Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La première Compagnie des Indes

 | 
Marie Menard-Jacob

Deuxième partie. L'expérience de l'Inde

Chapitre IV. L’expérience du négoce : fondation et organisation des comptoirs

Texte intégral

1Étrangement, la charte qui définit les règles et l’organisation institutionnelle de la Compagnie ne concerne pas, ou peu, la vie en Orient. Aucun de ceux qui élaborent la déclaration de mai 1664 ne connaît suffisamment l’Inde pour se faire une idée précise de ce que doivent être l’exercice du négoce et la vie dans les comptoirs, au sein desquels personne n’a prévu de cadre moral ni matrimonial. Pourtant, le comptoir est l’entité de base de la Compagnie en Inde, composé qu’il est de marchands, sous-marchands et commis qui habitent les loges et travaillent aux affaires de la Compagnie.

Intégrer un comptoir

  • 1 Bernier F., Voyages contenant la description des États du Grand Mogol, de l’Hindoustan, du royaume (...)
  • 2 Lettre de Bernier à Caron et de Faye du 10 mars 1668, FR, ANOM, COL, C262, fo 25.
  • 3 Mémoire de François Bernier 1668, FR, ANOM, COL, C262, f. 14 et suiv.

2Les quelques voyageurs français qui se sont rendus en Inde avant que Colbert ne crée la Compagnie, ont tenté d’élaborer une vraie réflexion sur l’installation pérenne des Français en Orient. Par exemple, François Bernier, qui part pour l’Inde en 1656 et y reste douze ans1, rédige un mémoire sur l’établissement des comptoirs français2. Il y souligne la nécessité d’envoyer des ambassades et des présents aux princes locaux, mais insiste surtout sur l’incontournable subordination, le respect de la hiérarchie, et sur les marques de considération à attribuer aux agents (un point que La Boulay, autre voyageur des Indes au destin plus funeste, relève aussi). Force est de constater que Bernier pressent déjà les écueils et les dissensions à venir3. Car la première tâche de la Compagnie est d’ériger ses comptoirs, destinés à accueillir des personnes compétentes, formées à l’exercice du négoce, alors même que rien n’est véritablement déterminé sur les conditions d’évolution des carrières des marchands au sein de la Compagnie.

Le marchand : compétences et polyvalence

  • 4 Lettre générale des marchands de Surate le 17 juin 1686, FR, ANOM, COL, C263, f. 77.
  • 5 Lettre de Roques à de Lagny, à Surate le 30 janvier 1692, FR, ANOM, COL, C264, f. 37.
  • 6 Roques G., La manière de négocier aux Inde, op. cit.
  • 7 Lettre de Roques à Brodera le 10 janvier 1682, FR, ANOM, COL, C263, f. 14 à 21.

3Parmi tous les employés d’un comptoir, du directeur au sous-commis, le marchand a la position la plus stratégique parce qu’il sort de la masse des subalternes quand il intègre le conseil d’un comptoir. La première compétence qu’on attend de lui est qu’il sache négocier. Les marchandises que l’on achète en Inde sont essentiellement des textiles et des épices, et puis de manière plus marginale les curiosités de l’Extrême-Orient (petit mobilier laqué et porcelaines). Mais connaître les produits indiens c’était aussi « être entendu au goût de France4 », car les manufactures indiennes n’ont d’intérêt que si elles trouvent des acheteurs en Europe. Ainsi, le comptoir n’existe que parce qu’il est utile à la métropole. Au marchand d’établir le lien entre les marchandises disponibles dans les Indes et celles qui peuvent avoir du débit en France. C’est pourquoi la Compagnie envoie d’abord en Inde des hommes de profession, tel Georges Roques qui incarne cette première génération de marchands issus du monde du textile. Avant d’arriver à Surate en février 1676, Roques a reçu une formation solide en France5, c’est donc un expert qui part au début des années 1680 pour Ahmedabad visiter les manufactures du Gujarat. Pendant dix ans, il alterne alors les allers-retours entre Surate et Ahmedabad et acquiert, par une observation consciencieuse du terrain et des habitants, une vraie qualité d’expert, comme l’atteste son mémoire L’art de négocier aux Indes6. Il évoque déjà la qualité des toiles confectionnées en Bengale et prend les premiers contacts avec les banians. Il n’est pas qu’un expert en textile, il comprend mieux que d’autres la situation politique en Orient, et se révèle, dès 16827, très critique envers l’association, selon lui, trop prégnante entre la Compagnie et les Missions étrangères. Il pressent (à juste titre) que le Grand Moghol, souverain porté par la foi « mahométane » et animé par l’esprit de croisade, est l’interlocuteur incontournable des Indes, et qu’il ne laissera pas les missionnaires christianiser un espace qu’il tente de conquérir.

  • 8 Marchand locaux de l’Inde avec lesquels les marchands de la Compagnie traitent lors des achats de (...)
  • 9 Lettre de Pilavoine à la Chambre générale, à Surate le 20 janvier 1693, FR, ANOM, COL, C264, f. 54
  • 10 Lettre de Pilavoine à la Chambre générale, à Surate le 20 janvier 1693, FR, ANOM, COL, C264, f. 53
  • 11 Ibid.
  • 12 Lettre de Le Mayer à San Salvador le 4 août 1693, FR, ANOM, COL, C264, f. 45.

4Quand il intègre le conseil de Surate en 1686, Roques est un homme aux idées arrêtées, résolument hostile aux Indigènes et manifestant parfois un manichéisme un peu simpliste. Il déteste particulièrement les banians8 qu’il traite de voleurs et son comportement totalement hermétique vis-à-vis des interlocuteurs locaux pose un vrai souci, particulièrement au directeur Pilavoine qui ne cautionne pas les rudesses du marchand9. Georges Roques entretient des rapports détestables avec les courtiers comme avec les employés de la Compagnie, mais dispose, comme beaucoup des premiers engagés, d’un réseau et d’appuis en France. Pilavoine livre en 1693 un portrait finalement mitigé de l’employé qu’il est, reconnaissant ses qualités d’expert, sa force de travail, mais regrettant qu’il n’ait pas été « capable de commander qu’il a été d’obéir10 ». Ses qualités d’experts n’ont pas suffi : Roques ne fait pas fortune aux Indes. La promesse d’une grande carrière n’a été pour lui qu’une chimère, et malgré ses indéniables talents de négociant, il se présente au seuil de sa vie comme une « personne qui a vieilli dans le service, accablé d’années et d’infirmités par ses continuels travaux et que la longue absence a renversé la maison et réduit la famille en tout pitoyable état11 ». Après seize ans passés aux Indes, il réussit à obtenir son passage sur le Florissant en février 1693 avec le sentiment de l’inachevé. Il meurt à bord quelques jours seulement après le départ12, sans avoir revu les côtes de France ni vraiment quitter celles des Indes.

  • 13 Van Der Cruysse D., Le Noble désir de courir le monde, op. cit., p. 394.
  • 14 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 1, p. 203-204.
  • 15 Mémoire de Bernier pour l’établissement du commerce dans les Indes, 20 mars 1668, FR, ANOM, COL, C(...)

5Ainsi la connaissance des produits ne suffit pas, le marchand doit aussi avoir des qualités relationnelles, ne serait-ce que savoir négocier les prix, la liberté d’acheter et de circuler. Les missions du marchand ne se résument pas à l’achat de marchandises mais englobent aussi les légations, prises de contact officieuses, entretiens et audiences contraintes. Le marchand voyage beaucoup et rencontre, sans garantie de résultat, les gouverneurs, nababs, naïques, roitelets, divans et rajahs. Il effectue un travail long, pénible et ingrat souvent marqué par le manque de moyens et de dispositifs de sécurité. Chaque employé garde en tête l’assassinat de François de La Boulay, gentilhomme angevin, envoyé royal auprès du roi de Perse et du Grand Moghol en 166613, qui meurt assassiné en 1688 sur le chemin de la Chine14. Sa mort tragique atteste de la dimension aléatoire, dangereuse et fragile de ces entreprises15 et pose véritablement la question du rapport aux autorités indiennes et des limites de perméabilité entre l’Orient et l’Occident.

  • 16 Lettres de Paris le 23 janvier 1702, réponse des comptoirs d’Ougly janvier 1703, FR, ANOM, COL, C2(...)

6Le marchand doit aussi démontrer des compétences maritimes, car la Compagnie est une structure qui dépend, en majeure partie, des arrivées et départs des navires. Sans être marin, il doit jauger les navires, organiser les déchargements, trier des balles, choisir des équipages, avitailler des retours, évaluer des radoubs. Les marchands livrent des mémoires sur les conditions de navigation, sur les qualités des ports et des avant-ports, sur les temps et les moussons et déterminent les meilleures périodes pour partir ou revenir dans les Indes. Ils organisent ou commandent la construction des bâtiments supplémentaires et sont responsables de l’état d’un navire au départ. C’est donc à eux qu’incombe la « très grande faute » d’un navire mal préparé pour une rotation (comme le voyage raté du Fatemourade vers la Chine en 170116).

7Le marchand doit donc connaître et reconnaître les marchandises, appréhender le négoce européen et indien, communiquer avec les pouvoirs locaux, se plier à une grande mobilité, évaluer les navires et les conditions de navigation et savoir tenir un livre de compte. Mais, même en démontrant toutes ces aptitudes, la route est encore longue pour obtenir l’avancement espéré ; en cela, la carrière indienne est une gageure.

Une carrière indienne : du commis au marchand

  • 17 État des employés qui servent actuellement dans les comptoirs de Bengale, 1700, FR, ANOM, COL, C26 (...)

8Il faut savoir que l’ascension des employés de la Compagnie ne répond à aucune règle stricte. Selon la formation, la personnalité et les circonstances, la carrière évolue plus ou moins rapidement. Certains agents embarquent avec le grade de commis ou sous-commis (noyés dans l’anonymat), d’autres en tant que marchand ou sous-marchand. Seuls, ces deux derniers émergents des archives. Théoriquement chacun acquiert, quand il a fait ses preuves, et s’il est favorablement perçu par le directeur du comptoir, une promotion au mérite, un avancement et éventuellement des augmentations d’appointements (si le Bureau parisien valide ces propositions). Mais la carrière indienne est pleine de promesses et d’embûches, d’autant que la Compagnie ne poursuit pas la même politique d’embauche pendant toute la période. Au début, dans les années 1660-1670, la Chambre générale emploie des hommes de métier, tels G. Roques, acquis aux choses du négoce, mais, après la guerre de Hollande, à partir des années 1680, on préconise plutôt l’envoi de très jeunes garçons, de 15 à 18 ans, destinés à être formés en Inde sans appointements17.

  • 18 Lettre de J.-B. Martin, à Surate le 15 novembre 1697, FR, ANOM, COL, C264, f. 227.
  • 19 État des employés qui servent actuellement dans les comptoirs de Bengale, 1700, FR, ANOM, COL, C26 (...)
  • 20 Lettre générale des comptoirs de Bengale, le 12 janvier 1702, FR, ANOM, COL, C266, f. 261.

9Cette optique d’apprentissage a pour objectif de leur apprendre les spécificités du commerce indien, mais aussi les langues et surtout les usages des Indes. Ces jeunes garçons, issus des réseaux français, parisiens ou lyonnais, sont les neveux, fils ou cousins des directeurs de la Chambre générale qui comptent sur la carrière indienne pour placer leur parentèle. D’abord commis ou sous-commis, ces jeunes hommes doivent faire leurs preuves, découvrir les produits, partir pour Ahmedabad où se confectionnent les textiles pour une ou deux années18, apprendre les termes d’une négociation, s’exercer aux écritures. Mais dès la fin du XVIIe siècle, les directeurs Deslandes19 et du Livier20 se désolent de la trop grosse proportion de très jeunes gens dans les comptoirs, et regrettent le peu d’hommes d’expérience en Bengale. Finalement la jeune Compagnie a bien de la difficulté à trouver la bonne mesure pour recruter.

