4, lui aurait ordonné la composition de ce livre vers 1584-1585, comme il le dit dans son épître introductive. L’histoire fut très longue à écrire. La collecte des documents, la reconstitution des monographies, la chute de ses cahiers enfin prêts dans une rivière lors de leur transport à Rome pour être remis au général, ont retardé son impression. Fodéré a un langage volontiers vert, n’hésitant pas à multiplier les injures envers ses ennemis (« cafard », « maraud », etc.). Il est aussi l’auteur d’une vie des vierges et martyres de l’Église5.

2Comme prédicateur puis visiteur de son ordre, Fodéré avait lui-même visité à la fin des guerres de Religion et sous le règne d’Henri IV la plupart des lieux qu’il décrit, et il parle souvent d’expérience. Déplorant le peu d’intérêt de ses frères pour leur propre histoire, son information est pourtant parfois approximative (il écrit « Charles IX de Savoie » pour « Charles III » ; un « chameau » pour un « chamois », etc.), mais globalement son livre se veut une synthèse des connaissances de son époque. Il utilise les archives amassées par ses prédécesseurs visiteurs des couvents avant la guerre civile. L’histoire de l’ordre franciscain, sur le plan général puis provincial, occupe plus de 300 pages, avant que ne commence la description des couvents et monastères (traitant successivement des conditions de fondation ; des frères et sœurs les plus illustres), par ordre chronologique estimé (et non par dignité des maisons, ou par les six custodies, ces sous-ensembles de la province). Il est un historien de son temps, c’est-à-dire qu’il remonte longuement, trop longuement à notre goût contemporain, à l’antiquité et à la première christianisation de chaque ville décrite, avant d’en arriver à l’histoire de la maison franciscaine. Il n’hésite pas à décrire les autres établissements religieux de la ville, les reliques insignes, les hauts faits de l’histoire locale. Il consacre 700 pages du premier livre aux couvents franciscains, puis un deuxième livre de 270 pages aux monastères des Clarisses.

3Les articles sont de longueur très variable, dissimulant mal une inégalité de connaissance. Cette lacunaire mémoire du temps ne permet pas de fournir une information comparable pour chaque établissement. Elle rend impossible également la tentation de cacher le désarroi de l’ordre des Frères mineurs au début du XVIIe siècle et son déphasage sur le temps court devant l’effet des destructions par les protestants. Le livre se veut une revanche contre eux et un ouvrage de controverse contre les pasteurs et leur enseignement, montrant les forces et les faiblesses des Franciscains. Pour Fodéré, les protestants, ces « chiens luthériens » [sic], sont les premiers responsables de la situation. Il décrit la destruction des couvents et monastères par les troupes huguenotes, l’expulsion indigne des clarisses, ou comment des frères mineurs passèrent à la nouvelle religion, comme à Genève. Mais le trouble va encore au-delà, car les destructions ne furent pas que matérielles. Les guerres de Religion, les difficultés internes des Frères mineurs ont eu un effet amnésique sur l’Ordre. Significatif est le fait que, pendant cette période, il a oublié l’histoire de plusieurs de ses couvents au gré des destructions des bâtiments comme des archives. L’Ordre est à l’évidence déstabilisé.

4L’ouvrage de Fodéré est écrit à la fin des guerres de Religion et au début du XVIIe siècle, lorsque les princes catholiques l’emportent : il se présente comme une tentative de reconstruction de la mémoire franciscaine après le traumatisme de la deuxième moitié du XVIe siècle, dont Fodéré nous offre sans doute, malgré lui, un bon témoignage.

  • 6 Par exemple : [Anonyme], Les fondateurs laïques des premiers couvents franciscains de la province (...)
  • 7 Un exemple d’utilisation de Fodéré dans Le Gall J.-M., « Pour une cartographie de l’Observance. Bi (...)

5Il y a plus. Le livre est un règlement de comptes d’un frère cordelier avec les autres branches franciscaines au cœur des périls, les Conventuels d’abord, accusés de laxisme ou d’avoir par exemple emporté les archives de dix-huit couvents que les Observants avaient récupérés sur eux (Épitre). Mais il s’explique également face aux nouvelles pousses de l’Ordre plus dynamiques que les Cordeliers au début du XVIIe siècle, les Capucins et surtout les Récollets, qui enlèvent des couvents et des monastères de clarisses aux Franciscains observants et affaiblissent à ses yeux l’unité de l’Ordre. L’approbation de son travail lui fut donnée lors du chapitre général franciscain de 1612 à Rome, à Aracoeli, au moment même où la province de Saint-Bonaventure fut amputée de plusieurs maisons en faveur des Récollets. Je voudrais montrer comment, chez des catholiques en zone de contacts confessionnels, la division du clergé régulier semble alors parfois plus forte que la volonté de lutter ensemble, aux côtés des autres religieux, mais aussi des séculiers ou des laïcs, en un front uni contre le protestantisme. Ce qui revient à s’interroger sur le côté perturbant d’une frontière religieuse à l’intérieur d’un camp. L’ouvrage de Fodéré est connu des spécialistes du franciscanisme comme des spécialistes d’histoire locale qui y puisent des informations régionales depuis longtemps6. Mais il nous apporte une autre vision du face-à-face religieux, pour peu qu’on accepte de le prendre en bloc, ce qui n’est pas toujours facile, ne serait-ce qu’à cause des dimensions de l’ouvrage7. Je traiterai successivement des destructions dues aux protestants, puis de la reconstitution d’une mémoire franciscaine, qui eut pour effet d’insister davantage sur la division de l’Ordre que sur l’unité confessionnelle attendue chez des catholiques en frontière religieuse.

Les violences protestantes contre les Franciscains

  • 8 Lemaître H., « Géographie historique des établissements de l’ordre de Saint-François en Bourgogne (...)
  • 9 Meyer F. et Viallet L. (dir.), Identités franciscaines…, op. cit. et Silence du cloître. Exemples (...)
  • 10 Jacques Fodéré, Narration…, op. cit., livre 1, p. 639-640.

