Version classiqueVersion mobile

Prêtres et pasteurs

 | 
Julien Léonard

Quatrième partie. Le laboratoire français

Catholiques et protestants en frontière de catholicité aux xvie-xviie siècles

L’exemple des diocèses de Boulogne-sur-Mer et de Saint-Omer

Philippe Moulis

Texte intégral

  • 1 Dierickx M., L’érection des nouveaux diocèses aux Pays-Bas (1559-1570), Bruxelles, La Renaissance (...)

1Dans la seconde moitié du XVIe siècle, les diocèses du nord de la France et des Pays-Bas espagnols sont réorganisés. En 1559 est entériné le fractionnement de l’immense évêché de Thérouanne, ville rasée en 1553. Trois nouveaux diocèses ont respectivement pour siège épiscopal Boulogne, Saint-Omer et Ypres. À la suite de la paix du Cateau-Cambrésis, le 3 avril 1559, la partition est décidée, à Aire-sur-la-Lys, du 1er au 29 juin 1559, entre les délégués du roi de France et ceux du roi d’Espagne, en vue d’une distribution des paroisses et de la dotation des nouveaux diocèses1. Le 12 mai, la bulle Super universas orbis ecclesias divise en deux évêchés la partie du diocèse de Thérouanne soumise au roi d’Espagne, avec Ypres et Saint-Omer pour sièges épiscopaux. Le 11 mars 1561, le pape Pie IV érige, par la bulle De statu ecclesiarum, l’évêché de Saint-Omer. Érigé en 1567, le diocèse de Boulogne dépend du royaume de France pour ses parties boulonnaise, calaisienne et, plus largement, littorale. En revanche, la partie artésienne de cet évêché dépend des Pays-Bas méridionaux. En 1659, une partie de l’Artois, ou « Artois cédée », devient française. L’autre partie, ou « Artois réservée », le devient en 1678. Dans cette zone frontalière entrent en contact deux tendances du catholicisme, qui s’entrechoquent, et qui affrontent un protestantisme en expansion. Les diocèses du Nord vont devenir, mais avec une chronologie différenciée, une zone de reconquête du catholicisme. Les ordres monastiques et certaines congrégations sont, aux XVIe et XVIIe siècles, particulièrement actifs. Les Jésuites, les Capucins, les Récollets sont des remparts contre « l’hérésie ».

2L’objet de cette étude est centré sur les relations entre les protestants et le clergé paroissial des diocèses de Boulogne et de Saint-Omer. La première partie est consacrée à l’établissement d’une frontière de catholicité au XVIe siècle ; la seconde s’intéresse à la persécution espagnole dans les Pays-Bas méridionaux et au refuge français du Boulonnais et du Calaisis (du XVIe siècle aux années 1650). Dans la dernière partie est analysé l’anti-protestantisme victorieux impulsé par Louis XIV, et secondé par l’Église, de 1661 à la révocation de l’édit de Nantes, et à ses conséquences.

Bibliothèque de la Société académique des antiquaires de la Morinie de Saint-Omer.
Fig.1. – Carte de la province d’Artois au XVIIe siècle.

L’établissement d’une frontière de catholicité au XVIe siècle

  • 2 Lottin A. et Guignet P., Histoire des provinces françaises du Nord de Charles Quint à la Révolutio (...)

3Dans cette zone d’instabilité, avec de nouveaux évêchés où il faut tout réorganiser, les idées de la Réforme se diffusent rapidement2. En 1567, le diocèse de Boulogne compte environ 278 paroisses. Les délimitations des archidiaconés et des doyennés ne sont pas établies avant 1628. Le Boulonnais est touché, dès le milieu du XVIe siècle, par la Réforme protestante, qui s’y implante en des endroits bien localisés, regroupés, dans la plupart des cas, sur les territoires de la noblesse passée à la Réforme, les paroisses d’Inxent (famille de La Haulle), Clenleu-Bimont (famille d’Ostove) et Estréelles (famille de Louvigny). De 1560 à 1590, le Boulonnais se retrouve au cœur des conflits qui déchirent le royaume de France et l’Europe du Nord-Ouest. Les contacts sont violents. En 1562, les chanoines procèdent à un autodafé d’ouvrages interdits à Boulogne. Le 6 octobre 1564, ils ouvrent une information contre « ceux de la nouvelle religion » qui ont molesté des cordeliers. Il faut attendre la fin des années 1560 pour qu’éclate une violence caractérisée. D’octobre 1567 à avril 1568, la ville de Boulogne est administrée par des protestants. Le 11 octobre 1567, la cathédrale est pillée. Les huguenots s’attaquent aux images et dérobent la statue miraculeuse de la Vierge. Le chapitre est obligé de transporter son siège à Montreuil en 1568. Sur le registre capitulaire, le secrétaire écrit le 16 février :

  • 3 AD Pas-de-Calais, 1G 71, registre du chapitre cathédral.

« Le procès-verbal de l’arrivée d’un grand nombre d’huguenots qui ont répondu à l’appel du gouverneur de Morvilliers, et du transfert du chapitre à Montreuil, mais, comme il y a grand danger pour l’instant à quitter la ville, il continuera à siéger à Montreuil jusqu’à ce que le roi en décide autrement3. »

  • 4 Joblin A., Catholiques…, op. cit., p. 97-98.
  • 5 Ibid., p. 86.

4Des bandes huguenotes armées saccagent des églises des environs et des prêtres sont malmenés. Ces violences sont perpétrées par des calvinistes flamands alors en révolte contre Philippe II4. Le 18 juillet 1568, le culte catholique est à nouveau célébré dans la cathédrale de Boulogne, mais le doyen Pierre Darques est assassiné par des huguenots en septembre 15695.

  • 6 Joblin A., Les protestants de la Côte…, op. cit., p. 12.
  • 7 Ibid., p. 18.

