Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Prêtres et pasteurs

 | 
Julien Léonard

Deuxième partie. Face à face, modèles et contre-modèles

Claude Joly (1607-1700) en voyage

Un homme d’Église et ses contacts intercléricaux dans une Europe plurireligieuse au milieu du xviie siècle

Andreas Nijenhuis-Bescher

Texte intégral

  • 1 Joly C., Voyage fait à Munster en Westphalie, et autres lieux voisins, en 1646 & 1647, Paris, Fran (...)

« Ie vis là le Sieur Manassé Ben Israël Docteur fort celebre parmi eux par ses écrits. Ie fis connoissance avec luy par le moyen de son livre appellé Conciliator que i’avois leu à Paris1. »
Voyage de Hollande, Claude Joly (1607-1700).

  • 2 La ville de Münster, garnison d’Empire, est rendue neutre par une suspension temporaire de ses dev (...)
  • 3 Après les traités de Münster et d’Osnabrück de 1648, les congrès diplomatiques d’Aix-la-Chapelle ( (...)

1Le congrès de Westphalie est un jalon important dans l’histoire de l’Europe. Cette première conférence de paix à l’échelle européenne aboutit, aux termes de fastidieuses discussions (1645-1648), à un nouvel équilibre politique et religieux2. Dorénavant, l’issue des principaux conflits européens est négociée en congrès diplomatique, dans la même région, devenue le carrefour politique de l’Europe3.

  • 4 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 113.

2Sur le plan social, les traités de 1648 prennent acte de la coexistence religieuse au sein même de la « Chrétienté ». Malgré la résurgence, dans la seconde moitié du XVIIe siècle, de la dimension religieuse des conflits, la diversité confessionnelle est admise de fait. Par conséquent, une fois l’altérité religieuse acceptée, des échanges pacifiés peuvent se concevoir entre les ecclésiastiques de différents bords. Les polémiques du temps des colloques et des luttes pamphlétaires subsistent, certes, avec l’espoir que sa « vérité […] si forte » puisse vaincre l’« obstination horrible4 » du camp adverse.

  • 5 Kaplan B., Divided by Faith. Religious Conflict and the Practice of Toleration in Early Modern Eur (...)

3Les conditions d’une communication interconfessionnelle sont avant tout réunies dans les États où s’observe une coexistence religieuse sans ségrégation spatiale, tels la France sous le régime de l’édit de Nantes (1598), et les Provinces-Unies grâce à la liberté de conscience accordée par l’Union d’Utrecht (1579)5. L’ecclésiastique parisien Claude Joly (1607-1700) fait office de trait d’union entre les situations de coexistence religieuse française et néerlandaise, en multipliant les contacts intercléricaux et interconfessionnels depuis Münster, où il réside de juillet 1646 à mars 1647, pendant le congrès diplomatique.

  • 6 Grâce à la durée de son séjour, Claude Joly rencontre également des savants réputés à Leyde et à U (...)

4Dans un but éducatif et récréatif (ou peut-être simplement pour tromper l’ennui ?), le chanoine Joly fait plusieurs excursions dans les environs de la ville rhénane, notamment à Osnabrück et à Cologne. Il se rend également à trois reprises aux Provinces-Unies, toutes proches, pour une durée cumulée de trente jours. Le Voyage fait à Munster en Westphalie, et autres lieux voisins, en 1646 & 1647 offre plusieurs exemples de contacts, livresques et physiques, entre clergés, dont notamment une rencontre avec le rabbin amstellodamois Menasseh Ben Israël6. Ce chapitre explore les modalités des rapports interconfessionnels et pose, au-delà, la question de la place occupée par les clergés dans la société du milieu du XVIIe siècle.

Le voyage, contexte favorable aux contacts interconfessionnels

  • 7 Joly C., Voyage…, op. cit., p. IV (Épître).

5Issu d’une famille picarde, Claude Joly est chanoine au chapitre cathédral de Notre-Dame de Paris lorsqu’il est appelé à suivre en voyage son ancienne élève Anne-Geneviève de Bourbon-Condé, duchesse de Longueville (1619-1679). Celle-ci s’apprête en juin 1646 à rejoindre son mari, Henri II d’Orléans, duc de Longueville (1595-1663), à Münster. Le duc de Longueville représente la France « dans cette auguste Assemblée des Plenipotentiaires de la Chrestienté, dont toute l’Europe attendoit son salut7 ».

  • 8 Ibid., p. XVIII (Lettre de cachet du roi).
  • 9 Ibid., p. 77. Abel Servien (1593-1659) et Claude de Mesmes, comte d’Avaux (1595-1650).
  • 10 Ibid., p. 1 (Voyage de Münster en Westphalie).
  • 11 Ibid. Les voyageurs moins fortunés s’empressent de partir le matin, souvent à pied. Parmi la noble (...)

6Un courrier signé en mai 1646 par le secrétaire d’État Henri-Auguste de Loménie de Brienne (1595-1666) au nom du très jeune Louis XIV enjoint « nostre cher & bien amé le Sieur Ioly, Chanoine de l’Eglise de nostre bonne Ville de Paris » d’accompagner la duchesse de Longueville auprès de « nostre premier Plenipotentiaire pour les Traitez de la Paix generale à Munster8 », avec « Messieurs d’Avaux & Servien9 ». L’imposant cortège de « trois carosses outre ceux de Madame la Princesse10 » se met en branle le « Mercredy 20. jour de Juin 1646. sur les trois à quatre heures apres midy11 ». Le voyage se déroule sans encombre

  • 12 Ibid., p. 309. Il n’y a guère que près de Maastricht qu’un « Capitaine » espagnol a « la hardiesse (...)

« par tout en revenant de Munster, comme y allant, tant és villes étrangeres qu’en celles de France, où toutes les compagnies la recevoient en armes le tambour battant & les enseignes déployées. Et on tiroit toûjours le canon quand elle y arrivoit, & quand elle en sortoit12 ».

  • 13 Ibid., p. 77.
  • 14 Ibid., p. 76.
  • 15 Ibid., p. 262 (Retour de Münster à Paris). Après son retour, Madame de Longueville donne naissance (...)

7La suite fait son « entrée dans la Ville avec quinze carrosses, chacun tiré de six chevaux13 » à Münster « le lundy 23. Iuillet14 ». Le chanoine séjourne ensuite jusqu’au 27 mars 1647 à Münster, soit pendant huit mois. « Madame de Longueville étant devenuë grosse à Munster, & n’y voulant pas faire sa couche, elle se resolut de retourner en France15. » Ainsi, Claude Joly retrouve son chapitre dès le 2 mai 1647, après un voyage de près d’un an.

  • 16 Ibid., p. XI (Préface). « Aucunement » s’entend à cette époque comme « dans une certaine mesure ».

8Âgé d’environ quarante ans, l’ecclésiastique n’a pas entrepris d’autre voyage auparavant. La genèse de son Voyage, publié près d’un quart de siècle après les faits, reflète à la fois l’esprit de curiosité de son auteur et l’habitude des voyageurs « de mettre par escrit ce qu[’il] jugeoi[t] aucunement le meriter, pour le soulagement de [s]a memoire16 ». En effet, Joly précise :

  • 17 Ibid., p. X-XI (Préface).

« Comme nous avions le loisir de nous promener, estans dans les longs iours de l’Esté, & Madame & Mademoiselle de Longueville, avec qui nous allions, ne faisant qu’une traitte par jour, & demeurant quelquefois deux & trois jours dans les meilleurs villes, j’avais assez de temps pour considerer les lieux où nous passions17. »

  • 18 Ibid., p. 263. Joly relate ainsi sa demande de permission : « pour moy, qui n’estois rien, & qui n (...)
  • 19 Ibid., p. XI (Préface). Il s’agit de Théodore Godefroy (1580-1649).
  • 20 Ibid.

9Adoptant une posture de modestie qu’il affectionne (« moy, qui n’estois rien18 »), Joly relate que « Monsieur Godefroy, Historiographe du Roy19 » l’encourage à tenir un journal de voyage. Il suit les conseils de « cét honeste vieillard20 » :

  • 21 Ibid., p. XIII.

« [après] avoir sejourné quelque temps à Munster, nous allasmes en Hollande : & au retour j’allay à Osnabrugh, puis à Coulogne, & en quelques autres lieux voisins. Après quoy nous revinsmes en France par les Pays-bas. Et j’eus par tout soin de continuer mes petites remarques21. »

10Le Voyage fait à Munster reflète par conséquent les notes prises sur le vif, au cours du périple.

  • 22 Ibid.
  • 23 Ibid., p. XIV. Joly mentionne, ibid., p. XIII-XIV, « Monsieur Ogier Predicateur » (François Ogier, (...)
  • 24 Ibid., p. XV.
  • 25 Ibid., page de titre.
  • 26 Ibid., p. IX.
  • 27 Ibid., p. XII. Le privilège date du 30 novembre 1668 et l’enregistrement du 11 novembre 1669. Ibid (...)

11Le soin méticuleux avec lequel Claude Joly mentionne les détails permet de reconstituer avec précision la gestation de son journal de voyage. Pendant plusieurs décennies, le texte, « mis par ordre en forme de Journal, selon les dates que j’avois marquées sur ma minute22 », circule sous forme manuscrite. La vogue des récits de voyage, sensible dès le milieu du XVIIe siècle, peut avoir motivé son édition. L’intérêt accru, quoique de plus en plus belliqueux, pour les Pays-Bas et les Provinces-Unies au cours des années 1660 et 1670, a sans doute stimulé la demande d’ouvrages chorographiques couvrant ces contrées. Ayant « appris mesme que quelques-uns en avoient pris copie23 », le chanoine décide d’entreprendre sa publication pour donner lui-même « ces Memoires au public24 ». Le voyageur se targue de sa qualité d’ecclésiastique, signant « M. Ioly Chanoine de Paris25 ». Dédié, en vertu « de l’amitié mutuelle qui nous a liez si doucement depuis vingt quatre ans26 », à François Ogier (1597-1670), prêtre rencontré à Münster, l’ouvrage est « Achevé d’imprimer pour la premiere fois le 4. Decembre 166927 ».

  • 28 Ibid., p. 95. Bien informé de la préséance diplomatique, Joly détaille presque dans l’ordre offici (...)
  • 29 Ibid., p. VI (Épître). Pour un aperçu de l’évolution des liens diplomatiques entre la France et le (...)
  • 30 Joly C., Les voyages de Munster, d’Hollande, d’Osnabrug, Warendorph, des Pays-Bas et de Cologne, P (...)

