Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les paysages sonores

 | 
Laurent Hablot
, 
Laurent Vissière

Deuxième partie. Chants de guerre et cris d'armes

« Or oyez... »

Les hérauts d’armes dans l’espace sonore

Torsten Hiltmann

Texte intégral

  • 1 René d’Anjou, Le traictié de la forme et devis d’ung tournoy (Paris, BnF, Ms. Fr. 2695, fol. 19).
  • 2 En fait, dans plusieurs cas et surtout dans des ouvrages scientifiques plus anciens, on peut même (...)

1Comme le montre l’image choisie par les organisateurs pour illustrer le sujet du colloque – un héraut d’armes accompagné de deux poursuivants qui publient un tournoi1 –, la communication sonore et les cris figuraient parmi les charges principales des hérauts d’armes et influencent grandement notre perception de leur office. Qui, vice versa, est toujours perçu comme partie intégrante du paysage sonore de la fin du Moyen Âge2. Les hérauts d’armes peuvent donc ouvrir des perspectives intéressantes dans le cadre du nouvel angle d’approche à l’histoire du Moyen Âge proposé par les organisateurs, celui de l’espace sonore. L’étudier nous permet de compléter notre compréhension du fonctionnement de la vie sociale et politique de l’époque.

  • 3 La question du cri a été abordée par Lett D., Offenstadt N., Haro ! Noël ! Oyé ! Pratiques du cri (...)

2Cependant, en nous confrontant au problème des fonctions des hérauts d’armes dans l’espace sonore médiéval, nous abordons un vaste sujet. Les pages suivantes ne peuvent donc fournir qu’une modeste collection d’observations et de constats, sans pouvoir les accompagner d’analyses précises et approfondies, ni offrir de réponses complètes aux différentes questions qui se posent3. Ces premiers résultats sont présentés dans l’espoir d’apporter quelques éléments de réflexion à cette problématique.

3Pour ce faire, dans une première partie, je traiterai des relations des hérauts d’armes avec l’espace sonore et la communication orale en général. Dans une deuxième partie, je me concentrerai sur quelques cris et annonces précis, qui faisaient partie intégrante des devoirs de l’office d’armes.

Les hérauts d’armes et la communication

4La communication (dans son acceptation contemporaine) était véritablement le premier domaine des hérauts d’armes. Et ceci, sous de multiples formes :

  • une communication visuelle, lorsque les hérauts figuraient par exemple dans les processions et entrées princières en portant les cottes d’armes de leurs maîtres ;
  • une communication symbolique, puisque les hérauts portaient un nom d’office rappelant les territoires ou devises de leurs maîtres, et représentaient leur honneur ;
  • une communication par écrit, puisqu’ils rédigeaient, surtout à partir du XVe siècle, des rapports et des relations de tournois, de fêtes et d’autres événements ;
  • et, bien sûr, une communication orale.

5C’est justement cette dernière, qui était au centre des obligations des hérauts d’armes et qui, en même temps, nous met face aux problèmes méthodologiques les plus considérables. Il nous est impossible de mesurer l’impact des hérauts d’armes dans le monde sonore médiéval, comme nous pouvons le voir dans un passage de la Chronique du Religieux de Saint-Denis, Michel Pintoin. Après avoir décrit les faits remarquables de l’amiral Clignet de Brebant, du maréchal Boucicaut et du bâtard de Bourbon en 1415, contre les Anglais devant Calais, il constate d’une manière presque réprobatrice :

  • 4 « Laudabiliter peregerunt et actus commendabiles, dignos quoque memoria, unde certe gloriam sibi p (...)

« Les prouesses et les exploits mémorables par lesquels ils se distinguèrent en cette occasion leur auraient acquis une gloire éternelle, s’ils avaient pris soin de les faire consigner par écrit. Mais, peu soucieux de leur renommée, ils se contentèrent d’entendre célébrer leurs périlleuses aventures par la voix des hérauts d’armes et les applaudissements de la foule4. »

6Ce passage mentionne les hérauts d’armes et leur devoir de propager par oral les faits accomplis par les chevaliers mentionnés. Dans la plupart des cas, cependant, ce n’est pas seulement le contenu des récits des hérauts d’armes qui est tombé dans l’oubli, mais la mémoire même de ces récits et de leurs auteurs, les hérauts d’armes.

L’importance de la communication orale pour les hérauts d’armes

7L’extrait de Michel Pintoin met bien en lumière le pouvoir d’attraction des récits des hérauts d’armes et l’effet immédiat de leurs interventions orales, a fortiori de leur influence importante sur la propagation de l’honneur et de la renommée dans le monde nobiliaire. C’est ce que montre aussi le débat imaginaire entre un héraut français et un héraut anglais devant la dame Prudence, écrit au début du XVe siècle, quand celle-ci décrit l’office des hérauts d’armes par les mots suivants :

  • 5 Le débat des hérauts d’armes de France et d’Angleterre suivi de The Debate between the Herald of E (...)

« Beaulx seigneurs, [...] vous avez ung bel office, et que tous nobles doivent amer et priser, car a voz rappors et relacions les roys, les dames, les princes et autres grans seigneurs jugent des honneurs mondains, soit en armes, comme en assaulx, batailles, sieges, ou autrement en joustes, en tournois, en haultes et pompeuses festes et obseques. Et toutes choses faictes en grans magnificences et tendans a honneurs par vous doivent estre herauldées et publiées en divers royaumes et pays ; donnez courage a plusieurs princes et nobles chevaliers de faire de haultes entreprinses par quoy il soit d’eulx longue fame et renommée, et devez dire verité en armes et departir les honneurs a qui ilz appartiennent5. »

8Le néologisme « héraulder » pour désigner la propagation des rapports et des relations des grands faits d’armes et des festivités du monde nobiliaire, met en relief l’importance de la fonction communicatrice des hérauts d’armes – le verbe est en outre utilisé ici comme synonyme de « publier ».

