Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La première Compagnie des Indes

 | 
Marie Menard-Jacob

Introduction générale

Une compagnie des Indes négligée par l’histoire récente

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Il manque quelque chose à la prospérité d’un grand royaume, quand le commerce n’y fleurit pas à l’égal des autres possessions, et quand les particuliers par une mollesse dangereuse, négligent la plus noble manière de l’exercer et le plus légitime moyen de s’enrichir. […] Entre tous les commerces qui se font dans toutes les parties du monde, il n’y en a point de plus riches ni de plus considérables que celui des Indes orientales1. » Ainsi s’exprime l’académicien Charpentier pour convaincre les fortunes du royaume d’investir dans le capital de la Compagnie des Indes orientales que Colbert crée en 1664. Après plus d’un demi-siècle de tentatives françaises dans l’Océan Indien, il s’agit d’avoir enfin accès aux onéreuses marchandises d’Orient qui ont fondé la prospérité hollandaise.

Pourtant, cette première Compagnie, doublement éclipsée dans le temps et dans l’espace, reste aujourd’hui un peu oubliée de l’histoire « coloniale » française. Dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, les In...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540