12La parution du Voyage fait à Munster en Westphalie, et autres lieux voisins, en 1646 & 1647 intervient à la veille de la guerre de Hollande (1672-1678), lorsque « les sept Provinces unies de Pays-bas28 » deviennent des adversaires chroniques de Louis XIV, après avoir été les alliées historiques de « l’Hercule gaulois29 ». Ce changement de paradigme diplomatique explique, sans doute, l’actualisation de 1672, seule réédition de l’ouvrage. La Hollande fait son apparition dans le titre, dont les dates sont retranchées, et une carte de la région remplace les pièces liminaires de l’édition initiale. Le corps du texte demeure, néanmoins, inchangé30.

L’édition de 1672 du Voyage de Claude Joly comporte une « Nouvelle Carte Dalemagne Corigé », insérée près de la page de titre pour « actualiser » le récit dans le contexte de la guerre de Hollande (1672-1678). BM Dieppe (MT P 1899/Fonds Cas).
Fig.1. – Carte de l’Allemagne, de l’édition de 1672 du Voyage de Claude Joly.

  • 31 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 75.
  • 32 Ibid. Pendant la Fronde, Turenne (Henri de La Tour d’Auvergne, 1611-1675) est, un temps, très proc (...)
  • 33 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 75-76. Les femmes « conditionnées » sont des domestiques. Il est to (...)
  • 34 Ibid., p. 76.

13Faisant partie de la clientèle de Longueville, le chanoine Joly occupe une place privilégiée pour observer le fonctionnement du congrès de Westphalie. L’appartenance à une prestigieuse maison lui ouvre bien des opportunités de rencontre avec des personnages d’horizons divers. Ainsi, il assiste en juillet 1646 au rendez-vous avec « l’armée de M. le Maréchal de Turenne31 », près de Wesel, ville rhénane stratégique alors occupée par la République. En effet, l’armée française « passa le Rhin sur le pont de Vezel » et « Monsieur de Turenne voulut la faire voir en bataille à leurs Altesses32 », avec « tout le bagage, chariots & chevaux, sur lesquels il y avoit quantité de femmes, mesme aucunes qui paroissoient conditionnées, avec leurs petits enfans33 ». Finalement, « M. de Turenne estant venu prendre congé de leurs Altesses, toute l’escopeterie leur fit salve & beau bruit : terribilis ut castrorum acies ordinata34. » Une armée formidable en bataille, avec armes, bagages et femmes, selon l’usage de l’époque.

  • 35 Ibid., p. 176. Joly est à Osnabrück du 18 au 28 septembre 1646. Cette ambition échoue, la France e (...)
  • 36 Ibid., p. 186. Il s’agit du chancelier Axel Oxenstierna (1583-1654).
  • 37 Ibid., p. 174. La République de Venise fait office de médiateur à Osnabrück.

14En septembre de la même année, Joly accompagne le duc de Longueville à Osnabrück, où se déroulent les négociations entre la Suède et l’Empire germanique, pour « mettre donc les affaires en estat de donner en mesme temps la paix à toute la Chrestienté […] & il trouva bon que je fisse le voyage avec luy35 ». Le chanoine séjourne pendant dix jours dans la ville comme hôte des plénipotentiaires suédois, menés par « Monsieur le Comte d’Oxenstiern36 », dont on lui fait visiter la résidence. Les plénipotentiaires « de Süede, qui avoit guerre avec l’Empereur » ne résidaient pas à Münster ; « pource qu’estans Protestans [luthériens] ils ne vouloient pas se servir de la mediation de Monsieur le Nonce37 ».

15À la différence des généraux ou diplomates, observés de loin, l’ecclésiastique Joly entretient des liens étroits avec le médiateur pontifical à Münster. Le Voyage précise son rôle dans le congrès :

  • 38 Ibid., p. 227. Le « pays d’obeïssance » est d’obédience pontificale, c’est-à-dire relevant directe (...)

« Il reside tousiours dans cette ville [de Cologne] un Nonce du Pape, qui a l’administration spirituelle sur toutes les villes du Rhin, & du reste de l’Alemagne, qui est pays d’obeïssance, & où il n’y a point comme en France de Libertez. C’estoit alors Monsieur Chisi qui avoit cette charge de Nonce ; mais qui residoit à Munster pour moyenner la paix entre les Princes Chrestiens, comme nous avons dit38. »

  • 39 Ibid., p. 93.

16Il s’agit de Fabio Chigi (1599-1667), installé au monastère des cordeliers avec sa suite. La réussite du congrès de Westphalie a pu contribuer à « l’élever depuis [en avril 1655] au Souverain Pontificat, dans lequel il est mort depuis deux ans, où [Joly] iugea[it] dés lors qu’il pourroit parvenir quelque jour39 ». Le chanoine parisien et le futur pape Alexandre VII ont l’occasion de se fréquenter à Münster ; si bien que les deux religieux échangent des présents au moment du départ :

  • 40 Ibid., p. 264. L’ouvrage est Vita B. Ioannis Chisii a Maciaretto Ordinis Eremitarum S. P. Augustin (...)

« Deux ou trois jours auparavant nostre depart de Munster [en mars 1647], j’allay rendre visite à Monsieur le Nonce pour prendre congé de luy, & recevoir ses commandemens. Il me fit grand accueil : & le lendemain il m’envoya au logis un de ses Ecclesiastiques, qu’on appelloit Monsieur [Theodorus] Severus, qui estoit Hollandois de nation, & parloit bon François, pour me rendre mon compliment, & me faire present de sa part d’un livre contenant la vie d’un Saint de sa famille40. »

17L’ecclésiastique « Hollandois de nation » Severus a peut-être été actif dans la Mission hollandaise, créée au lendemain de la Trêve de Douze Ans (1609-1621), lorsque les hostilités reprennent entre les Provinces-Unies et les Pays-Bas espagnols. La Missio Hollandica tâche de maintenir l’Église catholique dans la République, palliant par une activité clandestine la suppression de l’organisation ecclésiastique par les autorités temporelles néerlandaises.

18Un souffle tridentin réanime le catholicisme aux Provinces-Unies à cette époque de forte « concurrence » entre les confessions :

  • 41 Ibid., p. 265-266. L’Introduction à la Vie dévote de François de Sales (1567-1622) paraît dès 1608 (...)

« Aussi Monsieur Severus qui m’apporta ce present [de la part du Nonce], avoit de la literature, dont […] une traduction latine que Matthias Martinez de la ville de Middelbourg, a faite de l’Introduction à la Vie devote de Monsieur de Sales, dont Monsieur Severus m’avoit desia fait present auparavant41. »

  • 42 Le Souverain Pontife est lui-même le supérieur de la Missio Hollandica, secondé par le nonce apost (...)

19Le catholicisme borroméen de l’évêque de Genève François de Sales (1567-1622, en « exil » à Annecy), et son œuvre de reconquête religieuse dans le Chablais savoyard, aux portes de l’épicentre calviniste Genève, stimulent certainement par analogie l’imaginaire missionnaire néerlandais. Est-ce un hasard que François de Sales ait été béatifié (1661), puis canonisé (1665) sous le pontificat d’Alexandre VII, c’est-à-dire le nonce Fabio Chigi, mandataire de la Missio Hollandica, fréquenté par Joly42 ?

Une curiosité interconfessionnelle

20Les multiples contacts de Claude Joly avec le clergé catholique westphalien n’entravent nullement sa curiosité. Chargé de la bibliothèque canoniale de Notre-Dame de Paris, Joly emploie son long séjour en Rhénanie, et le Voyage de Hollande, pour se procurer de nombreux ouvrages. Les quantités de livres destinés au chapitre parisien étant difficilement transportables, le chanoine bénéficie d’un soutien logistique des Longueville :

  • 43 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 269. Les « Princesses » ont notamment acheté des porcelaines à « la (...)

« Pendant le sejour que je fis à Munster, il y vint quelques Libraires de dehors (car dans la ville il n’y en a que deux ou trois) chez lesquels je trouvay d’assez bons livres & j’en acheptay quelques uns, lesquels avec ceux que j’avois apportez de Leyden, m’emplirent un coffre qu’on eut la bonté de me faire tenir [venir] à Paris avec le bagage de nos Princesses43. »

  • 44 Ibid., p. 244. À l’époque où le Voyage de Joly est publié, les éditeurs néerlandais « usurpent » f (...)

21Chez le nonce apostolique à Cologne également, il se « fait en temps de paix un grand trafic de livres. I’en acheptay quelques-uns en blanc que le Libraire me fit tenir [venir] depuis à Paris44 ».

  • 45 Ibid., p. 183.
  • 46 Ibid., p. 183-184. Il détaille le double motif de la cherté du livre, ibid., p. 184 : « car comme (...)
  • 47 Une nouvelle génération d’ouvrages de compilation géographique apparaît au milieu du XVIIe siècle, (...)
  • 48 Ainsi, le Catalogue des livres de la bibliothèque du chapitre de l’Eglise de Paris, s. l., s. n., (...)

22La charge de la bibliothèque du chapitre de Notre-Dame de Paris, attestée par les livres « en blanc », c’est-à-dire livrés sans reliure, à faire relier aux couleurs de sa propre bibliothèque, laisse supposer une prépondérance des thématiques religieuses. Néanmoins, la curiosité du bibliothécaire ecclésiastique embrasse bien des domaines. À Osnabrück, il achète au « seul Libraire, qui estoit aussi Relieur tout ensemble » de « toute la ville » une « Cosmographie de Sebastien Munster en latin, qui estoit peut-estre le meilleur de ses livres45 ». Il est bon bibliophile : « Ie l’acheptay, pour ce qu’elle sembla assez bien conditionnée, quoy qu’il me la vendit cher46. » La Cosmographie du savant protestant Sébastien Münster (1488-1552), datant du milieu du XVIe siècle, est emblématique de « l’inertie » des références géographiques des voyageurs en ces contrées jusqu’au milieu du XVIIe siècle. En l’absence de chorographies plus récentes, l’ouvrage de Münster demeure une référence pendant un siècle47. Malgré la dispersion de la bibliothèque à la Révolution française, une trace subsiste de la collection constituée pendant plus d’un demi-siècle par Claude Joly. Un Catalogue du milieu du XVIIIe siècle donne un très intéressant aperçu de la composition de la « librairie », et permet d’identifier certaines éditions glanées par le chanoine au cours de son voyage48.

23À Amsterdam, le Parisien s’intéresse par excellence aux ouvrages de géographie, en allant

  • 49 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 116. La série d’atlas est Blaeu J., Le Théâtre du monde, ou Nouvel (...)

« voir l’Imprimerie de Blaeu, que l’on tient pour la plus belle de toute l’Europe. […] Car c’est luy qui a imprimé le Grand Atlas, & quasi toutes les belles cartes figurées que nous avons : il y a aussi là-dedans toute sorte de caractères [mobiles], & mesme des langues Orientales, lesquels il fait fondre chez luy49 ».

  • 50 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 116-117.

