Version classiqueVersion mobile

Les paysages sonores

 | 
Laurent Hablot
, 
Laurent Vissière

Deuxième partie. Chants de guerre et cris d'armes

Chansons, ballades et complaintes de guerres au xve siècle : entre exaltation de l’esprit belliqueux et mémoire des événements1

Alain Marchandisse et Bertrand Schnerb

Texte intégral

  • 1 Nous ne saurions trop encourager le lecteur à prendre connaissance du texte, ici même, d’É. Lecupp (...)
  • 2 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, éd. L. Douët d’Arcq, t. 3, Paris, 1859, p. 123. Comme ceux qu (...)
  • 3 Une épigramme latine, non datée (Political Poems and Songs, relating to the English History, compo (...)

1Les pièces en vers composées immédiatement après un événement militaire, un siège ou, plus souvent, une bataille rangée, ne sont pas rares au XVe siècle. Certaines, produites dans le camp des vaincus, sont conçues comme des complaintes, tandis que les autres, majoritaires semble-t-il dans le corpus des textes conservés, sont des poèmes ou chansons célébrant la victoire et, souvent aussi, le prince qui s’en fait attribuer le mérite. Un bon exemple des deux types de cette production littéraire est fourni par la floraison de pièces rimées qui suivit la bataille d’Azincourt du 25 octobre 1415 : on y trouve une seule complainte française déplorant l’état lamentable du royaume, dont le texte ne fait qu’une allusion sibylline à la défaite (« Feble ennemi en grant desconfiture/Victorien, et peu débilité2 ».) et, en revanche, une abondante production anglaise, sous forme de ballades, de poèmes, d’épigrammes3, au sein desquels la Carole d’Azincourt, si souvent interprétée, est la pièce la plus célèbre.

  • 4 Liederen en gedichten uit het Gruuthusehandschrift, éd. Heeroma K. H., Lindenburg C. W. H., Leyde, (...)

2On pourrait ajouter à ce cas bien connu d’autres œuvres rimées liées à des événements militaires marquants de la fin du Moyen Âge : ainsi le Kerelslied du Manuscrit Gruuthuse4, écrit et chanté lors de la révolte flamande des années 1380, texte vengeur produit dans le camp du parti du comte de Flandre, qui appelle à la destruction des rebelles.

  • 5 Sur La bataille du Liège, en attendant l’édition et l’étude de cette œuvre, par les signataires du (...)

3Nous avons aussi rappelé récemment l’importance de la production de poèmes et de chansons liée à la guerre menée par l’élu de Liège, Jean de Bavière, son frère Guillaume, comte de Hainaut, et leur beau-frère Jean sans Peur, duc de Bourgogne, contre les Haidroits en 1408. Les événements de cette guerre, notamment le siège de Maastricht, la bataille d’Othée et le règlement du conflit (la Sentence de Lille) donnèrent lieu, en effet, à composition de diverses chansons en français et en thiois, tout particulièrement à la pièce intitulée La Bataille du Liège, poème de 500 octosyllabes, qui s’apparente au genre de la chronique rimée, composé moins de trois mois après la bataille d’Othée par le « faiseur et recordeur de beaulx diz » Jacquet de La Ruelle, et présenté devant le duc à l’occasion des réjouissances profanes qui entouraient les fêtes de Noël et de la fin de l’année5.

4L’étude de ces œuvres conduit à s’interroger non seulement sur leur nature et sur les thèmes qui y sont traités, mais aussi sur leur destination et leur postérité. Pour éclairer notre propos, nous allons passer en revue un certain nombre d’exemples qui nous aideront à saisir ces différents éléments. On nous permettra, dans ce travail, d’opter pour une approche chronologique, partant de la période qui suit la conclusion du traité de Troyes pour aller jusqu’aux guerres opposant Louis XI à Maximilien Ier de Habsbourg.

  • 6 Paris, BnF, Ms. Naf. 1036, fol. 1 r°-24 r°. En 1408, on trouve une trompette et deux ménestrels po (...)
  • 7 Dijon, Archives départementales de la Côte-d’Or (= ADCO), B 11745 ; La Chauvelays J. de, Les armée (...)
  • 8 Dijon, ADCO, B 11747 ; La Chauvelays J. de, Les armées..., ibid., p. 65-76.
  • 9 Dijon, ADCO, B 11745 ; La Chauvelays J. de, Les armées..., ibid., p. 50-52.
  • 10 Dijon, ADCO, B 1554, fol. 227 r°-230 r°, B 11771.
  • 11 Ibid., B 11788.