6La province franciscaine de Bourgogne compte au début de l’époque moderne une quarantaine de couvents, selon les moments et en fonction des alea des réformes franciscaines ou des aliénations dues à la Réforme protestante. Beaucoup sont des anciens couvents de Conventuels réformés au début du XVIe siècle par les Observants (Bar-sur-Aube, Châteauvillain, etc.). Les maisons sont à cheval sur plusieurs États, le royaume de France (Lyonnais, Bourgogne, Dauphiné, Auvergne), la Franche-Comté espagnole, le duché de Savoie8. Elles correspondent pour la plupart au grand élan du mouvement de l’Observance, qui traverse l’histoire franciscaine, mais aussi la quasi-totalité de celle des anciens ordres réguliers du XIVe au XVIIe siècle9. Cette géographie dessine une frontière politique, qui fut au cœur des affrontements entre les Bourgogne et les Valois, avant de l’être entre les Habsbourg et la couronne de France. Plusieurs établissements en ont souffert. Fodéré dénonce les massacres ordonnés à Dole par Charles d’Amboise, qui commandait les armées de Louis XI10. Mais il rappelle régulièrement sa fidélité aux Capétiens et aux principes du gallicanisme.

  • 11 Ibid., p. 539.

7Ce sont les destructions dues aux protestants et aux guerres religieuses qui occupent de très nombreuses pages de l’ouvrage, et elles semblent même responsables de l’essentiel des difficultés des couvents et monastères franciscains de la zone. Loin de la frontière politique, le couvent de Saint-Pourçain, en Bourbonnais, est en pleine zone de guerres confessionnelles en 1583-1585 quand Fodéré y fait sa visite11. La petite ville est occupée par les troupes de la Ligue, puis reprise par les protestants du maréchal d’Aumont. À la fin de la guerre, le couvent ne compte plus que cinq frères, réduits à ne plus pouvoir missionner autour d’eux.

8Le plus original peut-être néanmoins dans ce long martyrologe, souvent décrit, est la peinture des conditions de l’expulsion des clarisses des villes de Suisse passées à la Réforme. C’est le cas des clarisses d’Orbe et Vevey (canton de Vaud), réfugiées à Évian, en Savoie, et de celles de Genève, passées à Annecy. Comme l’auteur le dit :

  • 12 Ibid., livre 2, p. 82.

« L’an 1525, ceux de Vevey et tout le pays de Vaux à l’imitation de Genève firent banqueroute à la religion chrétienne, reçurent l’hérésie de Luther et commencèrent [à] persécuter les ecclésiastiques par injures impudentes, puis des paroles vinrent aux affects12. »

9Les deux franciscains qui desservaient les clarisses se sauvèrent en Savoie. Les nouveaux protestants exhortèrent à plusieurs reprises les sœurs de Vevey à quitter l’habit pour rentrer dans leur famille ou se marier. Les religieuses tentèrent de résister, mais durent abandonner le pays en juillet 1536 par le lac Léman, avec l’aide d’un bourgeois ami. Elles furent reçues à Évian, mais manquant de tout, certaines furent envoyées à Chambéry et les autres à Orbe, où le culte catholique était encore possible. Orbe était gérée par les cantons de Fribourg (catholique) et de Berne (protestant) alternativement, d’une année sur l’autre, avec changement de culte chaque année. Mais, selon Fodéré :

  • 13 Ibid., p. 84.

« Delà en sortaient de grandes querelles et séditions parce que l’année que la messe se disait, les prédicateurs condamnaient et réprouvaient l’hérésie avec toute hardiesse, et réciproquement que l’année en suivant que le prêche hérétique s’y faisoit, les ministres usaient de toutes sortes d’invectives piquantes contre la foi chrétienne13. »

  • 14 On retrouve ici les conclusions d’Olivier Christin sur la lente légitimation de la décision majori (...)

10Après cet interim confessionnel, le « plus » (soit, dans les cantons suisses francophones au XVIe siècle, le système où la majorité des citoyens, consultée, impose sa décision) fut soumis au peuple, et le protestantisme l’emporta14. Le couvent fut saisi et transformé en maison de ville. Fodéré, en défenseur traditionnel de la sanior pars, n’a que mépris pour cet embryon de démocratie. Selon lui, les voix étaient alors égales entre les tenants des deux confessions, lorsqu’arriva

  • 15 Jacques Fodéré, Narration…, op. cit., livre 2, p. 88.

« un gros maraut de cordonnier qui donna sa voix pour l’hérésie de Luther. Et d’autant qu’en ces républiques la voix et opinion du moindre picqueboeuf a autant de force que celle du premier et plus grand de la seigneurie, et que ce pitaut de cordonnier avait emporté le plus, il fut conclu que la secte de Luther seule aurait exercice et la religion catholique bannie du pays15 ».

  • 16 Ibid., p. 92. On note ici la réalité de la « Dorsale catholique ».

11Le départ des sœurs se fit avec force démonstration, mais pas dans la discrétion comme on s’y attendrait en zone de conflit pour des vaincus, ce qui incite à penser que des accords étaient intervenus préalablement entre les parties. Deux miracles eurent même lieu, liés à l’iconoclasme protestant qui échoua : un protestant blasphémateur devint aveugle, et ne retrouva la vue qu’en revenant au catholicisme ; une image de l’apôtre Paul qu’un autre voulut brûler dans sa cheminée sauta hors du foyer, embrasa sa maison et lui avec. Les sœurs s’en allèrent en faisant trompeter dans la ville qu’elles demandaient pardon pour leurs offenses, et qu’elles pardonnaient à leurs ennemis. Mise au courant de ce départ, la princesse d’Orange Philiberte de Luxembourg, de la famille des fondateurs du monastère un siècle plus tôt, les aida à passer à Évian et à emporter les corps de leurs religieuses mortes en odeur de sainteté. Reçues à Évian par le duc Charles-Emmanuel Ier de Savoie, elles ne connurent néanmoins pas un repos durable, puisque la guerre de 1589 avec Genève les fit à nouveau fuir, d’Évian à Romon (en Valais suisse, mais au canton de Fribourg, donc catholique) cette fois. Fodéré fut envoyé par son ordre en 1591 à Fribourg remercier les autorités de leur accueil et récupérer les religieuses, qui furent dispersées dans des monastères de Franche-Comté, de Savoie, et même de Flandres16. Les sœurs savoyardes revinrent à Évian en 1593.

