Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les paysages sonores

 | 
Laurent Hablot
, 
Laurent Vissière

Deuxième partie. Chants de guerre et cris d'armes

L’histoire de la principauté de Bourgogne en chansons : une propagande bien orchestrée

Élodie Lecuppre-Desjardin

Texte intégral

1Dans l’introduction de son recueil des Chants historiques de Flandre, Louis de Baecker en 1855 rend hommage à l’éditeur de la Geste des Ducs de Brabant, à savoir Jan Frans Willems qui écrivait :

  • 1 Baecker L. de, Chants historiques de la Flandre (400-1650), Lille, Librairie Ernest Vanackere, 185 (...)

« Dans les temps reculés, la poésie récitant à chaque génération nouvelle les exploits de ceux qui avaient bien mérité de la patrie, pouvait être nommée la mémoire des nations. L’histoire était alors dans toutes les bouches, elle courait les rues dans les chants populaires, s’asseyait aux festins du peuple et avait la puissance de créer des armées au moment du danger1. »

2Louis de Baecker, comme Antoine Leroux de Lincy à la même époque, participaient, dans le cadre de l’éveil des Nations, d’une même volonté générale de quête des monuments de la mémoire historique et populaire. Simple compilation, parfois dotée de notices à la qualité aléatoire, leur travail a cependant laissé à l’historien une mine de textes peu exploités jusqu’ici, mais faisant entendre à des siècles de distance la voix des informations politiques diffusées largement et devenues, en cheminant sur les routes du temps, de véritables sources historiques.

3La production de ces chants qui ponctuent un événement précis – mort d’un prince ou d’une princesse, révoltes populaires, guerres, batailles, trahisons d’un grand de la noblesse, épisodes de piraterie, joyeuses entrées, etc. – a, en Angleterre comme en France, assurément connu un coup d’accélérateur. Celui-ci est notamment lié au contexte de la Guerre de Cent Ans bien évidemment, mais également à celui des guerres civiles qui stimulèrent la création ou le renforcement d’outils de propagande relayant par le combat des mots le choc des armes. La principauté de Bourgogne constitue l’unité d’espace de la plupart de ces textes collectés pour le XVe siècle par ces deux auteurs. Mais la Grande principauté de Bourgogne s’impose également par la formidable maîtrise de la communication politique et symbolique qu’elle déploie tout au long de son existence pour, tour à tour, légitimer le pouvoir de ses princes, affirmer leur bon droit sur les traîtres qui menacent leur autorité, bourgeois des villes, nobles de cour ou roi de France, et diffuser un idéal de gouvernement qui trahit, selon moi, une conception féodale et cloisonnée de leur pratique du pouvoir.

  • 2 Oosterman J., « Si mes paroles avaient le son des cordes de vielle. Les rhétoriqueurs considèrent (...)

4Avant d’en venir à la substance des textes sélectionnés par petits extraits, une mise au point s’impose sur la nature même de cette documentation. De façon quelque peu abrupte et mettant apparemment en cause l’objet même du propos, la première question qui se pose concerne la légitimité de ces sources dans une réflexion portant sur les chansons et dans le cadre d’une réflexion générale souhaitant faire entendre les « paysages sonores de la fin du Moyen Âge ». Dépourvues d’informations musicales, ces sources peuvent-elles être considérées comme les paroles d’œuvres chantées ? Certains spécialistes, qui ont adopté une définition étroite et restrictive, ne verront assurément dans ces textes que de simples poésies n’étant pas destinées à être fredonnées et à se diffuser à travers les rues sur un mode mélodique. Les pays du Nord, ouverts amplement à l’activité des chambres de rhétorique, réunissaient dans leurs associations des artistes qui produisaient pour des concours urbains des textes destinés à être récités en l’honneur de la Vierge, du Christ, du panthéon des saints du Paradis, et célébraient aussi des événements politiques bien précis. Johann Oosterman estime que, malgré le caractère musical indéniable de cette poésie dont les vers ont le son de cordes de vielle, la composition de chants laïques connut une éclipse entre la fin du XIVe et le XVIe siècle2. Selon lui, la chanson restait alors inférieure à la poésie et au théâtre. Et il en veut pour preuve ces vers d’un grand rhétoricien brugeois (1430-1482), Anthonis de Roovere, pour qui la musique se présente comme un art inférieur à la rhétorique :

  • 3 De Gedichten van Anthonis de Roovere, d’après les manuscrits et anciennes impre (...)

« Mijn vrienden, Muzikce en versmaede ick niet/

« Mes amis, je ne méprise pas la musique

Tis een edel conste, ghevonden op de handt/

C’est un art noble qui se fait sur la main

Nochtans deze handt te leerene raed ick, siet/

Cependant, sur cette main-là je vous conseille d’apprendre

By rethorijcke voor tsekerste pandt 3. »

En premier lieu la rhétorique. »

  • 4 . Fiala D., « Le prince au miroir des musiques politiques des XIVe et XVe siècles », dans Lachaud F (...)
  • 5 . Le manuscrit se trouve à la BnF (Rés. Vmc Ms 57). On trouvera de plus amples renseignements sur l (...)

5Si cette déclaration d’Anthonis de Roovere paraît cloisonner les activités musicales et poétiques de l’époque, il me semble que son interprétation fait l’objet d’un contresens. Certes, depuis Eustache Deschamps, une distinction apparaît entre musique artificielle et musique naturelle inhérente à l’association de certains mots et donnant à la poésie son caractère mélodieux. Mais à partir du moment où la musique n’est plus envisagée comme une illustration du texte, mais comme une amplification, au sens acoustique, le chant peut être considéré comme un des modes du discours médiéval que ni la polyphonie, ni l’Ars Nova n’auraient condamné. Qui a déjà assisté aux échanges des acteurs du théâtre No, à un récitatif du Ramayana, ou se souvient de ses exercices de scansion de poésie grecque ou latine peut comprendre que la prononciation particulière d’un texte fait sa musicalité. Pour reprendre les mots de David Fiala, « l’art musical est lié à des genres lyriques, dramatiques, religieux ou épiques, c’est-à-dire à des textes indissociables de pratiques déclamatoires4 ». Le deuxième argument que je souhaiterais avancer pour fonder l’utilisation de cette base documentaire dans une approche musicale, repose sur la circulation entre les textes et leur mode d’énonciation. Les travaux de Jelle Koopmans et de son équipe à Amsterdam ont bien montré que les écrivains du XVe siècle bourguignon évoluaient au sein d’un véritable réseau artistique large où se côtoyaient chroniqueurs, poètes, musiciens, hommes de théâtre quand ils ne se rassemblaient pas en un même personnage tel Jean Molinet (1435-1507), continuateur de la chronique de Georges Chastelain, auteur des Faictz et Dictz, dramaturge avec le Mystère de Saint-Quentin (1491) et compositeur d’au moins une chanson : Tart ara mon cueur sa plaisance connue entre autre par le Chansonnier Nivelle de Chaussée et pour la messe qu’elle a inspirée5. Bref, les hommes se parlent, les hommes échangent, les hommes récitent et chantent, d’autant plus que les textes se retiennent mieux lorsqu’ils sont fredonnés. Inutile d’aller plus loin dans la démonstration. En considérant les chansons comme une chambre d’amplification du discours politique, les textes qui nous sont parvenus nous proposent une poésie de circonstance mise en musique, une mélodie politique dont il convient maintenant d’observer le contexte de création, la matière et sa finalité.

