Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Maison de Salomon

 | 
Aurélien Ruellet

Deuxième partie. Logiques étatiques

Chapitre IV. La querelle des longitudes et les jeux du patronage

Texte intégral

1S’il y a un problème scientifique qui rapproche la philosophie naturelle renaissante et classique de la Big Science contemporaine, c’est bien celui des longitudes. S’y mêlent en effet considérations stratégiques et géopolitiques, développement d’une instrumentation adaptée, soutien financier de l’État et course entre puissances. Le problème des longitudes – connaître la longitude d’un observateur, qu’il soit sur mer ou sur terre – n’est pas qu’un enjeu abstrait, mais intéresse les autorités, prêtes à récompenser l’auteur d’une solution véritable. Les plus grands noms de la science classique – Stevin, Galilée, Huygens – y vont de leurs propositions, lesquelles ne sont toutefois pas satisfaisantes jusqu’au perfectionnement de l’horloge marine par John Harrison au XVIIIe siècle. Dans ce chapitre consacré à la France, nous revenons sur l’une de ces propositions, celle qu’émet en 1634 le médecin, astrologue, astronome et mathématicien Jean-Baptiste Morin. Cette méthode est jugée selon un dispositif original – une expertise publique – et donne lieu à une controverse qui dure de nombreuses années. Cette polémique, désignée dans l’historiographie sous le nom de « querelle des longitudes » constitue un site privilégié d’observation des mécanismes du patronage. Avant d’aborder cette querelle, sont exposées dans un premier temps les méthodes de détermination des longitudes qui avaient été proposées à l’État français au début du XVIIe siècle et dont certaines demeurent mal connues. Les pages qui suivent présentent également le contexte institutionnel – l’action de Richelieu à tête de la surintendance de la navigation – qu’il est nécessaire d’avoir à l’esprit pour comprendre la démarche de Morin. Dans un second temps, le déroulement de la querelle et ses protagonistes principaux sont abordés. Enfin, nous revenons sur les jeux du patronage qui nourrissent et exacerbent la controverse, en analysant la trajectoire de Morin à la lumière de documents qui n’avaient pas, à notre connaissance, été localisés : son testament et son inventaire après décès.

Les longitudes, une affaire d’État(s)

  • 1 Andrewes William J. H. (éd.), The Quest for Longitude, Cambridge, Collection of Historical Scienti (...)

2Faire le point en mer – connaître la position d’un navire – est aujourd’hui chose aisée grâce au système de géolocalisation GPS mais représentait un défi insurmontable pour les navigateurs de la Renaissance. La mesure de la latitude en mer ne pose guère de problème : il s’agit d’une simple mesure d’angle qui peut être réalisée à l’aide d’instruments rudimentaires tels que le « bâton de Jacob ». Connaître la longitude est une autre affaire. On peut certes imaginer estimer la distance parcourue quotidiennement, et relever les changements de cap. À l’échelle d’une navigation transatlantique, les erreurs s’accumulant, cette méthode n’est d’aucun secours. D’autres pistes ont donc été explorées et peuvent être classées en trois catégories1.

3Les méthodes magnétiques prétendent déterminer la position de l’observateur par la mesure de la déclinaison magnétique, appelée dans les textes de l’époque « variation du compas ». Une telle méthode a soulevé de nombreux espoirs au cours du XVIe siècle, avant que le caractère manifestement imprévisible de cette déclinaison ne fasse rechercher d’autres solutions. Les méthodes astronomiques proposent de déterminer l’heure d’un lieu dont la longitude est connue, puis de la comparer à l’heure locale d’observation. La différence d’heure donne alors la différence de longitude, à raison de 15° par heure. Cette détermination repose sur les mouvements apparents de la lune. La parallaxe et la réfraction sont toutefois des obstacles qui ne paraissent pas pouvoir être vaincus au cours du XVIIe siècle. C’est pourquoi des méthodes mécaniques sont aussi recherchées. Il s’agit d’embarquer à bord du navire une horloge donnant l’heure d’un lieu de longitude connue. Celle-ci est ensuite comparée à l’heure locale, déterminée par observation céleste. Gemma Frisius a le premier proposé une telle solution théorique en 1530, mais sans disposer alors de l’instrument nécessaire. La houle, les variations de condition atmosphérique et le manque de précision des horloges rendent cette méthode impraticable jusqu’au perfectionnement des mécanismes à pendule au cours du XVIIIe siècle.

