Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les paysages sonores

 | 
Laurent Hablot
, 
Laurent Vissière

Première partie. Ordre et désordre de l'espace sonore

Paysage sonore de la ville assiégée

Laurent Vissière

Texte intégral

  • 1 Vissière L., « Les métamorphoses des cris de Paris au Moyen Âge », dans Guellec L. et Hache-Bisset (...)

1La ville médiévale pourrait se définir comme un microcosme infiniment sonore : un espace clos de murailles, avec un tissu urbain serré, des rues sinueuses, où se bousculent hommes et bêtes, où travaillent les artisans, y compris les plus bruyants – comme les forgerons –, où crient les marchands ambulants, où passent les troupeaux amenés aux boucheries, où résonnent enfin des dizaines de cloches... La rumeur et les embarras de la ville devinrent très tôt un objet littéraire, puisque de nombreux poèmes prirent pour thème les rues de Paris à partir du XIIIe siècle1. Les cris de la rue, lancinants, répétitifs, constituaient en effet un élément essentiel du fond sonore de la vie quotidienne en ville, et leur étude s’avère tout à fait fascinante. Mais c’est d’une autre ambiance sonore qu’il sera question ici. Celle du siège. Que se passe-t-il lorsque, soudain, une cité se retrouve investie par une armée ennemie et que ses portes se ferment définitivement ? C’est toute une population – des hommes et des animaux –, qui se retrouve coincée dans un espace fort exigu, pour vivre une vie anormale, faite de privations et de peurs. Tout le système socio-économique, rythmé le matin et le soir par l’ouverture et la fermeture des portes, s’en voit bouleversé, et plus rien ne fonctionne comme avant.

  • 2 Journal d’un Bourgeois de Paris, de 1405 à 1449, éd. modernisée C. Beaune, Paris, Le Livre de Poch (...)
  • 3 Du 4 août au 30 septembre 1524, les Impériaux assiégèrent Marseille, et l’affaire occupe une place (...)
  • 4 Les Anglais assiégèrent la ville pendant sept mois, du 12 octobre 1428 au 8 mai 1429. Journal du s (...)
  • 5 Les Ottomans assiégèrent Rhodes du 23 mai au 18 août 1480. Le journal du siège de Rhodes n’est con (...)
  • 6 Jean de Léry, L’Histoire mémorable du siège et de la famine de Sancerre (1573), éd. G. Nakam, Pari (...)
  • 7 Charles le Téméraire assiégea Beauvais du 27 juin au 22 juillet 1472. On connaît pour ce siège un (...)
  • 8 Les Suisses assiégèrent Dijon du 8 au 13 septembre 1513. Il existe un court journal des faits, don (...)

2Il est de fait assez facile d’imaginer ce qui change, mais la réalité concrète échappe bien souvent à l’historien, car les villes assiégées, à la fin du Moyen Âge, s’appellent légion, et l’on ne saurait en proposer un corpus exhaustif. Les sources sont également foisonnantes, puisqu’il n’existe pas de chronique ou de journal qui ne cite à un moment ou un autre des opérations de poliorcétique. Ces récits sont le plus souvent de seconde main, et même s’ils livrent des anecdotes sonores – des cris, des dialogues –, on n’est jamais sûr qu’il ne s’agisse pas là d’artifices littéraires ou d’effets de réel, qui revêtent un intérêt sans doute, mais surtout dans une perspective d’« histoire des représentations ». Or, j’aimerais plutôt m’intéresser au ressenti des populations en période de siège. Sans négliger les chroniques, j’ai donc resserré mon champ d’investigation et privilégié un type de sources assez peu étudié en France, mais qui commençait pourtant à devenir important au XVe siècle : le journal. Certains journaux, comme celui d’un Bourgeois de Paris ou celui d’Honorat de Valbelle à Marseille, ont été tenus sur plusieurs décennies, et racontent, au milieu d’autres éléments, un récit de siège vu de l’intérieur (Paris en 14292, Marseille en 15243). Ce sont des témoignages de première importance, mais d’autres journaux présentent la particularité de n’avoir été tenus qu’à l’occasion d’un siège, comme le très célèbre journal anonyme du siège d’Orléans (1429)4, le très inconnu journal du siège de Rhodes par les Ottomans (1480)5, ou, un siècle plus tard, le journal du siège de Sancerre par Jean de Léry (1573)6. À ce corpus, on pourrait ajouter des textes plus courts, mais non moins intéressants, comme les journaux des sièges de Beauvais (1472)7 et de Dijon (1513)8. Ce corpus ne prétend pas à l’exhaustivité, mais il offre un panel de situations assez large, avec des sièges très courts (quelques jours à Paris et Dijon, un mois et demi à Marseille, trois mois à Rhodes et sept à Orléans ou Sancerre). Le siège d’Orléans fut aussi l’un des premiers grands sièges d’artillerie à poudre et il inaugura, à sa façon, une évolution de la poliorcétique qui ne s’achèvera qu’au XXe siècle avec les bombardements aériens. Or le duel d’artillerie produit un impact sonore, totalement inouï à la fin du Moyen Âge. Les guerres de religion, comme c’est le cas à Rhodes (musulmans contre chrétiens) et à Sancerre (catholiques contre protestants), modifient aussi le paysage sonore, car le siège se présente alors comme un véritable jugement de Dieu et, des deux côtés, on multiplie prières individuelles et collectives, processions et chants religieux – toute une piété ostentatoire et bruyante.

Le temps de la guerre

  • 9 Le Goff J., « Au Moyen Âge : temps de l’Église et temps du marchand », Annales. Économies, Société (...)

3Le temps humain est régi à la fois par la lumière (la course du soleil durant le jour et des saisons durant l’année) et par le son (les cloches des églises, éventuellement les horloges mécaniques). On connaît la célèbre opposition entre le temps de l’Église et le temps du marchand, démontrée jadis par Jacques Le Goff9 ; mais à ce diptyque, très lié au monde urbain, il conviendrait d’ajouter un troisième volet : le temps de la guerre, rythmé lui aussi par les cloches..., mais aussi les bombardes. Au contraire des deux autres, le temps de la guerre est incertain, aussi bien au quotidien que sur la durée, et c’est sans doute ce point qui s’avère le plus déstabilisant pour une société d’Ancien Régime.

Les cloches de la guerre

  • 10 La question des cloches a été récemment abordée dans le domaine littéraire (Fritz J.-M., La Cloche (...)
  • 11 Voir à ce sujet l’article d’Emmanuel de Crouy Chanel « La mise en défense d’Amiens contre les surp (...)

4Les cloches rythment traditionnellement les journées de la ville, comme d’ailleurs de la campagne10, et les heures religieuses ne sont pas, en soi, modifiées par la guerre, mais celle-ci introduit un nouveau rythme. À vrai dire, le terme est mal choisi, car ce qui caractérise le temps de la guerre, c’est précisément son absence de rythme. Les cloches de la cité se mettent en effet à sonner, selon des codes plus ou moins complexes, les alarmes, qui, par définition, sont brutales et irrégulières11.

  • 12 Léry J. de, L’Histoire mémorable..., op. cit., p. 241.
  • 13 Orléans, AM, CC, 547, fol. 51 (14 mars 1421, n. st.) ; divers travaux furent effectués à cet effet (...)
  • 14 Dijon, AM, B 168, fol. 266 r° (Délibération du 31 août 1513).
  • 15 Dijon, AM, B 10, cote 5 (Délibération du 4 juillet 1512).

5Le tocsin est en général lié au beffroi ou à un clocher bien identifié – on parle aussi de la bancloche. Ainsi, à Sancerre, l’alarme se sonnait au beffroi de la cité, la tour Saint-Jean, dont les fonctions étaient autant civiles que religieuses – le bâtiment servait à la fois de salle de réunion des échevins et de clocher à l’église Saint-Jean comportait en outre une horloge publique comme le Gros horloge de Poitiers d’ailleurs12. Dans nombre de cas, et notamment pour des villes plus importantes, on découvre cependant des systèmes plus complexes. À Orléans, les comptes de mars 1419 donnent ainsi quelques détails sur les dispositifs envisagés : les clochers de Saint-Pierre-en-Pont et Saint-Paul servaient de beffrois ; et, selon un nombre de coups déterminés, ils pouvaient annoncer l’arrivée de l’ennemi de tel ou tel côté. Vu la menace ambiante, on commanda aussi à un fondeur, Naudin Bouchard, quatre cloches, dont seraient désormais munies les portes Parisis, Bernier et Bourgogne et celle du pont sur la Loire, ce qui correspond grosso modo aux quatre points cardinaux13. Le journal du siège, qui rapporte toute une série d’alarmes, évoque la « cloche du beffroy » ou « de la cité », ce qui laisse entendre que l’alarme générale n’était sonnée qu’à un seul clocher. Un système identique se retrouve à Dijon, en 1513 : le guet central était établi sur le clocher de Notre-Dame14, mais des sentinelles pouvaient aussi crier ou sonner l’alarme sur chaque tour, à chaque porte15. Aucune espèce de code n’apparaît malheureusement à la lecture de ces textes, mais une ordonnance dijonnaise du gouverneur de Bourgogne, Louis de La Trémoille, en offre un bon exemple pour l’année 1522 :

  • 16 Dijon, AM, B 451, no 155 (Dijon, 24 janvier 1522, n. st.). Cf. Vissière L., « Dijon dans l’angoiss (...)