La chanson au cœur d’une propagande « multimedia »

  • 6 . Une mise au point réactualisée dans Lecuppre-Desjardin E., « Proclamar la autoridad, afirmar el p (...)
  • 7 Clouzot M., « Le son et le pouvoir en Bourgogne au XVe siècle », dans Revue Historique, t. CCCII/3 (...)

6Tout d’abord, il faut rappeler que la diffusion des messages politiques et symboliques s’est élevée en véritable art de la communication sous les ducs Valois de Bourgogne6. Estimer leur efficacité à long terme n’est pas le but de notre propos aujourd’hui, mais il faut rappeler ce que j’avais déjà étudié dans ma thèse sur les cérémonies bourguignonnes et ce que Martine Clouzot a observé plus en détail, à savoir les liens étroits entre son et expression du pouvoir dans la principauté de Bourgogne7. Dans leurs apparitions publiques, les ducs s’entourent de la puissance des hauts instruments, de chanteurs aux voix angéliques susceptibles d’incarner la voix des prophètes qui, à Bruges en 1440 comme à Gand en 1458, accueillent le prince à l’extérieur des portes urbaines, en chantant des passages bibliques, mêlant ainsi émotion esthétique, révérence religieuse et hommage au pouvoir incarné. Ces glissements du religieux vers le politique, de la réjouissance populaire à la révérence princière, du théâtre mimé vers la déclamation chantée, constituent les terrains de prédilection d’une propagande sachant user de toutes les possibilités de création artistique pour toucher les cœurs. Néanmoins, le spectacle éphémère doit pouvoir trouver des relais pour pérenniser le contenu des messages distillés. La voix qui prolonge les textes trouve alors de nombreux supports pour diffuser amplement une idée qui devient un thème récurrent, ce que les journalistes aujourd’hui appelleraient des « éléments de langage ». Prenons un exemple. Charles le Téméraire a le souci de réformer la gouvernance de ses territoires en y imposant ordre et règle. Animé d’un esprit de conquête et d’indépendance sans limite, le prince réclame de nombreux efforts à ses sujets qui doivent payer régulièrement, en impôts comme en hommes, le prix de cette ambition démesurée. Afin de faire accepter plus aisément ces nombreux sacrifices – du moins c’est là ce qu’il souhaite –, Charles cherche à ancrer dans les esprits son propre sacrifice, celui d’un père qui n’hésite pas à veiller jour et nuit pour le bien-être de ses enfants. Ce motif, nous allons le retrouver sur plusieurs années dans des contextes différents. Découvert pour la première fois par les historiens dans les chroniques, le thème paternel que l’on vient d’évoquer se diffuse dans les harangues princières devant les états rassemblés, dans les sermons des frères prêcheurs animant les processions générales et dans les textes produits par les rederijkers, chargés encore une fois par le prince, de flatter son image auprès d’une population souvent agitée et récalcitrante.

7Concrètement voici donc le motif du sacrifice paternel décliné en divers lieux d’énonciations.

8Dans la Chronique de Jean Molinet, on trouve l’allusion suivante dans une prose scandée par la musicalité des alexandrins finaux :

  • 8 Jean Molinet, Chronique, Doutrepont G. et Jodogne O. (éd.), 3 vol. , Bruxelles, Académie Royale de (...)

« Pensez ung petit, vous rices bourgois et aultres hongnars qui murmurez sur l’estat de noblesse, qui vivez en transquilité pacifique et repos delitable, avironnez de tours murées et de fors propunacles, pensez ung petit et considerez que les nobles chevalereux n’ont pas tout d’avantage [...] vous menez le bon temps en paisible asseurance et ilz sont aux hutins en mortelle souffrance, vous dormez ès cités, bien couvers ès repos, et ilz couchent aux champs tousjours le fer au dos, vous vivez en l’espoir d’augmenter votre estage, et ils meurent pour vous et pour vostre héritage8. »

9Devant les états réunis à Bruges en 1475, Charles le Téméraire n’hésite pas à prendre la parole pour rappeler avec émotion que :

  • 9 Gachard L. P., Collections de documents inédits concernant l’histoire de la Belgique, Bruxelles, L (...)

« Pour la deffence de sesdits pays, seignouries et subgetz meismement de son dit pays de Flandres, lequel il a tousjours singulièrement, et que pour laditte defence, il n’avoit espargnié son corps, ses armes et sa chevance, laquelle il y avoit premièrement employee, ne aussy ses gens et ses subgetz, et que ce qu’il faisoit ou fait de ladite deffence servoit plus pour ses dits subgetz de Flandres, leur femmes, biens et enffans, que pour lui qui se trouve en continuelle sollicitude et labeur : car quand ilz dorment, il veille ; quand ilz sont au chault, il est ou froid ; quand ilz sont en leur hostelz, il est en la pleue et ou vent, et quand il jueune, ilz sont dans leurs maisons buvant, menguant9... »

10Dans un courrier adressé aux Franciscains et aux Dominicains en 1475, Charles leur demande que, dans leurs processions, ils trouvent les mots justes pour rappeler qu’il ne cesse de vouloir :

  • 10 Lettre éditée dans Gilliodts van Severen L., Inventaire des archives de la ville de Bruges, 7 vol. (...)

« Garder et préserver ses pays et subgectz de grief, foule ou dommaige de leurs voisins, et le grand soing, travail et diligence qu’il y a prins en y exposant sa personne, sa noblesse, sa chevanche, quand le cas l’a requis10... »

11Enfin, dans une poésie brugeoise d’Anthonis de Roovere datée de 1471, la synthèse de cette idée apparaît dans ces quelques vers qui ont pu servir de ritournelle :

  • 11 Poème cité dans Oosterman J. B., « Oh ! Flanders, Weep ! Anthonis de Roovere and Charles the Bold  (...)

« Wy ligghen thuys wel ende saechte gheleydt

« Nous restons confortablement à la maison

Ende, hy wedert hem mishaecht of greyt

Et lui, que cela lui plaise ou non

Moet ligghen daer sneeuw ende agel smelt 11. »

Il supporte la neige et la grêle. »

12Cette digression par rapport à notre foyer de sources principales n’a été voulue que pour montrer que les chants dont nous disposons ne sont pas des textes isolés, mais s’inscrivent dans une veine thématique précise que l’habileté de la propagande bourguignonne a su décliner en fonction de mots, de rythmes, de niveaux d’expression assurant une écoute la plus large possible. Ainsi, primo : la considération du chant comme une chambre acoustique amplificatrice définie plus haut, prend ici tout son sens. Et, secundo : les thèmes politiques nourrissant cette écriture mélodique n’ont rien de marginaux et s’inscrivent dans une idéologie pleinement assumée.