  • 21 Lettre de F. Martin, A Pondichéry le 22 janvier 1691, FR, ANOM, COL, C263, f. 172.
  • 22 État des employés qui servent actuellement dans les comptoirs de Bengale, 1700, FR, ANOM, COL, C26 (...)
  • 23 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 2, p. 47.

10D’autant, qu’au-delà de l’âge, de la naissance ou de la formation, la question du caractère reste déterminante. Il faut des personnes prévenues de la volatilité des promesses orientales, résistant aux vices des Indes et suffisamment aguerries pour acquérir rapidement une autonomie : « il faut quelque chose de plus que le caractère ordinaire des marchands pour pouvoir se tirer d’affaires en ces quartiers21 ». D’autant qu’il arrive qu’on expédie pour l’Inde le moins brillant ou le plus turbulent d’une fratrie, afin de l’éloigner de la maison et de lui donner une formation loin des entreprises familiales. On relève plusieurs cas de garçons lents, débauchés ou turbulents22 qui peu à peu constituent ce groupe des « inutiles » qui restent (avec les malades) à charge sans remplir leurs services. Chaque comptoir compte ainsi son lot de surnuméraires (qu’on envoie par exemple en juin 1676 à l’île Bourbon23).

  • 24 FR, ANOM, COL, C262, 63, 64, 65, 66, 67.
  • 25 À ce jour, nous ne savons pas où sont conservées les archives du comptoir de Surate. On trouve seu (...)
  • 26 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 2, p. 145, État des employés qui servent actuellement dans les (...)

11Les archives des lettres au départ24 livrent assez peu d’informations sur la composition des comptoirs. Il est difficile de trouver le nombre d’engagés à Surate (pourtant principal comptoir de la Compagnie25), même si on sait qu’il se réduit au fil du temps. En croisant les informations, on peut estimer qu’une loge en période de paix rassemble entre vingt et trente employés26, auxquels s’ajoutent, à partir de 1699, les garnisons. Pourtant, on souffre toujours du manque, qualitatif ou quantitatif d’employés, sachant que ce n’est pas l’activité qui nécessite un besoin croissant d’hommes, mais bien la mortalité qui est considérable.

  • 27 Lettre de Martin à la Chambre générale, à Pondichéry le 21 avril 1686, FR, ANOM, COL, C263, f. 64.
  • 28 Lettre générale du comptoir de Pondichéry le 5 mars 1700, FR, ANOM, COL, C265, f. 85.
  • 29 Lettre générale du comptoir de Pondichéry, 22 février 1701, FR, ANOM, COL, C266, f. 12.
  • 30 État des employés qui servent actuellement dans les comptoirs de Bengale, 1700, FR, ANOM, COL, C26 (...)

12Au sein d’un comptoir, le grade de sous-marchand est une première étape accessible qui permet de sortir de la masse des commis. Les sous-marchands remplissent diverses petites fonctions : responsable des écritures, garde des magasins, parfois même chef d’un petit comptoir subalterne. Elles nécessitent essentiellement des capacités d’organisation, de rigueur mais surtout d’endurance. Nombreux sont ceux qui attendent longtemps avant d’obtenir un avancement, il faut parfois rester une bonne dizaine d’années en Inde pour récolter les fruits de son labeur, si on a la chance de ne pas décéder avant. Le temps reste le grand facteur incontournable de la promotion de la Compagnie : « il faut un peu de temps pour connaître les lieux à fond et il en faut aussi pour être connu des gens du pays27 ». Le commis Labat a besoin de seize ans pour obtenir le grade de sous-marchand en 1699 (avec la garde et la conduite des magasins d’un comptoir28), et encore deux ans supplémentaires pour devenir marchand ! Le sous-marchand Desprez, (cousin de la petite fille de F. Martin) est embauché en 1692 aux écritures de Bengale mais ne devient marchand qu’en novembre 1700, après huit ans de service29. En 1700, le vieux Robert Regnault, marchand, chargé depuis onze ans des magasins d’Ougly, n’est que vaguement envisagé pour être « chef d’un comptoir subalterne30 ». Par ailleurs, les grades ne sont pas forcément en adéquation avec les postes : un sous-marchand peut être responsable d’un comptoir, quand un marchand est garde-magasin (un poste particulièrement sensible à cause du risque de vol). Finalement, l’absence de règles et les nominations arbitraires laissent éclore des aigreurs chez des employés à l’affût de la moindre occasion pour les exprimer. Plus la période avance, moins nombreux sont les candidats pour passer aux Indes et la promotion est alors plus facile à négocier. Malgré tout, on assiste à des ascensions plus rapides que d’autres et pas nécessairement justifiées.

L’ascension au mérite : une réalité ?

  • 31 Lettre de J.-B. Martin, à Surate le 15 novembre 1697, FR, ANOM, COL, C264, f. 227.
  • 32 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 2, p. 436, 445 et 471.
  • 33 Ibid., tome 3, p. 8.
  • 34 Lettre du comptoir d’Ougly 13 janvier 1698, FR, ANOM, COL, C264, f. 262.
  • 35 État des employés qui servent actuellement dans les comptoirs de Bengale, 1700, FR, ANOM, COL, C26 (...)
  • 36 Lettre particulière de du Livier, à Ougly, le 20 décembre 1702, FR, ANOM, COL, C266, f. 288, 290.
  • 37 Lettre générale des comptoirs de Bengale, à Ougly, 24 décembre 1703, FR, ANOM, COL, C267, f. 97.

13L’ascension au mérite constitue théoriquement le principe de base de l’évolution des carrières au sein de la Compagnie, c’est stipulé dans plusieurs courriers31. Mais cette règle est loin d’être systématiquement respectée. Il y a d’un côté les employés qui sont protégés depuis Paris, et de l’autre ceux qui montent à la force du mérite. Et nombreuses sont les injustices de traitement. Tout dans le parcours de Gabriel Pellé semble lui promettre une belle carrière quand il débarque à Surate en 1681. Alors sous-marchand, il passe à Pondichéry en mai 1686 et part presque immédiatement en Bengale avec Regnault et Deltor. C’est lui qui, en 1687, fonde la petite loge de Balassor32 dont il est toujours le chef en 168933. C’est un agent appliqué, dévoué, qui travaille assez vite et dont les résultats sont bons. C’est pourquoi en 1698, F. Martin et Deslandes l’envisagent, alors que le retour en France de Deslandes se précise, pour succéder au chef du Bengale34. Que s’est-il passé à ce moment-là ? Pellé a-t-il manqué d’enthousiasme ? A-t-il été trop gourmand dans la négociation ? Est-ce parce qu’il est tombé malade en 169835 ? Toujours est-il qu’en 1700, il n’est plus question qu’il soit directeur et c’est Pierre du Livier qui débarque de France pour prendre officiellement la responsabilité du Bengale. C’est le coup de grâce pour Gabriel Pellé qui reste second d’un comptoir dont il s’était vu devenir le chef. Après avoir supporté pendant quinze ans le climat des Indes, il retombe gravement malade en 1702 et devient inapte au service36. Ses rapports avec le nouveau directeur sont épouvantables, il le suspecte même de séduire sa femme, et Livier, horrifié de l’inimitié de Pellé à son égard, le soupçonne d’organiser des cabales contre sa personne. Cela ne doit pas être complètement faux aux vues des lettres écrites à la Chambre générale par un Gabriel Pellé, qui en 1702 n’est plus que l’ombre de lui-même. Il décède le 7 mars 170337, après dix-huit ans en Bengale et des mois d’agonie et reste l’archétype de l’oublié des promotions.

  • 38 Martin F., Mémoires,, op. cit., tome 2, p. 306.
  • 39 Lettre des marchands de Surate le 28 avril 1686, FR, ANOM, COL, C263, f. 71.
  • 40 Lettre de J.-B. Martin, à Surate le 15 novembre 1697, FR, ANOM, COL, C264, f. 228.
  • 41 Lettre générale du comptoir de Pondichéry le 5 mars 1700, FR, ANOM, COL, C265, f. 83.
  • 42 Cf. chap. « L’obstruction permanente des gouverneurs de Surate ».
  • 43 Lettre générale du comptoir de Surate le 15 janvier 1701, FR, ANOM, COL, C266, f. 117.

14Deux autres marchands, Robert Regnault en Bengale et Toussaint Regnard à Surate, attestent aussi du plafonnement de carrière après vingt ans dans les Indes. Ils appartiennent aux agents des années 1680, embauchés parce qu’ils connaissent le négoce. Toussaint Regnard arrive en Inde en novembre 168238, et dès 1683, il part vers les manufactures d’Ahmedabad. À partir de décembre 1685, il arpente la côte de Malabar, rencontre les pouvoirs locaux et charge du poivre à Calicut. S’il sait se faire apprécier du Conseil de Surate39, il ne l’intègre qu’en 1691, et quand il en devient le second en 1697, c’est toujours avec les gages de marchands. Souffrant du peu de considération de la Chambre générale, après presque vingt ans passés dans les Indes, il envisage un retour en France au moment où J.-B. Martin, alors chef de la loge, parvient à le convaincre de rester40. Naturellement c’est donc Regnard qui, après la mort de J.-B. Martin en janvier 1699, assure l’intérim à la direction de la loge de Surate41. Il vit deux années pénibles. Dès février 1699, il a le malheur d’être directeur du comptoir français quand le gouverneur de Surate fait signer, sous la contrainte et les coups, les « billets de cautionnement42 » aux marchands européens, alors que lui-même n’a plus le droit de se déplacer librement. L’épisode est totalement traumatisant. Une fois libéré, il organise le départ en mai 1700 du Fatemourade pour la Chine qui se solde par un échec cuisant. Ainsi, lorsque Pilavoine revient à Surate en septembre 1700, Regnard laisse naturellement sa place et redevient simple marchand. Il est renvoyé à Ahmedabad43 pour effectuer à peu près la même charge qu’en 1688.

  • 44 Duplicata de la lettre générale d’Ougly, le 24 décembre 1703, FR, ANOM, COL, C267, f. 97.
  • 45 Lettre particulière de Regnault, à Ougly, 12 janvier 1704, FR, ANOM, COL, C267, f. 175.
  • 46 Lettre particulière de Livier à Hébert, à Ougly le 20 novembre 1704, FR, ANOM, COL, C267, f. 182.

15Le marchand Robert Regnault n’est pas tellement plus chanceux. Arrivé en Inde en 1685, il gagne le Bengale en 1687, et reste, jusqu’à l’arrivée de Deslandes fin 1688, le principal interlocuteur de la Compagnie à Ougly. Dans l’ombre de Deslandes, il n’intègre le Conseil de Bengale que lors de son départ en 1700, et devient troisième de la loge derrière Livier et Pellé. Depuis treize ans à Ougly, il est vaguement envisagé pour prendre la direction d’un comptoir subalterne et après la mort de Pellé en 1703, il prend la place de second du comptoir. C’est alors un agent rongé d’amertume, déçu par une carrière qui n’a jamais pris l’ampleur qu’il espérait. Accablé par la mort de Pellé44, il déteste le directeur Livier qui lui rend bien45 dans le cruel portrait qu’il brosse de lui : « ce pauvre homme qui, à la connaissance près qu’il a des marchandises, est un sujet des plus tristes que la Compagnie ait jamais eu à son service46 ». Effectivement, tristes sujets que ces Regnault et Regnard qui entrent donc dans le XVIIIe siècle, âgés, fatigués et déçus. Regnard n’a jamais dépassé le cadre du Gujarat et de Surate et Regnault est resté cantonné en Bengale. Ni l’un ni l’autre ne sont parvenus à faire un retour, même provisoire, en France. Si aucun n’a atteint le sommet de la Compagnie, ils l’ont tous les deux touché du doigt, et c’est peut-être cela le plus douloureux.

Vivre dans les comptoirs

16Le comptoir reste avant tout une communauté au sein de laquelle le directeur remplit un rôle de juge et de censeur : il observe la conduite des employés, empêche l’exercice du commerce particulier, veille au respect des règles de France. Car vivre ensemble dans un comptoir reste difficile, commander ou accepter l’autorité d’autrui ne va pas de soi, surtout lors des successions de direction ou lorsque l’autorité n’est pas précisément établie. Surate est la première loge à faire l’expérience douloureuse du vivre ensemble.