  • 17 Ibid., p. 118.
  • 18 Ibid., p. 159.
  • 19 Ibid., p. 125.
  • 20 Monter E. W., « De l’évêché à la Rome protestante », P. Guichonnet (dir.), Histoire de Genève, Tou (...)

12Les clarisses du monastère d’Annecy sont, elles, les héritières de celui de Genève, abandonné en 1535 et « se nourrissant encore d’une espérance que la religion chrétienne y sera un jour rétablie17 ». Fodéré tient à rédiger sur elles un long article. Il le dit : « J’ai été un peu prolixe en cette description, mais il m’a semblé nécessaire de mettre cette piteuse histoire en évidence18. » Il fait d’abord l’histoire de la sécession genevoise depuis 1525 face à l’autorité du duc de Savoie Charles III. Il majore le poids de l’adhésion à la Réforme dans cette évolution, qui n’apparut en fait qu’une fois l’autonomie politique acquise. Il décrit l’action de Guillaume Farel et de Pierre Viret, prêchant en allemand et en français, distribuant la cène à la luthérienne et chantant les psaumes dans la traduction de Marot, « qui délectait si fort le peuple que le cancer de l’hérésie serpait [sic] tellement, qu’en moins d’un an presque la moitié de la ville, tant de l’un que de l’autre sexe, se trouvèrent [sic] infectée de ce venin19 ». Les violences communautaires de mars 1532 sont longuement décrites, puis la trêve qui dura jusqu’en 1534. Fodéré insiste sur le courage dont firent preuve les prédicateurs des ordres dominicains et franciscains face aux autorités municipales devenues protestantes. Il montre les premiers martyrs catholiques et les destructions d’églises. Il doit pourtant avouer le passage au luthéranisme d’un franciscain, le gardien Jacques Bertrand, qui autorisa Farel et Viret à venir prêcher dans son église conventuelle. Le 12 octobre 1534, le monastère des clarisses fut déclaré à détruire par les autorités, sous prétexte qu’il se trouvait trop près des fortifications. Mais le capitaine des troupes de l’allié bernois (les troupes bernoises vont occuper Genève en février 1536 lors de leur action commune avec les Français sur les territoires savoyards20) chargé du travail fut ému par la foi des sœurs en prière dans le chœur et demanda à ce que l’on diffère l’opération. De fait, le monastère ne fut pas détruit, mais ultérieurement transformé en hôpital.

  • 21 Jacques Fodéré, Narration…, op. cit., livre 2, p. 131.
  • 22 Terzier F., Caritas Pirckheimer. Une femme voilée de liberté, 1467-1532, Paris, Cerf, 2013, et Car (...)
  • 23 Jacques Fodéré, Narration…, op. cit., livre 2, p. 132.

13Le sursis ne fut que de courte durée. L’ancien gardien des franciscains publia le 29 mai 1535 des thèses contre la foi catholique dans son propre couvent, convoquant tous les catholiques à son prêche le dimanche suivant. Les clarisses et leur confesseur franciscain devaient en être. L’abbesse, âgée, laissa l’affaire à sa vicaire, Sœur Pernette de Mont-Lo qui « de grande maison et de sang illustre, avait un entendement relevé, un grand zèle à son état et un courage si généreux qu’elle fit des merveilles pendant ces afflictions21 », nous dit Fodéré. Comme sa consœur de Nuremberg Caritas Pirckheimer22, Pernette mit en avant le respect de la clôture, à quoi les syndics de Genève répondirent que bientôt il y aurait union de foi, et que toutes les sœurs devaient venir entendre leurs conclusions. Pernette arguait que les laïcs et les femmes ne doivent pas discuter de questions de foi, et qu’elles étaient prêtes à mourir pour la leur. Au bout de deux heures, les syndics finirent par partir « autant en colère que confus de la faconde et vues raisons [sic] de cette vénérable mère, s’en allant criant que par le diable, on romprait leurs portes et qu’on les sortirait bien de leur tanière23 ». Les sœurs voulurent faire échapper leur confesseur, qui refusa de les quitter, mais l’abbesse le convainquit que, seules, les protestants les jugeraient moins coupables, « comme pauvres filles, sans les violenter ». Il accepta de les quitter, mais après la controverse seulement, en leur donnant l’absolution générale et en citant sainte Agnès, qui préféra périr plutôt que de sacrifier sa virginité. Le dimanche fatidique, il fut amené seul au prêche, les sœurs restant en prière devant le Saint-Sacrement.

  • 24 Dompnier B., Le venin de l’hérésie. Image du protestantisme et combat catholique au XVIIe siècle, (...)
  • 25 Jacques Fodéré, Narration…, op. cit., livre 2, p. 136.

14Cette dispute continua pendant quatre jours encore. L’ancien gardien franciscain expliqua qu’il était impossible de respecter le vœu de chasteté et que la vie monastique n’était qu’hypocrisie. Un dominicain lui tint tête. Le lendemain, il prêcha sur l’absence de présence réelle dans l’eucharistie. Le confesseur des clarisses argumenta contre lui. Le dominicain et le franciscain s’allièrent les deux jours suivants pour défendre le culte des saints et le purgatoire. On est bien ici dans la logique des controverses du temps24. D’autres débats eurent lieu pendant un mois, jusqu’au 29 juin où les « articles de foi » furent imposés à tous les habitants de la cité25.

  • 26 Ibid., p. 139.
  • 27 Il existe à Genève une « abbaye de Saint-Pierre », mais cantonnée au premier tiers du XVIe siècle (...)
  • 28 Jacques Fodéré, Narration…, op. cit., livre 2, p. 143.
  • 29 Ibid., p. 149.

