Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Photographier la Grande Guerre

 | 
Joëlle Beurier

Préface

Christian Delporte

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ce jour-là, face au général qui s’étonne que, malgré sa vaillance, il n’ait pas obtenu de galons, Blaise Cendrars avoue, penaud : « J’ai trente jours de prison. » « Pourquoi ? », lui demande l’officier. « Parce que j’ai photographié le Christ de Dompierre. » Non seulement il a bravé l’interdiction de photographier au front, mais il a récidivé en envoyant d’autres clichés aux journaux. Face au général, abasourdi devant tant de désinvolture, Cendrars tente de relativiser : « Ce n’est pas grave, mon général. C’est pour améliorer l’ordinaire. Le Miroir me les paie un louis et je trinque avec les copains. Je leur envoie du pittoresque. Rien que des secrets de polichinelle. Et puis il y a la censure à Paris. Vous ne risquez rien. »

Le dialogue, rapporté par l’écrivain dans La main coupée (1946), est éloquent sur le rôle inédit joué par la photographie dès le début de la Grande Guerre. Par son abondance et sa variété, l’ampleur de sa diffusion et de sa circulation, qu’elle émane de professi...

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540