L’éloge d’une maison princière et de ses preux chevaliers

13Quel est le cœur de cette propagande ? Quels sont les messages que les ducs de Bourgogne ont souhaité inscrire dans le paysage sonore de leurs territoires ? Tout d’abord, les ducs ont, classiquement, rappelé la légitimité de leur famille par une généalogie remarquable qui, verticalement, les rapproche de la maison royale de France et qui, horizontalement, prouve l’ampleur de leur réseau familial et diplomatique. Dans la droite ligne du Planctus Karoli sur la mort de Charlemagne, chacun des ducs de Bourgogne a été honoré d’une ou de plusieurs complaintes destinées à rappeler les hauts faits du défunt, mais également voulues pour imposer la légitimité de sa maison.

14Plus particulièrement, il est patent que les deux premiers ducs de Bourgogne ont toujours affirmé leur autorité par le biais de leur filiation avec la royauté française. L’ensemble de la politique des premiers ducs de Bourgogne est scandé par ce rappel puissant et parfois tonitruant que le sang de France coule dans leur veine. Les textes des lamentations qui suivirent la mort des ducs jusqu’à Philippe le Bon en sont un juste témoignage. Dans la complainte sur la mort de Philippe le Hardi, Christine de Pisan invite tous les Français à pleurer le bon duc :

  • 12 Complainte de Christine de Pisan sur la mort de Philippe le Hardi (KBR, ms. no 7217), Leroux de Li (...)

« Plourez, françois, tout d’un commun vouloir :
[...]
Plourez, bon roi, bien vous devez douloir ;
[...]
Plourez la mort de cil qui, par desserte,
Amer deviez et par droit lignaige,
Voste loyal noble oncle, le très saige12... »

15Et cette veine poétique est encore très présente en 1467, à la mort de Philippe le Bon, lorsque les auteurs de ces chansons s’appuient sur cette proximité familiale pour inviter Louis XI et Charles de Charolais à vivre en paix, en bonne amitié par l’expression des dernières volontés du prince passé de vie à trépas :

  • 13 Complainte sur la mort de Philippe le Bon (1467), Leroux de Lincy A. (dir.), Chants historiques et (...)
  • 14 De Baecker L. (ed.), Chants historiques de la Flandre (400-1650), op. cit., p. 208.

Complainte sur la mort de Philippe

Mort de Philippe le Bon

« Adieu Noble roy des Franchois

« Tenez en concorde et pais

Et tous ceulx de la Fleur de Lys,

De France le très puissant roy

Paix, richesse et honneur a chois

Et Charles mon fils, que jamais

Vous ottroit Dieu de Paradis

Ne verray par mortel desroy.

Hellas ! soyés certains amys

Vray Dieu, fondateur de la foi,

L’un devers l’autre, sans discort,

Octroyez qu’en bonne union

Et se l’un a des ennemis

L’un soit roy et puissant arroy

L’autre le preserve à tort13. »

L’autre duc en ses régions14. »

16On remarquera au passage la volonté de respecter les engagements vassaliques des ducs envers le roi dans ces textes de 1467 (Au roi son royaume, au duc ses territoires).

  • 15 Stein R., « Cultuur in context. Het spel van Menych Sympel (1466) als spiegel van de brusselse pol (...)

17Dans d’autres textes, de nature cette fois-ci dramatique, on retient le souhait identique de convaincre l’auditoire de l’excellence du lignage princier. Ainsi, dans le célèbre Van Menych Simpel présenté à Bruxelles en 1466, devant Charles, alors comte de Charolais, Dame Chronique intervient pour présenter à l’auditoire les illustres ancêtres du prince jusqu’à Charlemagne15. L’exposé de la généalogie princière semble plus populaire qu’on ne pourrait le croire et il faut rappeler ici le goût des listes au Moyen Âge qui par le biais des litanies jouent assurément un rôle mnémotechnique, tandis que les anaphores marquent les esprits de leur scansion répétitive (« Plourez François.../Plourez, bon roy...,/Plourez Berry »).

  • 16 Complainte de Christine de Pisan sur la mort de Philippe le Hardi... : « Plourez, bon roy, bien vo (...)
  • 17 Chansons sur la mort de Jean sans Peur (1419), Leroux de Lincy A., Chants historiques et populaire (...)

18Quant au réseau familial des grands ducs il apparaît bien sûr dans la complainte de Christine de Pisan pour Philippe le Hardi, lorsque cette dernière évoque les figures du roi Charles VI, des ducs de Berry, d’Orléans, de Bretagne et de la reine Isabeau16. Mais il est encore plus large dans cette chanson sur la mort de Jean sans Peur (1419)17. L’auteur a en effet rassemblé autour du défunt les grandes figures nobles de la famille du duc de Bourgogne, soulignant l’importance de ses ramifications à travers l’Europe. Défilent ainsi, à la manière des pleurants d’albâtre des tombeaux ducaux, le comte de Charolais son fils, la comtesse de Flandre sa mère, ses sœurs Catherine duchesse d’Autriche, Marguerite épouse de Guillaume de Bavière et comtesse de Hainaut, Marie duchesse de Savoie par son mariage avec Amédée VIII, ses frères Antoine duc de Brabant et Philippe, comte de Nevers, qui outre-tombe lui envoie également ses plaintes, puis son neveu Philippe de Saint-Pol, et sa fille Marguerite épouse du duc de Guyenne, etc.

III
« Que le comte de Charroloix
A moult de tristesse et doleur !
Madame sa mère, c’est droix.
En a forment dolent le cœur,
Et aussy a sa bonne sœur
Qui d’Autrisse tient le pays,
Et la dame de grant valeur
Qui Haynau tint ou temps jadis.

IV
Celle de Savoye ensement
S’en doit grandement dohouser
Le duc de Brabant proprement
En doit aussy grand doeul mener
Et Saint Pol en doit bien plourer
Et aussi doit plourer Nevers.
Ihesus Christ lui voeulle ottrier
Vray pardon de tous ses meffais !

V
Et Jehan De Bayviere aussy
En doit estre de cœur dolant ;
Perdu y a ung grant ami
Et qui du cœur lui fut aidant.
Aussy a la dame plaisant
De Guienne qui fille estoit
Au duc qui a fini son temps.
Ihesus misericors luy soit. »

  • 18 Voir Armstrong C. A. J., « La politique matrimoniale des ducs de Bourgogne de la Maison de Valois  (...)

19Dans cette déploration classique, on peut estimer l’importance des alliances bourguignonnes issues de la politique matrimoniale habile de Philippe le Hardi que l’on peut présenter comme un argument soutenant la construction étatique consciente du père de la dynastie, mais qui plaide surtout en faveur de la nécessité de se concilier des voisins par la monnaie d’échange traditionnelle que sont les femmes18.

  • 19 Sur l’écriture critique de Molinet envers son ancien maitre, voir Frieden P., « La disparition du (...)

20L’évocation de ces lignages amples et de nature exceptionnelle contraste assurément avec les déplorations de la mort de Charles le Téméraire, d’ailleurs rares et tardives19. Dans L’arbre de Bourgogne, Molinet ne rend hommage au prince que sur quelques strophes qui ne font pas l’économie de la dénonciation de la démesure et du gâchis. La maison royale fait son apparition, mais très vite, l’indiciaire montre que Charles n’a pas suivi les conseils de son père, pourtant délivrés jusque dans les chansons évoquées précédemment, et que son appétit de conquête et son orgueil ont fait craindre le pire pour la belle maison de Bourgogne :

  • 20 Jean Molinet, Faictz et dictz, Dupire N. (éd.), Paris, Société des anciens textes français, 1939, (...)