5Avant d’examiner quelques œuvres caractéristiques du genre de la chanson de guerre, il convient de souligner que les sources, en particulier la comptabilité bourguignonne, offrent un témoignage de la place occupée par le chant dans les armées des XIVe et XVe siècles. En effet, les montres d’armes et la comptabilité mentionnent la présence de ménétriers dans les compagnies de gens de guerre. Si l’on étudie, par exemple, les montres d’armes reçues par le maréchal de Bourgogne à l’hiver 1358-1359 sur les frontières de l’Auxois, on dénombre 11 ménétriers (pour 1 343 combattants), ces musiciens ayant été non seulement passés à montre mais également comptabilisés pour le calcul des gages, deux ménétriers étant comptés pour un homme d’armes6. Au printemps de 1365, les troupes réunies sous les murs de Villaines-les-Prévotes présentent six ménétriers pour 232 combattants7. En février 1368, quatre ménétriers sont comptés dans les montres d’une troupe forte de 521 combattants8. Au mois de juillet 1387, la compagnie de Gauthier de Vienne, seigneur de Mirebel-en-Montagne, envoyée en Savoie, compte dans ses rangs trois ménétriers pour 100 combattants9. En septembre 1408, un contingent de plus de 1 300 combattants constituant une partie de l’armée de Jean sans Peur qui va affronter les Liégeois à Othée est accompagné de dix ménétriers10. À l’été de 1417, une armée de plus de 10 500 combattants bourguignons compte dans ses rangs 53 ménétriers11.

  • 12 Bertin J., « Le siège du château de Vellexon en 1409 », dans Bulletin de la Société d’Agriculture, (...)

6Le rôle de ces ménétriers apparaît très bien dans certains articles d’un compte particulier tenu à l’occasion du siège de Vellexon, une place forte des bords de Saône située non loin de Gray, en 1409-1410. On y relève que l’un des capitaines responsables des opérations, Jean de Neufchâtel, seigneur de Montaigu, avait installé en ses « logis » des ménétriers ; l’article des dépenses qui les concerne mentionne une somme de trois francs payée « aux menestriers estant au logis de monseigneur de Montaigu, pour leur peine et salaire pour avoir esté continuellement audit siege pour esjouir les compagnons estant audit siege tant de jour comme de nuit12 ».

  • 13 Le Roux de Lincy A., Chants historiques et populaires du temps de Charles VII et de Louis XI, Pari (...)

7On peut ajouter que, lors d’un siège, la musique et les chants, entendus par les assiégés, devaient avoir sur eux un effet déprimant, surtout si les paroles des chansons leur étaient indirectement adressées. C’est précisément le cas dans la première pièce que nous voudrions verser au dossier, en l’occurrence une chanson composée par un Bourguignon anonyme désireux de célébrer le siège et la capitulation de Melun au mois de septembre 142013.

  • 14 Le Pastoralet – composé entre 1422 et 1425 et dédié principalement à Jean sans Peur –, éd. J. Blan (...)

8Cette œuvre de dix strophes, particulièrement hostile aux Armagnacs, s’ouvre sur une présentation qui fait du siège un événement exceptionnel ; la présence du duc de Bourgogne est particulièrement mise en valeur : il est le « lion noble et courtois » (une image que l’on retrouve dans le Pastoralet14 probablement composé également dans les années 1420, comme cette chanson). Le roi d’Angleterre, mentionné avec bienveillance, demeure toutefois, dans cette œuvre, un personnage secondaire (tout comme le comte de Hainaut dans la Bataille du Liège, chanson composée elle aussi, on l’a dit, à la cour de Bourgogne).

« Vollés oÿr notables dis
Des Erminags qui s’estoient mys
En Melum la fermee
Que le roy d’Engleterre prist
Et ses nobles freres gentilz
A baniere levee.
Et le francq duc des Bourguignons
A noble baronnie
Vint, et le seigneur de Chalons,
Et ceulx de Picardye. »

  • 15 Deschaux R., Un poète bourguignon du XVe siècle, Michault Taillevent, Genève, Droz, 1975, p. 164 s (...)