« Que le guet qui est au clocher Nostre Dame de Dijon, aprés ce qu’il aura frappé la cloche autant de coups qu’il y aura de chevaulx pour entrer dedans ladicte ville, quelque peu aprés, affin qu’on congnoisse par quelle porte ilz viennent, frappera sur ladicte cloche : sçavoir quant ilz ent[r]eront par la porte Sainct Nycolas, quatre coups ; à la porte Sainct Pierre, troys coups ; à la porte d’Ouche, deux coups ; et à la porte Guillaume, ung coup. S’il y a plus de dix chevaulx, mectra le seigne [cloche] du cousté par où ilz viendront aprés lesdicts coups frappez16. »

  • 17 Dijon, AM, B 10, cote 6.

6Il était d’ailleurs vital de distinguer la cloche du guet des autres cloches d’alarme et notamment de celles qui sonnaient pour les incendies. Peu avant le siège de 1513, c’est ce que suggérèrent les échevins de Dijon à La Trémoille : « Se sonnera oudit cloichier Nostre Dame pour ledit feug une autre cloiche que celle du guect17. »

7Le journal du siège de Rhodes offre un exemple très éclairant sur les sonneries de cloches en contexte obsidional. L’auteur relate un certain nombre d’alarmes, mais c’est son récit de l’assaut général lancé par les Turcs, à l’aube du 27 juillet, qui est le plus saisissant. Une première vague d’assaillants surprit en effet le guet, et déjà les Turcs plantaient leurs bannières au sommet des remparts écroulés. Mais, « une trompette qui là estoit commença de crier À l’assaut, et puis toutes les cloches commencerent de sonner, ainssi qu’est de coustume, pour assembler les combatans et faire venir là où estoit l’assault ceulx qui estoient depputéz et ordonnés ». Et l’auteur du journal conclut : « Ceste bathaille dura environ deux heures sans cesser, sonnant alarme toutes les cloches de la cité. » Ce passage montre clairement le crescendo : le cri humain (« À l’assaut »), relayé par le tocsin et repris ensuite par toutes les cloches de la cité, mais selon un code qui localisait clairement l’attaque. En tout cas, ce sont bien les cloches qui donnaient le tempo du combat. Le journal apporte également des précisions sur un autre type de cloche d’alarme, lié cette fois-ci au tir des canons. Les Ottomans avaient en effet entrepris de pilonner la cité avec leurs canons et leurs mortiers géants ; mais les défenseurs avaient adopté des dispositions particulières :

  • 18 HJ, p. 178-179 (31 mai).

« Et affin qu’on se peust myeulx gardéz desdits courtaulx, furent 4 hommes qui faisoient la garde au clocher, lesquelz incontinent que veoient desemparer lesdits courtaulx, sonnoyent une campane, et au son de ladite cloche, on estoit adverti et se pouvoit on bien meptre en lieu seurs, mais qu’on le feist bien dilligemment, car la pierre ne venoit point si soubdainement que faisoient celles des bombardes, pource qu’elles ont premier à monter en hault en l’air et puis tomber ; et pour les bombardes, se sonnoyent autres cloches, lesquelles on sonnoit quant on voyoit que le mantelet se levoit, et tantost tout homme se meptoit en lieu seurs, car on avoit assés temps, pource que, premier que tirassent, convenoit lever ledit mantelet et ceulx qui le levoient s’en alloient meptre en saulveté contre ladite bombarde ; et pour la congnoissance des cloches, l’on congnoissoit de quel lieu tyroient lesdites bombardes, et fut celle intencion de sonner les closches cause de la vie et salvacion de plusieurs personnes18. »

  • 19 Georges Chastellain, Chronique, éd. J. Kervyn de Lettenhove, dans Œuvres de Georges Chastellain, B (...)
  • 20 La chanson de Bertrand du Guesclin de Cuvelier, éd. J.-Cl. Faucon, Toulouse, éd. universitaires du (...)
  • 21 « Ledit tributh ne cessoit jamais ne nuyt ne jour de leur thirer, tellement que leur fut force à b (...)
  • 22 Ce dessin provient du Kriegsbuch de Philipp Mönch, daté de 1496 (Heidelberg, Cod. Pal. Germ. 126). (...)

8La préparation des pièces d’artillerie s’avérait si longue que des guetteurs, qui surveillaient le mouvement des mantelets de bois, avaient le temps d’annoncer le tir des grosses bombardes ; quant au tir en cloche des mortiers, la trajectoire était apparemment assez lente pour qu’on pût la suivre des yeux et se prémunir de la chute des boulets. En écoutant les cloches, les habitants de Rhodes apprenaient donc à l’avance le lieu de chute probable des boulets... En 1452, Simon de Lalaing, chargé de défendre Audenarde contre les Gantois, avait adopté des dispositions très similaires, ordonnant « deux guets sur deux clochers, qui crioient et montroient où les dits boulets cheoient19 ». Cette pratique n’était donc pas une innovation, et on en trouve une autre illustration remarquable pour le siège de Valognes en 1364 : Du Guesclin bombardait la cité avec une demi-douzaine de pierriers, mais sur la plus haute tour de l’enceinte, il y avait « une gaite [...] qui sonnoit un bacin quant la pierre yert levee », prévenant ainsi les assiégés de la chute prochaine du projectile20. En 1480, les Turcs, dont le camp était aussi bombardé au moyen d’un trébuchet rhodien, avaient adopté la même technique, puisqu’ils disposaient, dans des arbres, de guetteurs munis d’une clochette21. Cela n’a en fait rien d’exceptionnel : les camps de siège possédaient souvent une cloche, qui servait aussi bien à battre le tocsin qu’à rassembler les troupes, comme le montre un dessin allemand de la fin du XVe siècle22.

Compter les boulets

  • 23 À Orléans, le fondeur de cloches Naudin Bouchard fournit de 35 à 37 pièces d’artillerie à la cité, (...)

9Après les cloches, il convient de parler des bombardes. Les deux objets sont d’ailleurs très proches, aussi bien dans leur conception que dans leur forme, et c’étaient souvent les mêmes artisans qui les fabriquaient23. Les pièces les plus importantes – que ce soit des cloches ou des canons – recevaient un nom. En temps de siège, l’analogie pouvait se poursuivre : avec les cloches, c’étaient les bombardes qui rythmaient la vie quotidienne, dans la mesure où, à partir du XVe siècle, un siège bien mené s’apparentait à un duel d’artillerie.

  • 24 HJ, p. 240 (18 août).
  • 25 Jean de Léry, L’Histoire mémorable..., op. cit., p. 345-348.

10Cette question est habituellement traitée du point de vue tactique, puisqu’au fond, il s’agissait, pour l’assaillant, de faire brèche dans les murailles, et pour l’assiégé, de tenir à distance l’artillerie ennemie, tout en remparant les zones exposées ou fragilisées. Si la ville assiégée ne disposait pas d’une véritable artillerie, l’ennemi avait tout le loisir de positionner ses batteries près des remparts, qui ne tarderaient pas à s’effondrer ; mais dans le cas inverse, il devait entamer de longs travaux d’approche, creuser des tranchées, établir des repaires de terre et de bois, et cela sous le feu de la ville. Ce duel d’artillerie, fracassant à tous les sens du terme, assourdissait les deux camps. Il faut noter toutefois que le tir des bombardes restait très lent et très irrégulier – quelques coups dans la journée, voire aussi dans la nuit. Le bombardement nocturne n’était sans doute pas très efficace, mais il contraignait les assiégés à rester sur le qui-vive et les empêchait de dormir. L’ennui, c’est qu’en tirant la nuit, l’assiégeant privait de sommeil son propre camp et qu’au bout de quelques semaines, les troupes montraient, de part et d’autre, des signes d’épuisement. Cet aspect du siège explique peut-être pourquoi les chroniqueurs se montrent tellement fascinés par le nombre de coups de canon tirés ou reçus : l’auteur du journal de Rhodes mentionne ainsi 4 566 coups reçus durant le siège, sans compter les petites pierres24 ; et Jean de Léry n’hésite pas à insérer, en annexe de son récit du siège de Sancerre, un catalogue des coups de canons reçus – 5 915 au total –, en précisant pour chacun s’il avait été tiré de jour ou de nuit25. La valeur documentaire de ces chiffres bruts s’avère très incertaine : ils donnent, certes, une idée de l’intensité du bombardement, mais ce n’est pas tant le nombre de coups qui revêt une importance que la démarche de les compter. Elle prouve en effet combien le bombardement obsède les esprits : on note un coup de canon en attendant le suivant, et le rythme aléatoire des tirs rend cette attente plus angoissante encore, s’il est possible. Assiégeants et assiégés partagent une même veille fiévreuse tant que durent le duel d’artillerie et la sonnerie sporadique des cloches d’alarme. Les sonneries de bronze, loin de célébrer l’ordre et les heures liturgiques, symbolisent le dérèglement même du temps.