  • 6 Parties inédites de l’oeuvre de Sicile, héraut d’Alphonse V roi d’Aragon, maréchal d’armes du pays (...)
  • 7 Voir aussi l’article de Boudreau C., « Messagers, rapporteurs, juges et « voir-disant ». Les hérau (...)
  • 8 Voir par exemple Parties inédites..., op. cit., p. 188 et 189.

9De plus, les hérauts juraient, lorsqu’ils prêtaient serment à leur entrée en office, de toujours dire la vérité. Ils étaient tenus de jurer de faire « vrais et justes rappors [...] sans nulle faveur pour quelque gaigne ou perte que vous y puissiés faire6 ». Ils se désignaient donc eux-mêmes, de préférence, comme « voir disants » – ceux qui disent la vérité7 – et finissaient par exemple les annonces des tournois par la phrase : « Il dist voir le hérault8. »

La communication orale non formalisée des hérauts d’armes

  • 9 Cf. Schnerb B., « Musique, jeux et apertises à la cour de Jean sans Peur, duc de Bourgogne », dans(...)
  • 10 Voir par exemple Roussineau G. (éd.), Perceforest. Deuxième partie, 2 t., Genève, Droz, 2001, p. 3 (...)

10Les fonctions des hérauts d’armes dans l’espace sonore souffrent des mêmes problèmes que ceux déjà constatés par Michel Pintoin pour la renommée des grands chevaliers qui faisaient célébrer leurs prouesses par la voix des hérauts d’armes, mais sans les consigner par écrit. Pourtant, quelques traces écrites de ces fonctions nous sont parvenues. Comme par exemple un poème sur la Bataille du Liège de 1408, qui a très probablement été écrit par un poursuivant et dont la composition en vers se prêtait à une présentation orale9. Dans le Roman de Perceforest, écrit au milieu du XIVe siècle, ceux qui propagent les récits des prouesses des chevaliers sont, de manière équivalente, désignés en tant que « heraux et nonceurs de proesses10 ». Et dans le House of Fame de Geoffrey Chaucer, écrit vers 1380, on peut lire :

  • 11 Geoffrey Chaucer, « House of Fame », dans Benson D. (éd.), The Riverside Chaucer, Oxford, Oxford U (...)

« That pursevantes and heraudes,
That crien ryche folkes laudes11. »

  • 12 Voir par ex. les chroniques de Froissart, quand il raconte, comment il passait, en 1386, avec un g (...)

11D’autres sources renvoient plutôt à la transmission des nouvelles et des récits de ce qui se passe dans le monde, et nous disposons de plusieurs extraits qui montrent bien qu’à la fin du Moyen Âge, on pouvait toujours approcher les hérauts d’armes afin de connaître les nouvelles12. Parfois les hérauts d’armes étaient même envoyés de par le monde dans le but de collecter et d’écouter les nouvelles. Enguerrand de Monstrelet mentionne ainsi un certain Sarasin d’Ailly, chevalier, âgé d’environ 60 ans et malade :

  • 13 Enguerrand de Monstrelet, La Chronique, en deux livres, avec pièces justificatives, 1400-1444, éd. (...)

« Neantmoins, moult voulentiers enqueroit et oroit racompter des nouvelles. Si retourna en ses jours sondit poursuivant nommé Havrenas, qu’il avoit envoyé dehors. [...] Et après sa venue l’examina ; si lui demanda, messire Sarrasin, s’il sçavoit riens de la mort du roy d’Angleterre. Et il respondi que oyl, et que il l’avoit veu en la ville d’Abbeville en l’eglise Saint-Effren. Et lui racompta tout l’estat, et comment il estoit appareillé, assez selon qu’il est declairé en ce présent livre13. »

12En ce qui concerne les sources allemandes, elles sont plus bavardes sur la communication orale non formalisée des hérauts d’armes. Et surtout, elles montrent clairement que les hérauts d’armes allemands, contrairement à leurs collègues français, étaient tenus de publier aussi les méfaits et les fautes commises à l’encontre de l’idéal chevaleresque. Ou, au moins, ils étaient censés le faire. C’est ce que l’on peut lire dans le poème du héraut allemand Königsberg, qu’il a rédigé à propos du meurtre du candidat potentiel à la couronne impériale, Frédéric de Brunswick-Lunebourg, en 1400. En se promenant, le héraut rencontre dame Justice, qui lui expose les atrocités qui se sont passées, et lui rappelle :

  • 14 Von Liliencron R. (éd.), Die historischen Volkslieder der Deutschen vom 13. bis 16. Jahrhundert, 5 (...)

« Konigsberg, das sal dir wesen leid
und salt is mogelich vorbass bringen
wan du zu rechten waren dingen
hast gelobit und gesworn14. »

13Et après que Königsberg a refusé, en disant qu’il avait déjà suffisamment souffert pour raconter la vérité, elle insiste :

  • 15 Ibid., v. 120sv. (« Cette méchanceté est bien arrivée ;/Est-ce tu ne veux pas le proclamer [ou, tr (...)

