Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Maison de Salomon

 | 
Aurélien Ruellet

Conclusion générale

Texte intégral

  • 1 Aubrey John, Brief Lives, éd. Oliver L. Dick, op. cit., p. 386.
  • 2 TNA, SP16/154/61 ; TNA, SP16/205/90.
  • 3 Il s’agit de l’édition γ + dans Bryden D. J., A patchery, art. cité, p. 160-164.
  • 4 Hill Katherine, Negotiating, art. cité.
  • 5 Huntington Library, Ellesmere manuscripts 6521, fol. 95 r°.

1Au terme de ce travail, quelques lignes se dégagent qui peuvent ici être rappelées à partir d’exemples concrets. Au fil des pages qui précèdent, deux figures, l’une anglaise, l’autre française, ont souvent été évoquées : Richard Delamain et Jacques Buot. D’extraction modeste, ces deux hommes parviennent à se faire une place à la cour par la grâce d’un objet scientifique, une règle logarithmique circulaire. Leurs deux carrières, pour exceptionnelles qu’elles soient, n’en témoignent pas moins de la variété des ressources que peuvent articuler les praticiens mathématiques talentueux. Richard Delamain est selon John Aubrey menuisier de profession1. Il a étudié les mathématiques sous la direction de William Oughtred, auquel il doit l’idée d’appliquer les graduations logarithmiques sur un support circulaire. Lorsqu’il conçoit son anneau mathématique, il le présente d’abord au souverain avant d’en demander un privilège, à la fois pour l’objet et pour le traité qui en explique l’usage. Sa demande suit deux canaux : l’un respecte la procédure officielle et implique directement le secrétaire d’État Dudley Carleton, vicomte Dorchester ; l’autre est plus informel et révèle les jeux courtisans. Le placet de Delamain passe également entre les mains d’Endymion Porter qui presse le secrétaire d’État d’en obtenir un certificat du roi. Une fois celui-ci obtenu, la routine administrative – l’établissement d’un projet de lettre patente par le procureur général – est là aussi concurrencée par les initiatives de Delamain. Celui-ci propose de solliciter directement le procureur général grâce à l’appui de son ami juriste William Noy qui se fait fort d’obtenir gratis le projet. À ces intermédiaires, Delamain offre ses services comme tuteur en mathématiques2. La version imprimée du traité est naturellement dédicacée au monarque. La suite de sa carrière démontre la même habileté courtisane. Devenu ingénieur de l’Artillerie en 1633, il continue à produire des curiosités mathématiques pour le Prince. En 1633, il obtient un privilège sous le cachet du roi (under the signett) – et non une lettre patente – pour protéger une seconde édition élargie de son anneau3. Ces protections sont particulièrement bienvenues alors que l’ouvrage de Delamain a été attaqué pour plagiat par William Oughtred et son élève William Forster4. En 1634, un autre de ses projets, un traité d’artillerie, est l’occasion pour Delamain de déployer les mêmes tactiques d’approche. Juste avant Noël, il présente le manuscrit à Charles Ier aux abords de la chapelle royale et redouble sa supplique en entreprenant plusieurs grands courtisans : James Hamilton, Philip Herbert, William Cecil et John Egerton. Il offre d’enseigner les mathématiques au fils de ce dernier et joint à sa proposition un cadeau pour le nouvel an, une tablette arithmétique en argent5. En 1638, il obtient une place d’ingénieur mieux rémunérée et nous avons vu que pendant les années 1630, en plus d’enseigner les mathématiques à Charles et ses fils, il officie probablement auprès du prince-électeur Charles-Louis.

  • 6 Buot Jacques, Usage, op. cit., p. 14-15.
  • 7 AN, X1A 8656 fol. 403 v°, 4 février 1647, enregistré le 16 avril 1647.
  • 8 Si sa participation n’est pas à notre connaissance explicitement mentionnée dans les sources du te (...)