15Le 6 juillet, Farel et les syndics se rendirent chez les clarisses. Leur confesseur avait pu s’enfuir et prévenir les familles des sœurs et le duc de Savoie de leur sort. Fodéré décrit longuement le calvaire des religieuses, qui allait durer presque deux mois. La sœur vicaire exhorte ses filles à ne pas céder, car, si elles le faisaient, la « volupté serait brève, mais la peine de l’enfer perpétuelle26 ». Ce « dialogue des clarisses » incite toutes les filles à persévérer, sauf une, Sœur Blasine, la sœur d’un apothicaire de Genève et dont une autre sœur a adhéré au protestantisme, mais qui comptait deux tantes au monastère. Pendant sept semaines, la situation reste figée, ponctuée de provocations de l’extérieur, comme par ces cinquante « Enfants de la ville », probablement une organisation de la jeunesse armée ayant adhéré à la Réforme27, qui entrent profaner l’église et la clôture. Une scène très théâtrale opposa les protestants et les clarisses à propos de Sœur Blasine, interpellée, tiraillée entre les deux camps et qui finit par rejoindre les réformés28. Appelés, les syndics de Genève rappelèrent leur protection aux sœurs, mais les invitant à s’habiller en civil, craignant la réaction de leur allié bernois partisan d’une unité rapide de religion. On bouscula deux sœurs originaires de Genève, qu’on voulait faire sortir et marier, mettant en balance leur fidélité à une règle hypocrite et au duc de Savoie contre les décisions de la ville. Mais elles résistèrent, avançant que leurs parents par la chair ne leur étaient plus rien depuis leur apostasie. On leur demanda individuellement leur choix : toutes, hormis Sœur Blasine déjà partie, voulurent persister sous l’habit religieux29. Elles obtinrent de pouvoir quitter la ville le 30 août de grand matin.

  • 30 Ibid., p. 156.

16Un rituel se met en place. Avant de partir, elles prient sur le tombeau de leurs sœurs trépassées. Elles ne peuvent emporter que leur linge personnel. Elles sortent à pied sous la protection des soldats, craignant les Enfants de la ville. On les conduit hors des limites de la ville, à Plainpalais et au milieu du pont sur l’Arve, qui fait la frontière avec la Savoie. Elles sont treize, dont plusieurs très âgées, sous la conduite d’un frère convers. Sur la route de Saint-Julien, elles retrouvent leur confesseur et un autre frère franciscain. Notons que le duc de Savoie ne s’était encore pas manifesté. C’est alors seulement que son envoyé, le seigneur de Faucon, les prend sous sa protection et fait envoyer des chevaux et le clergé local à leur rencontre. Les sœurs ne savent pas ce qu’elles vont devenir. L’abbesse compte sur un parent, le sieur de Viry, qui semble avoir déjà pris langue avec le duc de Savoie Charles III et sa femme Béatrice de Portugal à ce sujet. Faucon leur donne six chariots le lendemain pour les conduire chez Viry, au château de La Perrière. De là, sur ordre du duc, elles sont amenées à Annecy30. Ce n’est pas pourtant un pèlerinage triomphant. Il faut disperser quelques Enfants de la ville qui, déguisés en petits merciers, les poursuivaient et les espionnaient. Les Bernois reprochent aux Genevois de les avoir laissées partir et comme représailles vont brûler le château de La Perrière. Les sœurs préfèrent faire étape à l’abbaye de Bonlieu, plutôt que chez un laïc, le baron de Salleneuve, qui le prend mal et ne leur donne pas de chariot pour continuer leur chemin. Elles arrivent à Annecy, sous la pluie, sur des chars à bœufs prêtés par le bailli de Gex. Ce n’est qu’au bord du lac, à Cran (Cran-Gevrier), que la population d’Annecy vient les accueillir. Le président du Genevois les reçoit enfin et le lendemain, elles sont conduites par les franciscains dans leur nouveau monastère. Las !, il n’est pas aménagé ni prévu pour la règle de sainte Colette (il n’a pas de parloir, il comporte trop de portes, des chambres et non pas un dortoir pour les religieuses, etc.). Il fallut faire des travaux ultérieurement pour le mettre aux normes conventuelles.

17Ces deux exemples montrent des similitudes : la grande majorité des clarisses persista dans sa fidélité à l’ordre et parvint sans trop de mal finalement à s’installer en pays catholique. Mais les deux cas diffèrent sur la façon dont les filles quittèrent les villes suisses. Les sœurs d’Orbe et Vevey le firent avec grande démonstration, alors que celles de Genève partirent comme des martyres. Comprenons : les deux villes ne représentent pas le même enjeu, le même imaginaire, pour le duc de Savoie comme pour les réformés. Les grandes familles catholiques, le duc lui-même à Évian, aident les sœurs d’Orbe et de Vevey à partir. Mais ils sont beaucoup plus discrets à Genève, tant la géopolitique leur est défavorable, où ce sont les syndics qui mènent le jeu, sous le regard sourcilleux de leurs alliés bernois. Les autorités protestantes ferment les yeux à Orbe et Vevey, alors qu’elles organisent une longue controverse et souhaitent une conversion ostentatoire et pédagogique pour la population à Genève. L’enjeu n’est pas comparable des deux côtés : Genève était une capitale savoyarde catholique ; elle est devenue une ville libre calviniste.

L’atteinte à la mémoire franciscaine

  • 31 Ibid., livre 1, p. 337.

18Venons-en maintenant à un tout autre apport du livre, involontaire sous la plume de Fodéré, mais très évident pour nous à sa lecture : les défauts de la mémoire franciscaine que les troubles de religion ont provoqués. Une des premières conséquences, étonnantes, des guerres religieuses et des bouleversements de l’Ordre face aux réformes internes, est l’oubli au début du XVIIe siècle pour un frère écrivain, qui mena pourtant une longue enquête dans sa province de Bourgogne, de la titulature de nombreuses maisons, jusqu’à leur nom même. Cette perte du souvenir est certes renforcée par la tradition franciscaine en France (à la différence de l’Italie ou de l’Espagne) où il est d’usage d’appeler « couvent Saint-François » ou « monastère Sainte-Claire » toute maison franciscaine, sans forcément la connaître sous la dédicace qui lui a été donnée à l’église lors de sa consécration31. Dans le livre de Fodéré, 24 % des maisons masculines et 53 % des féminines sont citées sans patronage connu, ce qui montre les limites de son travail et les défaillances de la mémoire de son Ordre.