La bataille des chefs : Surate (1668-1674)

  • 47 Martin F., Mémoires, op. cit. tome 1, p. 141.

17Les Français obtiennent l’autorisation de bâtir une loge à Surate en 1666, mais c’est véritablement à partir de 1668, quand Caron arrive sur la côte de Malabar, que le comptoir prend de l’ampleur. De 1668 à 1674, Surate est marqué par le trop puis le trop-peu : d’abord dirigé en 1668 par un seul directeur, puis par deux en 1669, la loge est ensuite écartelée, en 1672, entre trois chefs qui se détestent, pour se retrouver en 1674, démunie de la moindre autorité. Le premier élément clivant du comptoir de Surate est François Caron, qui débarque avec tout ce que sa personnalité a d’inquiétant, d’étranger et d’antipathique. La « période Caron » (1668-1672) a ceci de commode que le directeur hollandais canalise à peu près toutes les animosités possibles et imaginables sur sa personne. Caron connaît ses premières difficultés en 1668, sur la route entre Madagascar et Surate, lorsqu’il casse du service l’Arménien Macara, créant ainsi une première polémique. En mai 1669, après la mort de Faye, il reste pendant deux ans le seul directeur général des Indes, mais deux clans sont déjà constitués : le premier acquis à la cause du Hollandais, le second à celle de l’Arménien. Pourtant, l’un et l’autre restent deux étrangers dont la présence mécontente pareillement les « Français de souche ». Ils sont d’une certaine manière l’antithèse l’un de l’autre et se vouent une haine absolument féroce. Autant Caron est retiré, peu sociable, paranoïaque, sombre et inquiet, autant Macara est un homme affable, d’un contact agréable et à la promesse facile47. Mais ils connaissent tous deux mieux l’Orient que les Français et ont chacun également laissé en Inde des affaires troubles : Caron a quitté la VOC dans des conditions mal déterminées et le retour de Macara surprend les gens du pays qui le connaissent. En plus de n’être français ni l’un ni l’autre, ils jouissent d’appuis à la cour du roi de France.

  • 48 Lettre de Caron à Colbert le 21 avril 1668, FR, ANOM, COL, C262, f. 37-39.
  • 49 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 1, p. 140-143.
  • 50 Lettre de Caron à Colbert, le 21 avril 1668, FR, ANOM, COL, C262, f. 37 et 38.
  • 51 Dernis,, op. cit., tome 1, p. 194.
  • 52 Goujon et Macara s’affrontent violemment une fois à Masulipatam.
  • 53 Lettre de Caron, 21 avril 1668, FR, ANOM, COL, C262, fo 39.
  • 54 Lettre de Macara à Colbert, janvier 1670, FR, C262, fo 68.
  • 55 Martin F., Mémoires, op. cit., tome I, p. 235.
  • 56 Dernis,, op. cit., tome 1, p. 234.

18Certains courriers laisseraient penser que Caron fut en 1668 favorable à l’intronisation de Macara dans la Compagnie48. Pourtant, il suffit d’une escale à Cochin, autour d’une simple question de protocole entre marchands, pour que la rupture soit consommée entre les deux étrangers. En tant que directeur, Caron renvoie alors l’Arménien au conseil de Fort-Dauphin pour y être jugé49, devant lequel Macara fait ensuite appel et gagne son retour dans le comptoir. À partir de ce moment, leur animosité est irréversible50. Caron rassemble autour de lui des personnalités finalement assez troubles que F. Martin désigne par le terme peu flatteur de « créatures », mais qui sont en réalité des hommes d’expérience déjà intégrés sur le terrain : Rambaud (marchand qui a exercé en Italie plusieurs années), Bebber et Mariage (aux côtés de la Boulay dans l’ambassade de Perse51), le courtier Samson, dont la probité fait, semble-t-il, défaut. Le clan de Macara regroupe tous les mécontents et les hostiles à Caron (qui compte tenu du caractère du Flamand, sont en nombre), quelques compatriotes arméniens puis, à partir de 1669, l’agent Goujon52 ainsi que le révérend Père Ambroise53. La situation est à tel point tendue que Caron est persuadé que Macara en veut à sa vie pendant que l’Arménien crie à la diffamation54. Le conflit devint tellement patent que F. Martin, encore subalterne, envisage de saisir la Chambre générale55. Si la situation se calme suite au départ de Macara sur Coromandel en mai 1669, il ne met pas pour autant fin aux difficultés de Caron qui rencontre, avec guère plus de bonheur, les deux nouveaux directeurs envoyés aux Indes : Barthélemy Blot en 1671 et Claude Gueston en167256.

  • 57 Lettre de Baron à Colbert, le 7 janvier 1672, FR, ANOM, COL, C262, f. 121.
  • 58 Lettre de Blot à Colbert, le 25 mars 1672, FR, ANOM, COL, C262, f. 166.
  • 59 Ames G.-J., Colbert, mercantilism…, op. cit., p. 100.

19En 1671, le comptoir a donc deux chefs : Caron qui s’occupe de l’approvisionnement et de l’organisation de ce qu’il pense être le futur comptoir général qu’il veut installer à Ceylan, et Blot, qui remet en état les écritures et les tenues des livres. C’est alors que l’ancien consul d’Alep, François Baron, arrive à Surate, il n’est pas encore directeur mais s’occupe de la logistique maritime57. 1671 s’écoule dans la tension et à partir de janvier 1672, la lutte contre Caron est particulièrement violente, et c’est l’escadre de la Haye qui en fait les frais58. Les partisans de Caron deviennent les fusibles dont on se sert pour contrarier par toutes les manières le directeur hollandais. Peu à peu, l’entourage de Caron est limogé, tête par tête, par des hommes qui ne savent rien de l’Orient. Après le départ de Caron sur l’escadre La Haye en février 1672, Surate offre encore un spectacle tout aussi affligeant dont se délectent les agents des compagnies anglaises et hollandaises59.

  • 60 Extrait de la lettre du directeur Baron, à Madras le 20 novembre 1674, FR, ANOM, COL, C263, f. 5 à (...)
  • 61 Lettre de Martin au ministre, à Pondichéry, le 30 novembre 1679, FR, ANOM, COL, C263, f. 10. Une p (...)
  • 62 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 2, p. 2.
  • 63 Le sieur Boureau est le frère de Deslandes qui arrive en Inde en 1676, il meurt au cours du naufra (...)
  • 64 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 2, p. 12.

20Effectivement, une nouvelle guerre des chefs éclate, cette fois entre Blot, directeur, et Baron qui ne l’est pas encore. Les choses s’enveniment au printemps 1672 et deviennent irrattrapables après l’arrivée du directeur Gueston. La toute jeune Chambre générale se retrouve alors noyée sous les courriers diffamatoires, délétères, remplis d’une haine décuplée par la difficulté des Indes. Il faut attendre la mort de Blot le 24 août 1672 à Surate, puis celle de Gueston en 1673 à Chiras et enfin le départ de Baron pour le Coromandel en février 1673, pour que les choses s’apaisent. Mais après le trop, c’est le manque. Sans doute Baron a-t-il, avant son départ, tenté de répartir le commandement du comptoir entre quelques marchands (vraisemblablement entre Adam et Pilavoine), mais les nouvelles de la loge sont particulièrement inquiétantes. La communauté française n’est plus soumise à aucune autorité. On ne dispose d’aucun courrier entre 167460 et 167961, mais des témoignages extérieurs rapportent qu’un commis français insulte son chef en public et sans retenue. On parle de perturbateurs, vraisemblablement protestants, regroupés sous l’appellation de « reste des créatures de M. Caron62 ». Un incendie se déclare dans l’un des grands magasins de la loge. La situation était à tel point difficile que Boureau, troisième marchand du conseil de Surate et responsable du petit comptoir de Rajapour63, est nommé commissaire général à Surate pour rétablir le fonctionnement du comptoir principal de la Compagnie. Selon F. Martin, il y parvient assez correctement64, sans pour autant que les courriers officiels en attestent.

  • 65 Procès-Verbal de l’assemblée de la Compagnie des Indes tenue aux Tuileries le 8 mai 1675, FR, ANOM (...)
  • 66 Martin F., Mémoires., op. cit., tome 2, p. 31.

21Étrangement, le fait « que le comptoir de Surate soit demeuré sans chef » ne semble pas être perçu à Paris. Le procès-verbal de l’assemblée annuelle reste très flou sur la situation entre 1673 et 1675, se contentant de noter qu’Adam et Pilavoine « ont agi avec tant de diligence65 » que le Soleil d’Orient a pu être chargé et renvoyé en France en 1674. Pas un mot sur les dissensions, ni sur l’incendie, ni même sur l’arrivée de Boureau. Mais l’Assemblée qui se tient aux Tuileries le 8 mai 1675 a pour but de conserver des actionnaires, de pérenniser l’investissement de chacun dans la Compagnie et a tout intérêt à minimiser les conflits aux Indes. En mai 1675, le Bureau dote Surate d’un Conseil souverain66 dont Baron est le président aux côtés de quatre conseillers. 1675 marque bien la fin du chaos hiérarchique du comptoir, mais les dégâts sont considérables : la Compagnie a raté son amorce dans le Gujarat. Le comptoir est déjà très endetté, le commerce mal installé, la réputation fragile.

  • 67 Lettre du sieur Pilavoine à Surate le 2 janvier 1701, FR, ANOM, COL, C266, f. 112.

22Mais comment le comptoir aurait-il pu se mettre correctement en place, sans ordre et sans ligne de conduite définie ? Privés de véritables règles, les directeurs et les marchands ont été livrés à eux-mêmes dans un espace dont ils ne connaissaient pratiquement rien. En 1675, la route est encore longue pour qu’un organigramme hiérarchique strict fixe les attributions de chacun et contienne les égos, mais le comptoir connaît une période globalement sereine. Baron le dirige jusqu’à sa mort en 1683, F. Martin prend la relève jusqu’en 1686 avant que Pilavoine et J.-B. Martin n’en prennent alternativement la conduite jusqu’à la fin de notre période. D’ailleurs Pilavoine, qui a tiré les leçons du passé, s’attache, en 1701, malgré la déliquescence de l’activité commerciale et suite aux excès du gouverneur, à maintenir une ambiance sereine dans le comptoir67. Au même moment, ce sont les comptoirs de Bengale qui connaissent la perturbation due à la succession de Deslandes.

La succession du comptoir de Bengale : l’introuvable chef (1700)

  • 68 Extrait du Journal de Pondichéry, 24 septembre 1701, FR, ANOM, COL, C266, f. 36.
  • 69 Lettre particulière de Livier à la Chambre générale, à Ougly, le 20 décembre 1702, FR, ANOM, COL, (...)
  • 70 Copie de la lettre générale du comptoir de Pondichéry, le 15 février 1702, FR, ANOM, COL, C267, f. (...)

23Le cas du Bengale atteste de la très mauvaise gestion faite à Paris du départ de Deslandes. Son choix de quitter l’Inde est depuis longtemps évoqué dans les courriers, et si la mort de sa femme et de deux de ses enfants a peut-être accéléré son retour, il n’en reste pas moins que le Bureau a eu plusieurs années pour réfléchir à son remplacement. La Chambre générale choisit étrangement Pierre du Livier pour commander le Bengale, plutôt qu’un ancien de la loge. Il est surprenant qu’en 1700 le Bureau fasse les mêmes erreurs qu’en 1670, en nommant, trente ans après Blot et Gueston, un homme de réseau qui ne connaît rien de l’Inde. Dès l’arrivée de Livier à Bengale en 1701, l’ensemble des employés de la loge se répartissent entre deux clans dont les rivalités sont au moins aussi agressives que celles de Surate trente ans auparavant. Les premiers heurts éclatent en 1701, mais sont minimisés par tous, F. Martin y compris68. Livier doit d’abord faire face à la fronde des anciens de Bengale, devenus amers : Gabriel Pellé, Regnault, et même Chenault (pourtant arrivé en Inde récemment69). Livier ne parvient pas à s’imposer, ses sanctions ne sont pas respectées70. Il en appelle même à l’intervention des religieux. Des cabales se montent au travers de réunions organisées dans les chambres des marchands, laissant présager de l’éclatement imminent d’une sédition.