  • 26 Honorat de Valbelle, Histoire journalière..., op. cit., t. I, p. 123.
  • 27 Ibid., t. I, p. 137.

11Cela dit, les canons, comme les cloches, pouvaient aussi être utilisés à l’occasion d’une manière rituelle ou festive. Traditionnellement, pour une entrée solennelle, on avait l’habitude de faire tirer (à blanc) l’artillerie de la cité. Lors d’un siège, cette pratique était détournée pour se moquer de l’ennemi. Ainsi, quand le 13 août 1524, le connétable de Bourbon et le marquis de Pescara firent leur apparition devant Marseille, « l’artillerie de la cité, tout comme celle des galères, leur fit un tel accueil qu’elle leur tua des soldats et des chevaux, et ils s’en retournèrent sans rien faire de plus26 ». De même, quand, le 28 septembre, le connétable leva le camp : « Pour saluer son départ, la ville fit tirer toute l’artillerie lourde contre son armée27. » Dans les récits de siège, on retrouve souvent ces verbes « accueillir », « honorer » et « festoyer » associés à une décharge générale de toute l’artillerie de la ville.

Les cris et la musique de siège

12Le paysage sonore du siège comprend aussi des cris et de la musique.

  • 28 Journal du siège d’Orléans, p. 23, 25, 30-31.

13Il faut bien distinguer les cris d’attaque, de défi et d’alarme, qui se répondent. Ces cris peuvent retentir de la même manière dans les deux camps, car, si les assiégés craignent l’assaut, les assiégeants restent toujours en butte aux attaques surprises. Le journal orléanais donne une bonne idée de ces cris d’attaque et d’alarme : ainsi, le 4 janvier, en pleine nuit, « les Anglois se vindrent presenter devant le bolevart de la porte Regnard, où ilz firent à tous grans criz sonner leurs trompettes et clairons et aussi firent pareillement ceulx des Tournelles, comme s’ilz voulsissent assaillir le boule-vert » ; deux alertes du même type retentirent les 12 et 29 janvier, l’une en pleine nuit, et l’autre, à huit heures du matin ; et la cloche d’alarme sonna aussitôt, en réponse... Mais rien ne se passa : les Anglais s’étaient contentés de tester la défense28. Cette préparation « musicale » de l’assaut semble assez universelle. Ainsi, à l’aube du 9 juin 1480, les Turcs s’élancèrent à la conquête d’un fort isolé – la tour Saint-Nicolas – qui défendait la rade de Rhodes. D’après le journal :

  • 29 HJ, p. 187 (9 juin).

« [les hommes de la flotte] commencerent à crier et huer et sonner leurs gros tabours, leurs trompettez et clairons, et pareillement ceulx qui estoi[e]nt en terre devant ladite tour se escrierent si horriblement et si espuentablement en si grant bruit qu’il sembloit que la terre fondist et que le ciel tombast, tellement que, sur la muraille de la cité, l’on ne se pouvoit entendre l’ung l’autre. Cestuy jour, ilz faisoient se bruit si horrible que c’estoit pour espuanter les nostres, penssant que pour leur cry s’en deussent fouir et habandonner icelle tour et molle29. »

  • 30 Journal du siège d’Orléans, p. 22 et 25.
  • 31 Ibid., p. 25-26, 32-33 et 70-71.
  • 32 Ibid., p. 60-61.

14Ces cris et cette musique martiale faite de cuivres et de percussions servaient tout autant à encourager les assaillants qu’à terroriser l’adversaire. En l’occurrence, les défenseurs, qui avaient l’impression d’avoir affaire à des « bestes », ne s’en émurent pas. Côté défense, on poussait des cris d’alarme, relativement peu variés : « à l’arme », « aux armes », « à l’assault » et « à l’effroy ». Ceux-ci possédaient un équivalent musical, donné par les cloches et les trompettes. Le journal orléanais cite à deux reprises la cloche des assiégés qui sonna « à l’effroy » (2 et 12 janvier 1429)30. Le journal rhodien note que, le 11 juillet, face à une menace turque, les défenseurs « sonnerent les trompettez et les cloches alarme et à l’assault », et que le pacha renonça à l’attaque, quand il « vit que noz gens grandement crioient alarme ». En revanche, les saillies des assiégés, basées sur l’effet de surprise, se faisaient le plus souvent sans tambour ni trompette, et le schéma sonore s’inverse donc : lors du siège d’Orléans, les Anglais se mirent à pousser le cri alarme durant certaines nuits (notamment celles du 15 et du 30 janvier 1429, du 3 février et du 18 avril)31. Le 21 mars, on note cependant que les Français s’en allèrent attaquer les bastilles en poussant de « merveilleuz criz » et au son de la cloche du beffroi32.

  • 33 Discours du siège de Beauvais, p. 121.

15Les cris de joie peuvent succéder aux cris d’alerte et de peur. Le 29 juin 1472, des renforts pénétrèrent dans Beauvais assiégé, à la grande joie des « habitans, crians Noel à haulte voix33 ».

  • 34 Ibid., p. 114.
  • 35 Journal d’un Bourgeois de Paris..., § 693.
  • 36 HJ, p. 226 (27 juillet).

16Le dernier type de cri à mentionner, et le plus effrayant, était celui que les assaillants poussaient en prenant pied sur le rempart. Ainsi, le 27 juin 1472, les Bourguignons s’emparèrent des faubourgs de Beauvais, en criant : « Ville gaignee » – un peu trop vite, puisqu’ils furent repoussés34 ; et les Français firent de même à Paris, le 13 avril 143635. Le 27 juillet 1480, les Turcs occupèrent par surprise une portion des murailles rhodiennes, où ils plantèrent leurs bannières, « cryant tous à haulte voix, et invocquoient le nom de Mahommet, et si cryoient Ville gaignee ; et les nostres humblement invocquoient le nom de Nostre Seigneur Jhesu Christ et la glorieuse Vierge Marie, en criant Alarme ! Alarme ! Dieu, misericorde !36 ».

17Sous le coup d’une intense émotion, les cris d’attaque et d’alarme pouvaient en effet comporter une connotation religieuse – les chrétiens s’adressaient à Dieu et à ses saints, et les musulmans, au prophète. Mais, en dehors de ces moments critiques, toute la population d’une ville assiégée, et pas seulement les combattants, se répandait en cris, lamentations et prières. Ces manifestations publiques de piété faisaient partie de la rumeur urbaine, du bruit de fond.

  • 37 Georges Chastellain, Chronique..., op. cit., t. I, p. 159-160. L’exemple du siège de Melun a été m (...)
  • 38 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, éd. L. Douët-d’Arcq, Paris, SHF, 1857-1862, 6 vol., t. III, p (...)
  • 39 Contamine Ph., « La musique militaire... », p. 24.
  • 40 Jean Juvénaldes Ursins, Histoire de Charles VI, roy de France, éd. J.-F. Michaud et J.-J. Poujoula (...)

