Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La première Compagnie des Indes

 | 
Marie Menard-Jacob

Índice de materias

Gérard Le Bouëdec

Préface

Introduction générale

Une compagnie des Indes négligée par l’histoire récente

Les archives de la Compagnie
Un nouveau regard sur la Compagnie

Première partie. Les apprentissages d'une Compagnie

Chapitre I. L’apprentissage structurel : genèse de la compagnie

L’impulsion parisienne
Une création au tournant du siècle
Une structure hybride
Les directeurs des Indes : pivots fragiles de la Compagnie
Le controversé François Caron (1667-1673)
Un directeur à l’épreuve du temps : François Martin (1665-1706)
André Boureau-Deslandes, fondateur des comptoirs de Bengale (1676-1701)
La bataille des egos
Venir directeur : Jacques De Faye ( 1667-1669), Barthélemy Blot (1671-1672), Claude Gueston (1672-1673), François Baron (1671-1683), Pierre Du Livier (1701)
Devenir directeur : Louis Pilavoine et Jean-Baptiste Martin (1680-1699). Perspective comparée de deux carrières

Chapitre II. L’apprentissage de la distance : de Paris aux Indes

La gageure de la correspondance
Lettres et paquets, originaux et duplicata
Mots et maux d’une communication
L’insoluble question des moyens
L’indigence du lien maritime
L’argent : l’insurmontable incompréhension
Le paradoxe de la pénurie et l’abondance
Le temps qui dure : les sabliers des Indes
La mousson : une caractéristique indienne
L’enchaînement des saisons
Le temps qui s’éternise : l’omniprésent sentiment de retard

Deuxième partie. L'expérience de l'Inde

Chapitre III. Comprendre et maîtriser l’espace

Se déployer en Inde
Déterminer la qualité de l’espace et choisir le comptoir général
Surate
Pondichéry
D’un comptoir à l’autre : les loges de second ordre
Périphéries voraces et chimériques
Une emprise ambiguë sur l’espace
Une Compagnie dans les Indes : loges, magasins et maisons
L’occupation par les armes : forts et forteresses
Un espace français en cours d’achèvement : Pondichéry

Chapitre IV. L’expérience du négoce : fondation et organisation des comptoirs

Intégrer un comptoir
Le marchand : compétences et polyvalence
Une carrière indienne : du commis au marchand
L’ascension au mérite : une réalité ?
Vivre dans les comptoirs
La bataille des chefs : Surate (1668-1674)
La succession du comptoir de Bengale : l’introuvable chef (1700)
Survivre dans les comptoirs
Pénibilité du métier : mobilité, immobilisme et belligérances
Petits comptoirs et loges excentrées
Le mal du pays, revenir en France à tout prix
Conclusion : le cas Deltor, vie, carrière et retour d’un marchand parmi d’autres

Chapitre V. Le microcosme social : communautés, familles et affinités françaises en Inde

Rechercher, construire et fonder une famille
Les femmes de la Compagnie : l’épouse, la maîtresse et la veuve
Les familles de la Compagnie : fratries et petites dynasties des Indes
Fusion et confusion du commerce et de la religion dans l’océan Indien
L’ingérence des Missions étrangères de Paris
Les Jésuites et le Père Tachard
Les capucins
Les marges de la compagnie
Les employés en ellipse
Médecins et marchands particuliers de la péninsule
Les incontournables intermédiaires indigènes

Troisième Partie. Le poids des conjonctures

Chapitre VI. Se partager la péninsule indienne

Rencontrer les peuples de la péninsule…
Aurang Zeb : l’invisible empereur des Indes
Shivaji Rajah : une exception hindoue
La compréhension des autorités locales
L’obstruction permanente des gouverneurs de Surate
Ministres, gouverneurs et rois du Coromandel
L’exception bengalie
Les conditions d’une communication
Communiquer : la mesure du faste et le seuil de tolérance
La figure de l’Autre : soldats et brahmanes
La perception orientale des Occidentaux

Chapitre VII. Retrouver l’Europe en Inde

L’ombre hollandaise…
Les Hollandais, maîtres du temps et de l’espace
Un colosse aux pieds d’argile ?
Le bruissement européen
Polymorphisme de la communauté anglaise
L’arrière-plan portugais
Constance et résistances de quelques Européens dans les Indes

Chapitre VIII. Échecs, sursauts et crépuscule

Armes et escadres dans la péninsule
Les escadres pour la Compagnie (Duquesne 1690, Dandenne 1692, Serquigny 1695, Des Augiers 1698-1699, Chateaumorand 1700-1701)
Des militaires en Inde : commander et obéir
La cohabitation de la plume et de l’épée : globalité d’une déception
Le coup de grâce de la guerre de Succession d’Espagne
Espace et commerce en 1703 : une année inégale
Le renoncement maritime
Les deux derniers armements : Fontenay, l’escadre à contretemps, et Des Pallieres, l’escadre de la dernière chance
Le crépuscule : l’écartèlement définitif de la Compagnie
Un nouveau regard sur les îles : Bourbon et Madagascar
L’effritement du monopole
La reprise malouine
Conclusion : « l’on ne connaît pas en France ce que c’est que les Indes »

Conclusion générale

Échecs et héritages

La fin d’une période : bouleversements politiques du début du XVIIIe siècle

Bibliographie abrégée

La première Compagnie Royale des Indes orientales (1664-1719)
Autres Compagnies françaises (antérieures et ultérieures) et Compagnies des Indes étrangères
Conjoncture, politique et société au XVIIe siècle
Relations de voyages en Inde, carnets personnels (textes et commentaires)
La mer et la Marine
La Bretagne : Brest, Nantes, Rennes, Lorient, Port-Louis, Saint-Malo
L’Inde et ses comptoirs
Hommes des Indes, hommes du roi, hommes de la Compagnie
Missions françaises et diffusion de la religion aux Indes

Chronologie (faits notables)

1665
1666
1667
1668
1669
1670
1671
1672
1673
1674
1675
1676
1677
1678
1679
1680
1681
1682
1683
1684
1685
1686
1687
1688
1689
1690
1691
1692
1693
1694
1695
1696
1697
1698
1699
1700
1701
1702
1703
1704