Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Maison de Salomon

 | 
Aurélien Ruellet

Troisième partie. Le patronage et l'entreprise technique

Chapitre VI. Du privilège à l’entreprise, la dynamique des associations

Texte intégral

1Le 15 juillet 1635, le médecin du roi Théodore de Mayerne écrit à la reine d’Angleterre Henriette-Marie. La missive, en français, sollicite les faveurs de la reine, pour une affaire de privilège à laquelle le médecin huguenot est intéressé. Ce dernier, suivant un « avis » qui lui a été donné, souhaite réformer et réglementer à son profit l’art de distiller, en partenariat avec un autre médecin du roi, Cademan. Mais les entrepreneurs se heurtent aux manœuvres d’un groupe rival, mené par David Ramsey, horloger du roi associé à un distillateur « soy disant médecin », Harris :

  • 1 BL, Add. ms. 20921, fol.  44.

« tous ensemble sommes concurrans en requeste pour ce mesme suiet : & la question est qui emportera l’octroy dudit advis a la poursuitte duquel lesd. Ramsay & Harris sont soustenus sous main par des autres qui pretendent avoir meilleure part au gasteau […]. Il pleust au Roy lundy dernier en partant de Londres de me promettre que si led. advis n’a desia esté donné par sa Majesté je l’auray. Je puis asseurer Vostre Majesté que de cette affaire nul octroy n’a encores esté faict ains seulement des responces, qu’on appelle references. […] Conclusion le Roy n’est nullement engagé & la disposition de l’octroy luy est libre pour ceux sur lesquels la bonté de sa Majesté l’inclinera de ietter l’œil1 ».

  • 2 Trevor-Roper Hugh, Europe’s physician : the Various Lives of Sir Theodore de Mayerne, New Haven, Ya (...)
  • 3 Bayard Françoise, Le monde des financiers au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1988.

2Cette lettre nous plonge dans l’atmosphère volontiers affairiste qui baigne la cour caroline. Elle permet de comprendre la logique de la faveur qui préside à la constitution des entreprises techniques. En France comme en Angleterre, la distillation des eaux-de-vie est un secteur économique peu ou mal réglementé, qui a déjà connu à la fin du XVIe siècle l’irruption de monopolistes bien en cour2. Mayerne n’est pas l’initiateur du projet, lequel lui a été adressé par un donneur d’avis peut-être assez semblable à ceux qui inondent en France le Conseil du roi de projets fiscaux3. Le récit est révélateur des raccourcis et des courts-circuits qui peuvent à tout moment perturber le traitement administratif routinier des affaires. Mayerne est l’un des premiers médecins du roi Jacques Ier, puis de son fils Charles Ier. Même si le médecin se plaint régulièrement de l’insuffisance de ses émoluments, ses fonctions lui procurent une proximité précieuse avec le souverain. Mais l’horloger et page de la Chambre à coucher David Ramsey, impliqué dans de nombreux projets, est également en lice. Mayerne et Cademan, Ramsey et Harris, on le devine aisément, ne sont à la cour que les têtes de pont de sociétés plus larges « qui prétendent avoir meilleure part au gasteau » de la faveur royale. La rivalité entre courtisans pour l’accès aux grâces se double ici d’une concurrence entre entrepreneurs pour la maîtrise d’un marché.

3C’est donc bien l’accès à la faveur royale, au-delà du circuit théorique d’examen et d’attribution des privilèges, qui détermine la formation des associations et des entreprises. L’inégal accès aux leviers du patronage princier explique ainsi la sociologie des détenteurs de privilèges mais aussi la structure de nombre de sociétés. Pierre de Beringhen en France et David Ramsey en Angleterre offrent deux exemples d’entrepreneurs bien en cour, plus particulièrement étudiés à la fin de ce chapitre.

L’accès à la faveur royale : l’entrepreneur et la cour

4Puisque la décision repose in fine davantage sur la faveur royale que sur un examen scrupuleux des prétentions du suppliant, il n’est pas étonnant de voir parmi les récipiendaires de privilèges nombre de courtisans ou de commensaux.

En Angleterre : l’entreprise et l’entourage

  • 4 Price William Hyde, Patents, op. cit., p. 31-33 ; MacLeod Christine, Inventing, op. cit., p. 15, Th (...)
  • 5 Asch Ronald G., The Revival, contr. cit.

5Cet aspect du fonctionnement de la monarchie anglaise est bien connu. Il a attiré les regards des satiristes et des auteurs des pièces de théâtre, donnant lieu au stéréotype du projector, et a finalement conduit à une tentative législative pour circonscrire les abus, le statut des monopoles. La corruption des régimes jacobéen et carolin sert même de matrice narrative pour expliquer les dynamiques politiques des premiers Stuart. La personne de George Villiers, duc de Buckingham, favori de Jacques Ier puis de son fils Charles Ier, joue bien sûr le rôle central dans ce drame qui mène à la décapitation du monarque britannique. Aussi son implication dans les mécanismes de corruption économique de la cour anglaise a-t-elle été bien étudiée. Ce sont les lettres patentes de monopole aux mains de clients de Buckingham qui ont amené le Parlement à légiférer : sont notamment en cause le monopole sur les fils d’or et d’argent et celui sur les tavernes et les auberges. L’historiographie a bien mis en évidence le fait que l’octroi de monopoles a été l’instrument d’une monarchie impécunieuse pour récompenser des courtisans et s’assurer de leur loyauté. Joan Thirsk, Christine MacLeod ou Linda Levy-Peck ont ainsi établi, à la suite du travail pionnier de William Hyde Price, le fonctionnement essentiellement clientéliste des pratiques gouvernementales en matière économique4. Ronald Asch s’est quant à lui livré à une analyse précise et circonstanciée du renouveau des monopoles sous le règne personnel de Charles Ier, reconstituant quelques-uns des réseaux clientélistes qui ont continué de déterminer le cours de la libéralité du souverain après le statut des monopoles5. Dans le sillage de son travail, nous aimerions compléter ici le tableau sociologique des patentees.

  • 6 Cuddy Neil, « The Revival of the Entourage : the Bedchamber of James I, 1603-1625 », Starkey David (...)
  • 7 Ibid., p. 188.
  • 8 Ibid., p. 187.

6Comprendre ces logiques clientélistes à l’œuvre dans la sphère économique impose d’abord de restituer les dynamiques de cour autour de Charles Ier. Neil Cuddy a montré que le règne de Jacques Ier avait été marqué par un « retour de l’entourage » du monarque dans la gestion des affaires. Le premier Stuart, en montant sur le trône d’Angleterre, a aussi importé et imposé à la cour ses serviteurs et protégés écossais. Si les grands offices du royaume sont octroyés à des Anglais, Jacques Ier s’entoure en revanche de nombreux Écossais pour les postes de la Maison royale, prestigieux mais a priori dépourvus de prérogatives politiques. Celle-ci, sans être bouleversée, est réorganisée. En 1603 est créé en son sein un nouveau département, la Chambre à coucher (Bedchamber), qui prive peu à peu de son lustre l’existante Chambre privée (Privy Chamber). La première se charge du service intime et informel du souverain, tandis que la seconde se voit confinée à des missions politiquement peu décisives, comme les audiences avec les secrétaires d’État et les maîtres des requêtes, ou les dîners officiels6. Les serviteurs de la Chambre à coucher approchent quant à eux le souverain dans son intimité. Le porte-coton (groom of the stool) l’assiste lors de ses besoins naturels, le valet (groom) fait son lit et garde ses vêtements, les gentilshommes l’aident à s’habiller, les pages font le feu ou parfument les pièces. Aucun ne dispose officiellement de prérogatives politiques ou administratives telles que celle de procurer la signature royale pour les projets de lettres patentes7. Mais la proximité quotidienne avec le souverain leur confère de fait une importante influence : en 1624, note Neil Cuddy, le département de la Chambre à coucher procure la moitié des signatures royales requises pour établir des projets de concessions royales (King’s bills)8.

  • 9 Asch Ronald, The Revival, contr. cit., p. 376.
  • 10 Sharpe Kevin, The Personal Rule of Charles I, New Haven, Yale University Press, 1992, p. 249.

7Sous Charles Ier, le déclin de la Chambre privée se poursuit tandis que la physionomie de la cour évolue. Le caractère informel et volontiers familier de la vie curiale jacobéenne s’étiole à mesure que l’étiquette est renforcée. Le second Stuart, inspiré par le modèle espagnol, souhaite être moins visible et moins accessible à ses sujets et à leurs demandes. L’accès aux appartements royaux est restreint. Mais les favoris les mieux en cour conservent leur capacité d’influence : jusqu’à sa mort en 1628, Buckingham procure ainsi de très nombreuses signatures du souverain pour les King’s bills9. C’est également le cas du favori Endymion Porter, dont la seule fonction officielle est pourtant celle de gentilhomme de la Chambre à coucher10.

  • 11 Asch Ronald G., The Revival, contr. cit., p. 376.
  • 12 Ibid., p. 377-378.
  • 13 Traduit d’après ibid., p. 389-390.
  • 14 Ibid., p. 367-369.

8Après 1630, l’influence directe de l’entourage, appréciable notamment par le registre des résumés (docquet book), paraît toutefois s’effondrer : ce sont les secrétaires d’État qui procurent 70 % des signatures royales11. Derrière l’apparente routine bureaucratique, les jeux de la clientèle continuent pourtant d’opérer. Des gentilshommes de la Chambre à coucher, comme le marquis de Hamilton, le comte de Holland ou le comte d’Ancram reçoivent d’importants privilèges économiques. Hors de la Chambre à coucher, des Écossais comme le comte de Stirling bénéficient également de la faveur royale12. La mort de Buckingham ne signe donc pas la fin des monopoles économiques mais ouvre une période où l’accès aux libéralités du souverain est plus complexe. Ronald Asch note ainsi que le « renouveau des monopoles prit place à un moment où aucun individu ou groupe à la cour n’était capable de contrôler la distribution du patronage. […] Pendant la domination de Buckingham, une requête qui n’avait pas l’appui du duc n’avait aucune chance réelle de succès ; dans les années 1630 cependant, il y avait de nombreuses voies différentes pour assurer la signature royale pour une concession13 ». Les entrepreneurs qui cherchent à contrôler un secteur économique par l’établissement d’un monopole doivent aussi compter avec la législation de 1624 et la forte prévention qu’entretiennent à l’égard de cette situation économique le Parlement, et au début des années 1630, le procureur général Noy. La solution adoptée est souvent celle de la création d’une corporation recevant des prérogatives pour contrôler un marché. Les savonniers, les fabricants de pipe à tabac, les gantiers et les briquetiers sont ainsi incorporés au cours des années 1630, et les maîtres des corporations nouvellement créées se voient conférer un monopole de fait sur la production14. Ce cadre interprétatif parvient bien à rendre compte des privilèges d’invention octroyés à la fin du règne de Jacques Ier et pendant le règne de Charles Ier.

  • 15 TNA, C66/2678/15 et Woodcroft no 88 (TNA, C66/2694/5).
  • 16 Pelling Margaret et White Frances, « Duncombe, Sir Saunder », Physicians and Irregular Medical Prac (...)
  • 17 Respectivement Woodcroft no 76 (TNA, C66/2678/9) ; C66/2650/2 ; C66/2799/15.
  • 18 TNA, C66/2619/3 ; Woodcroft no 77 (C66/2678/10).
  • 19 TNA, PROB 11/171, fol.  59 v°, testament de Charles Mowatt prouvé le dernier mai 1636.
  • 20 Sur Robert Kerr, comte d’Ancram : Stevenson David, « Ker, Robert, first earl of Ancram (1578-1654)  (...)
  • 21 Servant de courrier à son maître, Mowett a pu approcher de nombreux aristocrates écossais : Hope Th (...)
  • 22 TNA, PROB 11/319, fol.  82, testament d’Edward Keeling, prouvé le 13 janvier 1665 ; TNA, PROB 11/31 (...)
  • 23 TNA, SO3/10, février 1634 [1633].
  • 24 L’identification n’est toutefois pas certaine et il peut s’agir d’un homonyme. Sur ce personnage, v (...)
  • 25 Mowet Charles [ ?], A Direction to the Husbandman, Londres, Augustine Mathewes, 1634 (STC no 6902). (...)

9La filière écossaise et les membres de la Chambre à coucher figurent en bonne place. Il y a d’abord l’omniprésent David Ramsey, horloger écossais de Charles Ier et page de sa Chambre à coucher, qui reçoit plusieurs privilèges et sur lequel nous reviendrons plus en détail. Le page de la Chambre à coucher James Rosse, dont le nom indique une très probable ascendance écossaise, reçoit également deux lettres patentes pour des peintures au plomb en 1634 et 163515. Autre favori d’origine écossaise, Saunders Duncombe, fait chevalier par Jacques Ier en 1616, obtient plusieurs privilèges pour des affaires assez disparates. Bien que non licencié, Charles Ier l’autorise à exercer la médecine16. Dans les années 1630, les sources le montrent aussi intéressé à un nouveau type de pompe à eau, une entreprise de chaises à porteurs couvertes ou encore l’organisation de combat de bêtes sauvages « pour le divertissement des ambassadeurs et autres nobles17 ». Enfin, Charles Mowett (ou Mowat) est un autre de ces entrepreneurs écossais. Il prend part, en association, à deux privilèges octroyés en 1634 : l’un porte sur une méthode de fertilisation des sols, l’autre sur une technique d’imperméabilisation de la laine18. Son testament évoque ses investissements et ses « travaux concernant le tissu et le maïs selon les privilèges (patents) qui [lui] ont été délivrés à ce sujet19 ». Il est aussi en affaire avec Robert Kerr, comte d’Ancram, et Alexander Erskine, tous deux de la haute noblesse écossaise20. Mowett est par ailleurs dans les années 1630 le serviteur du comte de Buchan, James Erskine. Ce dernier est l’un des maîtres de la Chambre à coucher (Lord of the Bedchamber) sous Charles Ier et dispose d’un accès aisé à la faveur royale21. Aussi Mowett a-t-il ses entrées à la cour et au sein de la haute noblesse écossaise qui y monopolise les places les plus prisées. Pour autant, il n’y a pas d’exclusive écossaise dans les affaires menées par Mowett. Son oncle John Wallace (ou Wallis) et son frère John sont certes ses partenaires dans l’affaire de laines imperméables, mais le privilège pour la fertilisation des sols le met au contact d’un autre réseau. Ses associés sont Edward Keeling, un freeholder du Kent et Nathaniel Waterhouse, un gentilhomme du Middlesex. Le premier est par ailleurs le beau-père et l’exécuteur testamentaire du second22 : la proximité géographique et familiale entre les deux hommes et le statut de freeholder de l’un d’eux suggèrent qu’ils sont les vrais concepteurs de « l’invention ». Mowett se contente probablement de la faire protéger, en assurant la direction de l’entreprise (ce qui expliquerait qu’il soit évoqué en premier dans la lettre patente) : le registre des résumés (docquet book) n’évoque d’ailleurs ni Keeling ni Waterhouse23. Au-delà d’un cercle purement écossais, Mowett semble donc entretenir des liens avec d’autres projectors et inventeurs (ill. 2). Son testament mentionne parmi ses créditeurs l’inventeur Edmund Felton, frère de l’assassin du duc de Buckingham24. L’opuscule A Direction to the Husbandman, attribué par l’English Short Title Catalogue à Mowett, et qui n’est autre chose que la publication du premier privilège de 1634 assorti d’un discours explicatif, s’ouvre par une dédicace au projector Benedict Webb à qui la paternité de l’invention est in fine attribuée25. Mowett y atteste de son amitié avec l’entrepreneur.