  • 71 Lettre particulière de du Livier, à Ougly, le 20 décembre 1702, FR, ANOM, COL, C266, f. 290.
  • 72 Lettre particulière de Serret à la Chambre générale, à Ougly, début 1703, FR, ANOM, COL, C267, f. (...)

24Livier, certain de pouvoir être assassiné à tout moment, se défend d’être paranoïaque, tout en dressant inlassablement des procès de compétences aux uns aux autres : débauche, nonchalance, manque de secours, retardement71… Triste spectacle que donne la loge française en Bengale au début du XVIIIe siècle. La situation aurait pu s’apaiser après la mort de Pellé en mars 1703 et l’écrémage un peu excessif auquel procède Livier, mais c’est un leurre. Contesté de toutes parts, Livier multiplie les manifestations d’autorité, et fait des plus faibles un exemple. Le commis du Serret, subalterne s’il en est, est même contraint d’en appeler à la Chambre générale tant le traitement qu’il reçoit est injuste. En 1702, ce commis, depuis cinq ans en Inde et depuis trois ans en Bengale, se plaint d’être physiquement maltraité par un sous-marchand nommé Blethon, qu’il accuse en plus de malhonnêteté, corruption et dissimulation de marchandises. Après avoir été insulté, menacé des étrivières et giflé, Serret demande justice au directeur Livier mais se retrouve lui-même mis en accusation. Sommé de faire ses excuses, menacé d’être cassé du service, puis renvoyé de la table de la Compagnie, Serret se rend chez le directeur qui refuse de lui donner audience. Quelques jours après, Livier lui envoie quatre exécuteurs qui se saisissent de ses papiers et lui confisquent tous ses effets. Enfermé dans sa chambre et mis à l’isolement sans aucune possibilité de communiquer, sans encre ni plume, Serret est laissé avec ses pistolets et son épée pendant cinq mois : « comme si j’étais un criminel d’état72 ».

  • 73 Lettre générale du comptoir d’Ougly, le 24 décembre 1703, FR, ANOM, COL, C267, f. 104.
  • 74 Lettre particulière de Livier, directeur d’Ougly, le 24 décembre 1703, FR, ANOM, COL, C267, f. 109

25Serret, simple commis, en appelle en vain à la justice des directeurs généraux de Paris dans une lettre du début 1703. Il est finalement contraint de s’embarquer sur le Saint-Louis sans aucune explication supplémentaire. Appelé à s’en expliquer, Livier évoque simplement un renvoi du service après une altercation avec un officier. Il se justifie du traitement excessif en évoquant les bienfaits de l’exemple, en reconnaissant que le commis a fait assez correctement son travail73. Force est de constater que l’arbitraire règne dans le comptoir où le sous-marchand Blethon exerce un réel ascendant sur le directeur. Livier, constamment mis à mal par les anciens marchands, soigne ses alliés, quitte à sacrifier un commis, bien moins utile à la Compagnie et à son autorité qu’un sous-marchand. Blethon, homme trouble, arrivé en Inde en même temps que le directeur est étonnamment peu évoqué dans les courriers de Livier74, alors qu’il est l’œil, l’oreille (et la conscience) du directeur dans la loge. Fort de cette affinité avec le directeur, Blethon prend la caisse d’Ougly en 1703 et se compose bientôt un nouveau visage.

  • 75 Procès-verbal d’Antoine Martin, le 23 juillet 1704, FR, ANOM, COL, C267, f. 177.
  • 76 Lettre particulière de Regnault, à Ougly, 12 janvier 1704, FR, ANOM, COL, C267, f. 175.
  • 77 Procès-verbaux des 23 et 28 juillet 1704, au comptoir principal d’Ougly, FR, ANOM, COL, C267, f. 1 (...)
  • 78 État des employés des comptoirs de Bengale, 1700, FR, ANOM, COL, C265, f. 138.
  • 79 Lettre générale du fort de Pondichéry, 15 février 1702, FR, ANOM, COL, C266, f. 180.
  • 80 Lettre particulière de Livier, à Ougly, décembre 1703, FR, ANOM, COL, C267, f. 107.
  • 81 Lettre de Livier à Hébert, à Ougly, le 20 novembre 1704, FR, ANOM, COL, C267, f. 181.

26En 1704, on rapporte à Livier que Blethon, qu’il croyait son allié, organise une sédition contre lui75. La rumeur panique tellement le directeur qu’il diligente une enquête dans laquelle tous les marchands et sous-marchands sont appelés à témoigner. Alors qu’un conseil de justice, récemment institué et commandé par Regnault76, aurait pu statuer sur le sort de l’employé, Livier préfère en référer à l’ensemble des engagés et assemble tous les marchands (anciens et nouveaux) pour convenir du traitement infligé : Blethon est condamné à être enfermé dans une chambre aux fenêtres murées à deux tiers de hauteur et tous ses papiers sont saisis77. Blethon n’est pas le seul allié trouble et versatile du directeur, on trouve aussi un certain Alexandre Soulas, sous-marchand endetté et chargé de famille, depuis six ans dans le royaume de Bengale78 et pour lequel Livier fait l’erreur de prendre parti contre Gabriel Pellé. Pensant gagner un allié79, et croyant faire de Soulas son obligé, Livier lui octroie la place de troisième conseiller après la mort de Pellé, mais c’est une grossière erreur. À peine promu, Soulas devient lui aussi un détracteur du directeur80. Son ancienneté, sa connaissance des produits et des interlocuteurs indiens font de lui un agent aussi odieux qu’indispensable. Mais la situation devient tellement intenable que Soulas reçoit son congé pour passer à Pondichéry81.

  • 82 Lettre particulière de Regnault, à Ougly, 12 janvier 1704, FR, ANOM, COL, C267, f. 175.
  • 83 Lettre de Livier à Hébert, à Ougly, le 20 novembre 1704, FR, ANOM, COL, C267, f. 182.

27Ainsi, à la fin de l’année 1704, date où s’achève notre période, le comptoir de Bengale s’est dangereusement vidé. G. Pellé est mort en mars 1703, Blethon est aux arrêts, Chesnault et Mounasse sont rappelés en France, Soulas et Moisy passent à Pondichéry. Le marchand du Vau, dont chacun mise sur le potentiel, quitte également le Bengale82. Livier supplie presque les derniers engagés de rester83. Le comptoir s’est vidé de ses hommes, même des plus méritants, fuyant une région désolée et une loge contaminée par des rapports détestables.

28Surate en 1672, comme Ougly en 1704, incarnent la difficulté de vivre ensemble dans un comptoir. D’autres cas de moindre ampleur sont également notables : Masulipatam en 1669 est en proie aux mêmes tourments, et lorsque F. Martin laisse le comptoir de Pondichéry en 1681, la petite loge se trouve bousculée par les mêmes problèmes d’autorité. Force est de reconnaître qu’il s’agit d’une constante propre à la vie aux Indes qui rappelle combien la situation dans les comptoirs est difficile si les organigrammes hiérarchiques ne sont pas strictement établis. La grande pénibilité du quotidien doublée du manque de règles précises sur les avancements et promotions, constituent sans doute le facteur principal des rapports conflictuels entre Français.

Survivre dans les comptoirs

29Au-delà de l’organigramme défaillant de la Compagnie, il faut noter que la vie dans les Indes est particulièrement pénible : les contraintes de la fonction et l’inconfort de l’espace imposent à chaque employé de la Compagnie une difficulté quotidienne.

Pénibilité du métier : mobilité, immobilisme et belligérances

  • 84 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 2, p. 300.
  • 85 Lettre de J.-B. Martin et le conseil, à Surate le 30 novembre 1696-2 mars 1697, FR, ANOM, COL, C26 (...)
  • 86 Lettre générale du comptoir de Surate, le 13 mars 1703, FR, ANOM, COL, C267, f. 116.

30La pénibilité varie selon les comptoirs car chaque place des Indes a son lot d’incommodités et de dangers. Les excès climatiques et les foyers épidémiques en Inde sont aggravés par les conditions de travail des agents de la Compagnie. À la disposition des besoins de la Compagnie, les commis et marchands sont constamment sollicités pour se rendre de tel à tel point. Il faut trouver de l’argent, transporter des missives, acheminer des balles, veiller à la bonne qualité des pièces. La mobilité, condition sine qua non à l’évolution d’une carrière en Inde, est une véritable contrainte dans une région où les déplacements sont souvent dangereux. À Surate, sans port ni manufacture dans la ville, les agents se déplacent beaucoup : décharger un vaisseau nécessite de se rendre à l’avant-port de Sualy ; acheter des tissus implique de monter à Ahmedabad, recevoir les courriers par le canal portugais requiert le trajet jusqu’à Goa. Tous ces voyages, plus ou moins longs, sont l’occasion de petites et grandes difficultés : on se blesse dans une charrette84 et on emprunte des chemins infestés de brigands85, et en période de guerre, ces trajets sont encore plus risqués86.

  • 87 Lettre générale du comptoir de Surate, le 30 janvier 1700, FR, ANOM, COL, C265, f. 201.
  • 88 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 2, p. 145.
  • 89 Lettre de Martin au ministre le 1er octobre 1693, FR, ANOM, COL, C264, f. 95.

31Il faut rajouter à cela les conjonctures incertaines, les assignations à résidence qui contraignent les agents à une immobilité proche d’un emprisonnement qui ne dit pas son nom. En 1700, Regnard et les autres marchands du comptoir de Surate sont tenus de rester dans leur loge, sous le coup d’une interdiction de circuler, avec les armées du gouverneur qui bloquent la sortie de la loge87. Soumis à des situations qu’ils ne maîtrisent pas toujours, les agents de la Compagnie sont la plupart du temps potentiellement en danger. C’est particulièrement vrai à Pondichéry, place incertaine et convoitée qui change souvent de domination. L’agent du Coromandel n’est pas que négociant, il se fait aussi soldat. En 1674, lors de la guerre de Hollande puis avec les raids de Shivaji, les Français développent des aptitudes à la guerre (ce qui étrangement, apparaît assez peu dans les courriers officiels de la Compagnie). Menacés de toutes parts, sans moyen de se défendre, les employés du Coromandel deviennent régulièrement des soldats d’infortune, sans force et sans moyen. Dès septembre 1678, alors que la convoitise des Hollandais se précise, les trente employés de la Compagnie, privés d’activité commerciale, se retrouvent pendant sept mois contraints d’effectuer des rondes entre le rivage et la campagne88. Il faut attendre les traités de Nimègue et l’arrivée de deux vaisseaux en 1680, pour que F. Martin abandonne son poste de chef de guerre et redevienne marchand, après six ans d’arrêt total de l’activité commerciale. Une nouvelle fois, en 1693, les marchands soutiennent, en vain cette fois, le siège de Pondichéry89. Sur le Coromandel, les agents sont, par la force des choses, des hommes à la fois de négoce et de guerre (ce qui explique ensuite la difficile cohabitation avec les officiers du fort dès 1699).

  • 90 Lettre de F. Martin, A Pondichéry le 22 janvier 1691, FR, ANOM, COL, C263, f. 172.
  • 91 Lettre générale du comptoir d’Ougly, le 10 janvier 1700, FR, ANOM, COL, C265, f. 131.
  • 92 Lettre de Pilavoine à la Chambre générale, à Surate le 20 janvier 1693, FR, ANOM, COL, C264, f. 54
  • 93 Lettre générale du comptoir de Pondichéry, 22 février 1701, FR, ANOM, COL, C266, f. 13.