24Bien entendu, chez Joan Blaeu (1596-1673), il précise : « I’achetay de luy plein un coffre de livres en blanc qu’il me fit tenir [venir] à Paris, avec des porcelaines que Madame de Longueville acheta50. »

  • 51 Ibid., p. 173.
  • 52 Ibid., p. 135.
  • 53 Ibid.

25Des Provinces-Unies, le chanoine rapporte « une bonne quantité de livres qu[’il] avoi[t] acheptez, la plus grande partie à Leyden51 ». Pourtant, les imprimeurs de « Leyden […] principal lieu des Lettres, & la premiere Academie de toute la Hollande52 », comme les Elzévir dont il visite la boutique, « n’y impriment pas […] toute sorte de livres Catholiques si facilement qu’à Amsterdam, où il y a une grande liberté pour cela53 ». En effet,

  • 54 Ibid.

« l’exercice de la Religion Catholique ne s’y permet pas si librement qu’ailleurs, à cause de la residence qu’y font leurs Docteurs en Theologie, qui sont zelez dans leur Religion, comme nous dans la nostre54 ».

26La curiosité du chanoine bibliothécaire est décidemment éclectique.

27Parmi les titres mentionnés précisément au sein du « coffre » rempli par le chanoine, figurent également des ouvrages controversés. Traversant les Pays-Bas au voyage de retour vers Paris, il fait ses emplettes dans la ville universitaire de Louvain :

  • 55 Ibid., p. 291-292. Même dans le Catalogue des livres de la bibliothèque du chapitre de l’Eglise de (...)

« J’y acheptay quelques livres en blanc, & entr’autres ce que Jansenius avoit fait sur l’ancien & nouveau Testament en deux volumes, & plusieurs petits livres touchant les differends du temps sur la matiere de la Grace, que le Libraire me fit tenir [venir] par aprés à Paris55. »

28Lorsque le voyageur publie son récit, en 1670, ces ouvrages de Cornelius Jansen (1585-1638) sont mis à l’index depuis longtemps. La querelle janséniste perdure en France jusqu’au XVIIIe siècle, avec une forte dimension politique, et le sujet est par conséquent sensible. Aussi, à la différence des autres références bibliographiques du Voyage, Joly désigne les ouvrages janséniens de manière allusive. Notre ecclésiastique ancien frondeur craint-il la censure ?

  • 56 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 151.
  • 57 La rencontre, et celle de Jean Le Laboureur, avec la savante est décrite par Nijenhuis A., « Le ch (...)
  • 58 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 153. Il s’agit d’un aumônier nommé Aubert.
  • 59 Ibid.
  • 60 Ibid., p. 154. L’ouvrage explore la question de savoir pourquoi le Christ a employé un artifice mé (...)
  • 61 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 154. Il cite notamment Schurman A.-M. de, Amica dissertatio inter v (...)
  • 62 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 157-158 : « Car comme il y a principalement deux choses qui sont pe (...)
  • 63 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 167.

29Les lectures théologiques du Parisien embrassent également le protestantisme, voire le judaïsme. L’ecclésiastique se passionne, à travers la lecture, pour Anne-Marie de Schurman (1607-1678), « excellente fille56 » de son âge, rencontrée à Utrecht en septembre 1646 pendant l’excursion dans la République57. Au-delà d’une discussion menée par Joly « & l’Eclesiastique avec qui i’estois58 » chez la savante calviniste « sur la predestination59 », le chanoine poursuit l’échange à travers la lecture. Notamment, « Elle avoit écrit, & fait imprimer dés lors quelques ouvrages, dont i’en trouvay à Utrecht, que i’achetay60 », sur des sujets théologiques et savants. Dans un raisonnement historiographique substantiel, s’étalant sur une quinzaine de pages, Joly traite la question si « plusieurs ieunes filles peuvent, & doivent estre instruites dans les lettres61 ». Citant pour conclure Érasme, Joly répond par l’affirmative62. La « merveille de nostre siecle63 » a fait forte impression.

  • 64 Ibid., p. 108-109.
  • 65 Ibid. Joly fait référence à Ben Israël M., Conciliator sive de convenientia locorum S. Scripturae, (...)
  • 66 Ben Israël M., Conciliator, sive De convenientia locorum S. Scripturae, quæ pugnare inter se viden (...)

30La notion d’un dialogue, y compris interconfessionnel, par l’entremise des livres est formulée explicitement par Claude Joly. Il évoque un contact livresque préalable à une rencontre physique avec « le Sieur Manassé Ben Israël Docteur fort celebre […] par ses écrits. Ie fis connoissance avec luy par le moyen de son livre appellé Conciliator que i’avois leu à Paris64 ». Dans la marge du récit figurent les repères « Le S. Manassé Ben Israël » et une référence précise au Conciliator : « Sive de Convenientia locorum S. cripturæquæ pugnare intersevidentur. Editum Amstelodami an. 1633. In quarto65. » Le Conciliator, traduction latine par Dionysius Vossius (1612-1642) du même titre, publié « auctoris impensis » par le jeune rabbin en espagnol, vise à concilier des passages apparemment contradictoires du Verbe66.

31Ainsi préparé en amont par la lecture, l’ecclésiastique catholique peut faire « connoissance » de vive voix, et entamer la discussion théologique avec le rabbin Menasseh Ben Israël (1604-1657), lors de son Voyage de Hollande.

  • 67 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 99.
  • 68 La plupart des voyageurs français de la première moitié du XVIIe siècle séjournent environ une sem (...)

32En août 1646, « Après avoir sejourné quelque temps à Munster, Monsieur de Longueville persuada à Madame sa femme & à Mademoiselle sa fille d’aller se promener en Hollande67 ». Une nouvelle fois, le chanoine est du voyage. Le périple dure un peu plus de trois semaines, du 21 août au 12 septembre 1646. La durée du séjour est très supérieure à la moyenne68, et la qualité de la compagnie ouvre bien des portes.

  • 69 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 106.
  • 70 Le Laboureur J., Histoire et relation du Voyage de la Royne de Pologne, et du retour de la Maresch (...)
  • 71 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 152. Son Voyage fait partie du Catalogue des livres de la bibliothè (...)

33À la fin du mois d’août 1646, « Madame de Longueville, laquelle on connoissoit fort bien, quoy qu’elle voulust passer pour inconnuë, & ne se fut point declarée69 », passe quatre jours à Amsterdam. Tout incognito que soit ce voyage, la compagnie séjourne vraisemblablement dans le logis tout récent des Doelen, quartier général de la milice des bourgeois d’Amsterdam et maison d’hôte de la ville, au point d’être confondue avec « la Maison de Ville, autrement appellée la Doulle70 », par Jean Le Laboureur (1623-1675). Ce jeune Français, dont Joly cite le « voyage de Pologne71 », a séjourné à Amsterdam quelques mois plus tôt, en décembre 1645, dans des conditions très similaires, faisant partie d’une suite diplomatique française.

34Dans la principale ville de la République, Claude Joly a l’occasion de rencontrer, deux jours de suite, le rabbin Menasseh Ben Israël. C’est au domicile du rabbin que la discussion la plus importante, nécessairement théologique, a lieu :

  • 72 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 109. Honoré Courtin (1626-1703) assiste le plénipotentiaire d’Avaux (...)

« Ie l’allay voir le lendemain matin 28 [août] en son logis avec Monsieur Courtin à present Conseiller d’Estat, & qui estoit alors Conseiller au Parlement de Rouën, lequel avoit fait le voyage avec nous par curiosité, & quelques autres honnestes gens72. »

35Le domicile du rabbin, dans la Breestraat, non loin de la maison de Rembrandt, se trouve manifestement rempli de Français curieux de découvrir ce chef religieux d’une confession formellement absente de France depuis la fin du XIVe siècle.

  • 73 Ibid., p. 116.
  • 74 Ibid., p. 109. Is., 7, 14 dans la traduction œcuménique de la Bible de Jérusalem : « C’est pourquo (...)
  • 75 Ibid.
  • 76 Ibid.

36Les seuls détails du dialogue rapportés par Joly concernent « ces matieres de Foy si importantes73 ». En effet, « Nous luy fismes diverses questions, & entre autres sur le celebre passage du Chapitre 7. d’Isaïe. Ecce Virgo concipiet & pariet filium, & c74. » Le rabbin fait selon le récit la réponse « ordinaire des Iuifs sur ce lieu important de l’Ecriture Sainte, disans que c’est un nom d’âge, & non pas de l’Estat virginal75 ». Menasseh Ben Israël argue effectivement que « le mot הסלע [’almah : jeune fille ou jeune épouse] qui est dans le texte Hebreu ne signifie pas proprement virgo [vierge], mais puella [jeune fille] ou adolescentula [enfant]76 ».

  • 77 Pour une restitution in extenso du dialogue, voir Nijenhuis A., « Le chanoine, le philologue… », a (...)

37La remise en cause de la virginité mariale donne lieu à huit pages de développements philologiques et théologiques, mobilisant les langues hébraïque, grecque et latine77. Le chanoine aboutit à la conclusion que l’on

  • 78 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 113.

« peut fort bien dire que les Iuifs qui sont venus depuis [le Christ], & qui sont demeurez dans leur aveuglement avec une obstination horrible, ont fait leur possible pour supprimer le veritable sens de l’Ecriture, qui pouvoit servir à l’éclaircissement de la Foy de Iesus Christ. [Et ce, nonobstant] la verité […] si forte78 ».

  • 79 Ibid., p. 116.

38Le colloque interreligieux ne semble pas conduire à un rapprochement théologique. Revenant à davantage de bonhomie, Joly clôt le débat en le qualifiant de « question incidente79 ».

  • 80 Samaran C., « Les archives et la bibliothèque du chapitre de Notre-Dame », Revue d’histoire de l’É (...)

39Nonobstant le désaccord persistant, « l’intelligente curiosité80 » du chanoine Joly et des « honnestes gens » l’accompagnant engage le dialogue interconfessionnel, dans son cabinet de travail comme en voyage.

  • 81 Pour un aperçu du regard des voyageurs catholiques sur les lieux de culte calvinistes aux Province (...)

40L’intérêt s’étend aux lieux de culte. La description des églises, y compris « détournées » du culte catholique, lieux incontournables dans la visite de toutes les villes, est un leitmotiv des récits de voyage81. Des différentes villes visitées, le Voyage de Joly dresse une géographie confessionnelle. En février 1647, il signale le quartier juif de Cologne :

  • 82 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 246-247. Le « faux-bourg » « vers l’Allemagne » est Deutz, situé su (...)

