Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La première Compagnie des Indes

 | 
Marie Menard-Jacob

Première partie. Les apprentissages d'une Compagnie

Chapitre I. L’apprentissage structurel : genèse de la compagnie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La Compagnie des Indes s’intègre au sein d’un immense projet politique, colonial et commercial, imaginé par Colbert dès 1661. Logiquement, la direction de la Compagnie se révèle bicéphale : commandée collégialement à Paris par des directeurs généraux (qui à l’origine sont majoritairement négociants) et dirigée en Inde par des agents dont les nominations n’obéissent à aucune cohérence d’ensemble.

L’impulsion parisienne

Louis XIV, roi depuis 1643, ne prend personnellement le pouvoir qu’à la mort de Mazarin en mars 1661. C’est le moment que choisit Colbert pour évincer Fouquet du Conseil et se lancer dans une grande réformation nationale. La Compagnie royale des Indes orientales est l’un des résultats de cette démarche ministérielle, fruit d’une époque née des bouleversements économiques, politiques et financiers du XVIIe siècle. Ainsi, comprendre la naissance (et la chute) de cette Compagnie nécessite d’abord de l’intégrer dans la démarche globale du tournant du XVIIe ...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540