Ill. 2. – Un réseau d’entrepreneurs dans les archives anglaises : mentions d’individus dans des lettres patentes (C66), des testaments (PROB) et un imprimé (A Direction to the Husbandman).

  • 26 TNA, SO3/10, février 1634 [1633].
  • 27 Ashton Robert, The City and the Court, 1603-1643, Cambridge, Cambridge University Press, 1979, p. 1 (...)

10Charles Mowett n’est pas un favori du roi. N’occupant pas d’office dans la Maison du roi, il profite toutefois de la proximité avec quelques courtisans de premier plan, comme le comte d’Ancram ou le comte de Buchan qu’il a servi. C’est cette inscription dans les réseaux écossais qui permet certainement à Mowett de faire avancer ses projets. La signature royale pour le projet de privilège portant sur le procédé de fertilisation est ainsi procurée par le comte d’Ancram26. Ce dernier, signalé comme partenaire de Mowett dans son testament, a peut-être un intérêt double dans l’affaire : il est en effet impliqué dans le monopole de l’amidon et peut chercher une convergence entre ses différents terrains d’opération27.

  • 28 Woodcroft no 54 et 90 ; McIntyre G. S., « Brouncker, William, second Viscount Brouncker of Lyons (1 (...)
  • 29 Woodcroft no 4, 40, 65.
  • 30 Pour Lanier, voir Woodcroft no 70 (TNA, C66/2644/20).

11La Chambre privée, dont on a dit qu’elle est marginalisée, n’est toutefois pas absente. Le chevalier William Brouncker, père du mathématicien membre de la Royal Society, reçoit par exemple deux privilèges, l’un pour la fabrication d’eau-de-vie, l’autre pour des commodités de nouvelle invention28. L’Allemand John Caspar Wolfen, également de la Chambre privée, est impliqué dans trois affaires29. Theodore de Mayerne, médecin du roi, ou Jérôme Lanier, musicien du roi, sont d’autres hommes à talent bénéficiant de la faveur du monarque et ayant obtenu des lettres patentes30. Les privilèges économiques reflètent donc la lutte qui anime la cour pour l’obtention des grâces du souverain. Dans cette concurrence entre factions, les favoris écossais et la Chambre à coucher occupent une place prééminente.

En France : commensaux et officiers des Maisons de la famille royale

12La même logique s’observe peu ou prou en France. Les associations constituées pour l’exploitation commerciale d’un procédé technique prétendument nouveau y reflètent les mécanismes de prise de décision et la capacité à mobiliser des alliés à la cour.

  • 31 AN, MC/ÉT/XXXIV/52, 15 mars 1631.
  • 32 AN, MC/ÉT/LXXIII/376, acte du 21 septembre 1644.
  • 33 AN, MC/ÉT/XXIX/171, 26 mars 1620, traité d’association entre Jean Raboyet et Anselme Bourberin.

13Ces soutiens ne transparaissent pas nécessairement à la lecture des privilèges. Contrairement à l’Angleterre, les courtisans, et plus généralement les nobles, ne s’affichent pas volontiers comme partenaires d’un procédé industriel ou d’une invention. Certains de ces liens peuvent toutefois être restitués grâce aux actes notariés, dans lesquels apparaissent de nombreux commensaux des grands du royaume. Parmi les maisons aristocratiques fournissant des investisseurs et des soutiens institutionnels, celle de Gaston d’Orléans occupe une place particulière. Les serviteurs de Monsieur se distinguent dans plusieurs affaires. En 1631, un officier de sa maison, Jean Perrin, « écuyer de Grisy, gentilhomme ordinaire de monseigneur frère unique du roi » reçoit ainsi par contrat notarié la promesse de 16 000 livres à venir des profits d’une machine de l’invention de Jean Erulin31. Si le contrat notarié ne le dit pas explicitement, il a sans doute directement concouru à l’obtention du privilège et se trouve remboursé de ses bons offices. En 1644, Antoine Faucher, inventeur d’une machine à remonter les bateaux, n’adresse pas sa requête à un secrétaire d’État. Sa requête est directement présentée à la reine-régente « par le crédit et faveur de M. Gilles de Carvoisin chevalier seigneur d’Achy gentilhomme ordinaire de la chambre de Son Altesse Royale Monseigneur le duc d’Orleans32 ». Gilles de Carvoisin reçoit en échange le quart des profits à venir de l’entreprise. Jean Raboyet, horloger de Gaston, travaille aussi à un mécanisme de mouvement perpétuel et passe traité avec un autre horloger parisien33.

  • 34 AN, MC/ÉT/CV/330, 27 janvier 1618, accord entre Jacques-Antoine Verde et Henri de Lorraine.

14Au-delà du cas de Gaston d’Orléans, tous les aristocrates susceptibles d’introduire une demande auprès du souverain ou d’accéder au Conseil du roi apparaissent comme des protecteurs de choix. Jacques-Antoine Verde, ingénieur italien originaire de Ligurie et inventeur d’une machine à remonter les bateaux, cherche ainsi un appui à la cour après son arrivée à Paris vers 1613. Pour ce faire, il approche Henri de Lorraine, duc de Mayenne, grand chambellan de la Couronne et passe contrat avec lui. L’office de grand chambellan, s’il a perdu de son prestige politique, offre néanmoins un accès aisé au monarque et reste donc stratégique pour qui convoite la faveur royale. De plus, pair de France, le duc de Lorraine siège de droit dans les différents Conseils du roi. Il s’agit donc d’un intermédiaire de choix pour Verde. En 1618, le contrat notarié entre Verde et le grand chambellan précise que l’ingénieur italien « s’est adressé vers Monseigneur le duc de Mayenne […] et [a] icelluy requis et supployé de voulloir obtenir du roy le privillege34 ». Mayenne est payé de son intervention par une redevance annuelle théorique de 50 000 livres pour les soixante années portées par le privilège.

  • 35 AN, MC/ÉT/XCI/314, accord du 26 décembre 1657.
  • 36 AN, E 1708 fol.  358, arrêt du Conseil du roi, 24 octobre 1658.
  • 37 AN, Y 164, fol.  167 v°.
  • 38 AN, Y 164, fol.  391 v° et AN, MC/ÉT/XXIX/168, fol.  232, acte du 24 octobre 1624. Sur David Laigne (...)

15La nécessité d’approcher le roi pour obtenir les précieuses lettres patentes semble susciter l’émergence de courtiers ou d’intermédiaires se payant en parts de privilège pour l’obtention d’une protection. Même si les sources sont trop lacunaires pour être ici trop catégorique, nous pouvons évoquer quelques exemples. En 1657, le prêtre Jean Coppin, auteur d’une invention pour empêcher les cheminées de fumer, passe ainsi contrat avec Jean Merchan, bourgeois de Paris et juré du roi en maçonnerie, qui d’après les termes de l’accord, « sera tenu faire son possible et le plus diligemment que faire se pourra pour obtenir de sa majesté le privillege de faire l’exercice dudit secret par tout en Royaume de France terres et pais de l’obeissance de sa majesté soubz le nom dudit Merchan »35. Ce dernier reçoit en échange de l’obtention du privilège et de son enregistrement au parlement de Paris trois quarts des profits à venir de l’entreprise. Le privilège est effectivement obtenu en janvier 1658, mais une dispute sur la propriété du privilège s’ensuit36. Le médecin du roi et alchimiste David Laigneau protège aussi de son influence plusieurs inventeurs. Jean Brunel lui cède, par contrat notarié insinué au Châtelet de Paris, 1/100e de son privilège pour un moulin « en recognoissance de l’antienne amytié et bons offices qu’il a reçuz37 ». François de la Garde cède lui aussi en octobre 1624 « deux cens privilleges de l’invention dudit sieur de la Garde » au médecin huguenot « en recongnoissance des bons offices et employés advis et conseilz qu’il a receus38 ».

  • 39 AN, X1A 8649 fol.  124 pour l’arrêt d’enregistrement au parlement de Paris daté du 6 octobre 1618. (...)
  • 40 AN, MC/ÉT/XI/99, fol.  266, acte du 26 avril 1617.
  • 41 Voir Doorman G., Patents, op. cit., p. 115 (G 160, 15 août 1617). Brunel demande une durée de 20 an (...)
  • 42 Moreri Louis, Le grand dictionnaire historique, t. L, Paris, Jean-Baptiste Coignard, 1707, p. 638-6 (...)
  • 43 Bibliothèque municipale de Toulouse, ms. 506, fol.  189 r°.

16Pour les suppliants provinciaux, il est évidemment important de disposer de relais à la cour pour introduire la requête et s’assurer d’un traitement convenable de l’affaire par les officiers de la Couronne. Certains inventeurs, à l’instar de Jean Brunel que nous venons d’évoquer, ont ainsi recours à plusieurs procureurs pour gérer leurs intérêts. Bourgeois de la ville d’Anduze, très probablement huguenot, il reçoit en 1618 un privilège pour une nouvelle invention de moulin « servant à moudre bled battre & aplatir fer & cuivre, fouler draps & toilles, sier bois, faire huilles, papier, battres poudre a canon, escorces d’arbres pour taner les cuirs, ellever les eaux des rivieres & autres pour tirer le fin, comme aussi pour les lapidaires39 ». Le 26 avril 1617, il nomme procureur le premier valet du roi Pierre de Beringhen, favori huguenot du roi sur lequel nous reviendrons, « pour au nom du constituant communicquer à tous potentatz, republicques, seigneurs et autres personnes particullieres […] au pays de Flandre40 ». Le valet du roi s’acquitte effectivement de sa tâche, car en 1617, le moulin de Brunel reçoit un privilège des États Généraux des Provinces-Unies41. En février 1618, Brunel traite avec Dominique de Bonzi « pour raison de l’usage en pays estrangers » de sa machine. Dominique de Bonzi, d’ascendance florentine, est l’évêque coadjuteur de Béziers, siège épiscopal dont est titulaire son oncle42. Il est également premier aumônier de la reinemère Marie de Médicis. Ses connexions italiennes sont donc nombreuses, et il n’est pas étonnant qu’elles soient mobilisées par Brunel. Le contrat notarié entre les deux parties prévoit que « led. S. Evesque pourra obtenir a ses frais & despens soubz le nom dud. Sr Brunel » des privilèges d’exploitation de la part « du grand duc de Toscane, […], du duc de Mantout, duc de Modane, duc d’Urbin, la seigneurie de Gennes, la seigneurie de Lucques, le Prince de Masse, le royaulme de Naples, duché de Milan, les terres de sa Sainteté ». Brunel doit fournir un modèle de la machine et doit céder un tiers des profits à l’évêque, lequel obtient le droit d’affermer l’exploitation de la machine dans les juridictions où le privilège a été obtenu. Une entreprise est bel et bien établie : « sera tenu led. Sr evesque faire envoyer un estat au Sr Brunel de trois en trois mois de tout ce qu’il aura fait géré ou négotié au fait que dessus, et ce en ceste ville de Paris et au Bureau général que ledit Sr Brunel y establira pour la direction generalle de son affaire43 ».

  • 44 AN, MC/ÉT/CV/347, acte du 9 août 1622.
  • 45 AN, MC/ÉT/XXIX/168, fol.  232, acte du 24 octobre 1624.
  • 46 Sur l’enclos du Temple, voir Curzon Henri de, La maison du Temple de Paris, histoire et description (...)
  • 47 Ibid., p. 277.
  • 48 Ibid., p. 293.
  • 49 Patin Guy, Lettres choisies de feu M. Guy Patin, Paris, Jean Petit, 1697, p. 2, lettre à Charles Sp (...)

17Ces procureurs se font-ils une spécialité des médiations entre techniciens, inventeurs et institutions de protection ? Il est difficile de l’affirmer au vu des rares sources éclairant ce point, mais certains espaces et individus paraissent faire office d’interface : c’est le cas, à Paris, de l’enclos du Temple et d’un certain François de la Garde. Ce dernier, « sieur de Hautecloque et du Dori[cof] » intervient dans deux transactions. En 1622, alors qu’un privilège pour une machine à remonter les bateaux est disputé entre son prétendu inventeur, Jacques-Antoine Verde et l’investisseur, Renée de Lorraine, on le voit intervenir pour le compte de cette dernière. Il semble recruter un ingénieur brabançon, Pierre Meybot, logeant dans l’enclos du Temple. Un acte notarié précise que Meybot est « assisté en la personne et par l’advis de François de la Garde escuyer de Haulteclocque demeurant depuis audit lieu du Temple44 ». François de la Garde apparaît à nouveau en 1624 : il intervient lors de la cession à David Laigneau d’une part de privilège pour un moulin à blé, transaction que nous avons évoquée plus haut. L’acte notarié précise que François de la Garde est présent « se faisant fort pour Philippe Tannay et Pierre de la Garde, escuyer sieur de Chamberlan, absents, demeurant à Paris dedans l’enclos du Temple45 ». Il n’a pas été possible d’identifier avec certitude François de la Garde, ni de confirmer d’éventuels liens de parenté avec Pierre de la Garde au nom duquel il passe contrat. En revanche, plus significatives sont les mentions géographiques de « l’enclos du Temple » dans ces actes notariés. Siège initial parisien de l’Ordre du Temple jusqu’à sa dissolution en 1312, l’ensemble immobilier situé sur la rive droite à proximité de l’actuelle rue du Temple passe ensuite aux mains de l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem46. La maison du Temple constitue alors, et pour plusieurs siècles, le siège du Grand Prieuré de France de l’ordre des Hospitaliers. La vocation religieuse et chevaleresque de l’Ordre s’est amenuisée au fil des siècles et l’enclos du Temple a vu ses missions initiales évoluer. Les membres de l’Ordre y édifient des hôtels particuliers et louent échoppes et ateliers aux artisans. Une partie des terrains de l’enclos, jusque là cultivés, sont lotis au début du XVIIe siècle, nourrissant une véritable spéculation immobilière : le site est attractif puisque proche du quartier aristocratique du Marais et bien approvisionné en eau. L’enclos du Temple présente toutefois d’autres avantages pouvant intéresser les entrepreneurs. En vertu d’un privilège médiéval, l’enclos offre d’abord l’asile juridique à ceux qui se réfugient en ses murs47. Il s’agit également d’une zone franche échappant au contrôle des métiers parisiens. Si ce privilège a souffert de nombreux amoindrissements et vexations au cours du Moyen Âge et de l’époque moderne, il n’en reste pas moins en vigueur au XVIIe siècle. Henri de Curzon rapporte que l’enclos du Temple est toujours prisé des compagnons orfèvres et que « les petits métiers, le petit commerce y fleurissaient à l’aise48 ». Protégé du regard sourcilleux des corporations, à l’abri des créanciers, il n’est pas étonnant que l’enclos du Temple ait pu être le lieu d’élection d’inventeurs ou d’entrepreneurs. D’autres indices épars semblent le confirmer : le médecin Guy Patin évoque dans une lettre de 1645 une « nouvelle machine » se mouvant « sans chevaux, par des ressorts admirables » et « qui se prépare dans le Temple49 ». Quant à François de la Garde, peut-être faut-il le considérer comme un « agent » d’artisan-inventeur, fournissant logement et crédit pour l’obtention d’un privilège.