18Déflagrations, cloches d’alarmes et hurlements constituent les éléments centraux d’un effrayant désordre sonore, mais, à l’occasion, assiégés et assiégeants se livraient aussi à un véritable duel musical, perçu comme tel par les contemporains. En 1420, le siège de Melun par Henri V en fournit un premier exemple : selon Georges Chastellain, « tous les soirs, devant ses tentes, fit sonner par grand beubant [présomption, pompe], de trompettes et clairons grand quantité, et fit retentir les prés et les bois de leur son, si fierement qu’il sembloit que toute la terre, tant fust elle grande, estoit à luy37 » ; Enguerrand de Monstrelet note de son côté que « de nuit, sonnoient moult melodieusement par l’espace d’une heure ou environ, à jour faillant et au point du jour, huit à dix clarons d’Angleterre et autres divers instruments38 ». Comme l’a bien noté Philippe Contamine, être vainqueur à la guerre, « ce pouvait être, entre autres, dominer par le bruit, par la musique, un espace aussi étendu que possible39 ». Et le défenseur de Melun, le sire de Barbazan, qui avait parfaitement mesuré l’enjeu de cet espace sonore, répondit à la liesse des Anglais en faisant sonner ses propres trompettes ; constatant qu’elles ne pouvaient rivaliser avec celles de l’ennemi, il « fit sonner les cloches de la ville, dont les ennemis furent esbahis, et cuidoient qu’ils eussent esperance d’avoir aucun secours40 ». Des rituels similaires sont attestés à Rhodes, où les Turcs, chaque matin et chaque soir, donnaient la « matinade » et la sérénade aux défenseurs :

  • 41 HJ, p. 181 (1er juin).

« Et aussi pour non oubliéz toutes les nuytz et tous les matins, toute l’armee nous faisoit grans matinades de leurs gros tabours qui estoient gros comme tonneaulx de vin, qu’il[z] faisoient si grant bruit qu’il sembloit estre tonnerre, et avecques ce avoient gros cornetz et menestriers, trompettez et clarons, et quant tout estoit ensemble avecques le grant cry qu’ilz faisoient, sembloit que tous les diables d’enfer y fussent41. »

19Pierre d’Aubusson, grand maître de Rhodes, faisait répondre à ces concerts improvisés :

  • 42 Ibid.

« Nous autres faisions aucunesfoiz noz matinades devant, aulcunesfoiz aprés, de telz instrumens que Dieu nous avoit donnés, en les faisant tousjours sollempnellement [accompagner] de noz bombardes42. »

20Au XVe siècle, l’espace sonore était donc bien perçu comme un véritable enjeu du siège, et décrit comme tel par les chroniqueurs.

La vie en mode obsidional

21Après cet aperçu d’un paysage sonore strictement militaire, où les cloches, les canons et les cris se répondent, il convient de revenir sur les bruits de la vie quotidienne, car, bien que les portes soient closes, la vie continue. Mais les bruits et les vociférations d’une ville fermée ne sont pas les mêmes que ceux d’une ville ouverte, si exaspérants soient-ils... Cet écart dans la vie sociale et sonore mérite d’être mesuré.

Des animaux et des hommes : l’enfermement

  • 43 Sur les cris de la rue parisienne, voir en particulier Vissière L., « La bouche et le ventre de Pa (...)
  • 44 Cette activité incessante est particulièrement bien mise en valeur dans les miniatures d’un manusc (...)
  • 45 De telles délibérations municipales ont été étudiées à propos du siège de Dijon (Vissière L., Marc (...)
  • 46 Louis Carolus-Barré a tenté de reconstituer un « journal » de ce siège à partir des épaves de la c (...)

22L’enfermement s’avère un véritable problème socio-économique, car la vie de la cité est profondément liée à sa banlieue maraîchère, et dès lors que les rapports avec la campagne et l’arrière-pays sont bloqués, une grande partie de l’activité quotidienne s’effondre. C’est le cas par exemple des marchands ambulants et des crieurs des rues, qui vendent les productions maraîchères de la banlieue : à l’aube, la laitière est la première à franchir les portes de la ville et à crier son cri (« Qui veut du lait ? »)43. Mais ce sont aussi des troupeaux sur pied qui sont dirigés vers les abattoirs urbains, et sans cesse, l’on décharge marchandises et denrées des charrettes – et des barges, s’il existe une voie d’eau navigable44. Tout cela s’arrête brutalement en période de siège, et la municipalité doit gérer tout le commerce de l’alimentation, évaluer les ressources et créer des greniers pour stocker les vivres. Ces questions apparaissent plus dans les délibérations municipales que dans les journaux ou les chroniques45. Durant la majeure partie du siège de Compiègne (20 mai-25 octobre 1430), les marchés hebdomadaires et la foire annuelle ne fonctionnèrent pas46. Il va de soi que bon nombre d’ateliers se voient aussi contraints de fermer, faute de clientèle – en particulier l’artisanat du luxe –, ce qui entraîne le chômage technique des ouvriers et une paupérisation générale qu’aggravent la rareté et le renchérissement des vivres. L’activité économique tourne donc au ralenti et, de ce point de vue, la ville est certainement moins bruyante.

  • 47 « Item, de fere tuer plusieurs gros chiens qui sont nuyt et jour parmy les rues de ceste ville men (...)
  • 48 Cette devise est sans doute une création tardive, liée au souvenir du siège et à sa légende.
  • 49 Jean de Léry, L’Histoire mémorable..., op. cit., chap. 10, p. 279-302.

23La population change aussi de nature : bien des gens de la banlieue viennent se réfugier à l’abri des remparts – en 1480, c’est même toute la population de Rhodes qui se replia dans les forteresses de l’île à l’arrivée des Turcs. Impossible de loger tout ce monde, et il faut construire des abris de fortune. Cette promiscuité est encore aggravée par l’arrivée de troupeaux entiers qu’on s’est hâté de faire entrer, à la fois pour tenir le siège et empêcher l’ennemi de vivre sur le pays. Ces animaux doivent faire un bruit considérable ; à Dijon, on fit abattre les gros chiens errants parce que leurs hurlements risquaient de couvrir les cloches d’alarme47. Au début d’un siège, les bêtes sont en nombre bien plus important dans la cité qu’en temps normal, mais la proportion s’inverse vite quand le siège dure et que le blocus est efficace. C’est le cas de Melun en 1420, où les habitants furent réduits à manger les rats – la cité tirerait d’ailleurs sa devise de cet épisode (« Fides muris usque ad mures »)48 ; c’est aussi le cas saisissant de Sancerre, où Jean de Léry donne une sorte de chronologie de l’abattage des animaux – les ânes, les chevaux, puis les chats, les rats, les taupes, les souris, les chiens, mais aussi les six vaches qu’on avait gardées pour le lait des enfants ; et, par voie de conséquence, les bébés se turent à leur tour. Le 17 août fut mangé le dernier cheval, et la ville n’eut plus qu’à capituler49. Plus le siège dure et plus l’on s’achemine vers une sorte de silence final et, pour ainsi dire, mortel.

Entrées, sorties, dialogues au-dessus des murailles

24En théorie, la ville investie vit coupée du monde extérieur, mais le blocus est rarement complet : les « saillies » de la garnison, l’arrivée de renforts, les négociations entre assiégeants et assiégés, tout cela introduit dans le paysage sonore de la cité quelques notes originales.

Le passage de troupes, sorties et escarmouches, renforts

25Les armées médiévales disposent rarement des moyens nécessaires à l’investissement total d’une cité, surtout quand celle-ci se trouve au bord de la mer, comme Rhodes et Marseille, ou sur un fleuve, comme Orléans et Paris. Les journaux qui décrivent le quotidien d’un siège ressemblent souvent à une sorte de compte rendu de toutes les entrées et sorties, puisque chacune est un exploit et un motif d’espoir. Quels sont les effets sonores d’une telle situation ?

26Tout d’abord, bien sûr, résonne le fracas des armes : les assiégés tentent régulièrement des sorties, en général nocturnes, pour surprendre leurs agresseurs et leur détruire du matériel. Le plus souvent, ces saillies se font en silence, mais elles s’achèvent en fanfare, quand les survivants regagnent la place après avoir semé la confusion dans le camp ennemi. Le journal du siège d’Orléans et celui de Rhodes rapportent divers épisodes de ce type, sur lesquels il est inutile de s’appesantir. L’arrivée de secours, qu’il s’agisse de vivres ou de troupes, s’avère plus intéressante. Le journal du siège d’Orléans est à cet égard tout à fait exemplaire, puisque, presque chaque jour, au nez et à la barbe des Anglais, pénétrèrent dans la cité des troupeaux sur pied. Le 3 janvier 1429, on parle de « neuf cens cinquante-quatre pourceaulx, grous et gras, et quatre cens moutons », 600 pourceaux le 12, et 200 encore le 18. Et la liste de ces secours s’égraine ainsi pendant toute la durée du siège – Orléans n’a jamais souffert de la faim –, mais la différence par rapport au temps normal, c’est l’ambiance de fête populaire qui accompagne l’arrivée des cochons, des bœufs et de tous ces vivres. Durant tout le mois d’avril, des troupes vinrent de la même façon, jusqu’à l’entrée finale de la Pucelle, le 29. La liesse fut alors à son comble :

  • 50 Journal du siège d’Orléans, p. 77.