2Quant à Buot, armurier natif de la petite ville de Laigle, c’est aussi avec une règle logarithmique circulaire, baptisée « roue de proportion », qu’il rentre dans les faveurs des grands. Prétendant avoir conçu seul cet instrument, il le dévoile sur le conseil de l’intendant aux fortifications Pierre Petit. L’académicien Jean Balesdens, protégé du chancelier Séguier, lui recommande alors de quitter sa province pour la capitale6. Installé à Paris, Buot y supervise la composition de son ouvrage qu’il dédie au chancelier Séguier. Ce traité, ainsi que l’instrument qu’il décrit, sont protégés par un privilège que Buot fait enregistrer au parlement de Paris7. Hébergé par le libraire-imprimeur Melchior Mondière puis par Henri-Louis Habert de Montmor, Buot obtient ensuite un logement aux Tuileries en même temps qu’un titre d’ingénieur. Pendant les années suivantes, il est décrit comme cosmographe du roi et professeur de mathématiques des pages de la Grande Écurie. Après avoir vraisemblablement participé aux travaux de l’académie Montmor, il est l’un des membres fondateurs de l’Académie royale des Sciences8. Comme Delamain une quinzaine d’années auparavant, Buot construit une carrière originale en articulant différents types d’emplois et de protections. Il mobilise la dédicace, participe aux cercles de sociabilité savante, profite de l’hospitalité d’un grand et se met au service des préoccupations militaires de l’État. Mais le privilège qu’il obtient montre qu’il compte également sur les ressources du marché du livre et des instruments mathématiques. Le succès éditorial est également loin d’être anodin pour Delamain, qui au début des années 1630 est encore et surtout un praticien mathématique.

  • 9 C’est là une prétention fréquente pour les règles à calculs. Voir Turner Anthony John, Utile pour (...)
  • 10 Buot Jacques, Usage, op. cit., p. 27.
  • 11 Ibid., p. 24-25.
  • 12 Voir les conseils de Petit à Buot dans Ibid., p. 28.
  • 13 Traduit d’après TNA, SP16/205/90, lettre de Delamain à Dorchester, 1631, non datée.

3Il n’est sans doute pas fortuit que ces deux belles carrières soient initiées par une règle logarithmique circulaire. Pensée pour la trigonométrie, la technique calculatoire que recouvrent les logarithmes permet de transformer les multiplications en sommes, les divisions en soustractions et les extractions de racines en divisions. Les échelles logarithmiques, posées sur une règle droite ou circulaire, permettent dès lors de réaliser des multiplications et des divisions par une simple mesure de distance, au compas ou par le déplacement de deux règles l’une contre l’autre. Aussi les règles logarithmiques sont-elles particulièrement utiles pour les calculs et susceptibles de servir, non seulement aux mathématiciens et astronomes, mais à une grande variété de professions9. Pierre Petit ne l’ignore pas, qui détaille les différents usages possibles de la roue de proportion de Buot, affirmant encore qu’il « n’y a point de Généralité, d’Election, ny mesme de Parroisse, qu’on ne deust obliger d’en avoir une avec [son] livre10 ». Comparant l’instrument de Buot à la machine à calculer de Pascal, Pierre Petit vante la simplicité du premier par rapport au raffinement de la seconde11. La roue de proportion de Buot et l’anneau mathématique de Delamain ne sont pas nécessairement en laiton ; la planche gravée contenue dans leurs ouvrages peut être collée sur du bois, même si la précision en souffre quelque peu12. Les instruments qui valent à Buot et Delamain de gagner la faveur des puissants ne sont donc pas des objets de luxe, mais des commodités relativement accessibles. Delamain peut même se féliciter dans une lettre de remerciement au secrétaire Dorchester que son livre « [n’est] plus disponible ailleurs que chez lui13 ». Le succès éditorial et l’insertion réussie sur le marché ne sont donc en rien incompatibles avec les ressources du patronage aristocratique et gouvernemental.

  • 14 Il s’agit là d’un point de discorde avec William Oughtred. Voir Hill Katherine, Negotiating, art. (...)