« Cy gist la fleur de royal parentare,
L’arbre d’honneur, de vertu le plantage,
L’ardant rainceau, l’esprit de hault pretendre,
Qui non content de son propre héritage
Gaigna la mort par soy trop long estendre20. »

21Dans cette autre chanson, cette fois-ci, pro-française, la morale condamne tout autant l’ubris du duc de Bourgogne.

  • 21 Ballade de la mort du duc de Bourgogne qui fut tué à Nancy en Lorraine, Lerouxde Lincy A., Chants (...)

« Pour ce pensez à ce qu’est advenu
Sur un tel chef qu’estoit tant estimé ;
Regardez bien quoy qu’il est devenu,
Souvieigne-vous comment il est finé
Luy qui eust d’or un million finé,
D’hommes autant et estoit su grant maistre
Tant fut desfaict et tant exterminé
Qu’à peine nul ne le pouvoit congnoistre21. »

  • 22 Voir dans ce volume l’article d’A. Marchandisse et de B. Schnerb.
  • 23 Complainte des neuf pays du duc de Bourgogne (1467), sans doute rédigée par Jehan de Haynin, seigne (...)

22Avec Charles le Téméraire, les modèles mis en place durant les principats précédents s’inversent et l’ubris que l’on retrouve systématiquement du côté des adversaires ducaux, principalement les villes rebelles comme nous le verront, change de camp pour contaminer le prince lui-même. Car, parmi les autres leitmotivs qui animent cette propagande en chansons, se trouve le parangon de chevalerie que se doivent d’incarner les ducs et leurs hommes : autre signe incontestable de supériorité. Si les guerres et les batailles victorieuses s’accompagnent de l’écho durable et classique d’une mise en mots et en son à l’origine d’une sorte de geste populaire, ces thème sont bien évidemment l’occasion de rythmer chronologiquement l’histoire de l’ascension remarquable de la maison de Bourgogne, mais aussi l’occasion de redire les vertus des ducs et de leurs nobles22. Les exemples sont nombreux. Dans la bataille, comme dans la mort, dans les punitions infligées aux rebelles comme dans les louanges adressées aux futurs croisés, par des procédés jouant sur les contrastes, l’accumulation, la répétition, les analogies, les nobles disent leur supériorité en leur bravoure et leur respect du code chevaleresque. Dans la Complainte des neuf pays du duc de Bourgogne, Brabant se plaint de voir son honneur ainsi ôté par la mort de Philippe : « Ha, triste mort remplie d’impudense,/Haïr te doy, car tu as en robant,/Honneur osté au pays de Brabant. » Artois souligne l’inégalable loyauté de son comte : « Leaulté plus prisant que les haults rois ». Hainaut décrit ce « chief invaincu », « Intellectif, discret et sage », tandis que Hollande rappelle qu’en lui se trouvait « Honneur et gloire grande23 ». On pourrait poursuivre ce florilège des qualités nobiliaires en relevant dans une chanson puis dans une autre, les qualificatifs qui disent tous l’excellence des princes bourguignons. Mieux vaut observer de plus près des procédés qui tendent à montrer dans un premier temps la résonnance de ces thématiques.

23En effet, ce goût des vertus nobles glisse très aisément d’un registre à l’autre prouvant l’universalité de ce langage au XVe siècle. Ainsi, dans la chanson de la révolte brugeoise et de la mort du Seigneur de L’Isle-Adam (1437), il est assez remarquable que chacun des opposants (ville de Bruges contre le duc de Bourgogne, ses nobles et ses soldats picards) cherche à se grandir et à s’octroyer la vertu de Noblesse. Le texte qui a été rédigé en milieu brugeois accole le qualificatif noble non seulement au seigneur de L’Isle-Adam, victime de ce combat : « Och, edel here van Lelidam/Ah ! Noble seigneur de Lisle-Adam », mais également à la ville de Bruges victorieuse, ayant gagné cette bataille à défaut d’avoir remporté la guerre : « Hollant, dat en meende hi niet/Het was Brugghe, die edel stede reine : Hollande n’était pas dans sa pensée, c’était Bruges, la noble ville. » Quand les Brugeois se moquent de la frilosité du seigneur de Lisle-Adam, ce dernier rétorque que les règles du preux combat chevaleresque ne sont pas respectées :

  • 24 Combat livré aux Brugeois par Philippe le Hardi (sic) et le seigneur de Lisle (...)

«Doene ic Parijs driewerven wan,

« Quand je pris trois fois Paris,

Dat dede ic in vromen strie,

Je combattais loyalement,

Mer ghi wilt die edel stat van brugghe,

Mais cette noble ville de Bruges,

Winnen mit verraderie 24

Vous la voulez prendre par trahison. »

24Mais tandis qu’en grand danger, le noble L’Isle-Adam propose de l’argent pour sauver sa vie, les Brugeois montrent qu’il n’est pas question d’accepter de l’or pour solder un combat d’honneur. L’Isle Adam fut tué, mais on respecta son corps, on l’enterra et on pria pour son âme de noble chevalier, voulant ainsi, par la chanson, laisser le souvenir d’une révolte s’étant déroulée dans « les règles de l’art ».

  • 25 Ibid.

«Lelidam riep: “Ransoen, ransoen!

« Lisle-Adam cria : “Rançon ! Rançon !

Laet mi mijn lijf behouden!

Laissez-moi la la vie sauve !

Ic sal mi in een schalde weghen doen,

Je vous donnerai un bassin

Ende al van finene goude.

Rempli d’or fin.

Dijn silver noch dijn rode gout

Ni votre argent, ni votre or vermeil,

En mach u al hier baten;

Ne peuvent nous servir ;

Leldiam! Al waert ghi noch so stout

Lisle-Adam ! Parce que vous avez été si audacieux,

Ghi sulter hier u leven laten.”

Vous devez ici laissez la vie.”

Daer beef die edel here doot,

Là gît ce noble seigneur mort,

Versleghen al op die strate,

Étendu dans la rue,

Noit en quam hi in meerder noot,

Jamais il n’a couru plus grand danger,

God gheve sijn arme siele bate!

Que Dieu ait pitié de son âme !

T Sinte Donaes in die kerke,

Dans l’église de Saint-Donat,

Daer leit hi begraven

On l’enterra,

Die edel heere van Lelidam,

Ce noble seigneur de Lisle-Adam.

God wil sijn siele laven 25

Dieu ait pitié de son âme ! »

25Ici apparaît une sorte de communauté des armes voulue par un peuple brugeois cherchant à se grandir, à sortir du registre de l’orgueil et de l’ingratitude dans lequel on le confine régulièrement, pour clamer la justesse de son combat. Il faut dire que la propagande bourguignonne a suffisamment joué sur la corde du sensible, du lien personnel et de la relation bilatérale pour stimuler un dialogue où les opinions se déclinent le plus souvent sur le registre de l’affectif.

Une histoire des princes de Bourgogne et de leurs pays

26Lorsque les Gantois entonnent au cours des réjouissances de l’entrée de réconciliation de Philippe le Bon en 1458, « Vive Bourgogne est notre cry ! », on pourrait croire à une célébration d’une entité définie territorialement et politiquement. Or, il n’en est rien. « Bourgogne » n’est pas ici le territoire du prince, mais le prince en question.