« De lautres costé de la ville vers l’Allemagne, il y a un petit faux bourg, où sont les Juifs & une synagogue ; d’où il ne leur est pas permis d’entrer dans la ville sans avoir demandé permission, & payé un certain droit82. »

41De même, le récit souligne que dans l’évêché rhénan, seul le rite catholique est autorisé :

  • 83 Ibid., p. 247. Mülheim, séparé de Cologne par le Rhin, au-delà du « faux-bourg » de Deutz, se trou (...)

« Pour les Protestans, Lutheriens & Calvinistes, ils n’ont nulle liberté d’y exercer leur Religion. Leurs assemblées se font pour cela en un lieu appelé Mulheim, qui est au delà du Rhin, à une demie lieuë au dessous de Coulonge83. »

42Pour Amsterdam, le récit dresse également un bilan de la coexistence confessionnelle, telle que perçue par le voyageur :

  • 84 Ibid., p. 107-108.

« L’exercice de toute sorte de Religions est permise à Amsterdam, exceptée la Catholique, dont pourtant l’exercice est toleré dans les maisons si publiquement, que ceux qui en font profession, dont il y a fort grand nombre, ne s’en cachent point84. »

  • 85 Pour une approche globale de la question, voir Frijhoff W., « La coexistence confessionnelle. Comp (...)
  • 86 Pour le futur aumônier Le Laboureur J., Histoire et relation du Voyage…, op. cit., p. 71, l’activi (...)

43 Stricto sensu, pendant toute l’existence de la République, seule a cours la liberté de conscience définie par l’article XIII de l’Union d’Utrecht de janvier 1579, et non une liberté de culte85. Toutefois, à la veille de la conclusion de la paix triomphante de Westphalie, le climat de tolérance amstellodamois est confondu par les observateurs étrangers avec un régime de coexistence codifié, tel qu’en France (encore) à cette époque86.

  • 87 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 108.
  • 88 Ibid., p. 122.
  • 89 Agt J. F. van, Synagogen in Amsterdam, La Haye, Staatsuitgeverij, 1974.

44Comble de curiosité religieuse : « Les Iuifs mesme y ont une fort belle Synagogue, laquelle nos Princesses voulurent voir, & nous avec elles87. » Comme beaucoup de bâtiments dans « cette grande ville d’Amsterdam qui s’augmente tous les iours, & où l’on batissoit encore un nouveau quartier, lors que nous y estions88 », la synagogue est toute récente. « Dissimulé », mais à peine, derrière une élégante façade, le lieu de culte Talmud Torah (« L’Étude de la Torah ») est inauguré en octobre 1639, pour le Nouvel An 5400 hébraïque89. Issue de la fusion de trois communautés préexistantes, la synagogue est présidée par Menasseh Ben Israël.

  • 90 Ben Israël M., La Pierre glorieuse de Nabuchodonosor ou la fin de l’histoire au XVIIe siècle, éd. (...)

45Né dans une famille chrétienne marrane en 1604 au Portugal (Madère), pendant l’union personnelle du royaume lusitain avec l’Espagne, Manoel Dias Soeiro est arrivé aux Provinces-Unies via La Rochelle. Puisque la ville d’Amsterdam permet depuis la fin du XVIe siècle aux « nouveaux chrétiens » ibériques d’assumer la confession juive, sa famille embrasse le judaïsme. Tout en employant son nom chrétien dans la sphère civile, Dias Soeiro invente un nom religieux l’affiliant à la tribu de Manassé, fils de Joseph, fils d’Israël : Menasseh Ben Yossef Ben Israël, parfois abrégé en « MB’Y ». Il accède très jeune au rabbinat en 1622 et reste la figure de proue des juifs dits portugais à Amsterdam jusqu’à sa mort en 165790.

  • 91 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 104.
  • 92 Ibid., p. 108. Dans la marge figure la mention « Le S. Manassé Ben Israël ». « MB’Y » est célèbre (...)

46La visite par Madame de Longueville et sa suite intervient le lundi 27 août 1646, au lendemain de l’arrivée à Amsterdam au crépuscule. Joly découvre alors la ville « par la quantité des chandelles qui brilloient au travers des vitres sur ce canal, environné de hautes & belles maisons : ce qui estoit plaisant à voir91 ». Accueillie par « le Sieur Manassé Ben Israël Docteur fort celebre entre eux par ses écrits92 », la compagnie découvre les lieux :

Plan des différentes synagogues « portugaises » et « allemandes » à Amsterdam au XVIIe siècle. Les toponymes sont du XXe siècle. Dessin A. Nijenhuis-Bescher, d’après J. F. van Agt.
Fig.2. – Les synagogues d’Amsterdam au XVIIe siècle.

  • 93 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 108.

47« C’est une longue salle haute, à l’entour de laquelle il y a des galleries pour mettre les femmes à part93. » Les Français assistent même à un simulacre de service divin, retranscrit avec le vocabulaire familier au chanoine :

  • 94 Ibid.

« Au bout d’en haut sont les tables de Moyse en Hebreu sur l’autel [le temple ou arche] ; & à costé est une aurmoire dans laquelle estoit enfermé le Pentateuque, c’est-à-dire les cinq livres de Moyse, qu’ils appellent la Loy, laquelle ils firent prendre par un de leurs chantres [le hazzan], qui la porta vers le bas de la Synagogue sur une espece de perron ou tribune [la tebah], où il chanta quelques versets en Hebreu ; & puis tous les Iuifs ensemble se mirent à chanter aussi en Hebreu des benedictions à leurs Altesses94. »

  • 95 Joly emploie fréquemment le terme « curiosité » (ibid., p. 150, p. 152, p. 168, p. 190, p. 222, p. (...)
  • 96 Ibid., p. 135.
  • 97 Ibid., p. 116.

48Dans le parcours intellectuel du voyageur Joly, et de ses compagnons, les lieux de culte d’autres confessions sont un objet de « curiosité95 », au même titre que les lieux « des Lettres96 ». Ainsi, « Le mesme iour 27. i’allay voir l’Imprimerie de Blaeu97 », déjà évoquée.

Clergés et autorités temporelles

  • 98 Parival J.-N. de, Les délices de la Hollande. Avec un traité du gouvernement et un abrégé de ce qu (...)

49Même si la visite par une princesse française et sa suite d’un lieu de culte d’une autre confession n’implique aucun accord théologique, l’événement est hautement symbolique. Quelques années auparavant, les « Altesses » ont été précédées à la synagogue par d’autres hauts personnages. En 1642, le stathouder Frédéric-Henri d’Orange (1584-1647), principale figure politique de la République, est accueilli par Menasseh Ben Israël à la synagogue Talmud Torah. Auréolé de ses succès dans la guerre de Quatre-Vingts Ans, le stathouder est une personnalité d’envergure européenne. Le « generalat » des troupes franco-néerlandaises est, par exemple, « deferé à son Altesse le Prince d’Orenge98 » au début de l’intervention française dans la guerre de Trente Ans, en 1635.

  • 99 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 141. Le couple s’est marié en mai 1641. Madame de Longueville renco (...)

50Le prince d’Orange est accompagné d’Henriette-Marie de France (1609-1669), sœur de Louis XIII (1601-1643) et reine consort d’Angleterre. Ils conduisent leurs enfants respectifs, récemment mariés, Guillaume de Nassau (1626-1650) et Marie Henriette Stuart (1631-1660), « la Princesse Royale, fille du Roy d’Angleterre, & femme du ieune Prince d’Orange99 ».

  • 100 Le frontispice de la traduction portugaise du discours de bienvenue donne la date du « XII. de May (...)
  • 101 Ben Israël M., Menasse Ben Israels VVelkomst, uyt sijns Volcks naem, aen de Hoogh-gebooren, Prince (...)
  • 102 Ibid., p. I: « Onoverwinnelicken en grooten held. »
  • 103 Ibid., p. I: « Dese machtige Amsterdamsche Stadt. » Alexandre le Grand rencontre le grand prêtre d (...)

51La cérémonie de cette « entrée » est sans doute semblable à celle vécue par Claude Joly, avec des prières en l’honneur des hôtes de marque. Elles sont précédées par un bref discours prononcé par Menasseh Ben Israël. Afin de perpétuer les paroles dites en latin le jeudi 22 mai 1642, des opuscules comportant des traductions portugaise100 et néerlandaise sont édités dès 1642101. Souhaitant d’abord la bienvenue à la reine pour des raisons protocolaires, le rabbin s’adresse ensuite particulièrement au stathouder, « invincible et grand héros102 ». Dressant un parallèle entre l’entrée d’Alexandre le Grand à Jérusalem (en 332 av. J.-C.), et la venue de Frédéric-Henri dans « la puissante ville d’Amsterdam103 », il remercie ses hôtes d’honorer la synagogue de leur présence.

  • 104 Ibid., p. II: « Ballinghen. »
  • 105 Ibid.: « Portugysen. »
  • 106 Ibid., p. III: « V Vader Wilhelm heeft oock dit Hollandt vande wreede Tyrannije der Spanjaerden vr (...)
  • 107 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 142.
  • 108 Ben Israël M., Menasse Ben Israels VVelkomst…, op. cit., p. II: « Gemeene beste. »
  • 109 Ibid., p. III-IV. « Sy hebben haer Landt-palen beschermt, Ghy hebtse wijder uytgheset:’t welck ooc (...)
  • 110 Ben Israël M., Menasse Ben Israels VVelkomst…, op. cit., p. IV : « Wy oock, die al-hoe-wel in deze (...)
  • 111 Ibid., p. II : « Als tot uwen schoot onsen toevlucht eerst ghenomen hebben. »

52Qualifiés d’« Exilés104 » chassés de leurs biens, les « Portugais105 » qu’il représente se placent explicitement sous la protection du stathouder. Puisant de nouveau dans l’histoire antique et du peuple juif, le discours compare la révolte des juifs menés par Mattathias († 165 av. J.-C.) contre les Séleucides et celle de « Votre Père Guillaume [qui] a aussi libéré la Hollande de la cruelle Tyrannie des Espagnols106 ». Le fondateur d’Israël avant Hérode et « Guillaume d’Orange, que les Hollandois tiennent pour leur liberateur de la tyrannie Espagnole107 » et donc de la « République108 », ont bien des points en commun pour Ben Israël. Qualifiant leur successeur Frédéric-Henri de protecteur du pays, voire de son conquérant, « comme le montrent Grolloo, Bois-le-Duc, Wesel, Maastricht, Breda (et que puis-je déjà anticiper ?)109 », le rabbin affirme que son peuple, certes « peu nombreux dans cette République110 », « a trouvé refuge en votre sein111 ».

  • 112 Ibid., p. II-III : « Nu leven wy, nu worden wy behouden, ende gebruycken, ghelijck anderen[,] de v (...)
  • 113 Ibid., p. V : « Door wiens Zege-rijke Wapenen wy beschermt, en door wiens degen wy verdediget word (...)
  • 114 Ibid., p. IV : « Vvant wy en houden niet meer Catilien oft Portugael, maer Hollandt voor onse Vade (...)