« Sie sprach: Dise bosheit ist geschicht;
wiltu das vorbass sagen nicht15... »

14Dans un autre poème, écrit en 1462 à propos de la Bataille de Seckenheim, on peut lire plus précisément :

  • 16 Ibid., no 115, p. 539, strophe 49 (« Vous, hérauts et poursuivants, Je suis étonné que vous n’en p (...)

« Ir herold und ir persevant,
mich dunket, ir seind metzen,
so ir izt ewer rede lant,
dass ir darzu nicht schwetzen.
Schleift ewer recht, der eren knecht,
ir sollt die flieher schenden,
vil vester schreien dann ein sprecht
an allenthalben enden16. »

15Ces extraits montrent la façon dont, grâce à des récits et des rapports oraux, on faisait de l’espace sonore un espace public, et comment les hérauts d’armes y jouèrent, à la fin du Moyen Âge, un rôle de premier plan. Ils jouissaient de ce fait, au moins dans le monde nobiliaire, d’une certain influence, mais qu’il est difficile de mesurer faute de traces écrites.

  • 17 Chronique du Religieux, t. V, p. 551.
  • 18 Ibid., p. 550.

16La désignation des hérauts d’armes dans d’autres langues que le français montre aussi la manière dont ils étaient liés à l’espace sonore. Revenons sur la citation de Michel Pintoin, mentionnée plus haut. Tandis que l’éditeur Louis-François Bellaguet met dans sa traduction : « ils se contentèrent d’entendre célébrer leurs périlleuses aventures par la voix des hérauts17 », dans le texte original, la mention n’est pas si claire. Elle se lit ainsi : « Contenti sunt clamoribus preconum triomphorum18 ». Au lieu de « héraut » le texte original propose donc « praeco » ou plus précisément « praeco triumphorum », c’est-à dire crieur des triomphes ou triomphal. Soit l’auteur ne connaissait pas les particularités de cet office, soit il choisit de les décrire par leurs fonctions, lorsqu’il a cherché le mot adéquat en latin. En tout cas, l’office de héraut d’armes et son fonctionnement dans l’espace sonore sont, ici, directement liés l’un à l’autre.

  • 19 Cf. Seyler G., Geschichte der Heraldik (Wappenwesen, Wappenkunst, Wappenwissenschaft), Nuremberg, (...)

17C’est ce que l’on retrouve aussi dans l’espace germanophone, ou le mot « Herold » était totalement inconnu jusqu’au milieu de XIVe siècle, et où l’on utilisait, pour décrire les fonctions qui incombaient par habitude aux hérauts d’armes, entre autres, le mot « crogieraere/gröjeraere/kroijiraere », lié au terme français « crieur19 ».

La communication orale formalisée, les cris des hérauts d’armes

  • 20 Pour les débuts de cet office voir entre autres Wagner A. R., Heralds of England. A History of the (...)

18C’est ce qui apparaît de manière évidente, si l’on regarde les fonctions que les hérauts d’armes accomplissaient à partir du XIIIe siècle, lors des tournois qui ont vu la naissance de leur office20. Ce groupe s’y distinguait par sa capacité à reconnaître les combattants à partir de leurs armoiries, à proclamer leur nom et raconter leurs prouesses, et enfin, à crier leur cri d’armes – afin de les identifier, mais aussi pour les encourager pendant le combat.

  • 21 Voir ci-dessous.
  • 22 Cf. Heraudica. Base de donnees et collection des sources en plein texte pour la recherche sur les (...)

19De plus, ils étaient chargés de tout un éventail de cris relevant de l’organisation de l’événement21. Au moins à partir du XIVe siècle, il leur incombait aussi d’annoncer les différents tournois, joutes et autres festivités. Pour la seconde moitié du siècle, nous disposons de près d’une centaine de mentions de tels personnages, payés pour avoir « publié et nonchié » des tournois, une tâche qui apparemment devenait un privilège de cet office22.

20Consacrons-nous donc à ces cris et proclamations plus formels des hérauts d’armes, qui s’effectuaient à partir de textes standardisés ou prescrits. Ces proclamations prenaient place, principalement, lors des tournois, des joutes et autres faits d’armes comme les duels judiciaires.

  • 23 Pour les fonctions des hérauts d’armes dans le cadre des tournois, voir par ex. le traité Comment (...)
  • 24 Cf. Hiltmann, T. et Israel, U., « Laissez-les aller. Die Herolde und das Ende des Gerichtskampfes (...)

21Les hérauts d’armes étaient en charge de l’annonce de ces manifestations, puis, le jour du tournoi, ils appelaient les gentils hommes à se préparer, au cri de « Allez lacier gentilzhommes », et puis à sortir leurs hôtels ou tentes au cri de « Yssiez gentilzhommes23 ». Ils annonçaient les défenses au public (en fait, les règles de comportement pour ceux qui assistaient au spectacle). Parfois, dans les combats singuliers, ils marquaient aussi le début du combat en criant « Laissez les aller [faire leurs devoirs]24 ». Et c’étaient eux aussi qui invitaient les chevaliers, au son de différents cris, à se réveiller le matin, à se rendre à l’église, ou à aller se coucher.

  • 25 Voir par exemple pour les fêtes de l’ordre de la Toison d’or : Dünnebeil, S. (éd.), Die Protokollb (...)
  • 26 Sur ce cri tardif, voir Boureau A., Le simple corps du roi : l’impossible sacralité des souverains (...)
  • 27 Obersteiner, J., « Die Trauerfeier für Kaiser Maximilian I. in Spanien », dans Carinthia I. Mittei (...)
  • 28 Jean d’Auton, Chroniques de Louis XII, éd. René de Maulde la Clavière, Paris, 1889-1895, 4 vol. , (...)
  • 29 De cette manière, le héraut Jean de Saint-Audegonde, héraut Lothier au service du duc de Bourgogne (...)

