Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les paysages sonores

 | 
Laurent Hablot
, 
Laurent Vissière

Deuxième partie. Chants de guerre et cris d'armes

Cris de guerre et d’armes

Formes et fonctions de l’emblème sonore médiéval

Laurent Hablot

Texte intégral

  • 1 Holden A. J. (éd.), Roman de Rou, trad. G. S. Burgen, E. Van Hours, Otley, 2002, vers 3921 à 3944. (...)

« Mult veïssiez par les grant plaignes/moveir conreiz e chevtaignes ;/ni a riche home ne baron/qui n’ait lez lui son gonfanon,/ou sa maisnie se restreigne,/conoissances e entresainz,/de plusors guises escuz painz./Mult veïssiez cez chans fremir,/poindre cheval e porsaillir,/haunste lever, lances brandir/escuz e helmes relusir ;/si com il poignent criant vont/itels enseignes com il ont./Cil de France crient « Montjoie ! »/ceo lor est bel que l’en les oie ;/Guillaume crie « Deus aïe ! »/c’est l’enseigne de Normandie ;/Neel crie « Saint Salveor ! »/ceo est l’enseigne de s’enor/e Ranof crie a grant poeir/« Saint Saveir, sire saint Saveir ! »/e Haim as Denz vait reclareclamant/« Saint Amant, sire saint Amant ! »/Grant noise out al venir ensemble,/tote la terre crolle e tremble1. »

  • 2 Sur cette question l’essentiel de la bibliographie date de la fin du XIXe siècle. Mais l’intérêt d (...)
  • 3 Guyot-Bachy I., « Les échos de la guerre chez les historiens et les chroniqueurs », dans Lett D. e (...)

1La question des cris de guerre suscite depuis quelques temps déjà la curiosité des médiévistes. En dépit de quelques trop rares monographies, le sujet attend pourtant encore son historien2. Les sources ne manquent pas cependant. À en croire Isabelle Guyot-Bachy, la guerre offre un des rares espaces sonores où les cris sont pris en compte par les auteurs, en particulier ces cris normés et rituels que sont les cris d’armes3. L’objet lui-même, souvent trop isolé par les sources, mériterait, pour en saisir la portée pratique, d’être replacé dans les paysages sonores où il s’inscrit – et notamment ces « cris de la guerre » analysés par cette historienne. C’est toutefois davantage l’aspect typologique, symbolique et emblématique du dossier qui retiendra notre attention ici, en particulier l’exploitation politique de certains de ces signes sonores. De quels types de cris « de guerre » fait-on mémoire dans les sources ?

  • 4 Hablot L., « Les cris écrits. L’apparition des cris, mots emblématiques et sentences dans l’hérald (...)
  • 5 Du Cange dresse un catalogue d’occurrences latines : « bellicus clamor », « signum militare », « s (...)

2Il convient d’abord de s’entendre sur les termes, ici plus qu’ailleurs peut-être tant la confusion est grande en la matière. La mise par écrit de certains de ces cris dans les panoplies héraldiques de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne, confondus avec d’autres types de formules, crée un certain désordre qui a longtemps perdu les héraldistes et sur lequel j’ai tenté de faire le point dans un précédent article4. Il convient donc de distinguer les cris de guerre féodaux ou « cris d’armes », des « cris de guerre » à proprement parler qui restent communautaires ou « nationaux ». Ceux-ci se démarquent du juron de capitaine, du mot emblématique et de la devise héraldique. Seuls les premiers concernent expressément le champ de bataille. Ils y révèlent diverses identités, y remplissent différentes fonctions et fournissent, dans ce contexte, un signe de reconnaissance essentiel, si ce n’est, peut-être, le seul véritablement efficace. Les sources, si elles les mentionnent, parlent précisément de signum, quand elles sont latines, ou d’enseigne, quant elles sont en langue romane ou française5.

3Mais la fonction de ces cris ne s’arrête pas là. À mesure que les structures des armées médiévales se précisent et se redessinent, la maîtrise des signes visuels et sonores de l’identité chevaleresque et de l’autorité militaire devient un véritable enjeu politique. Depuis la réalité des fiefs et des mêlés ou celle des lices et des campements, le cri de guerre gagne le virtuel des représentations du pouvoir, transformant ce « paysage sonore » en véritable « patrimoine sonore ».

Le cri de guerre, une nécessité !

4La fonction primitive du cri de guerre est, bien entendu, son utilisation comme signe de reconnaissance sur le champ de bataille. À en croire les interprétations que les auteurs proposent des sources, les cris coexistent dans ce cadre avec de multiples signes visuels chargés de dire les différents niveaux d’identité et d’autorité, depuis le gonfanon féodal, la bannière seigneuriale jusqu’au bouclier armorié chevaleresque, en passant peut-être par des signes collectifs, brassards ou croix. Pourtant dès que l’on se penche plus en détail sur ce problème des signes d’identité dans les armées médiévales, les pistes s’embrouillent les problèmes s’épaississent.

5Qui peut croire que le bouclier armorié ait jamais permis de distinguer les chevaliers les uns des autres dans la furie d’une mêlée ? Comment s’organise la hiérarchie des enseignes : gonfanons, étendards, bannières, pennons, pennonceaux et guidons ?

  • 6 Sur le rôle des trompettes à la bataille, voir Jones R. W., Bloodied banners : Martial Display on (...)
  • 7 Ces questions ont été l’objet de plusieurs de mes travaux. Voir par exemple : « Entre pratique mil (...)

6Si l’on accepte les rôles des enseignes vexillaires et des trompettes pour l’organisation générale des mouvements stratégiques et la localisation précise du commandement6, si l’on peut admettre que le chef de guerre s’expose parfois en grande tenue héraldique, comme à la parade, si l’on prend enfin en compte les croix nationales et autres enseignes tardivement attestées, qu’en est-il pourtant de la reconnaissance immédiate de l’ennemi dans un instant où pleuvent les coups, où bruissent les armes, où résonnent les cris7. En clair, comment savoir avec pertinence sur qui frapper ?

  • 8 Les scènes de désastres militaires liés à une erreur d’identification des armoiries ou des devises (...)

7À l’évidence le cri de guerre ou d’armes joue ici un rôle essentiel. Quoi de plus aisé à partager en effet que cette formule simple et brève, aisément identifiable, utilisable aussi bien par un groupe défini que par un individu isolé, rendue inimitable par l’accent qui le prononce, utilisable le jour comme la nuit, même par temps de brouillard8 ! Ce type de sentence, qui permet assurément de savoir qui est qui au plus vif des combats, traverse les siècles depuis les armées normandes d’Hastings jusqu’aux compagnies d’ordonnance de la fin du Moyen Âge. Quelques exemples bien documentés confirment que ce signe identitaire de ralliement est à la fois très ancien, très répandu et de formes et d’origines très diverses.

  • 9 Végèce, Mil. 3-5-3. Voir Vegezio Renato F., dans Ortolani G. (dir.), L’arte militare, Roma, Istitu (...)
  • 10 Allmand C., « The De re militari of Vegetius in the Middle Ages and Renaissance », dans Saunders C (...)
  • 11 Jules César les mentionne dans les Commentaires de sa Guerre des Gaules au livre 7 et dans sa Guer (...)
  • 12 On retrouve par exemple ce cri mentionné dans Benoît de Sainte-maure, Chronique des ducs de Norman (...)
  • 13 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, liv. XII, A. Le Prévost (éd.), t. IV, Paris, 1852, p. 362.
  • 14 Le célèbre « Montjoie saint Denis ! » a fait couler beaucoup d’encre : voir l’érudit, mais parfois (...)
  • 15 « Gianna ! cridon en Peitau », « Guyenne !, crie-t-on en Poitou » (Macabru, Poèsies complètes du T (...)