4Comme Pierre Petit l’explique bien, la règle à calcul circulaire peut servir aux particuliers comme aux institutions. L’objet est finalement bien commun et signale le penchant du siècle pour les savoirs pratiques : Richard Delamain suggère d’ailleurs qu’on peut utiliser son anneau mathématique sans en comprendre les fondations théoriques14. Les règles logarithmiques constituent des instruments emblématiques de ces mathématiques mixtes célébrées par Bacon qui se proposent d’effectuer des calculs sur des quantités en lien avec la nature (argent, poids, distances). Le parcours courtisan de Buot et Delamain, certes moins brillant que celui d’un Galilée, montre que la haute science revendiquée par le mathématicien toscan, susceptible de réutilisations dynastiques, n’est pas le seul chemin vers la faveur princière. Il y a, en deçà des vastes architectures théoriques des philosophes naturels, un courant plus pratique et plus modeste, incarné par les praticiens mathématiques, qui parvient également à s’employer au service de l’État. Le patronage scientifique, loin de concerner les seules autorités de la République des Lettres, peut donc contribuer à l’ascension d’un menuisier et d’un armurier hors du monde mécanique.

5Ces deux carrières sont aussi révélatrices des différentes formes du patronage. Le mécénat aristocratique est sans doute loin d’être la forme de protection la plus utile et la plus mobilisée. Les deux artisans, s’ils approchent les grands, les sollicitent d’abord comme intermédiaires de cour pour bénéficier de la faveur royale. Ils n’occupent pas d’emploi dans une maison aristocratique et ne mettent pas leur expertise au service exclusif d’une famille. De manière générale, le patronage aristocratique ne semble pas à la hauteur des espoirs qu’il suscite. La pratique massive de la dédicace semble pourtant révéler la force persistante de la figure mécénique. Mais derrière la rhétorique convenue se dissimulent souvent d’autres usages que la flatterie courtisane : la dédicace prend parfois l’apparence d’une publicité pour les activités de l’auteur. La pratique s’inscrit plus généralement dans les conventions du marché éditorial et participe à la bonne réception de l’ouvrage par le lectorat. La domesticité est une ressource rare qui n’est peut-être d’ailleurs pas si souvent recherchée. Peu de savants sont disposés à renoncer à leur liberté en se mettant au service des grands. Les emplois de précepteurs, de chapelains ou de secrétaires ont cependant été des étapes de nombreuses carrières. Ils voisinent souvent avec une forme plus légère de dépendance, plus acceptable pour celui qui en jouit, moins ruineuse pour celui qui la procure : la commensalité. En plus que d’offrir le gîte et le couvert aux savants, les grands peuvent également couvrir leurs réunions de leur autorité. Cette forme de mécénat est toutefois menacée à la fois par des divisions au sein de la communauté savante et la difficulté qu’elle éprouve à se plier aux normes de la civilité aristocratique. La présence des aristocrates ne fonctionne pas tant comme source de crédit moral et financier que comme paramètre parasite des activités savantes, contribuant à déplacer ces dernières vers la sphère du ludique et du spectaculaire. Pour ceux qui comme Morin convoitent les ressources les plus prestigieuses du patronage princier, la voie est étroite. La carrière d’astrologue de cour dans laquelle il s’engage lui aliène les tenants de la nouvelle philosophie et ses prétentions à servir le roi et l’État sont soumises à un examen scrupuleux et hostile : il paraît bien isolé dans la communauté savante qui s’affirme.

6Si la condition de savant pensionné n’est guère fréquente dans cette première moitié du XVIIe siècle, l’État reste la source de nombreuses faveurs, mais qui prennent souvent un tour modeste. Les charges d’ingénieurs, d’enseignants ou d’artisans spécialisés – que Buot et Delamain ont toutes occupées – ont contribué à de nombreuses trajectoires. L’État octroie également une autre forme de protection, le privilège d’invention. Si le marché reste un arbitre du succès des entreprises qui sont fondées sur ces privilèges, leurs promoteurs doivent en amont obtenir les faveurs des preneurs de décision. Les patrons des hommes à projet sont le plus souvent des intermédiaires administratifs (secrétaires d’État, maîtres des requêtes) et leur protection peut revêtir une apparence peu spectaculaire : un placet introduit auprès du roi, une procédure court-circuitée ou accélérée, des lettres patentes délivrées gratis. Les aristocrates peuvent investir leurs deniers mais leur principal concours est donc d’ordre institutionnel.