22En fait, par leurs cris, ils contribuaient à structurer l’ensemble de cette manifestation. Mais il y avait aussi d’autres occasions pendant lesquelles ils pouvaient pratiquer des cris plus ou moins standardisés : dans les récits des offrandes, soit dans le contexte d’une fête d’un ordre de chevalerie ou pendant des obsèques, ils sont parfois mentionnés lorsqu’ils appellent les différents participants à l’offrande25. Le fameux cri « Le roi est mort, vive le roi » pendant les funérailles du roi de France, était lui aussi prononcé par les hérauts d’armes26. Un cri qui, plus tard, se pratiqua de manière presque identique à l’occasion des funérailles de Maximilien d’Autriche en 1519, lorsque quatre hérauts impériaux proclamèrent la mort de Maximilien en trois langues différentes et accueillirent Charles Quint en tant que nouveau souverain27. Ce fut aussi le cas lors des assemblées, comme celle tenue à Gênes, en 1507, par le roi de France, où l’on vit son roi d’armes Dauphin faire silence au cri de « De par le roi28 ». Et finalement, à partir du XVe siècle, on les vit de plus en plus être en charge de la proclamationdes trêves et des traités de paix29.

Les directives données dans les compendia des hérauts d’armes

  • 30 Pour les compendia en général voir Hiltmann T., Spätmittelalterliche Heroldskompendien, et en part (...)

23Les textes écrits ou compilés par les hérauts d’armes, recueillis dans les Compendia de l’office d’armes, montrent qu’ils se mettent eux-mêmes en scène dans l’espace sonore, surtout dans deux cas : en relation avec les tournois (et ici, en particulier avec l’annonce des tournois), et en relation avec le cri de largesse30.

Annonce des tournois et des joutes

24En ce qui concerne l’annonce des tournois, un des textes décrit la façon dont un héraut doit annoncer un tournoi de la manière suivante :

  • 31 Roland F. (éd.), Parties inédites..., op. cit., p. 186.

« Comment se doibvent publier tournois et jouxtes
Quant ung roy d’armes ou herault est ordonné pour cryer et publyer ung tournoy ou une jouxte, il le doit publyer à toute adventure, à son col qui doibt estre telle que de six aulnes d’escarlate ou aultre drap de telle couleur qu’il plaist au principal seigneur qui luy fait publyer ; et par-dessus celuy drap, doibt avoir sur fort parchemin ou bonne toille paintz bien et richement les deux banneretz à cheval, l’espée au poing, armés et armoyés de leurs armes, et en telle forme qu’ilz seront en tournoyant.
Item, et pour la jouxte y doibvent estre paintz bien richement ceux qui font publyer la jouxte, à cheval, la lance au poing, eux et leurs escus housciés et couvertz en la forme qu’ilz seront à la jouxte. [...] Et si le doibt premier publyer à la cour de celuy qui lui fait faire, et puis après ès marches là où il est envoyé, et ès places à ce accoustumées, quant il a esté ès cours des princes où il va31. »

25Ces observations plus générales sont suivies par des textes exemplaires de chaque type d’annonces. Celle du tournoi par exemple commence par les mots :

  • 32 Ibid.

« Or oez, or oez, or oez, princes, seigneurs, chevalliers et escuyers. On vous fait assavoir ung tres grand pardon d’armes, et ung très noble et riche tournoy, de par les telz, etc., et de par les telz, etc.32. »

  • 33 Ibid., p. 188.

26Puis sont nommés les organisateurs, le lieu et le temps du tournoi et des précisions à propos de son programme. Ils suivent les règles de tournois, y compris des sanctions en cas d’infraction, la description des prix du tournoi et finalement la déclaration d’un sauf-conduit pour les participants huit jours avant et huit jours après la manifestation organisée par tel ou tel prince. L’annonce finit par les mots : « Il dist voir le herault33. »

  • 34 C’est ainsi illustré par la miniature tiré de livre des tournois de René d’Anjou, mentionnée au dé (...)

27Ce que l’on peut retenir de cette description détaillée, ce sont, entre autres, les précisions quant à la mise en scène du cri. En effet, au moins d’après ce texte, les hérauts d’armes qui annonçaient un tournoi ou une joute étaient censés porter une étoffe rouge (ou d’une autre couleur) et, ce qui est important, une image, ou un dessin – « aventure », dans le texte – autour du cou, qui renvoyait directement au texte de leur proclamation, mettant son contenu en contexte34. Ce qui tourne notre attention vers l’aspect multi-sensoriel, ou multimédia, de la publication, et vers l’importance du visuel qui accompagnait ainsi le cri du héraut et donc sa prise de possession de l’espace sonore.

Le cri de largesse

  • 35 Roland F. (éd.), Parties inédites, op. cit., p. 202.

28On établit un constat similaire dans les cas des cris de largesse. Quand un prince ou un seigneur accordait une largesse (normalement une somme d’argent) aux hérauts d’armes présents, ceux-ci le remerciaient aussitôt avec le cri de largesse. D’après les Compendia de l’office d’armes, le roi d’armes ou, en son absence, le héraut d’armes le plus digne présent, devait s’adresser au roi, prince ou seigneur qui avait donné la largesse, et lui demander qu’« ils le puissent cryer et publyer par vostre bénigne licence et congié35 ».