8Au IVe siècle déjà, dans son De re militari, Végèce mentionne l’emploi de cris durant les combats, distinguant entre les signa vocalia, semivocalia et muta9. Mais point n’est besoin d’attendre sa traduction par Jean de Meung à la fin du XIIIe siècle10 pour voir apparaître les cris de guerre dans le « paysage sonore » médiéval. Ces cris, probablement employés dès le haut Moyen Âge, et sans doute même déjà durant l’Antiquité11, apparaissent très tôt dans l’écrit. Dès le milieu du XIe siècle, par exemple, pour le « Dieix Aïe ! » des Normands de Guillaume le Conquérant ou le « Montjoie ! » des Français criés tous deux à la bataille de Mortemer en 105412. Orderic Vital (1075-1143) s’interroge déjà sur l’étymologie de ce dernier cri qui est cité quatorze fois dans La Chanson de Roland vers 109513. Cette sentence martiale est d’ailleurs rapidement complétée par l’invocation à saint Denis, comme en témoigne dès 1160 le Couronnement de Louis14. En 1099, La Gesta Francorum mentionne le cri commun des premiers croisés : « Dieu le veut. » « Guyenne ! », cri des Aquitains, est attesté pour sa part dès 1130 dans les chansons du troubadour Macabru et, au début du XIIIe siècle, dans le roman en langue d’oïl Joufroi de Poitiers, confronté au « Tolose ! » des vassaux d’Amfos Jourdain15 : « Les gent Anfos crient « Tolose ! »,/Et « Guiane ! » li Poitevin » (vers 4532-4533).

  • 16 Ainsi dans le Tournoi de Chauvency : « Et Cuenes vint lance pour fautre,/Dedans son hiaume escrïen (...)

9Mais là encore, les choses sont peut-être moins simples qu’il n’y paraît et l’univers sonore édifié par nos sources ne reflète sans doute qu’une part de la réalité. D’un point de vue pratique d’abord, quelle peut être la pertinence d’un cri dans le tumulte du combat où il se mêle à tant d’autres sons ordonnés ou confus ? Comment s’y retrouver quand s’interpolent dans une même bataille d’innombrables cris de guerre de différentes natures ? Quelle est la portée efficace d’un cri étouffé par le vantail d’un heaume16 ? D’un point de vue fonctionnel ensuite : quelle est la principale fonction de ce cri : exhorter, rassembler, identifier, acclamer, occuper l’espace ? Qui en a l’exacte maîtrise et la définition ? Est-ce un cri seigneurial ? Un cri personnel ? Un cri communautaire ? Un cri occasionnel ou un cri emblématique ?

10D’importantes nuances distinguent ces exclamations et soulignent, s’il le fallait, la portée sémiologique du cri de guerre.

Cri de guerre, cri d’armes

11L’extrait du Roman de Rou, cité en exorde, introduit d’évidentes distinctions entre différentes natures de cris. Au cri d’une communauté – les Français et leur « Montjoie » –, répondent des invocations apparemment personnelles – « Guillaume crie « Dieu Aide », Ranof et Him ont leur cri » – mais partagées par le groupe – « C’est l’enseigne de Normandie », « Ceo est l’enseigne de s’enor » – et des cris seigneuriaux – « Saint Salveor » – dont on en sait trop s’ils désignent uniquement le seigneur ou l’ensemble de ses dépendants. L’analyse plus précise de certains cris bien documentés permet de dégager quelques grands types d’exclamations, même s’il faut noter que, comme pour toute réalité médiévale, les catégories ne sont jamais totalement hermétiques ni systématiques.

Le cri de guerre, un cri communautaire ?

  • 17 Lacroix B.-M., « Deus le volt ! La théologie d’un cri », dans Études de civilisation médiévale. Mé (...)
  • 18 Pepin, « Les cris de guerre “Guyenne !” et “Saint-Georges !” », op. cit.

12Les sources nous révèlent des cris qui semblent, à l’évidence, l’expression d’une communauté, partagés aussi bien par l’autorité supérieure que par tous ceux qui se considèrent y appartenir, que cette communauté corresponde à un espace géographique, politique ou religieux. C’est déjà le cas du cri « Dieu le volt » partagé par les pèlerins de la première croisade vers 1096 et dont Guibert de Nogent précise qu’il est retenu au détriment d’autres signes vocaux17. C’est encore le cas du cri « Guienne ! » brillamment étudié par Guilhem Pépin qui insiste sur la dimension identitaire du cri dépassant très largement le contexte militaire et féodal18.

  • 19 « Dieu aide au Maréchal » (Duby G., Guillaume le Maréchal ou le meilleur chevalier du monde, Paris (...)

13Peut-être en est-il ainsi d’autres cris : le « Deus aïe » pourrait être devenu véritablement emblématique des Normands, puisque Guillaume le Maréchal le crie encore dans un tournoi à la fin du XIIe siècle19 – ce serait aussi le cas du « Montjoie » des Français sur lequel nous reviendrons. Mais les sources manquent souvent pour appréhender l’usage de ces exclamations hors-contexte. Toutefois, l’utilisation systématique dans la composition de ces cris d’expressions brèves, le plus souvent des invocation religieuses – et donc moins marquées politiquement –, en langue vernaculaire, voire même en patois local, participe de cette propriété commune qui distingue parfois le cri de guerre du cri d’armes.

Le cri d’armes, un cri féodal

  • 20 Les traités modernes mentionnent fréquemment la pratique du « relèvement de cry », apparemment syn (...)
  • 21 Sur le sujet, voir notamment du Cange, « De l’usage du cry d’armes », Petitot (éd.), p. 245.

14Parmi les cris employés à la guerre au Moyen Âge, le type dominant est sans conteste le cri d’armes. Très probablement dérivé du cri de guerre attaché à l’autorité militaire carolingienne, ces cris d’armes participent de ces signes régaliens accaparés par les seigneurs féodaux. Leur rapport étroit avec la bannière est fréquemment souligné par les auteurs, et il est probable qu’ils étaient déjà lancés dans le cadre des investitures ou des remises de bannières20. Les règles coutumières qui définissent leur usage sur le champ de bataille semblent bien établies dans les derniers siècles du Moyen Âge, et Froissart se fait régulièrement le témoin de ces ajustements hiérarchiques entre les cris des unités engagées au combat21.

  • 22 Sur ce cri et son exploitation communautaire, voir Pépin, « Guyenne ! saint Georges », op. cit., p (...)
  • 23 Sur l’origine de ce cri, voir La Borderie O. de, « Richard the Lionheart and the Birth of a Nation (...)
  • 24 Jean Froissart, Chroniques, Luce S., Raynaud G. et Mirot A. (éd.), Paris, SHF, 1869-1903, t. VI, p (...)
  • 25 Pastoureau M., Traité, op. cit., p. 217.
  • 26 Ibid., p. 217.
  • 27 Voir par exemple le chapitre cité de Maigne, Abrégé méthodique, op. cit., p. 182 sq.

15Les référents de ces cris d’armes sont extrêmement variés et ne sont pas sans rappeler ceux qui motivent le choix des figures héraldiques. Ils font par exemple allusion à un lieu ou à un objet sacré comme « Montjoie » qui évoque autant la bannière des Francs que le pays qu’elle protège. Ils renvoient fréquemment à un nom de fief et ou de famille tel « Armaignac ! » de la maison éponyme22, à un lignage prestigieux comme « Dammartin ! », crié par toutes les branches revendiquant cette parenté, ou « Tancarville », dont se réclame encore Guillaume le Maréchal, à une invocation religieuse comme le « Saint Georges ! » des sujets du roi d’Angleterre23 ou le « Notre-Dame Claikin ! » des hommes de du Guesclin24, à un cri d’alerte tel le « Au feu ! Au Feu ! » de la maison de Bar25, ou le « Harcourt à la rescousse ! » de Jacques d’Harcourt. Ils peuvent encore faire allusion à un motif des armoiries comme le « Flandre au lion ! » relatif au lion de sable des armoiries de la Flandre, ou à un événement fameux comme le « Limbourg à celui qui l’a conquis ! » de Jean de Louvain26. Les auteurs modernes de traités de blason ont d’ailleurs appliqué leur goût du classement typologique à cet emblème sonore27.

16Pour étendue qu’elle paraît, la gamme de choix est en réalité celle des marqueurs du fief : la terre, le nom, la bannière, le saint protecteur, le fait d’armes.

  • 28 Par l’abbatiat laïque qu’ils exercent jusqu’en 1128 puis leur patronage sur l’abbaye Saint-Maurice (...)