« D’autre part, la vindrent recevoir les autres gens de guerre, bourgoys et bourgoises d’Orleans, portans grant nombre de torches, et faisans autel joye comme se ilz veissent Dieu descendre entre eulx, [...] ilz se sentoyent jà tous reconfortéz, et comme desassiegéz, par la vertu divine qu’on leur avoit dit estre en ceste simple Pucelle, qu’ilz regardoyent mout affectueusement, tant hommes, femmes, que petis enfans50. »

  • 51 Le 14 juillet, « ceulx de la tour Sainct Nicolas menerent grant feste et joye, en tirant sur les T (...)

27Cet enthousiasme général peut être comparé à celui des Rhodiens, qui voyaient des navires occidentaux forcer le blocus ottoman, et les accueillaient en musique51.

Dialogues par-dessus des murailles

  • 52 Journal d’un Bourgeois de Paris..., op. cit., § 692.
  • 53 HJ, p. 218-220 (16 juillet).

28Les forces en présence ne s’ignorent pas. Bien au contraire, et de véritables dialogues s’engagent en fait par-dessus la muraille. Le plus souvent, c’est d’une reddition honorable que l’on traite. En 1436, les chefs de l’armée royale sommèrent Paris de se rendre, en criant devant une porte : « Laissez-nous entrer dedans Paris paisiblement, ou vous serez tous morts par famine, par cher temps ou autrement52. » À Rhodes, les Turcs envoyèrent à plusieurs reprises des émissaires à cette fin, et comme on ne les laissait pas pénétrer dans la cité, il leur fallut crier leurs propositions. Le 16 juillet 1480, l’un d’eux s’approcha de la muraille, hurlant qu’on lui délivrât un saufconduit ; il lui fut répondu qu’il pouvait s’avancer sans crainte, et le dialogue s’engagea alors entre l’envoyé, debout sur le bord du fossé, et un officier des remparts53. À Orléans, Jeanne d’Arc renversa la situation, puisque c’est elle qui, du côté des assiégés, se mit à apostropher les Anglais pour les inciter à se rendre (30 avril) :

  • 54 Journal du siège d’Orléans, p. 79.

« Quant vint sur le soir, elle s’en ala au boulevart de la Belle Croix, sur le pont, et de là, parla à Glacidas [Glasdale] et autres Anglois estans ès Tournelles, et leur dict qu’ils se rendissent de par Dieu, leurs vies sauves seullement. Mais Glacidas et ceulx de sa rote respondirent vilainement, l’injuriant et appellant vachere, comme devant, crians moult haut qu’ilz la feroient ardoir, s’ilz la povaient tenir. De quoy elle fut aucunement yree, et leur respondit qu’ilz mentoyent ; et ce dit, s’en retira dedans la cyté54. »


  • 55 Ibid., p. 79-80.
  • 56 Journal d’un Bourgeois de Paris..., op. cit., § 504.
  • 57 Ibid., § 519.
  • 58 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. IV, p. 93.
  • 59 « In regem et suos obsidentes excommunicationis sentenciam fulminavit » (récit anonyme, cité par P (...)

29Elle réitéra ses paroles le lendemain, d’un autre côté de la ville, mais sans plus de succès55. Le Bourgeois de Paris a d’ailleurs entendu dire qu’elle s’était fait traiter de « ribaude et putain56 ». Plus tard, lors de l’assaut de Paris, l’un des défenseurs lui cria de même : « Paillarde, ribaude57 ». Dialogue avorté, donc. Insultes et procédés dérisoires sont, à l’occasion plus élaborés et peuvent intégrer une dimension animalière. En 1422, les défenseurs de Meaux « mirent sur les murs de la ville un asne, lequel par force de cops ilz faisoient braire, en eulx moquant desdiz Anglois, en disant que c’estoit leur roy Henry et qu’ilz [le] venissent secourir58 » – ce qui ne manque pas d’indigner au plus haut point Henri V, peu porté sur la plaisanterie. On ne lance d’ailleurs pas seulement des insultes par-dessus les remparts, mais aussi des malédictions, et parfois très canoniques. Lors du siège de Rouen par Henri V, en 1418, le chanoine de Livet, qui tenait lieu de vicaire à l’archevêque absent, excommunia ainsi les troupes anglaises59.

30L’auteur du journal rhodien livre toutefois un autre exemple de dialogue, beaucoup plus extraordinaire. Une nuit, les Turcs empalèrent deux prisonniers face aux murailles, et si l’un mourut aussitôt, l’autre trouva apparemment assez de force pour s’adresser à ses camarades :

« Messrs de la cité, parler à moy pour l’amour de Dieu ! [...]
– Qui estes vous ?, pource qu’on ne voioit goucte pour l’obscurité de la nuyt. [...]
– Helas, je suis Janoton, qui fut hier prins en la saillye et suis ycy mis au pal avecques mon compaignon, qui est ja mort.
Adonques on luy parla et l’admonnestoit on qu’il eust tousjours bonne pascience, lequel dist que ainssi avoit il. Et puis, on luy dist :
– Puisque vous estes en tel point, vous ne devez avoir plus d’esperance en la vie temporelle, mais de la vie esternelle que vous aurez avecques les martirs glorieux au royaulme de Paradis ; pour quoy, si vous savez quelque chose de l’armee qui soit pour nous ou contre nous, vueillés nous en advertir... »

31Après quelques répliques, il demanda cependant qu’on l’achève d’un coup d’arquebuse, ce qui posa un problème moral aux défenseurs. On lui dit :

« Si vous avés pascience, vous serés en Paradis, et quant vous seriés en ce monde, si vous fauldroit il une foiz mourir. Povez vous plus glorieusement mourir que pour la foy ?
Respondit que non, et aussi le savoit il bien, mais il doubtoit en la fin que l’Anemy ne le fist varier. »

  • 60 HJ, p. 221-222 (17 juillet).

32On fit venir un tireur d’élite juif, parce qu’aucun chrétien n’aurait pu tirer sur un coreligionnaire60. Au-delà de l’anecdote, ce dialogue montre combien, en période de siège, toutes sortes d’échanges peuvent s’engager par-dessus les murailles, et que les guetteurs ont toujours assez de voix pour se faire entendre de l’autre côté des fossés.

Ordre moral, ordre public

33Dans un microcosme en proie à l’angoisse, parfois au désespoir, il apparaît vital de faire régner l’ordre, de soutenir le moral des combattants et de la population civile, et de solliciter l’aide sans faille des puissances célestes.

  • 61 Honorat de Valbelle, Histoire journalière..., op. cit., p. 132.
  • 62 HJ, p. 238 (10 août) ; Guillaume Caoursin, Obsidionis Rhodie urbis descriptio, éd. L. Vissière et J (...)
  • 63 Contamine P., Bouzy O., Hélary X., Jeanne d’Arc. Histoire et dictionnaire, op. cit., p. 123 et 791
  • 64 HJ, p. 209 (7 juillet).
  • 65 Jean de Léry, L’Histoire mémorable..., op. cit., p. 236.
  • 66 Au début du siège, au cours d’une sortie nocturne, les défenseurs avaient capturé un soldat cathol (...)

34Les autorités se manifestent avant tout par des cris publics, destinés à montrer qu’elles ont la situation bien en main. Ces cris concernent en particulier la constitution de greniers, l’organisation du guet et le renforcement des règlements de police. Parfois, on fait aussi crier en place publique des lettres qui ont été reçues et qui annoncent du secours – c’est ainsi qu’à Marseille, le 18 septembre 1524, on lit publiquement une lettre de François Ier61, et qu’en août 1480, à Rhodes, on lit une lettre du pape, arrivée avec les nefs napolitaines62. Mais les autorités entendent aussi faire régner un certain ordre moral, qui commence avec l’interdiction de blasphémer. Ce fut par exemple une exigence de Jeanne d’Arc pour l’armée qui vient au secours d’Orléans (La Hire fut ainsi prié de jurer « sur son bâton », et non plus sur Dieu et ses saints63) et l’on peut supposer que cet ordre a été plus ou moins suivi dans la cité d’Orléans. À Rhodes, l’ordre moral s’avéra encore plus rigoureux, puisque, le 7 juillet, on fit un cri public pour interdire le blasphème, et quelques jours plus tard, on n’hésita pas à pendre un jeune soldat qui, parce qu’il perdait au jeu, avait « renié » Dieu ; et de fait, après son exécution, « on n’ouyt jurer ne blaphemer le nom de Dieu ne de Ses sain[t]s64 ». Une ordonnance similaire contre « les juremens, blasphemes et autres vices » fut criée et placardée en place publique à Sancerre, durant le mois de décembre 157265. Ce qui prouve que même les Réformés juraient, alors même qu’ils disaient se distinguer en cela des catholiques66.