  • 36 Ibid., p. 201.

29On peut noter que ces instructions sont particulièrement sensibles aux différents titres. Elles soulignent, à propos du roi d’armes ou héraut, qui s’acquitte de cette adresse au roi, prince ou seigneur en question, « qu’il leur fault dire tout au long leurs tiltres, ainsi qu’ilz s’escripvent36 », dont le texte donne ensuite plusieurs exemples. Puis le texte continue :

  • 37 Ibid., p. 202 sq.

« Scelon l’usaige de France, après que le congié du roy ou du prince est donné de cryer la largesse et que le remercyement est fait, ilz se leivent de genoulx et ilecques en estant devant la personne du roy ou du prince qui se siet à table, hault que chascun le poeut oyr, il publie et crye tout pareillement ses tiltres comme il a fait par avant : “À tres excellent, tres hault, tres puissent tel, etc., Largesse, largesse, largesse.” Et ilecq cryent tous les aultres de l’office d’armes avecq luy, ayant tous leurs cottes d’armes vestues, eulx estans arengiés tous autor de la salle ou chambre en laquelle le prince est, et ès aultres salles ou chambres, s’il y a assietes de seigneurs ; et puis de là, ilz s’en vont en la boutteillerie.
Mais à bien entendre, ces cris et remercyemens se font, scelon les personnes et estas de ceulx qui donnent la largesce, et quant ilz vont ès salles et chambres là où le prince ne est en personne, si cryent ilz aussi bien largesce trois fois avecque ses tiltres comme ilz ont fait en sa presence37. »

  • 38 Voir par exemple, la mention dans les comptes du duc de Bourgogne, pour la fête de Pâques 1419 : « (...)

30Cette pratique n’était pas exclusive aux tournois, mais elle était aussi courante lors de différentes fêtes. Au XVe siècle, à la cour du roi de France, mais aussi des autres princes de sang, ces cris se faisaient de manière régulière pour les quatre grandes fêtes chrétiennes de l’année (Noël, Pâques, la Pentecôte et la Toussaint)38.

31Ce que l’on peut constater ici, c’est, premièrement, à nouveau, la mise en scène des cris, avec la mention délibérée des cotes d’armes des hérauts et leur arrangement dans l’espace. Et deuxièmement, que la proclamation correcte du titre, ou plus précisément, des titres des bienfaiteurs, était considérée comme de très haute importance. Ce qui fait du paysage sonore, dans le cas étudié, un véritable paysage de représentation. Le roi ou le prince s’achetaient, finalement, une présence momentanée dans le paysage sonore de la cour.

L’espace sonore en déclin ?

  • 39 Comme par ex. à l’occasion du couronnement du dauphin François en duc de Bretagne en 1532 (Godefro (...)

32Pour finir, je souhaite m’attarder sur un troisième constat. Tandis que des traces du cri de largesse des hérauts d’armes se retrouvent jusqu’au début de XVIe siècle, et même plus tard39, les annonces des tournois, quant à elles, ont considérablement changé et n’ont apparemment pas survécu.

  • 40 Voir Hiltmann, T., « Information et tradition textuelle. Les tournois et leur traitement dans les (...)

33Au lieu de proclamer des tournois et des joutes, les hérauts d’armes commençaient à transmettre et « montrer » par des documents écrits les chapitres, les défis et les règlements des différentes manifestations chevaleresques. Des manifestations comme les pas d’armes et les emprises d’armes, mais aussi des simples joutes, dont le règlement était de plus en plus complexe et individualisé, ce qui nécessitait leur mise par écrit40.

  • 41 Pour une première vue d’ensemble voir Hiltmann T., « Herolde und die Kommunikation zwischen den Hö (...)
  • 42 D’après une description de cet audience donnée dans Paris, BnF, fr. 1556, fol. 96 r °, cité d’aprè (...)

34Cet impact de l’écrit dans le paysage sonore toucha aussi d’autres domaines de l’office d’armes. Ce fut le cas des rapports et relations des hérauts d’armes, qui se faisaient de plus en plus par écrit41. Ou aussi en matière de transport des messages et des nouvelles, qui se passaient de plus en plus de l’oral à l’écrit. En 1529, François Ier put ainsi publiquement répondre à un héraut d’armes de Charles Quint, auquel son maitre n’avait pas donné de lettres mais seulement un message « de bouche » : « Amy, retourne vers ton maistre car je ne croy point en parolles42. »

  • 43 Voir Hiltmann T., Spätmittelalterliche Heroldskompendien, op. cit., p. 25-27.
  • 44 DouëtD’Arcq L. C. (éd.), Comptes de l’Hôtel des rois de France aux XIVe et XVe siècles, Paris, Ren (...)

35Finalement, cette perte d’importance et de crédibilité de l’espace sonore (et non-écrit) est manifeste aussi dans l’évolution des milieux où les hérauts étaient recrutés. Au début, la majorité des hérauts d’armes étaient des ménestrels. Aux Pays-Bas, par exemple, au XIVe siècle, le terme de héraut d’armes était utilisé de manière presque interchangeable avec celui de « spreker43 » (celui qui parle). En même temps, en France, le célèbre Nicolas Villart, avant qu’il eût pris l’office de héraut d’armes Calabre et roi d’armes d’Anjou, était mentionné dans les sources comptables comme « ménestrel de bouche44 ».

  • 45 Pour les origines sociales des hérauts d’armes, ibid., p. 21-29.
  • 46 Nous avons plusieurs indices de ce changement dans le recrutement des hérauts. En titre d’exemple (...)

