Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Maison de Salomon

 | 
Aurélien Ruellet

Troisième partie. Le patronage et l'entreprise technique

Conclusion : l’entreprise et la faveur

Texte intégral

  • 1 Belfanti Carlo Marco, « Between Mercantilism and Market : Privileges for Invention in Early Modern (...)

1Le privilège n’est pas tant l’outil d’une politique économique qu’une ressource juridique à disposition des entrepreneurs. Si les privilèges ont effectivement été largement utilisés, en France comme en Angleterre, pour introduire des industries étrangères dans une optique mercantiliste, cela ne couvre pas, loin s’en faut, les usages variés qui en ont été faits. Le privilège peut être utilisé par les entrepreneurs pour obtenir un monopole sur un secteur économique jugé profitable : le cas de l’eau-de-vie en constitue un exemple. En cela, les privilèges d’invention se situent bien « entre le mercantilisme et le marché » pour reprendre une formulation de Marco Belfanti1. L’État est peu malthusien dans l’octroi des privilèges. Cela est vrai de la France, mais plus encore de l’Angleterre, où en dépit du statut des monopoles, de nombreuses entreprises réussissent à se tailler des dominations sans partage sur des secteurs économiques conséquents. Dans les deux cas, si des procédures d’examen existent bel et bien, elles paraissent relativement peu discriminantes. Les critères gouvernant la prise de décision ne semblent pas tant d’ordre technique qu’institutionnel et juridique. Les monarchies anglaise et française ne sont souvent pas en mesure de juger de la solidité et de la fiabilité d’une proposition d’invention. Les placets, écritures essentiellement administratives, ne le permettent pas. L’État, s’il peut à l’occasion faire appel à des experts spécialisés, ne dispose en rien d’un personnel à même de soumettre les requêtes à un examen approfondi et régulier. Faute d’une expertise technique poussée, et malgré les tentatives pour implémenter une routine bureaucratique dans le traitement des affaires, c’est une tout autre logique qui s’impose, celle de la faveur. Le privilège, dans les mains des officiers de la Couronne et des conseils royaux, plus qu’un instrument de politique économique, est donc d’abord, dans le cadre d’une « monarchie de service » une façon de répondre à certaines sollicitations particulières.

  • 2 Levy-Peck Linda, Court, op. cit. spécialement l’introduction. En Angleterre, le stéréotype négatif (...)

2Le circuit plastique et labyrinthique qui mène à la faveur royale paraît en effet dissoudre l’idée d’une jussio monolithique. Le roi ne prend pas seul la décision de protéger une entreprise. Son « plaisir » était préparé et formé par ses officiers (maîtres des requêtes, secrétaires d’État en France), par son entourage et par la cour. Les instances de conseil (Conseil privé en Angleterre, Conseil du roi en France, commissions spécialisées) jouent un rôle important, mais qui peut être parasité par le clientélisme. La multitude des individus qui ont part à la décision de façon plus ou moins formelle ne peuvent en effet pas s’abstraire complètement des rapports de patronage qui irriguent l’ensemble de la société et de l’administration monarchique. Le respect apparent des procédures instituées – la réception et le traitement des requêtes par qui de droit – est concurrencé par une géographie informelle et mouvante du pouvoir. Ainsi, le procureur général Noy peut bien tenter de faire obstacle aux monopoles au début des années 1630, son action réformatrice est au même moment contournée et défiée par la filière écossaise et la Chambre à coucher qui font avancer plusieurs projets de privilèges. L’apparente « bureaucratisation » qui affecte l’appareil monarchique reste donc superficielle. Quand bien même la routine administrative paraît respectée, l’échange de services au fondement des relations de patronage s’insinue partout. Le fonctionnement même du service royal – la patrimonialisation et la vénalité des charges officielles – induit l’interpénétration constante des missions publiques et de l’intérêt privé. Cette corruption, bien que structurelle et culturelle, suscitait néanmoins une méfiance croissante au cours du XVIIe siècle2.