17Ce lien entre cri d’armes et patrimoine symbolique est fréquemment renforcé par le légendaire dynastique. C’est bien entendu le cas du « Saint Denis » des Français qui se développe en parallèle d’une valorisation de la figure du saint ou du « Saint André ! » des Bourguignons. Chez les comtes de Savoie, le cri « Saint-Maurice » est évidemment lié aux connexions de cette maison avec l’abbaye éponyme d’Agaune. Pour souligner leur dévotion au saint, les comtes de Savoie adoptent en parallèle, le cri, attesté depuis le XIIIe siècle, la croix tréflée, dite « de saint Maurice », et le patronage du saint28.

  • 29 Voir à ce sujet Pepin, « Les cris de guerre “Guyenne !” et “Saint-Georges !” »... ; La Borderie, « (...)

18La même association entre patronage et cri se retrouve bien sûr chez les souverains anglais autour de la figure de saint Georges, dont on adopte presque en même temps, au milieu du XIVe siècle, le cri et la croix, tandis que le saint entre dans le légendaire héraldique des Plantagenêts comme concessionnaire des armoiries royales29.

  • 30 Guyot-Bachy I., « Les échos de la guerre... », op. cit., p. 103-105.
  • 31 Il semblerait en effet que les dates et les circonstances proposées par cet auteur soient improbab (...)

19La connaissance que nous avons aujourd’hui de ces signes tient évidemment à leur mention dans les textes plus qu’à leurs traces iconographiques ou sonores – exception faite des rares chansons dont la mémoire a été conservée. Comme l’a analysé Isabelle Guyot-Bachy, ces cris écrits ont pour fonction d’accroître les effets de réel et d’intensité du récit30. Mais il ne s’agit en aucun cas de les expliciter ou de les recenser. Les gloses ayant ce motif pour objet sont malheureusement rares et le commentaire d’Orderic Vital sur « Montjoie » ou l’explication et la datation du cri « Malo au riche duc » de Jean IV de Bretagne par son biographe Guillaume de Saint-André, d’ailleurs jugée apocryphe par Michael Jones, restent, à notre connaissance, des cas uniques31. La connaissance des cris respectifs semble une culture commune qui ne nécessite ni catalogue ni commentaire.

  • 32 Duvernoy É., Harmand R., Le tournoi de Chauvency en 1285, étude sur la société et les mœurs cheval (...)

20Il en va un peu différemment dans le contexte de cette guerre virtuelle qu’est le tournoi où, de façon générale, l’identité héraldique singulière est très largement mise en valeur et existe bien plus sûrement que sur le champ de bataille. Le recensement des signes, dont les cris d’armes, y est moins anecdotique. Ainsi le récit du Tournoi de Chauvency de Jacques Bretel, qui relate des fêtes de chevalerie organisées dans la région de la Meuse en 1285, fait la mention presque systématique du cri – il parle encore « d’enseigne » – de chaque chevalier entré en lices, usage qui apparente déjà ce texte au catalogage de type armorial qui se développe à la fin du XIVe siècle32.

  • 33 Blanchard J.-C., « “Pour ce qu’il suet parler a moi d’armes et chevalerie” : hérauts et héraldique (...)
  • 34 Jacques Bretel, Le Tournoi de Chauvency..., op. cit., v. 4094-4100.
  • 35 Blanchard, « Hérauts et héraldique dans le tournoi de Chauvency... ». L’auteur rappelle ainsi, p.  (...)

21L’analyse de ces cris par Jean-Christophe Blanchard révèle leur fonctionnement dans l’arsenal de signes emblématiques de l’identité aristocratique et féodale. Au même titre que les cimiers, les cris offrent une sorte de complément d’information sur le chevalier qui les énonce, l’introduisant dans un groupe clanique, le situant dans son propre lignage à la manière d’une brisure, ou l’associant à des fidélités ou des dépendances politiques ou féodales33. « À haute vois escrioit on/“Los ! Chini ! Aixe ! Aspremont !/Passe avant ! Boloigne ! Blanmont !/Lambour ! Hainnau ! Monjoie ! Aras !/Hastat ! La fu Warnier Conrat !”/De toz costéz et de touz cens/Acoururent plus de cinq cens34. » Seule une connaissance précise des lignages permet d’ailleurs d’en percer l’origine et le sens comme l’a démontré Jean-Christophe Blanchard pour le corpus des cris du tournoi de Chauvency35. Dans ce cadre en particulier, le héraut est l’intermédiaire obligé du cri, fonction justifiant ici le nom du compagnon de Bretel : le héraut Bruiant !

  • 36 Sur cette question voir les travaux relatifs à l’usage légal du cri dans l’espace public. En plus (...)
  • 37 Voir supra p. xxx. L’auteur cite Beugnot A. (éd.), Les Olim ou registres des arrêts rendus par la (...)

22L’usage de ces cris d’armes se prolonge encore dans le contexte civil36. En effet, l’usage du cri de guerre en lieu et place du « haro ! » constitue une circonstance aggravante et caractérise l’agression comme acte guerre comme nous le rappelle dans ce volume Romain Telliez37.

23Cette valorisation du cri d’armes chevaleresque dans les lices ou les conflits privés semble se produire précisément au moment où ils disparaissent en fait des champs de bataille au profit de « cris nationaux ».

Les cris « nationaux »

  • 38 Contamine Ph., Guerre, État, Société..., op. cit., p. 667.
  • 39 Woodcock T. et Robinson J. M, The Oxford Guide to heraldry, Oxford, 1988, p. 112-113.

24La plupart des auteurs s’accordent à dire que sur les champs de bataille de la fin du Moyen Âge, les cris seigneuriaux cèdent le pas à des cris nationaux renvoyant le plus souvent à un territoire ou à un culte national38. La création des Compagnies d’ordonnance en France en 1445, en Bretagne en 1450-1455, ou en Bourgogne en 1470-1475, consacre en effet la disparition des contingents vassaliques dans les armées – même si la noblesse chevaleresque y occupe encore une part prépondérante. Cette mutation impose de fait la disparition des signes héraldiques féodaux, bannières et cris. En Angleterre, un statut légal interdit même les cris de guerre privés en 149539.

  • 40 Contamine Ph., Guerre, État, Société, op. cit., p. 667.

25La réalité des pratiques paraît plus complexe et une certaine hiérarchie semble s’établir au gré des circonstances. On voit ainsi, dans les combats de la fin du XIVe siècle, des armées « nationales » composites retenir pour cri commun une invocation à un personnage sacré – chez les sujets du roi de France, ce sera « Notre-Dame ! » –, associé à un culte national – dans ce cas « Saint-Denis ! » –, auquel s’ajoute enfin le cri « privé » ou seigneurial du personnage le plus important de la hiérarchie nobiliaire présent dans le combat. Ainsi à Cocherel en 1364, ce sera « Auçoire ! » pour le comte d’Auxerre, puis finalement « Claekin ! » à cause de la présence du connétable Bertrand du Guesclin40. Mais l’évolution générale des armées européennes, composées d’abord de contingents féodaux occasionnels, puis d’armées nationales et princières permanentes, contribue assurément à la réduction des cris féodaux effectivement employés sur le champ de bataille.

  • 41 Jean d’Auton, Chroniques de Louis XII, Maulde la Clavière R. de (éd.), Paris, 1889-1895, 4 vol. , (...)
  • 42 Guilhem Pépin rappelle l’épisode de la révolte bordelaise de 1543 où s’opposent les cris « Guyenne (...)
  • 43 Ce cri semble avoir été entendu lors de la prise de Pont-de-l’Arche en 1449 sous la forme « Saint (...)
  • 44 Voir leurs articles p. 113 et p. 125. Ce cri « Bourgogne », déjà crié par les Bourguignons dans Pa (...)