9Tout comme plus tard Michault Taillevent dans ses poèmes sur la prise de Luxembourg de novembre 1443, qui compare l’événement à la chute de Troie15, l’auteur anonyme de la chanson sur le siège de Melun affirme le caractère exceptionnel de cette opération militaire :

« Depuis que Dieux fut mys en croix,
On ne vyt siege de deux roys
Point de plus grant poissanche.
Ly lions nobles et courtois
Qui héoit les Erminagois
Se mist en ordonnanche.
Bourguignons, Piccars, Savoyens,
Avoit en sa compaigne.
Devant Melun, lui et les siens,
Furent sur la campaigne. »

10Selon l’usage des chansons de siège, le ménétrier anonyme auteur de cette chanson de Melun interpelle les assiégés :

« Erminags, trop oultrecuidiés
Fustes quant fustes herbergiés
Dedens Melum la ville ;
Onques n’en fut donné congiet
De cilz à qui est, ce sachiés.
Pis valés qui credible,
Qui venés nobles guerroyer
En leur royal contrée.
Cuidiés vous Franche conquester ?
Non, avés fol idée. »

11Véritable pièce d’actualité composée à la fin du siège, cette chanson annonce le châtiment futur des prisonniers armagnacs :

« La en fera on droit et raison,
Chascun ara sa guerredon
Selonc sa mespresure :
Les aultres en conclusion
Aront telle pugnission. »

  • 16 Gerold T. (éd.), Le manuscrit de Bayeux. Texte et musique d’un recueil de chansons du XVe siècle, (...)

12Cette chanson sur la prise de Melun s’intègre dans l’ensemble des chansons produites dans le contexte du conflit franco-anglais. Cet ensemble compte quelques monuments qui méritent qu’on s’y arrête. C’est le cas, notamment de la chanson intitulée Le roi angloys qu’on trouve dans le recueil normand désigné comme le Manuscrit de Bayeux16. Cette pièce est constituée de quatre strophes ; les deux premières rappellent la mort du roi Henri V en 1422 :

« Le roy angloys se faisoit appeler
Le roy de France par s’appellation.
Il a voulu hors du pays mener
Les bons François hors de leur nation.
Or il est mort a Saint Fiacre en Brye.
Du pays de France ils sont tous deboutéz ;
Il n’est plus mot de ces Angloys coués.
Mauldicte en soit trestoute la lignye. »

13Les deux dernières strophes mêlent des allusions à des événements couvrant la période allant de 1431 à 1450 :

« Ils ont chargé l’artellerie sur mer,
Force biscuit et chascun ung bidon
Et parla mer jusqu’en Biscaye aller
Pour coronner leur petit roy godon,

Mais leur effort n’est rien que moquerie
Capitaine Préjent lez a si bien frottés
Qu’ils ont estez es terres mer effrondéz :
Mauldicte en soict trestoute la lygnye. »

  • 17 Allmand C., Henry V, Londres, 1992, p. 169-172.

14Des deux premières strophes, on peut dire qu’elles collent à l’actualité de 1422 : les prétentions d’Henri V, qui portait le titre de roi de France, la conclusion du traité de Troyes, la mort inopinée du roi d’Angleterre, non pas à Saint-Fiacre-en-Brie, mais à Vincennes, peut-être à cause de la dysenterie (le mal de Saint-Fiacre), contractée lors du siège de Meaux (-en-Brie)17, autant d’éléments qui se retrouvent dans cette chanson vengeresse et cruellement ironique où sont raillés et maudits les Angloys coués.

  • 18 Terme insultant désignant les Anglais. L’onomatopée, God-, soit un cri d’appel à l’adresse des ani (...)
  • 19 Harrouët R., « Une famille de bibliophiles au XVe siècle : les Coëtivy », dans Bulletin et Mémoire (...)

15Dans les deux dernières strophes on trouve des allusions au couronnement d’Henri VI (le petit roy godon18) en 1431, aux expéditions militaires anglaises en Guyenne ainsi qu’aux succès terrestres et navals des capitaines français et, notamment de l’amiral de France Prigent de Coëtivy (mort au siège de Cherbourg en 1450 – ce qui donne un terminus ante quem pour la composition de cette chanson, peut-être produite sous sa forme définitive dans l’entourage de l’amiral, dont l’on connaît l’intérêt, tout comme celui de son lignage, pour l’art et la culture19).

16Il n’est pas impossible que la forme connue de cette chanson soit le témoignage d’une composition évolutive, le point de départ ayant été peut-être une chanson sur la mort d’Henri V complétée et prolongée par une partie synthétisant les événements allant de 1422 à 1450.

  • 20 Sur ce thème, voir Contamine P., « Les Anglais, « anciens et mortels ennemis » des rois de France, (...)
  • 21 Ni le Vau-de-vire, comme genre littéraire ou comme œuvre, ni Olivier Basselin, ne font l’objet d’a (...)

17Quoi qu’il en soit, on trouve dans Le roy anglois la célébration des victoires remportées par les « bons Français » sur les Anglais durant les campagnes de la Libération, entre 1430 et 1450, et un compendium des invectives lancées à l’adversaire durant cette guerre20 : on trouve mention des Anglais coués, des godons, de la lignée maudite. Autant de thèmes que l’on trouvait déjà dans le célèbre Vau-de-Vire des années 1430 ou 1440, associé à la plume d’un énigmatique Normand, le dénommé Olivier Basselin21 :

« Et cuidez vous que je me joue
Et que je voulsisse aller
En Engleterre demourer ?
Ils ont une longue coue.