18Ces exemples ne font que souligner le fait que ce sont bien les logiques du patronage qui mènent à l’octroi du privilège, en France comme en Angleterre. Dans des sociétés structurées par les fidélités verticales, l’attrait spéculatif pour les privilèges favorise l’émergence de figures d’intermédiaires de cour se recrutant parmi les favoris du roi ou des grands. Cependant, les associations constituées en vue d’une entreprise technique n’apparaissent pas toutes marquées par la même emprise du clientélisme, même si celui-ci est in fine incontournable. Certains exemples d’entrepreneurs offrent une image davantage ressemblante à celle de l’innovateur inspiré et tous ne sont pas réductibles à l’image du monopoliste bien en cour.

Structure des entreprises privilégiées

  • 50 Woodcroft no 141 (TNA, C66/3067/20). Sur Willoughby : Lacombe Michael A., « Willoughby, Francis, fi (...)
  • 51 AN, X1A 8652 fol 348 ; U 2094 fol 92 ; V6/103, arrêt du 2 mars 1635 ; U 2098 fol.  352.

19L’entreprise privilégiée apparaît marquée par une grande diversité. Il y a loin des inventions agricoles de l’agronome Gabriel Plattes aux entreprises coloniales de Francis Willoughby, récipiendaire d’un privilège pour des moulins à sucre et gouverneur de la Barbade50. Le premier, auteur de l’utopie puritaine Macaria, est impliqué dans les réflexions d’inspirations baconienne et iréniste du cercle de Hartlib. Le second est au contraire emblématique du type de monopolistes que rejettent précisément les réformateurs hartlibiens. De même, peu de choses rapprochent une manufacture privilégiée destinée à introduire en France des savoir-faire étrangers, comme la fabrique de miroir du vénitien Jean-Antoine d’Anthonneuil, et le privilège pour la « roue de proportion » – instrument de mathématiques mettant en œuvre les logarithmes – de l’armurier Jacques Buot51. Derrière l’unité de la forme juridique – le privilège – se dissimulent donc des entreprises d’ampleurs variées.

Diversité des entreprises privilégiées

  • 52 Woodcroft no 79 (TNA, C66/2699/10) ; Bodl. Bankes ms. 11/7.
  • 53 Villebressieu Étienne de, Estienne de Villebressieu, Ingénieur du Roy, de la Ville de Grenoble, [s. (...)
  • 54 Baillet Adrien, Vie de Descartes, t. I, op. cit., p. 257-259.
  • 55 HP, 67/22/5A-6B, Lettres de John Beale à Samuel Hartlib, novembre 1659.
  • 56 HP, 8/67/2A ; HP, 26/40/1A-2B.
  • 57 AN, X1B 8857, 7 septembre 1652 ; Halleux Robert, Guillerme André et Santangelo Georgia (éd.), Les m (...)
  • 58 Voir l’arrêt du Conseil du roi du 23 janvier 1636 : AN, E 128b, fol.  242.
  • 59 Hoefer Jean-Chrétien Ferdinand (dir.), Nouvelle biographie générale, vol. 30, Paris, Firmin Didot, (...)
  • 60 AN, Y 189, fol.  233, donation passée devant Daubanton, notaire, le 1er juin 1652, et insinuée au C (...)

20Certaines d’entre elles ne sont manifestement portées que par l’impétrant. En Angleterre, William Barton, auteur d’un mécanisme de mouvement perpétuel, semble être un entrepreneur solitaire52. Étienne de Villebressieu, « ingénieur du roi en la ville de Grenoble », paraît également agir pour son propre compte. Cet ami de Descartes explique dans un tract qu’à rechercher de nouvelles inventions, il a « méprisé sa fortune & consumé tout son bien53 ». Il est à la fois un concepteur et un technicien : les principes de son invention de pompe proviendraient de ses entretiens avec Descartes, si l’on en croit Baillet, le biographe de ce dernier54. Les papiers de Hartlib signalent également que l’ingénieur est habile à polir les lentilles et les miroirs55. Il n’est pas seulement animé par la passion de l’innovation. Comme son opuscule en témoigne, il souhaite tirer profit de ses recherches. Villebressieu semble faire usage des réseaux protestants de Hartlib pour obtenir des privilèges dans les cantons suisses56. Il se charge lui-même de la requête en vérification de sa lettre patente auprès du parlement de Paris et sollicite par ailleurs des privilèges dans la principauté de Liège et en Hollande57. D’autres « inventeurs » individuels n’ont pas grand-chose de commun avec l’entrepreneur schumpétérien. Jean Le Maire « sieur de Randé et gentilhomme ordinaire de la chambre du roy » s’apparente davantage au polymathe renaissant qu’à l’industriel façon XVIIIe siècle. Inventeur touche à tout, il semble avoir été un esprit aussi prolifique qu’esseulé. Le 23 janvier 1636, il obtient du Conseil du roi un arrêt l’autorisant à entreprendre un canal pour la communication de l’Atlantique à la Méditerranée par l’Aude et la Garonne, mais ne peut mener à son terme l’entreprise que Pierre-Paul Riquet réalise quelques décennies plus tard58. Comme inventeur, il s’intéresse à la fois aux matériaux de construction, aux machines élévatoires, à la métallurgie, conçoit un nouveau type de luth qu’il baptisa « almérie » et propose de nouvelles méthodes d’apprentissage des langues et de mémorisation59. En août 1644, il reçoit des lettres patentes l’autorisant à mettre en lumière ces diverses créations. Toutefois, il ne paraît pas avoir cherché à en tirer un réel profit. En 1652, vivant alors à Paris, il donne par contrat passé devant notaires toutes ses « méthodes inventions et secretz » à l’une de ses disciples, Barbe de Mans, ainsi que le droit d’établir le canal, et ce afin qu’elle « puisse pratiquer, monstrer [et] enseigner lesdites choses60 ». Cultivant la transmission orale de ses créations, attiré par la spéculation intellectuelle – son insertion dans les réseaux épistolaires de la République des Lettres en témoigne – il ne présente pas le visage du capitaliste prédateur.

  • 61 AN, Y 208, fol.  261, donation de Jacques de Lissavide et Robert Martin à Claude Fontayne, insinuée (...)
  • 62 AN, MC/ÉT/XLII/75, fol.  251, acte du 26 mai 1629, désistement d’une association. Voir AN, X1A 8651 (...)
  • 63 Sur cet aspect, voir Grassby Richard, The Business Community of Seventeenth-Century England, Cambri (...)
  • 64 Woodcroft no 39 (TNA, C66/2432/7) ; TNA, PROB 11/163, fol.  416 v°, testament de John Apprice prouv (...)
  • 65 TNA, C66/2432/7 ; Woodcroft no 41 et 72, délivrés en 1627 et 1634. Voir le testament d’Ambrose Prew (...)

21Ces démarches solitaires voisinent avec des sociétés à peine plus étoffées. Certains privilèges associent ainsi un ingénieur et un homme de l’art. L’ingénieur du roi Jacques de Lissavide est associé au maître tourneur en bois Robert Martin dans le privilège pour une « metode de faire des trains a trois roües en forme de triangle isocelle commodes pour le canon, carroses, coches, chariots, caleches61 ». En 1629, l’ingénieur et fortificateur Jean Fabre est le partenaire du « graveur de lettres d’imprimeurs » Jean Goret pour « la construction et fabrique d’une machine servant a moudre bled […] a quoy faire ledit Fabry auroit employé ses deniers et ledit Goret son temps et industrie et travail62 ». Dans ce dernier cas, l’ingénieur met probablement à profit son lien avec le secrétaire d’État à la guerre pour faire avancer son affaire. D’autres entreprises – c’est là un trait caractéristique de l’économie préindustrielle – sont opérées dans la communauté locale : les voisins et les alliés familiaux constituent les premiers partenaires en affaires63. C’est le cas, nous l’avons vu, avec les projets de Charles Mowett, mais cela concerne d’autres privilèges, pour peu que les sources permettent d’éclairer le contexte biographique des patentees. Il en est ainsi d’un privilège délivré en 1627 pour un instrument aratoire. William Bruncker, le premier individu à figurer sur la lettre patente, est le voisin et l’exécuteur testamentaire du deuxième associé, John Apprice64. Les deux hommes habitent tous deux dans le comté du Wiltshire : John Apprice à Chittern, William Bruncker à Earle Stokes, les deux localités étant distantes d’une dizaine de kilomètres seulement. Le troisième associé, William Parham, que nous ne sommes pas parvenus à identifier, est peut-être de la même région. En 1627 et 1634, il obtient deux lettres patentes en association avec un avocat de Lincoln’s Inn, Ambrose Prewett, qui possède des terres à Winterbourne Earles, dans l’est du Wiltshire65.

  • 66 Fagniez Gustave, L’économie sociale, op. cit., p. 29, p. 148-149 ; Morera Raphaël, Les assèchements (...)
  • 67 « Merchant Strangers », éd. H. C. et W. H Overall, Analytical index to the series of records known (...)
  • 68 Woodcroft no 4, 40 et 65.
  • 69 John Browne était déjà détenteur d’un privilège en 1635 : TNA, C66/2694/4.

22D’autres privilèges correspondent manifestement à des sociétés très structurées, probablement très capitalisées. En France, c’est le cas du privilège délivré aux Flamands Marc de Comans et François de la Planche pour l’établissement de la manufacture de tapisserie de haute-lisse. Les deux associés sont également partie prenante d’opérations de dessèchements de marais et peuvent s’appuyer sur un réseau familial international pour mener d’autres affaires66. Il s’agit selon les termes de Raphaël Morera de « véritables investisseurs capitalistes ». En Angleterre, l’Allemand John Caspar Wolfen, d’ascendance allemande, obtient en 1616 le droit de naturalisation pour une vingtaine d’artisans étrangers67. Il participe dans les années qui suivent à trois privilèges, liés à l’entretien des métaux, au travail des peaux et des fourrures et à la préparation du charbon de terre68. Pour cette dernière entreprise, ses associés sont le diplomate Abraham Williams, le fondeur d’artillerie John Browne et quelques parents69.

23La cour anglaise abrite un autre réseau d’entrepreneurs allemands et hollandais autour de Hildebrand Prusen, « citoyen et marchand de sel de Londres » (ill. 3).

Ill. 3. – Un réseau allemand et hollandais à la cour. Mentions des individus dans des lettres patentes (C66), des requêtes (SP16) et dans le journal de l’Artillerie (BL, Harley ms. 429).

  • 70 TNA, SP16/153, fol.  34.
  • 71 BL, Harley ms. 429, fol.  72 v° ; TNA, SP14/104/136 ; SP16/91/51 ; Broadway J., Cust R. et Roberts (...)

24Ce dernier est impliqué, avec l’ingénieur Cornelius Drebbel et le mathématicien Henry Briggs, dans une société pour le drainage des marais des Fens70. En 1634, il reçoit un privilège pour des fourneaux de l’invention de Drebbel, mort quelques années plus tôt, sans doute avec l’intention d’appliquer cette technologie au séchage du sel. Son partenaire dans le privilège, Howard Strach, est aussi un fournisseur de l’Artillerie et de la Marine et Prusen lui-même semble avoir été munitionnaire71. Ces affaires en apparence disparates renvoient sans doute aux réseaux du négoce international, mais elles apparaissent aussi liées aux milieux techniciens qui œuvrent pour la monarchie. Ce qui est certain, c’est que derrière de tels privilèges opèrent des groupes manifestement familiers du jeu industriel et commercial.

  • 72 Traduit d’après TNA, SO3/8, mars 1626.
  • 73 TNA, C66/2392/2.

25De manière générale, de nombreux privilèges anglais sont délivrés à plusieurs individus. Selon toute vraisemblance, à ces structures collectives correspond une répartition des responsabilités entre concepteurs, investisseurs et entrepreneurs, que nous ne pouvons que rarement établir. Le docquet du king’s bill délivré à Dacre, Letsome et Page en 1626 pour la fabrication de fer établit clairement que le procédé a été « inventé et parfait par ledit Letsome, aux frais de Lord Dacre et grâce à l’assistance dudit Page, premier inventeur d’icellui72 ». Richard Lennard, Lord Dacre, accepte en fait d’accueillir les moulins et forges sur ses domaines73.

L’invention privilégiée entre patronage et marché

  • 74 Yamamoto Koji, Distrust, op. cit.
  • 75 Mowet Charles [ ?], A direction, op. cit. ; Bulmer John, A Note of Such Arts and Mysteries, [s. l. (...)
  • 76 Guelphe Ambroise de, Discours présenté au roy par Ambroise de Guelphe dauphinois, Paris, [s. n.], 1 (...)
  • 77 Bulmer John, The Proposition of Captaine John Bullmer, [s. l. n. d.].