26Philippe Contamine souligne ainsi le développement tardif du cri proprement « national » « France ! » dont il ne trouve mention qu’à partir des guerres d’Italie comme le confirme l’article de Jonathan Dumont dans ce volume41, et qui devient ensuite courant au XVIe siècle42. Jusque-là, « Montjoie ! Saint-Denis » ou « Saint Denis » ou encore « Montjoie » restent les cris nationaux. La même évolution s’observe d’ailleurs dans les grands fiefs engagés dans l’édification d’un État et de son corollaire, les grandes réformes militaires, telle la Bretagne qui délaisse son « Malo au riche duc » au profit de « Bretagne43 », ou la Bourgogne qui abandonne progressivement le « Montjoie ! » du sang de France pour un cri éponyme révélateur d’une identité politique qu’évoquent ici Bertrand Schnerb, Alain Marchandisse et Élodie Lecuppre-Desjardin44.

  • 45 Sur le développement de ces croix nationales, voir les articles de Philippe Contamine, Bertrand Sc (...)

27Là encore, le lien entre emblème sonore et emblème figuré reste étroit. Aux cris d’armes associés aux armoiries des bannerets succèdent désormais les cris nationaux liés aux croix identitaires des armées nationales45.

Cris de guerre et mots emblématiques

  • 46 La devise est un signe para-héraldique qui apparaît dans l’emblématique des princes européens au m (...)

28À la fin du XIVe siècle, le développement d’un nouveau type d’emblème, la devise46, télescope en partie les usages emblématiques en vigueur.

  • 47 C’est par exemple le cas du mot En Bien adopté, semble-t-il, par Charles VI au moment de la campag (...)
  • 48 On conserve ainsi une lettre du Prince Noir écrite à Angoulême en 1375, à la fin de laquelle appar (...)

29En effet, ces signes figurés que sont les devises s’accompagnent souvent d’un mot, courte sentence, ordinairement figurée sur un phylactère et chargée d’une dimension emblématique propre. Cette association mot/devise tient en partie des signes courtois ou religieux du temps qui accolent souvent un signe et une phrase ; il est également possible que l’association systématique des armoiries et du cri dans la symbolique du fief ait contribué au développement de ce nouveau binôme dans les devises. Ce mot emblématique n’est en tout cas pas censé être prononcé ou crié, même si on le voit apparaître sur des enseignes vexillaires dans le cadre des campagnes militaires ou des conflits civils47. Ces mots semblent uniquement destinés à lecture mentale, même s’ils participent clairement des signes d’identité des capitaines, comme le confirment les lettres produites par plusieurs d’entre eux qui intègrent cet élément emblématique48.

  • 49 Voir Mauger M., Aristocratie et mécénat en Bretagne au XVe siècle. Jean de Derval, seigneur de Châ (...)
  • 50 Brunel G., « Un prince dans la tourmente de la guerre », dans Ainsworth P. F., Brunel G., Contamin (...)
  • 51 Charbonnier p., Guillaume de Murol, un petit seigneur auvergnat au début du XVe siècle, Publicatio (...)
  • 52 « Quant le monde devanrait bon/tout mez (guimbarde = trompes) tromperon », « Ma trompe sonnera hau (...)

30Le développement de panoplies héraldiques associant armoiries et devises contribue à faire cohabiter ces deux systèmes, et il n’est pas rare de voir, à partir du milieu du XVe siècle, des représentations d’armoiries complétées par le mot de leur détenteur, à plus forte raison quand ceux-ci n’adoptent qu’un mot sans devise figurée, comme par exemple dans les manuscrits de Jean de Derval49. Cette apparition des mots emblématiques dans les panoplies héraldiques se fait presque simultanément avec celle des cris d’armes, désormais figurés sur des phylactères dans le pourtour de l’écu armorié. Ce qui n’est pas sans créer quelques confusions entre les registres de signes, comme en témoigne l’emblématique d’un Gaston Phébus qui associe à ses armes parfois son mot Jay Belle Dame, parfois son cri « Phébus Avant !50 ». Cette double emblématique scripturaire se retrouve encore dans les pratiques épistolaires de la fin du Moyen Âge. Ainsi, les documents relatifs à un petit seigneur auvergnat, Guillaume de Murol, poèmes, quittances, testament et listes de redevances, rédigés entre 1366 et 1416, intègrent ce qui semble être un cri de guerre : Murol Avant ou Soit et quant Murol avant, et un mot associé à une devise : Sans rompre les (dessin de redortes)51. Jacques III d’Esch (†1499), noble échevin messin de la fin du XVe siècle, auteur et poète à ses heures, n’agit pas autrement avec son mot Espoir en Dieu, son cri « Esch Avant ! » et sa devise de la guimbarde52.

Les jurons de capitaines

31À côté de ces cris en partie dépersonnalisés, le Moyen Âge a pourtant connu à la guerre une véritable voix singulière et emblématique qui n’a toutefois jamais été intégrée à la représentation, et pour cause, il s’agit du juron emblématique.

  • 53 Voir Hélary X., Courtrai, 11 juillet 1302, Paris, Tallandier, 2012, p. 155.
  • 54 Beaune C., Jeanne d’Arc, Paris, Perrin, 2004, p. 280-282.
  • 55 Vissière L., « Sans poinct sortir hors de l’orniere ». Louis II de La Trémoille (1460-1525), Paris (...)

32Ce cri de combat, d’exhortation, de joie et de colère, ce « serement » comme le désignent les sources, à la limite du blasphème, tel le « Par la paterne Dieu ! » de Robert d’Artois, évoqué par Xavier Hélary53, le « par le sang Dieu ! » de La Hire, le « Par mon Martin ! » attribué à Jeanne d’Arc54, complète étonnamment l’emblématique d’un grand seigneur de la fin du Moyen Âge. Ainsi, Louis II de La Trémoille qui vient faire résonner aux côtés de son cri « La Trémoille ! », de son mot Sans sortir de l’orniere et de ses devises Omnis qui zelum habet militie : exeat post me ou Ardet in hostes, le retentissant « La Vraye-corps-Dieu !55 ».

33Ces jurons reflètent la nécessaire singularité du chef qui doit véritablement occuper le terrain par sa présence physique et sonore, par son charisme personnel qui dépasse largement les fonctions ordonnatrices de ses cris de guerre ou d’armes.

Du champ de bataille à la panoplie héraldique

34L’apparition de ces voix martiales dans la panoplie emblématique, qui se produit au milieu du XVe siècle, précisément quand leur nécessité sur le champ de bataille disparaît, est donc étrangement tardive, mais non moins instructive quant à la dimension politique de ces cris.

  • 56 On trouve encore un cri sur un contre-sceau de 1369, où Jean Ier d’Armagnac porte le heaume cimé d (...)
  • 57 Contre-sceau de Blanche de Navarre, comtesse de Champagne, veuve du comte Thibaud III (en 1210). H (...)
  • 58 Contre-sceau du premier sceau de Thibaud IV, comte de Champagne (en 1226). Une intaille (une Victo (...)
  • 59 Contre-sceau armorial du second sceau de Thibaud IV. Armes de Champagne accostées d’une intaille e (...)
  • 60 Sceau de Marguerite de Bourbon (en 1255). Nav, sc/1/188.
  • 61 Contre-sceau de Thibaud IV de Champagne, roi de Navarre (en 1247). Diam 39 mm. Moulage, AN, sc/D 1 (...)
  • 62 Jones M., « Malo au riche duc ». Le cri « Paix » et les armes de Guillaume de Hellande, évêque de (...)
  • 63 Le fait a été relevé par l’historien local Carfantan des Déserts (M. Jones, « Malo au riche duc ». (...)