53Le discours se félicite de ce secours : « Nous vivons, nous sommes protégés, et jouissons, comme les autres de la liberté112 », « défendus par votre glaive113 ». Arguant de la loyauté des juifs, Ben Israël indique : « Nous ne tenons plus la Castille ou le Portugal, mais la Hollande pour notre Patrie114. » Par conséquent, il conclut :

  • 115 Ibid., p. V : « Waerom het oock gheen wonder is, dat wy oock voor HH. Staten Generael, ende voor U (...)

« Il n’est pas surprenant que nous prions tous les jours pour MM. les États-Généraux, pour Votre Altesse, comme aussi pour les Nobles et Élevés Régents de cette ville illustre, puisque de Votre salut dépend le nôtre115. »

  • 116 Ibid., p. IV-V : « Wy en houden niet meer den Spaenschen oft Portugyschen Koning, maer de HH. Stat (...)
  • 117 Nijenhuis W., Ecclesia reformata. Studies on the Reformation, Leyde, Brill, 1994, t. 2, p. 134 : « (...)
  • 118 Le rabbin Ben Israël a, par exemple, eu des intérêts économiques au Brésil « hollandais », lorsque (...)

54Ce vibrant discours d’allégeance (« puisque nous ne tenons plus le Roi espagnol ou portugais, mais MM. les États, mais Vous, pour nos Seigneurs116 »), place la religion sous la protection, voire la tutelle, des autorités temporelles de la République. Celles-ci s’échelonnent du magistrat au stathouder et les États Généraux. Toute « Patrie » que soit la République, les juifs y demeurent jusqu’en 1796 une « nation » étrangère, sans droits civiques, et dont les libertés relèvent du bon vouloir des autorités locales dans la structure confédérale des Provinces-Unies. En 1657, toutefois, les États Généraux placent les juifs néerlandais sous leur protection, comme de « vrais sujets de cet État117 », mais seulement s’ils sont confrontés à des problèmes à l’étranger118.

  • 119 Ben Israël M., Menasse Ben Israels VVelkomst…, op. cit., p. I. « Seer Edele ende Wijt-beroemde Hee (...)
  • 120 Le grand-duc est familier avec la coexistence religieuse, puisqu’il garantit la pluriconfessionnal (...)

55La visite du stathouder, de son fils et successeur, des personnages de lignée royale et d’autres « Messieurs très nobles et de grande renommée119 » à la synagogue de Menasseh Ben Israël est emblématique. De fait, elle prend acte de la coexistence religieuse aux Provinces-Unies et relève de rapports dépassionnés entre les autorités temporelles et des groupes religieux. L’influence de Frédéric-Henri, plus conciliant que son prédécesseur Maurice d’Orange (1567-1625), et le contexte politique et militaire favorable aux Provinces-Unies créent, sans doute, un climat propice. L’événement ouvre la voie à d’autres visites internationales, comme celle de Madame de Longueville et de sa suite ou, en 1669, du grand-duc de Toscane, Cosme III de Médicis (1639-1723)120.

Portrait gravé par Salomon Italia (c. 1619-après 1655) du « théologien et philosophe hébreu » Menasseh Ben Israël, à l’âge de 38 ans. Amsterdam, Rijksmuseum (Cabinet des estampes, RP-P-1882-A-5911).
Fig.3. – Portrait de Menasseh Ben Israël en 1642.

56L’ouvrage du chanoine Claude Joly s’interroge également sur la place du clergé dans la société. Implicitement, la coexistence religieuse est acceptée par Joly, à travers les contacts intercléricaux, voire la convivialité, comme à la fin du Voyage de Hollande :

  • 121 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 171-172. « Steinfort » est l’actuelle localité allemande Burgsteinf (...)

« À Steinfort, où l’on me donna mon logement avec l’Aumônier de Madame de Longueville chez un Ministre qui estoit de gaye humeur, & qui voulut que nous prissions de la biere auparavant nous aller coucher, pour boire à sa santé. Mais apres il s’advisa de nous faire aussi goûter de son vin pour boire à la santé de son Altesse Madame121. »

57On imagine le charmant tableau du chanoine Joly et de l’aumônier Aubert trinquant, en Allemagne à la fin de la guerre de Trente Ans, à la santé d’un pasteur calviniste peu austère.

  • 122 Ibid., p. 227.
  • 123 Ibid., p. IV. (Épître).
  • 124 Ibid.
  • 125 Ogier F., Actions publiques de M. François Ogier prestre et predicateur, Paris, Camusat, 1652, p.  (...)
  • 126 Joly C., Voyage…, op. cit., p. V (Épître).

58Le contexte du congrès de Westphalie, chargé d’établir « la paix entre les Princes Chrestiens122 », est également propice à la réflexion. L’« Epistre liminaire à Monsieur Ogier » comporte les convictions de Joly quant à la finalité de la paix « dont toute l’Europe attendoit son salut123 ». L’épître prend la forme d’un hommage à François Ogier, dédicataire du Voyage. Qualifiant ce prêtre d’« Evangeliste de la Paix124 », Joly fait référence à un discours « panégyrique de S. Louis125 », prononcé devant les diplomates français le 25 août 1646 à Münster, dans l’église des Cordeliers, c’est-à-dire chez le nonce apostolique. Reprenant la trame du discours, dont sa bibliothèque possède un exemplaire, Joly en résume les points essentiels, visant à « les exhorter à advancer ce grand ouvrage de la Paix generale, en mesme temps que le Sauveur du monde pendant en la Croix, la donnoit à tous les hommes126 ».

  • 127 Ibid.

59En faisant l’éloge de la « Politique Chrestienne du grand saint Louis [Louis IX, 1226-1270]127 », le texte renvoie vers Louis XIV, œuvrant nominalement via ses diplomates pour la « paix générale ». Celle-ci doit inviter

  • 128 Ibid., p. V-VI (Épître).

« ses chers enfans à une concorde & une union parfaite, qui épargnast le sang de leurs sujets, & qui leur pût donner le moyen de renverser un jour les Mosquées de Mahomet, & de restablir le vray culte de Dieu dans la Grece & dans l’Asie128 ».

60Ogier avait ainsi conclu son exhortation :

  • 129 Ogier F., Actions publiques…, op. cit., p. 31-32.

« Là vous trouverez des lauriers qui ne rougiront point du sang de vos freres : Là des victoires qui ne seront point pleurées par les yeux des Chrêtiens : Là on ne renversera ni Temples, ni Autels : Au contraire, vous rétablirez le vray culte de Dieu aboli par l’impieté de Mahomet. […] & apres avoir regné heureusement sur la terre, vous viendrez regner plus heureusement avec moy dans le Ciel, & ioüir de la Couronne de gloire & d’immortalité que Iesvs-Christ a promise à ses Elûs. Ainsi soit-il129. »

  • 130 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 176.
  • 131 [Linon-Chipon S. (éd.)], Turcs et turqueries (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, PUPS, 2009.
  • 132 L’un des ovales de la Grande Galerie de Versailles célèbre l’événement sous le titre « Défaite des (...)

61Le projet d’amener « la paix à toute la Chrestienté130 » accepte certes la diversité religieuse en Europe, mais avec la finalité supérieure d’unir celle-ci dans une lutte commune contre le « Turc131 ». Écrite dans les années 1660, l’épître entre en résonance avec la bataille de Saint-Gothard où, en août 1664, des troupes européennes coalisées remportent une victoire sur l’armée ottomane. La participation française à ce succès est habilement exploitée pour glorifier Louis XIV132. La prophétie d’Ogier, formulée en 1646 et relayée par Joly, ne se réalise cependant pas. Au moment de la parution du Voyage, les « Princes Chrestiens » entrent de nouveau dans un cycle de conflits, où la révocation de l’édit de Nantes réintroduit une dimension religieuse incontournable.

Vers une « Chrestienté » pluriconfessionnelle ?

62Au cours de sa longue vie, le chanoine Claude Joly a pu observer les vicissitudes du Grand Siècle dans le domaine religieux. Né sous le règne d’Henri IV, il est chanoine au chapitre de Notre-Dame de Paris sous Louis XIII et Louis XIV. Faisant partie de la clientèle des Longueville, la possibilité lui est offerte de rejoindre le plénipotentiaire français au congrès diplomatique de Münster, où se négocie alors une paix générale européenne.

63Résidant en Westphalie en 1646 et 1647, il a l’occasion de sillonner les routes de France, d’Empire, des Provinces-Unies et des Pays-Bas, et d’observer et de comparer les conditions de coexistence religieuse dans ces parties de l’Europe. Au cours de ses voyages, le chanoine parisien multiplie les contacts intercléricaux. Sa condition d’ecclésiastique et son appartenance au cercle du plénipotentiaire lui ouvrent bien des portes. Aussi, il fréquente des prêtres (le Français Ogier et le « Hollandois » Severus), et le nonce apostolique et futur pape Fabio Chigi. Au-delà de son propre « camp », il fait montre d’une grande curiosité interreligieuse, tant par ses lectures que par les rencontres. L’échange le plus marquant du Voyage a lieu à Amsterdam, en août 1646, avec le rabbin Menasseh Ben Israël.

64Ces rencontres intellectuelles et débats théologiques révèlent une acceptation pragmatique de la diversité confessionnelle au sein de la « Chrestienté ». La paix de Westphalie confirme de jure en 1648 l’avènement d’une Europe plurireligieuse. En relayant son ami, le prédicateur Ogier, Joly conçoit un sentiment d’appartenance à une Europe, où « une concorde & une union parfaite » éviteraient des guerres religieuses fratricides. La voie serait ainsi ouverte à un rétablissement du « vray culte de Dieu dans la Grece & dans l’Asie », au détriment des Ottomans. Une « guerre juste » entre une Europe plurireligieuse et les mécréants, en somme.

  • 133 Se pose parfois le problème de la cuisine que Joly décrit ainsi : « à l’Allemande, c’est à dire si (...)
  • 134 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 190 : « Le 7. iour de Decembre 1646 on amena en l’Hostel de Longuev (...)

65Au-delà de ces considérations de « Politique Chrestienne », la pluralité cultuelle devient également un objet de curiosité, voire de divertissement. Pour tromper l’ennui du long séjour allemand133, tout amusement est le bienvenu. Ainsi, après la visite en décembre 1646 de l’éléphant néerlandais Hansken134, un curieux personnage propose de distraire les Français avec le rite arménien. En mars 1647,

  • 135 Ibid., p. 259.

« un certain Prelat nommé Thomas Antiochenus, pource qu’il estoit natif d’Antioche, qui se disoit Patriarche des Armeniens, dit la Messe en presence de M. de Longueville & de nos Princesses, qui eurent la curiosité d’en voir les ceremonies135 ».