5Dans les Pays-Bas méridionaux, le protestantisme est férocement réprimé par Charles Quint, puis à partir de 1556, par son fils le roi d’Espagne Philippe II. Plusieurs placards (édits) sont adoptés contre les protestants entre 1520 et 1550. Dès 1529, les adeptes de l’« hérésie » sont condamnés à mort6. On constate qu’il n’y a pas, ou plus, de communautés protestantes dans le diocèse de Saint-Omer. En revanche, sur les terres françaises du Boulonnais et du Calaisis, deux Églises réformées s’épanouissent dans la seconde moitié du XVIe siècle. En 1558, le Calaisis devient français, mais c’est le Boulonnais qui accueille la première communauté protestante. Dans les années 1560, des « prédicants » sillonnent la région et dénoncent les abus du clergé et de l’Église. Le 3 décembre 1561, le Magistrat de Boulogne dénonce l’arrivée d’un prédicant venu baptiser les enfants. La même année, les chanoines font incarcérer Jean Le Porc pour hérésie, et il est condamné à la prison à vie par l’officialité de Reims. En 1562, les échevins interdisent à Furcy de La Planche, avocat de la ville, de fréquenter les cercles réformés7.

  • 8 Joblin A. (éd.), L’Édit de Nantes (1598), La France et l’Europe, no spécial des Cahiers Scientifiq (...)
  • 9 Joblin A., Les protestants de la Côte…, op. cit., p. 26.

6Le Magistrat cède un terrain hors de la ville afin que les protestants y enterrent leurs morts, les autorités catholiques refusant leurs inhumations dans le cimetière de l’église paroissiale. En 1563 arrive probablement le premier pasteur : il s’agit d’un Normand, Jean Auber, qui exerce son ministère jusqu’en 1585, date de son assassinat. Plusieurs nobles passent à la Réforme. Ce sont eux qui vont favoriser la propagation des idées calvinistes dans la région. Autre point fondamental, la reconquête française de Calais et du Calaisis en 1558 vide ce territoire d’une partie de sa population et ravage villages et campagnes. Cette région est réorganisée, et le roi de France fait appel à des colons qui viennent de Picardie, de Thérouanne, ville détruite et rasée en 1553, sur ordre de Charles Quint, et surtout par des personnes de l’Artois et des Flandres qui fuient la répression sévissant dans les Pays-Bas après la révolte des « Gueux » de 1566. Le Calaisis devient un refuge pour les protestants persécutés dans les Pays-Bas. La famille Calonne de Courtebourne qui possède une des douze baronnies du comté de Guînes ouvre dans les années 1570 son château d’Alembon au culte réformé. Les huguenots y viennent en nombre. Le roi Henri IV et l’édit de Nantes confortent et facilitent l’implantation des protestants dans cette zone frontalière du royaume8. D’ailleurs, en juillet 1599, une ordonnance royale renouvelle les privilèges accordés pour neuf années aux étrangers qui viennent s’établir à Calais, dans le Calaisis ou sur la terre d’Oye, qu’ils soient protestants ou catholiques9. Ce mouvement migratoire vers le Calaisis est encouragé jusque dans les premières années du XVIIe siècle.

  • 10 Kaplan B., Moore B, Van Nierop H., Pollmann J. (éd.), Catholic Communities in Protestant States. B (...)

7Dans les Pays-Bas méridionaux, la reconquête est particulièrement agressive. À Saint-Omer, le chapitre cathédral et l’abbaye de Saint-Bertin constituent des pôles de vitalité importants pour l’Église romaine, auxquels viennent s’ajouter de nombreux établissements religieux. La ville n’est pas épargnée par les troubles, mais à une échelle moindre qu’Arras notamment. Saint-Omer n’est quasiment pas touchée par la vague iconoclaste de 1566 qui agite la Flandre toute proche. Les partisans du prince d’Orange et des réformés, nommés « Patriots », ou « Sinoguets » du nom de leur chef, tentent bien en 1578 de prendre le contrôle de la ville. Ils font élire leurs partisans, mais sont rapidement chassés10. Siège d’évêché depuis 1562, Saint-Omer est un point d’appui de la résistance catholique contre l’avancée du protestantisme. La formation des prêtres revêt dans ce contexte une importance particulière. Confiés sur place aux jésuites, les aspirants audomarois à la prêtrise doivent dans un second temps faire le voyage de Douai (diocèse d’Arras) pour se former, avant qu’en 1604 l’évêque Jacques Blaise ne fonde le séminaire épiscopal. Les supérieurs, les professeurs et l’économe sont chanoines du chapitre cathédral.

  • 11 Je remercie Matthieu Fontaine, qui rédige actuellement un ouvrage sur les bourreaux de Saint-Omer (...)
  • 12 AD Nord, comptes du domaine du bailliage et de la châtellenie de Saint-Omer, B 15927-15928, années (...)
  • 13 AD Nord, B 15940, fol. 39.
  • 14 AD Nord, B 15971, fol. 43.
  • 15 AD Nord, B 15944, fol. 41 v°.
  • 16 AD Nord, B 15950, fol. 44.

8Il faut insister sur la répression antiprotestante qui a sévi, au XVIe siècle, en Artois. La ville de Saint-Omer servira d’exemple11. Les documents attestant le paiement des sentences effectuées par le bourreau audomarois mentionnent parfois le motif de l’exécution12. Dans les Pays-Bas, l’espionnage et la trahison sont sanctionnés par la mort. En 1522-1523, les principaux motifs d’exécution sont la trahison ou l’espionnage en faveur de la France (23 condamnations à mort). Les contrevenants à la religion catholique sont sévèrement punis. En 1544-1545, trois homosexuels sont exécutés, dont un Italien pour « avoir commis le pechié de sodomie13 ». Les personnes qui se suicident sont jugées et les corps sont pendus à l’entrée de la ville. L’infanticide est sévèrement réprimé. En 1575, par exemple, Margueritte Legros est, après avoir été « mise à la question », brûlée vive parce qu’elle a « deffaict son enffant14 ». Il y a plusieurs exécutions pour motif d’hérésie. En 1548, un certain Jehan Picquet « naguerre prebstre degradé » est, après avoir été « trainée sur une cloye », brûlé vif sur la place15. En 1555, Vincent de Quent « convencu de heresie » est exécuté16. Un huguenot est exécuté en mai 1567, il s’agit

  • 17 AD Nord, B 15963, fol. 59.