35Le cri d’armes reste extrêmement rare sur les sceaux56. Le cas du « Passavant li meillor » des comtes de Champagne est exceptionnel. Il apparaît la première fois sur le contre-sceau de Banche de Navarre (†1229)57. Il se retrouve à l’identique en 1226, puis légèrement modifié, sur le contresceau du second et troisième sceau de Thibaud IV alias Thibaud Ier de Navarre († 1253)58, comte palatin de Champagne et de Brie, puis roi de Navarre entre 1233 et 1251 : Passe avant la Thiebavt59 (Fig. 1). Il est encore présent sur le sceau armorial de son épouse, Marguerite de Bourbon, de 125560. Thibaud V († 1270) le fait lui aussi figurer sur son contresceau61. Mais ce type de cri n’est pas fréquent non plus dans le décor monumental, du moins dans celui qui nous est conservé, à l’exception de quelques sculptures, peintures ou tapisseries62. Par exemple, en Bretagne, près de Saint-Malo, la Tour Solidor, qui avait été assiégée et gravement endommagée en 1371-1372, reçut de nouveau une garnison ducale et fut entièrement réparée. C’est probablement alors que les armes ducales furent non seulement placées au-dessus de la porte principale de la ville, mais encore accompagnées de la nouvelle formule Malo au riche duc, qu’on pouvait encore voir au XVIIIe siècle63. L’association de ce cri de guerre à un édifice militaire semble d’ailleurs en renforcer symboliquement la puissance défensive. On retrouve ce cri sur la porte principale de Saint-Malo après sa reprise par le duc en 1384 et Gaston Phébus affiche lui aussi son cri sur plusieurs de ses forteresses.

  • 64 Paris, BnF, Ms. Fr. 32753.
  • 65 Boos E. de, L’armorial de Guillaume Revel. Armorial d’Auvergne, Bourbonois et Forestz, Nonette, 19 (...)
  • 66 Antoine de La Sale, Jehan de Saintré, J. Blanchard (éd.), Paris, Lettres gothiques, 1994. Voir aus (...)
  • 67 Grand armorial équestre de la Toison d’or, Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, Ms. 4790, le roi de F (...)
  • 68 Paris, BnF, Ms. Fr. 4985, fol. 126 v°. Boos E. de, L’armorial de Gilles Le Bouvier, héraut Berry, (...)

36C’est naturellement dans le cadre armorial que l’on s’attendrait à voir mentionné le cri d’armes. Il n’apparaît pourtant dans les armoriaux qu’à la fin du XIVe siècle avec l’armorial d’Urfé (vers 1380-1400), l’un des plus connus et des plus copiés des armoriaux médiévaux64. Au XVe siècle encore, la mention des cris d’armes reste rare dans ce type de source, exception faite de l’Armorial de Guillaume Revel établi vers 1455, et dans lequel sont recensés 772 armoiries et cris de seigneurs d’Auvergne, Forez et Bourbonnais – ce qui souligne la diffusion de cet usage, même chez de modestes seigneurs65. Cette profusion invite d’ailleurs à remettre en question la véracité de bon nombre de ces cris qui, au même titre que les cimiers, devaient tenir davantage du symbole que de la pratique. Le même type de recensement se retrouve également dans l’armorial marginal constitué dans le Petit Jehan de Saintré d’Antoine de La Sale, rédigé vers 1440, qui énonce les armoiries et cris d’armes d’une série de princes participant aux côtés de Jean le Bon à une imaginaire croisade de Prusse66. Il arrive encore que quelques cris figurent ici ou là au hasard des pages d’un armorial, comme dans la version équestre de l’Armorial de la Toison d’or, vers 1435-1440, où le roi de France et le duc de Bourgogne sont accostés du cri lignager « Montjoye !67 », ou encore dans l’Armorial de Gilles le Bouvier, héraut Berry, dans la seconde moitié du XVe siècle, qui associe par exemple le duc de Bretagne Jean V († 1442) à son cri : « Malo au riche duc !68 ».

  • 69 Ainsi, dans cathédrale d’Angers seront « assis grands tableaux de bois de la hauteur de quatre pie (...)
  • 70 Sur cette question voir Hablot L., « Revêtir le prince. Le héraut en tabard, image idéale du princ (...)

37Ce même souci d’inventaire et cette attention à l’emblème sonore se retrouvent dans certaines règles d’ordre chevaleresque qui, à l’instar de l’ordre du Croissant, institué en 1448 par René d’Anjou, prévoient que les cris d’armes figureront aux côtés des armoiries et cimiers des chevaliers sur leurs panneaux de stalles69. Ces mêmes cris servent d’ailleurs parfois à baptiser les hérauts comme en attestent les rois d’armes Montjoie ou Malo70.

38La mise en forme de ce cri d’armes dans l’emblème est particulièrement instructive. Elle est censée traduire la puissance militaire du titulaire des armoiries. Tant à cause de son aspect graphique qu’en raison des circonstances coutumières dans lesquelles cette formule est habituellement employée. En effet, dans l’image, le cri est souvent transcrit au-dessus de l’écu, comme une voix s’élevant vers le ciel. Il est par ailleurs très souvent associé au heaume, signe dont la fonction dans la panoplie héraldique est de rendre virtuellement présent, en armes, le titulaire du signe armorial. Ce personnage devient ainsi un corps, dissimulé derrière l’écu, un visage sous le heaume et, grâce au cri, une voix. Une voix qui ne retentit en général que lors de l’engagement exact du combat, guerre ou tournoi, simultanément au déploiement de la bannière, et qui sert autant à galvaniser les troupes qu’à effrayer l’adversaire ou à permettre à tous de ne former qu’un seul corps. Une voix que revendique donc la noblesse militaire de la fin du Moyen Âge, au moment même où ses cris cessent de résonner sur les champs de bataille, mais aussi une voix que les souverains accaparent pour rappeler à tous qu’ils sont l’unique source de toute action militaire.

  • 71 Dehoux E., Des saints, une société. Des saints guerriers dans les images et la littérature du roya (...)
  • 72 Y compris des princes usurpateurs, car une des clauses du traité de Brétigny est de contraindre Éd (...)
  • 73 Du Cange (« De l’usage du Cry d’armes », Petitot [éd.], p. 258) avance l’idée qu’à l’instar des ar (...)

39Cette évolution est notoire pour le cri de guerre « Montjoie ! », bien étudié par Esther Dehoux71, et dont le statut se transforme dans les sources entre le XIIe et le XVe siècle depuis un signe impérial, « l’enseigne Charlemagne », qui tient donc plutôt du cri d’armes, vers un signe royal, régulièrement délégué, comme lorsqu’il devient « l’enseigne Fierebrace ». Il redevient « l’enseigne francor » dans la Chevalerie Vivien, cri de guerre collectif, avant d’intégrer plus clairement le patrimoine emblématique du roi de France et des princes des lis qui l’accaparent72, au même titre que le lis carré du cimier, et lui rendent ainsi sa fonction initiale de cri d’armes féodal73. À la fin du Moyen Âge pourtant, l’effacement des principautés permet au roi de France de s’affirmer unique détenteur du cri d’armes féodal. Un cri que ses troupes contractuelles abandonnent pourtant progressivement au profit de « France ». Par ce cri, l’État a-t-il déjà supplanté le roi ?

Notes

1 Holden A. J. (éd.), Roman de Rou, trad. G. S. Burgen, E. Van Hours, Otley, 2002, vers 3921 à 3944. Je remercie Xavier Storelli de m’avoir fourni cette information.

2 Sur cette question l’essentiel de la bibliographie date de la fin du XIXe siècle. Mais l’intérêt de ce sujet avait déjà été relevé au début du XVIIIe siècle par Charlesdu Cange, Glossarium ad scriptores mediae et infimae latinitatis, article « Mons Gaudii et Dissertatio XI : « Du cry d’armes », et XII : « De l’usage du cry d’armes », Fabre L. (éd.), Niort, 1887, t. X, p. 38-47 ; ces deux dissertations ont été également été éditées par Petitot C.-L., Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France, t. III, Paris, Foucault, 1819, p. 213-262 ; Maigne W., Abrégé méthodique de la science des armoiries, Paris, 1885, rééd., Puiseaux, 1991, chap. IX « Cris de Guerre », p. 182-185 ; Watteville O. A. de, « Le cri de guerre chez les différents peuples », dans Revue de la France moderne, Paris, Lechevalier E. (éd.), 1889, p. 1-30. Plus récemment, le grand héraldiste Paul Adam-Even a consacré à ce sujet un article : Even P.-A., « Cris d’armes des rois chrétiens », dans Archivum Heraldicum, 1953, p. 35-38. La question du « Cri de guerre » est également abordée dans un court article du Dictionnaire du Moyen Âge, Favier J. (dir.), Paris, 1981, p. 323, qui résume rapidement, mais pertinemment la question. Celle-ci est traitée succinctement dans Contamine Ph., Guerre, État, et société à la fin du Moyen Âge. Études sur les armées des rois de France, 1337-1494, Paris et La Haye, Mouton, 1972, p. 196-198, annexe XIII, p. 667-668, et plus amplement, d’un point de vue emblématique, dans Pastoureau M., Traité d’héraldique, Paris, Picard, 1993, p. 215-218). Récemment, différents cris de guerre ont donné lieu à des articles de grande qualité cités dans les notes suivantes.