36Au XVe siècle, du moins à la cour des ducs de Bourgogne, on peut observer que les hérauts d’armes étaient de plus en plus issus du groupe des messagers et chevaucheurs, où les fonctions diplomatiques prévalaient45. Au XVIe siècle, les hérauts d’armes furent recrutés à plusieurs reprises parmi des peintres – preuve d’un changement des fonctions qui incombaient à l’office de héraut d’armes, manifestant une dévalorisation de leurs activités orales46.

37Pour conclure, ces quelques observations nous rappellent que le paysage sonore était, au Moyen Âge, un espace public utilisé à des fins politiques, non seulement dans le cadre de la communication, mais aussi, en particulier, dans celui de la représentation.

38Le rôle, à la fois sonore et visuel, joué par les hérauts d’armes et rappelé ici, invite donc l’historien à prendre en compte cette combinaison synesthésique de l’espace public. N’oublions pas non plus, comme le révèle l’évolution du statut et des fonctions des hérauts, qu’au tournant du XVe siècle, l’influence grandissante de l’écrit finira par impacter les paysages sonores.

Notes

1 René d’Anjou, Le traictié de la forme et devis d’ung tournoy (Paris, BnF, Ms. Fr. 2695, fol. 19).

2 En fait, dans plusieurs cas et surtout dans des ouvrages scientifiques plus anciens, on peut même observer que tous ceux qui effectuaient des annonces et cris publics sont désignés comme « hérauts d’armes », sans distinguer les particularités de cet office. Le même constat s’applique pour les auteurs médiévaux quand il s’agit de désigner les hérauts d’armes en langue latine, voir ci-dessous.

3 La question du cri a été abordée par Lett D., Offenstadt N., Haro ! Noël ! Oyé ! Pratiques du cri au Moyen Âge, op. cit.

4 « Laudabiliter peregerunt et actus commendabiles, dignos quoque memoria, unde certe gloriam sibi perhennem peperissent, si scriptis expeciisent mandari ; se quasi proprie fame neglectores, contenti sunt clamoribus preconum triumphorum, vel echo excipienti plausus theatrales cum quanta periculo tunc usi sunt commisisse » (Chroniques du Religieux de Saint-Denys, éd. et trad. Louis-François Bellaguet, Paris, 1842, reprint 1994, 3 vol. , t. V, p. 550 sq.).

5 Le débat des hérauts d’armes de France et d’Angleterre suivi de The Debate between the Herald of England and France by John Cook, éd. P. Meyer et L. Pannie, Paris, Firmin Didot, 1877, p. 1 (réimp. New York 1966). Pour une interprétation plus détaillée de cette citation et son importance pour la compréhension de l’office des hérauts d’armes, voir l’article de Melville G., « “Un bel office”. Zum Heroldswesen in der spätmittelalterlichen Welt des Adels, der Höfe und Fürsten », dans Moraw P. (dir.), Deutscher Königshof, Hoftag und Reichstag im späten Mittelalter, Stuttgart, Thorbecke, 2002, p. 291-321.

6 Parties inédites de l’oeuvre de Sicile, héraut d’Alphonse V roi d’Aragon, maréchal d’armes du pays de Haynaut, auteur du Blason des Couleurs, éd. F. Roland, Mons, Dequesne Masquillier, 1876, p. 90.

7 Voir aussi l’article de Boudreau C., « Messagers, rapporteurs, juges et « voir-disant ». Les hérauts d’armes vus par eux-mêmes et par d’autres dans les sources didactiques (XIVe-XVIe siècles) », ead. et al. (dir.), Information et société en Occident à la fin du Moyen Âge. Actes du colloque international tenu à l’université du Québec à Montréal et à l’université d’Ottawa (9-11 mai 2002), Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 233-245.

8 Voir par exemple Parties inédites..., op. cit., p. 188 et 189.

9 Cf. Schnerb B., « Musique, jeux et apertises à la cour de Jean sans Peur, duc de Bourgogne », dans Publications du Centre européen d’études bourguignonnes, no 45, 2005, p. 16-21, qui démontre que l’auteur de ce poème, qui se désigne lui-même seulement par Ruelle, pourrait être identique avec Jacquet de La Ruelle, qui deux ans après l’évènement relaté dans ce texte, apparait dans la comptabilité bourguignonne en service du duc de Bourgogne, en tant que poursuivant d’armes nommé Talent (Dijon, Archives départementales de la Côte-d’Or, B 1560, fol. 093 r °).

10 Voir par exemple Roussineau G. (éd.), Perceforest. Deuxième partie, 2 t., Genève, Droz, 2001, p. 321, chap. 597, l. 13.

11 Geoffrey Chaucer, « House of Fame », dans Benson D. (éd.), The Riverside Chaucer, Oxford, Oxford University Press, 1988, p. 347-373, ici p. 364, v. 1321 sq.

12 Voir par ex. les chroniques de Froissart, quand il raconte, comment il passait, en 1386, avec un groupe des anglais et des portugais la Galice, où ils rencontrent le héraut, sur quoi l’un de ses compagnons dit : « Vecy le herault du roy de Portingal, qui ne fut, long temps ja, en ce pays. Je luy veul demander des nouvelles. » Jean Froissart, Chroniques, éd. J. Kervyn de Lettenhove, Bruxelles 1867-1877, 25 vol. , [réimpr. Osnabrück, Biblio, 1967], t. XI, p. 390 sv.