4Pour des questions géostratégiques, les grandes puissances du temps sont intéressées à la résolution du problème des longitudes. Au XVe siècle et pendant les premières décennies du XVIe siècle, le Portugal et l’Espagne sont les seuls États en lice dans la constitution d’empires coloniaux et se sont partagés le monde selon le fameux « méridien de Tordesillas ». La mesure de la longitude devient dès lors le critère de détermination de la souveraineté sur des territoires disputés. En 1529, après la circumnavigation de Magellan, Espagnols et Portugais se disputent ainsi le riche archipel des Moluques. En l’absence de mesure fiable et incontestée de la longitude, c’est une négociation diplomatique et une compensation financière – 350 000 ducats – qui permettent au roi du Portugal Jean III d’obtenir de Charles Quint, par le traité de Saragosse, la maîtrise des îles à épices. Dès le milieu du XVIe siècle, la France, l’Angleterre puis les Provinces-Unies contestent ouvertement le monopole espagnol et portugais et se lancent dans la course coloniale. Dans le contexte d’une compétition impériale élargie et plus intense, connaître les longitudes pour mieux maîtriser l’espace maritime est donc un enjeu stratégique de première importance.

  • 2 Doorman G., Patents, op. cit., p. 95 (G17), p. 97 (G35), p. 100 (SG 4715).
  • 3 Howse Derek, Greenwich Time and the Discovery of the Longitude, Oxford, Oxford University Press, 1 (...)

5Il n’est dès lors pas étonnant que les souverains aient engagé les savants à rechercher des solutions à cet épineux problème. En 1567, Philippe II d’Espagne promet une récompense à l’auteur de la découverte. En 1598, son fils Philippe III offre à son tour 6 000 ducats et un dédommagement pour les frais de la recherche. Les États-Généraux des Provinces-Unies ne sont pas en reste. Vers 1600, sollicités par plusieurs inventeurs, ils promettent une récompense de 5 000 florins et 1 000 livres flamandes à l’auteur d’une solution véritable2. Entre 1600 et 1640, les États-Généraux examinent au moins cinq propositions, émanant de Flamands mais aussi d’étrangers. Des commissions ad hoc sont convoquées pour enquêter sur ces méthodes. Les meilleurs esprits du temps sont stimulés par cette compétition. Galilée propose ainsi une méthode astronomique fondée sur la détermination des heures à l’aide des éclipses de Jupiter. Il offre d’abord sa solution aux Espagnols en 1616. Après un long échange épistolaire, le savant toscan renonce et se tourne vers Provinces-Unies. Le gouvernement le récompense d’une chaîne en or3.

  • 4 Cervantes Miguel de, El coloquio de los perros, Barcelone, Red Ediciones, 2012, p. 80. Cité (en an (...)

6De telles gratifications et la gloire qu’elles procurent font rapidement de la question des longitudes un défi attirant farfelus et ambitieux de tous bords. À l’instar de la quadrature du cercle ou du mouvement perpétuel, trouver « la longitude en mer » devient une gageure et, comme telle, l’objet de discours satiriques, dont Cervantès a par exemple enregistré l’écho4. La France ne reste pas à l’écart de ce mouvement et plusieurs savants proposent leurs solutions aux autorités, par voie manuscrite ou imprimée. Nous détaillons ici quelques-unes de ces propositions, parfois méconnues, qui illustrent le contexte institutionnel et politique dans lequel intervient quelques années plus tard Jean-Baptiste Morin.

  • 5 Nautonier Guillaume de, Mécométrie, op. cit., Sur Nautonier, voir Mayaud Pierre-Noël et Mandea Mio (...)
  • 6 Dounot Didier, Confutation, op. cit., fol.* iii v°.
  • 7 Mayaud Pierre-Noël et Mandea Mioara, Nautonier, art. cité, p. 172-173. Quelques décennies plus tar (...)