  • 67 Guillaume Caoursin, Descriptio... [13], p. 410-412, et ill. 16. L’ambiance religieuse du siège de (...)
  • 68 Lamy M., « Un siège levé par l’intercession de Marie ? La dévotion à Notre-Dame de Bon-Espoir », d (...)
  • 69 Journal du siège d’Orléans, p. 17-18.

35La cohésion du corps social se fait devant Dieu ; et, en période de siège, les offices divins se multiplient. Une miniature de Rhodes montre la multitude de ces services, dans les églises comme dans les rues de la ville67. Le siège est le moment des vœux solennels, des processions, de la piété exacerbée. On chante partout des cantiques, on sonne les cloches (de manière religieuse). Devant le péril, les bourgeois de Dijon n’hésitèrent pas à braver le bombardement suisse pour organiser une procession solennelle et se mettre sous la protection de la Vierge. Et comme les Suisses acceptèrent de se retirer ensuite, contre des promesses et de l’argent, sans tenter le moindre assaut, on attribua leur départ à un miracle, commémoré par une grande tapisserie, toujours conservée dans la cité68. Parfois, assiégeants et assiégés faisaient aussi une trêve pour quelque grande fête liturgique – à Orléans, les Français fêtèrent Noël par un concert, qu’écoutèrent aussi les Anglais de l’autre côté des murailles69.

  • 70 Le 10 mars, le Bâtard d’Orléans fit pendre deux hommes d’armes français, qui avaient rompu son sau (...)
  • 71 Sur la pendaison de maître Georges : HJ, p. 217 (15 juillet) et Caoursin G., Descriptio..., op. ci (...)
  • 72 HJ, p. 197 (18 juin).
  • 73 Honorat de Valbelle, Histoire journalière..., op. cit., t. I, p. 132 (19 septembre).
  • 74 Jean de Léry, L’Histoire mémorable..., op. cit., p. 229.

36Pour renforcer le moral du peuple, rien ne vaut cependant quelque bonne exécution capitale. On n’en a pas vraiment d’exemple à Orléans70 ; mais à Rhodes, on empalait les prisonniers dans les deux camps et on pendit en public maître Georges, le renégat qui espérait trahir la cité – ce fut un beau spectacle, accompagné de musiciens et où dansèrent les petits enfants71. D’autres manifestations étaient d’initiative populaire : après un assaut meurtrier, les gens du peuple coupèrent la tête des cadavres turcs, les fichèrent sur des lances, « et puis s’en allerent à grant joye en la cité, tous danssans et menans grant feste avecques trompettez et autres instrumens72 ». À Marseille, on pendit de la sorte un espion espagnol73 ; à Sancerre, c’est un capitaine ennemi, blessé dans un engagement, qui fut traîné à demi-mort par les rues de la cité et lynché par le peuple et les petits enfants74.

  • 75 À titre d’exemple, on peut citer ce chansonnier du XVe siècle, acquis et publié par A. Le Roux de (...)

37Le temps du siège comprend donc des moments festifs, liés à l’angoisse profonde des populations, et donne lieu à des créations plus ou moins spontanées dans le domaine de la musique et de la chanson. On chante en effet beaucoup dans un camp comme dans l’autre, pour meubler l’inaction et oublier la peur. Parmi les chants historiques collationnés au XIXe siècle, il en existe un très grand nombre ayant trait à des sièges et des prises de cités durant les XVe et XVIe siècles75. Si la plupart commémorent en fait un événement d’actualité et n’ont pas été chantés durant le siège, d’autres ont bien été composés à chaud, comme cette chanson des aventuriers français commentant les négociations de La Trémoille avec les Suisses lors du siège de Dijon, en 1513 :

  • 76 Brantôme, Grands Capitaines françois, éd. L. Lalanne, dans Œuvres complètes, Paris, Mme Vve J. Ren (...)

« Holà ! Holà ! dict La Trimouille,
Le roy est-il vostre amy ?
– Ouy, ouy, mon capitaine,
Car il n’est pas nostre ennemy76. »

  • 77 Jean de Léry, L’Histoire mémorable..., op. cit., p. 71-73, 230.
  • 78 François de Rabutin, Commentaires des guerres en Gaule Belgique (1551-1559), éd. Ch. Gailly de Tau (...)

38À Sancerre, on chantait des cantiques et des chansons de circonstance, dont Jean de Léry a noté les couplets et la musique77. Les assiégeants n’étaient pas en reste et recevaient parfois même du public, comme en 1553, lors du dernier siège de Thérouanne par les Impériaux : « Les femmes et petits enfans, non seulement y accouroient, ains de joie en chantoient chansons et rythmes78. »

  • 79 Kastner G., Les Voix de Paris. Essai d’une histoire littéraire et musicale des cris populaires de (...)

39En fin de compte, on pourrait envisager le siège sous l’angle d’une grande partition – un peu dans le goût de Georges Kastner créant une symphonie autour des cris de Paris79. Mais il ne s’agit évidemment pas de la partition ordinaire des cris de la rue et de la rumeur urbaine. Ici, tout est extraordinaire, improvisé, terrifiant de nouveauté. L’orchestre du siège est essentiellement constitué de cuivres – les cloches et les bombardes, mais aussi les trompettes et clairons –, et de percussions – les tambours et le choc des boulets sur les murailles. À ce bruit de fond, il faudrait ajouter les chœurs – chœurs de la population civile chantant des cantiques ou gémissant dans les rues, chœurs improvisés des gens qui crient « Alarme », chœurs des animaux, parqués tant bien que mal dans les rues. Il y a aussi les solistes : les crieurs officiels, les hommes qui blasphèment ou qui deviennent fous, les blessés qui hurlent... Et enfin, les dialogues, questions, interpellations, insultes et répons par-dessus les murailles. Bien sûr, la comparaison s’arrête là, car, si les éléments d’une musique puissante sont bien présents, ils ne s’accordent guère entre eux ; la partition est mal jouée, souvent à contretemps, les cris se répètent et se mêlent de manière chaotique, mais au fond, n’est-ce pas là une fatalité des sièges d’artillerie que les voix s’y répètent en canon ?

Notes

1 Vissière L., « Les métamorphoses des cris de Paris au Moyen Âge », dans Guellec L. et Hache-Bissette F. (dir.), Littérature et publicité de Balzac à Beigbeder, Actes du colloque international de Paris, 28-30 avril 2011, Marseille, Gaussen, 2012, p. 3-35 ; « Le paysage sonore parisien aux XIIIe et XIVe siècles ou la naissance des Cris de Paris », Société nationale des Antiquaires de France (sous presse).

2 Journal d’un Bourgeois de Paris, de 1405 à 1449, éd. modernisée C. Beaune, Paris, Le Livre de Poche, 1990, § 519. Une grande partie du texte témoigne aussi de l’ambiance obsidionale qui régna à Paris jusqu’en 1436 ; la reprise de la ville, cette année-là, se fit sans véritable siège (ibid., § 692-693).

3 Du 4 août au 30 septembre 1524, les Impériaux assiégèrent Marseille, et l’affaire occupe une place de choix dans le journal d’Honorat de Valbelle (Histoire journalière (1498-1539). Journal d’un bourgeois de Marseille au temps de Louis XII et de François Ier, éd. et trad. V.-L. Bourrilly, L. Gaillard et Ch. Rostaing, Aix-en-Provence, université de Provence, 1985, 2 vol., notamment, t. I, p. 123-142).

4 Les Anglais assiégèrent la ville pendant sept mois, du 12 octobre 1428 au 8 mai 1429. Journal du siège d’Orléans (1428-1429), augmenté de plusieurs documents, notamment des comptes de ville (1429-1431), P. Charpentier et Ch. Cuissard éd., Orléans, Herluison, 1896 ([désormais Journal du siège d’Orléans ]. Sur cette affaire, voir notamment : Contamine Ph., « Observations sur le siège d’Orléans », Pages d’histoire militaire médiévale (XIVe-XVe siècles), Paris, De Boccard, 2005, p. 197-212 ; ainsi que Contamine Ph., Bouzy O. et Hélary X. (dir.), Jeanne d’Arc. Histoire et dictionnaire, Paris, Robert Laffont, 2012.