  • 32 Ibid., p. 356.
  • 33 Ibid., p. 814-824.

19Malgré sa capacité à la prolixité, beaucoup de ses notices sont mal renseignées. Ses connaissances, par exemple, sur le très ancien couvent de Vienne, fondé vers 1212, refondé en 1260 de l’autre côté du Rhône (à Sainte-Colombe), sont très minces. Il ne connaît plus son titre. Il se souvient seulement des noms des fondateurs, de quelques anecdotes comme la perte de la relique insigne que constituait l’habit d’un frère mort en odeur de sainteté, Michel de Péruse, lors du sac de la ville par les calvinistes en 156632. À propos du couvent de Nozerey, en Franche-Comté (diocèse de Besançon), il nous dit qu’il fut fondé sur une seigneurie des Chalon-Orange et édifié en 1460 par le prince Louis qui avait à se faire pardonner d’avoir mal traité un couvent franciscain du royaume de Naples pendant les guerres d’Italie33. Mais il avoue ne connaître ni le titre ni la date de consécration de l’église. Pourtant, il y était passé en 1583 et il avait alors interrogé son vieux gardien.

20C’est encore pire en Auvergne, pour la maison de Vic-le-Comte :

  • 34 Ibid., p. 884.

« Il ne me faut point imputer la faute si la ville de Vic-le-Comte demeure icy en blanc, et si je la passe sous silence, ains de ce que je n’en ay jamais pu obtenir la moindre instruction de tant de personnes desquelles je m’en suis enquis, et pour ce, il nous faudra se contenter de ce que j’ay pu apprendre concernant nostre couvent de ce lieu34. »

21Pourtant, il sait des choses sur cette maison. Il se souvient des noms des premiers frères (de la famille ou de la Bulle), des fondateurs, de la fondation du couvent en 1473, de sa consécration en 1484 et par qui, comme de la beauté du couvent et des rivières qui l’entourent. Mais les difficultés du temps ont vidé le couvent et de ses frères (il ne compte plus que huit religieux) et de ses souvenirs.

  • 35 Ibid., p. 406.
  • 36 Ibid., p. 416.

22Au nord de Lyon, le couvent de Mâcon est dans ce cas également35. Mais les raisons en sont un peu différentes. Fodéré regrette bien entendu que les archives du couvent aient été perdues lors des troubles des années 1562 et 1567. Il nous assure de son sérieux d’historien, en disant qu’en 1583-1584 et en 1586-1587, quand il y prêchait les avents et les carêmes, il était allé consulter des archives chez les dominicains, mais ce n’est que peu de chose, et comme il le dit « il faudra se contenter de ce que j’en ay peu tirer par les cheveux36 ». Ainsi, il ne connaît pas les fondateurs du couvent, estime qu’il ne peut pas être plus récent que celui des dominicains, fondé en 1255, puisque dans les processions urbaines les deux ordres marchent au même niveau, donc sont d’ancienneté comparable. À ce point de son raisonnement, il accuse d’autres acteurs que les protestants d’être responsables de ce vol mémoriel. Mâcon était une fondation des Franciscains conventuels, qui fut réformée par les Observants en 1503 en même temps que huit autres maisons. Mais lorsqu’ils abandonnèrent les couvents, les Conventuels partirent pour Bourg-en-Bresse avec les archives, qu’il n’a donc pas pu consulter.

  • 37 Ibid., p. 191-192.

23Fodéré n’est régulièrement pas tendre avec les autres branches de l’ordre franciscain, dont les vicissitudes complexes de l’Observance sont contemporaines de la crise protestante. Pour de nombreuses maisons, s’il ne peut donner toutes les informations nécessaires, c’est que d’après lui les conventuels avaient saisi ou détruit des archives en abandonnant contre leur gré des couvents aux Observants au début du XVIe siècle. Cela veut dire aussi qu’il n’imagine pas de se rendre dans des couvents de Conventuels, ou même de leur écrire, pour y glaner des informations, comme il l’a fait, on l’a vu, chez des dominicains. Au début du XVIe siècle, avant même que « l’hérésie » protestante ne soit visible, la lutte est âpre entre les nouveaux observants et les anciens conventuels : le général franciscain (conventuel) est décrit par Fodéré dans son exposé historique comme l’« ennemi juré » des premiers, les Frères de la Bulle, « jaloux, voyant les observantins tant favorisés […], leur tramoient toutes leurs traverses et leur faisoient tous les mauvais offices qu’ils pouvoient, subornoient les frères de l’observance en dessous main37 ». On chercherait en vain sous sa plume une quelconque indulgence fraternelle au nom de saint François. L’époque a exacerbé les rancunes fratricides.

  • 38 Meyer F., Pauvreté et assistance spirituelle. Les franciscains récollets de la province de Lyon au (...)
  • 39 Jacques Fodéré, Narration…, op. cit., livre 1, p. 358-359.

24Puis, à la fin du XVIe siècle, l’essor d’une branche réformée de l’Observance, les Récollets, nés en Espagne et au Portugal, a coûté à nouveau plusieurs couvents aux Franciscains observants. Dès 1603, Henri IV avait imposé aux Cordeliers de céder un ou deux couvents par diocèse aux Récollets38. En Bourgogne, ils durent laisser, après les décisions du chapitre général franciscain observant d’Aracoeli de 1612, leur maison de Romans, qu’ils avaient rénovée après les guerres de Religion, et la direction des clarisses de Montbrison. Fodéré juge l’attitude des Récollets « scandaleuse » en cette affaire et contraire à l’unité franciscaine. Les Cordeliers refusèrent de céder le couvent de Vienne. Ou plus exactement, l’archevêque, le clergé séculier et régulier, les notables de la ville s’y seraient opposés, préférant rester fidèles aux Observants. C’est du moins ce que dit Fodéré39. Le couvent resta en effet en leur possession.