« d’un nommé Ollivier Forest natif de Cassel lequel avoit esté apprehendé par aulcuns paysans d’Arcques et de Blendecques et ayan esté detenu quelque tamps prisonnier au chasteau dudict St-Aumer seroit decedé de certaine blessure à luy inferée par lesdictz paysans neantmoings comme attainct et convaincu d’avoir esté volleur brizeur d’ymaiges et sacrylege meismes estre present lors que les curé, chappellains de Rubroucq furent saccagiez, fut condempnez par lesdictz du baillaige17 ».

  • 18 Joblin A., Les protestants de la Côte…, op. cit., p. 17.
  • 19 AD Nord, B 15994, fol. 42 v°.

9En 1567, un certain Nicolas Du Puis, religieux converti à la Réforme, est brûlé vif à Saint-Omer18. En 1599 et 1600, deux femmes sont condamnées pour sorcellerie et brûlées vives19. Les exécutions et châtiments doivent servir d’exemples. En 1550, l’espion Adrien Obin est mis au

  • 20 AD Nord, B 15945, fol. 38 v°.

« dernier suplice par lespée sur led marchier […]. Mis en quatre quartiers en quatre lieux hors des portes de la ville […] mis la teste a une broche de fer sur une porte du chasteau […]. Et pour l’avoir ternié sur une cloie a deux chevaulx autour du marchié et par toutte la ville20 ».

10Cette répression explique en partie l’afflux de protestants dans la France du Nord. Il faut souligner que la désorganisation administrative et religieuse, les guerres, ou encore les destructions favorisent aussi l’implantation de la Réforme dans le Boulonnais et le Calaisis. En effet, dans cette partie du diocèse de Boulogne, plusieurs paroisses sont délaissées spirituellement. L’absence d’un curé titulaire capable de répondre aux besoins religieux de ses fidèles est une des causes de la pénétration des idées protestantes en de nombreuses paroisses. Dans ce nouveau diocèse, certains paroissiens n’ont pas vu leur curé depuis plusieurs années.

11Dès la fin du XVIe siècle, la frontière de catholicité coïncide avec la frontière politique entre la France et les Pays-Bas méridionaux.

De la persécution espagnole au refuge français (du XVIe siècle aux années 1650)

  • 21 Brucker A., La Compagnie de Jésus. Esquisse de son institut et de son histoire (1521-1773), Paris, (...)
  • 22 Châtellier L., La religion des pauvres. Les missions rurales en Europe et la formation du catholic (...)

12Un catholicisme intransigeant triomphe dans le diocèse de Saint-Omer. L’installation de nombreuses congrégations ou d’ordres religieux au XVIe et au début du XVIIe siècle renforce la présence de l’Église catholique sur cet espace stratégique. Dans le diocèse audomarois, il y a, vers 1650, un établissement religieux tous les quinze à vingt kilomètres. La concentration de ces établissements est beaucoup plus importante dans les villes. Saint-Omer abrite deux collèges de la Compagnie de Jésus, le premier pour les francophones et le second pour les Anglais. Vers 1596-1598, la province jésuite de Flandres dispose de 17 établissements, regroupant près de 420 jésuites. En 1633, elle est divisée en province flandro-belge, disposant d’une vingtaine de maisons et de 850 jésuites, et en province gallo-belge, comptant 22 maisons et 854 jésuites. Au total, il y a 42 établissements et 1 704 religieux21. Louis Châtellier constate que les capucins, qui ne sont que quatre lors de leur arrivée en Flandres en 1583, avoisinent le millier vers 162022.

  • 23 AM Saint-Omer, correspondance du Magistrat, pièces no 5668, 5663 et 6969.
  • 24 AM Saint-Omer, comptes des argentiers, Chandeleur 1589-Chandeleur 1590, fol. iiiixxxviii.

13Les archives de Saint-Omer conservent plusieurs lettres d’Alexandre Farnèse, prince de Parme, « chevalier de l’Ordre, Lieutenant gouverneur et capitaine général », envoyées au Magistrat de la ville de Saint-Omer, de 1584 à 1592. Le 24 mars 1584, il ordonne que les « hérétiques » demeurent en prison et de favoriser l’implantation de congrégations féminines, « les religieuses de l’hospital Nostre Dame du Soleil ». En mai, il demande au Magistrat d’envoyer 2 000 florins aux « proviseur et président du séminaire des Bons pasteurs et prédicateurs érigé par sa Majesté en l’université de Douay ». En décembre 1590, il écrit que le roi d’Espagne lui a recommandé « d’avoir l’œil à ce que dans les villes de son obéissance soyent establiz magistratz bons et zéleux de nostre Sainte Religion et du service de sa Majesté23 ». Les comptes des argentiers de la ville de Saint-Omer montrent que cette dernière soutient financièrement ses établissements jésuites. En 1589, elle verse 200 florins « pour l’instruction et advanchement des jeunes escolliers poursuivant les estudes latines en ceste dicte ville24 ». L’union politique et religieuse est au service du catholicisme tridentin.

14Des évêques audomarois parviennent à faire abjurer quelques protestants et la méthode utilisée est particulièrement efficace : le 14 mars 1606, après avoir subi la question sur la grand-place de Saint-Omer,

  • 25 AD Nord, B 16001, fol. 77 v °-78.