7En 1603, Guillaume de Nautonier, introducteur de la « philosophie magnétique » de William Gilbert en France, propose dans sa Mécométrie d’utiliser la variation de l’aimant pour calculer les longitudes5. Diplômé de l’université de Lausanne et ministre calviniste, Nautonier semble avoir eu l’amitié de Sully et des réformés entourant Henri IV. Il prend le contre-pied de Gilbert qui présentait les variations du compas comme accidentelles et assimilait l’axe du champ magnétique de la terre et son axe de rotation. Pour Guillaume de Nautonier, les variations du compas sont systématiques et s’expliquent par la divergence entre ces deux axes. L’ouvrage, dont les parties sont dédiées, entre autres, à Henri IV, Sully et Jacques Ier, semble connaître un certain succès, au moins auprès des élites et des savants. Didier Dounot, son principal adversaire, affirme que « son livre avoit esté reveu & approuvé par les Lecteurs Mathematiciens du Roy & que par son commandement il en avoit esté recompensé, qu’il en tiroit une honneste pension6 ». La Mécométrie est traduite dans plusieurs langues, mais est rapidement contestée, en France comme en Angleterre7. Les tables « mécographiques » dressées par Nautonier sont en effet trop lacunaires, imprécises et sujettes à caution. Son modèle de dipôle magnétique n’est pas opératoire pour les navigateurs.

  • 8 Scotto Benedetto, Démonstrations des longitudes, tant en mer qu’en terre, Paris, Jean Bessin, 1623
  • 9 Ibid., fol. A ij.
  • 10 Scotto Benedetto, Globe maritime avec la cognoissance et pratique des longitudes, Paris, Jean Bess (...)
  • 11 Scotto Benedetto, Globe maritime, op. cit., dédicace au roi.

8Dans les années 1610, le mathématicien et navigateur génois Benedetto Scotto tente sa chance8. Non content de promettre la détermination des longitudes par une méthode astronomique, il propose au roi de France d’ouvrir une route maritime vers l’Orient par le Nord-Est, malgré les échecs répétés des navigateurs anglais. Dans ses ouvrages publiés au début des années 1620, le Génois affirme avoir obtenu du roi le titre « d’admiral des Mers Polaires & Orientales » et l’autorisation d’équiper trois navires pour mettre en application les préceptes de sa navigation scientifique et explorer le passage du Nord-Est9. Scotto, qui est aussi quadrateur de cercle, se présente par ailleurs comme inventeur de plusieurs machines de guerre et de dispositifs hydrauliques10. Toutefois, les « affaires du roi » et « divers accidents » auraient prématurément mis un terme à ses entreprises. Aucune suite ne semble avoir été donnée aux mirobolants projets de ce mathématicien, qui en est réduit à menacer le roi de divulguer son invention à d’autres nations, évoquant son « indicible regret de voir perdre à V. M. ce qu’un autre Prince pourra accepter11 ». L’absence de cautions savantes et le style même de la requête de Scotto, alternant lamentations sur sa condition présente et chantage à la divulgation de son secret, n’en font probablement pas un candidat très sérieux.

  • 12 Cité dans Hildesheimer Françoise, Richelieu, Paris, Flammarion, 2004, p. 143.
  • 13 Ibid., p. 143-144.
  • 14 AMAE, MD, 797, fol. 54-55. Le projet est repris pour l’essentiel dans le « Code Michau ». Voir Cai (...)
  • 15 AMAE, MD, 795, fol. 220.

9À la fin des années 1620, Richelieu est devenu l’homme à séduire pour ceux qui prétendent avoir percé le secret des longitudes. Rappelons qu’en 1626, le cardinal-ministre crée pour lui-même la charge de « grand maître, chef et surintendant général de la navigation et commerce de France ». Richelieu avait refusé de toucher des gages pour cette fonction, signe qu’elle ne constitue pas pour lui une sinécure et une source de rente. Elle se trouve, avec son objet la mer, au cœur de la politique de grandeur et de puissance du cardinal. « La mer est celui de tous les héritages sur lequel tous les souverains prétendent plus de part, et cependant c’est celui sur lequel les droits d’un chacun sont moins éclaircis » affirme Richelieu dans son Testament politique12. De fait, il se montre actif dans ce domaine : il accroît le contrôle de l’État sur les amirautés et les gouvernements des provinces littorales et se préoccupe de la flotte de guerre comme de la flotte commerciale13. Suivant l’exemple anglais et le modèle du Collège Gresham, il encourage la navigation scientifique en développant les cours d’hydrographie dans les villes littorales14. Les papiers du cardinal abondent de mémoires et de propositions sur le commerce, les galères, les compagnies commerciales ou les fortifications littorales. Nulle surprise, donc, à trouver parmi ces papiers une offre de services relative aux longitudes émanant de deux Flamands, Jan Henricks Jarichs et Lambert Johann Palmet, et datant de 162915.