26Les relations entre inventeurs, investisseurs et protecteurs ne sont qu’un aspect de ce qui se joue dans l’obtention des privilèges. Les privilèges visent l’exploitation commerciale, parfois exclusive, d’un procédé. Or, s’il est bien un aspect que le patronage ne peut pas maîtriser, c’est la réception par le marché des propositions d’une entreprise. En Angleterre, dans le cas où le privilège recouvre un monopole sur un bien de consommation courante, les consommateurs en deviennent captifs, et le privilège s’apparente dans les faits à une taxation déguisée. Pour se prémunir contre le stéréotype négatif du projector et s’en distancier, les entrepreneurs élaborent des discours justificatifs qu’a étudiés en détail Koji Yamamoto74. Certains privilèges font ainsi l’objet de tracts publicitaires dans des versions plus ou moins élaborées. Charles Mowett, on l’a vu, mais aussi Gabriel Plattes, John Bulmer, Edward Ford, William Neade y ont recours75. En France, Ambroise de Guelphe, Jean Brunel, Étienne de Villebressieu rajoutent à la protection royale le crédit de l’imprimé76. La fonction de ces placards ou de ces tracts est multiple : il s’agit d’assurer une large publicité au procédé privilégié afin, d’une part, de favoriser le succès de son exploitation commerciale et, d’autre part, de décourager d’éventuels imitateurs ou rivaux tout en attirant d’éventuels investisseurs. Le privilège, comme la dédicace, s’inscrit donc dans le double espace du patronage par la cour et du patronage par le marché. Certains inventeurs semblent même solliciter directement le public. En 1647, le capitaine et ingénieur John Bulmer, déjà auteur d’une machine à relever les épaves et actif dans divers projets hydrauliques, publie un placard dans lequel il propose aux lecteurs de participer au financement de sa prochaine expérimentation. Il s’agit de projeter un bateau, avec un homme à bord, au-dessus du pont de Londres par le moyen de coups de canon. Bulmer propose aux lecteurs de donner leur contribution à un bureau d’assurance qui doit restituer la somme si le spectacle n’a finalement pas lieu77. Ce recours à la souscription est sans doute conçu chez Bulmer comme alternative au privilège alors que la guerre civile paralyse le fonctionnement normal de la cour et suspend les libéralités royales.

  • 78 Doorman G., Patents, op. cit., p. 130 et 133, privilèges délivrés le 12 janvier 1629 et le 23 janvi (...)
  • 79 Traduit d’après HP, 71/12/11A-12B.
  • 80 Traduit d’après HP, 71/12/9A-10B, note de Hartlib sur les inventions de Berg, non datée.
  • 81 HP, 8/63/19A-23B.
  • 82 Traduit d’après HP, 71/12/1A-7B.
  • 83 HP, 71/12/9A-10B ; HP, 71/12/16A-17B ; TNA, C66/2735/1 pour le privilège enrôlé ; Bodl., Bankes ms. (...)
  • 84 Yamamoto Koji, « Reformation and the Distrust of the Projector in the Hartlib Circle », The Histori (...)
  • 85 HP, 64/19/1A-2B ; HP, 48/4/1A-2B, non daté, pour le contrat avec Gaspar Calthoff, en allemand.
  • 86 Voir HP, 31/3/5A-6B ; HP, 31/3/3A ; HP, 31/3/11A-12B ; HP, 31/3/15A-16B.
  • 87 Webster Charles, Great Instauration, op. cit., p. 358-359.

27Le privilège n’est parfois pour l’inventeur-entrepreneur qu’une forme de protection parmi d’autres. L’obtention d’un privilège, on l’a dit, repose d’abord sur la capacité à approcher la faveur royale. Or, certains cercles se tiennent volontairement à distance de la cour. En Angleterre, le cercle iréniste et utopiste de Samuel Hartlib jette un regard sévère sur le système des patents et la corruption qu’ils ont occasionnée. Mais le vaste réseau de communication intellectuelle animé par Hartlib reste propice aux logiques du patronage. Soucieux de promouvoir les projets profitables au bien public et à la « Grande Instauration », Hartlib peut chercher à favoriser les desseins de certains inventeurs. Le cas du chevalier Christopher de Berg servira à illustrer le fonctionnement du patronage technique au sein du cercle de Samuel Hartlib et le rôle ambigu qu’y joue le privilège. Berg se présente dans son placet comme un noble fuyant ses terres du marquisat de Moravie ravagées par la guerre. Après avoir obtenu des privilèges aux Provinces-Unies en 1629 et en 1631 pour deux inventions, il semble arriver vers 1634 à Londres, où il reçoit une gratification de la municipalité78. Il prétend avoir mis à profit ses années d’exil à concevoir une douzaine d’inventions mécaniques et mathématiques, allant de l’engin de levage à la sonde marine en passant par un nouveau chariot ou une machine pour faire passer le pont de Londres aux embarcations quelle que soit la marée. Il prend toutefois soin de conserver le secret de ses inventions, et la description qu’il en donne reste très allusive. À l’évidence, Berg craint les contrefacteurs et plutôt que d’organiser une démonstration publique ou d’expliquer le principe de ses machines, il cherche le crédit de figures d’autorité. En juin 1634, il obtient des mathématiciens Henry Gellibrand et John Wells un certificat attestant du fonctionnement de deux de ses inventions pour mesurer les distances et les profondeurs. Les experts ont « jugé approprié (ayant été priés de le faire) de délivrer ce témoignage de [leur] approbation […] car il est à espérer que si [Berg] reçoit des encouragements, de nombreuses autres inventions également profitables s’écouleront de la même fontaine79 ». Berg est très certainement en contact précoce avec le cercle de Hartlib. Ce dernier, d’origine prussienne, maintient de nombreuses relations épistolaires avec les territoires germaniques et on peut imaginer que Berg lui a été recommandé lors de son arrivée à Londres. Hartlib s’intéresse en tout cas de près à l’inventeur, ainsi qu’en témoignent les nombreux documents originaux et copies à son sujet conservés dans ses papiers à la bibliothèque de Sheffield. Il semble vouloir organiser une démonstration publique d’une des inventions de Berg, un moulin mû par une chèvre, afin de lui attirer par un divertissement plaisant des soutiens et des fonds. Hartlib prend toutefois en considération sa crainte des imitateurs, en affirmant que « seule la chèvre et le meulage pourront être vus » et que le mécanisme restera caché80. Un autre document attribué à Berg propose une démonstration publique d’un engin de levage au chantier de la cathédrale Saint-Paul81. Hartlib semble engager l’inventeur sur la voie de la levée de fonds et il l’aide certainement à rédiger en anglais ses propositions. Berg adresse ainsi l’un de ses textes à « tous ceux de quelques dignité, endroit, rang et condition qu’ils soient qui grâce à l’action de M. Hartlib peuvent voir et lire cette présente82 ». De tels documents sont probablement diffusés au sein des cercles de sociabilité et des réseaux épistolaires de Hartlib. Un privilège, solution initialement repoussée, est finalement demandé et Hartlib concourt sans nul doute à la rédaction du placet83. Comme l’a montré Koji Yamamoto, Hartlib et ses proches ne sont pas uniformément hostiles aux privilèges, dont ils reconnaissent qu’ils peuvent servir la cause du progrès technique et social, pourvu qu’ils soient sollicités en vue de favoriser le bien public et non par esprit de lucre. Reste que les négociations et échanges entre les réformateurs utopistes et les hommes de l’art et entrepreneurs ne sont jamais dénués d’une certaine méfiance réciproque84. Le soutien de Hartlib ne cesse pas lorsque le privilège est obtenu, en 1636. C’est sans doute par l’intermédiaire de l’épistolier et des expériences publiques que Berg entre en contact et passe contrat pour ses inventions avec Francis Kynaston et Gaspar Calthoff85. Après 1636, Hartlib vante également les machines et le savoir-faire de Berg auprès de son protecteur, le parlementaire John Pym, impliqué dans une exploitation de charbon près de Coventry86. Berg y est appelé à plusieurs reprises pour accomplir des travaux d’exhaure. Ainsi que le souligne Webster, Hartlib n’est pas désintéressé. En rapprochant Berg et Pym, il met à profit ses relations dans le monde mécanicien pour se maintenir dans les bonnes grâces de son patron87. Cet exemple montre que l’obtention d’un privilège n’est que l’un des points de contact entre l’inventeur et ceux qui le soutiennent. Les rapports de patronage peuvent se développer en amont, en dehors et en aval du privilège, et peuvent servir une meilleure insertion sur le marché.

28Les foyers de patronage pour les entreprises privilégiées sont donc multiples et ne se limitent pas à l’entourage des souverains. C’est précisément l’une des qualités de l’entrepreneur que d’agir à la charnière de milieux distincts : le cas de deux entrepreneurs notables du premier XVIIe siècle, David Ramsey et Pierre de Beringhen, servira à l’illustrer.

Deux entrepreneurs : David Ramsey et Pierre de Beringhen

29De part et d’autre de la Manche, ces deux courtisans sont très actifs dans le domaine des privilèges d’invention. Ils présentent la particularité d’avoir été peu étudiés en dépit de leur présence récurrente dans les sources. Ils illustrent la variété des terrains d’action des entrepreneurs techniques et la diversité des connexions qu’ils mobilisent, à la cour comme dans le monde des affaires.

David Ramsey

  • 88 McConnell Anita, « Ramsay, David (c. 1575–1660) », ODNB.

30Originaire d’Écosse, né vers 1575, David Ramsey a l’emploi et les gages d’un page de la Chambre à coucher. Il semble toutefois s’être rapidement distingué par son goût pour l’horlogerie, à laquelle il se forme en France au début du XVIIe siècle. Au début des années 1610, il rentre au service de Henri, prince de Galles, pour lequel il confectionne des montres, puis de Jacques Ier, dont il devient horloger en chef. En 1619, il obtient un droit de résidence en Angleterre. C’est à partir de là qu’il apparaît régulièrement dans les archives, seul ou en partenariat, comme récipiendaire de privilèges. Ceux-ci, obtenus de 1618 à 1638, au nombre de neuf, relèvent de domaines divers : techniques de teinturerie, machines élévatoires d’eau, métallurgie de l’or et de l’argent, fabrication de salpêtre, etc. Il convient d’y ajouter d’autres projets qui n’ont pas nécessairement abouti ou qui ont pris la forme de concessions : exploitation de mines, distillation d’eaux-de-vie, dragage de la Tamise et ballastage des navires. Parallèlement, Ramsey conserve son activité d’horloger du roi. En 1632, il est maître de la corporation des horlogers nouvellement créée, même s’il ne semble pas avoir effectivement occupé la charge88.

  • 89 Hatfield House, Cecil Papers, 109/65.
  • 90 CSPD James I, 1619-1623, document électronique, http://www.british-history.ac.uk/report.aspx?compid (...)
  • 91 TNA, C66/2694/18 ; Woodcroft no 78.

31Ramsey est typique de l’homme à projet en ce qu’il n’est pas nécessairement « l’inventeur » du dispositif technique pour lequel il cherche à obtenir un privilège, mais lui apporte son crédit auprès des preneurs de décision. Sa position à la cour, ses connexions dans les milieux artisanaux et des liens de sociabilité qui nous échappent en font un intermédiaire recherché par les techniciens en quête de protection. Ramsey semble en effet d’abord s’associer à des hommes qui ont déjà cherché à obtenir des protections pour leurs inventions. Son premier privilège répertorié est obtenu en 1619 en partenariat avec John Wildgosse (ou Wildgoose). Ce dernier avait déjà sollicité la protection de Robert Cecil en 1604-1605 dans une longue lettre faisant allusion à des inventions conçues vingt ans auparavant et susceptibles d’enrichir la Couronne89. John Jack, le partenaire de son second privilège obtenu en 1622, avait été autorisé à mettre en œuvre des engins de transport et une machine à semer du maïs en 162090. En 1635, l’horloger obtient un privilège pour une technique de cuisson utile aux brasseurs, sauniers ou teinturiers. Ses deux partenaires, Michael Arnold et John Ayliffe, sont deux brasseurs de Westminster. Ils sont les probables auteurs de la méthode protégée91. Ramsey paraît donc s’être distingué dans le Londres technicien et industriel comme relais possible auprès des preneurs de décision.

  • 92 TNA, C66/2678/13 ; C66/2535/27 ; TNA, SO3/11, mars 1635.
  • 93 Traduit d’après TNA, SP16/251/48.
  • 94 Traduit d’après HP 63/4/3A.
  • 95 TNA, SP16/132/57.
  • 96 BL, Add. ms. 20921, fol.  44 ; TNA, SP16/154/20.

32Autre caractéristique de l’homme à projet, Ramsey ne dispose pas du capital nécessaire à la réalisation de ses entreprises. Plusieurs des privilèges à son nom évoquent, sous des termes différents, des associés : assignes, partners, associates92. Ces dénominations, communes dans les privilèges, recouvrent sans doute des réalités variées : commis, députés, ou encore investisseurs. Ramsey cherche à plusieurs reprises à attirer des partenaires, ce que sa position à la Chambre à coucher rend peut-être plus aisé. En 1633, les associés de Ramsey dans une entreprise de dragage de la Tamise sollicitent auprès du Roi le privilège « comme un encouragement pour les personnes noblement inclinées à devenir investisseurs (adventurers) avec les pétitionnaires93 ». Dans un mémoire datant de la guerre civile conservé dans les Hartlib papers, Ramsey propose aux investisseurs intéressés par les mines écossaises trois types de partenariat : l’apport de capital en échange d’une part des profits, la direction opérationnelle des travaux en échange d’une part (moindre) des profits, l’apport de capital en échange d’une redevance fixe. Il rassure par ailleurs les investisseurs en évoquant ses accointances dans l’appareil d’État, soulignant que « les commissaires pour l’Écosse sont tous de [ses] amis94 ». Des parents sont aussi mobilisés. Un certain Robert Ramsey est par exemple évoqué à plusieurs reprises comme partenaire des entreprises de l’horloger. Le king’s bill donnant lieu au privilège de 1622 pour la machine à semer le maïs lui est ainsi attribué95. Ce même Robert Ramsey, qualifié de médecin, est également partie prenante d’une tentative de David pour obtenir un monopole sur la distillation d’eau-de-vie96.

  • 97 Ruellet Aurélien, Les privilèges d’invention, art. cité, p. 45-48.

33Ramsey ne paraît pas avoir bénéficié de la protection d’un unique patron à la cour. Sa position à la Chambre à coucher, à une époque où celle-ci est un lieu privilégié d’accès à la faveur royale, le dispense sans doute de l’attachement exclusif à un secrétaire d’État. Ramsey bénéficie également des liens de solidarité, d’entraide et de clientélisme qui depuis le règne de Jacques Ier traversent l’entourage écossais du souverain. Ramsey peut donc mobiliser des réseaux variés. Les registres du Signet Office, qui permettent d’établir les responsabilités lors de l’octroi de lettres de privilège ou de gratifications diverses, mettent en effet en évidence l’absence de protecteur exclusif. Les officiers de la Chambre à coucher, d’ascendance écossaise (comme George Kirk) ou anglaise (comme Endymion Porter), y côtoient les maîtres des requêtes comme Sidney Montagu et des secrétaires d’État comme Dudley Carleton, Francis Windebank ou John Coke97.