« Louis le Roy et Nicolas de Lattre [sont] condempnez de comparoir sur ung eschaufault et illecq en linge teste et piedz nudz avecq chascun une torse ardante en la main faire les reparations et abjurations ès mains du commis de Monseigneur le reverendissime evesque dudict St-Omer reprinses par leursdictes sentences. [Puis ils sont] bruslé et faict consomer par le feu sur ledict eschafaut les livres hereticques pervers et huguenotz trouvez en la possession desdictz criminelz25. »

  • 26 AD Nord, B 16016, fol. 142 v °.

15En 1625, jésuites et jacobins assistent jusqu’à son exécution un certain Charles Inderel. Après une détention de 55 jours, il est torturé, puis pendu26.

  • 27 Joblin A., Les protestants de la Côte…, op. cit., p. 38.
  • 28 Ibid., p. 26.
  • 29 Bugnet J.-B., Apologie pour un escrit intitulé les Rodomontades du sieur Hollandre rabattues : con (...)
  • 30 Joblin A., Les protestants de la Côte…, op. cit., p. 47.

16En France, la situation est différente et moins violente. Malgré les menées espagnoles et ligueuses, le Boulonnais et le Calaisis vont devenir des lieux de refuge pour de nombreux protestants originaires d’autres provinces du royaume. Avec l’Espagne catholique et l’Angleterre anglicane, ces territoires constituent une frontière de catholicité. Dans cette région s’établit une coexistence religieuse. En 1598, l’édit de Nantes légalise un lieu de culte protestant à Desvres, mais la ville est en ruines. En 1602, les huguenots obtiennent un temple à Guînes et en 1610 un second à Marck, pour ceux de langue flamande. Le temple de Marck est détruit par les Espagnols en 164127. À partir de cette date, il n’y a qu’un seul temple dans la région, celui de Guînes, où beaucoup de protestants du Boulonnais se rendent. Ils se réunissent aussi dans plusieurs châteaux, notamment dans celui du seigneur de La Haye, près de Nesles, au sud de Boulogne. Dans les années 1620-1630, plusieurs seigneurs reviennent au catholicisme. Le temple de Guînes devient le seul endroit où il y a une Église réformée. Alain Joblin comptabilise à la tête de l’Église réformée du Calaisis, entre 1603 et 1685, 16 pasteurs et 7 pour celle du Boulonnais28. Tous sont de redoutables théologiens, plusieurs ont exercé leur ministère en Angleterre. Dans le Calaisis, Jean-Baptiste Bugnet exerce à Guînes à partir de 1625. Cet ancien cordelier, fils d’un apothicaire de Montdidier, est célèbre pour ses polémiques qui l’opposent à Jean d’Hollander, professeur de la Sorbonne en 1625, puis aux jésuites en mission dans le Calaisis au début des années 1640. Ses controverses sont publiées29. Le dernier pasteur de l’Église calaisienne est Pierre Trouillart, fils d’un célèbre professeur de théologie de l’académie de Sedan. En 1674, il succède à Isaac Albouy comme pasteur de Guînes, jusqu’en 1685. La plupart des pasteurs sont formés à l’académie de Sedan, mais certains ont aussi étudié une ou deux années de théologie à Genève30.

  • 31 Vers 1650, il y a à Calais 400 protestants, 600 à Marck, 550 à Guînes et 200 à Ardres.
  • 32 Joblin A., Les protestants de la Côte…, op. cit., p. 64.
  • 33 Ibid., p. 88-89.
  • 34 Ibid., p. 75.
  • 35 Ibid., p. 84-86.

17Vers 1650, 15 % de la noblesse du Boulonnais est protestante (17 familles sur 120). Vers 1650, l’Église réformée de Calais compte entre 2 700 et 3 000 membres, soit 20 % de la population du Calaisis et de l’Ardresis, répartis sur 27 des 34 paroisses et celle de Boulogne entre 300 et 400 personnes, soit 1 % de la sénéchaussée31. Les protestants sont très impliqués dans la vie économique de la région. Vers 1650, le salaire annuel moyen d’un pasteur oscille entre 300 et 900 livres. Le pasteur Pierre Trouillart possède des biens personnels qui en font un notable32. Ce pasteur et sa femme (mariés en 1675) ont cinq enfants nés entre 1676 et 1683. Grâce à son mariage, il est en relation avec sept grandes familles protestantes calaisiennes : Pilart, Aymery, Prévost, Cassel, Pas, de Le Becque et Robelin. Il y a également une dizaine de familles de médecins, de chirurgiens et des apothicaires protestants. On trouve aussi des notaires, des ingénieurs du roi et des soldats. Plusieurs avocats et notaires exercent à Boulogne. Les Duponchel, drapiers de Guînes, prennent à bail en 1663, pour 2 240 livres le prélèvement de la « dîme de la paroisse d’Andres33 ». Il y a 70 % de paysans protestants dans le Calaisis, mais aussi des marchands et des artisans34. Notons que les autorités municipales favorisent l’implantation des gros marchands protestants dans leurs villes. Certains s’adonnent probablement à la contrebande, avec l’Angleterre notamment. Ces relations avec les contrebandiers vont servir après la révocation de l’édit de Nantes et permettre à des protestants de gagner l’Angleterre et les Provinces-Unies. Un certain Ambroise Minet, protestant boulonnais installé à Calais vers 1650, est un des premiers marchands à se lancer dans le commerce du tabac. Jusqu’en 1685, le commerce du sel vers l’Artois est contrôlé par les marchands protestants de Calais35.

  • 36 Ibid., p. 102.
  • 37 Grou A., Les philosophes de Charenton, d’Ardres, et de Guisnes en Picardie. La Bible par eux aband (...)
  • 38 AD Pas-de-Calais, 15J 74, testament de 1664 d’Antoine Grou, curé d’Ardres. L’ouvrage cité est peut (...)

