Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La première Compagnie des Indes

 | 
Marie Menard-Jacob

Deuxième partie. L'expérience de l'Inde

Chapitre V. Le microcosme social : communautés, familles et affinités françaises en Inde

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Mais la vie aux Indes ne se résume pas aux affaires commerciales, diplomatiques et économiques. Les archives font émerger la vie privée des loges à travers la constitution de familles (françaises ou mixtes), ainsi que les liens d’amitié entre les marchands et les individus non employés par la Compagnie.

Rechercher, construire et fonder une famille

Certains employés viennent jeunes dans les Indes et y restent plus de dix ans, parfois toute leur vie. Naturellement, ils construisent (ou reconstruisent) une vie familiale et affective, mais il faut attendre la deuxième partie de la période pour que les femmes apparaissent dans les archives (ce qui ne signifie pas qu’elles sont absentes des Indes dans la première période). Élément prégnant de la vie sociale dans les loges de la Compagnie, les femmes n’apparaissent que lors de situations bien particulières, voire extraordinaires. L’accès à cette partie immergée de leur présence atteste des lacunes évidentes des sources, nou...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540