13 Enguerrand de Monstrelet, La Chronique, en deux livres, avec pièces justificatives, 1400-1444, éd. par Douët d’Arcq L. C., 6 vol. , Paris, Renouard, 1857-1862, t. IV., livre 1, chap. CCLXVII, p. 116-117.

14 Von Liliencron R. (éd.), Die historischen Volkslieder der Deutschen vom 13. bis 16. Jahrhundert, 5 vol. , Leipzig, F. C. W. Vogel, 1865-1869, t. 1, n ° 43, p. 206-209, ici v. 73-76 (« Königsberg, cela doit te désoler/Et tu dois, autant que possible, le rendre public/Si bien qu’aux choses bonnes et vraies/Tu as juré et serment prêté. »).

15 Ibid., v. 120sv. (« Cette méchanceté est bien arrivée ;/Est-ce tu ne veux pas le proclamer [ou, traduit littérairement : le dire par toujours]... »).

16 Ibid., no 115, p. 539, strophe 49 (« Vous, hérauts et poursuivants, Je suis étonné que vous n’en parliez pas, Vous devez déshonorer ceux qui s’enfuiraient, Et le crier encore plus fort que quiconque, Dans toutes les parts du monde. »)

17 Chronique du Religieux, t. V, p. 551.

18 Ibid., p. 550.

19 Cf. Seyler G., Geschichte der Heraldik (Wappenwesen, Wappenkunst, Wappenwissenschaft), Nuremberg, Bauer & Raspe, 1890, p. 19-45. Pour plus des détails voir maintenant Bock N., Die Herolde im römisch-deutschen Reich. Studie zur adeligen Kommunikation im späten Mittelalter, Ostfildern, Thorbecke, 2015.

20 Pour les débuts de cet office voir entre autres Wagner A. R., Heralds of England. A History of the Office and College of Arms, London, HMSO, 1967, p. 1-40. ; Van Androoij, W., Spiegel van ridderschap. Heraut Gelre en zijn ereredes, Amsterdam, Prometheus, 1990, p. 16-28 ; et surtout le mémoire de maîtrise, malheureusement inédite de Dany, D., Le personnage du héraut d’armes à travers quelques œuvres des XIIe et XIIIe siècles, mémoire de maîtrise, université Jean Moulin, Lyon, 1989.

21 Voir ci-dessous.

22 Cf. Heraudica. Base de donnees et collection des sources en plein texte pour la recherche sur les herauts d’armes, conçu et coordonnée par Torsten Hiltmann, avec la collaboration de Franck Viltart, Henri Simonneau et Nils Bock [http://www.heraudica.org] (mise en ligne en préparation).

23 Pour les fonctions des hérauts d’armes dans le cadre des tournois, voir par ex. le traité Comment la noble office d’armes se doibt conduire en ung tournoy contenu dans le compendium du héraut Sicile, édité par : Roland, F. (éd.), Parties inédites, op. cit., p. 191-198. Pour les deux cris ci-dessus cité voir p. 194 et 195. Pour une vue d’ensemble de ces textes voir Hiltmann, T., Spätmittelalterliche Heroldskompendien. Referenzen adeliger Wissenskultur in Zeiten gesellschaftlichen Wandels (Frankreich und Burgund, 15. Jahrhundert), Munich, Oldenbourg Verlag, 2011 (Pariser Historische Studien, 92), p. 284-290.

24 Cf. Hiltmann, T. et Israel, U., « Laissez-les aller. Die Herolde und das Ende des Gerichtskampfes in Frankreich », Francia, no 34/1, 2007, p. 65-84.

25 Voir par exemple pour les fêtes de l’ordre de la Toison d’or : Dünnebeil, S. (éd.), Die Protokollbücher des Ordens vom Goldenen Vlies, Stuttgart, Thorbecke, 2002, t. II, p. 81, no 47., ou aussi le Traité d’obsèques contenu dans les Compendia des hérauts d’armes (Hiltmann T., Spätmittelalterliche Heroldskompendien, p. 293).

26 Sur ce cri tardif, voir Boureau A., Le simple corps du roi : l’impossible sacralité des souverains français (XVe-XVIIIe siècle), Paris, Les Éditions de Paris, 2000.

27 Obersteiner, J., « Die Trauerfeier für Kaiser Maximilian I. in Spanien », dans Carinthia I. Mitteilungen des Geschichtsvereins Kärnten, no 148, 1958, p. 671-672.

28 Jean d’Auton, Chroniques de Louis XII, éd. René de Maulde la Clavière, Paris, 1889-1895, 4 vol. , t. IV, p. 25-26.

29 De cette manière, le héraut Jean de Saint-Audegonde, héraut Lothier au service du duc de Bourgogne, était payé, en 1475, « pour faire la publication de la treve de neuf ans prinse entre le roy et mondit seigneur » (Albrecht C., « Die Monatsrolle des burgundischen Argentiers Nicolas de Gondeval für den Oktober 1475. 1. Einführung und Edition », Francia, no 22.1, 1995, p. 106), et Jean Molinet, pour citer un exemple supplémentaire, relate, pour l’année 1492, que c’était Ponthieu, héraut du seigneur d’Esquerdes, qui était « venu en Arras nonchier la paix estre faite entre les. II. rois de France et d’Engleterre » [Doutrepont G. et Jodogne O. (éd.), Chroniques de Jean Molinet, 3 vol. , Bruxelles, Palais des académies, 1935-1937, t. II, chap. CCXLVI, p. 341].

