Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Maison de Salomon

 | 
Aurélien Ruellet

Deuxième partie. Logiques étatiques

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Halleux Robert, « Les origines de la notion de politique scientifique en Europe. Introduction géné (...)
  • 2 Evans Robert J. W., Rudolf II and his World : a Study in Intellectual History, Oxford, Clarendon P (...)

1À l’issue de ce deuxième moment de l’étude, l’État apparaît bien comme un acteur incontournable des carrières savantes et des mécanismes de patronage. S’il est encore très loin de constituer un État techno-scientifique féru de Big Science, le maigre édifice administratif monarchique se dote, en France comme en Angleterre, de départements spécialisés. Surtout, parmi les officiers qui peuplent la haute administration, œuvrent de plus en plus des individus aux intérêts scientifiques affirmés, qui peuvent, à partir de leurs prérogatives, protéger nombre de carrières. Les initiatives restent cependant bien dispersées et il n’est pas encore possible, loin s’en faut, de parler de « politique scientifique1 ». Les princes ont toutefois des domaines d’intérêt qui, historiquement, révèlent une certaine constance. Les recherches militaires à dominante utilitaire et les recherches hydrauliques à dominante spectaculaire ou curieuse ont ici été abordées, mais bien d’autres auraient pu l’être : il n’est que de songer aux recherches minières ou aux propositions des alchimistes qui dès le Moyen Âge ont l’oreille des monarques. La France et l’Angleterre ne se comparent toutefois pas complètement aux « cours savantes » de Rodolphe II de Prague ou de Ernst de Bavière2. Louis XIII ou Charles Ier paraissent en effet, à quelques exceptions près, se tenir à distance raisonnable des pratiques scientifiques et des savantes propositions qui sont soumises aux officiers.

2Le cas des longitudes est peut-être exemplaire. La monarchie française est bien impliquée puisqu’elle promet récompense par l’intermédiaire d’un ministre auquel tiennent à cœur les affaires de navigation. Mais l’administration, ici, n’a pas l’initiative des recherches et se contente de répondre aux sollicitations de Jean-Baptiste Morin en déléguant l’expertise au milieu savant et à quelques conseillers-courtisans comme Bautru. Ce qui distingue donc le patronage gouvernemental des politiques scientifiques modernes, c’est bien que les velléités d’encouragement aux pratiques scientifiques ou les faveurs accordées à tel ou tel sont toujours portées par des personnes privées davantage que par des appareils administratifs. En cela, si l’on peut parler de patronage gouvernemental, officiel ou étatique, c’est souvent par commodité, dans la mesure où la distinction public/privé est largement arbitraire. C’est également ce qui apparaît si l’on porte l’étude sur un autre foyer de promotion des savoirs techniques, l’entreprise, qui se situe aussi à la confluence du public et du privé.

Notes

1 Halleux Robert, « Les origines de la notion de politique scientifique en Europe. Introduction générale », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, 2011, publication électronique, http://crcv.revues.org/11433(consulté le 1er décembre 2013).

2 Evans Robert J. W., Rudolf II and his World : a Study in Intellectual History, Oxford, Clarendon Press, 1973 ; Moran Bruce T., The Alchemical World of the German Court : Occult Philosophy and Chemical Medicine in the Circle of Moritz of Hessen (1572-1632), Stuttgart, Franz Steiner, 1991 ; Bernès Anne-Catherine et Halleux Robert, « La cour savante d’Ernst de Bavière », Archives internationales d’histoire des sciences, no 134, juin (1995), p. 1-26.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540