Entre vous, gens de village
Qui aymez le roy françoys
Prenez chascun bon courage
Pour combattre les Engloys !

Prenez chascun une houe
Pour mieux les desraciner ;
S’ils ne s’en veullent aller
Au moins faictes leur la moue.

Ne craignez point à les battre
Ces godons, panches à pois,
Car un de nous en vaut quatre
Au moins en vaut il bien trois... »

  • 22 Le Roux de Lincy A., Chants historiques..., op. cit., p. 125-126. Sur les guerres menées par Charl (...)

18La haine de l’ennemi, bien sensible dans les chansons de guerre datant de la fin du conflit franco-anglais, se retrouve bien évidemment dans les chansons des guerres bourguignonnes. Le fait apparaît bien dans les poèmes et chansons composés lors des guerres menées par le duc de Bourgogne contre Dinant et Liège, dans les années 1465-1468. Ainsi dans cette chanson sur la destruction de Dinant22 :

« Dignant plaine d’envye,
De maise gens garnye
Et de malvais garchons :
C’est la pieure ville
Qui soit entre cent mille,
Elle en porte le nom. »

  • 23 Le Roux de Lincy A., Chants historiques..., op. cit., p. 177-180.

19Ainsi encore dans une chanson de 147123, qui porte sur les expéditions du Téméraire dans la Somme :

« Dignant par sa folie,
Elle est arse et bruye
En cendre et en carbon,
Liege l’ a ensievye,
Car par sa fellonye
Est a perdission.
Saintron, quoy qu’on en dye,
En a eu sa partye,
Et Tongre, se dist on... »

  • 24 Ibid., p. 139-145.

20À l’inverse, comme dans les chansons françaises de la guerre de Cent ans (on l’a bien vu avec Le roy angloys et le Vau-de-Vire), les chansons bourguignonnes exaltent les qualités militaires des gens du duc. Un bel exemple se trouve dans une chanson célébrant la victoire de Brustem remporté sur les Liégeois en 146724 :

« Les Bourguignons sont vaillans gens,
Je le vous certiffie,
Il y parut bien a Bruptan,
Longtemps il n’y a mye :
Les Liegois y estoient venus
xxx ou xl mille,
Les Bourguignons n’estoient point tant :
Ilz n’estoient que xx mille,
Pourtant ilz n’estoient c’ um pau
Ilz ne s’y faindirent mye. »

  • 25 Ibid., p. 11-15.

21Ces chansons de guerre bourguignonnes ont d’ailleurs souvent en commun l’appel au combat des gens de guerre qui constituent les troupes de la Maison de Bourgogne ; cet appel prend la forme d’une énumération ; ainsi dans la chanson sur le siège de Melun sont cités les Bourguignons, Piccars, Savoyens. Ce procédé de l’énumération et de l’accumulation, qui donne une impression de puissance, se trouvait déjà dans les chansons composées au temps de la bataille d’Othée (septembre 1408). Ainsi dans une chanson sur la levée du siège de Maastricht et la défaite des Liégeois25 :

« S’estoient de nos part Flamens,
Hennuyers, Piccars, Allemans
Et la gent de Bourgongne.
Et sy estoient Champegnois,
Viennois, Artois ensement,
Brabenchons sans eslongne.
Ainsi, encore, dans la célèbre Bataille du Liège :
Et grant planté de Viennoys,
Il en y eult de Roteloys,
De Flandres et de Picardie,
De Bourgoingne et de Normendie,
De Henault et de plusieurs lieux
Que ce nommer les sceusse mieulx. »

  • 26 Ibid., p. 19-22.

22On en trouve aussi trace dans une complainte sur la mort du duc Jean sans Peur26 :

« La dame qui cœur a vaillant,
Qui fut femme au duc bourguignon,
Ses bons amys va requerant,
Disant : Henuyer, Brabancon,
Souviegne vous du bon baron ;
Et aussy entre vous Flamens,
Que sa mort venghiés de cœur bon
Contre ces Ermignalz pulens. »

23Plus tard dans les poèmes consacrés par Michault Taillevent à la prise de Luxembourg, on retrouve le même thème :

« Or, avant, avant, compaignons !
Il est hault temps d’honneur conquerre,
Picars, Hennuiers, Bourguignons !
Sans plus avant du fait enquerre,
Pour haulte renommee acquerre
Gouvernés vous en tous vos fais
A la guerre comme a la guerre
Et a la paix comme a la paix. »

  • 27 Ibid., p. 89-91. Sur Montlhéry, voir Schnerb B., Art. « Montlhéry, Battle of », The Oxford Encyclo (...)