« Vive Bourgogne ! est nostre cry,
Gardons l’en fait et en pensée ;
Autres n’aurons, bien nous agrée,
Nous le voulons toujours ainsi.

  • 26 Texte édité dans de Baecker L., Chants historiques de Flandre, op. cit., p. 206.

Vive Bourgogne ! est nostre cry,
De cœur chantons, je vous en prie,
En sa haute joyeuse entrée
N’espargnons florin ni demi,
S’il est venu en sa contrée,
En nous tristesse en est finée,
Si crions par la rue ainsy :
Vive Bourgogne ! est nostre cry26. »

  • 27 Voir Pons N., « Intellectual Patterns and affective Reactions in Defence of the Dauphin Charles, 1 (...)
  • 28 On pourra retrouver une analyse fine de ce répertoire dans Dumolyn J. et Lecuppre-Desjardin E., «  (...)
  • 29 Chanson contre le pays de Flandre et la ville de Gand, éditée dans Leroux de Lincy A., Chansons hi (...)

27Les ducs, dans leur politique de communication, ne cessent d’inscrire leurs relations avec leurs peuples sur le mode affectif et personnel de l’amour ou du désamour. Cette conception des rapports de pouvoir n’est pas unique en son genre. Nicole Pons, en comparant les versions latines avec leur traduction en langue vernaculaire, a bien montré que la défense des intérêts du dauphin Charles, après la signature du traité de Troyes, privilégiait le vocabulaire du droit dans les arguments formulés en latin, tandis qu’un répertoire passionnel prenait le dessus dans la Complainte des bons François27. Dans cette propagande chantée, les auteurs ne font pas l’économie d’un certain pathos et, souvent, l’essentiel de l’argumentation repose sur la possession, la perte, la peur de la perte, la tristesse de la perte et la colère qui suit la perte de l’honneur28. Ainsi, la condamnation de la révolte gantoise, dans la Chanson contre le pays de Flandre et la ville de Gand (1453), s’articule autour de l’orgueil déplacé d’un peuple et de l’honneur d’un prince trahi29. En rappelant de façon plus ou moins approximative les grandes batailles de Flandre, Bouvines, Courtrai, Roosebeke, l’auteur a soin de souligner la trahison constante des Flamands envers leurs seigneurs sans cesse malmenés, qu’ils viennent de Normandie, de France ou d’ailleurs. L’insulte est donc personnelle pour un duc de Bourgogne qui n’a cessé de choyer ses sujets :

« Par orgœul et oultrequidance
Et non congnoistre la haulteur
De nostre prince de vaillance
Qui tant leur a monstré d’onneur
Que roy n’est-il, ne empereur !
Qui ne t’amast povre pays,
Or a ton Gand par sa rigoeur
Tant fait que par tout est hays. »

  • 30 Le duc écrit : « nous estions conclu et determinés d’atendre la venue des ennemis, en leur requera (...)

28Cette fronde est d’autant plus grave qu’elle s’inscrit dans une série d’humiliations commises notamment sur le champ de bataille et particulièrement devant les Anglais après le traité d’Arras, lorsque Philippe le Bon avait décidé d’assiéger Calais. On sait par une lettre missive rédigée par Philippe le Bon, afin sans doute d’obtenir des renforts auprès du duc de Richemont, que le duc fut très affecté par cette énième désertion de ses sujets flamands, eux qui lui avait promis de vivre et mourir à ses côtés comme il s’était, lui-même, engagé à le faire30. On retrouve un écho de cet épisode déplorable dans cette chanson contre les Gantois, dont l’attitude d’après l’auteur du Ms 437 de L’excellente Cronicke van Vlaenderen fut pourtant jugée par les autres Flamands comme la plus grande honte jamais ressentie en Flandre (« de meeste scande die Vlaendren noyut ghebueren mochte »).

« Et parellement à Calaix,
Dont monseigneur fut moult dolans.
Comment avez vous tant de plez
Quant en riens vous n’estes vaillens ?
Soiez moy ce mot pardonnans,
Car mains je n’en porrois dire,
Quant par vous nous sommes reuguant
En grand orgoeul et vilain ire. »

29L’orgueil des Flamands, et plus particulièrement des Brugeois et des Gantois est un topos que l’on retrouve dans nombre de textes poétiques, notamment dans une églogue dédiée à la bataille de Roosebeke (1382) où le vers « L’orgoeil de Bruges et de Gand » clôt chacun des 5 strophes de 16 vers qui composent cette chanson. Mais il s’applique également à toute ville ayant osé défier l’autorité ducale à l’instar de Dinant et de Liège.

  • 31 Chanson sur la destruction de Liège et de Dinant, no 23, éditée dans Leroux de Lincy A., Chants hi (...)

30Dans cette longue chanson destinée à faire des destructions de Liège et de Dinant un exemple pour quiconque aurait l’idée folle de s’élever de nouveau contre le duc, l’orgueil explique encore une fois la chute31 :

« Je [suis] l’orguileuse, obstinée Dignant,
Horrible arsin de juste divine ire,
Hideulx exemple et miroir ruynant... »

31Les autres villes de la région peuvent se contempler au miroir de Liège et de Dinant et en tirer les conséquences – la chanson composée ayant ainsi un rôle de menace et de dissuasion :

  • 32 Ibid.

« Tongre, Saintron, Touyn, que volles dire,
Meschans hameaulx et povres gens chetives
Vollés vous cheoir en celle meisme ire32 ? »

32Mais, dans ce texte comme dans d’autres, on notera que l’attitude des rebelles n’est pas nuisible à la Chose Publique bourguignonne. Elle est préjudiciable parce qu’elle insulte le duc et sa puissance.

  • 33 Ibid.

« Que voeult fol poeupple et vile gent et serve
Voeult il s’essoudre encontre seignourie ?
Pense il que Dieu le conduise et preserve
A goeulle ouverte et a dens de loucerne
Pour mordre en prince et en chevalerie33 ? »

33Les griefs se déclinent toujours à titre personnel. Et il en va de même, lorsque les sujets du duc sont pris à témoin des affaires de cour. En effet, dans les années agitées qui marquèrent la fin du principat de Philippe le Bon et le début de la prise de pouvoir de son fils Charles, les cas de trahison ou en tout cas les dissidences qui sont présentées comme telles, portent la condamnation des transfuges sur le terrain des amitiés trompées qui, certes, ont pu avoir des conséquences malheureuses sur la politique générale du prince, mais qui surtout ont entamé le socle des fidélités constitutif des relations de pouvoir à la cour de Bourgogne. Ainsi, dans la tourmente de l’année 1465, le clan de la famille Croÿ, accusé de fraude et damnable deception par Charles dans un manifeste, se voit moqué dans quelques chansons sans doute rédigées par des courtisans jaloux de la puissance de ces hommes et de leur considérable influence auprès du vieux Philippe le Bon. Dans les deux ballades étudiées, les critiques pleuvent sur Antoine de Croÿ, accusé de nombreux maux, notamment d’avoir spolié le pauvre peuple par des impôts détournés :

  • 34 Deux ballades sur le seigneur de Croye (vers 1465). Chanson no 9, Leroux de Lincy A., Chansons his (...)