7Au terme de ce parcours, c’est la figure du patron qui peut être reconsidérée. L’aristocrate accueillant les savants dans son logis, protégeant leur conversation et les gratifiant de pensions est sans doute davantage un topos des épîtres dédicatoires qu’une réalité sociale significative. Le patronage le plus important pour les hommes de science et les techniciens est certainement coutumier : il s’insère dans les interstices de la pratique administrative et s’appuie sur les prérogatives des titulaires des charges publiques. Si la faveur d’un aristocrate est convoitée par tout homme ambitieux, c’est souvent pour sa capacité à orienter les libéralités du prince et du gouvernement. L’appareil monarchique est donc un acteur inévitable des processus de patronage, dont le poids, en France comme en Angleterre, semble aller croissant.

  • 15 Jouhaud Christian, Les pouvoirs de la littérature : histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000
  • 16 Bourdieu Pierre, « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 2, no(...)

8Les savants, déçus du patronage aristocratique, pensent dès lors trouver les conditions de l’autonomie de leurs pratiques dans une dépendance accrue à l’égard de l’État. En France, c’est l’enjeu de la création de l’Académie des sciences. En cela, la science est dans une situation comparable à celle des belles-lettres au moment de la création de l’Académie française, celle d’un assujettissement aux intérêts de l’État qui rend possible la professionnalisation et l’autonomisation. Christian Jouhaud voit dans ce double mouvement un paradoxe de la littérature15. Si paradoxe il y a, il n’est qu’apparent. En faisant institution, les savants imposent leur propre étiquette et forgent leurs propres hiérarchies, s’émancipant ainsi du plaisir des grands. L’Angleterre semble avancer du même pas que la France sur la voie de cette institutionnalisation. Si les membres de la Société royale sont moins liés à l’État que leurs homologues français, dans les faits, ils partagent certains objectifs : servir le royaume et ses sujets. Mais ce premier âge de l’« autonomisation du champ scientifique », pour reprendre une formule de Bourdieu, ne peut advenir qu’à la condition que les preneurs de décision, les administrateurs et l’ensemble de l’appareil d’État se montrent prêts à reconnaître une valeur à ce que produisent savants et techniciens. Il faut pour cela qu’une culture scientifique s’impose dans les couloirs des palais royaux16. En cela, la description baconienne de la Maison de Salomon, véritable utopie performative, capture l’esprit du temps autant qu’elle contribue à le réaliser.

Notes

1 Aubrey John, Brief Lives, éd. Oliver L. Dick, op. cit., p. 386.

2 TNA, SP16/154/61 ; TNA, SP16/205/90.

3 Il s’agit de l’édition γ + dans Bryden D. J., A patchery, art. cité, p. 160-164.

4 Hill Katherine, Negotiating, art. cité.

5 Huntington Library, Ellesmere manuscripts 6521, fol. 95 r°.

6 Buot Jacques, Usage, op. cit., p. 14-15.

7 AN, X1A 8656 fol. 403 v°, 4 février 1647, enregistré le 16 avril 1647.

8 Si sa participation n’est pas à notre connaissance explicitement mentionnée dans les sources du temps, il est probable que Buot ait assisté aux séances, puisqu’il avait été hébergé par Montmor, fréquente Petit (ils observent l’éclipse solaire de 1652 ensemble) et voit Huygens lors de son séjour parisien de 1661 (Brugmans Henri, Le séjour, op. cit., p. 146 et 161), les deux derniers étant également des participants de l’académie.

9 C’est là une prétention fréquente pour les règles à calculs. Voir Turner Anthony John, Utile pour les calculs, art. cité, p. 258.

10 Buot Jacques, Usage, op. cit., p. 27.

11 Ibid., p. 24-25.

12 Voir les conseils de Petit à Buot dans Ibid., p. 28.

13 Traduit d’après TNA, SP16/205/90, lettre de Delamain à Dorchester, 1631, non datée.

14 Il s’agit là d’un point de discorde avec William Oughtred. Voir Hill Katherine, Negotiating, art. cité, p. 259.

15 Jouhaud Christian, Les pouvoirs de la littérature : histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000.

16 Bourdieu Pierre, « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 2, no 2-3 (1976), p. 88-104.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540