Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les premiers temps de Rome

 | 
Bernard Mineo
, 
Thierry Piel

Première partie. Héritages étrusques

Les Etruscae litterae avant les Graecae litterae : les Étrusques ont-ils eu une influence sur la formation de l’historiographie romaine ?

Dominique Briquel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un ouvrage sur le genre historique à Rome le soulignait en 1995, « plus de quatre siècles s’étaient écoulés depuis la date légendaire et conventionnelle de la fondation de Rome quand le premier historien fit son apparition, à la fin du IIIe siècle av. J.-C.1 » et effectivement, le premier auteur à avoir laissé une œuvre spécifiquement historique est Fabius Pictor, avec la conséquence que, pour la période des premiers temps de Rome que nous prenons en considération ici, l’ensemble de l’historiographie ultérieure est tributaire de sa narration et en reprend au moins les grandes lignes2. Fabius Pictor écrivait en grec et s’adressait à un public grec, dans un contexte où il avait à contrer l’image de sa patrie qui était donnée dans une historiographie pro-carthaginoise, celle des « Hannnibalhistoriker » comme Silénos de Caléactè et Sosylos de Sparte qui étaient des Grecs et bien évidemment s’adressaient à leurs compatriotes et avaient recours à cette langue3. Il ne s’agissait pas d’une ...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540