Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La première Compagnie des Indes

 | 
Marie Menard-Jacob

Première partie. Les apprentissages d'une Compagnie

Chapitre II. L’apprentissage de la distance : de Paris aux Indes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La Compagnie, gérée en France mais exploitée en Inde, se répartit donc sur deux environnements, deux espaces et deux communautés autour d’un objectif commun : le succès. Le lien entre Paris et les comptoirs est nécessaire, fragile et polymorphe. D’abord d’encre et de papier, il réunit hommes de France et hommes des Indes à travers le courrier qui fait transiter l’information (condition sine qua non de l’unité et de l’efficacité de la Compagnie). Cela implique l’utilisation d’un langage commun, le partage d’une confiance et le transfert de souveraineté. Le lien entre Paris et les Indes est également matériel. Les moyens, les matériaux, les navires et surtout l’argent que Paris met à disposition des comptoirs, sont déterminants. Cette question du lien entre métropole et comptoirs, sous toutes ces acceptions, garantit, ou pas, la tenue de la structure. Finalement, l’étude détaillée de tout ce qui construit ce lien permet de comprendre les fondements intrinsèques de la Compagnie et les ...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540