  • 3 Kahn Didier, Alchimie et paracelsisme en France à la fin de la Renaissance : 1567-1625, thèse de l (...)
  • 4 Birch Thomas (éd.), The History, op. cit. ; BL, Sloane ms. 3959, fol. 17
  • 5 Aspect suggéré dans Pumfrey Stephen et Dawbarn Frances, « Science and Patronage… », art. cité ; Tu (...)
  • 6 Lundwall Éric, Les carrosses à cinq sols. Pascal entrepreneur, Paris, Science Infuse, 2000.
  • 7 Stewart Larry, The Rise of Public Science. Rhetoric, Technology, and Natural Philosophy in Newtoni (...)

3Qu’avaient à voir ces entreprises avec la Maison de Salomon ? Rien n’indique vraiment qu’une philosophie baconienne, même « spontanée », ait informé les initiatives que nous avons décrites. En revanche, que Beringhen et Ramsey soient deux alchimistes opératifs ne relève pas du hasard. Certains réseaux d’entrepreneurs privilégiés recouvrent en partie les réseaux curiaux paracelsiens et alchimiques que Didier Kahn a minutieusement reconstruits3. Si baconianisme il y a, force est donc de constater qu’il voisine avec un autre courant de l’évolution des sciences, celui des savoirs tacites, des cultures artisanales et des pratiques ésotériques. Les entreprises techniques qui ont été fondées autour des privilèges entretiennent néanmoins des liens qui ne sont pas fortuits avec la révolution scientifique. En Angleterre, certains patentees comme Thomas Henshaw, James Hayes ou Samuel Morland participent aux travaux de la Société royale. D’autres sont les pères de membres ou correspondants (Brouncker, Vernatt)4. En France, le lien est moins fort : seuls Buot ou Huygens reçoivent des privilèges d’invention avant de prendre part aux séances de l’Académie royale des sciences. Il pourrait être tentant d’y voir une manifestation empirique de deux cultures scientifiques et techniques divergentes : la science anglaise serait plus utilitaire, la science française plus théorique5. Peut-être vraie dans ses grandes lignes, une telle interprétation est démentie par certains exemples : la machine à calculer de Pascal, par exemple, est bien une invention pratique et son auteur s’est aussi essayé dans les années 1660 aux entreprises de transport privilégiées6. Sans doute est-ce au plan de la publicité donnée à ce phénomène que les deux terrains d’enquête diffèrent franchement. En ce milieu du XVIIe siècle, la dimension commerciale des savoirs scientifiques et techniques apparaît bien souterraine en France, alors qu’en Angleterre s’affirme au même moment une « science publique » volontiers affairiste7.

Notes

1 Belfanti Carlo Marco, « Between Mercantilism and Market : Privileges for Invention in Early Modern Europe », Journal of Institutional Economics, vol. 2, no 3 (2006), p. 319-338.

2 Levy-Peck Linda, Court, op. cit. spécialement l’introduction. En Angleterre, le stéréotype négatif du projector y est en effet tôt constitué et incarne un contre-modèle dont les entrepreneurs – les projectors réels – doivent tenter de se dissocier selon un jeu complexe de représentations. Voir sur cette question Yamamoto Koji, Distrust, op. cit. En France, cette tension s’est cristallisée sur la figure des traitants ou partisans. Voir Dessert Daniel, Argent, pouvoir et société au grand siècle, Paris, Fayard, 1984, spécialement chapitre v et Dessert Daniel, « Le laquais-financier au Grand Siècle : mythe ou réalité ? », Dix-septième siècle, no 122 (1979), p. 21-36.

3 Kahn Didier, Alchimie et paracelsisme en France à la fin de la Renaissance : 1567-1625, thèse de littérature française de l’université Paris 4, Lille, ANRT, 1998.

4 Birch Thomas (éd.), The History, op. cit. ; BL, Sloane ms. 3959, fol. 17

5 Aspect suggéré dans Pumfrey Stephen et Dawbarn Frances, « Science and Patronage… », art. cité ; Turner Anthony John, Utile pour les calculs, art. cité.

6 Lundwall Éric, Les carrosses à cinq sols. Pascal entrepreneur, Paris, Science Infuse, 2000.

7 Stewart Larry, The Rise of Public Science. Rhetoric, Technology, and Natural Philosophy in Newtonian Britain, 1660-1750, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, spécialement chapitre viii « The Culture of Enterprise before 1750 », p. 257-283.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540