32À cela il faut rajouter que, malgré les risques et les douleurs des Indes, la solde reste toujours insuffisante pour assurer la survie des engagés et de leur famille. Il n’y a pas de grille claire de rémunération et on observe une vraie disparité dans le traitement des employés des Indes suivant les protections dont chacun peut se prévaloir. La rémunération des sous-marchands varie d’un homme à l’autre, sans forcément tenir compte de l’ancienneté et oscille entre 600 et 900 L90 annuelles ; un commis est toujours sous les 500 L, et il n’est pas rare que les employés se plaignent de ne pas recevoir en Inde la solde qu’on leur avait promise en France91. Les soldes des marchands, encore plus disparates, vont de 1 000 à 3 000 L. Ceux qui, grâce à leur réseau et à leur ancienneté, jouissent de solde acceptable touchent des appointements avoisinant parfois ceux des directeurs, comme le marchand Jean-Baptiste de Guilhen, embauché en 1670 à 2 000 L annuelles, alors que la plupart de ses collègues reçoivent une solde proche de celles des sous-marchands. Ce qui est certain c’est que la rétribution de la Compagnie est insuffisante pour vivre en Inde, comme le relève Pilavoine en 169392 et F. Martin en 1701, qui prévient de l’impossibilité d’entretenir une « famille avec les appointements de votre Compagnie93 ».

  • 94 Procès-Verbal de l’Assemblée Générale du 10 décembre 1699, FR, ANOM, COL, C28, f. 112.

33Les directeurs sont naturellement mieux lotis, autour de 4 000 L annuelles94. Ils sont les seuls à être suffisamment payés pour vivre correctement avec leur famille aux Indes. En revanche, les marchands, sous-marchands et commis sont généralement très endettés, et nombreuses sont les lettres évoquant après le décès de certains employés la liste de leurs créanciers. La nécessaire mobilité, l’insécurité persistante, les pénuries diverses et variées forment le cadre de vie de la majorité des engagés de la Compagnie sur la péninsule. Mais il faut distinguer un autre type d’agents, plus marginaux, assez isolés, chargés d’aller prospecter vers des comptoirs éloignés, au-delà du triangle qui circonscrit la présence française dans les Indes.

Petits comptoirs et loges excentrées

34En effet, ils sont quelques-uns ces marchands, sous-marchands et commis dont on ignore le nom parce qu’ils exercent au-delà des pôles principaux de Surate, Pondichéry et Bengale, dissociés des querelles de comptoirs, qui évoluent au sein de communautés françaises extrêmement restreintes, dans des conjonctures très particulières. Eloignés, excentrés, ou isolés, ces hommes loin des centres de décision, évoluent avec une certaine liberté, disposent d’une marge de manœuvre qui peut les servir ou les desservir selon leur réactivité et leur initiative. Il y a ceux envoyés vers les portes de l’Extrême-Orient et d’autres qui évoluent dans les petits comptoirs subalternes de la péninsule, jalons destinés à soutenir les grandes loges. Ces petits comptoirs sont rarement mentionnés dans les lettres générales et peu de moyens sont véritablement mis à leur disposition. Les responsables des comptoirs de Tilcery, Calicut, Cassembassar ou Masulipatam envoient peu de courriers généraux au Bureau parisien, privant les registres de témoignages sur l’histoire de ces petites loges et de leurs employés. Il faut que des drames se produisent pour que ces agents isolés acquièrent une existence dans les archives. Ces employés de la Compagnie, coincés dans de petites unités, ne jouissent ni d’une communauté de Français auprès d’eux, ni d’un soutien militaire, décuplant par-là les risques et la pénibilité de leur travail. Un petit comptoir nécessite la présence d’un agent polyvalent, commandant les marchandises, vérifiant leur qualité, préparant des cargaisons, rendant les visites institutionnelles et gérant les affaires maritimes.

  • 95 Lettre de F. Martin à la Chambre générale, 30 septembre 1692, à Pondichéry, FR, ANOM, COL, c264, f (...)
  • 96 Lettre générale du comptoir de Surate, le 6 février 1702, FR, ANOM, COL, C266, f. 282.
  • 97 Lettre générale des comptoirs de Bengale, à Ougly, 11 janvier 1704, FR, ANOM, COL, C267, f. 148.
  • 98 Lettre générale du comptoir de Surate, le 13 mars 1703, FR, ANOM, COL, C267, f. 116.
  • 99 Lettre générale du comptoir de Surate, 15 novembre 1697, FR, ANOM, COL, C264, f. 230 à 241.
  • 100 Lettre de François Martin à Masulipatam le 31 août 1672, FR, ANOM, COL, C262, f. 187-188.
  • 101 Lettre de F. Martin et Deslandes, à Ougly le 19 octobre 1697, FR, ANOM, COL, C264, f. 246-248.

35Ces comptoirs, qui s’égrènent sur les côtes de Malabar et de Coromandel et sur les rives du Gange sont parfois dirigés par un unique Français : le commis Cordier95 à Cavéripatam 1692 ou un nommé Arnaud en 1702 à Calicut96. Plus la période avance, plus les effectifs se réduisent. En 1701, Livier envisage de ne laisser à Balassor qu’un commis ou un sous-marchand97 et en 1703, François de Flacourt se débrouille presque seul à Masulipatam98. Rajoutons encore ces agents envoyés dans des places où la Compagnie n’a ni loge ni comptoir français, comme ce même François de Flacourt en 1697 coincé dans la portugaise Goa. Presque seul Français de la ville, il est chargé de fournir un état régulier de la situation à Goa, de rassembler les marchandises (12 caisses de corail et 7 balles de draps), de s’entretenir avec l’ambassadeur du prince de Sonda99. L’isolement des agents n’est pas rare, au printemps 1672, François Martin abandonne la loge de Masulipatam, n’y laissant qu’un banian (marchand indien) et commis français100, qui est par la suite assassiné avant le pillage de la loge en avril 1674. En 1697, quand les troupes du Rajah approchent de la loge de Cassembassar, il n’y reste qu’un soldat et un commis français, qui incapables de fournir les 9 000 roupies réclamées par les troupes mores, s’enfuient de la loge en la laissant au pillage101.

36Mais les agents peuvent être envoyés plus loin, aux marges de la péninsule indienne, du côté de l’Asie du Sud-Est et des îles de la Sonde, dans des espaces que les contemporains considèrent à juste titre comme stratégiques. Ces marchands des périphéries remplissent toutes les charges de marchand et diplomate. Globalement désolidarisés du reste de l’activité de la Compagnie et par conséquent assez autonomes dans leur prise de décision, ces hommes sont peu à peu comme pris dans un processus complexe mélangeant affaires, négoce et religion. C’est Jean-Baptiste de Guilhen à Bantam et le marchand Veret à Siam qui incarnent l’un et l’autre le problème des loges excentrées.

  • 102 Rantoandro G., Un homme d’affaires franco-hollandais…, op. cit., p. 323.
  • 103 Le texte de Vachet conservé aux Archives des MEP, volume 113b, est considéré par Guillot et Launay (...)
  • 104 Ibid., p. 122.
  • 105 Ibid., p. 115-117.
  • 106 Mantienne F., op. cit., p. 252.
  • 107 Guillot C., op. cit., p. 124.

37Bantam, situé à douze lieues de Batavia sur l’île de Java, est une cité marchande d’envergure, dans laquelle chaque nation européenne possède une loge. Le comptoir français est établi en 1671 par François Caron qui pense établir un jalon dans cette région de carrefour qui ouvre les portes de l’Extrême-Orient102. Jean-Baptiste de Guilhen103, homme indéterminé et fragile, arrive à Bantam en juillet 1671 et en devient le directeur en 1675. Recruté par la Chambre Particulière de Lyon en 1669, ses compétences en termes de négoce et d’écriture sont indéniables, mais ses convictions religieuses sont plus profondes encore. Il travaille davantage pour les Missions étrangères que pour la Compagnie des Indes. Il correspond plus souvent avec les religieux qu’avec les marchands français, convaincu de la légitimité des entreprises des Missions. Il manifeste une vraie bonne volonté envers les clercs en leur envoyant à plusieurs reprises du vin, de la farine et parfois de l’argent, tout en accueillant au sein de sa loge des écoliers missionnaires qu’il loge, nourrit et qu’il prend ensuite en charge le voyage pour Siam104. Guilhen parvient à obtenir du roi de Bantam de construire au sein de la loge une chapelle destinée à accueillir les religieux de passage à Bantam105. En 1676-77, il prête lui-même de l’argent pour organiser des voyages vers le Tonkin106 et organise le passage de la première ambassade siamoise sur le Soleil d’Orient en juin 1681. Mais surtout, bien que ce ne soit pas visible dans les archives de la Compagnie, il permet à l’ambitieux Constance, premier ministre du roi de Siam, de prendre sa place dans une communauté française et fonde, sans le savoir, l’un des socles de la chimère siamoise107.

  • 108 Ibid., p. 130.
  • 109 Copie de la lettre de Guilhen de Batavia à Baron, le 14 juin 1682, FR, ANOM, COL, C263, f. 29.
  • 110 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 2, p. 301.
  • 111 Lettre de Guilhem de Batavia à Baron le 14 juin 1682, FR, ANOM, COL, C263, f. 29 à 32.
  • 112 Mémoire concernant l’affaire de Bantam, 1682, FR, ANOM, COL, C263, f. 33.

38Malheureusement, il n’a pas le même sens de l’initiative concernant les affaires de la Compagnie : le commerce stagne jusqu’à la fin de la guerre de Hollande en 1678. À partir de 1680, il procède, certes, assez correctement, au chargement des navires de la Compagnie, mais sa santé et ses nerfs restent fragiles108. En 1682, quand les Provinces-Unies s’associent au fils du roi de Bantam qui veut renverser son père, Guilhen panique. Une fois la ville de Bantam tombée aux mains du prince – donc de la VOC – Guilhen, se retrouve démuni, privé d’ordre positif du directeur général d’Inde109. Pétrifié par la situation, il ne sait que faire de ses responsabilités. Le commerce européen est suspendu. Guilhen tente de sauver les effets et l’argent de la Compagnie, en les chargeant le 6 avril 1682 sur un navire portugais de Macao (dont le chargement est ensuite confisqué par les officiers hollandais110). La Compagnie perd ainsi plusieurs caisses d’argent, de marchandises et de métaux précieux111. Guilhen abandonne précipitamment sa loge le 27 mai 1682, laissant sur place les effets de la Compagnie, les siens propres et les ornements de l’église de la loge, le tout montant à presque 500 000 L « sans y comprendre la maison112 ». Il revient piteusement à Surate en janvier 1683.

  • 113 Guillot C., op. cit., p. 133.
  • 114 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 2, p. 336.
  • 115 Guillot C., op. cit., p. 133.

39Une fois dans la péninsule, Baron, avec lequel il partage l’intérêt pour les Missions étrangères, lui propose le poste de second dans les Indes à Surate. Guilhen décline, caressant un temps l’idée se retirer au Siam rejoindre les missionnaires113. Les autres employés de la Compagnie lui sont assez défavorables, et certains doutent même de sa loyauté envers la Compagnie. Et lorsque sa santé l’oblige à repartir en France en février 1684, l’examen de ses comptes fait apparaître quelques points litigieux114 que le bureau Parisien doit ensuite éclaircir. Son retour en France est douloureux : la Compagnie refuse de lui payer son dû, il est contraint d’intenter un procès qui dure deux ans115. Guilhen finit sa vie gravement malade et retiré du monde. Lui qui a été marchand par hasard, par circonstance ou par nécessité, n’a pas eu d’attrait particulier pour le négoce ni pour l’Orient. Il reste de lui l’éphémère comptoir de Bantam. Trop éloigné de Surate et des ordres de la métropole, Guilhen a moins été un agent de la Compagnie qu’un soutien des Missions.

  • 116 Lettre de Martin à Paris, 21 avril 1686, FR, ANOM, COL, C263, p. 67.
  • 117 Mantienne F., op. cit., p. 309.
  • 118 Extrait des lettres de Deslandes et Martin, 24 septembre 1687, FR, ANOM, COL, C263, fo 94 vo.