25On connaît le franc-parler de Fodéré. Pour lui, les « nouveaux-venus » récollets « ont apporté de grands troubles et causé de grands désordres en l’ordre de Saint-François parmi la France, ayant fait leurs efforts de chasser les pères observantins de plusieurs couvents ». Alors que la paix religieuse et la protection des princes permettaient la reconquête catholique, les Récollets

  • 40 Ibid., p. 974-975.

« les ont tirés en cause et litige devant les magistrats séculiers, estalés en pleines audiences les imperfections des cloistres, dénigrent, dettractent et diffament en toute compagnie, contre tout droit divin, ecclésiastique et humain leurs frères de religion et se veulent introduire d’haute lutte en leurs couvents40 ».

26Ayant échoué à Vienne, ils firent porter leurs efforts sur le second couvent franciscain de Lyon, Notre-Dame-des-Anges, à Pierre-Scize. L’affaire remonta jusqu’au roi. Les Récollets agitant « encore d’autres bricoles » [sic], Fodéré ne peut plus que prier Dieu

  • 41 Ibid., p. 980.

« d’illuminer ces pères récollets de laisser l’ordre de Saint-François en paix, qu’ils se bastissent des couvents sans se procurer de chasser injustement des leurs, leurs frères de religion et qu’il plaise aussi à Dieu inspirer nos seigneurs du conseil et du parlement de maintenir les choses en l’état que les anciens les ont establies41 ».

  • 42 Ibid., p. 1017.
  • 43 Ibid., p. 695.

27Trois couvents ne se sont jamais remis des guerres de Religion (Bevret, Tournon et Morges), auxquels il faut ajouter l’ermitage du Val d’Arde (entre Chaumont et Châteauvillain), mais trois autres durent être cédés sur ordre du général aux Récollets (Bourg-Saint-Andéol, La-Côte-Saint-André et Romans)42. Bref, ce que les protestants n’ont pas fait, les Récollets l’ont fait. Fodéré termine son énorme livre 1 sur cette notation désabusée et amère. Il est plus courtois avec les Capucins, autre réforme franciscaine, née en Italie cette fois, qu’il appelle « les bons pères capucins », qui menaçaient moins directement les Observants, et étaient devenus très populaires. Montluçon a ainsi maintenant selon lui deux beaux couvents « tutélaires » de l’ordre franciscain, celui des capucins et celui des cordeliers43. Il est vrai que les Capucins étaient devenus un ordre indépendant en 1609 et qu’ils ne demandaient rien aux Observants.

  • 44 Ibid., p. 919.
  • 45 Ibid., p. 53.
  • 46 Ibid., p. 739-760.
  • 47 Dalarun J., « Conclusion », N. Bouter (éd.), Écrire son histoire. Les communautés régulières face (...)

28Apostolat protestant, guerres de Religion, concurrence des autres réguliers, vicissitudes de l’Observance franciscaine : les temps sont bien durs pour les Cordeliers, et l’Ordre est en plein désarroi. La frontière (religieuse comme politique) nuit décidemment à la mémoire. D’où la volonté de Fodéré de reconstituer une histoire la plus exacte possible, jusque dans les détails, de sa province observante, sur le temps long depuis les fondations du XIIIe siècle, indice de légitimité jusqu’au XVIIe siècle, élément de sécurisation aussi pour les nouvelles générations de franciscains. Les Franciscains aiment à s’inscrire dans les traditions. Comme Fodéré l’écrit à propos du petit ermitage de Provenchères (diocèse de Besançon), fondé fin XVe siècle au lieu-dit « La Fontaine-Saint-Antoine », il fut dédié à Notre-Dame et à saint Antoine, « pour toujours y conserver l’ancienne mémoire du lieu44 ». Il fait remarquer à propos du monastère des clarisses de Seure (Franche-Comté), que le nom de la ville s’écrivait avec un seul « r », mais que l’usage des deux s’est imposé « à la manière des Lorrains qui mettent deux rr là où il n’en faut qu’un45 ». Ainsi le couvent de Chalon-sur-Saône sur lequel il a glané de nombreuses informations, est-il longuement décrit, avec une précision inaccoutumée sur les dédicaces des chapelles, les thèmes des tableaux46. Il s’agit de ne plus pouvoir oublier, et quoi qu’il arrive désormais, son livre fera foi. C’est une attitude connue chez les réguliers, mais spécialement, à l’intérieur de la famille franciscaine, chez les Observants qui sont réputés « meilleurs historiens que les autres puisqu’ils vont puiser aux sources leur raison de se distinguer », comme le dit Jacques Dalarun47.

  • 48 Meyer F., « Rome et les protestants du Languedoc. Les missions des frères Lieurin au XVIIe siècle  (...)
  • 49 Zeller O., « Les structures familiales à Mâcon pendant la Ligue », Histoire, économie et société, (...)
  • 50 Jacques Fodéré, Narration…, op. cit., livre 1, p. 423.