  • 16 AMAE, MD, 792, fol. 1 r°-10v°.
  • 17 Pour la conférence du 22 avril : Renaudot Théophraste, Recueil des Gazettes, Nouvelles, Relations, (...)
  • 18 Bigourdan Guillaume, La déclaration de Louis XIII, art. cité, p. 322.

10Ajoutons qu’un autre problème lié aux longitudes se pose à l’État et aux navigateurs au début du XVIIe siècle : la détermination du méridien de référence. Il n’est pas question ici de calculs et de mesures astronomiques, mais d’une décision politique qui touche au droit commercial. À l’ouest du premier méridien et au sud du tropique du Cancer, les prises sont réputées licites par une monarchie française qui conteste le monopole hispano-portugais sur l’Atlantique. Encore faut-il disposer d’une norme partagée et admise de tous. Si Ptolémée prenait comme premier méridien la longitude de l’île de fer, à l’ouest des Canaries, de nombreux navigateurs et cosmographes, notamment depuis Colomb, considèrent les Açores comme référence commode, notamment car la déclinaison magnétique y est nulle. Richelieu souhaite clarifier cette situation source de confusions. Dès la fin des années 1620, il paraît convoquer à l’Arsenal un comité d’experts pour juger de la question. Dans les papiers du cardinal pour l’année 1628 se trouve ainsi un mémoire, non signé et non daté, présenté comme procès-verbal « de la conference a l’Arsenal pour régler le lieu du premier méridien » exposant « les raisons qui furent jugées les plus fortes pour l’establir dans l’isle de fer ». L’auteur, rejetant l’argument de plusieurs cosmographes plaidant en faveur des Açores, défend la tradition et l’établissement du premier méridien à l’île de fer, la plus occidentale des îles Canaries16. En avril 1634, plusieurs experts sont convoqués à deux reprises pour débattre de la question, alors que venait de se dérouler à la fin du mois de mars 1634 l’examen de la proposition de Jean-Baptiste Morin. Une première commission, tenue le 22 avril, s’intéresse « à la vraye ligne méridionale hors de laquelle tout est de bonne prise » et une seconde, tenue le 25 avril, détermine « le vrai méridien17 ». Une partie des experts avaient déjà participé au jugement de la proposition de Morin quelques semaines plus tôt. Le premier juillet 1634, une déclaration royale fixe le méridien de référence à l’île de fer et intime aux imprimeurs et hydrographes d’en prendre acte « sans s’arrêter aux nouvelles inventions de ceux qui par ignorance et sans fondement l’ont placé aux Açores18 ».

11En 1634, lorsque l’astrologue Jean-Baptiste Morin soumet sa solution de détermination des longitudes, l’examen auquel cette dernière est soumise n’est finalement qu’un épisode parmi d’autres de l’expertise gouvernementale sur les affaires de navigation scientifique. Après le jugement de la proposition de Morin, l’Arsenal sert à nouveau de cadre pour un débat touchant les longitudes dont la presse du temps se fait l’écho. La particularité de cet examen est qu’il donne lieu à une véritable querelle.

La querelle de 1634 : déroulement et acteurs

Le déroulement de la querelle

  • 19 Parès Jean, Jean-Baptiste Morin (1583-1656) et la querelle des longitudes de 1634 à 1647, thèse de (...)
  • 20 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum terrestrium necnon coelestium, nova et hactenus optata scientia, (...)

12Pour comprendre ce que les sociologues des sciences qualifieraient certainement de controverse scientifique, il importe d’abord d’en restituer les étapes et d’en présenter les protagonistes. Jean-Baptiste Delambre, Jean Mesnard et Jean Parès, entre autres, ont déjà donné des récits de l’affaire19. Nous résumons ici rapidement le déroulement de la polémique en nous fondant d’abord sur les versions de Morin telles qu’elles figurent dans les différentes parties de sa Longitudinum scientia parues de 1634 à 1639 et dans son Factum, petit opuscule destiné à obtenir récompense de Mazarin et paru en 164420.