24On relève encore une exhortation similaire dans l’une des nombreuses chansons sur la bataille de Montlhéry de juillet 146527 :

« Galans de Picardie,
De Flandres et d’Artois,
Soiés frans, je vous prie ;
Et vous de Boullenois :
Aventurés vos vye
Pour che bon Charollois,
Ne vous y faindés mye,
Rembarés ches Franchois. »

  • 28 Voir supra.

25Un dernier exemple se trouve dans une chanson de 1471 célébrant la campagne menée par le Téméraire en Picardie28 :

« Il a en son aye,
Gent de mainte partie :
Flamens et Brabenchons,
Piccars, Artisiens,
Allemans, Hennuyers,
Et ces bons Bourguignons. »

  • 29 P. Barbier, F. Vernillat, Histoire de France par les chansons, t. 1, Des Croisade à Richelieu, Par (...)

26Toutes ces œuvres précèdent et annoncent Reveillez vous, Piccars et Bourguignons, qui est sans conteste la plus célèbre des chansons de guerre29 bourguignonnes et sur laquelle on nous permettra de nous arrêter quelque peu.

27Bien que non datée, cette chanson qui compte quatre strophes originales (deux autres semblent avoir été ajoutées tardivement) peut être aisément replacée dans le contexte des « guerres de succession de Bourgogne » opposant Maximilien Ier de Habsbourg à Louis XI entre 1477 et 1482. Elle commence par un appel aux armes dans la grande tradition des chansons de guerre bourguignonnes :

« Reveillez vous Picccars et Bourguignons
Et trouvez la maniere d’avoir de bons bastons,
Car voici le printemps et aussi la saison
Pour aller a la guerre, donner des horions. »

28La strophe suivante porte un certain parfum pacifiste ou défaitiste – inhabituel dans ce genre de pièce – qui est peut-être une réminiscence des grandes défaites subies par le Téméraire à Grandson, Morat et Nancy :

« Tel parle de la guerre qui ne scet pas que c’est ;
Je vous jure en mon ame que c’est un piteux fait,
Et que maint homme d’armes et gentil compaignon
Y ont perdu la vie et robbe et chaperon. »

29Vient ensuite une strophe qui colle à l’actualité : Louis XI a mis la main sur les deux Bourgognes en 1477 :

« Ou est ce duc d’Autriche ? Il est en païs bas ;
Il est en basse Flandres, avecques ses Piccars,
Qui nuyct et jour le prient qu’il les vueille mener
En la haulte Bourgoingne pour la luy conquester. »

30Enfin, la dernière strophe annonce la reconquête (et porte peut-être une allusion à relever sur le financement des guerres bourguignonnes par une fiscalité princière pesant sur la Flandre – ce qui réchauffera certainement le cœur de certains) :

« Adieu, adieu Salins, Salins et Bezançon,
Et la ville de Beaulne, la ou les bons vins sont ;
Les Piccarz les ont beuz, les Flamans les payeront
Quatre pastars la pinte, ou bien batuz seront. »

  • 30 Nous remercions M. Michel Sanvoisin, créateur et animateur de l’ensemble Ars Antiqua et spécialist (...)

31De cette chanson, il faut aussi parler de la musique car elle nous est parvenue en deux versions : l’une est monodique, caractérisée par une mélodie simple qui est probablement celle du chant de guerre original, datant de la fin des années 1470 ou du début des années 1480 ; l’autre est une version polyphonique composée pour quatre voix d’homme (Superius, Altus, Tenor et Bassus), chantant en canon. Cette seconde version, œuvre d’un compositeur virtuose, pourrait, selon un avis d’expert, être datée des années 1490 et avoir été créée en milieu de cour, peut-être dans l’entourage de Pierre de La Rue († 1518)30. On aurait donc un exemple de chanson de guerre née au sein des armées bourguignonnes et ayant rencontré un succès justifiant sa promotion à la dignité de chanson pour la cour de Bourgogne au temps de Philippe le Beau.

  • 31 Sur ce point, voir Seguin J.-P., « L’information à la fin du XVe siècle en France. Pièces d’actual (...)