18Dans la première moitié du XVIIe siècle, l’Église catholique s’organise dans le diocèse de Boulogne. Alain Joblin a montré que l’on s’efforce d’isoler les huguenots et surtout d’empêcher toute relation entre les deux communautés. La dénonciation des protestants est le fait de particuliers. En 1648, un menuisier de Calais dénonce les huguenots qui se réunissent pendant le carême. Certains paroissiens refusent de louer des terres à des protestants. Il y a cependant quelques mariages mixtes à Guînes. En avril 1610, un protestant choisit un parrain catholique pour son fils à Boulogne36. Les échanges entre catholiques et protestants sont quotidiens, mais ils sont mal vus par les autorités religieuses des deux confessions. De nombreuses missions sont organisées dans le diocèse. Victor Le Bouthillier, évêque de Boulogne de 1627 à 1630, publie des statuts synodaux en 1630 dans lesquels il interdit aux catholiques d’envoyer leurs enfants dans des écoles de maîtres huguenots et de faire appel à des sages-femmes protestantes. D’ailleurs, les curés baptisent systématiquement les enfants nés de couples mixtes. À partir de l’épiscopat de Victor Le Bouthillier, la conversion des huguenots devient centrale et ce prélat en obtient plusieurs, de même que François Perrochel, évêque de 1643 à 1675. Une autre méthode est pratiquée à Guînes, où les curés se rendent au chevet des mourants pour obtenir des conversions. Antoine Grou, curé d’Ardres, organise des controverses publiques avec les protestants d’Ardres et de Guînes. Cet ecclésiastique a lu les écrits de plusieurs théologiens protestants, notamment ceux de Pierre Du Moulin. En 1644, il publie un document antiprotestant37. Selon lui, aucun passage de la Bible ne justifie la doctrine calviniste. Ce curé va convertir 18 personnes, avec des abjurations publiques pour un écho plus large. Dans son testament, après avoir recommandé son âme à Dieu et à la Vierge, Antoine Grou demande à être inhumé dans le chœur de l’église paroissiale. Concernant sa bibliothèque, il lègue aux carmes d’Ardres « Le livre des casuistes, l’apologie et les commentaires sur icelles » et au sieur Traudcamp « tous les livres de controverses38 ».

19Les conquêtes des armées françaises et le règne personnel de Louis XIV vont transformer cette zone de refuge et de coexistence religieuse déjà sous tension.

L’antiprotestantisme victorieux

  • 39 AD Pas-de-Calais, 2C 166, fol. 1, cahier de représentations des États d’Artois du 23 janvier 1661.

20Les registres des États d’Artois constituent un exemple d’étude originale. Suite à l’annexion de la province, concrétisée par le traité des Pyrénées (1659), le roi, soucieux de ménager une population à première vue hostile, juge conforme à ses intérêts le respect de leurs institutions, tout en veillant à établir ses propres agents. En Artois, la notion de division religieuse n’a pas de sens. Il n’y a que la religion « Catholique, Apostolique et Romaine ». Nous avons analysé les cahiers de représentations des États d’Artois de 1661 à 1700. Ces États ne se sont pas réunis depuis 1640. Lors de la première assemblée sous domination française, les députés demandent à Louis XIV, en première question, de les préserver de la « RPR39 ». Ils remercient le roi de :

  • 40 Ibid., fol. 2-3.

« De ce qu’elle [Sa Majesté] n’a souffert la liberté de conscience en son pays d’Artois et qu’elle a voulu et ordonné que la foi catholique, apostolique et romaine y fut seule conservée sans y avoir établi aucun gouverneurs ou officiers d’autre religion, suppliant très humblement Votre Majesté qu’en leur continuant les mêmes grâces, il lui plaise autoriser les juges des lieux de prendre connaissance et avoir la correction de tous ceux qui voudraient entreprendre à l’avenir contre un si saint décret de telle qualité et condition qu’ils fussent40. »

21La réponse du roi est sans équivoque :

  • 41 Ibid.

« Premièrement, que Sa Majesté maintiendra comme il a été fait ci-devant la religion catholique, apostolique et romaine dans tous et chacun des lieux dudit comté d’Artois qui sont sous son obéissance, sans permettre, ni souffrir, que la Religion Prétendue Réformée, ni autre quelconque, y soit établie, ni professée ; à quoi elle désire que les officiers du Conseil Provincial d’Artois et autres juges royaux tiennent la main, et en cas de contravention, qu’ils en donnent avis à Sa Majesté, laquelle y fera apporter les remèdes nécessaires et convenables41. »

22Cette doléance est située au premier rang du premier cahier qui est présenté au roi, et montre l’importance du catholicisme tridentin pour les Artésiens et leur hostilité envers les protestants. Lors de la seconde assemblée, qui se réunit en 1662, les députés demandent au roi de leur accorder « qu’en ce pays l’on ne puisse faire profession, ni exercer d’autres religions que de la catholique, apostolique et romaine » et ils se plaignent de l’insolence des huguenots. Ils écrivent au sujet des quelques protestants qui demeurent encore en Artois :

  • 42 Ibid., fol. 98, cahier de la cour de l’an 1662, art. 1er : « Concernant la religion prétendue réfo (...)

« Un grand nombre d’habitants dudit pays déclarent et professent ouvertement qu’ils sont de la Religion Prétendue Réformée, en font publiquement les exercices et de plus en plus commettent plusieurs actions scandaleuses, brisant les images de la Vierge, proférant plusieurs blasphèmes contre l’honneur de Dieu et au mépris de la Sainte Église avec des insolences insupportables. À ces causes, lesdits députés supplient très humblement Votre Majesté qu’il lui plaise y apporter le remède convenable et pour ces effets autoriser son Conseil provincial d’Artois desdits cas et excès que commettent les hérétiques, procéder extraordinairement contre eux et les punir42. »

  • 43 Ibid., fol. 131, cahier de représentations des États d’Artois du 12 juillet 1663, art. 8 : « Touch (...)
  • 44 Ibid., fol. 171 v°, cahier de représentations des États d’Artois du 1er septembre 1664, art. 47 : (...)

