Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La première Compagnie des Indes

 | 
Marie Menard-Jacob

Troisième Partie. Le poids des conjonctures

Chapitre VIII. Échecs, sursauts et crépuscule

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les moyens militaires que le roi met à disposition de la Compagnie dans un premier temps sont des escadres envoyées aux périphéries de la péninsule indienne : Montdevergue (10 bâtiments en 1666 à Madagascar), La Haye (12 bâtiments en 1671 à Ceylan), Chaumont (2 bâtiments en 1685 au Siam) et Vaudricourt (6 bâtiments en 1687 au Siam). Ces quatre expéditions se soldent par des échecs militaires, maritimes ou politiques (et souvent les trois à la fois). Une troisième escadre siamoise, organisée en 1688, est ajournée suite à la Révolution qui ne laisse au Siam aucune loge, ni comptoir, pas même une maison ; seulement une poignée de Français particulièrement maltraités. Cette escadre qui ne quitte pas la France, se « reconstitue » en 1690, armée en guerre et commandée par Duquesne-Guitton. Elle est la première et la plus considérable d’une série de six armements mixtes (partagés entre le roi et la Compagnie) envoyés, plus ou moins régulièrement entre 1690 et 1704, et qui amorce le recentr...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540