40Au moment où Guilhen repart en France, le marchand Veret, homme de réseau, est désigné par la Chambre générale pour prendre la direction du comptoir de Siam où il arrive en 1685 (en renvoyant sèchement le marchand Louvain, choisi par les directeurs indiens pour s’occuper des affaires de la Compagnie). La loge siamoise existe depuis 1682, on caresse l’idée d’y traiter du poivre, de convertir son roi Phra Naraï au christianisme et d’établir des troupes françaises dans les places fortes du royaume (Bangkok et Merguy). Contrairement à Guilhen, Véret se trouve très à l’aise avec la liberté que l’éloignement des comptoirs principaux lui donne et nourrit des projets extrêmement ambitieux sur l’Asie du Sud-Est. On s’interroge pourtant sur sa connaissance du négoce, car il ne renvoie aucun navire malgré les fonds qu’il a reçus116. Il affirme qu’il n’y a rien à acheter sur place, puis utilise les fonds pour prospecter du côté de Bornéo, dont il assure l’abondance des épices. Fasciné par la route de l’Extrême-Orient, Veret s’imagine déjà prendre la place des Hollandais dans les Indes117, sous l’œil dubitatif et inquiet des autres marchands français118.

  • 119 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 2, p. 455.
  • 120 Ibid., p. 458.
  • 121 Jacq-Hergoualc’h M., op. cit., p. 108.

41Très rapidement, Veret entretient des rapports ambigus et tendus avec les missionnaires français et le premier ministre siamois : Constance Paulkhon auquel il est d’abord assez favorable119 avant de s’en méfier dès janvier 1687120. Le comptoir de la Compagnie est alors languissant au moment où les troupes se déploient à Bangkok et Merguy, et Véret est dérangé par les projets de Tachard et Constance121 qui fondent beaucoup d’ambition sur l’amitié franco-siamoise. Ainsi, quand en 1688, les troupes de Desfarges, suite à des rumeurs persistantes, envisagent de monter jusqu’à Louvo, la capitale, pour protéger le roi, Veret parle d’insurrection, d’assassinat et de danger imminent, ce qui est suffisant pour convaincre le lâche capitaine Desfarges de rester à Bangkok. Quand la Révolution éclate (vraiment cette fois) en février 1688 et que le roi est renversé, Veret abandonne la loge de la Compagnie et rejoint les troupes françaises à Bangkok. Le roi et le ministre Constance sont massacrés, les officiers restés à Louvo sont maltraités et le chef de la Révolution, Opra Pitracha, proclamé nouveau souverain de Siam. La présence française n’est alors plus souhaitée dans le royaume.

  • 122 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 3, p. 11 et 22.
  • 123 Jacq-Hergoualc’h M., op. cit., p. 55.
  • 124 Lettre de F. Martin au ministre, à Pondichéry le 10 octobre 1689, FR, ANOM, COL, C263, f. 141.
  • 125 Mantienne F., op. cit., p. 224.

42Le nouveau roi propose d’établir un traité visant au retrait des troupes françaises et fournit navires et vivres pour qu’ils regagnent Pondichéry. Le contrat d’évacuation stipule que la France conserverait sa loge commerciale au Siam (à Ayutthaya), à condition que le marchand Veret et l’évêque de Métellopolis restent sur place, en garantie du traité et jusqu’au retour des navires et remboursement des frais122. Mais le 2 novembre 1688, Veret profite de la confusion de l’embarquement pour monter sur l’un des vaisseaux de Desfarges contrevenant par-là aux termes du traité, et privant la France de la possibilité de maintenir une activité commerciale au Siam. Les autres otages, l’évêque et les sous-marchands, subissent par la suite des traitements et un emprisonnement particulièrement sévères. Et pourtant, lorsqu’il revient à Pondichéry, le 6 février 1689, Veret ne reçoit aucune sanction et participe même au Conseil où il se déclare favorable à un établissement à Jonsalam, dont il vante le potentiel depuis 1687123. Il obtient gain de cause et passe à Jonsalam avec l’escadre pour avoir « le soin de la vente124 ». Cette occupation est promise un nouveau désastre : accablé par la disette, les troupes reculent pitoyablement. Ce n’est qu’en août 1690 qu’il est retiré par ordre de la Chambre générale des affaires de Siam et rappelé en France pour fournir des explications. Il ne revient pas en France car il décède dans le naufrage de l’Oriflamme avec le commandant Desfarges125 en 1691.

43Sans faire de Veret la caricature du marchand vérolé par les affaires, il faut néanmoins relever son ambition mal à propos, son manque de concentration sur sa mission et sa promptitude à l’affrontement. Rappelons que certains de ses projets, sur Jonsalam ou Bornéo, sont fondés sur des observations pertinentes mais trop éparpillées. Mais surtout, il ne s’attache pas à faire ce pour quoi il est missionné : diriger le comptoir de Siam pour le compte de la Compagnie. Veret et Guilhen incarnent deux visages des marchands désolidarisés du centre de décision des Indes. L’un et l’autre échouent bien qu’ils soient radicalement différents. Alors que Veret est impétueux et bouillonnant, Guilhen reste dubitatif et craint le conflit. Veret supporte mal l’autorité alors que Guilhen est encombré de la sienne. Mais l’un et l’autre ont ce point commun d’avoir été aveuglés par des affaires, troublés tous les deux par l’ingérence religieuse et clientéliste. Ils apparaissent comme des hommes appartenant moins à leur Compagnie qu’à un réseau. En cela, si l’on s’en tient à une lecture dans le cadre de la Compagnie des Indes, ils apparaissent comme de piètres chefs, incapables de faire face aux situations bousculées, propres pourtant à la conjoncture indienne.

Le mal du pays, revenir en France à tout prix

  • 126 Dernis, op. cit., tome 1, p. 231.

44La pénibilité du service et l’incommodité de la vie en Inde font naître chez presque tous les agents des Indes une tendance à idéaliser la France, en termes de confort, de fortune et de rapprochement familial. Les Indes sont perçues par l’Occidental comme l’espace de la corruption des esprits et des mœurs, comme un déclencheur des vices. Les archives attestent effectivement que la vie en Inde encourage les écarts de conduite. Certains agents de la Compagnie semblent avoir tendance à adopter une conduite que les responsables des comptoirs qualifient pudiquement d’« irrégulière ». La vie hors de France les prive de repères, loin de la norme judéo-chrétienne propre à l’Europe et offre des possibilités et des tentations auxquelles on résiste difficilement à dix-huit ans. C’est essentiellement dans la deuxième moitié de la période que l’on constate une récurrence des plaintes au sujet du comportement des employés. D’une part parce que de très jeunes gens sont envoyés massivement aux Indes, d’autre part parce qu’une partie des Français à partir de 1690 sont nés en Inde pendant le service de leur père. Par conséquent, la Chambre générale demande aux directeurs des Indes d’« examiner et bien connaître les différents caractères des esprits126 », parce que les Indes agissent comme un révélateur.

  • 127 Extrait de la lettre de Bertrand à la Chambre générale, à Pondichéry le 7 avril 1686, FR, ANOM, CO (...)
  • 128 État des employés qui servent actuellement dans les comptoirs de Bengale, 1700, FR, ANOM, COL, C26 (...)
  • 129 Lettre particulière de Livier à Hébert, à Ougly, 20 novembre 1704, FR, ANOM, COL, C267, f. 181.
  • 130 Réponse du comptoir de Surate aux directeurs généraux, 29 mars et 3 avril 1700, FR, ANOM, COL, C26 (...)
  • 131 Lettre de J.-B. Martin, à Surate le 15 novembre 1697, FR, ANOM, COL, C264, f. 227.

45Le royaume de Bengale regorge de tentations. Dès 1686, le marchand Bertrand, envoyé en prospective à Ougly, s’inquiète de toutes « les femmes de mauvaise vie127 » qui pourraient débaucher et corrompre les jeunes employés. Quinze ans plus tard le commis Bunel à Cassembassar inquiète les directeurs qui le trouvent trop « volage128 ». En 1704, le jeune Roger manque d’être renvoyé de la loge tant il tient une conduite irrégulière, et chacun craint « une alliance qui achèvera de le perdre129 ». En 1700, les directeurs de Surate essaient de faire embarquer incognito les deux fils du défunt secrétaire Coquelu, devenus subitement « renégats » et « débauchés » pour ne pas « les laisser dans un chemin de perdition130 ». Les femmes ne sont pas le seul vice, l’alcool est également un fléau. En 1697, J.-B. Martin déplore « un ou deux jeunes gens adonnés à la boisson131 ». De manière générale, on renvoie en France les jeunes garçons « dissipés » pour leur donner une chance de redevenir des « honnêtes hommes » selon l’idée que l’Inde corrompt la jeunesse. C’est d’ailleurs la raison qu’invoque Deslandes lorsqu’il sollicite son retour en France, comme la plupart des employés.

  • 132 Lettre de F. Martin, A Pondichéry le 22 janvier 1691, FR, ANOM, COL, C263, f. 173.
  • 133 Lettre de Pilavoine à la Chambre générale, à Surate le 20 janvier 1693, FR, ANOM, COL, C264, f. 56
  • 134 Lettre de Deslandes à la Chambre générale, à Ougly le 29 septembre 1693, FR, ANOM, COL, C264, f. 1 (...)

46Rongé par un mal du pays persistant, les agents quémandent quasiment tous leur retour, invoquant diverses causes : santé qui se délite, affaires de France qui appellent leur présence, drames familiaux, dégoût du comptoir. Bref, toutes les raisons sont bonnes pour regagner la métropole, les demandes de retour volontaire sont nombreuses mais peu d’entre elles sont acceptées. Les directeurs généraux des comptoirs sont, bien entendu, ceux qui ont le plus de mal à rentrer. Seul Caron en 1672 n’a aucune difficulté à obtenir son retour. François Martin se voit refuser son congé en 1684, en 1686, en 1688 et en 1691132. Pilavoine, simple marchand en 1683, obtient son passage sans rencontrer d’obstacle, parce qu’il est député par les autres marchands du comptoir de Surate pour les représenter à Paris. Mais une fois directeur, en 1693, il doit supplier le Bureau de le faire revenir en France : « vous me l’avez promis et il est temps ou jamais que je commence de songer à moi […]. J’espère que vous voudrez bien un jour accorder à mes justes prières la retraite que je demande depuis si longtemps133 ». L’année 1693 a dégoûté les marchands de l’Inde : « il n’y a aucune espérance de fortune ni avancement qui puisse nous obliger à y rester134 ».

  • 135 État des employés qui servent actuellement dans les comptoirs de Bengale, 1700, FR, ANOM, COL, C26 (...)
  • 136 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 2, p. 48.
  • 137 Lettre générale des comptoirs de Bengale, à Ougly, 11 janvier 1704, FR, ANOM, COL, C267, f. 148.
  • 138 État des employés qui servent actuellement dans les comptoirs de Bengale, 1700, FR, ANOM, COL, C26 (...)
  • 139 Lettre générale du comptoir de Surate, le 6 février 1702, FR, ANOM, COL, C266, f. 280.
  • 140 Lettre générale du comptoir d’Ougly le 4 janvier 1700, FR, ANOM, COL, C265, f. 120.
  • 141 Copie de la lettre de F. Martin à Deslandes, le 2nd octobre 1693, FR, ANOM, COL, C264, f. 95.