30 Pour les compendia en général voir Hiltmann T., Spätmittelalterliche Heroldskompendien, et en particulier pour les textes concernant les différentes publications, ibid., p. 289 sq.

31 Roland F. (éd.), Parties inédites..., op. cit., p. 186.

32 Ibid.

33 Ibid., p. 188.

34 C’est ainsi illustré par la miniature tiré de livre des tournois de René d’Anjou, mentionnée au début de cet article, voir note 671.

35 Roland F. (éd.), Parties inédites, op. cit., p. 202.

36 Ibid., p. 201.

37 Ibid., p. 202 sq.

38 Voir par exemple, la mention dans les comptes du duc de Bourgogne, pour la fête de Pâques 1419 : « Aux heraulx, trompetes et menestrers qui servirent monseigneur le jour de Pasques communiaux derrenierement passees mil iiiicxix, la somme de cinquante frans que mondit seigneur leur donna cedit jour pour le servir et pour crier largesse pour la solempnité dudit jour » (Mollat M. [éd.], Comptes généraux de l’État bourguignon entre 1416 et 1420, 6 vol. , t. I, p. 43, n ° 155).

39 Comme par ex. à l’occasion du couronnement du dauphin François en duc de Bretagne en 1532 (Godefroy D. [éd.], Le cérémonial françois, 2 vol. , t. I, Paris, Sébastien Cramoisy, 1649, p. 622), des tournois pendant le séjour de Charles Quint à Paris en 1540 (Guiffrey G. [éd.], Cronique du roy Françoys premier, Paris, Renouard, 1860, p. 305-306) et même encore à l’occasion de baptême du futur Louis XIII en 1606 (Godefroy D. [éd.], Le cérémonial françois, op. cit., t. II., p. 174-176).

40 Voir Hiltmann, T., « Information et tradition textuelle. Les tournois et leur traitement dans les manuels des hérauts d’armes au XVe siècle », dans Boudreau C. et al. (dir.), Information et société en Occident à la fin du Moyen Âge, Actes du colloque international tenu à l’université du Quebec à Montréal et à l’université d’Ottawa (9-11 mai 2002), Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 219-231. Maintenant aussi : idem., « Un État de noblesse et de chevalerie sans pareilles ? Tournois et hérauts d’armes à la cour des ducs de Bourgogne », Paravicini W. (dir.), La cour de Bourgogne et l’Europe. Le rayonnement et les limites d’un modèle culturel (Beihefte der Francia ; 74), Ostfildern, Thorbecke, 2013, p. 251-286.

41 Pour une première vue d’ensemble voir Hiltmann T., « Herolde und die Kommunikation zwischen den Höfen in Europa (14.-16. Jahrhundert) », op. cit., p. 57-60.

42 D’après une description de cet audience donnée dans Paris, BnF, fr. 1556, fol. 96 r °, cité d’après Guiffrey G. (éd.), Cronique du roy Françoys premier, op. cit., p. 75 n. 1.

43 Voir Hiltmann T., Spätmittelalterliche Heroldskompendien, op. cit., p. 25-27.

44 DouëtD’Arcq L. C. (éd.), Comptes de l’Hôtel des rois de France aux XIVe et XVe siècles, Paris, Renouard, 1865, p. 185sv, pour l’année 1382. Pour Nicolas Villart, héraut Calabre et roi d’armes d’Anjou et Touraine, voir Melville, G., « Der Brief des Wappenkönigs Calabre. Sieben Auskünfte über Amt, Aufgaben und Selbstverständnis spätmittelalterlicher Herolde », Majestas, no 3, 1995, p. 69-116 ; et Hiltmann T., Spätmittelalterliche Heroldskompendien, passim, op. cit.

45 Pour les origines sociales des hérauts d’armes, ibid., p. 21-29.

46 Nous avons plusieurs indices de ce changement dans le recrutement des hérauts. En titre d’exemple nous pouvons citer Jacques Le Boucq qui était connu surtout en tant que peintre et illuminateur, mais qui servit en tant que héraut d’armes sous Charles Quint et pendant une vacance en 1559 fut même promu à l’office de roi d’armes de la Toison d’or, et Gaspard Masier, domicilié à Chambéry, que l’on rencontre dans les sources savoyardes à partir de 1531 surtout en tant que peintre des armoiries, mais qui au plus tard à partir de 1559 servait aussi le duc de Savoie en tant que héraut d’armes. Voir pour Jacques Le Boucq : Devillers L., « Le Boucq (Jacques) », dans Biographie Nationale de Belgique, t. XI, col. 535-537, ainsi que Le boucq de Ternas A., Notice historique, littéraire et généalogique sur la famille Le Boucq de Valenciennes, suivie de pièces justificatives, Douai, Vve Ceret-Carpentier et A. Obez, 1857, p. 2-6. ; et pour Gaspard Masier voir : Dufour A. et Rabut F., « Notes pour servir à l’histoire de Savoyards de divers états. Les peintres et les peintures en Savoie du XIIIe au XIXe siècle », dans Mémoires et documents publiés par la Société savoisienne d’histoire et d’archéologie, no 12, 1870, p. 124-126 et 183. En même temps, on trouve avec Nicolau Chanterene en Portugal un sculpteur qui sera nommé à l’office d’héraut d’armes, voir : Grilo F., « Nicolau Chanterene. Escultor e arauto de D. Joao III », dans Revista do Centro de História da Universidade de Lisboa, no 9, 2003, p. 87-106.

Auteur

Université de Münster, Membre du Historische Hilfswissenschaften.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540