23Le roi répond qu’il veillera à ce que « la Religion Prétendue Réformée ne soit point professée dans ledit pays ». En juillet 1663, les États subventionnent l’envoi d’une délégation de curés artésiens à la cour « contre les religionnaires du pays de Laleu et lieux circonvoisins43 ». En septembre 1664, Luc Listocart, curé de La Couture, supplie « les États d’employer leur crédit à ce que ce pays d’Artois soit purgé entièrement des Huguenots44 ». En 1665, les députés demandent et obtiennent l’expulsion des protestants de l’Artois. Le roi répond :

  • 45 Ibid., fol. 244-244 v°, cahier de représentations des États d’Artois de 1665, art. 2.

« Sa Majesté ayant dès le mois d’avril dernier accordé à ceux qui font la profession de la religion prétendue réformée dans ledit pays d’Artois un délai d’un an pour sortir dudit pays afin d’avoir le temps de disposer leurs biens et effets. Sa Majesté assure les États dudit pays qu’elle ne prorogera point ce délai pour quelque cause et occasion que ce soit45. »

24L’intendant de Picardie confirme l’antiprotestantisme qui règne dans cette région. Il écrit :

  • 46 AD Pas-de-Calais, collection Barbier, ms. 45, Bignon J., Mémoire sur l’État de toutes les province (...)

« Les habitans ont toujours esté très attachez à l’Église Romaine non seulement ils se sont préservés des erreurs de l’heresie, mais meme ils ont toujours eu horreur de ceux qui en estoient soubçonnez et nont point souffert quils s’établissent dans leurs Pays les magistrats y ont une attention particulière46. »

  • 47 AD Pas-de-Calais, 15J 187.
  • 48 Joblin A., Les protestants de la Côte…, op. cit., p. 130.
  • 49 Ibid., p. 120. Boisson D., « Un affrontement religieux feutré : la lecture de l’Avertissement past (...)

25Dès 1660, des décisions juridiques restreignant les droits socio-économiques des protestants se multiplient. Un dossier concernant les déclarations, édits et ordonnances, arrêts du conseil ou du parlement relatifs à la « Religion Prétendue Réformée » qui proviennent de la ville d’Ardres, située à proximité de Guînes et de son temple calviniste, est conservé47. Ces documents sont utilisés par les autorités municipales et religieuses. Échevins et curés appliquent énergiquement la loi. Les mesures des années 1680 frappent les élites protestantes. Claude Le Tonnelier de Breteuil, évêque de Boulogne de 1682 à 1698, lutte ardemment contre les protestants. Le 18 mai 1683, il publie un mandement qui reprend le document de l’assemblée du clergé de France de juillet 1682, intitulé Avertissement pastoral à ceux de la R. P. R. Il demande aux curés d’étudier lors de leurs conférences ecclésiastiques les points d’achoppement entre les protestants et les catholiques, notamment ceux concernant l’eucharistie48. Ce prélat va rassembler autour de lui plusieurs ecclésiastiques : des chanoines et des oratoriens de Boulogne, des minimes de Calais et les missionnaires de la Congrégation de la Mission, qui dirigent depuis novembre 1682 le séminaire. Cette équipe de théologiens et de controversistes redoutables va sillonner le Calaisis. François Le Tonnelier de Breteuil, intendant de Picardie et frère de l’évêque de Boulogne, accompagné de plusieurs prêtres, vient à Guînes, le 11 juillet 1683, et leur fait part de l’Avertissement pastoral de l’Église gallicane, assemblée à Paris, par l’authorité du Roy, à ceux de la Religion prétendue Réformée, pour les porter à se convertir, & à se réconcilier avec l’Église, puis demande aux protestants de se soumettre. Le pasteur Trouillart assure l’intendant que les protestants sont fidèles et soumis au Roi, mais, écrit A. Joblin, « ils refusent l’obéissance à une Église hiérarchisée et l’adhésion aux dogmes de cette Église49 ». Le temple de Guînes est fermé en juin 1685, puis entièrement détruit.

  • 50 SHD, 1VH 423, Abrégé des propriétés de la fortification de Boulogne du 12 septembre 1688, par Vaub (...)
  • 51 Van der Linden D., Experiencing Exile: Huguenot Refugees in the Dutch Republic, 1680-1700, Farnham (...)

26La révocation de l’édit de Nantes, en octobre, a des répercussions importantes dans le Calaisis et le Boulonnais. L’abjuration est la conséquence immédiate pour le plus grand nombre. Dans les deux mois qui suivent la Révocation, il y a une quarantaine d’abjurations dans les paroisses boulonnaises, notamment à Clenleu, Bourthes, Cormont, ou Étaples. Plusieurs abjurations sont obtenues par la contrainte. Les huguenots refusant la conversion sont emprisonnés. Les hommes sont incarcérés au château de Boulogne, dans la citadelle d’Amiens et même à la Bastille. Les femmes sont plutôt enfermées dans des établissements religieux. En 1688, Vauban vient inspecter les fortifications de Boulogne et écrit dans un mémoire : « C’est la capitale d’un fort bon pays et le seul lieu de refuge et de commerce de cette province. » Il précise également « que son peuple [n’est] point mellé de nouveaux convertis50 ». Beaucoup de protestants choisissent l’exil, au mépris des lois et des ordonnances. Certains fugitifs gagnent les Provinces-Unies et beaucoup l’Angleterre51. Quitter le royaume signifie perdre ses biens qui sont confisqués. Les nouveaux convertis sont étroitement surveillés. En septembre 1697, l’intendant de Picardie demande au gouverneur d’Ardres :

  • 52 AD Pas-de-Calais, GG 38/19 (dépôt des AM d’Ardres), lettre, datée du 23 septembre 1697, de l’inten (...)