32Il est temps de conclure brièvement notre propos. Les quelques exemples que nous avons voulu étudier montrent que, dans la production des chansons de guerre, la variété vient surtout du fait que chaque chanson est une « pièce d’actualité », collant à des événements présentés de manière à soutenir le moral des combattants, à railler et avilir l’ennemi et, éventuellement, à délivrer un message simple lié à la propagande de guerre. Ce caractère d’actualité peut éventuellement se renforcer par une « mise à jour » comme ce fut peut-être le cas pour la chanson Le roy angloys. Plus généralement, l’on a envie de dire que ces chansons d’actualité sont à l’ouïe ce que furent à l’œil les gravures parsemant les écrits qui fleurirent à l’époque des Guerres d’Italie31.

33Les thèmes utilisés sont en adéquation avec la fonctionnalité de ces œuvres : la haine de l’ennemi, qu’il soit Flamand révolté, Anglois coué, Armagnac puant, Liégeois rebelle ou roi de France traître et spoliateur, constitue un thème central ; elle se double de l’exaltation des vertus guerrières et de l’esprit belliqueux et, dans le cas des chansons bourguignonnes, cet esprit belliqueux s’exprime particulièrement dans l’appel aux « Flamands, Picards, Brabançon, Hennuyers, Bourguignons », plus rarement désignés seulement comme « Bourguignons » (qui sont vaillantes gens).

34Parallèlement à la nature de « pièce d’actualité » que nous venons d’évoquer, il faut aussi souligner que les chansons de guerre, témoignage d’un temps d’affrontement, mais aussi de célébration du prince et de ses serviteurs, ont aussi, pour certaines, une postérité : elles sont mises par écrit, éventuellement accompagnées de leur musique, et intégrées dans des recueils et des chansonniers ; elles passent alors de l’immédiateté au mémoriel quand elles ne connaissent pas une promotion culturelle, comme Reveillez vous Piccars et Bourguignons venu du monde des soudards et des feux de camp à l’univers de la cour, accompagné d’une composition musicale savante.

Notes

1 Nous ne saurions trop encourager le lecteur à prendre connaissance du texte, ici même, d’É. Lecuppre-Desjardin, lequel constitue un excellent complément au présent propos.

2 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, éd. L. Douët d’Arcq, t. 3, Paris, 1859, p. 123. Comme ceux qui suivent, ce texte est présenté – et traduit en anglais, en ce qui le concerne – dans Curry A., The Battle of Agincourt. Sources and Interpretations, Woodbridge, 2000, p. 354-355.

3 Une épigramme latine, non datée (Political Poems and Songs, relating to the English History, composed during the Period from Accession of Edw. III. to that of Ric. III, éd. Wright T., t. 2, Londres, 1861, p. 127) ; la Carole d’Azincourt (Musica Britannica. A National Collection of Music, t. 4, Medieval Carols, Londres, 1952, p. 6 ; English Carols of the Fifteenth Century, éd. J. A. Fuller-Maitland, Londres-New York, 1891, frontispiece; Historical Poems of the XIVth and XVth Centuries, éd. R. H. Robbins, New York, 1959, p. 91 ; English Historical Documents. 1327-1485, éd. Myers A. R., t. 4, Londres, 1969, p. 214-215) ; les caroles Enforce we us, Exultavit cor et Princeps serenissime (Musica Britannica, t. 4, p. 49-51) ; un Poème sur la bataille d’Azincourt en moyen-anglais, ca 1443 (Chronicles of London, éd. C. L. Kingsford, Oxford, 1905, p. 120-122 ; Harris Nicolas N., The History of the Battle of Agincourt; and of the Expedition of Henry the Fifth into France, 3e éd., Londres, 1833, p. 281-282 ; Political Poems and Songs, t. 2, p. 123-127; Historical Poems of the XIVth and XVth Centuries, p. 74-77); un autre, en moyen-anglais, de 1440 et s. (?) (Harris Nicolas N., The History of the Battle of Agincourt..., op. cit., p. 301-329); bien d’autres encore. Textes également publiés par R. de Belleval, Azincourt, Paris, 1865, p. 367-391.

4 Liederen en gedichten uit het Gruuthusehandschrift, éd. Heeroma K. H., Lindenburg C. W. H., Leyde, 1966 ; Het Gruuthuse-handschrift in woord en klank: nieuwe inzichten, nieuwe vragen, KANTL-colloquium 30 novembre 2007, éd. Willaert F., Gand, 2010.

5 Sur La bataille du Liège, en attendant l’édition et l’étude de cette œuvre, par les signataires du présent article, voir Marchandisse A., Schnerb B., « La bataille du Liège », dans Chave I. (dir.), Actes du 136e Congrès national des Sociétés historiques et scientifiques (Perpignan, 2011), Paris, 2012, p. 29-41. Voir aussi Marchandisse A., « Préface », dans La guerre au Moyen Âge. Des motifs épiques aux réalités du XVe siècle, vol. 1, Dufournet J., Lachet C. (dir.), Revue des Langues romanes, t. 116, 2012, p. 295-305. Sur Othée, voir Charlier Y., « La bataille d’Othée et sa place dans l’histoire de la principauté de Liège », dans Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. 97, 1985, p. 138-278.

