Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La première Compagnie des Indes

 | 
Marie Menard-Jacob

Troisième Partie. Le poids des conjonctures

Chapitre VI. Se partager la péninsule indienne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Rien dans les statuts de la Compagnie ne lui permet de se défendre ni de résister aux conjonctures, parce qu’elle n’a pas été pensée en ces termes. Les Français pensent découvrir un territoire et des marchandises mais ne savent pas grand-chose de l’investissement politique et religieux sur l’espace. La péninsule est fractionnée en plusieurs entités, petits royaumes, sultanats et grand empire qui s’affrontent, alors que les comptoirs européens tentent de se tailler une part plus ou moins considérable, selon leurs moyens ou leur avidité. Sur un grand tiers nord s’étend l’espace du Deccan, dominé par le Grand Moghol, à l’intérieur duquel la région du Gujarat abrite la négociante Surate où tous les Européens ont établi, avec plus ou moins de bonheur, une loge. Au centre de la côte de Malabar se trouve le petit royaume du Samorin, sur lequel les éphémères comptoirs de Tilcery et de Calicut sont créés. Ces espaces restent globalement stables pendant toute notre période. En revanche, au su...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540