« Le roi m’a fait écrire messieurs, par monsieur le marquis de Chateauneuf de vous recommander de redoubler vos soins sur la conduite des nouveaux convertis d’empêcher qu’ils sortent du Royaume et n’y fassent passer leurs enfants, et veiller à ce qu’ils aillent aux instructions pour qu’ils soient bons catholiques. Comme Sa Majesté a été informée que plusieurs de ses sujets de la Religion Prétendue Réformée qui s’en étaient retirés y rentrent depuis la paix, elle désire que vous teniez la main à l’exécution de ses édits et déclarations et de faire mettre en prison ceux qui sont revenus et n’ont point depuis fait l’abjuration, et ceux qui reviendraient sans l’avoir faite, ou sans la faire en arrivant. Ne manquez pas de m’informer exactement de ce qui se passera la dessus afin de me mettre en état d’en rendre compte52. »

  • 53 AD Pas-de-Calais, 15J 187 : « Jean de Rossignol, laboureur demeurant à Sangatte, gouvernement de C (...)

27Dans un procès-verbal daté du 4 décembre 1697, le gouverneur répond à l’intendant que la veille il a, avec les échevins en charge, fait avertir les habitants de la ville et de la banlieue d’Ardres de la demande du roi. Le curé a certifié que les nouveaux convertis, soit une quinzaine de personnes, « font vraiment profession de la religion catholique apostolique et romaine » depuis leur abjuration en 1686. Des nouveaux convertis vont utiliser la législation pour obtenir les biens familiaux de proches qui ont choisi l’exil, notamment l’Édit du Roi. Du mois de décembre 1689, portant que les plus proches parents & légitimes héritiers des Religionnaires fugitifs entreront en possession des biens qu’ils ont laissés dans le Royaume, sans néanmoins les pouvoir vendre aliener qu’après cinq années. Le 12 juillet 1700, Melle Rossignol demande la moitié des biens d’un protestant de Sangatte53.

***

28La Réforme et la féroce répression que subissent les protestants dans le diocèse de Saint-Omer créent une frontière de catholicité, avec du côté de la frontière française (Boulonnais et Calaisis) une implantation durable de huguenots, et de l’autre côté (Pays-Bas méridionaux) l’épanouissement d’un catholicisme antiprotestant, violent, et très attaché à Rome. Dans cette région, les ordres monastiques et certaines congrégations deviennent des remparts contre « l’hérésie ». À partir de 1661, la politique antiprotestante de Louis XIV mène à la révocation de l’édit de Nantes. De nombreux huguenots quittent la France. Il est probable que des catholiques du Boulonnais et du Calaisis ont protégé et aidé des protestants. Dans ces marges frontalières du royaume, les populations sont difficilement manipulables. N’oublions pas que nous sommes dans un territoire de contrebande, d’ailleurs l’implantation protestante, puis celle des jansénistes au début du XVIIIe siècle n’est pas due au hasard. De plus, la lutte contre le protestantisme va aussi développer deux tendances du catholicisme, l’une gallicane (Boulonnais et Calaisis) et l’autre hispano-tridentine (Artois et Flandre), qui s’affronteront lors de la querelle de la bulle Unigenitus en 1713.

Notes

1 Dierickx M., L’érection des nouveaux diocèses aux Pays-Bas (1559-1570), Bruxelles, La Renaissance du livre, 1967.

2 Lottin A. et Guignet P., Histoire des provinces françaises du Nord de Charles Quint à la Révolution française (1500-1789), Arras, Artois Presses université, 2006 et Dierickx M., L’érection…, op. cit. Sur les protestants du Nord voir Joblin A., Les protestants de la Côte au XVIIe siècle (Boulonnais, Calaisis), Paris, Honoré Champion, 2012 ; ID., Catholiques et Protestants boulonnais (XVIe-XVIIe siècles), Boulogne-sur-Mer, Mémoires de la Société académique du Boulonnais, 1994.

3 AD Pas-de-Calais, 1G 71, registre du chapitre cathédral.

4 Joblin A., Catholiques…, op. cit., p. 97-98.

5 Ibid., p. 86.

6 Joblin A., Les protestants de la Côte…, op. cit., p. 12.

7 Ibid., p. 18.

8 Joblin A. (éd.), L’Édit de Nantes (1598), La France et l’Europe, no spécial des Cahiers Scientifiques de l’université d’Artois, no 7, 1998.

9 Joblin A., Les protestants de la Côte…, op. cit., p. 26.

10 Kaplan B., Moore B, Van Nierop H., Pollmann J. (éd.), Catholic Communities in Protestant States. Britain and the Netherlands, c. 1570-1720, Manchester, Manchester University Press, 2008 ; Pollmann J., Catholic Identity and the Revolt of the Netherlands, 1520-1635, Oxford, Oxford University Press, 2011 ; Deyon S. et Lottin A., Les Casseurs de l’été 1566, L’iconoclasme dans le Nord, Lille, PUL, 1981 et Lottin A., Politique, religion et société au XVIe siècle. La révolte des Gueux en Flandre, Artois et Hainaut, Lillers, Échos du Pas-de-Calais, 2007.

11 Je remercie Matthieu Fontaine, qui rédige actuellement un ouvrage sur les bourreaux de Saint-Omer à l’époque moderne, de son aide et de ses conseils concernant ce paragraphe.

12 AD Nord, comptes du domaine du bailliage et de la châtellenie de Saint-Omer, B 15927-15928, années 1522-1523 ; B 15933-15939, années 1534-1540 ; B 15940-15952, années 1544-1557 ; B 15962-15977, années 1562-1582 ; B 15985-16008, années 1589-1608 et B 16016, années 1624-1625 ; comptes du domaine de la châtellenie de Tournehem, B 16142, années 1581-1582. AM Saint-Omer, comptes de l’Argentier, années 1522, 1539, 1540, 1570, 1571, 1573, 1574, 1576, 1577, 1595, 1596 et 1600-1614 ; correspondance du Magistrat, années 1521 1522, pièces 1409, 1420 ; années 1522-1523, pièce 1553 ; année 1564, pièce 2925 et années 1602-1603, pièce 44.