6 Paris, BnF, Ms. Naf. 1036, fol. 1 r°-24 r°. En 1408, on trouve une trompette et deux ménestrels pour une paye d’homme d’armes, soit un demi-franc.

7 Dijon, Archives départementales de la Côte-d’Or (= ADCO), B 11745 ; La Chauvelays J. de, Les armées des trois premiers ducs de Bourgogne de la maison de Valois, Paris, Mémoires de l’Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Dijon. Partie des Lettres, Année 1880, 1881, p. 50-52.

8 Dijon, ADCO, B 11747 ; La Chauvelays J. de, Les armées..., ibid., p. 65-76.

9 Dijon, ADCO, B 11745 ; La Chauvelays J. de, Les armées..., ibid., p. 50-52.

10 Dijon, ADCO, B 1554, fol. 227 r°-230 r°, B 11771.

11 Ibid., B 11788.

12 Bertin J., « Le siège du château de Vellexon en 1409 », dans Bulletin de la Société d’Agriculture, Science, Commerce et Arts du Département de la Haute-Saône, t. 31, 1900, p. 63.

13 Le Roux de Lincy A., Chants historiques et populaires du temps de Charles VII et de Louis XI, Paris, 1867, p. 26-30. Le siège de Melun est un objet d’étude largement vierge de toute recherche et que nous souhaitons explorer prochainement.

14 Le Pastoralet – composé entre 1422 et 1425 et dédié principalement à Jean sans Peur –, éd. J. Blanchard, Paris, 1983, p. 44 (Jean sans Peur est qualifié de Lëonet), passim, spéc. p. 269-270, où il est précisé qu’Eustache Deschamps (Œuvres complètes, Paris, éd. A. H. E. de Queux de Saint-Hilaire, 1887, t. 5, p. 351) dédia une balade au duc Philippe le Hardi, dont les premiers mots de l’envoi sont : « Noble lyon, pourvoiez vostre gent. » « Leo fortis, Leo magnus occidentis » seront encore les noms adoptés par les chronogrammes pour évoquer Charles le Téméraire au moment de sa mort.

15 Deschaux R., Un poète bourguignon du XVe siècle, Michault Taillevent, Genève, Droz, 1975, p. 164 s., spéc. p. 173. Le siège de Luxembourg a été évoqué récemment dans une étude consacrée à l’un de ses protagonistes : Marchandisse A., « Corneille, bâtard de Bourgogne (ca 1426-1452) », dans Bousmar É., Marchandisse A., Masson C., Schnerb B. (dir.), La bâtardise et l’exercice du pouvoir en Europe du xiiie siècle au début du XVIe siècle, Lille, 2015, p. 62. Voir encore Lacase Y., « Philippe le Bon et les terres d’Empire », Annales de Bourgogne, t. 36, 1964, p. 81-93.

16 Gerold T. (éd.), Le manuscrit de Bayeux. Texte et musique d’un recueil de chansons du XVe siècle, Strasbourg-Paris-Oxford-New York, 1921, p. 103, chanson no 87.

17 Allmand C., Henry V, Londres, 1992, p. 169-172.

18 Terme insultant désignant les Anglais. L’onomatopée, God-, soit un cri d’appel à l’adresse des animaux domestiques, désigne également lesdits animaux (1478-1480, gode, « vieille brebis », Coquillart G., L’Enqueste, dans id., Œuvres, éd. M. J. Freeman, Genève, 1975, p. 97, 104) et des personnages, en termes péjoratifs, depuis le XIIe siècle. On le retrouve dans le substantif « godelureau ». « Godon » a probablement donné « godiche », par substitution de suffixe, et la forme « goddem », puis « goddam », forme abrégée de l’expression « God damn me », attestée depuis 1640, lequel existe en français contemporain, avec le sens du juron, mais désigne également familièrement un Anglais. Voir, sur l’ensemble de ce qui précède, Le Trésor de la Langue française informatisé, [http://atilf.atilf.fr/, s. vis goddam, godelureau, godiche].

19 Harrouët R., « Une famille de bibliophiles au XVe siècle : les Coëtivy », dans Bulletin et Mémoires de la Société archéologique du Département d’Ille-et-Vilaine, t. 102, 1999, p. 139-199.

20 Sur ce thème, voir Contamine P., « Les Anglais, « anciens et mortels ennemis » des rois de France, de leur royaume et des Français pendant la guerre de Cent ans », Revista de História das Ideias, t. 30, 2009, p. 201-218.