5 Les Ottomans assiégèrent Rhodes du 23 mai au 18 août 1480. Le journal du siège de Rhodes n’est connu que par un seul manuscrit, daté de 1495 (BnF, Ms. Dupuy 255), auquel Pierre Dupuy a donné le titre de Histoire journaliere de ce qui se passa soubs la conduite de fr. Pierre d’Aubusson, grand maistre de Roddes, au siege de la ville de Roddes, faict par Mahomet II empereur des Turcs, en l’annee 1480, éd. L. Vissière et J.-B. de Vaivre, dans « Tous les diables d’Enfer », Relations du siège de Rhodes par les Ottomans en 1480, Genève, Droz, 2013, p. 149-254 [désormais HJ].

6 Jean de Léry, L’Histoire mémorable du siège et de la famine de Sancerre (1573), éd. G. Nakam, Paris, 1975, réimpr. Genève, Slatkine, 2000.

7 Charles le Téméraire assiégea Beauvais du 27 juin au 22 juillet 1472. On connaît pour ce siège un long journal, dont l’original est perdu, mais qui a été publié pour la première fois en 1622 sous un titre assez aberrant : Discours du siège de Beauvais par Charles, duc de Bourgogne, en 1472, éd. L. Cimber et F. Danjou, Archives curieuses de l’histoire de France depuis Louis XI jusqu’à Louis XVIII, Paris, 1834-1840, 27 vol., t. I, p. 111-135 [désormais Discours du siège de Beauvais]. On peut ajouter à ce texte, dont il faudrait reprendre l’édition scientifique, un autre, très court, consistant en une page manuscrite : le Récit du siège de 1472 par le clerc-greffier de la Commune, Thibaut Despaux, éd. dans Album historique et paléographique beauvaisien, Beauvais/Paris, H. Champion, 1913, 1re partie, doc. IV.

8 Les Suisses assiégèrent Dijon du 8 au 13 septembre 1513. Il existe un court journal des faits, donné par un échevin de la cité (Relation faitte par Pierre Tabourot, bourgeois de Dijon, du siège mis devant laditte ville de Dijon par les Suisses en l’année 1513, éd. L. Vissière, dans Vissière L., Marchandisse A. et Dumont J. (dir.), 1513. L’année terrible. Le siège de Dijon, Dijon, Faton, 2013, p. 223-224.

9 Le Goff J., « Au Moyen Âge : temps de l’Église et temps du marchand », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1960, p. 417-433.

10 La question des cloches a été récemment abordée dans le domaine littéraire (Fritz J.-M., La Cloche et la lyre. Pour une poétique médiévale du paysage sonore, Genève, Droz, 2011 ; Pomel F. (dir.), Cloches et horloges dans les textes médiévaux, Rennes, PUR, 2012).

11 Voir à ce sujet l’article d’Emmanuel de Crouy Chanel « La mise en défense d’Amiens contre les surprises de nuit (1465-1493) », dans Boucheron P., Genet J.-P. (dir.), Marquer la ville, Signes traces empreintes du pouvoir (XIIIe-XVIe siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2014, p. 367-385.

12 Léry J. de, L’Histoire mémorable..., op. cit., p. 241.

13 Orléans, AM, CC, 547, fol. 51 (14 mars 1421, n. st.) ; divers travaux furent effectués à cet effet durant les mois de février et mars (ibid., fol. 52 v°, 54 v°, 55° v). Je tiens à remercier Françoise Michaud-Fréjaville pour toutes ces informations qu’elle m’a très généreusement fournies, et je renvoie à ses travaux fondamentaux sur Orléans, notamment : « Naudin Bouchard. Une carrière de fondeur orléanais pendant la guerre de Cent ans », Cahiers de recherches médiévales, 12 (2005), p. 75-84 ; « Une cité face aux crises. Les remparts de la fidélité, de Louis d’Orléans à Charles VII, d’après les comptes de forteresse de la ville d’Orléans (1391-1427) », ibid., p. 85-100 (ici, p. 94).

14 Dijon, AM, B 168, fol. 266 r° (Délibération du 31 août 1513).

15 Dijon, AM, B 10, cote 5 (Délibération du 4 juillet 1512).

16 Dijon, AM, B 451, no 155 (Dijon, 24 janvier 1522, n. st.). Cf. Vissière L., « Dijon dans l’angoisse du siège (1512-1513) », dans Vissière L., Marchandisse A. et Dumont J. (dir.), 1513. L’année terrible..., op. cit., p. 92-101 (ici, p. 97).

17 Dijon, AM, B 10, cote 6.

18 HJ, p. 178-179 (31 mai).

19 Georges Chastellain, Chronique, éd. J. Kervyn de Lettenhove, dans Œuvres de Georges Chastellain, Bruxelles, Heussner, 1863-1866, 8 vol., t. II, p. 231.

20 La chanson de Bertrand du Guesclin de Cuvelier, éd. J.-Cl. Faucon, Toulouse, éd. universitaires du Sud, 1990-1991, 3 vol., t. I, p., 120.

21 « Ledit tributh ne cessoit jamais ne nuyt ne jour de leur thirer, tellement que leur fut force à bien faire la garde quant convenoit qui desemparassent, ilz montoient sur les arbres et maisons, et quant veoient la pierre venir, crioient à haulte voix en leur turcq et sonnoient une petite cloche que avoient prins aulx chieuvres de Rhodes » (HJ, p. 223, 19 juillet).

22 Ce dessin provient du Kriegsbuch de Philipp Mönch, daté de 1496 (Heidelberg, Cod. Pal. Germ. 126). Cf. Viltart F., « Le camp de siège d’après l’exemple bourguignon (XVe-début XVIe siècle) », dans Prouteau N., de Crouy-Chanel E. et Faucherre N. (dir.), Artillerie et fortification (1200-1600), Rennes, PUR, 2011, p. 99-105, et pl. I B.

23 À Orléans, le fondeur de cloches Naudin Bouchard fournit de 35 à 37 pièces d’artillerie à la cité, entre 1416 et 1429, mais tout en continuant à fabriquer des cloches, puisque c’est lui qui, en 1420, fournit les quatre tocsins destinés aux portes de la ville (Michaud-Fréjaville F., « Naudin Bouchard... », op. cit.)

24 HJ, p. 240 (18 août).

25 Jean de Léry, L’Histoire mémorable..., op. cit., p. 345-348.

26 Honorat de Valbelle, Histoire journalière..., op. cit., t. I, p. 123.

27 Ibid., t. I, p. 137.

28 Journal du siège d’Orléans, p. 23, 25, 30-31.

29 HJ, p. 187 (9 juin).

30 Journal du siège d’Orléans, p. 22 et 25.

31 Ibid., p. 25-26, 32-33 et 70-71.

32 Ibid., p. 60-61.

33 Discours du siège de Beauvais, p. 121.

34 Ibid., p. 114.

35 Journal d’un Bourgeois de Paris..., § 693.

36 HJ, p. 226 (27 juillet).

37 Georges Chastellain, Chronique..., op. cit., t. I, p. 159-160. L’exemple du siège de Melun a été mis en valeur par Contamine Ph., « La musique militaire dans le fonctionnement des armées : l’exemple français (vers 1300-vers 1550) », Revue de la société des amis du Musée de l’Armée, no 124 (décembre 2002), p. 17-32.

38 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, éd. L. Douët-d’Arcq, Paris, SHF, 1857-1862, 6 vol., t. III, p. 412-413.

39 Contamine Ph., « La musique militaire... », p. 24.

40 Jean Juvénaldes Ursins, Histoire de Charles VI, roy de France, éd. J.-F. Michaud et J.-J. Poujoulat, Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, sér. I, t. 2, Paris, 1836, p. 332-569 (ici, p. 560). Croyant voir arriver des renforts, les assiégés avaient, à un moment donné, sonné toutes les cloches et crié leur joie (Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. IV, p. 10-11).

41 HJ, p. 181 (1er juin).

42 Ibid.

43 Sur les cris de la rue parisienne, voir en particulier Vissière L., « La bouche et le ventre de Paris à la fin du Moyen Âge », dans Lachaud F. (dir.), Consommer en ville au Moyen Âge, Actes du colloque de Rouen organisé par la Social History Society (8-10 janvier 2004), Revue d’Histoire urbaine, 16 (juillet 2006), p. 71-89 ; « Des cris pour rire ? Dérision et autodérision dans les cris de Paris (XIIIe-XVIe siècles) », dans Crouzet-Pavan É., Verger J. (dir.), La Dérision au Moyen Âge. De la pratique sociale au rituel politique, Actes du colloque de Paris IV (29 novembre 2003), Paris, PUPS, 2007, p. 85-106.

