Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La première Compagnie des Indes

 | 
Marie Menard-Jacob

Deuxième partie. L'expérience de l'Inde

Chapitre IV. L’expérience du négoce : fondation et organisation des comptoirs

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Étrangement, la charte qui définit les règles et l’organisation institutionnelle de la Compagnie ne concerne pas, ou peu, la vie en Orient. Aucun de ceux qui élaborent la déclaration de mai 1664 ne connaît suffisamment l’Inde pour se faire une idée précise de ce que doivent être l’exercice du négoce et la vie dans les comptoirs, au sein desquels personne n’a prévu de cadre moral ni matrimonial. Pourtant, le comptoir est l’entité de base de la Compagnie en Inde, composé qu’il est de marchands, sous-marchands et commis qui habitent les loges et travaillent aux affaires de la Compagnie.

Intégrer un comptoir

Les quelques voyageurs français qui se sont rendus en Inde avant que Colbert ne crée la Compagnie, ont tenté d’élaborer une vraie réflexion sur l’installation pérenne des Français en Orient. Par exemple, François Bernier, qui part pour l’Inde en 1656 et y reste douze ans1, rédige un mémoire sur l’établissement des comptoirs français2. Il y souligne la nécessité d’env...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540