3 Guyot-Bachy I., « Les échos de la guerre chez les historiens et les chroniqueurs », dans Lett D. et Offenstadt N. (dir.), Haro ! Noël ! Oyé ! Pratiques du cri au Moyen Âge, op. cit., p. 103.

4 Hablot L., « Les cris écrits. L’apparition des cris, mots emblématiques et sentences dans l’héraldique médiévale, un regard sur la voix et l’écrit », dans Pris-ma, t. XXIII, no 45-46, janvier décembre 2007, La voix et l’écrit, p. 22-52.

5 Du Cange dresse un catalogue d’occurrences latines : « bellicus clamor », « signum militare », « signum clamoris », « signum exclamationis », « signum bellicum », « signum castrorum », « signum militare », voire « symbolum », « sonus » ou « vox » (« Du Cry d’armes », Petitot [éd.], op. cit., p. 214-215).

6 Sur le rôle des trompettes à la bataille, voir Jones R. W., Bloodied banners : Martial Display on the Medieval Battlefield, Woodbridge, Boydell Press, 2010, p. 70 sq.

7 Ces questions ont été l’objet de plusieurs de mes travaux. Voir par exemple : « Entre pratique militaire et symbolique du pouvoir, l’écu armorié au XIIe siècle », dans Metelo de Seixas M., Lurdes Rosa M. de (dir.), Estudos de Heràldica medieval, Lisbonne, JEM, 2012, p. 143-165 ; « La bénédiction de l’Étendard de Jeanne d’Arc à Saint-Sauveur de Blois en avril 1429. Rituel d’exception pour une mission divine ? », Actes du colloque de Blois Jeanne d’Arc à Blois, 1429 (13 avril 2012), Beaune C. (éd.), Blois, Société des Arts et Lettres du Loir-et-Cher, 2013, p. 47-58 ; « La croix noire des Bretons, origines et fonctions d’un signe d’identité politique hier et aujourd’hui », dans Aurell M. et al. (dir.), Signes et couleurs des identités politiques du Moyen Âge à nos jours, Rennes, PUR, 2008, p. 57-70 ; « Le cheval et l’emblématique au Moyen Âge », dans Le cheval au Moyen Âge, Aix-en-Provence, à paraître.

8 Les scènes de désastres militaires liés à une erreur d’identification des armoiries ou des devises font partie des topoï du récit de bataille. Citons l’exemple de la bataille de Barnet en 1471, perdue par Édouard IV à cause de la confusion faite par le comte de Warwick entre la « rose en soleil » des York et la molette à cinq rais des de Vere qui combattaient pour les Lancastre. Les archers de Warwick criblèrent de flèches les troupes du comte d’Oxford, alliées aux York, qui, perdues dans le brouillard, tentaient de rejoindre leurs rangs (London H. S., Royal Beast, Londres, Wilts, 1956, p. 31).

9 Végèce, Mil. 3-5-3. Voir Vegezio Renato F., dans Ortolani G. (dir.), L’arte militare, Roma, Istituto poligrafico e Zecca dello Stato, Libreria dello Stato (I trattati delle arti), 2009.

10 Allmand C., « The De re militari of Vegetius in the Middle Ages and Renaissance », dans Saunders C., Le Saux F. et Thomas N. (dir.), Writing War: Medieval Literary Responses to Warfare, Cambridge, Brewer, 2004, p. 15-28.

11 Jules César les mentionne dans les Commentaires de sa Guerre des Gaules au livre 7 et dans sa Guerre Civile au Livre 3 (du Cange, « Du Cry d’armes », Petitot [éd.], op. cit., p. 217 sq.) revient sur les pratiques byzantines.

12 On retrouve par exemple ce cri mentionné dans Benoît de Sainte-maure, Chronique des ducs de Normandie, Fahlin C. (éd.), Genève, 1954, t. II, vers 3576.

13 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, liv. XII, A. Le Prévost (éd.), t. IV, Paris, 1852, p. 362.

14 Le célèbre « Montjoie saint Denis ! » a fait couler beaucoup d’encre : voir l’érudit, mais parfois fantasque, travail de Lombard-Jourdan A., Montjoie et saint Denis !, Paris, Presses du CNRS, 1990, p. 62 et annexes, p. 325-330, ainsi que la magistrale synthèse de Pinoteau H., La symbolique royale française, Ve-XVIIIe siècles, La Roche-Rigault, 2003, p. 477 sq.

15 « Gianna ! cridon en Peitau », « Guyenne !, crie-t-on en Poitou » (Macabru, Poèsies complètes du Troubadour Macabru, Dejeanne J.-M. [éd.], Toulouse, 1909, chanson VIII, strophes XII et XIII, p. 35-36) ; Jouffroi de Poitiers, roman d’aventures du XIIIe siècle, Genève-Paris, Droz, 1972, p. 205-207, cité dans Pepin G., « Les cris de guerre « Guyenne ! » et « Saint-Georges ! » L’expression d’une identité politique du duché d’Aquitaine anglo-gascon », dans Le Moyen Âge, 2006/2, p. 263-281, ici p. 263, note 9.

16 Ainsi dans le Tournoi de Chauvency : « Et Cuenes vint lance pour fautre,/Dedans son hiaume escrïent “Oure” » (Jacques Bretel, Le Tournoi de Chauvency, Delbouille M. [éd.], Paris, 1932, v. 800-801).

17 Lacroix B.-M., « Deus le volt ! La théologie d’un cri », dans Études de civilisation médiévale. Mélanges offerts à Edmond-René Labande, Poitiers, 1974, p. 461-470 (ici, p. 463, citant Guibert de Nogent, Gesta Dei per Francos, Recueil des Historiens des Croisades, Paris, 1844-1895, 6 vol. , t. III, p. 1 ; ibid., t. III, p. 151 : « Remota autem arroganti varietate signorum, humiliter in bellis fideliterque clamabunt : Deus id vult »).

18 Pepin, « Les cris de guerre “Guyenne !” et “Saint-Georges !” », op. cit.

19 « Dieu aide au Maréchal » (Duby G., Guillaume le Maréchal ou le meilleur chevalier du monde, Paris, Fayard, 1984, p. 156. Voir la Chanson du maréchal, vers 5862, 6226, 16605).

20 Les traités modernes mentionnent fréquemment la pratique du « relèvement de cry », apparemment synonyme du « relèvement d’armoiries », pour désigner la succession au fief. Ils ajoutent que l’usage du « cry » est privilège des aînés et des bannerets.

21 Sur le sujet, voir notamment du Cange, « De l’usage du cry d’armes », Petitot (éd.), p. 245.

22 Sur ce cri et son exploitation communautaire, voir Pépin, « Guyenne ! saint Georges », op. cit., p. 277 et note 84.

23 Sur l’origine de ce cri, voir La Borderie O. de, « Richard the Lionheart and the Birth of a National Cult of St George in England: Origins and development of a legend », dans Nottingham Medieval Studies, XXXIX (1995), p. 37-53.

24 Jean Froissart, Chroniques, Luce S., Raynaud G. et Mirot A. (éd.), Paris, SHF, 1869-1903, t. VI, p. 117-119.

25 Pastoureau M., Traité, op. cit., p. 217.

26 Ibid., p. 217.

27 Voir par exemple le chapitre cité de Maigne, Abrégé méthodique, op. cit., p. 182 sq.

28 Par l’abbatiat laïque qu’ils exercent jusqu’en 1128 puis leur patronage sur l’abbaye Saint-Maurice, les Savoie se garantissent le contrôle du Grand Saint-Bernard. Fondation du roi de Bourgogne, l’abbaye leur offre également un outil de prestige et de prétention dynastique important. Voir Hablot L., « Aux armes saint Maurice ! Saint Maurice et l’emblématique à la fin du Moyen Âge », Actes du colloque : Broccard N., Vannoti F. et Wagner A. (éd.), Autour de saint Maurice, Saint-Maurice, 2012, p. 275-287.