13 AD Nord, B 15940, fol. 39.

14 AD Nord, B 15971, fol. 43.

15 AD Nord, B 15944, fol. 41 v°.

16 AD Nord, B 15950, fol. 44.

17 AD Nord, B 15963, fol. 59.

18 Joblin A., Les protestants de la Côte…, op. cit., p. 17.

19 AD Nord, B 15994, fol. 42 v°.

20 AD Nord, B 15945, fol. 38 v°.

21 Brucker A., La Compagnie de Jésus. Esquisse de son institut et de son histoire (1521-1773), Paris, Beauchesne, 1919, p. 245-248.

22 Châtellier L., La religion des pauvres. Les missions rurales en Europe et la formation du catholicisme moderne (XVIe-XIXe siècle), Paris, Aubier, 1993, p. 151.

23 AM Saint-Omer, correspondance du Magistrat, pièces no 5668, 5663 et 6969.

24 AM Saint-Omer, comptes des argentiers, Chandeleur 1589-Chandeleur 1590, fol. iiiixxxviii.

25 AD Nord, B 16001, fol. 77 v °-78.

26 AD Nord, B 16016, fol. 142 v °.

27 Joblin A., Les protestants de la Côte…, op. cit., p. 38.

28 Ibid., p. 26.

29 Bugnet J.-B., Apologie pour un escrit intitulé les Rodomontades du sieur Hollandre rabattues : contre les faussetés, calomnies et impostures vomies en une réplique par le mesme Hollandre, Sedan, Jannon, 1625 ; La Vérité triomphante des enormes faussetez publiées par le sieur Gouzian Jesuite, de la Mission, en son escrit intitulé : Relation veritable des quatre Conferences passées entre luy et le sieur Bugnet, Ministre, s. l., s. n., 1642.

30 Joblin A., Les protestants de la Côte…, op. cit., p. 47.

31 Vers 1650, il y a à Calais 400 protestants, 600 à Marck, 550 à Guînes et 200 à Ardres.

32 Joblin A., Les protestants de la Côte…, op. cit., p. 64.

33 Ibid., p. 88-89.

34 Ibid., p. 75.

35 Ibid., p. 84-86.

36 Ibid., p. 102.

37 Grou A., Les philosophes de Charenton, d’Ardres, et de Guisnes en Picardie. La Bible par eux abandonnée et ceux qui les suivant trompez, s. l., s. n., 1644.

38 AD Pas-de-Calais, 15J 74, testament de 1664 d’Antoine Grou, curé d’Ardres. L’ouvrage cité est peut-être celui de Pirot G., Apologie pour les Casuistes contre les calomnies des jansénistes : par un théologien et professeur de droit canon, Paris, s. l., s. n., 1657.

39 AD Pas-de-Calais, 2C 166, fol. 1, cahier de représentations des États d’Artois du 23 janvier 1661.

40 Ibid., fol. 2-3.

41 Ibid.

42 Ibid., fol. 98, cahier de la cour de l’an 1662, art. 1er : « Concernant la religion prétendue réformée, le scandale et insolence des religionnaires. »

43 Ibid., fol. 131, cahier de représentations des États d’Artois du 12 juillet 1663, art. 8 : « Touchant le paiement du voyage fait en Cour par plusieurs curés de la Province au sujet des religionnaires du pays. »

44 Ibid., fol. 171 v°, cahier de représentations des États d’Artois du 1er septembre 1664, art. 47 : « Celle du sieur curé de La Couture, afin que le pays soit purgé des Huguenots. »

45 Ibid., fol. 244-244 v°, cahier de représentations des États d’Artois de 1665, art. 2.

46 AD Pas-de-Calais, collection Barbier, ms. 45, Bignon J., Mémoire sur l’État de toutes les provinces de France contenant la Province d’Artois, 1698.

47 AD Pas-de-Calais, 15J 187.

48 Joblin A., Les protestants de la Côte…, op. cit., p. 130.

49 Ibid., p. 120. Boisson D., « Un affrontement religieux feutré : la lecture de l’Avertissement pastoral de 1682 devant les consistoires », F. Pitou et J. Sainclivier (dir.), Les affrontements. Usages, discours et rituels, Rennes, PUR, 2008, p. 215-226.

50 SHD, 1VH 423, Abrégé des propriétés de la fortification de Boulogne du 12 septembre 1688, par Vauban, fol. 1.

51 Van der Linden D., Experiencing Exile: Huguenot Refugees in the Dutch Republic, 1680-1700, Farnham, Ashgate, 2015.

52 AD Pas-de-Calais, GG 38/19 (dépôt des AM d’Ardres), lettre, datée du 23 septembre 1697, de l’intendant de Picardie au gouverneur d’Ardres. Ranson E., Histoire d’Ardres, depuis son origine jusqu’en 1891, Lille, Imprimerie Douriez-Bataille, 1988, rééd., p. 299-303.

53 AD Pas-de-Calais, 15J 187 : « Jean de Rossignol, laboureur demeurant à Sangatte, gouvernement de Calais, procureur de Pauline Doye, sa femme fondé de sa procuration. Pauline Doye, héritière paternelle de Samuel Salomon Elisabeth Rachelle Sarro, Marie et Judith Doye tous enfants de Samuel Doye et d’Elisabeth Touffour sortis de ce Royaume à cause de la Religion d’une part. Pierre de Lavieuville, laboureur demeurant aud. Sangatte estant aussi de présent à Paris. »

Table des illustrations

Légende Bibliothèque de la Société académique des antiquaires de la Morinie de Saint-Omer.Fig.1. – Carte de la province d’Artois au XVIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47290/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search