21 Ni le Vau-de-vire, comme genre littéraire ou comme œuvre, ni Olivier Basselin, ne font l’objet d’articles ni dans le Dictionnaire des Lettres françaises. Le Moyen Âge, Hasenohr G. et Zink M. (dir.), Paris, 1992, ni sur le site Arlima. Il existe en revanche, à ce propos, toute une littérature d’éditions et de travaux datant du XIXe siècle, littérature largement polémique : Les vaudevires, poésies du XVe siècle, par Olivier Basselin, avec un discours sur sa vie et des notes pour l’explication de quelques anciens mots, Vire, 1811 ; Du Bois L., Vaux-de-vire d’Olivier Basselin, poète normand de la fin du XIVe siècle, suivis d’un choix d’anciens vaux-de-vire, de bacchanales et de chansons, poésies normandes..., Caen, 1821 ; Travers J., Les vaux-de-vire édités et inédits d’Olivier Basselin et de Jean le Houx, poètes virois..., Paris, 1833 ; Jacob P. L., Vaux-de-vire d’Olivier Basselin et de Jean le Houx, suivis d’un choix d’anciens vaux-de-vire et d’anciennes chansons normandes tirés des manuscrits et des imprimés..., Paris, 1858 ; Gasté A., Étude sur Olivier Basselin et les compagnons du vau-de-vire, leur rôle pendant les guerres anglaises et leurs chansons, Caen, 1866 ; id., Chansons normandes du XVe siècle, publiées pour la première fois sur les manuscrits de Bayeux et de Vire, Caen, 1866 ; id., Olivier Basselin et le Vau de vire, Paris, 1887 ; Vergé C., Les insurrections populaires en Basse-Normandie, au XVe siècle pendant l’occupation anglaise et la question d’Olivier Basselin, Caen, 1889 ; Patard V., La Vérité dans la question Olivier Basselin et Jean le Houx à propos du Vau-de-Vire, Paris, 1891. On y ajoutera les propos de Lenient C., La poésie patriotique au Moyen Âge, Paris, 1891, p. 406-414 et de Gerold, dans Le manuscrit de Bayeux..., op. cit., p. xiv-xv, xxv-xxvi.

22 Le Roux de Lincy A., Chants historiques..., op. cit., p. 125-126. Sur les guerres menées par Charles contre Dinant et Liège, en particulier les sacs urbains, dans les années 1465-1468, voir Marchandisse A., Coura G., « Les lendemains des guerres burgondo-liégeoises du XVe siècle », dans Pernot F., Toureille V. (éd.), Lendemains de guerre. De l’Antiquité au monde contemporain : les hommes, l’espace et le récit, l’économie et le politique, Bruxelles-Berne-Berlin-Francfort-New York-Oxford-Vienne, Lang, 2010, p. 289-307 ; Marchandisse A., Kupper J.-L., Vrancken-Pirson I., « La destruction de la ville de Liège (1468) et sa reconstruction », dans Destruction et reconstruction de villes, du Moyen Âge à nos jours. Actes du 18e Colloque international de Spa, 10-12. IX. 1996, Bruxelles, 1999, p. 69-96.

23 Le Roux de Lincy A., Chants historiques..., op. cit., p. 177-180.

24 Ibid., p. 139-145.

25 Ibid., p. 11-15.

26 Ibid., p. 19-22.

27 Ibid., p. 89-91. Sur Montlhéry, voir Schnerb B., Art. « Montlhéry, Battle of », The Oxford Encyclopedia of Medieval Warfare and Military Technology, t. 3, Oxford, 2010, p. 27-28.

28 Voir supra.

29 P. Barbier, F. Vernillat, Histoire de France par les chansons, t. 1, Des Croisade à Richelieu, Paris, 1956, p. 38-39 ; Chansons du XVe siècle publiées d’après le manuscrit de la Bibliothèque nationale de Paris, éd. G. Paris, partitions par A. Gevaert, Paris, 1875, p. 140-141, no CXXXVIII ; partitions : p. 76, no 138.

30 Nous remercions M. Michel Sanvoisin, créateur et animateur de l’ensemble Ars Antiqua et spécialiste de l’œuvre de Pierre de La Rue qui a bien voulu nous éclairer sur cette question.

31 Sur ce point, voir Seguin J.-P., « L’information à la fin du XVe siècle en France. Pièces d’actualité imprimées sous le règne de Charles VIII », dans Arts et Traditions populaires, t. 4, 1956, p. 309-330 ; t. 5, 1957, p. 46-74 ; id., L’information en France de Louis XII à Henry II, Genève, 1961.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search