29Mais on sent tout de même chez Fodéré des effets dépressifs, peut-être inhérents aux situations difficiles des clergés de frontière, comme le montrent par exemple des témoignages de missionnaires franciscains envoyés à Rome à la Congrégation de la Propagation de la foi48. Il a, comme souvent dans des situations délicates, mal jugé qui étaient ses vrais ennemis et ses alliés, et sa hargne contre ses frères franciscains, mais aussi les notables catholiques ici ou là pris en défaut de compromission, lui fait accuser d’autres acteurs. Ce qui restait des documents du couvent de Mâcon, « petit esquif après un si grand naufrage » [sic], disparut effectivement lors des attaques des protestants de 1562 et 1566-1567, les « premiers et seconds troubles » comme il aime à dire. Mais si l’église conventuelle fut bien victime de l’iconoclasme calviniste, si le Frère Jean Bossu, du couvent de Beaune, y fut sauvagement torturé et assassiné en 1567, Fodéré avoue que les deux couvents mendiants de la ville, le dominicain et le franciscain, y furent rasés non pas par les protestants, mais sur ordre des syndics catholiques après la reprise de la ville en 1568, pour servir aux fortifications et éviter une « nouvelle révolte » [sic] des populations. Le mobilier, les objets conventuels furent volés par des particuliers catholiques. Pendant deux ans encore, il n’y eut plus de présence franciscaine à Mâcon. Cet exemple nous montre combien le retour du clergé catholique dans une ville reprise aux protestants n’allait pas forcément de soi. Une sorte de rejet des questions religieuses avait atteint les habitants. Peut-être aussi que l’attitude des franciscains, ou du clergé catholique en son ensemble, pendant les troubles fut trop nettement favorable à la Ligue49. Peut-être aussi que l’attachement des habitants au calvinisme fut sincère. Fodéré reconnaît le talent d’un ministre de Genève, un certain « Raymond » [Chauvet ?], venu prêcher, convertir et apprendre à chanter à Mâcon les psaumes de Marot50. Lorsque deux franciscains se présentèrent en 1569, ils ne

  • 51 Ibid., p. 429-430.

« reçurent pas grand accueil des habitants, parce que la plus grande part d’iceux estoit encore fort refroidie en fait de religion, occasion de l’hérésie qui y avoit eu si grande vogue peu d’années auparavant, le reste estant fort nécessiteux par le sac qu’ils avoyent souffert de tous leurs moyens aux deux susdictes invasions de leur ville51 ».

  • 52 Ibid., p. 431-432.

30La frontière religieuse demeurait une plaie vive. En revanche, le souvenir était assez proche chez Fodéré pour qu’il se souvienne de l’aide accordée à son ordre par les chanoines de l’église Saint-Vincent, et de la reconstruction patiente de l’église franciscaine par leurs propres moyens. Les dons des catholiques reprirent en 1583. L’église ne fut pourtant achevée, dédiée à saint Bonaventure et consacrée par Mgr Gaspard Dinet, qu’en 160852.

***

  • 53 Charles de Genève, Les Trophées sacrés ou missions des capucins en Savoie, dans l’Ain, la Suisse r (...)

31Les réflexions historiques de Jacques Fodéré, mais aussi son style, son ressenti désabusé nous démontrent que le discours dominant chez les Franciscains (du moins celui qui nous est parvenu), un récit souvent triomphateur de missionnaires héroïsés en zone de frontière, tel que nous le délivre par exemple celui du Père Charles de Genève dans les Alpes vers 165053, est à tempérer. Il n’est pas l’unique sentiment de l’Ordre devant la présence protestante au début du XVIIe siècle. Le prix à payer pour les événements de la fin du siècle précédent a été très cher pour les Franciscains. La frontière nous apparaît alors comme une zone très large, confuse, associée à la souffrance, et définie avant tout comme une zone de combat et de destruction. Fodéré a l’intérêt de mettre l’accent sur un moment, les années 1580-1620, qui furent pour l’ordre franciscain particulièrement difficiles. Son repli fut sensible et les conséquences durables pour l’Ordre. Le contact avec les nouvelles structures du protestantisme, mais aussi avec les nouvelles donnes des réguliers et du catholicisme ont profondément déstabilisé un ordre pourtant puissant comme celui des Frères mineurs. Que penser alors de l’effet que cette période eut sur des ordres plus modestes ? On notera en revanche combien la « paix henricienne », à partir de 1598, a permis aux forces catholiques de rebondir, mais sur d’autres bases.

Notes

1 JacquesFodéré, Narration historique et topographique des couvents de l’ordre de saint François et monastères de sainte Claire érigés en la province anciennement appelée de Bourgogne, à présent de saint Bonaventure, Lyon, Pierre Rigaud, 1619, 2 livres. La province fut rebaptisée « Saint-Bonaventure » en 1500, lorsqu’elle unit les trois branches « anciennes » de l’Ordre franciscain, les Conventuels, les Observants et les Frères de la Bulle.

2 Besnard P., Les cordeliers et cordelières de Chalon-sur-Saône, Le Puy, La Haute-Loire, 1927, p. 26.

3 Gal S., « Obéissance et déviance chez les Franciscains : l’exemple des couvents de Grenoble aux XVIe-XVIIe siècles », F. Meyer et L. Viallet (dir.), Identités franciscaines à l’âge des Réformes, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2005, p. 483-500.

4 Francesco Gonzaga, De origine seraphicae religionis franciscanae ejusque progressibus, de regularis observanciae institutione, forma administrationis et legibus, Rome, D. Basae, 1587.

5 Jacques Fodéré, Les vies des très illustres sainctes dames vierges et martyres de l’Eglise, traduictes d’italien en français, Lyon, C. Obert, 1638 (4e éd.).

6 Par exemple : [Anonyme], Les fondateurs laïques des premiers couvents franciscains de la province de Saint-Bonaventure d’après le P. Fodéré, Lyon, Paquet, 1901 ; Claudon F., Les cordeliers du Bourbonnais par le P. Jacques Fodéré, Moulins, L. Grégoire, 1901 ; Jacques Fodéré, Custoderie d’Auvergne. Narration historique et topographique des couvents de l’ordre Sainct-François et monastères Saincte-Claire, érigez en la province anciennement appellée de Bourgongne, à présent Sainct-Bonaventure ; par le R. P. Jacques Fodéré, Clermont-Ferrand, F. Thibaud, 1861 ; Vayssière A., Le monastère de Sainte-Claire de Moulins par le P. Jacques Fodéré, Moulins, H. Durond, 1892.

7 Un exemple d’utilisation de Fodéré dans Le Gall J.-M., « Pour une cartographie de l’Observance. Bilan provisoire », F. Meyer et L. Viallet (dir.), Identités franciscaines…, op. cit., p. 211-235.