  • 98 TNA, SP16/4/127 (26 juillet 1625) ; SO3/9, juillet 1628 et SO3/10, novembre 1630 ; SP16/4/127 (26 j (...)
  • 99 Traduit d’après Woodcroft no 49, TNA, C66/2535/25.
  • 100 Traduit d’après Woodcroft no 50, TNA, C66/2535/26.
  • 101 TNA, C66/2799/18.
  • 102 Woodcroft no 53, TNA, SO3/10, novembre 1630, C66/2535/27 ; Woodcroft no 117, TNA, C66/2838/22.

34Fort de tels soutiens, Ramsey s’est engagé dans de nombreuses affaires, disparates en apparence, mais qui présentent en fait une certaine cohérence thématique. Le premier domaine de prédilection est l’extraction minière et la recherche de « trésors cachés » à l’aide de la baguette divinatoire. De 1625 à 1635, il obtient des concessions pour des mines dans de nombreux comtés du royaume, ce qui en faisait probablement l’un des protagonistes majeurs de ce secteur, aux côtés de l’entrepreneur gallois Hugh Middleton et du protégé de Francis Bacon Thomas Bushell98. Il n’est donc pas étonnant que parmi les privilèges que reçoit Ramsey, plusieurs concernent des mécanismes de pompe. En janvier 1631, deux privilèges enrôlés l’un après l’autre dans les patent rolls concernent l’élévation d’eau. Le premier privilège s’applique à une machine « utilisant des tonneaux », certainement une forme particulière de pompe à godets99. Le second privilège concerne, entre autres inventions, un dispositif pour « élever de l’eau depuis des puits de mine par le feu » évitant le recours à la force animale, hydraulique ou éolienne100. En 1638, le dernier privilège obtenu par Ramsey, en collaboration avec Samuel Wilson, porte sur un mouvement rotatif permettant, entre autres usages, de pomper l’eau101. Mais les privilèges de Ramsey touchent aussi la métallurgie et notamment le raffinage des minerais. En 1630, il fait protéger une technique pour séparer les métaux et extraire l’or et l’argent. En 1635, c’est au tour d’une méthode pour fabriquer des barres de fer d’être couverte par un privilège102.

  • 103 Halleux Robert, Guillerme André et Santangelo Georgia (éd.), Les maîtres, op. cit., p. 31-33.
  • 104 Woodcroft no 50.
  • 105 Pour l’eau-de-vie, voir la lettre déjà citée de Théodore de Mayerne (BL, Add. ms. 20921, fol.  44.) (...)
  • 106 Traduit d’après Woodcroft no 78, TNA, C66/2694/18.
  • 107 TNA, SO3/9, juillet 1628.
  • 108 Traduit d’après la lettre du 9 mai 1639, CSPD : Charles I, 1639 (1873), p. 103-167, document électr (...)
  • 109 Schuchard Marsha Keith, Restoring the Temple of Vision. Cabalistic Freemasonry and Stuart Culture, (...)
  • 110 Ibid., p. 390.
  • 111 Bodl., Ashmole ms. 971, 17 ; ms. 1440, 14.
  • 112 Traduit d’après Lilly William, William Lilly’s History of His Life and Times, From the Year 1602 to (...)
  • 113 HP, 3/2/125A ; HP, 28/2/12B, Éphémérides pour l’année 1651.

35L’intérêt de Ramsey pour l’extraction minière et les ressources du soussol s’appuie sur le savoir minéralogique du temps, mais il témoigne aussi de son goût pour les sciences occultes. La recherche de « trésors » et des filons à l’aide de la baguette divinatoire, si elle est exposée dans le De Re Metallica d’Agricola, constitue également l’un des enseignements ésotériques des Rose-Croix103. Ramsey se livre par ailleurs à des spéculations alchimiques dont son action économique porte la trace. Il reçoit plusieurs privilèges pour des inventions liées aux arts du feu et aux préparations chimiques. En 1630, c’est à la production de salpêtre qu’il est intéressé104 ; en 1635, il requiert un privilège pour la distillation d’eau-de-vie et en obtient un autre pour une technique de teinturerie sans cochenille105. En 1636, il reçoit une lettre patente pour un procédé de chauffage pour « faire bouillir de petits ou grands récipients utilisés par les teinturiers, les savonniers, les sauniers, les salpêtriers et pour la cuisson des briques106 ». C’est également l’horloger qui procure la signature royale pour un King’s bill autorisant Christian Wilhelm à établir une manufacture de faïence et de céramique en Angleterre107. Les affinités alchimiques et rosicruciennes de Ramsey sont bien connues de la cour. Ainsi, John Coke, écrivant à son collègue secrétaire d’État Windebank et évoquant le besoin pressant de ressources financières, affirme que « si David Ramsey pouvait coopérer avec sa pierre philosophale, il rendrait bien service108 ». En 1625-1626, l’horloger agit comme intermédiaire pour introduire à la cour le « prophète » rosicrucien Philip Ziegler, autoproclamé « nouveau roi de Jérusalem109 ». En 1637, il rejoint la loge maçonnique d’Édimbourg, tandis qu’à Londres il est aussi membre d’une « fraternité » composée d’Écossais loyalistes aux accointances rosicruciennes et maçonniques110. Les manuscrits Ashmole contiennent des vers alchimiques et de courts traités sur la pierre philosophale attribués ou adressés à notre entrepreneur111. Ces pratiques occultes, si elles lui valent l’amitié de William Lilly ou de Elias Ashmole, lui aliènent en revanche ceux dont le nombre va croissant et qui traitent l’astrologie et l’alchimie comme des pseudo-sciences de charlatans. Son image publique en souffre. Une trentaine de spectateurs assistent ainsi à sa tentative infructueuse pour dénicher un trésor dans le cloître de l’abbaye de Westminster, « certains riant, d’autres se moquant de nous » raconte avec amertume William Lilly, son camarade d’infortune112. La correspondance de Samuel Hartlib évoque ses difficultés financières dans les années 1640 et au début des années 1650 et ses tentatives pour rembourser ses créanciers par le profit de ses entreprises113.

  • 114 HP, 7/12/4B, 5/2/2B, 5/32/2A. David Ramsey semble également obtenir la naturalisation pour Robert R (...)
  • 115 HP, 1/2/1A-2B.
  • 116 HP, 4/3/82A. Sur la relation entre Worsley et Ramsey, voir Leng Thomas, Worsley, op. cit., p. 40.
  • 117 Traduit d’après HP, 8/35/1B.
  • 118 HP, 63/4/4A. Le mémoire, en huit articles, récapitule certaines « propositions » que les Ephéméride (...)

36Ce lien avec le cercle de Hartlib lui permet d’ailleurs de n’être pas inquiété pendant l’Interrègne pour ses opinions royalistes. Dès les années 1630, Ramsey a hébergé à Londres son neveu John Dury, théologien iréniste associé à Hartlib114. L’horloger devient dès cette période l’un des contacts du cercle de réformateurs utopistes au sein du milieu mécanicien et technicien. Il répond ainsi à quelques interrogations de Hartlib, que lui fait passer Dury, sur les ressources minières de la Grande-Bretagne115. En 1655, alors que l’expérimentateur et administrateur cromwellien Benjamin Worsley cherche à exploiter un gisement ferro-aurifère, Dury incite Ramsey à lui dévoiler ses techniques de raffinage à l’antimoine116. Un mémoire anonyme et non daté conservé dans les papiers de Hartlib présente la marche à suivre pour exploiter un gisement, et recommande, après sa certification comme mine royale, « d’obtenir une députation de ceux qui ont l’attribution de telles mines, en ce moment de M. Ramsey ou de M. Bushell ou des deux117 ». Enfin, Ramsey est très certainement l’auteur d’un mémoire adressé à Cromwell évoquant plusieurs mines en Écosse, Angleterre et au pays de Galles, et décrivant plusieurs propositions susceptibles d’enrichir le Commonwealth118.

37Tout indique que Ramsey a pu continuer à travailler librement pendant l’Interrègne grâce à ses liens avec les cercles puritains et républicains. Le favori du roi, loyaliste comme le sera son fils, est même consulté indirectement par les têtes-rondes sur les questions minéralogiques. Alchimiste, horloger et faiseur de projet, Ramsey doit son omniprésence et son étonnante longévité à sa capacité à servir d’interface entre plusieurs milieux : la cour, les milieux techniciens et les cercles intellectuels. Sa position initiale de page de la Chambre à coucher est certainement déterminante, en ce qu’elle en fait un intermédiaire de choix pour qui souhaite approcher le roi. En France, le personnage de Pierre de Beringhen, actif un peu plus tôt dans le siècle, offre une figure d’entrepreneur comparable.

Pierre de Beringhen

  • 119 Da Vinha Mathieu, Les valets de chambre de Louis XIV, Paris, Perrin, 2004. Signalons les travaux tr (...)

38Pierre de Beringhen n’a guère suscité l’intérêt des historiens au-delà de sa qualité de fondateur d’une dynastie de valets du roi119. Il semble pourtant qu’il ait été un entrepreneur original, aux intérêts variés, anticipant la figure du faiseur de projet.

  • 120 Comme dans Haag Eugène et Émile, La France Protestante, 2e éd., t. II, op. cit., p. 338.
  • 121 Tallemant Des Réaux Gédéon, Historiettes, t. III, op. cit., p. 30-33 (« Madame de Beringhen et son (...)
  • 122 Aubigné Théodore Aggripa d’, Histoire Universelle, vol. 9 : 1594-1602, éd. André Thierry, Genève, D (...)
  • 123 L’inventaire après décès (mentionné après IAD) de Madeleine Bruneau (AN, MC/ÉT/CXVIII/1, 10 mars 16 (...)

39La famille de Beringhen est originaire de la principauté de Clèves. Pierre de Beringhen est né à Gennep à une date inconnue, de Jeanne de Villiez et de Pierre de Beringhen, avec lequel il paraît souvent confondu120. Tallemant des Réaux le signale passant en France en compagnie de son cousin Dirick après la mort de son père. Il s’attache à Henri IV, d’abord comme armurier, puis comme valet du roi121. Agrippa d’Aubigné mentionne les inventions qu’il met en œuvre lors des campagnes militaires de Henri IV en 1595 contre les Ligueurs122. Son cousin Dirick Beringhen de Venlo s’est quant à lui installé à Saint-Malo, où selon Tallemant des Réaux, « il se mit à trafiquer d’une espece de toile qu’on appelle de la noyale ». Pierre de Beringhen épouse Madeleine Bruneau, fille de Sébastien Bruneau, sieur de la Martinière, et de Nicole Lebey de Batilly. En 1609, il fait l’acquisition de la terre et seigneurie d’Armainvilliers à l’est de Paris. Il meurt en 1619 et Madeleine Bruneau, son épouse, en 1640123.

  • 124 Wallerstein Immanuel, « Le capitalisme de Braudel ou le monde à l’envers », Revel Jacques (dir.), F (...)
  • 125 Trevor-Roper Hugh, Europe’s Physician, op. cit., p. 331.

40L’achat d’un fief et l’investissement dans la terre ne doivent pas dissimuler le fait que Beringhen a cherché la fortune ailleurs. Intéressé à la fois à des opérations commerciales, financières et industrielles, il est typique du capitaliste de l’époque moderne : souple et cherchant avant tout le haut profit, où qu’il se trouve124. On pourrait le qualifier, à l’instar de Hugh Trevor-Roper, de universal projector125. Tentons ici de résumer ses principaux domaines d’intervention et aires d’investissement.

41Il accumule d’abord des offices, dont certains présentent une dimension technique appuyée :

  • 126 Lamé-Fleury Ernest J. F., De la législation minérale sous l’ancienne monarchie, Paris, Auguste Dura (...)
  • 127 Ibid., p. 172.
  • 128 AN, X1A 8645, fol.  377-378, arrêt de vérification du parlement de Paris.
  • 129 Tessereau Abraham, Histoire chronologique, t. I, op. cit., p. 283 et p. 316.
  • 130 Beaurepaire Charles de, Cahiers des États de Normandie sous le règne de Henri IV : documents relati (...)

Charge, office, titre

Dates

contrôleur général des mines et minières

date inconnue jusqu’à sa mort126

grand maître et surintendant des mines et minières

par intérim, de 1601 à 1604, jusqu’à la prise de fonction de Martin Ruzé127

maître visiteur et général réformateur des poids et mesures

23 avril 1605, en succession de Pierre Duroussel128

conseiller secrétaire du roi

De janvier 1607, en succession de Blaise de Vernaison à 1613, par résignation au profit de Hugues de la Guiolle129

Office de receveur des consignations

février 1601, enregistré par le parlement de Normandie le 8 août 1606130

Tableau 12. – charges et offices de Pierre de Beringhen.

42Mises à part les charges de secrétaire du roi et de receveur des consignations, dont l’acquisition est certainement le fruit de circonstances, il semble bien que Beringhen ait occupé l’office. C’est en tout cas probable, dans la mesure où les prérogatives attachées à ces charges recoupent en partie ses intérêts d’investisseurs. Nous les résumons ici sous forme d’un tableau qui ne prétend pas à l’exhaustivité (voir tableau 13).

43Nous voyons donc notre valet du roi investir dans les mines, l’extraction de tourbe, la métallurgie du cuivre, la sériciculture, les dessèchements de marais, et protéger l’invention d’un réformé méridional. Quelle est la logique de ces investissements tous azimuts, et comment l’entreprise Beringhen s’est-elle développée ?

  • 131 AN, X1A 8644 fol.  395 vo ; AN, MC/ÉT/CXVIII/848, 3 juin 1626 et 10 mars 1626 ; AN, X1A 8645 fol.  (...)
  • 132 Privilège de mars 1607 enregistré le 9 juin 1607 (X1A 8646 fol.  19).
  • 133 AN, MC/ÉT/CXVIII/832, 18 juillet 1618.
  • 134 AN, MC/ÉT/CXVIII/835, 11 janvier 1619.
  • 135 AN, MC/ÉT/CXII-6A, acte du 22 avril 1604 ; AN, E18a, fol.  36 r° ; AN, MC/ÉT/XCVIII/84, actes du 15 (...)
  • 136 AN, MC/ÉT/XI/99, 26 avril 1617, fol.  266.
  • 137 Laffemas Barthélemy de, Lettres et exemples de la feu Royne mère, Paris, Pierre Pautonnier, 1602, s (...)