  • 21 Sur la méthode de Morin, voir Parès Jean, Querelle, op. cit.
  • 22 Ibid., p. 26.
  • 23 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 6.
  • 24 CM, IV, p. 253, lettre de Jean-Baptiste Morin à Pierre Gassendi, 4 juin 1633.
  • 25 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 7.
  • 26 Ibid., p. 7.

13C’est au printemps 1633 que Morin conçoit sa méthode, qui relève des solutions « astronomiques ». Il s’agit de mesurer les distances de la lune à certaines étoiles fixes et, par la comparaison avec des tables astronomiques supposées justes, de déterminer la différence de longitude du lieu d’observation par rapport à un méridien de référence. Si Morin prétend à la nouveauté, c’est qu’il fait un usage particulier des triangles sphériques pour calculer les distances lunaires et propose un traitement original de la parallaxe21. Il envoie un mémoire résumant sa proposition à Gassendi ainsi qu’aux deux frères Richelieu22. Armand est évidemment sollicité en tant que principal ministre ; quant à son frère Alphonse, c’est sa qualité de grand aumônier du roi ayant autorité sur le Collège royal qui lui vaut de recevoir l’écrit de Morin. Ce dernier fait également imprimer un placard exposant sa découverte. Au printemps 1633, il prend encore part à une conférence du Bureau d’Adresse de Renaudot et approche l’ecclésiastique Charles de Condren qui lui conseille d’adresser une requête au cardinal-ministre. Achille de Harlay, évêque de Saint-Malo, transmet la demande23. Dès le mois de juin 1633, Morin peut écrire à Gassendi qu’il est optimiste et que le cardinal, vu à l’abbaye de Royaumont, lui donnera des commissaires24. Selon l’astrologue, Richelieu accueille favorablement son entreprise, mais les affaires internationales – notamment la situation de la Lorraine – le tiennent éloigné de Paris et retardent l’examen de la proposition25. C’est à l’intervention de Guillaume Bautru, introducteur des ambassadeurs et favori de Richelieu, que Morin attribue la décision de ce dernier d’organiser une conférence à l’Arsenal pour mettre à l’épreuve ses prétentions26.

  • 27 Morin Jean-Baptiste, Factum, op. cit., p. 6.
  • 28 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 9.
  • 29 Morin Jean-Baptiste, Factum, op. cit., p. 6.
  • 30 Sur les rapports entre Richelieu et Amador de La Porte, voir Hildesheimer Françoise, Richelieu, op (...)
  • 31 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 10 ; Pascal Blaise, Œuvres complètes, t.  (...)
  • 32 L’Arsenal est depuis Sully la résidence du Grand-Maître de l’Artillerie. En 1634, celui-ci est Cha (...)
  • 33 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 14-16.
  • 34 Ibid., p. 87.
  • 35 Ibid., p. 88.
  • 36 Morin Jean-Baptiste, Factum, op. cit., p. 8 ; Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit.(...)
  • 37 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 88.
  • 38 Ibid., p. 89.