47Le meilleur moyen de garder des employés consiste souvent à leur promettre des avancements. En 1700, le versatile Alexandre Soulas, sous-marchand et caissier du comptoir d’Ougly, négocie un prompt avancement pour rester au service. On promet aussi au vieux Robert Regnault (chargé depuis dix ans des magasins d’Ougly) « quelques marques de distinction135 ». Mais parfois, la promotion ou la promesse d’un avancement ne suffisent pas : Des Jonchères, pourtant nommé en 1675 premier conseiller du conseil souverain de Surate, préfère rentrer en France136. En période de guerre, compte tenu du ralentissement de l’activité commerciale, il est presque impossible de retenir les employés les plus méritants, n’ayant pas de travail à leur proposer ni de récompenses à leur offrir. C’est le cas du Vau-Garreau en 1704, pourtant pressenti pour prendre la direction du comptoir de Cassembassar, qui retourne en France137. On compte aussi ceux qui repartent vers l’Europe parce que personne n’a souhaité les retenir, comme ce Du Vivier en 1700 auquel le directeur d’Ougly accorde le congé avec soulagement, ravi de se débarrasser d’un agent pénible, têtu et plain138. Plus douloureux est le retour des agents cassés du service : en 1702, Pilavoine renvoie deux commis, dont le sieur Prado (dit Le Jeune) « pour une faute que le vin lui a fait commettre », et bien que ce dernier donne toute satisfaction au comptoir de Surate : « c’est pour l’exemple aux autres que nous le renvoyons139 ». Il y a aussi ceux qui ne restent que quelques mois dans le comptoir à charge des loges, tel ce Moufle de Betancourt, indisposé en permanence, qui repasse sur la Toison en 1700140. Et puis, il y a l’après-capitulation de Pondichéry en 1693, quand le retour au pays n’est plus le choix personnel d’un employé mais une expulsion141, quand les Français sont chassés des Indes et renvoyés sur les navires hollandais.

  • 142 Lettre de J-B Martin et le conseil, à Surate le 25 juillet 1696, FR, ANOM, COL, C264, f. 184.

48Forcés, espérés, manqués, inattendus ou abandonnés, les retours ne se ressemblent pas. Chaque retour est en soi une histoire et une épreuve, car entre l’obtention de son congé et la vue des côtes françaises, le chemin est encore long. Il faut réussir à embarquer dans les temps, sur le bon navire, qu’il ne soit pas trop encombré de passagers et en état de naviguer. Il arrive qu’un employé manque un navire parce qu’il est retenu dans une manufacture, reportant de plusieurs mois la chance de repasser en Europe. Pilavoine lui-même, en 1696, rate son départ une première fois, avant de rejoindre Goa par voie de terre142. Certains embarquent mais n’arrivent pas à destination : F. Caron, en 1672, hésite à embarquer sur le Jules, qu’il trouve mauvais voilier et il a raison car le navire naufrage au large de Lisbonne. Roques en 1693, meurt avant que le Florissant touche les côtes de France, Veret naufrage en 1690 sur l’Oriflamme, comme Jacques Boureau en 1681 sur le Soleil d’Orient. Autant de marchands (parmi combien d’autres ?), qui embarquent sans jamais atteindre la France. La maladie, les naufrages et les attaques rendent incertain le retour. Finalement, le retour est un projet que tous caressent mais que peu concrétisent. La plupart des agents de la Compagnie meurent en Inde ou sur la route du retour.

Conclusion : le cas Deltor, vie, carrière et retour d’un marchand parmi d’autres

  • 143 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 1, p. 233.
  • 144 Ibid., p. 362 et 665.
  • 145 Ibid., tome 2, p. 56.

49S’il fallait choisir un marchand qui incarne l’employé type dans toute sa banalité, le sieur Deltor serait peut-être le plus représentatif. On suppose qu’il arrive en Inde parmi les premiers engagés, puisqu’en 1669, il a le grade de sous-marchand. Sans doute a-t-il autour d’une trentaine d’années, et s’il est marié, sa femme est restée en métropole, car on ne trouve aucune mention de sa présence en Inde. Il répond à l’exigence de mobilité : il passe de la côte de Malabar à celle du Coromandel et connaît le Bengale. En novembre 1669 il est commissaire extraordinaire à Masulipatam en compagnie du commis Malfosse143, chargé de vérifier la tenue des comptes suspectés de malversations. Entre 1672 et 1674, il multiplie les allers retours entre Madras, Masulipatam et San-Thomé, cherchant des secours, rencontrant les gouverneurs, observant les autres compagnies. Il fait partie de ceux qui traitent en septembre 1674 de la capitulation de San Thomé144 et participe aux côtés de F. Martin à la prise de Valdaour en septembre 1676145.

  • 146 Extrait de la lettre de Baron à la Chambre générale, à San Thomé, le 19 septembre 1674, FR, ANOM, (...)
  • 147 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 1, p. 621, 631.
  • 148 Ibid., tome 2, p. 99, 224, 290, 295, 317 et 439.

50Deltor connaît les chagrins des Indes. Le printemps 1674 est sa saison des douleurs : en avril 1674, il apprend le pillage de la loge de Masulipatam et l’assassinat du commis Malfosse avec lequel il est resté trois ans dans le comptoir146. En mai, il ramasse sur les rivages de Madras les corps noyés de l’équipage du Breton fracassé par un coup de mer. En juin, il se fait chasser sans égard de Madras suite aux menaces de blocus que les Mores font peser sur le gouverneur147. C’est cet homme bousculé par ces événements dramatiques qui regagne Pondichéry pour y devenir le second de F. Martin. Dès 1677, il assure les tâches courantes du comptoir, c’est donc naturellement à lui que revient, en 1681, la charge de diriger la loge lorsque F. Martin est appelé à Surate. Pendant cinq ans, il s’attache (mollement) au négoce, assemble des cargaisons grâce à F. Martin qui, très attaché à la place, lui envoie des fonds régulièrement (en 1681, 1682 et 1683). Mais quand F. Martin revient sur le Coromandel en 1686, il se désole de voir le comptoir dans le même état que cinq ans auparavant, sans évolution commerciale alors que le négoce aurait dû profiter de la période de paix européenne. L’intérim de Deltor n’a pas été un succès148.

  • 149 Lettre des marchands de Surate le 28 avril 1686, FR, ANOM, COL, C263, f. 70.
  • 150 F. Martin, Mémoires, op. cit., tome 2, p. 445.
  • 151 Lettre de F. Martin à Surate le 26 avril 1686, FR, ANOM, COL, C263, f. 67.
  • 152 Lettre de Martin à de Lagny, À Pondichéry le 22 janvier 1691, FR, ANOM, COL, C263, f. 173.

51D’ailleurs Deltor, qui s’entend mal avec son collègue J.-B. Martin, se déclare, dès le retour de F. Martin « absolument déterminé de se retirer en France l’année prochaine149 ». F. Martin le trouve sombre et peu coopératif150 et l’envoie en Bengale sur le Saint-Joseph en janvier 1687 (avec Pellé et Regnault). Il participe à l’achat du terrain à Balassor et repasse à Pondichéry à la fin de l’année, où F. Martin le laisse repartir en France151. En cela, il reste un agent privilégié. Il débarque en France pour ne plus jamais revenir en Inde. Après presque vingt ans passés au service de la Compagnie en Inde, Deltor est un employé type : sans briller par des qualités exceptionnelles de négoce, il remplit correctement sa tâche. Il a absorbé tous les chagrins des Indes, certainement pas moins que les autres engagés, mais probablement pas plus non plus. Là où son destin diffère de celui de ses collègues, c’est qu’à son retour Deltor intègre la Chambre générale, non pas en tant que directeur, mais sûrement en tant que marchand consultant. C’est ainsi que le Bureau lui propose de revenir en Inde pour prendre la direction de Bengale pour 4 000 L d’appointements contre lesquels F. Martin s’insurge et crie au « passe-droit152 ». Même si Deltor décline cette offre, elle atteste encore que l’avancement des carrières au sein de la Compagnie ne s’effectue pas au mérite ni à l’ancienneté mais au réseau.

Notes

1 Bernier F., Voyages contenant la description des États du Grand Mogol, de l’Hindoustan, du royaume de Cachemire… avec cartes et figures, Amsterdam, 1709-1710, a été réédité sous le titre Voyage dans les États du Grand Mogol, Paris, Fayard 1981.

2 Lettre de Bernier à Caron et de Faye du 10 mars 1668, FR, ANOM, COL, C262, fo 25.

3 Mémoire de François Bernier 1668, FR, ANOM, COL, C262, f. 14 et suiv.

4 Lettre générale des marchands de Surate le 17 juin 1686, FR, ANOM, COL, C263, f. 77.

5 Lettre de Roques à de Lagny, à Surate le 30 janvier 1692, FR, ANOM, COL, C264, f. 37.

6 Roques G., La manière de négocier aux Inde, op. cit.

7 Lettre de Roques à Brodera le 10 janvier 1682, FR, ANOM, COL, C263, f. 14 à 21.

8 Marchand locaux de l’Inde avec lesquels les marchands de la Compagnie traitent lors des achats de marchandises pour les comptoirs, la description que livre Roques est révélatrice de son animosité : « les banians ne font autre profession que celle de marchand. Riches ou pauvres, ils prennent tous cette qualité après avoir été instruits dans leurs écoles à lire, écrire, compter et chiffrer ». Roques G., La Manière de négocier…, op. cit., p. 27.

9 Lettre de Pilavoine à la Chambre générale, à Surate le 20 janvier 1693, FR, ANOM, COL, C264, f. 54.

10 Lettre de Pilavoine à la Chambre générale, à Surate le 20 janvier 1693, FR, ANOM, COL, C264, f. 53.

11 Ibid.

12 Lettre de Le Mayer à San Salvador le 4 août 1693, FR, ANOM, COL, C264, f. 45.

13 Van Der Cruysse D., Le Noble désir de courir le monde, op. cit., p. 394.

14 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 1, p. 203-204.

15 Mémoire de Bernier pour l’établissement du commerce dans les Indes, 20 mars 1668, FR, ANOM, COL, C262, f. 16.

16 Lettres de Paris le 23 janvier 1702, réponse des comptoirs d’Ougly janvier 1703, FR, ANOM, COL, C267, f. 65.

17 État des employés qui servent actuellement dans les comptoirs de Bengale, 1700, FR, ANOM, COL, C265, f. 138.

18 Lettre de J.-B. Martin, à Surate le 15 novembre 1697, FR, ANOM, COL, C264, f. 227.

19 État des employés qui servent actuellement dans les comptoirs de Bengale, 1700, FR, ANOM, COL, C265, f. 139.

20 Lettre générale des comptoirs de Bengale, le 12 janvier 1702, FR, ANOM, COL, C266, f. 261.

21 Lettre de F. Martin, A Pondichéry le 22 janvier 1691, FR, ANOM, COL, C263, f. 172.

22 État des employés qui servent actuellement dans les comptoirs de Bengale, 1700, FR, ANOM, COL, C265, f. 138.

23 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 2, p. 47.

24 FR, ANOM, COL, C262, 63, 64, 65, 66, 67.

25 À ce jour, nous ne savons pas où sont conservées les archives du comptoir de Surate. On trouve seulement un état des employés en 1688 égaré dans le registre des ANOM, COL, C2284, f. 36.

26 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 2, p. 145, État des employés qui servent actuellement dans les comptoirs de Bengale, 1700, FR, ANOM, COL, C265, f. 139, Lettre générale des comptoirs de Bengale, à Ougly, 18 décembre 1704, FR, ANOM, COL, C267, f. 195.

27 Lettre de Martin à la Chambre générale, à Pondichéry le 21 avril 1686, FR, ANOM, COL, C263, f. 64.

28 Lettre générale du comptoir de Pondichéry le 5 mars 1700, FR, ANOM, COL, C265, f. 85.

29 Lettre générale du comptoir de Pondichéry, 22 février 1701, FR, ANOM, COL, C266, f. 12.

30 État des employés qui servent actuellement dans les comptoirs de Bengale, 1700, FR, ANOM, COL, C265, f. 138.

31 Lettre de J.-B. Martin, à Surate le 15 novembre 1697, FR, ANOM, COL, C264, f. 227.

32 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 2, p. 436, 445 et 471.

33 Ibid., tome 3, p. 8.

34 Lettre du comptoir d’Ougly 13 janvier 1698, FR, ANOM, COL, C264, f. 262.

35 État des employés qui servent actuellement dans les comptoirs de Bengale, 1700, FR, ANOM, COL, C265, f. 138.