« Nient mains en larchinois t’a pris
Cent tailles sur les povres gens
Dont toy et tes sers sont mauldis,
Et se plaint-on que tu ne pens34. »

34Puis suivent la duplicité notoire du personnage pendant la guerre de Gand, les fausses rumeurs sur la mort du duc qu’il aurait semées, etc. Mais, les plaintes les plus fréquentes portent sur les calomnies répandues par Antoine de Croÿ, sur la zizanie qu’il aurait déchainée entre Philippe et son fils, et sur la mystification de ce serviteur de l’État à qui Philippe avait tout donné et qui se montra bien ingrat :

« Et par ton conseil indécent
L’enfant fut débouté du pere.
Le conseil te sera nocent,
Car ta traïson est trop clere [...]

  • 35 Ibid.

Che bon conte de Charoloix
Qui est du duc le proppre enffant,
Par tes escrips et faulx explois
Fut decachiet comme meschant35. »

35La deuxième ballade résume l’essentiel des reproches en deux vers :

  • 36 Ibid., Chanson no 10, p. 73 sq.

« En abusant che vaillant homme
Le noble et franc ducq de Bourgongne36. »

36C’est donc bien le duc de Bourgogne qui a été trahi. Que l’on me permette d’ouvrir la comparaison avec un autre traître qui, quant à lui fut accusé de crime de lèse-majesté et exécuté le 19 décembre 1475. Dans un manuscrit anglais du London College of Arms, on trouve un texte sans titre, répertorié dans l’index grâce à la mention « some curious verses in French » et dans lequel, le comte de Saint-Pol, Louis de Luxembourg, expose une repentance pour tous ses méfaits. Dès les premiers vers, on peut lire :

« Trayson, [que] Dieu te mauldie,
Par toy me conviendra morir
A Parie, ou grant vilaneye.
Le roy n’a[ura] de moy mercy.

  • 37 Texte édité dans Tyson D.B., « A newly discovered poem on the death of Louis de Luxembourg (1475)  (...)

Quant je party devant Peronne
J’aperceu bien que je estoye mort,
Car j’avoye trahy la coronne
Du noble roy, dont j’avoye tort37. »

37Les forfaits n’ont pas été commis contre le roi de France, mais contre la couronne de France. Et c’est là toute la différence avec un prince de Bourgogne qui ne concentre son autorité et la fidélité de ses hommes que sur sa personne. En d’autres mots, l’expression d’une abstraction politique correspondant à l’ensemble des territoires bourguignons entre les mains d’un chef identifiable à une chose publique plus ou moins indépendante de ses représentants n’existe pas dans cette propagande bourguignonne, pour la simple et bonne raison, qu’elle est absente de l’idéologie bourguignonne.

  • 38 Stein R., « Seventeen. The multiplicity of a unity in the Low Countries », dans Arcy Boulton J. D. (...)

38La délicate dénomination de cet ensemble territorial immense et éclaté grosso modo en deux blocs : pays de par-deçà et pays de par-delà, l’accumulation des spécificités propres à chacun de ces duchés, comtés et seigneuries constituent une difficulté majeure pour penser, aujourd’hui comme hier, l’ensemble de ces territoires que sans doute, seule une couronne aurait pu faire tendre vers une entité unique, ou tout au moins subsumant cette mosaïque territoriale. Or, les esprits ne sont pas prêts à envisager la synthèse. Et les chansons que nous avons étudiées le prouvent dans la forme et dans le fonds. La Complainte des neuf pays du duc de Bourgogne, déjà évoquée, rédigée en 1467 et fondée sur un acrostiche, donne la parole tour à tour à Bourgogne, Brabant, Flandre, Artois, Hainaut, Hollande, Zélande, Namur, et au comté de Bourgogne. Les deux duchés s’expriment donc en premier lieu, puis viennent les comtés. Ce n’est donc pas l’ordre d’acquisition qui est respecté mais la hiérarchie des titres, à la manière dont sont exposées les armoiries du duc. En cela, la démarche est une preuve supplémentaire à apporter à un travail récent de Robert Stein sur le chiffre « Dix-Sept » dans les Pays-Bas du XVe au XVIIe siècle38. Ce chiffre, selon lui, symbolisait l’unité des Dix-Sept Provinces des Pays-Bas au XVIIe siècle, tandis que, mentionné au XVe siècle, il s’impose au titre des arguments honorifiques et dynastiques (par exemple, le titre de duc de Lothier ne fait pas référence à un territoire mais à un honneur lié au titre de duc de Brabant). Dans La Mort de Philippe le Bon, autre déploration de 1467, Philippe demande à son fils d’aimer ses pays, tout comme dans la complainte rédigée sur le même thème, la même année :

  • 39 Mort de Philippe le Bon (1467), de Baecker L. (éd.), Chants historiques de Flandre, op. cit., p. 2 (...)
  • 40 Complainte sur la mort de Philippe le Bon (1467), Lerouxde Lincy A., Chants historiques et populai (...)

Mort de Philippe le Bon

Complainte sur la mort de Philippe le Bon

«Adieu, Charles, mon très cher fils,

« Adieu Bourgogne ! Adieu Brabant !

Dieu te laisse en paix gouverner,

Flandres, Hollande et Artois,

Bourgogne, Artois et le païs

Haynaut et tout le remanant

De Brabant, que tu dois aimer,

De mes pays à une fois.

Flandre, Haynau, Hollande en mer,

Priés pour moy au Roy des rois ;

Zélande, Namur, Luxembourg,

Je luy prie et requiers aussy

Guines, Boulogne, Saint-Omer,

Qu’il vous préserve en tous endrois

Picardie et aussi Limbourg39

De mal, d’anuy et de soussy40. »

  • 41 Godding P., « Le testament princier dans les Pays-Bas méridionaux (XIIe-XVe siècle) : acte privé e (...)
  • 42 Texte inséré dans La danse aux aveugles et autres poésies du XVe siècle extraites de la bibliothèq (...)

39L’accumulation domine, la liste des territoires s’impose sans qu’une expression ne vienne évoquer la conscience d’un territoire conçu comme un tout par son prince et l’entourage de ce dernier. Bref, pour reprendre les mots de Philippe Godding et en s’appuyant sur les réflexions de Jean de Terre Vermeille, « il n’y a pas encore, comme en France à la même époque, le souci de penser l’intégralité territoriale d’un État41 ». Cette évocation cumulative n’est cependant pas statique et dans les chansons qui suivent la mort du Téméraire, les oublis, les silences montrent que 1477 n’est pas une date anodine et qu’elle signifie bel et bien l’avènement d’une nouvelle conscience politique territoriale. Ainsi dans un petit traité, non daté, intitulé Le malheur de France et rendant hommage à Maximilien (donc sans doute proche chronologiquement de l’arrivée de ce dernier en Flandre), la succession des terres évoquées privilégie désormais le Nord42. En effet, comme il s’agit sans doute d’un chant destiné à galvaniser les troupes, l’évocation des Picards et Bourguignons ne correspond plus à un découpage spatial mais à une catégorie de soldats dont la terrible réputation au combat donna lieu d’ailleurs à un célèbre chant :

« Piquards renommez,

Namurois puissans,

Hennuyers parfais

Bourguignons pasmez,

Zellandois doubtans

En dictz et en fais

Recouvrez couraige :

Faictes vostre amats ;

Mettez vous aux champs,

Liegois animez,

Hollandois vaillans,

Brabançons reffais

Flamands refourmez,

Pour les mieux nagans,

D’aulcuns pesans faix,

Prenez un train saige.