14Le 6 février 1634, Richelieu signe le brevet établissant la commission pour juger de la proposition. Parmi les commissaires, on trouve notamment l’auteur de traités mathématiques Pierre Hérigone, le robin Étienne Pascal, le lecteur royal Jean Boulenger et le financier Claude Mydorge. Au grand désarroi de l’astrologue, le brevet n’a pas d’effet : « ce fut alors que l’Envie fit son plus grand effort de persuader à son E. que le sieur Morin ne pouvoit avoir cette science, & qu’il ne feroit quelque action d’ignorance & de risée, où il n’y auroit ny plaisir ny honneur pour son E. Ce qu’appréhendant son E. qui ne respiroit que l’honneur & la gloire, ne vouloit plus oüir parler de l’affaire27 ». Un personnage dont nous reparlerons, James Hume, tente alors de discréditer Morin en annotant et corrigeant son placard, en le présentant chez le cardinal et en dénigrant l’astrologue auprès de ses commissaires28. Grâce à l’appui de Guillaume Bautru, Morin obtient toutefois un second brevet le 24 mars 163429. Richelieu, absent, commet son oncle maternel, le Commandeur Amador de La Porte, pour assister en son nom à la démonstration30. Le personnel diffère légèrement de la première commission. Daniel Hay du Chastelet, abbé de Chambon, et de Mantiz, commandant de la flotte d’Aquitaine sont remplacés par « Messieurs de Cam, Treillebois et Letier, capitaines de marine, et Monsieur Beaugrand, mathématicien31 ». Le 30 mars, la conférence a lieu dans la grande salle de l’Arsenal, non loin du quartier aristocratique du Marais, devant un public nombreux et de qualité que l’astrologue a peut-être contribué à former32. La démonstration, aux dires de Morin, dure six heures et se conclut par un succès. Il répond aux objections et aux remarques de ses commissaires quant aux instruments nécessaires et aux conditions d’application en mer et sur terre33. Raphaël Talour, secrétaire du Commandeur de La Porte, consigne les débats. Le lendemain 31 mars, Morin se rend chez ce dernier pour obtenir un certificat de sa réussite, que le secrétaire lui promet. Sur le retour, il croise Pascal et Beaugrand qui se montrent critiques sur ses calculs34. Morin, méfiant, rend alors visite à Mydorge qui lui affirme que la démonstration était un échec35. Richelieu, mis au courant de l’issue de la conférence par Bautru et La Porte, reçoit pourtant Morin, le félicite et commande la réalisation d’un télescope à l’artisan Jean Ferrier afin que l’astrologue s’attelle à la réforme des tables astronomiques36. Morin, dont la vue baisse, préfère que la tâche incombe à un autre que lui et propose pour cela Mydorge37. L’astrologue, s’affirmant soucieux de la gloire nationale, prétend également avoir convaincu Richelieu de faire publier la nouvelle de la découverte des longitudes. Le cardinal-ministre, aux dires de Morin, lui alloue une petite gratification, mais sans doute pas la « condigne récompense » qu’il attendait38.

  • 39 Renaudot Théophraste, Recueil des Gazettes 1634, op. cit., p. 128 (no 30, 1er avril 1634).
  • 40 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 89-91.
  • 41 Ibid., p. 91.
  • 42 Ibid., p. 93.
  • 43 Ibid., p. 113.
  • 44 Ibid., p. 116.
  • 45 Ibid., p. 117
  • 46 Ibid., p. 118.
  • 47 [Anon.], Advis à Monseigneur l’Eminentissime Cardinal Duc de Richelieu, Paris, [s. n.], 1634 ; Jea (...)
  • 48 Le tout est publié en 1640 : Morin Jean-Baptiste, Astronomia jam a fundamentis integre et exacte r (...)
  • 49 Hérigone Pierre, Cursus mathematicus, t. IV, Paris, chez l’auteur et chez Henri le Gras, 1634, p.  (...)
  • 50 Morin Jean-Baptiste, Factum, op. cit., p. 14.
  • 51 Morin Jean-Baptiste (éd.), Lettres escrites au Sr Morin, Paris, chez l’auteur et Jean Libert, 1635 (...)