44 Cette activité incessante est particulièrement bien mise en valeur dans les miniatures d’un manuscrit des années 1310, représentant Paris : la Vie et martyre de saint Denis et de ses compagnons (Paris, BnF, F. Fr. 2090-2092).

45 De telles délibérations municipales ont été étudiées à propos du siège de Dijon (Vissière L., Marchandisse A. et Dumont J. (dir.), 1513. L’année terrible..., op. cit., éd. de documents, p. 225-231). Elles peuvent être comparées aux mesures prises au même moment à Poitiers (Rivaud D., « La crise militaire de 1512-1513 et ses conséquences politiques sur le corps de ville de Poitiers », Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 1994, p. 33-49). On dispose aussi de séries comptables pour la cité d’Orléans, dont une partie a été publiée par Charpentier P., Cuissard Ch., Comptes de la ville d’Orléans (1429-1431), Quittances à l’appui des comptes de commune et de forteresse. 23 mars 1428 (1429) au 22 mars 1430 (1431), Compte de forteresse du 23 mars 1428 (1429) au 22 mars 1430 (1431), dans Journal du siège d’Orléans..., p. 209-258, 259-266, 273-398. Sur les archives orléanaises, il convient de se reporter aux précieux travaux de Michaud-Fréjaville F., notamment : « Une cité face aux crises... »

46 Louis Carolus-Barré a tenté de reconstituer un « journal » de ce siège à partir des épaves de la comptabilité municipale (« Le siège de Compiègne et la délivrance de la ville (20 mai-25 octobre 1430) », dans Actes du colloque Jeanne d’Arc et le cinq cent cinquantième anniversaire du siège de Compiègne (20 mai-25 octobre 1430), Bulletin de la Société historique de Compiègne, 28 (1982), p. 15-62 (ici, p. 42).

47 « Item, de fere tuer plusieurs gros chiens qui sont nuyt et jour parmy les rues de ceste ville menans grant bruyt de sorte que, s’il venoit aucun affere à la ville, l’on ne pourroit entendre l’un l’autre » (Dijon, AM, B 10, cote 5. Délibération du 4 juillet 1512) ; et l’on paya bien en effet un tueur de chiens à cet effet (Dijon, AM, B 10, cote 8. Cahiers récapitulatifs de dépenses, 16 décembre 1513).

48 Cette devise est sans doute une création tardive, liée au souvenir du siège et à sa légende.

49 Jean de Léry, L’Histoire mémorable..., op. cit., chap. 10, p. 279-302.

50 Journal du siège d’Orléans, p. 77.

51 Le 14 juillet, « ceulx de la tour Sainct Nicolas menerent grant feste et joye, en tirant sur les Turcqs bombardes et sonnent trompettez [et] clarons... », pour fêter l’arrivée du corsaire catalan Palomar (HJ, p. 217). Mais ce furent surtout les deux grosses nefs napolitaines, le 15 août, qui furent accueillies « à grant joye et triumphe tant de bombardes, trompettez que clarons » (ibid., p. 239).

52 Journal d’un Bourgeois de Paris..., op. cit., § 692.

53 HJ, p. 218-220 (16 juillet).

54 Journal du siège d’Orléans, p. 79.

55 Ibid., p. 79-80.

56 Journal d’un Bourgeois de Paris..., op. cit., § 504.

57 Ibid., § 519.

58 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, op. cit., t. IV, p. 93.

59 « In regem et suos obsidentes excommunicationis sentenciam fulminavit » (récit anonyme, cité par Puiseux L., Siège et prise de Rouen par les Anglais (1418-1419), principalement d’après un poème anglais contemporain, Caen, E. Le Gost-Clérisse, 1867, p. 146-147).

60 HJ, p. 221-222 (17 juillet).

61 Honorat de Valbelle, Histoire journalière..., op. cit., p. 132.

62 HJ, p. 238 (10 août) ; Guillaume Caoursin, Obsidionis Rhodie urbis descriptio, éd. L. Vissière et J.-B. de Vaivre, dans Vaivre J.-B. de, Vissière L. (dir.), « Tous les diables d’Enfer », op. cit., p. 374-477 (chap. [31], p. 472-473 ; ill. 34).

63 Contamine P., Bouzy O., Hélary X., Jeanne d’Arc. Histoire et dictionnaire, op. cit., p. 123 et 791.

64 HJ, p. 209 (7 juillet).

65 Jean de Léry, L’Histoire mémorable..., op. cit., p. 236.

66 Au début du siège, au cours d’une sortie nocturne, les défenseurs avaient capturé un soldat catholique qui, entendant quelqu’un venir, s’était écrié : « Qui va là, mort Dieu ? », et s’était ainsi trahi (ibid., p. 221).

67 Guillaume Caoursin, Descriptio... [13], p. 410-412, et ill. 16. L’ambiance religieuse du siège de Rhodes est également très bien rendue par le récit de Giacomo della Corte (Oratio, éd. L. Vissière et J.-B. de Vaivre, dans « Tous les diables d’Enfer », p. 255-297).

68 Lamy M., « Un siège levé par l’intercession de Marie ? La dévotion à Notre-Dame de Bon-Espoir », dans Vissière L., Marchandisse A. et Dumont J. (dir.), 1513. L’année terrible..., op. cit., p. 206-219.

69 Journal du siège d’Orléans, p. 17-18.

70 Le 10 mars, le Bâtard d’Orléans fit pendre deux hommes d’armes français, qui avaient rompu son sauf-conduit (ibid., p. 57).

71 Sur la pendaison de maître Georges : HJ, p. 217 (15 juillet) et Caoursin G., Descriptio..., op. cit., [20], p. 440-443 et ill. 23 et 45.

72 HJ, p. 197 (18 juin).

73 Honorat de Valbelle, Histoire journalière..., op. cit., t. I, p. 132 (19 septembre).

74 Jean de Léry, L’Histoire mémorable..., op. cit., p. 229.

75 À titre d’exemple, on peut citer ce chansonnier du XVe siècle, acquis et publié par A. Le Roux de Lincy (Chants historiques et populaires du temps de Charles VII et de Louis XI, Paris, Aubry, 1857) : il comprend diverses chansons de siège, en particulier : le siège de Maestricht (1408), celui de Melun (1420), ceux de Dinant et de Liège (1466-1468). Il existe aussi une chanson sur le siège de Pontoise en 1441 (Le Roux de Lincy A., Recueil de chants historiques français. Première série (XIIe, XIIIe, XIVe et XVe siècles), Paris, Gosselin, 1841, p. 320-327), divers chants sur les sièges de Mézières et de Hesdin en 1521, et de Marseille, en 1524 (Le Roux de Lincy A., Recueil de chants historiques français. Deuxième série (XVIe siècle), Paris, Gosselin, 1842, p. 68-85, 96-97 ; Picot É., Chants historiques français du XVIe siècle, Paris, 1903, p. 17-22, no 22-32).

76 Brantôme, Grands Capitaines françois, éd. L. Lalanne, dans Œuvres complètes, Paris, Mme Vve J. Renouard, 1864-1882, 11 vol., t. II, p. 398-399. Voir Vissière L., « Sans poinct sortir hors de l’orniere ». Louis II de La Trémoille (1460-1525), Paris, H. Champion, 2008, p. 456 ; Vissière L., Marchandisse A. et Dumont J. (dir.), 1513. L’année terrible..., op. cit., p. 111.

77 Jean de Léry, L’Histoire mémorable..., op. cit., p. 71-73, 230.

78 François de Rabutin, Commentaires des guerres en Gaule Belgique (1551-1559), éd. Ch. Gailly de Taurines, Paris, H. Champion, 1932-1942, 2 vol., t. I, p. 196. Sur une vue d’ensemble des sièges de Thérouanne, voir Vissière L., « L’éternel gambit : Thérouanne sur l’échiquier européen (1477-1559) », Bulletin de la Commission départementale d’Histoire et d’Archéologie du Pas-de-Calais, t. 18 (2000), p. 61-106.

79 Kastner G., Les Voix de Paris. Essai d’une histoire littéraire et musicale des cris populaires de la capitale depuis le Moyen Âge jusqu’à nos jours, précédé de Considérations sur l’origine et le caractère du cri en général et suivi de Les cris de Paris, grande symphonie humoristique, vocale et instrumentale, Paris, G. Brandus et Dufour, 1857. L’œuvre à la fois musicale et historique de ce compositeur aujourd’hui oublié s’avère profondément originale et mériterait sans doute d’être reconsidérée.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540