  • 136 Ibid.

66Cela intéresse le chanoine Joly au plus haut point : « Comme la chose estoit nouvelle, je m’approchay fort prés de l’Autel136. » Il observe avec sa précision coutumière son confrère arménien :

  • 137 Ibid.

« La Messe qu’il devoit celebrer estoit en langue Samaritaine, à ce que nous dit son Assistant & Interprete. Je vis le Missel, mais je n’y connus rien, les caracteres n’estans point Hebreux, Grecs, ny Latins. Je ne trouvay pas les ceremonies beaucoup differentes des nostres137. »

67Las ! il s’agissait, sans doute, d’un imposteur, transformant la curiosité interconfessionnelle de Joly et consorts en attraction lucrative :

  • 138 Ibid., p. 261.

« Ce Patriarche avoit communiqué ses titres à Monsieur le Nonce, qui m’avoit témoigné en estre satisfait. Neantmoins quelqu’un me dit depuis qu’il avoit esté trompé, & qu’on avoit reconnu que c’estoit un fourbe138. »

  • 139 Ibid. Le « Patriarche des Armeniens » reçoit ainsi une belle somme de cent Rixdales ou Reichsthale (...)

68Et Joly de conclure, « Quoy qu’il en soit, il se fit recommander aux liberalitez de M. de Longueville, qui luy fit donner cent riche-dalles139 ».

Notes

1 Joly C., Voyage fait à Munster en Westphalie, et autres lieux voisins, en 1646 & 1647, Paris, François Clousier, 1670, p. 108-109. Dans toutes les citations, les attributs du texte et la graphie de l’auteur sont respectés.

2 La ville de Münster, garnison d’Empire, est rendue neutre par une suspension temporaire de ses devoirs envers l’Empire dès mai 1643 ; la neutralité d’Osnabrück est garantie par ses occupants suédois. Les quartiers-maîtres préparent longuement la venue des plénipotentiaires de toutes les parties, et les pourparlers sont concrètement entamés en 1645, le négociateur français Longueville faisant son entrée le 30 juin 1645, suivi en juillet par le plénipotentiaire espagnol, Gaspar de Bracamonte Guzmán, comte de Peñaranda (c. 1595-1676).

3 Après les traités de Münster et d’Osnabrück de 1648, les congrès diplomatiques d’Aix-la-Chapelle (1668 et 1748), Nimègue (1678-1679), Ryswick (1697) et Utrecht (1713-1715) ponctuent l’histoire européenne moderne.

4 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 113.

5 Kaplan B., Divided by Faith. Religious Conflict and the Practice of Toleration in Early Modern Europe, Cambridge (MA), Harvard University Press, 2007 ; Saupin G., Naissance de la tolérance en Europe aux Temps modernes: XVIe-XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 1998.

6 Grâce à la durée de son séjour, Claude Joly rencontre également des savants réputés à Leyde et à Utrecht.

7 Joly C., Voyage…, op. cit., p. IV (Épître).

8 Ibid., p. XVIII (Lettre de cachet du roi).

9 Ibid., p. 77. Abel Servien (1593-1659) et Claude de Mesmes, comte d’Avaux (1595-1650).

10 Ibid., p. 1 (Voyage de Münster en Westphalie).

11 Ibid. Les voyageurs moins fortunés s’empressent de partir le matin, souvent à pied. Parmi la noblesse, il est courant d’entamer le voyage tard dans la journée, l’intendance précédant les voyageurs de haut rang, grâce au « Mareschal des logis qui alloit toûjours devant nous, & qui retenoit nos logemens » (ibid., p. 3). L’horaire du voyageur est par conséquent parfois fonction de son rang dans la société.

12 Ibid., p. 309. Il n’y a guère que près de Maastricht qu’un « Capitaine » espagnol a « la hardiesse de demander à Madame de Longueville son passe-port » (ibid., p. 63).

13 Ibid., p. 77.

14 Ibid., p. 76.

15 Ibid., p. 262 (Retour de Münster à Paris). Après son retour, Madame de Longueville donne naissance à Marie Gabrielle (1647-1650).

16 Ibid., p. XI (Préface). « Aucunement » s’entend à cette époque comme « dans une certaine mesure ».

17 Ibid., p. X-XI (Préface).

18 Ibid., p. 263. Joly relate ainsi sa demande de permission : « pour moy, qui n’estois rien, & qui ne pouvois rien faire, & ne la desirois que pour aller voir cette ville-là [Bruxelles], & celle d’Anvers par curiosité, ils me la refuserent, tant les suspicions des Espagnols estoient grandes, & s’il faut ainsi dire ridicules. » (Ibid., p. 263-264.)

19 Ibid., p. XI (Préface). Il s’agit de Théodore Godefroy (1580-1649).

20 Ibid.

21 Ibid., p. XIII.

22 Ibid.

23 Ibid., p. XIV. Joly mentionne, ibid., p. XIII-XIV, « Monsieur Ogier Predicateur » (François Ogier, 1597-1670), « Monsieur de Vion d’Herouval » (Antoine Vion d’Hérouval, 1606-1689) et « M. Godefroy Historiographe du Roy, fils du bon-homme dont j’ay parlé » (Denis Godefroy, 1615-1681) comme lecteurs privilégiés de son manuscrit.

24 Ibid., p. XV.

25 Ibid., page de titre.

26 Ibid., p. IX.

27 Ibid., p. XII. Le privilège date du 30 novembre 1668 et l’enregistrement du 11 novembre 1669. Ibid., p. XX-XXI.

28 Ibid., p. 95. Bien informé de la préséance diplomatique, Joly détaille presque dans l’ordre officiel les provinces confédérales de Gueldre, de la Hollande, de la Zélande, d’Utrecht, de la Frise, de l’Overijssel, et de Groningue.

29 Ibid., p. VI (Épître). Pour un aperçu de l’évolution des liens diplomatiques entre la France et les Provinces-Unies, voir Nijenhuis A., « L’Hercule français et le lion batave. La perception réciproque à l’aune des relations franco-néerlandaises aux Temps Modernes », Deshima, revue d’histoire globale des pays du Nord, no 8, 2014, p. 57-74.

30 Joly C., Les voyages de Munster, d’Hollande, d’Osnabrug, Warendorph, des Pays-Bas et de Cologne, Paris, Pierre Promé, 1672. Brunet J.-C., Manuel du libraire et de l’amateur de livres, Paris, Silvestre, 1842, 4e éd., t. II, p. 728 : « Mais cette prétendue nouvelle édition est précisément celle de 1670, dont on n’a fait que renouveler le frontispice en 1672, retranchant seulement les pièces liminaires et y substituant une seule carte d’Allemagne. »

31 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 75.

32 Ibid. Pendant la Fronde, Turenne (Henri de La Tour d’Auvergne, 1611-1675) est, un temps, très proche de Madame de Longueville. Claude Joly expose également ses idées frondeuses dans des mazarinades, comme l’Histoire de la prison et de la liberté de M. le Prince, Paris, A. Courbé, 1651, concernant l’arrestation du frère de la duchesse de Longueville, Louis II de Bourbon-Condé (1621-1686). De manière anonyme aux Provinces-Unies, comme « Prestre Docteur és Droits », Joly publie une réflexion sur le fondement de la souveraineté royale, dans son Traité des restitutions des grands, s. l. [Amsterdam], s. n. [Elzévir], 1665.

33 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 75-76. Les femmes « conditionnées » sont des domestiques. Il est tout à fait courant, à cette époque, qu’un soldat se déplace non seulement avec son valet, mais également avec femme et enfant(s).

34 Ibid., p. 76.

35 Ibid., p. 176. Joly est à Osnabrück du 18 au 28 septembre 1646. Cette ambition échoue, la France et l’Espagne ne faisant la paix qu’en 1659, avec le traité des Pyrénées.

36 Ibid., p. 186. Il s’agit du chancelier Axel Oxenstierna (1583-1654).

37 Ibid., p. 174. La République de Venise fait office de médiateur à Osnabrück.

38 Ibid., p. 227. Le « pays d’obeïssance » est d’obédience pontificale, c’est-à-dire relevant directement du pape, sans concordat conférant des « Libertez » au pouvoir temporel, comme en France.

39 Ibid., p. 93.

40 Ibid., p. 264. L’ouvrage est Vita B. Ioannis Chisii a Maciaretto Ordinis Eremitarum S. P. Augustini, Anvers, Henricus Aertssens, 1641.

41 Ibid., p. 265-266. L’Introduction à la Vie dévote de François de Sales (1567-1622) paraît dès 1608. Joly évoque une version latine, éditée à Cologne en 1645. Le chanoine s’est par la suite tenu au courant de la carrière ecclésiastique de Severus, ibid., p. 267 : « J’ay appris qu’il est à present Scholastique de l’Eglise Cathedrale d’Aix la Chapelle [dans la marge : c’est la 5e ou 4e dignité de cette Eglise, de valeur de 3 000. livres de rente.], & qu’il a obtenu cette dignité à la recommendation & faveur de son Maistre depuis qu’il a esté fait Pape : & il me semble que je devois à nostre ancienne amitié ce que j’ay dit icy de luy. »

42 Le Souverain Pontife est lui-même le supérieur de la Missio Hollandica, secondé par le nonce apostolique à Bruxelles. Cependant, les vicaires apostoliques de la Mission sont mandatés par le nonce à Cologne, afin de maintenir l’obédience papale et de contourner le concordat des Pays-Bas de 1559.

43 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 269. Les « Princesses » ont notamment acheté des porcelaines à « la maison des Indes, où l’on serre dans de longues galleries toutes les épiceries, porcelaines & fruits des Indes », ibid., p. 107. Inversement, en échange de bons procédés, l’imprimeur Blaeu expédie des affaires de Madame de Longueville dans un coffre de livres à destination de Claude Joly, ibid., p. 116-117.

44 Ibid., p. 244. À l’époque où le Voyage de Joly est publié, les éditeurs néerlandais « usurpent » fréquemment le lieu d’édition Cologne pour contourner la douane et la censure françaises, promptes à gêner la circulation de livres provenant des Provinces-Unies.

45 Ibid., p. 183.

46 Ibid., p. 183-184. Il détaille le double motif de la cherté du livre, ibid., p. 184 : « car comme les bons livres sont plus rares en ces pays-là qu’en France, ils y sont aussi plus chers, & ils les font valoir encore davantage aux Estrangers. »

47 Une nouvelle génération d’ouvrages de compilation géographique apparaît au milieu du XVIIe siècle, dont notamment Coulon L., Le Fidèle Conducteur pour le voyage d’Allemagne. Montrant, exactementles raretez & choses Remarquables qui se trouvent en chaque Villes, & les distances d’icelles, avec un dénombrement des Batailles qui s’y sont données, Troyes – Paris, Nicolas Oudot – Gervais Clouzier, 1654. Voir à ce propos Nijenhuis-Bescher A., « The invention of the North. French travellers and the discovery of the North of Europe in the first half of the Seventeenth Century », R. Tuchtenhagen (éd.), Ein Blick auf fremde Welten: « Nordländer » und « Südländer » in europäischer Erfahrung, Berlin, Humboldt-Universität, à paraître.