Nature de l’entreprise/date

Associés

Batteries de cuivre à Mézières et autres inventions, 1601131

Gabriel de la Roche vers 1603 Paul Arnault jusqu’en 1604 En 1617, Jean et Nicolas Dasneau, Louis Louvel, sieur de Froyennes

Verreries à Paris, 1607132

Blaise de Vernaison, Jean Mareschal

Mines de cuivre de Chessy, ca. 1615133

Jean de Chavannes, Benoist de Pomey et autres

Exploitation de tourbières au Sud-Est de Paris, 1619134

Matthieu Colbuis, Charles de Lamberville, Lucas Tachereau, Nicolas Briot

Dessèchement de marais à Blanquefort et Pujaut, 1604135

Machine de l’invention de Jean Brunel, 1617136

Sériciculture137

Tableau 13. – Domaines d’investissement de Pierre de Beringhen.

  • 138 AN, E10a fol.  33 r°, arrêt du 26 janvier 1606. La calamine, nommée « chalmine » dans l’arrêt du Co (...)
  • 139 Le pouvoir calorifique insuffisant de la tourbe la rend toutefois impropre à cet usage.

44En dépit d’une apparente dispersion, les investissements de Beringhen s’inscrivent dans une logique industrielle qui ne manque pas de cohérence. S’il ne faut pas minimiser la part des « affaires » isolées, Beringhen s’est surtout intéressé à la métallurgie et semble s’être appliqué à maîtriser la filière de production et de commercialisation. En amont, il protège l’inventeur mécanicien Jean Brunel, dans le but probable de développer des moulins à martinets et des machines d’exhaure utilisables dans l’extraction minière ou le travail du métal. La mine de Chessy, dans les monts du Lyonnais, lui fournit le minerai de cuivre, qui est ensuite transformé dans une batterie située à Mézières. Beringhen obtient du Conseil du roi un arrêt l’autorisant à importer des matières premières de l’étranger, notamment de la calamine – c’est-à-dire du zinc, nécessaire à la fabrication du laiton – sans payer de droits d’entrée et de péage138. L’investissement dans l’affaire de tourbe peut suggérer la recherche d’un combustible bon marché susceptible d’être utilisé pour la verrerie et la forge139.

  • 140 Tallemant des Réaux Gédéon, Historiettes, t. III, op. cit., p. 22. Voir l’inventaire après décès de (...)
  • 141 BNF, Dossiers Bleus, 86, 2013, lettre de Pierre de Beringhen à son cousin Dirick, 11 janvier 1600.
  • 142 BNF, Cabinet Hozier, 40, fol.  17. Lettre de Pierre de Beringhen à Théodore de Beringhen, le 9 mai (...)
  • 143 BNF, Dossiers Bleus, 86, 2013.
  • 144 BNF, Dossiers Bleus, 86, 2013, 4e lettre. Lettre de Nicole Lebey de Batilly à Monsieur Dirick van B (...)
  • 145 BNF, Dossiers Bleus, 86, 2013, fol.  26 r°. Lettre de Nicole Lebey de Batilly à Dirick van Beringhe (...)
  • 146 BNF, Dossiers Bleus, 86, 2013, fol.  27 v°. Lettre de Nicole Lebey de Batilly à Monsieur Dirick van (...)
  • 147 BNF, Dossiers Bleus, 86, 2013, fol.  28 r°. Lettre de Pierre de Beringhen à Dirick van Beringhen, 1 (...)
  • 148 BNF, Dossiers Bleus, 86, 2013. Lettre de Pierre de Beringhen à Dirick van Beringhen, 5 février [160 (...)

45Pour mener à bien ses entreprises, Beringhen peut s’appuyer sur un réseau commercial et industriel qui fait la part belle aux réformés, mais surtout aux membres de la parentèle. Les affaires se pratiquent d’abord en famille. Le premier partenaire en affaires de Beringhen est son beau-père, le rochelais Sébastien Bruneau, dont Tallemant des Réaux dit qu’il est originaire de Champagne140. Il fournit le capital de départ, « embarque » le valet de chambre dans plusieurs entreprises et lui prodigue conseils et avertissements. En 1600, c’est le trafic de sel qui occupe les deux hommes141. En 1615, alors que son beau-père est malade, Beringhen confie à son cousin que « Bruneau devient désormais sy estrange et sy fascheux qu’on ne peult tirer aucun argent de luy à l’occasion de quoy il faut que je commence à manier mes propres affaires142 ». L’épouse de ce dernier, Nicole Lebey de Batilly, ne paraît pas être une précieuse, mais se montre pleinement engagée dans les activités commerciales de la famille. « Je vous conte tous nos petitz négoces » écrit-elle au cousin Dirick143. Effectivement, les bribes de correspondance conservées entre les deux branches de la famille abondent d’informations économiques, de propositions d’affaire et de demandes de conseil. C’est Batilly qui propose à Dirick de Beringhen d’exporter la production de la batterie de Mézières vers les Provinces-Unies en échange de toile144. Plus tôt, elle lui adressait le reproche « de n’estre venu voir notre batterie145 ». Le valet du roi, que sa position de favori maintient dans la confidence des initiatives diplomatiques, peut avertir son cousin des événements qui pourraient peser sur le négoce : « vous devez reigler nos affaires sur une incertitude ainsy que je vous donneray cy apres advis » écrit Batilly à Dirick en 1607146. Le cousin Dirick, engagé dans le grand commerce maritime, peut exporter la production, mais également importer la matière première. « Embarqué en une affaire de verreries », le valet du roi demande en effet à son cousin de l’approvisionner en soude et de comparer la qualité de celles venant du Levant et d’Alicante147. Son expertise commerciale et comptable est sollicitée : évoquant la batterie, Pierre lui demande de « venir tenir registre de tout a cette fin que nous ne puissions estre fraudez ny trompez148 ». En aval, les productions de la batterie sont exportées via les réseaux commerciaux de son cousin Dirick, mais Beringhen lui-même utilise peut-être sa proximité avec le roi pour susciter des commandes publiques et se faire munitionnaire.

  • 149 Choné Paulette, « À propos du peintre Charles Mellin, un essai d’industrialisation à Nancy au début (...)
  • 150 Voir AD 08, BMS Mézières, 13 octobre 1603, 23 juillet 1605 et 21 avril 1607. En 1607, Gabriel de la (...)
  • 151 AN, MC/ÉT/CXVIII/847, acte du 10 mars 1626.
  • 152 AM Sedan, Fonds Gourjault, 194, 12 (non consulté).

46Les partenaires de Beringhen ne se limitent pas au cercle familial. L’affaire des tourbes dans laquelle Beringhen investit au début des années 1610 est emblématique de la mobilisation de partenaires au sein de la communauté réformée : les huguenots parisiens Charles de Lamberville et Nicolas Briot y sont associés. Il n’y a cependant pas d’exclusivisme confessionnel dans les opérations industrielles et commerciales de Beringhen, comme son incursion dans la métallurgie du cuivre le suggère. Son principal associé, Gabriel de la Roche, n’en était pas à sa première initiative dans ce domaine. En 1597, il était à l’origine de l’édification d’une batterie de cuivre à Nancy. Dans un mémoire constitué de 22 articles adressé au duc de Lorraine, Gabriel de la Roche présentait l’intérêt de telles manufactures pour le Prince, et insistait sur son savoir-faire et sur sa connaissance des réseaux d’approvisionnement en matières premières. Sans doute a-t-il rapidement été débauché par Beringhen, car Paulette Choné, qui a consacré une étude fouillée à cette batterie bien documentée, note qu’il restreint sa collaboration dans cette affaire au tournant du siècle149. De fait, entre 1603 et 1607, Gabriel de la Roche n’habite plus à Nancy, mais à Mézières, où il fait baptiser ses filles dans la religion catholique150. Les termes précis de l’association entre les deux hommes ne sont malheureusement pas connus151. Gabriel de la Roche supervise vraisemblablement la production. Il a été choisi non pas pour sa confession, mais pour ses connaissances techniques, son expérience et sans doute pour sa capacité à attirer d’autres investisseurs locaux. Beringhen cherche toutefois à rapprocher des Ardennes ses intérêts fonciers : en 1607, il acquiert de la princesse de Conti la terre et seigneurie d’Evigny-en-Rethelois, à proximité immédiate de Prix-lès-Mézières où sont installées les batteries152.

  • 153 Pérouse Marie-Louise, Chessy-les-mines de la préhistoire à nos jours, Chessy, M.-L. Pérouse, 1991, (...)
  • 154 Guigue Georges, Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790, Rhône. Série E (...)
  • 155 AD 69, 11G321, succession Benoit de Pomey, 5 mai 1648 ; AD 69, 106 J1-104 (Dossiers « Frécon » sur (...)
  • 156 AN, MC/ÉT/CXVIII/832, acte du 18 juin 1618.
  • 157 AN, X3A 70, non folioté, passim.
  • 158 BNF, Pièces originales 298, 6526, fol.  70.
  • 159 AN, MC/ÉT/CXVIII/847, 10 mars 1626.

47Les environs du village de Chessy, situé dans les monts du Lyonnais, sont le théâtre d’autres investissements de Pierre de Beringhen. L’affaire n’était pas neuve. La mine de cuivre – un gisement de calcopyrite – avait été exploitée dès la fin du moyen-âge, notamment à l’initiative de Jacques Cœur. Le minerai extrait, un sulfure de cuivre, devait subir un traitement répétitif – grillage et fusion – pour aboutir au cuivre fin153. La nature composite du minerai explique sans nul doute le vocabulaire alchimique dont est parée l’entreprise, évoquée sous les termes de « transmutation de fer en cuivre ». Pierre de Beringhen a effectivement maintenu l’exploitation, ou l’a relancée, la chose n’est pas claire. Les registres paroissiaux de Chessy mentionnent plusieurs ouvriers de la mine et conducteurs des travaux dans les années 1600-1620, dont de nombreux Suisses et Allemands154. Le valet du roi n’est pas le seul investisseur. Il a associé à l’exploitation deux membres de la bourgeoisie consulaire lyonnaise : Benoit de Pomey, trésorier de France en Lyonnais et Jean de Chavannes, son parent par alliance155. Beringhen n’a pas le contrôle opérationnel et administratif de l’exploitation de la mine et se borne probablement à demander des comptes à intervalles réguliers. Un couple dont on sait fort peu de chose, Jean Morel et Bernarde Foret, dirige l’exploitation pour le compte de la société. L’affaire connaît rapidement des difficultés. En 1618, le couple et leur comptable, Drouet de l’Espine, sont invités à s’expliquer par acte notarié devant Beringhen. Le comptable affirme que « ledit Morel contre l’opinion des ouvriers & officiers fait faire des fontes et du mouvais cuyvre et [a] consommé grande quantité de charbon, employé grand nombre d’ouvriers inutilz et fait plusieurs vaynes & inutilles despenses a la direction & maintien desdites mynes156 ». Une procédure aux requêtes du Palais est intentée par Benoît de Pomey et Jean de Chavannes à l’encontre des exploitants et les investisseurs se déchirent157. Dans les années 1620, la veuve Beringhen semble céder l’affaire au financier protestant Pierre Merault158. La mine de Chessy n’a sans doute pas été un investissement très profitable, tout comme la batterie de Mézières, également vendue en 1626 pour 2 500 livres159.

  • 160 AN, MC/ÉT/CXVIII/1, Inventaire après décès de Madeleine Bruneau (IAD Bruneau par la suite) en date (...)
  • 161 IAD Bruneau, items 331, 496 et 538.
  • 162 IAD Bruneau, items 420 à 481.
  • 163 Item 465 de l’inventaire de la bibliothèque. Rappelons que selon Agrippa d’Aubigné, Beringhen avait (...)
  • 164 IAD Bruneau, items 602 à 638.
  • 165 IAD Bruneau, items 650, 651, 652, 653, 655, 414.
  • 166 Danfrie Philippe, Declaration de l’usage du graphometre, Paris, chez ledict Danfrie, 1597.
  • 167 Chorez Daniel, Les admirables lunettes d’approche reduite en un petit volume, Paris, [s. n.], 1625. (...)

48Pierre Beringhen semble néanmoins avoir atteint une confortable prospérité, à laquelle sa charge de valet, ses fiefs et ses offices ne sont certainement pas étrangers. Le train de vie de la maison Beringhen, saisi à travers l’inventaire après décès de Madeleine Bruneau, ne suggère en effet pas « l’embarras de richesse » et l’austère apparence qui caractérisent le patriciat calviniste selon Simon Schama160. Le cabinet de Mme de Beringhen abrite pour près de 10 000 livres de bijoux, dont une montre recouverte de diamants, prisée à elle seule 400 livres. Un carrosse prisé 300 livres ou une tapisserie de haute-lisse composée de neuf pièces, prisée 350 livres, sont d’autres témoignages d’un luxe ostentatoire161. L’inventaire permet aussi d’approcher la culture des Beringhen. La bibliothèque se partage deux pièces de l’hôtel de la rue Frémenteau, près du Louvre. Dans une galerie sont conservés des volumes de toutes tailles, relevant autant de l’histoire que de la science162. On y relève, outre Euclide, Olivier de Serres et divers atlas, « ung livre de figures de toutes sortes d’instruments de guerre faictz à la main in folio163 ». Point d’ouvrages religieux en revanche. Sermons et littérature de controverse se trouvent tous dans le cabinet de Madeleine Bruneau, où ils voisinent avec de nombreux volumes de médecine, de mathématiques et d’histoire164. L’ensemble n’est pas très imposant : peu de grands volumes et de reliures précieuses, quelques centaines de livres tout au plus, l’ensemble étant prisé à peine plus de 200 livres. Il ne semble pas s’agir d’une bibliothèque d’apparat. Les notaires relèvent également la présence d’instruments mathématiques et astronomiques dont « six paires de lunettes », « un fort grand astrolabe de Danfrie », un « compas de proportion », un « carré géométrique », une « paire de lunettes d’aproche de fer blanc », un « graphomètre avec son raporteur de cuivre165 ». Bon nombre de ces instruments peuvent être raisonnablement attribués à des artisans calvinistes. Le graphomètre est une création du graveur et médailleur Philippe Danfrie, qui signe par ailleurs l’astrolabe166. Les lunettes d’approche sont popularisées à Paris par l’opticien calviniste Daniel Chorez167. Quant au compas de proportion, il a été introduit en France par Jacques Alleaume et Didier Henrion. Il est donc fort probable que les instruments mathématiques de l’hôtel de Beringhen, non contents de rendre compte des inclinations scientifiques du valet du roi, témoignent en outre des liens de sociabilité ou d’amitié qui peuvent l’unir aux artisans parisiens membres du « petit troupeau ».

  • 168 BL, Sloane ms. 2042, fol.  21.
  • 169 IAD Bruneau, items 820 à 852.
  • 170 Items 231, 239, 242. Pour le cabinet, voir les items 722 à 752.
  • 171 Bresc-Bautier Geneviève, Archéologie du Grand Louvre : le quartier du Louvre au XVIIe siècle, Paris (...)