36 Lettre particulière de du Livier, à Ougly, le 20 décembre 1702, FR, ANOM, COL, C266, f. 288, 290.

37 Lettre générale des comptoirs de Bengale, à Ougly, 24 décembre 1703, FR, ANOM, COL, C267, f. 97.

38 Martin F., Mémoires,, op. cit., tome 2, p. 306.

39 Lettre des marchands de Surate le 28 avril 1686, FR, ANOM, COL, C263, f. 71.

40 Lettre de J.-B. Martin, à Surate le 15 novembre 1697, FR, ANOM, COL, C264, f. 228.

41 Lettre générale du comptoir de Pondichéry le 5 mars 1700, FR, ANOM, COL, C265, f. 83.

42 Cf. chap. « L’obstruction permanente des gouverneurs de Surate ».

43 Lettre générale du comptoir de Surate le 15 janvier 1701, FR, ANOM, COL, C266, f. 117.

44 Duplicata de la lettre générale d’Ougly, le 24 décembre 1703, FR, ANOM, COL, C267, f. 97.

45 Lettre particulière de Regnault, à Ougly, 12 janvier 1704, FR, ANOM, COL, C267, f. 175.

46 Lettre particulière de Livier à Hébert, à Ougly le 20 novembre 1704, FR, ANOM, COL, C267, f. 182.

47 Martin F., Mémoires, op. cit. tome 1, p. 141.

48 Lettre de Caron à Colbert le 21 avril 1668, FR, ANOM, COL, C262, f. 37-39.

49 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 1, p. 140-143.

50 Lettre de Caron à Colbert, le 21 avril 1668, FR, ANOM, COL, C262, f. 37 et 38.

51 Dernis,, op. cit., tome 1, p. 194.

52 Goujon et Macara s’affrontent violemment une fois à Masulipatam.

53 Lettre de Caron, 21 avril 1668, FR, ANOM, COL, C262, fo 39.

54 Lettre de Macara à Colbert, janvier 1670, FR, C262, fo 68.

55 Martin F., Mémoires, op. cit., tome I, p. 235.

56 Dernis,, op. cit., tome 1, p. 234.

57 Lettre de Baron à Colbert, le 7 janvier 1672, FR, ANOM, COL, C262, f. 121.

58 Lettre de Blot à Colbert, le 25 mars 1672, FR, ANOM, COL, C262, f. 166.

59 Ames G.-J., Colbert, mercantilism…, op. cit., p. 100.

60 Extrait de la lettre du directeur Baron, à Madras le 20 novembre 1674, FR, ANOM, COL, C263, f. 5 à 8.

61 Lettre de Martin au ministre, à Pondichéry, le 30 novembre 1679, FR, ANOM, COL, C263, f. 10. Une partie des feuillets du registre C262 a sans doute été perdue lors de son déménagement à Aix-en-Provence.

62 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 2, p. 2.

63 Le sieur Boureau est le frère de Deslandes qui arrive en Inde en 1676, il meurt au cours du naufrage du Soleil d’Orient en 1681.

64 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 2, p. 12.

65 Procès-Verbal de l’assemblée de la Compagnie des Indes tenue aux Tuileries le 8 mai 1675, FR, ANOM, COL, C24, f. 193.

66 Martin F., Mémoires., op. cit., tome 2, p. 31.

67 Lettre du sieur Pilavoine à Surate le 2 janvier 1701, FR, ANOM, COL, C266, f. 112.

68 Extrait du Journal de Pondichéry, 24 septembre 1701, FR, ANOM, COL, C266, f. 36.

69 Lettre particulière de Livier à la Chambre générale, à Ougly, le 20 décembre 1702, FR, ANOM, COL, C266, f. 287.

70 Copie de la lettre générale du comptoir de Pondichéry, le 15 février 1702, FR, ANOM, COL, C267, f. 180.

71 Lettre particulière de du Livier, à Ougly, le 20 décembre 1702, FR, ANOM, COL, C266, f. 290.

72 Lettre particulière de Serret à la Chambre générale, à Ougly, début 1703, FR, ANOM, COL, C267, f. 79 à 83.

73 Lettre générale du comptoir d’Ougly, le 24 décembre 1703, FR, ANOM, COL, C267, f. 104.

74 Lettre particulière de Livier, directeur d’Ougly, le 24 décembre 1703, FR, ANOM, COL, C267, f. 109.

75 Procès-verbal d’Antoine Martin, le 23 juillet 1704, FR, ANOM, COL, C267, f. 177.

76 Lettre particulière de Regnault, à Ougly, 12 janvier 1704, FR, ANOM, COL, C267, f. 175.

77 Procès-verbaux des 23 et 28 juillet 1704, au comptoir principal d’Ougly, FR, ANOM, COL, C267, f. 177 à 180.

78 État des employés des comptoirs de Bengale, 1700, FR, ANOM, COL, C265, f. 138.

79 Lettre générale du fort de Pondichéry, 15 février 1702, FR, ANOM, COL, C266, f. 180.

80 Lettre particulière de Livier, à Ougly, décembre 1703, FR, ANOM, COL, C267, f. 107.

81 Lettre de Livier à Hébert, à Ougly, le 20 novembre 1704, FR, ANOM, COL, C267, f. 181.

82 Lettre particulière de Regnault, à Ougly, 12 janvier 1704, FR, ANOM, COL, C267, f. 175.

83 Lettre de Livier à Hébert, à Ougly, le 20 novembre 1704, FR, ANOM, COL, C267, f. 182.

84 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 2, p. 300.

85 Lettre de J.-B. Martin et le conseil, à Surate le 30 novembre 1696-2 mars 1697, FR, ANOM, COL, C264, f. 197.

86 Lettre générale du comptoir de Surate, le 13 mars 1703, FR, ANOM, COL, C267, f. 116.

87 Lettre générale du comptoir de Surate, le 30 janvier 1700, FR, ANOM, COL, C265, f. 201.

88 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 2, p. 145.

89 Lettre de Martin au ministre le 1er octobre 1693, FR, ANOM, COL, C264, f. 95.

90 Lettre de F. Martin, A Pondichéry le 22 janvier 1691, FR, ANOM, COL, C263, f. 172.

91 Lettre générale du comptoir d’Ougly, le 10 janvier 1700, FR, ANOM, COL, C265, f. 131.

92 Lettre de Pilavoine à la Chambre générale, à Surate le 20 janvier 1693, FR, ANOM, COL, C264, f. 54.

93 Lettre générale du comptoir de Pondichéry, 22 février 1701, FR, ANOM, COL, C266, f. 13.

94 Procès-Verbal de l’Assemblée Générale du 10 décembre 1699, FR, ANOM, COL, C28, f. 112.

95 Lettre de F. Martin à la Chambre générale, 30 septembre 1692, à Pondichéry, FR, ANOM, COL, c264, f. 15.

96 Lettre générale du comptoir de Surate, le 6 février 1702, FR, ANOM, COL, C266, f. 282.

97 Lettre générale des comptoirs de Bengale, à Ougly, 11 janvier 1704, FR, ANOM, COL, C267, f. 148.

98 Lettre générale du comptoir de Surate, le 13 mars 1703, FR, ANOM, COL, C267, f. 116.

99 Lettre générale du comptoir de Surate, 15 novembre 1697, FR, ANOM, COL, C264, f. 230 à 241.

100 Lettre de François Martin à Masulipatam le 31 août 1672, FR, ANOM, COL, C262, f. 187-188.

101 Lettre de F. Martin et Deslandes, à Ougly le 19 octobre 1697, FR, ANOM, COL, C264, f. 246-248.

102 Rantoandro G., Un homme d’affaires franco-hollandais…, op. cit., p. 323.

103 Le texte de Vachet conservé aux Archives des MEP, volume 113b, est considéré par Guillot et Launay comme une véritable hagiographie dont C. Guillot n’a extrait que les informations biographiques factuelles. Guillot C., « Un marchand français à Java au XVIIe siècle. Jean-Baptiste de Guilhen 1634-1709 », Archipel, vol. 45, 1993, p. 111-152.

104 Ibid., p. 122.

105 Ibid., p. 115-117.

106 Mantienne F., op. cit., p. 252.

107 Guillot C., op. cit., p. 124.

108 Ibid., p. 130.

109 Copie de la lettre de Guilhen de Batavia à Baron, le 14 juin 1682, FR, ANOM, COL, C263, f. 29.

110 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 2, p. 301.

111 Lettre de Guilhem de Batavia à Baron le 14 juin 1682, FR, ANOM, COL, C263, f. 29 à 32.

112 Mémoire concernant l’affaire de Bantam, 1682, FR, ANOM, COL, C263, f. 33.

113 Guillot C., op. cit., p. 133.

114 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 2, p. 336.

115 Guillot C., op. cit., p. 133.

116 Lettre de Martin à Paris, 21 avril 1686, FR, ANOM, COL, C263, p. 67.

117 Mantienne F., op. cit., p. 309.

118 Extrait des lettres de Deslandes et Martin, 24 septembre 1687, FR, ANOM, COL, C263, fo 94 vo.

119 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 2, p. 455.

120 Ibid., p. 458.

121 Jacq-Hergoualc’h M., op. cit., p. 108.

122 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 3, p. 11 et 22.

123 Jacq-Hergoualc’h M., op. cit., p. 55.

124 Lettre de F. Martin au ministre, à Pondichéry le 10 octobre 1689, FR, ANOM, COL, C263, f. 141.

125 Mantienne F., op. cit., p. 224.

126 Dernis, op. cit., tome 1, p. 231.

127 Extrait de la lettre de Bertrand à la Chambre générale, à Pondichéry le 7 avril 1686, FR, ANOM, COL, C263, f. 51.

128 État des employés qui servent actuellement dans les comptoirs de Bengale, 1700, FR, ANOM, COL, C265, f. 138.

129 Lettre particulière de Livier à Hébert, à Ougly, 20 novembre 1704, FR, ANOM, COL, C267, f. 181.

130 Réponse du comptoir de Surate aux directeurs généraux, 29 mars et 3 avril 1700, FR, ANOM, COL, C266, f. 122.

131 Lettre de J.-B. Martin, à Surate le 15 novembre 1697, FR, ANOM, COL, C264, f. 227.

132 Lettre de F. Martin, A Pondichéry le 22 janvier 1691, FR, ANOM, COL, C263, f. 173.

133 Lettre de Pilavoine à la Chambre générale, à Surate le 20 janvier 1693, FR, ANOM, COL, C264, f. 56.

134 Lettre de Deslandes à la Chambre générale, à Ougly le 29 septembre 1693, FR, ANOM, COL, C264, f. 106.

135 État des employés qui servent actuellement dans les comptoirs de Bengale, 1700, FR, ANOM, COL, C265, f. 138.

136 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 2, p. 48.

137 Lettre générale des comptoirs de Bengale, à Ougly, 11 janvier 1704, FR, ANOM, COL, C267, f. 148.

138 État des employés qui servent actuellement dans les comptoirs de Bengale, 1700, FR, ANOM, COL, C265, f. 138.

139 Lettre générale du comptoir de Surate, le 6 février 1702, FR, ANOM, COL, C266, f. 280.

140 Lettre générale du comptoir d’Ougly le 4 janvier 1700, FR, ANOM, COL, C265, f. 120.

141 Copie de la lettre de F. Martin à Deslandes, le 2nd octobre 1693, FR, ANOM, COL, C264, f. 95.

142 Lettre de J-B Martin et le conseil, à Surate le 25 juillet 1696, FR, ANOM, COL, C264, f. 184.

143 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 1, p. 233.

144 Ibid., p. 362 et 665.

145 Ibid., tome 2, p. 56.

146 Extrait de la lettre de Baron à la Chambre générale, à San Thomé, le 19 septembre 1674, FR, ANOM, COL, C262, f. 208.

147 Martin F., Mémoires, op. cit., tome 1, p. 621, 631.

148 Ibid., tome 2, p. 99, 224, 290, 295, 317 et 439.

149 Lettre des marchands de Surate le 28 avril 1686, FR, ANOM, COL, C263, f. 70.

150 F. Martin, Mémoires, op. cit., tome 2, p. 445.

151 Lettre de F. Martin à Surate le 26 avril 1686, FR, ANOM, COL, C263, f. 67.

152 Lettre de Martin à de Lagny, À Pondichéry le 22 janvier 1691, FR, ANOM, COL, C263, f. 173.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/47207/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site