Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La première Compagnie des Indes

 | 
Marie Menard-Jacob

Troisième Partie. Le poids des conjonctures

Chapitre VII. Retrouver l’Europe en Inde

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Intégrer la péninsule, c’est également retrouver les Européens, qui, à l’inverse des Indiens, sont largement connus par les Français. On connaît leur histoire, leurs principaux points d’appui et les moyens dont ils disposent. Finalement, les Européens sont ce que les Français connaissent le mieux aux Indes. Les premiers mémoires préconisent des relations cordiales avec les Anglais et les Hollandais (sachant que la France n’a pas tellement le choix puisqu’elle arrive après tout le monde et n’est pas en position de force). Le médecin Bernier incite les premiers directeurs à « ne les louer, ni les mépriser, ni les fréquenter trop ». L’objectif était d’être le plus discret possible, de travailler à mettre en place ses loges, et de contacter les marchands locaux, en bref à « faire doucement et sans bruit nos affaires1 ». Mais l’Inde est une terre lointaine qui reste la chambre d’écho de la conjoncture européenne, au sein de laquelle la France cherche sa place pendant quarante ans.

...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540