Tendez niefs et mats.

Chantez vos plains chans. »

40Enfin, dans une autre chanson, toujours destinée à exalter les enthousiasmes autour de Marie de Bourgogne et de la défense de son héritage, cette dernière est appelée la Dame de Gand et voici les hommes que l’on cherche à stimuler :

  • 43 Texte inséré dans de Baecker L., Chants historiques de Flandre, op. cit., p. 215-218.

« Galans de Picardie,
De Flandres et d’Artois,
De Haynau la jolie,
Et vous les Boulenois,
Cueillez trestous corage
A léaument servir
La dame et l’iretage
Qui li doit partenir43. »

41Certes, l’envoi de ce chant reprend l’expression « Vive Bourgogne ! », mais il scelle le destin de ce motif et le renvoie à un registre dynastique qui, s’il permet de qualifier une culture (la littérature bourguignonne), une période (les anciens Pays-Bas bourguignons), une famille princière (les ducs Valois de Bourgogne), voir un corps d’armée (Les Picards et Bourguignons), échoue lorsqu’il s’agit de qualifier une entité politique, synthèse d’un groupement de territoires multiples et variés.

42Que retenir de cette sélection de textes et de leur évocation à petites touches. Tout d’abord que les chants des partisans de la cour de Bourgogne constituent une documentation qui doit être saisie dans un contexte large de création artistique, permettant d’en apprécier la force et la résonnance. Ensuite, que ces chants usent d’un vocabulaire et de thématiques plus universels qu’on ne pourrait le croire, stimulant ainsi des réponses et un véritable dialogue autour des notions d’honneur et de trahison par exemple. Il faut également noter que la forme de ces chants souligne encore et toujours l’importance des listes et des moyens mnémotechniques pour ancrer des informations et construire une mémoire.

  • 44 La mémoire du Temps, Paravicini-Bagliani A. (éd.), Micrologus, vol. 12, 2005.

43Ces chants constituent encore des « réservoirs de mémoire », pour reprendre la belle expression d’Agostino Paravicini-Bagliani44. Répétés à l’envi, ils s’inscrivent dans une sorte de liturgie de la consécration : « Vous ferez cela en mémoire de moi. » Enfin, cette maîtrise du temps, ce moyen de lutter contre l’oubli a pour but immédiat d’imposer une autorité et un pouvoir. Cette mélodie politique dévoile alors les fondements d’une pensée où triomphe la subdivision sur le tout, où prédomine la perception féodale du seigneur aimé de ses hommes dans une relation bilatérale, dans un échange de droits et de devoirs dont la faillite constitue un affront personnel, non une entaille à la Chose Publique.

Notes

1 Baecker L. de, Chants historiques de la Flandre (400-1650), Lille, Librairie Ernest Vanackere, 1855, p. VII. La suite de la citation, somme toute assez nauséabonde et invitant à l’élévation d’une race pure, ne mérite pas d’être mentionnée, si ce n’est par ces quelques mots pour être dénoncée.

2 Oosterman J., « Si mes paroles avaient le son des cordes de vielle. Les rhétoriqueurs considèrent le langage comme le comble de la musique », dans Publication du Centre Européen d’Études Bourguignonnes (PCEEB par la suite), no 45, Turnhout, 2005, p. 81-91.

3 De Gedichten van Anthonis de Roovere, d’après les manuscrits et anciennes impressions connues jusqu’à maintenant, Mak J. J. (dir.), Zwolle, 1955, p. 247.

4 . Fiala D., « Le prince au miroir des musiques politiques des XIVe et XVe siècles », dans Lachaud F. et Scordia L. (dir.), Le prince au miroir de la littérature politique de la Antiquité au Lumières, Rouen, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2007, p. 319-350. On relira également Zumthor P., La lettre et la voix. De la « littérature » médiévale, Paris, Le Seuil, 1987.

5 . Le manuscrit se trouve à la BnF (Rés. Vmc Ms 57). On trouvera de plus amples renseignements sur les activités musicales de Molinet dans Mac Clintock C., « Molinet, Music ans Medieval Rhetoric », Musica Disciplina : a Yearbook of the History of Music, XIII, 1959, p. 109-121. Sur le réseau artistique de ces auteurs bourguignons et les passerelles jetées entre monde de la cour et monde de la ville et entre disciplines, voir les travaux de J. Koopmans avec par exemple, « Poètes et polyphonistes : mondes de Molinet », PCEEB, no 45, 2005, p. 73-80 et « Rhétorique de cour et rhétorique de ville », dans Koopmans J., Meadow M., Meerhoff K. et Spies M., Rhetoric – Rhétoriqueurs – Rederijkers, Amsterdam, North-Holland Publishing Company, 1995, p. 67-81.

6 . Une mise au point réactualisée dans Lecuppre-Desjardin E., « Proclamar la autoridad, afirmar el poder, seducir al pueblo. Una reflexión sobre la communicación política en los antiguos Países Bajos Borgoñones », dans Edad Media. Revista de Historia, vol. 13, 2012, p. 103-121.

7 Clouzot M., « Le son et le pouvoir en Bourgogne au XVe siècle », dans Revue Historique, t. CCCII/3, juillet-août-septembre 2000, p. 53-66.

8 Jean Molinet, Chronique, Doutrepont G. et Jodogne O. (éd.), 3 vol. , Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 1935-1937, t. I, p. 7-8.

9 Gachard L. P., Collections de documents inédits concernant l’histoire de la Belgique, Bruxelles, L. Hauman et comp., 1833-1835, 3 vol. , t. I, pièce XL, p. 252.

10 Lettre éditée dans Gilliodts van Severen L., Inventaire des archives de la ville de Bruges, 7 vol. , Bruges, E. Gailliard, 1871-1878, vol. 6, p. 107-109. Sur ce sujet voir Lecuppre-Dejardin E., « Procession et propagande à Valenciennes en 1472. L’intégration des cultes locaux dans la construction de l’image princière », dans L’Église et la société entre Seine et Rhin (Ve-XVIe siècle), Recueil d’études d’histoire du Moyen Âge en l’honneur de Bernard Delmaire, Revue du Nord, t. 86, juillet/décembre 2004, p. 757-770.

11 Poème cité dans Oosterman J. B., « Oh ! Flanders, Weep ! Anthonis de Roovere and Charles the Bold », dans M. Gosman, A. J. Vanderjagt et J. R. Veenstra (dir.), The Growth of Authority in the Medieval West, Groningue, E. Forsten, 1999, p. 257-267.

12 Complainte de Christine de Pisan sur la mort de Philippe le Hardi (KBR, ms. no 7217), Leroux de Lincy A., Recueil de chants historiques français depuis le XIIe jusqu’au XVIIIe siècle, Paris, Ch. Gosselin, 1841, p. 292.