49Les mathématiques ne constituent pas le seul domaine du savoir prisé des Beringhen que l’inventaire après décès permet de déceler. Madeleine Bruneau, à l’instar de son mari, s’adonne à l’alchimie et aux préparations chimiques. La British Library conserve un recueil de recettes de cosmétiques attribué à « Mme Beringhen », dans lequel, entre autres, on trouve une « recette à bien purger les peaux » et des préparations de parfums168. Dans l’hôtel de Beringhen, il y avait à la mort de Madeleine Bruneau un cabinet « servant à l’apothiquairerie » et abritant de nombreux ustensiles et essences chimiques : un « fourneau à distiler au bain-marie faict en ovalle de cuivre », « six allambics de terre avec leurs chapelles de verre », « une seringue d’estain », « quarante deux boites de bois tant grandes que moyennes carrées garnies de papier blanc collé dedans et dehors sur chacune desquelles est escrit le nom des drogues qu’elles contiennent », « deux bouteilles d’eaux de vie », etc.169. Sa chambre contient plusieurs dizaines de paires de gants et plusieurs morceaux de peaux destinés selon toute probabilité à de telles expérimentations170. Ces observations sont corroborées par les résultats des fouilles archéologiques de la cour du Louvre, qui ont livré, dans les latrines de l’hôtel Beringhen, de nombreux témoignages matériels et résidus d’opérations de distillation, de fabrication de savon mais aussi d’affinage de métaux171. S’il est difficile de faire la part entre les activités des deux époux, il est en tout cas attesté que l’hôtel de la rue Frémenteau abritait un laboratoire alchimique.

50Typique de son époque, Beringhen l’est d’abord par sa culture, mêlant savoirs occultes et mathématiques. Il l’est aussi par la nature de ses investissements, dans les marais, les mines ou la sériciculture, grandes occasions pour le capital d’alors. Son activité industrielle incessante et à grande échelle est bien une quête de profit – sa correspondance en témoigne – mais elle est aussi sans doute l’actualisation d’un idéal réformé de succès terrestre et de maîtrise technique. C’est un troisième point qui le rattache à son temps. Beringhen est en effet un calviniste qui s’accommode fort bien de servir un ancien coreligionnaire passé au papisme. Si les réformés sont majoritaires dans ses partenaires en affaires, il n’y a pas d’exclusive confessionnelle et le valet du roi n’hésite pas à confier la responsabilité opérationnelle à des catholiques. Le principal allié reste le roi. Sans Henri IV, Beringhen n’est rien. Seuls sa charge de valet et le statut de favori qu’elle dénote expliquent les nombreuses concessions qu’il a reçues et lui permettent de développer ses intérêts industriels aux quatre coins du royaume. En ce sens, les entreprises de Beringhen ne sont qu’un produit du patronage du premier Bourbon.

51Au terme de ce chapitre, l’entreprise technique privilégiée apparaît plurielle. Peu de choses rapprochent en effet des affaires modestes développées dans un cadre familial et local et les investissements récurrents des serviteurs du roi que nous venons d’évoquer. C’est bien là ce qui paraît distinguer les entreprises entre elles. Certains privilèges sont des coups isolés venant à l’évidence en appoint d’autres modalités d’action économique plus routinières. Pour Ramsey, Beringhen et quelques autres inventeurs à répétition que nous avons évoqués, le privilège, signe de leur faveur, est une ressource plus ordinaire. Sur le plan économique, l’usage du privilège n’est toutefois pas un gage de succès. C’est ce qui lui vaudra d’importantes critiques : reposant sur la grâce du souverain et non pas sur le mérite entrepreneurial, le privilège est aux yeux des libéraux une institution qui biaise les jeux de l’économie.

Notes

1 BL, Add. ms. 20921, fol.  44.

2 Trevor-Roper Hugh, Europe’s physician : the Various Lives of Sir Theodore de Mayerne, New Haven, Yale University Press, 2006, p. 336-337 ; Forbes Robert J., A Short History of the Art of Distillation : From the Beginnings Up to the Death of Cellier Blumenthal, Leyde, Brill, 1970, p. 101. En France, David de Landriviers et Pierre Virac avaient obtenu un privilège similaire en 1624 (AN, X1A 8650 fol.  263 ; E80b fol.  419) Or, David de Landriviers appartient au même cercle alchimique que Mayerne. Voir Trevor-Roper Hugh, Europe’s physician, op. cit., p. 93.

3 Bayard Françoise, Le monde des financiers au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1988.

4 Price William Hyde, Patents, op. cit., p. 31-33 ; MacLeod Christine, Inventing, op. cit., p. 15, Thirsk Joan, Economic Policy and Projects. The Development of a Consumer Society in Early Modern England, Oxford, Clarendon Press, 1988, Levy-Peck Linda, Court, op. cit.

5 Asch Ronald G., The Revival, contr. cit.

6 Cuddy Neil, « The Revival of the Entourage : the Bedchamber of James I, 1603-1625 », Starkey David (éd.), The English court from the Wars of the Roses to the Civil War, Londres, Longman, 1987, p. 184.

7 Ibid., p. 188.

8 Ibid., p. 187.

9 Asch Ronald, The Revival, contr. cit., p. 376.

10 Sharpe Kevin, The Personal Rule of Charles I, New Haven, Yale University Press, 1992, p. 249.

11 Asch Ronald G., The Revival, contr. cit., p. 376.

12 Ibid., p. 377-378.

13 Traduit d’après ibid., p. 389-390.

14 Ibid., p. 367-369.

15 TNA, C66/2678/15 et Woodcroft no 88 (TNA, C66/2694/5).

16 Pelling Margaret et White Frances, « Duncombe, Sir Saunder », Physicians and Irregular Medical Practitioners in London 1550-1640 : Database (2004), document électronique, http://www.britishhistory.ac.uk/report.aspx?compid=17389 (consulté le 25 octobre 2013).

17 Respectivement Woodcroft no 76 (TNA, C66/2678/9) ; C66/2650/2 ; C66/2799/15.

18 TNA, C66/2619/3 ; Woodcroft no 77 (C66/2678/10).

19 TNA, PROB 11/171, fol.  59 v°, testament de Charles Mowatt prouvé le dernier mai 1636.

20 Sur Robert Kerr, comte d’Ancram : Stevenson David, « Ker, Robert, first earl of Ancram (1578-1654) », ODNB.

21 Servant de courrier à son maître, Mowett a pu approcher de nombreux aristocrates écossais : Hope Thomas et Laing David (éd.), A Diary of the Public Correspondence of Sir Thomas Hope of Craighall, Bart., 1633-1645, Édimbourg, The Bannatyne Club, 1843, p. 24-25 ; Vian Alsager, « Erskine James, sixth earl of Buchan (d. 1640) », ODNB.

22 TNA, PROB 11/319, fol.  82, testament d’Edward Keeling, prouvé le 13 janvier 1665 ; TNA, PROB 11/310, fol.  329 v°, testament de Nathaniel Waterhouse prouvé le 31 janvier 1662.

23 TNA, SO3/10, février 1634 [1633].

24 L’identification n’est toutefois pas certaine et il peut s’agir d’un homonyme. Sur ce personnage, voir Raylor Timothy, « Providence and Technology in the English Civil War : Edmond Felton and his engine », Renaissance Studies, vol. 7, no 4, (1993), p. 398-413.

25 Mowet Charles [ ?], A Direction to the Husbandman, Londres, Augustine Mathewes, 1634 (STC no 6902). Sur Benedict Webb, voir Moir Esther, « Benedict Webb, clothier », The Economic History Review, New Series, vol. 10, no 2 (1957), p. 256-264.

26 TNA, SO3/10, février 1634 [1633].

27 Ashton Robert, The City and the Court, 1603-1643, Cambridge, Cambridge University Press, 1979, p. 143-144.

28 Woodcroft no 54 et 90 ; McIntyre G. S., « Brouncker, William, second Viscount Brouncker of Lyons (1620–1684) », ODNB.

29 Woodcroft no 4, 40, 65.

30 Pour Lanier, voir Woodcroft no 70 (TNA, C66/2644/20).

31 AN, MC/ÉT/XXXIV/52, 15 mars 1631.

32 AN, MC/ÉT/LXXIII/376, acte du 21 septembre 1644.

33 AN, MC/ÉT/XXIX/171, 26 mars 1620, traité d’association entre Jean Raboyet et Anselme Bourberin.

34 AN, MC/ÉT/CV/330, 27 janvier 1618, accord entre Jacques-Antoine Verde et Henri de Lorraine.

35 AN, MC/ÉT/XCI/314, accord du 26 décembre 1657.

36 AN, E 1708 fol.  358, arrêt du Conseil du roi, 24 octobre 1658.

37 AN, Y 164, fol.  167 v°.

38 AN, Y 164, fol.  391 v° et AN, MC/ÉT/XXIX/168, fol.  232, acte du 24 octobre 1624. Sur David Laigneau, voir Matton Sylvain, « Vie et œuvre de David Laigneau, alchimiste et médecin du roi », Lagneau David, Harmonie mystique, Paris, Gutenberg Reprints, 1986 (1636), p. 7-38.

39 AN, X1A 8649 fol.  124 pour l’arrêt d’enregistrement au parlement de Paris daté du 6 octobre 1618. Brunel a fait publier ses lettres patentes : Discours sur l’admirable invention de la machine du sieur Brunel, [s. l. n. d.] (BNF no V7221).

40 AN, MC/ÉT/XI/99, fol.  266, acte du 26 avril 1617.

41 Voir Doorman G., Patents, op. cit., p. 115 (G 160, 15 août 1617). Brunel demande une durée de 20 ans et obtient 7 ans.

42 Moreri Louis, Le grand dictionnaire historique, t. L, Paris, Jean-Baptiste Coignard, 1707, p. 638-639.

43 Bibliothèque municipale de Toulouse, ms. 506, fol.  189 r°.

44 AN, MC/ÉT/CV/347, acte du 9 août 1622.

45 AN, MC/ÉT/XXIX/168, fol.  232, acte du 24 octobre 1624.

46 Sur l’enclos du Temple, voir Curzon Henri de, La maison du Temple de Paris, histoire et description, Paris, Hachette, 1888.

47 Ibid., p. 277.

48 Ibid., p. 293.

49 Patin Guy, Lettres choisies de feu M. Guy Patin, Paris, Jean Petit, 1697, p. 2, lettre à Charles Spon, 20 janvier 1645. Peut-être s’agit-il de l’invention de Jean Théson, privilégiée en 1644.

50 Woodcroft no 141 (TNA, C66/3067/20). Sur Willoughby : Lacombe Michael A., « Willoughby, Francis, fifth Baron Willoughby of Parham (bap. 1614, d. 1666) », ODNB.

51 AN, X1A 8652 fol 348 ; U 2094 fol 92 ; V6/103, arrêt du 2 mars 1635 ; U 2098 fol.  352.

52 Woodcroft no 79 (TNA, C66/2699/10) ; Bodl. Bankes ms. 11/7.

53 Villebressieu Étienne de, Estienne de Villebressieu, Ingénieur du Roy, de la Ville de Grenoble, [s. l. n. d.], BM Grenoble, no V56. Le document se trouve également dans les Hartlib’s Papers (HP, 8/67/1A-2B).

54 Baillet Adrien, Vie de Descartes, t. I, op. cit., p. 257-259.

55 HP, 67/22/5A-6B, Lettres de John Beale à Samuel Hartlib, novembre 1659.

56 HP, 8/67/2A ; HP, 26/40/1A-2B.

57 AN, X1B 8857, 7 septembre 1652 ; Halleux Robert, Guillerme André et Santangelo Georgia (éd.), Les maîtres, op. cit., p. 42 pour les privilèges liégeois et hollandais.

58 Voir l’arrêt du Conseil du roi du 23 janvier 1636 : AN, E 128b, fol.  242.

59 Hoefer Jean-Chrétien Ferdinand (dir.), Nouvelle biographie générale, vol. 30, Paris, Firmin Didot, 1859, p. 559 ; Knowlson James R., « Jean Le Maire, the Almérie, and the “musique almérique” : a Set of Unpublished Documents », Acta Musicologica, vol. 40, jan. -mars 1968, p. 86-89.

60 AN, Y 189, fol.  233, donation passée devant Daubanton, notaire, le 1er juin 1652, et insinuée au Châtelet le 2 septembre.

61 AN, Y 208, fol.  261, donation de Jacques de Lissavide et Robert Martin à Claude Fontayne, insinuée le 16 décembre 1665.

62 AN, MC/ÉT/XLII/75, fol.  251, acte du 26 mai 1629, désistement d’une association. Voir AN, X1A 8651 fol.  17 pour la lettre patente du 11 février 1627.

63 Sur cet aspect, voir Grassby Richard, The Business Community of Seventeenth-Century England, Cambridge, Cambridge University Press, 1995, p. 401.

64 Woodcroft no 39 (TNA, C66/2432/7) ; TNA, PROB 11/163, fol.  416 v°, testament de John Apprice prouvé le 13 février 1632.

65 TNA, C66/2432/7 ; Woodcroft no 41 et 72, délivrés en 1627 et 1634. Voir le testament d’Ambrose Prewett prouvé le 13 décembre 1647 : PROB 11/202, fol.  317.

66 Fagniez Gustave, L’économie sociale, op. cit., p. 29, p. 148-149 ; Morera Raphaël, Les assèchements, op. cit., p. 235-240.

67 « Merchant Strangers », éd. H. C. et W. H Overall, Analytical index to the series of records known as the Remembrancia : 1579-1664 (1878), p. 209-210, document électronique, http://www.britishhistory.ac.uk/report.aspx?compid=59951 (consulté le 25 octobre 2013).

68 Woodcroft no 4, 40 et 65.

69 John Browne était déjà détenteur d’un privilège en 1635 : TNA, C66/2694/4.

70 TNA, SP16/153, fol.  34.

71 BL, Harley ms. 429, fol.  72 v° ; TNA, SP14/104/136 ; SP16/91/51 ; Broadway J., Cust R. et Roberts S., Docquets of Lord Keeper Coventry, 1625-1640, Colchester, UK Data Archive, 2000, entrée « Office » no 451, 3 juin 1636.

72 Traduit d’après TNA, SO3/8, mars 1626.

73 TNA, C66/2392/2.

74 Yamamoto Koji, Distrust, op. cit.

75 Mowet Charles [ ?], A direction, op. cit. ; Bulmer John, A Note of Such Arts and Mysteries, [s. l. n. d.] ; Plattes Gabriel, Certaine New Inventions and Profitable Experiments Necessary to be Known of all Farmers, Londres, R. Bishop [ ?] pour A. Hebb, 1640 ; Neade William, The Doublearmed Man by the New Invention, Londres, [Miles Flesher] pour I. Grismand, 1625 ; Ford Edward, A Designe for Bringing a Navigable River, Londres, John Clarke, 1641.