8 Lemaître H., « Géographie historique des établissements de l’ordre de Saint-François en Bourgogne (Sud-Est de la France) du XIIIe au XIXe siècle », Revue d’histoire franciscaine, t. 4, 1927, p. 514. Édition sous le même titre à Paris, Vrin, 1928 (carte médiocre mais encore non remplacée).

9 Meyer F. et Viallet L. (dir.), Identités franciscaines…, op. cit. et Silence du cloître. Exemples des saints. XIVe-XVIIe siècles. Identités franciscaines à l’âge des réformes 2, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2011.

10 Jacques Fodéré, Narration…, op. cit., livre 1, p. 639-640.

11 Ibid., p. 539.

12 Ibid., livre 2, p. 82.

13 Ibid., p. 84.

14 On retrouve ici les conclusions d’Olivier Christin sur la lente légitimation de la décision majoritaire dans les Églises : Christin O., Vox populi. Une histoire du vote avant le suffrage universel, Paris, Seuil, 2014, en particulier le chap. 3 « Choix des hommes et volonté de Dieu. La fabrique de la décision juste », p. 135-217.

15 Jacques Fodéré, Narration…, op. cit., livre 2, p. 88.

16 Ibid., p. 92. On note ici la réalité de la « Dorsale catholique ».

17 Ibid., p. 118.

18 Ibid., p. 159.

19 Ibid., p. 125.

20 Monter E. W., « De l’évêché à la Rome protestante », P. Guichonnet (dir.), Histoire de Genève, Toulouse, Privat, 1974, p. 133-135.

21 Jacques Fodéré, Narration…, op. cit., livre 2, p. 131.

22 Terzier F., Caritas Pirckheimer. Une femme voilée de liberté, 1467-1532, Paris, Cerf, 2013, et Caritas Pirckheimer, Écrits, Correspondance. Notes mémorables, trad. F. Terzier du nouveau haut allemand précoce et du latin, Paris, Cerf, 2013.

23 Jacques Fodéré, Narration…, op. cit., livre 2, p. 132.

24 Dompnier B., Le venin de l’hérésie. Image du protestantisme et combat catholique au XVIIe siècle, Paris, Le Centurion, 1985.

25 Jacques Fodéré, Narration…, op. cit., livre 2, p. 136.

26 Ibid., p. 139.

27 Il existe à Genève une « abbaye de Saint-Pierre », mais cantonnée au premier tiers du XVIe siècle au rôle de compagnie militaire urbaine : Champeley J.-Y., Organisations et groupes de jeunesse dans les communautés d’entre Rhône et Alpes (XVIe-XVIIIe siècles), thèse de doctorat en histoire, J.-P. Gutton (dir.), université Lumière – Lyon 2, 2010, p. 163-164. Ce ne sont sans doute pas encore les « Enfants de Genève » d’Ami Perrin, actifs à partir de 1549 seulement (Monter E. W., « De l’évêché à la Rome protestante », art. cit., p. 141-142).

28 Jacques Fodéré, Narration…, op. cit., livre 2, p. 143.

29 Ibid., p. 149.

30 Ibid., p. 156.

31 Ibid., livre 1, p. 337.

32 Ibid., p. 356.

33 Ibid., p. 814-824.

34 Ibid., p. 884.

35 Ibid., p. 406.

36 Ibid., p. 416.

37 Ibid., p. 191-192.

38 Meyer F., Pauvreté et assistance spirituelle. Les franciscains récollets de la province de Lyon aux XVIIe et XVIIIe siècles, Saint-Étienne, CERCOR-Travaux et recherches IX, 1997, p. 33-35.

39 Jacques Fodéré, Narration…, op. cit., livre 1, p. 358-359.

40 Ibid., p. 974-975.

41 Ibid., p. 980.

42 Ibid., p. 1017.

43 Ibid., p. 695.

44 Ibid., p. 919.

45 Ibid., p. 53.

46 Ibid., p. 739-760.

47 Dalarun J., « Conclusion », N. Bouter (éd.), Écrire son histoire. Les communautés régulières face à leur passé, Saint-Étienne, CERCOR, 2005, p. 680. Dubreucq A., dans la préface au même volume, a vu trois axes dans les communications : une écriture de l’histoire dans la longue durée ; une volonté de construire et reconstruire la mémoire ; une autre de transmettre la mémoire (p. 11).

48 Meyer F., « Rome et les protestants du Languedoc. Les missions des frères Lieurin au XVIIe siècle », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, t. 109-2, 1997, p. 853-879.

49 Zeller O., « Les structures familiales à Mâcon pendant la Ligue », Histoire, économie et société, t. 3-2, 1984, p. 163-181.

50 Jacques Fodéré, Narration…, op. cit., livre 1, p. 423.

51 Ibid., p. 429-430.

52 Ibid., p. 431-432.

53 Charles de Genève, Les Trophées sacrés ou missions des capucins en Savoie, dans l’Ain, la Suisse romande et la vallée d’Aoste à la fin du XVIe et au XVIIe siècle, éd. F. Tisserand, Lausanne, Société d’Histoire de la Suisse romande, 1976, 3 vol. 

Auteur

Actuellement professeur d’histoire moderne à l’université de Savoie Mont-Blanc (Chambéry), laboratoire LLSETI, après l’avoir été à l’université de Lorraine (Nancy) de 2010 à 2015, laboratoire CRULH. Ses recherches portent sur le clergé d’Ancien Régime, l’histoire religieuse et culturelle en régions de frontière, dans le grand Sud-Est de la France et en Italie. Il a publié une douzaine d’ouvrages, dont récemment La Maison de Savoie du XVIe au XVIIIe siècle, Chambéry, SSHA, 2014 et La foi des montagnes. Culture et religion dans la Savoie d’Ancien Régime, Annecy, Académie Salésienne, 2014 (préface de Paola Vismara, Milan). Il a coordonné le projet ANR LODOCAT (Lotharingie-Dorsale catholique IXe-XVIIIe siècles) en 2014-2015.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search