29 Voir à ce sujet Pepin, « Les cris de guerre “Guyenne !” et “Saint-Georges !” »... ; La Borderie, « Richard the Lionheart », et mon article à paraître « La sacralisation des armoiries, l’héraldique au service de la théologie politique », Actes du colloque international, La Théologie politique tenu à Poitiers, novembre 2012.

30 Guyot-Bachy I., « Les échos de la guerre... », op. cit., p. 103-105.

31 Il semblerait en effet que les dates et les circonstances proposées par cet auteur soient improbables. Sur le sujet voir Guillaume de Saint-andré, Le bon Jehan et le jeu des Échecs, XIVe siècle. Chronique de l’État Breton, Cauneau J.-M. et Philippe D. (éd. et trad.), Rennes, PUR, 2005, p. 298, lignes 1 166, 13 621 et 2 224 ; voir aussi Jones M., « Malo au riche duc ? : events at Saint-Malo in 1384 reviewed », dans Lardin P., Roch J.-L. (éd.), La ville médiévale, Rouen, Publications de l’université de Rouen, 2000, p. 229-242, ici p. 9.

32 Duvernoy É., Harmand R., Le tournoi de Chauvency en 1285, étude sur la société et les mœurs chevaleresques au XIIIe siècle, Paris, 1903 ; Jacques Bretel, Le Tournoi de Chauvency..., op. cit.

33 Blanchard J.-C., « “Pour ce qu’il suet parler a moi d’armes et chevalerie” : hérauts et héraldique dans le Tournoi de Chauvency », dans Chazan M., Freeman Regalado N. (éd.), Lettres et musique en Lorraine du XIIIe au XVe siècle. Autour du Tournoi de Chauvency (Ms Oxford, Bodl. Douce 308), Actes du colloque international de Metz, 27 février-1er mars 2007, Genève, Droz, 2012, p. 279-305 : D’une manière générale, les cris d’armes sont semblables au nom de famille de leur propriétaire (17 cris sur les 34 cités). Par exemple, Henri Ier de Blâmont crie : « Blanmont ! » et Joffroi III d’Apremont « Aspremont ! ». Souvent le nom du lignage est le même que celui de la seigneurie qu’il possède. Cependant le lien peut parfois être plus lointain. Baudouin d’Auberchicourt, issu des châtelains de Douai, crie : « Douai ! », Renaud de Trie, issu des Dammartin et apparenté aux comtes de Boulogne, crie : « Boloigne ! ». Ferri de Chardogne descendant de Joffroi, seigneur de Vienne (-le-Château) et de Louppy, crie tantôt le nom de sa seigneurie « Chardogne ! », tantôt le nom de son ancêtre « Vanne ! ». La proximité du cri (et des armes) permet de supposer un lien entre Ferri de Chardogne, Milet de Thil et Aubert d’Orne qui crient également « Vianne ! ».

34 Jacques Bretel, Le Tournoi de Chauvency..., op. cit., v. 4094-4100.

35 Blanchard, « Hérauts et héraldique dans le tournoi de Chauvency... ». L’auteur rappelle ainsi, p. 296, que les fils d’Henri V, comte de Luxembourg, Henri VI et Waléran Ier, sire de Ligny, crient « Lambour ! », car ils descendent de Waléran IV, duc de Limbourg, et expriment ainsi leurs prétentions sur ce duché. Prétentions que révèlera la bataille de Worringen en 1288 ; après cette défaite, leurs descendants crieront « Luxembourg ! ». Les fils des comtes de Flandres et de Hainaut ainsi que Florent d’Avesnes crient : « Arras ! », résidence fréquente des comtes de Flandre avant la réunion de l’Artois à la couronne de France sous Philippe Auguste. Ce cri pourrait être une sorte de défilancé au roi des lis et à sa parenté. Robert, seigneur de Watronville, crie « Prigni ! », comme Regnier de Creüe, dont Bretel précise qu’il s’agit de « L’ensaigne au riche duc Ferri [le duc de Lorraine Ferry III (1255-1303)]/Marchis entre les trois roiaumes » (Jacques Bretel, Le Tournoi de Chauvency..., op. cit., v. 4094-4100, v. 1414-1415).

36 Sur cette question voir les travaux relatifs à l’usage légal du cri dans l’espace public. En plus des articles du présent volume et de Lett D. et Offenstadt N. (dir.), Haro ! Noël ! Oyé !..., op. cit., voir Boudreau C. (éd.), Information et société en Occident à la fin du Moyen Âge, actes du colloque international de l’université de Québec à Montréal, Paris, Presses de la Sorbonne, 2004.

37 Voir supra p. xxx. L’auteur cite Beugnot A. (éd.), Les Olim ou registres des arrêts rendus par la cour du roi sous les règnes de Saint Louis à Philippe V, Paris, Imprimerie Royale, 1839-1848, t. 3/1, p. 401, no XIV et p. 557, no LIII (février 1309).

38 Contamine Ph., Guerre, État, Société..., op. cit., p. 667.

39 Woodcock T. et Robinson J. M, The Oxford Guide to heraldry, Oxford, 1988, p. 112-113.

40 Contamine Ph., Guerre, État, Société, op. cit., p. 667.

41 Jean d’Auton, Chroniques de Louis XII, Maulde la Clavière R. de (éd.), Paris, 1889-1895, 4 vol. , t. I, p. 88-89. Voir aussi Contamine, Guerre, État, Société, op. cit., p. 668.

42 Guilhem Pépin rappelle l’épisode de la révolte bordelaise de 1543 où s’opposent les cris « Guyenne ! » et « Vive France ! » ou « France !, France ! » (Pepin, « Les cris de guerre “Guyenne !” et “Saint-Georges !” », p. 278).

43 Ce cri semble avoir été entendu lors de la prise de Pont-de-l’Arche en 1449 sous la forme « Saint Yves ! Bretagne ! », d’après Jacques du Clercq, Mémoires de Buchon J. A. C. (éd.), Choix de chroniques et mémoires sur l’histoire de France, Paris, 1838, t. VI, p. 1-318, (ici p. 4).

44 Voir leurs articles p. 113 et p. 125. Ce cri « Bourgogne », déjà crié par les Bourguignons dans Paris en 1418, est notamment prononcé à l’occasion de la prise de Luxembourg par les troupes de Philippe le Bon en 1443, d’après le témoignage de Michault Taillevent dans ses poèmes : « Neantmains, par soubtile maniere,/Prist on la ville en toutes pars :/Et au prendre eut mainte baniere/Desployé et tant d’estandars/et tant de fleches et tant d’ars,/De lances en la compagnie/qui bouterent hors les soudars/En criant tous : Ville gaignie !/Puis, pour au chief de la besongne/Acroistre son nom en tous lieux,/Cryoient : Bourgogne, Bourgongne : Trestous ensemble, qui miuelx mieulx », Deschaux r., Michault Taillevent, un poète bourguignon du XVe siècle, Genève, Droz, 1975, p. 184. Voir aussi Hurlbut D., « Vive Bourgogne est notre cry »: Ceremonial entries of Philip the Good and Charles the Bold (1419-1477), Turnhout, Brepols, 2003.

45 Sur le développement de ces croix nationales, voir les articles de Philippe Contamine, Bertrand Schnerb et Laurent Hablot dans Aurell M. et al. (éd.), Signes et couleurs des identités politiques du Moyen Âge à nos jours, Rennes, PUR, 2008 (Contamine P., « Vive la croix gente, blanche et hautaine, Du beau jardin des nobles fleurs de lis. La croix droite blanche de France au xve et au début du XVIe siècle », p. 23-44 ; Schnerb B., « La Croix de Saint-André, ensaigne congnoissable des Bourguignons », p. 45-56 ; Hablot L., « La croix noire des Bretons : un signe d’identité politique à travers l’histoire », p. 57-70).