48 Ainsi, le Catalogue des livres de la bibliothèque du chapitre de l’Eglise de Paris, s. l., s. n., s. d. [vers 1755], p. 85 mentionne l’édition de 1572 de Münster S., Cosmographia Universalis, Bâle, H. Petrus, 1554. Joly C., Voyage…, op. cit., p. 117 répertorie l’édition de 1567 de la Description des Pays-Bas de Louis Guichardin (1521-1582), référence incontournable pour les anciens Pays-Bas.

49 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 116. La série d’atlas est Blaeu J., Le Théâtre du monde, ou Nouvel atlas contenant les chartes et descriptions de tous les pays de la terre mis en lumière par Guillaume et Jean Blaeu, Amsterdam, Guillaume et Jean Blaeu, 1635-1654, 5 vol. Le Catalogue des livres de la bibliothèque du chapitre de l’Eglise de Paris, op. cit., p. 85 mentionne trois volumes de 1637.

50 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 116-117.

51 Ibid., p. 173.

52 Ibid., p. 135.

53 Ibid.

54 Ibid.

55 Ibid., p. 291-292. Même dans le Catalogue des livres de la bibliothèque du chapitre de l’Eglise de Paris, op. cit., p. 26, l’ouvrage figure de manière allusive : « le Livre de Jansenius & c. ».

56 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 151.

57 La rencontre, et celle de Jean Le Laboureur, avec la savante est décrite par Nijenhuis A., « Le chanoine, le philologue, la “damoiselle” et le rabbin », B. Forclaz (éd.), L’expérience de la différence religieuse dans l’Europe moderne (XVIe-XVIIIe siècles), Neuchâtel, Alphil – Presses universitaires de Suisse, 2013, p. 157-187.

58 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 153. Il s’agit d’un aumônier nommé Aubert.

59 Ibid.

60 Ibid., p. 154. L’ouvrage explore la question de savoir pourquoi le Christ a employé un artifice médical (une boue), plutôt que sa seule parole, pour guérir l’aveugle (Jn., 9, 1-41). Schurman A.-M. de et Beverwijck J. van, J. Beverovicii de vitae termino fatali an mobili, cum doctorum responsis, s. l. [Leyde], s. n. [Jean Maire], s. d. [1639].

61 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 154. Il cite notamment Schurman A.-M. de, Amica dissertatio inter virginem Annam Mariam a Scharman et Andream Rivetum de ingenii muliebris ad scientias et meliores literas capacitate, Paris, s. n., 1638 ; Ead., Dissertatio, de ingenii muliebris ad doctrinam, & meliores litteras aptitudine, Leyde, Elzevier, 1641 (figure dans le Catalogue des livres de la bibliothèque du chapitre de l’Eglise de Paris, op. cit., p. 81) ; et H. H. V. O. G., Cupido triumphans, vel ratio cursexus muliebris omni amore, & honore sit dignissimus, Rheno-Trajecti [Utrecht], Guillaume Strick, 1644.

62 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 157-158 : « Car comme il y a principalement deux choses qui sont perilleuses à la chasteté des filles, sçavoir l’oysiveté, & les ieux lascifs, l’amour des lettres les retire & de l’une & de l’autre. Il n’y a rien aussi qui maintienne davantage la reputation, que l’integrité des mœurs. » Joly a publié une traduction nouvelle d’Érasme, Codicille d’or, ou Petit Recueil tiré de l’Institution du Prince chrestien, composé par Érasme. Mis premierement en François sous le Roy François Ier ; et à present pour la seconde fois [par Claude Joly], s. l. [Amsterdam], s. n. [Elzévir], 1665. Les différentes éditions portent la sphère armillaire caractéristique de l’imprimerie Elzévir, dont Joly écrit en 1669 d’expérience qu’elle est « transportée maintenant à Amsterdam, & […] tousiours de plus en plus considerable. » (Joly C., Voyage…, op. cit., p. 135.)

63 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 167.

64 Ibid., p. 108-109.

65 Ibid. Joly fait référence à Ben Israël M., Conciliator sive de convenientia locorum S. Scripturae, quae pugnare inter se videntur, Amsterdam, Dionysius Vossius, 1633.

66 Ben Israël M., Conciliator, sive De convenientia locorum S. Scripturae, quæ pugnare inter se videntur […]. Esto es conciliador, Francfort [Amsterdam], Auctoris impensis, 1632.

67 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 99.

68 La plupart des voyageurs français de la première moitié du XVIIe siècle séjournent environ une semaine aux Provinces-Unies (La Boullaye Le Gouz, le duc de Rohan, Nicolas Bénard) ; Jean Le Laboureur, voyageant également dans la suite de grande noblesse française, reste dix-huit jours dans la République. Nijenhuis A., Les « Voyages de Hollande » et la perception française des Provinces-Unies dans la première moitié du XVIIe siècle, thèse de doctorat en histoire, W. Frijhoff (dir.), Amsterdam – Vrije Universiteit, 2012, p. 34.

69 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 106.

70 Le Laboureur J., Histoire et relation du Voyage de la Royne de Pologne, et du retour de la Mareschalle de Guebriant, ambassadrice Extraordinaire, & Sur-intendante de sa conduite, par la Hongrie, l’Austriche, Styrie, Carinthe, le Frioul & l’Italie, avec un discours historique de toutes les Villes & Estats, par où elle a passé, Paris, Veuve Jean Camusat, 1647, p. 67. La Ronde de nuit de Rembrandt orne depuis 1642 la grande salle du complexe des Doelen (« les cibles »).

71 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 152. Son Voyage fait partie du Catalogue des livres de la bibliothèque du chapitre de l’Eglise de Paris, op. cit., p. 85.

72 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 109. Honoré Courtin (1626-1703) assiste le plénipotentiaire d’Avaux à Münster.

73 Ibid., p. 116.

74 Ibid., p. 109. Is., 7, 14 dans la traduction œcuménique de la Bible de Jérusalem : « C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe : Voici, la jeune femme est enceinte, elle va enfanter un fils et elle lui donnera le nom d’Emmanuel. »

75 Ibid.

76 Ibid.

77 Pour une restitution in extenso du dialogue, voir Nijenhuis A., « Le chanoine, le philologue… », art. cit.

78 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 113.

79 Ibid., p. 116.

80 Samaran C., « Les archives et la bibliothèque du chapitre de Notre-Dame », Revue d’histoire de l’Église de France, t. 50, no 147, 1964, p. 107.

81 Pour un aperçu du regard des voyageurs catholiques sur les lieux de culte calvinistes aux Provinces-Unies, voir Nijenhuis A., « Appartenance et tolérance confessionnelles aux Provinces-Unies à la lueur des récits de voyageurs français catholiques (1600-1650) », G. G. Merlo, F. Meyer, C. Sorrel, P. Vismara (éd.), Identité et appartenance dans l’histoire du christianisme/Identità e appartenenza nella storia del cristianesimo, Milan, Edizioni Biblioteca Francescana, 2005, p. 179-207.

82 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 246-247. Le « faux-bourg » « vers l’Allemagne » est Deutz, situé sur la rive orientale du Rhin. Est-ce que Joly a confondu les toponymes « Deutz » et « Deutschland » ?

83 Ibid., p. 247. Mülheim, séparé de Cologne par le Rhin, au-delà du « faux-bourg » de Deutz, se trouve au nord-est de la ville.

84 Ibid., p. 107-108.

85 Pour une approche globale de la question, voir Frijhoff W., « La coexistence confessionnelle. Complicités, méfiances et ruptures aux Provinces-Unies », J. Delumeau (éd.), Histoire vécue du peuple chrétien, Toulouse, Privat, 1979, t. 2, p. 229-257, ou Id., Embodied Belief. Ten essays on religious culture in Dutch history, Hilversum, Uitgeverij Verloren, 2002. Un bilan de la tolérance et de l’intolérance à Amsterdam au XVIIe siècle est présenté par Nijenhuis A., « La coexistence confessionnelle aux Provinces-Unies du Siècle d’Or. Pratiques religieuses et lieux de culte dissimulés à Amsterdam », D. Do Paço, M. Monge et L. Tatarenko (éd.), Des religions dans la ville. Ressorts et litiges de coexistence dans l’Europe des XVIe -XVIIIe siècles, Rennes, PUR, 2010, p. 55-80.

86 Pour le futur aumônier Le Laboureur J., Histoire et relation du Voyage…, op. cit., p. 71, l’activité marchande est source d’une diversité religieuse peu appréciée : « toutes ces flotes de marchandises & de marchands estrangers, sont autant de flotes de vices & de diverses religions, que la necessité du commerce introduit dedans cette Ville » d’Amsterdam, visitée en 1645.

87 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 108.

88 Ibid., p. 122.

89 Agt J. F. van, Synagogen in Amsterdam, La Haye, Staatsuitgeverij, 1974.

90 Ben Israël M., La Pierre glorieuse de Nabuchodonosor ou la fin de l’histoire au XVIIe siècle, éd. M. Hadas-Lebel et H. Méchoulan, Paris, Vrin, 2007, p. 22 ; Roth C., A life of Menasseh Ben Israel. Rabbi, printer, and diplomat, Philadelphie, The Jewish publication society of America, 5705 [1945], p. 73 ; Frijhoff W. et Spies M., 1650. Bevochten eendracht, La Haye, SDU, 1999, p. 274.

91 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 104.

92 Ibid., p. 108. Dans la marge figure la mention « Le S. Manassé Ben Israël ». « MB’Y » est célèbre au-delà d’« entre eux », car le Catalogue des livres de la bibliothèque du chapitre de l’Eglise de Paris, op. cit., p. 8, signale hormis le Conciliator deux ouvrages édités « sumptibus auctoris » par Ben Israël : De Creatione Problemata XXX, Amsterdam, Typis & sumptibus auctoris, 1635 et Dissertatio de fragilitate humana ex lapsu Adami, Amsterdam, Sumptibus auctoris, 1642. MB’Y a fondé une imprimerie hébraïque en 1627.

93 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 108.

94 Ibid.

95 Joly emploie fréquemment le terme « curiosité » (ibid., p. 150, p. 152, p. 168, p. 190, p. 222, p. 259, p. 347, entre autres), pour motiver la visite d’un lieu « aucunement » digne d’intérêt.