76 Guelphe Ambroise de, Discours présenté au roy par Ambroise de Guelphe dauphinois, Paris, [s. n.], 1625 (BNF no V11114) ; Villebressieu Étienne de, Estienne, op. cit. ; Brunel Jean, Discours sur l’admirable invention de la machine du sieur Brunel, [s. l. n. d.] (BNF no V7221).

77 Bulmer John, The Proposition of Captaine John Bullmer, [s. l. n. d.].

78 Doorman G., Patents, op. cit., p. 130 et 133, privilèges délivrés le 12 janvier 1629 et le 23 janvier 1631 ; HP, 71/12/4B ; HP, 8/63/25A pour la requête non datée aux échevins et maire de Londres.

79 Traduit d’après HP, 71/12/11A-12B.

80 Traduit d’après HP, 71/12/9A-10B, note de Hartlib sur les inventions de Berg, non datée.

81 HP, 8/63/19A-23B.

82 Traduit d’après HP, 71/12/1A-7B.

83 HP, 71/12/9A-10B ; HP, 71/12/16A-17B ; TNA, C66/2735/1 pour le privilège enrôlé ; Bodl., Bankes ms. 11, pièce no 67 pour la requête de mars 1636.

84 Yamamoto Koji, « Reformation and the Distrust of the Projector in the Hartlib Circle », The Historical Journal, vol. 55, 2 (2012), p. 375-397. Voir aussi sur cette question : Dunn Kevin, « Milton among the Monopolists : Areopagitica, Intellectual Property and the Hartlib Circle », Greengrass Mark, Leslie Michael et Raylor Timothy (éd.), Samuel Hartlib & Universal Reformation. Studies in Intellectual Communication, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 177-193.

85 HP, 64/19/1A-2B ; HP, 48/4/1A-2B, non daté, pour le contrat avec Gaspar Calthoff, en allemand.

86 Voir HP, 31/3/5A-6B ; HP, 31/3/3A ; HP, 31/3/11A-12B ; HP, 31/3/15A-16B.

87 Webster Charles, Great Instauration, op. cit., p. 358-359.

88 McConnell Anita, « Ramsay, David (c. 1575–1660) », ODNB.

89 Hatfield House, Cecil Papers, 109/65.

90 CSPD James I, 1619-1623, document électronique, http://www.british-history.ac.uk/report.aspx?compid=51650 (consulté le 25 octobre 2013).

91 TNA, C66/2694/18 ; Woodcroft no 78.

92 TNA, C66/2678/13 ; C66/2535/27 ; TNA, SO3/11, mars 1635.

93 Traduit d’après TNA, SP16/251/48.

94 Traduit d’après HP 63/4/3A.

95 TNA, SP16/132/57.

96 BL, Add. ms. 20921, fol.  44 ; TNA, SP16/154/20.

97 Ruellet Aurélien, Les privilèges d’invention, art. cité, p. 45-48.

98 TNA, SP16/4/127 (26 juillet 1625) ; SO3/9, juillet 1628 et SO3/10, novembre 1630 ; SP16/4/127 (26 juillet 1625) ; SO3/10, mai 1631 ; SO3/11, mars 1635 et SO3/11, août 1635.

99 Traduit d’après Woodcroft no 49, TNA, C66/2535/25.

100 Traduit d’après Woodcroft no 50, TNA, C66/2535/26.

101 TNA, C66/2799/18.

102 Woodcroft no 53, TNA, SO3/10, novembre 1630, C66/2535/27 ; Woodcroft no 117, TNA, C66/2838/22.

103 Halleux Robert, Guillerme André et Santangelo Georgia (éd.), Les maîtres, op. cit., p. 31-33.

104 Woodcroft no 50.

105 Pour l’eau-de-vie, voir la lettre déjà citée de Théodore de Mayerne (BL, Add. ms. 20921, fol.  44.). Pour la technique de teinturerie : Woodcroft no 68 ; TNA, C66/2678/13.

106 Traduit d’après Woodcroft no 78, TNA, C66/2694/18.

107 TNA, SO3/9, juillet 1628.

108 Traduit d’après la lettre du 9 mai 1639, CSPD : Charles I, 1639 (1873), p. 103-167, document électronique, http://www.british-history.ac.uk/report.aspx?compid=52859(consulté le 25 octobre 2013) [TNA, SP16/420/120].

109 Schuchard Marsha Keith, Restoring the Temple of Vision. Cabalistic Freemasonry and Stuart Culture, Leyde, Brill, 2002, p. 380-381.

110 Ibid., p. 390.

111 Bodl., Ashmole ms. 971, 17 ; ms. 1440, 14.

112 Traduit d’après Lilly William, William Lilly’s History of His Life and Times, From the Year 1602 to 1681, Londres, Charles Baldwyn, 1715, p. 89-91.

113 HP, 3/2/125A ; HP, 28/2/12B, Éphémérides pour l’année 1651.

114 HP, 7/12/4B, 5/2/2B, 5/32/2A. David Ramsey semble également obtenir la naturalisation pour Robert Ramsey et pour John Dury (TNA, SO3/11, avril 1635). Sur John Dury et Samuel Hartlib, la bibliographie est abondante. On citera Webster Charles, Great Instauration, op. cit. ; Greengrass Mark, Leslie Michael et Raylor Timothy (éd.), Samuel Hartlib, op. cit., notamment p. 95-137.

115 HP, 1/2/1A-2B.

116 HP, 4/3/82A. Sur la relation entre Worsley et Ramsey, voir Leng Thomas, Worsley, op. cit., p. 40.

117 Traduit d’après HP, 8/35/1B.

118 HP, 63/4/4A. Le mémoire, en huit articles, récapitule certaines « propositions » que les Ephémérides de Hartlib attribuent par ailleurs à Ramsey.

119 Da Vinha Mathieu, Les valets de chambre de Louis XIV, Paris, Perrin, 2004. Signalons les travaux très fouillés de Jacques le Marois, d’ordre généalogique, qui ont fourni beaucoup de pistes documentaires qui ont alimenté le matériau présenté ici (http://www.lemarois.com/jlm/data/j20bcaumont.html [consulté le 25 octobre 2013]).

120 Comme dans Haag Eugène et Émile, La France Protestante, 2e éd., t. II, op. cit., p. 338.

121 Tallemant Des Réaux Gédéon, Historiettes, t. III, op. cit., p. 30-33 (« Madame de Beringhen et son fils »). L’anecdote de la rencontre entre Henri IV et Beringhen est également donnée par Saint-Simon Louis de Rouvroy, duc de, Mémoires, t. I, Paris, Hachette, 1856, p. 71.

122 Aubigné Théodore Aggripa d’, Histoire Universelle, vol. 9 : 1594-1602, éd. André Thierry, Genève, Droz, 1995, p. 93.

123 L’inventaire après décès (mentionné après IAD) de Madeleine Bruneau (AN, MC/ÉT/CXVIII/1, 10 mars 1640) mentionne dans les titres et papiers l’IAD de Pierre de Beringhen à la date du 11 mai 1619, mais celui-ci est absent des minutes du notaire Fontaine.

124 Wallerstein Immanuel, « Le capitalisme de Braudel ou le monde à l’envers », Revel Jacques (dir.), Fernand Braudel et l’histoire, Paris, Hachettes littératures, 1999, p. 156.

125 Trevor-Roper Hugh, Europe’s Physician, op. cit., p. 331.

126 Lamé-Fleury Ernest J. F., De la législation minérale sous l’ancienne monarchie, Paris, Auguste Durand, 1857, p. 83 et 172.

127 Ibid., p. 172.

128 AN, X1A 8645, fol.  377-378, arrêt de vérification du parlement de Paris.

129 Tessereau Abraham, Histoire chronologique, t. I, op. cit., p. 283 et p. 316.

130 Beaurepaire Charles de, Cahiers des États de Normandie sous le règne de Henri IV : documents relatifs à ces assemblées, Rouen, Charles Métérie, 1882, p. 304.

131 AN, X1A 8644 fol.  395 vo ; AN, MC/ÉT/CXVIII/848, 3 juin 1626 et 10 mars 1626 ; AN, X1A 8645 fol.  304 ; AN, MC/ÉT/CXVIII/829, acte du 24 avril 1617 ; AN, X1A 8649 fol.  1.

132 Privilège de mars 1607 enregistré le 9 juin 1607 (X1A 8646 fol.  19).

133 AN, MC/ÉT/CXVIII/832, 18 juillet 1618.

134 AN, MC/ÉT/CXVIII/835, 11 janvier 1619.

135 AN, MC/ÉT/CXII-6A, acte du 22 avril 1604 ; AN, E18a, fol.  36 r° ; AN, MC/ÉT/XCVIII/84, actes du 15 juin 1611 ; titre 45 de l’IAD Madeleine Bruneau.

136 AN, MC/ÉT/XI/99, 26 avril 1617, fol.  266.

137 Laffemas Barthélemy de, Lettres et exemples de la feu Royne mère, Paris, Pierre Pautonnier, 1602, section VII.

138 AN, E10a fol.  33 r°, arrêt du 26 janvier 1606. La calamine, nommée « chalmine » dans l’arrêt du Conseil du roi, désignait à l’époque moderne le minerai de zinc.

139 Le pouvoir calorifique insuffisant de la tourbe la rend toutefois impropre à cet usage.

140 Tallemant des Réaux Gédéon, Historiettes, t. III, op. cit., p. 22. Voir l’inventaire après décès de Sébastien Bruneau : AN, MC/ÉT/CXVIII/829, 17 avril 1617.

141 BNF, Dossiers Bleus, 86, 2013, lettre de Pierre de Beringhen à son cousin Dirick, 11 janvier 1600.

142 BNF, Cabinet Hozier, 40, fol.  17. Lettre de Pierre de Beringhen à Théodore de Beringhen, le 9 mai 1615.

143 BNF, Dossiers Bleus, 86, 2013.

144 BNF, Dossiers Bleus, 86, 2013, 4e lettre. Lettre de Nicole Lebey de Batilly à Monsieur Dirick van Beringhen à Rennes (dernier mars 1604).

145 BNF, Dossiers Bleus, 86, 2013, fol.  26 r°. Lettre de Nicole Lebey de Batilly à Dirick van Beringhen, 25 septembre 1603.

146 BNF, Dossiers Bleus, 86, 2013, fol.  27 v°. Lettre de Nicole Lebey de Batilly à Monsieur Dirick van Beringhen à Rennes, 18 juillet 1607.

147 BNF, Dossiers Bleus, 86, 2013, fol.  28 r°. Lettre de Pierre de Beringhen à Dirick van Beringhen, 19 octobre 1607.

148 BNF, Dossiers Bleus, 86, 2013. Lettre de Pierre de Beringhen à Dirick van Beringhen, 5 février [1603 ?].

149 Choné Paulette, « À propos du peintre Charles Mellin, un essai d’industrialisation à Nancy au début du XVIIe siècle », Le Pays Lorrain, 64, no 1 (1983), p. 35-50. Voir BNF, Lorraine 458 et 475 bis.

150 Voir AD 08, BMS Mézières, 13 octobre 1603, 23 juillet 1605 et 21 avril 1607. En 1607, Gabriel de la Roche est présenté comme « maître-chaudronnier » demeurant à Mézières.

151 AN, MC/ÉT/CXVIII/847, acte du 10 mars 1626.

152 AM Sedan, Fonds Gourjault, 194, 12 (non consulté).

153 Pérouse Marie-Louise, Chessy-les-mines de la préhistoire à nos jours, Chessy, M.-L. Pérouse, 1991, p. 36 ; Bourgoin Alain, « L’exploitation des mines de Chessy du moyen-âge à nos jours », Braemer François (éd.), Les ressources minérales et l’histoire de leur exploitation, Paris, éditions du CTHS, 1986, p. 223-235.

154 Guigue Georges, Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790, Rhône. Série E supplément, archives anciennes des communes, Lyon, librairie générale Henri George, 1902, p. 208.

155 AD 69, 11G321, succession Benoit de Pomey, 5 mai 1648 ; AD 69, 106 J1-104 (Dossiers « Frécon » sur les familles lyonnaises). Plusieurs actes passés chez le notaire Gajan les concernent (21 août 1621, 9 août 1624, 9 août 1646, etc.).

156 AN, MC/ÉT/CXVIII/832, acte du 18 juin 1618.

157 AN, X3A 70, non folioté, passim.

158 BNF, Pièces originales 298, 6526, fol.  70.

159 AN, MC/ÉT/CXVIII/847, 10 mars 1626.

160 AN, MC/ÉT/CXVIII/1, Inventaire après décès de Madeleine Bruneau (IAD Bruneau par la suite) en date du 10 mars 1640. Nous ne sommes pas parvenus à localiser l’inventaire après décès de Pierre de Beringhen. Sur « l’embarras de richesses », voir Schama Simon, L’embarras de richesses. La culture hollandaise au Siècle d’Or, Paris, Gallimard, 1991.

161 IAD Bruneau, items 331, 496 et 538.

162 IAD Bruneau, items 420 à 481.

163 Item 465 de l’inventaire de la bibliothèque. Rappelons que selon Agrippa d’Aubigné, Beringhen avait confectionné des engins lors des guerres de religion.

164 IAD Bruneau, items 602 à 638.

165 IAD Bruneau, items 650, 651, 652, 653, 655, 414.

166 Danfrie Philippe, Declaration de l’usage du graphometre, Paris, chez ledict Danfrie, 1597.

167 Chorez Daniel, Les admirables lunettes d’approche reduite en un petit volume, Paris, [s. n.], 1625. Sur Chorez, voir aussi HP, 56/1/25A.

168 BL, Sloane ms. 2042, fol.  21.

169 IAD Bruneau, items 820 à 852.

170 Items 231, 239, 242. Pour le cabinet, voir les items 722 à 752.

171 Bresc-Bautier Geneviève, Archéologie du Grand Louvre : le quartier du Louvre au XVIIe siècle, Paris, RMN, 2001, p. 104.

Table des illustrations

Légende Ill. 2. – Un réseau d’entrepreneurs dans les archives anglaises : mentions d’individus dans des lettres patentes (C66), des testaments (PROB) et un imprimé (A Direction to the Husbandman).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46968/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Ill. 3. – Un réseau allemand et hollandais à la cour. Mentions des individus dans des lettres patentes (C66), des requêtes (SP16) et dans le journal de l’Artillerie (BL, Harley ms. 429).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46968/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540