46 La devise est un signe para-héraldique qui apparaît dans l’emblématique des princes européens au milieu du XIVe siècle. Il s’agit d’emblèmes, librement figurés, graphiquement et symboliquement adaptés aux modes du temps qui privilégient le réalisme et l’allégorie. Ces signes sont souvent assortis d’une courte sentence qui les explicite ou non, le mot, de couleurs dites aussi « couleurs de livrée » et parfois d’un monogramme ou lettres. Cette emblématique connaît un immense succès dans le monde des cours et des bibliophiles. Sur la question, voir ma thèse à paraître, La devise, mise en signe du prince, mise en scène du pouvoir, Brepols, Turnhout.

47 C’est par exemple le cas du mot En Bien adopté, semble-t-il, par Charles VI au moment de la campagne de Rozebeke en association avec le cerf volant, figures qui se retrouvent abondamment sur les étendards réalisés pour cette expédition. On pourrait ajouter de nombreux exemples à l’instar des mots des partisans des ducs de Bourgogne et d’Orléans qui se confrontent dans Paris en 1405 : Ik Houd et Je lenvie, ou encore de l’étendard de Jeanne d’Arc chargé de son mot Jesus Maria. Sur ces dossiers voir mon article « Les cris écrits... ».

48 On conserve ainsi une lettre du Prince Noir écrite à Angoulême en 1375, à la fin de laquelle apparaissent, aux côtés de son paraphe, ses mots : Homout et Ich Dene (Nicolas N. H., « Observations on the Origin and History of the Badge and Mottoes of Edward Prince of Wales », dans Archaeologia, XXXI, 1842, p. 350-384). La même pratique se retrouve d’ailleurs dans la correspondance de Jeanne d’Arc dont les lettres commencent régulièrement par Jhesus Maria, formule qu’elle emploie comme mot emblématique sur son étendard.

49 Voir Mauger M., Aristocratie et mécénat en Bretagne au XVe siècle. Jean de Derval, seigneur de Châteaugiron bâtisseur et bibliophile, Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine, numéro spécial, Rennes, 2013.

50 Brunel G., « Un prince dans la tourmente de la guerre », dans Ainsworth P. F., Brunel G., Contamine P. et al. (dir.), Gaston Fébus, prince soleil, 1331-1391, Paris, RMN/BNF, 2012, p. 27.

51 Charbonnier p., Guillaume de Murol, un petit seigneur auvergnat au début du XVe siècle, Publications de l’Institut d’Etudes du Massif Central, fascicule XI, Clermont-Ferrand, 1973. Les redortes, meuble héraldique, étaient des anneaux d’osier qui maintenaient l’équilibre du joug sur les attelages.

52 « Quant le monde devanrait bon/tout mez (guimbarde = trompes) tromperon », « Ma trompe sonnera hault ton/Quant le monde devanra bon », « Quant lez vivans s’extiperont/tout mes trompes tronpperont », cité par Bruneau Ch., La poésie aristocratique à Metz d’après un manuscrit de la famille d’Esch, Metz, Les arts graphiques de Metz, 1927, p. 171.

53 Voir Hélary X., Courtrai, 11 juillet 1302, Paris, Tallandier, 2012, p. 155.

54 Beaune C., Jeanne d’Arc, Paris, Perrin, 2004, p. 280-282.

55 Vissière L., « Sans poinct sortir hors de l’orniere ». Louis II de La Trémoille (1460-1525), Paris, Honoré Champion, coll. « Études d’histoire médiévale », 2008 ; de même, « Les signes et le visage. Étude sur les représentations de Louis II de La Trémoille », dans Journal des savants, 2009-2, p. 211-282.

56 On trouve encore un cri sur un contre-sceau de 1369, où Jean Ier d’Armagnac porte le heaume cimé du panache de plumes et accompagné d’un mot ou cri de guerre : Armaignac. Un signet de 1373 reprend la même emblématique. T. Woodcock cite l’exemple exceptionnel du sceau de John de Byron, daté de 1293, qui figure son cri « Crede Byron ! » (Woodcock t. S., The Oxford Guide, Oxford university Press, Oxford, 1988, p. 112).

57 Contre-sceau de Blanche de Navarre, comtesse de Champagne, veuve du comte Thibaud III (en 1210). H. 83 mm. Moulage, AN, sc/D 571.

58 Contre-sceau du premier sceau de Thibaud IV, comte de Champagne (en 1226). Une intaille (une Victoire ailée et un génie entourant un trophée) et le cri. H. 46 mm. Moulage, St 2055 bis (collection Anatole de Barthélemy).

59 Contre-sceau armorial du second sceau de Thibaud IV. Armes de Champagne accostées d’une intaille et d’un camée. Diam. 44 mm. Empreinte. Madrid, Archivo Historico Nacional (désormais AHN), vac. 113.

60 Sceau de Marguerite de Bourbon (en 1255). Nav, sc/1/188.

61 Contre-sceau de Thibaud IV de Champagne, roi de Navarre (en 1247). Diam 39 mm. Moulage, AN, sc/D 11375 bis et Nav, sc/no 1/14 (1253-1255).

62 Jones M., « Malo au riche duc ». Le cri « Paix » et les armes de Guillaume de Hellande, évêque de Beauvais (1444-1461), se retrouvent semés sur une tapisserie du Crucifiement de saint Pierre (vers 1460) conservée à la cathédrale de Beauvais.

63 Le fait a été relevé par l’historien local Carfantan des Déserts (M. Jones, « Malo au riche duc »..., p. 233 note 23).

64 Paris, BnF, Ms. Fr. 32753.

65 Boos E. de, L’armorial de Guillaume Revel. Armorial d’Auvergne, Bourbonois et Forestz, Nonette, 1998.

66 Antoine de La Sale, Jehan de Saintré, J. Blanchard (éd.), Paris, Lettres gothiques, 1994. Voir aussi Szkilnik M., Jean de Saintré. Une carrière chevaleresque au XVe siècle, Genève, Droz, 2003.

67 Grand armorial équestre de la Toison d’or, Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, Ms. 4790, le roi de France. Une main moderne a complété le portrait du roi d’Écosse de son cri « In Defens ! » et de sa devise Nemo me Impune Lacessit. Petit armorial équestre de la Toison d’or, Paris, BnF, Ms. Clairambault 1312, fol. 289, le duc de Bourgogne, vers 1435-1440.

68 Paris, BnF, Ms. Fr. 4985, fol. 126 v°. Boos E. de, L’armorial de Gilles Le Bouvier, héraut Berry, Paris, 1995.

69 Ainsi, dans cathédrale d’Angers seront « assis grands tableaux de bois de la hauteur de quatre pieds environ, sur lequel seront les armes avec les tymbres et cry d’un chascun des chevaliers et escuyers de l’ordre » (Vulson M. de, Le vray théâtre d’Honneur et de chevalerie, Paris, Courbé A. (éd.), 1648, chapitre 7, p. 122).

70 Sur cette question voir Hablot L., « Revêtir le prince. Le héraut en tabard, image idéale du prince », dans Le Héraut figure européenne, Revue du Nord, t. 88, no 366-367 (juillet-décembre 2006), p. 755-803.

71 Dehoux E., Des saints, une société. Des saints guerriers dans les images et la littérature du royaume France (VIIIe-XIIIe siècle), thèse de doctorat sous la direction de Martin Aurell, Poitiers, 2011, p. 315sq. Publiée sous le titre Saints guerriers. Georges, Guillaume, Maurice et Michel dans la France médiévale (XIe-XIIIe siècle), Rennes, PUR, 2014, 328 p.

72 Y compris des princes usurpateurs, car une des clauses du traité de Brétigny est de contraindre Édouard III à renoncer « aux armes et cri de France ». Notons que, curieusement, il n’en avait pas pris le cimier.

73 Du Cange (« De l’usage du Cry d’armes », Petitot [éd.], p. 258) avance l’idée qu’à l’instar des armoiries, les branches cadettes brisent le cri d’armes familial en ajoutant leur propre nom de terres, ainsi du « Montjoie au blanc espervier ! » des comtes d’Artois, du « Montjoie saint André ! » des ducs de Bourgogne, du « Montjoie Anjou ! » des ducs d’Anjou.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540