96 Ibid., p. 135.

97 Ibid., p. 116.

98 Parival J.-N. de, Les délices de la Hollande. Avec un traité du gouvernement et un abrégé de ce qui s’est passé de plus mémorable jusques à l’an de grace 1660, Leyde, Ger Stecoren, 1660, p. 342-343.

99 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 141. Le couple s’est marié en mai 1641. Madame de Longueville rencontre la princesse Marie Henriette Stuart début septembre 1646, près de La Haye. Rendez-vous dont Joly écrit : « ie ne diray rien, pource que ie n’y estois pas. » (Ibid., p. 141.)

100 Le frontispice de la traduction portugaise du discours de bienvenue donne la date du « XII. de Mayo 5402 [1642] », faisant la synthèse entre le calendrier julien employé par les autorités calvinistes et le calendrier hébreu. Ben Israël M., Gratulaçao de Menasseh Ben Israel, Amsterdam, s. n., 1642. Voir Roth C., A life of Menasseh Ben Israel…, op. cit., p. 69, pour une reproduction.

101 Ben Israël M., Menasse Ben Israels VVelkomst, uyt sijns Volcks naem, aen de Hoogh-gebooren, Prince van Oranjen Frederic Henric, als hy met de Doorluchtigste Koningin Henriette Maria, Gemalin des Hoogh-gebiedende Karolvs, Koninghs van Engelandt, Vrankrijck ende Yrlandt, onse Synagoge besocht. Wt het Latijn overgeset, Amsterdam, Roelof Ioosten, 1642.

102 Ibid., p. I: « Onoverwinnelicken en grooten held. »

103 Ibid., p. I: « Dese machtige Amsterdamsche Stadt. » Alexandre le Grand rencontre le grand prêtre du temple à Jérusalem.

104 Ibid., p. II: « Ballinghen. »

105 Ibid.: « Portugysen. »

106 Ibid., p. III: « V Vader Wilhelm heeft oock dit Hollandt vande wreede Tyrannije der Spanjaerden vry ghemaeckt. »

107 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 142.

108 Ben Israël M., Menasse Ben Israels VVelkomst…, op. cit., p. II: « Gemeene beste. »

109 Ibid., p. III-IV. « Sy hebben haer Landt-palen beschermt, Ghy hebtse wijder uytgheset:’t welck oock, schoon dat ick swijghe, Groll,’s Hertogen-Bosch, Wesel, Mastricht, Breda (en wat sal ickse al optellen ?) getuygen. » Toutes ces villes sont prises par Frédéric-Henri entre 1627 et 1637. Voir Nijenhuis-Bescher A., « “On a laissé quelques Couvens de Religieuses, mais chassé tous les gens de l’église”. La “Milice” des Provinces-Unies sous Frédéric-Henri d’Orange (1584-1647), bras armé d’un État confessionnel », L. Jalabert et S. Simiz (éd.), Le soldat face au clerc. Armée et religion en Europe occidentale, XVe-XIXe siècle, Rennes, PUR, sous presse. Pour une synthèse de la Révolte : Van der Lem A., De Opstand in de Nederlanden 1568-1648. De Tachtigjarige Oorlog in woord en beeld, Nimègue, Vantilt, 2014.

110 Ben Israël M., Menasse Ben Israels VVelkomst…, op. cit., p. IV : « Wy oock, die al-hoe-wel in deze Republijck weynigh in ghetal zijn. »

111 Ibid., p. II : « Als tot uwen schoot onsen toevlucht eerst ghenomen hebben. »

112 Ibid., p. II-III : « Nu leven wy, nu worden wy behouden, ende gebruycken, ghelijck anderen[,] de vryheyt. »

113 Ibid., p. V : « Door wiens Zege-rijke Wapenen wy beschermt, en door wiens degen wy verdediget worden. »

114 Ibid., p. IV : « Vvant wy en houden niet meer Catilien oft Portugael, maer Hollandt voor onse Vaderlant. »

115 Ibid., p. V : « Waerom het oock gheen wonder is, dat wy oock voor HH. Staten Generael, ende voor Uwe Hoogheyt, als oock voor de Edele, Hoge Regeerders deses wyt-beroemden Stadts dagelijcks onse Ghebeden storten, nae dien aen V. L. heyl het onze hanght. »

116 Ibid., p. IV-V : « Wy en houden niet meer den Spaenschen oft Portugyschen Koning, maer de HH. Staten, maer V, voor onse Heeren. »

117 Nijenhuis W., Ecclesia reformata. Studies on the Reformation, Leyde, Brill, 1994, t. 2, p. 134 : « In 1657 the States General declared that those who belonged to the Jewish nation “are truly subjects of the state and that as a consequence they are guaranteed enjoyment of the same rights and advantages […] secured and obtained for the inhabitants of this state”. »

118 Le rabbin Ben Israël a, par exemple, eu des intérêts économiques au Brésil « hollandais », lorsque la WIC (West Indische Compagnie ou Compagnie des Indes Occidentales), exploitait le Pernambouc (1630-1654). Ephraïm Soeiro, beau-frère de Ben Israël, s’y installe en 1638. C’est depuis Amsterdam qu’une première synagogue américaine est fondée en 1642, présidée par Isaac da Fonseca Aboab (1605-1693). Roth C., A life of Menasseh Ben Israel…, op. cit., p. 57-61.

119 Ben Israël M., Menasse Ben Israels VVelkomst…, op. cit., p. I. « Seer Edele ende Wijt-beroemde Heeren. »

120 Le grand-duc est familier avec la coexistence religieuse, puisqu’il garantit la pluriconfessionnalité de sa ville portuaire de Livourne. Calafat G., « L’institution de la coexistence. Les communautés et leurs droits à Livourne (1590-1630) », D. Do Paço, M. Monge et L. Tatarenko (éd.), Des religions dans la ville…, op. cit., p. 83-102.

121 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 171-172. « Steinfort » est l’actuelle localité allemande Burgsteinfurt. À cette époque, cette partie de Westphalie était sous forte influence de la République.

122 Ibid., p. 227.

123 Ibid., p. IV. (Épître).

124 Ibid.

125 Ogier F., Actions publiques de M. François Ogier prestre et predicateur, Paris, Camusat, 1652, p. 1-32. Le Catalogue des livres de la bibliothèque du chapitre de l’Eglise de Paris, op. cit., p. 36, comporte un exemplaire daté de 1665.

126 Joly C., Voyage…, op. cit., p. V (Épître).

127 Ibid.

128 Ibid., p. V-VI (Épître).

129 Ogier F., Actions publiques…, op. cit., p. 31-32.

130 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 176.

131 [Linon-Chipon S. (éd.)], Turcs et turqueries (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, PUPS, 2009.

132 L’un des ovales de la Grande Galerie de Versailles célèbre l’événement sous le titre « Défaite des Turcs en Hongrie par les troupes du Roy, 1664 » ; l’échec, la même année, de l’expédition malheureuse de Djidjelli, contre les pirates barbaresques, est passé sous silence. Les Mémoires du commandant français, Jean de Coligny-Saligny (1617-1686) relatent l’expédition de Saint-Gothard, « qui sera éternellement à l’honneur de Louis XIV et de la nation françoise, et au grand avantage de la chrestienté, en particulier de l’Allemagne » (Coligny-Saligny J., Mémoires du comte de Coligny-Saligny, éd. L. Monmerqué, Paris, Jules Renouard et Cie, 1841, p. 100).

133 Se pose parfois le problème de la cuisine que Joly décrit ainsi : « à l’Allemande, c’est à dire si mal assaisonnées à mon goust, quoy que je ne sois pas difficile, que j’avois de la peine à manger » (Joly C., Voyage…, op. cit., p. 255).

134 Joly C., Voyage…, op. cit., p. 190 : « Le 7. iour de Decembre 1646 on amena en l’Hostel de Longueville à Munster l’Elephant que nous avions veu à Paris quelques années auparavant, pour le faire voir à Madame & Mademoiselle de Longueville. » Le récit concernant l’éléphant néerlandais Hansken (« petit Jean ») occupe les p. 190-204 du Voyage.

135 Ibid., p. 259.

136 Ibid.

137 Ibid.

138 Ibid., p. 261.

139 Ibid. Le « Patriarche des Armeniens » reçoit ainsi une belle somme de cent Rixdales ou Reichsthalers, équivalente à deux cents florins.

Table des illustrations

Légende L’édition de 1672 du Voyage de Claude Joly comporte une « Nouvelle Carte Dalemagne Corigé », insérée près de la page de titre pour « actualiser » le récit dans le contexte de la guerre de Hollande (1672-1678). BM Dieppe (MT P 1899/Fonds Cas).Fig.1. – Carte de l’Allemagne, de l’édition de 1672 du Voyage de Claude Joly.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47276/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Légende Plan des différentes synagogues « portugaises » et « allemandes » à Amsterdam au XVIIe siècle. Les toponymes sont du XXe siècle. Dessin A. Nijenhuis-Bescher, d’après J. F. van Agt.Fig.2. – Les synagogues d’Amsterdam au XVIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47276/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Portrait gravé par Salomon Italia (c. 1619-après 1655) du « théologien et philosophe hébreu » Menasseh Ben Israël, à l’âge de 38 ans. Amsterdam, Rijksmuseum (Cabinet des estampes, RP-P-1882-A-5911).Fig.3. – Portrait de Menasseh Ben Israël en 1642.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47276/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 246k

Auteur

Né en Hollande septentrionale et a reçu une formation universitaire typiquement européenne aux Pays-Bas (RuG Groningen, VU Amsterdam), en France (Grenoble 2, EHESS), et en Italie (IUE). Sa thèse, Les « Voyages de Hollande » et la perception française des Provinces-Unies dans la première moitié du XVIIe siècle, soutenue à la VU Amsterdam, aborde à travers le prisme de la perception française les thématiques des conflits et cohabitations confessionnels, de l’espace urbain, et de la représentation de l’autre. Les différents articles qu’il a publiés depuis 2001 portent sur des aspects variés de l’histoire des Provinces-Unies et de ses représentations en France et réciproquement. Récemment, il s’est intéressé à la coexistence religieuse dans le Corps Helvétique (« L’abbaye de Saint-Maurice d’Agaune et le défide la Réforme protestante », B. Andenmatten, L. Ripart, et P.-A. Mariaux (éd.), L’Abbaye de Saint-Maurice d’Agaune (515-2015), Gollion (VD), Infolio, 2015, t. 1). Il est chargé d’enseignement aux universités Savoie Mont-Blanc et Grenoble-Alpes, et membre de l’Institut de l’Histoire de la Pensée Classique (IHPC-UMR 5037). Post-doc ANR, il est responsable de l’édition d’un atlas numérique dans le cadre du projet international LODOCAT.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540