13 Complainte sur la mort de Philippe le Bon (1467), Leroux de Lincy A. (dir.), Chants historiques et populaires du temps de Charles VII et de Louis XI, Paris, A. Aubry, 1857, p. 147 et sq.

14 De Baecker L. (ed.), Chants historiques de la Flandre (400-1650), op. cit., p. 208.

15 Stein R., « Cultuur in context. Het spel van Menych Sympel (1466) als spiegel van de brusselse politieke verhoudingen », BMGN-Low Countries Historical Review, no 113, 1998, p. 289-321. Cette pièce commence par une question de Menych Simpel (Esprit simple) qui s’enquiert de savoir de quelle origine noble Charles descend. C’est Dame Cronijke qui le renseigne.

16 Complainte de Christine de Pisan sur la mort de Philippe le Hardi... : « Plourez, bon roy, bien vous devez douloir [...] Plourez, Berry, et plourez tuit sy hoir [...] Duc d’Orléans, moult vous en doit chaloir [...] Duc des bretons, plourez ; car je suis certe/Qu’affaire arez de lui en vo jeune age ! [...] Plourez, Roine, et ayez le cuer noir... »

17 Chansons sur la mort de Jean sans Peur (1419), Leroux de Lincy A., Chants historiques et populaires du temps de Charles VII et de Louis XI, p. 19-22. Voir l’arbre généalogique de Jean sans Peur, dans Schnerb B., Jean sans Peur, le prince meurtrier, Paris, Payot, 2005, p. 112.

18 Voir Armstrong C. A. J., « La politique matrimoniale des ducs de Bourgogne de la Maison de Valois », Annales de Bourgogne, t. 40, 1968, p. 5-58 et p. 89-139.

19 Sur l’écriture critique de Molinet envers son ancien maitre, voir Frieden P., « La disparition du duc de Bourgogne », dans Foehr-Janssens Y. et Tilliette J.-Y. (dir.), De vrai humain entendement. Hommage à Jacqueline Cerquiligny-Toulet, Genève, Droz, 2005, p. 83-98 et Jennequin-Leroy M., « Fin d’un règne, d’un temps. Les états bourguignons après la mort du Téméraire », Interférences linéaires, nouvelle série, no 3, Les écrivains et le discours de guerre, novembre 2009, p. 39-50.

20 Jean Molinet, Faictz et dictz, Dupire N. (éd.), Paris, Société des anciens textes français, 1939, p. 232.

21 Ballade de la mort du duc de Bourgogne qui fut tué à Nancy en Lorraine, Lerouxde Lincy A., Chants historiques français depuis le XIIe siècle..., op. cit., p. 383-384. Dans une autre ballade intitulée Nouvelles portées en enfer par un hérault de la mort du feu duc de Bourgogne, le jour qu’il fut tué en bataille devant Nancy, on peut lire « De trahison estoit plain et d’orgueil [...]/Bien doit avoir avoir aux enfers lieu et place » (ibid., p. 381-382).

22 Voir dans ce volume l’article d’A. Marchandisse et de B. Schnerb.

23 Complainte des neuf pays du duc de Bourgogne (1467), sans doute rédigée par Jehan de Haynin, seigneur de Louvignies, Leroux de Lincy A., Recueil de chants historiques français, op. cit., p. 365-367.

24 Combat livré aux Brugeois par Philippe le Hardi (sic) et le seigneur de Lisle-Adam, De Baecker L., Chants historiques de la Flandre, op. cit., p. 198-203.

25 Ibid.

26 Texte édité dans de Baecker L., Chants historiques de Flandre, op. cit., p. 206.

27 Voir Pons N., « Intellectual Patterns and affective Reactions in Defence of the Dauphin Charles, 1419-1422 », Allemand C. (éd.), War, Government and Power in Late Medieval France, Liverpool, Liverpool University Press, 2000, p. 54-69 et ead., « Ennemi extérieur et ennemi intérieur : le double lutte des défenseurs de Charles VII », Memini. Travaux et docuements, no 3, 1999, p. 91-125.

28 On pourra retrouver une analyse fine de ce répertoire dans Dumolyn J. et Lecuppre-Desjardin E., « Propagande et sensibilité : la fibre émotionnelle au cœur des luttes politiques et sociales dans les villes des anciens Pays-Bas bourguignons. L’exemple de la révolte brugeoise de 1436-1438 », Lecuppre-Desjardin E. et Van Bruaene A.-L., Emotions in the Heart of the City (14th-16th century), [SEUH 5], Turnhout, Brepols, 2005, p. 41-62.

29 Chanson contre le pays de Flandre et la ville de Gand, éditée dans Leroux de Lincy A., Chansons historiques et populaires, op. cit., p. 42-47.

30 Le duc écrit : « nous estions conclu et determinés d’atendre la venue des ennemis, en leur requerant que, en ceste besoigne, voulisissent vivre et morir avecques nous, comme promis ils avoient, et que nous y vivriont et mourrions avecques eulx, ainsi que pareillement promis leur avions ». Lettre publiée dans Thielemans M.-R., « Une lettre missive inédite de Philippe le Bon concernant le siège de Calais », Bulletin de la Commission Royale d’Histoire, t. CXV, 1950, p. 285-296, p. 292.

31 Chanson sur la destruction de Liège et de Dinant, no 23, éditée dans Leroux de Lincy A., Chants historiques et populaires, op. cit., p. 127-138.

32 Ibid.

33 Ibid.

34 Deux ballades sur le seigneur de Croye (vers 1465). Chanson no 9, Leroux de Lincy A., Chansons historiques et populaires, op. cit., p. 61-72.

35 Ibid.

36 Ibid., Chanson no 10, p. 73 sq.

37 Texte édité dans Tyson D.B., « A newly discovered poem on the death of Louis de Luxembourg (1475) », Nottingham medieval Studies, XLIX, 2005, p. 125-141.

38 Stein R., « Seventeen. The multiplicity of a unity in the Low Countries », dans Arcy Boulton J. D. d’et Veenstra J. R., The Ideology of Burgundy. The Promotion of National Consciousness (1364-1565), Leiden-Boston, Brill, 2006, p. 223-285.

39 Mort de Philippe le Bon (1467), de Baecker L. (éd.), Chants historiques de Flandre, op. cit., p. 208-209.

40 Complainte sur la mort de Philippe le Bon (1467), Lerouxde Lincy A., Chants historiques et populaires, op. cit., p. 149-150.

41 Godding P., « Le testament princier dans les Pays-Bas méridionaux (XIIe-XVe siècle) : acte privé et instrument politique », dans Revue d’Histoire du Droit/Tijdschrift voor Rechtsgeschiedenis, 61, 1993, p. 217-235 (p. 226). Il cite dans la note 53 Jean de Terre Vermeille qui en 1419 affirme que « le roi n’a jamais pu, et ne peut, faire de testament au sujet du royaume ».

42 Texte inséré dans La danse aux aveugles et autres poésies du XVe siècle extraites de la bibliothèque des ducs de Bourgogne, Lille, 1748, p. 209-210.

43 Texte inséré dans de Baecker L., Chants historiques de Flandre, op. cit., p. 215-218.

44 La mémoire du Temps, Paravicini-Bagliani A. (éd.), Micrologus, vol. 12, 2005.

Auteur

Université de Lille 3, membre du l’IRHIS.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540