15Le 1er avril 1634, la Gazette de Renaudot se fait l’écho de la réussite de la démonstration39. Hume discrédite à nouveau Morin par des placards et par une lettre à Richelieu40. Le commissaire Jean Boulenger écrit également à ce dernier pour critiquer la méthode de Morin et proposer une méthode mécanique41. Il rallie à lui l’ensemble des commissaires, lesquels, irrités par l’article de la Gazette, se liguent alors contre l’astrologue42. Prétextant que le certificat de Talour n’était pas signé de leurs mains, ils réclament un nouvel examen de la proposition de Morin et s’adressent à Richelieu, qui fixe la date du 10 avril pour la seconde commission43. L’ordre du jour en est cette fois défini par quatre articles, exposant de façon précise ce qui est attendu de la proposition de Morin. Cette deuxième commission, tenue à huis clos et présidée par le baron de Baule, se transforme en réquisitoire contre la méthode de l’astrologue. Après une heure de délibération, les commissaires énoncent une sentence sévère à l’encontre de Morin, l’agrémentant, aux dires de ce dernier, de rires moqueurs44. La méthode de Morin, disent-ils, n’est pas nouvelle, n’est pas praticable en mer et ne permet pas de réformer les tables astronomiques. Tout juste lui concèdent-ils une utilisation habile des triangles sphériques dans le calcul des distances lunaires. Boulenger et ses collègues préparent ensuite une publication de cette sentence. Morin, qui exige de voir le certificat de la séance du 30 mars signé de Talour, est vertement rabroué par Pascal qui le déclare nul et demande au secrétaire de le déchirer. Répondant à la prière de Morin, le baron de Baule demande que le certificat reste dans les mains de Talour. Quelques jours plus tard, Morin se rend chez le Commandeur de La Porte et obtient le certificat signé du secrétaire45. Armé du certificat, Morin rend alors visite à plusieurs des spectateurs de la séance du 30 mars. Ceux-ci lui conseillent de regrouper des témoignages en sa faveur. Morin, qui prétend pouvoir réunir plus d’une centaine de signatures, se contente d’une attestation paraphée par seize témoins de qualité46. Les commissaires recueillent également des témoignages pour accréditer leur version de la conférence. Deux d’entre eux, Mydorge et Beaugrand, font imprimer la sentence sous forme d’un Advis à Monseigneur […] Richelieu47. Le cardinal-ministre suit l’opinion de ses commissaires et ne récompense pas Morin. Cette publication clôt la phase « officielle » de la polémique, qui se prolonge toutefois dans les ouvrages de plusieurs des protagonistes de l’affaire. Morin commence à présenter sa version de l’affaire dans les cinq premières parties de sa Longitudinum scientia, parue en 1634, auxquelles succèdent quatre autres parties dont la publication s’échelonne entre 1635 et 163948. James Hume entreprend de miner la réputation de Morin par une série d’ouvrages polémiques sur lesquels nous reviendrons. Hérigone, l’un des commissaires, attaque Morin dans la quatrième partie de son Cursus Mathematicus, publiée en 163449. Les autres commissaires, après avoir songé répondre aux cinq premières parties de la Longitudinum scientia, finissent par se raviser50. En 1635, l’astrologue publie pour sa défense des lettres que lui ont adressées plusieurs astronomes, parmi lesquels se trouve Gassendi51. Typique d’une querelle de l’âge classique, la querelle des longitudes occasionne donc un foisonnement de textes, d’attaques et de réponses. Après avoir exposé le récit de la querelle, il convient désormais d’en présenter les protagonistes plus en détail, en commençant par les adversaires de Morin.

Les adversaires de Morin

16Au cours de la polémique, Morin doit défendre son honneur et sa réputation contre les attaques de plusieurs rivaux. Ses commissaires mathématiciens, théoriquement experts impartiaux, sont rapidement de ceux-là. Au-delà de l’enjeu étroit de la querelle, nous nous intéressons ici au profil social et intellectuel de ces adversaires, dans la mesure où s’explique par là une part des invectives échangées au sujet de la méthode de Morin.

Les commissaires mathématiciens, juges et rivaux

  • 52 La Maillarde est située sur la paroisse de Chennevières-sur-Marne, à l’est de Paris. Sur Mydorge, (...)
  • 53 AN, MC/ÉT/V/103, inventaire après décès de Claude Mydorge clôturé le 21 janvier 1648, noté IAD Myd (...)

17Morin se distingue de ses commissaires par plusieurs aspects. L’un tient à sa position sociale. Des cinq commissaires « mathématiciens », seuls Boulenger et Hérigone sont enseignants et de statut comparable à notre astrologue. Les autres peuvent être qualifiés de virtuosi et les mathématiques ne constituent pas leur gagne-pain. Fils d’un conseiller au parlement de Paris, Claude Mydorge (1585-1647) est ainsi conseiller du roi, trésorier général de France en Picardie et tient fief à La Maillarde, à l’est de Paris52. Son patrimoine mobilier inventorié à son décès, auquel il faut rajouter son hôtel du Marais et sa maison seigneuriale, témoigne de son aisance financière53.

  • 54 Aujourd’hui impasse Guéménée, qui donne sur la rue Saint-Antoine où était sis l’hôtel de Mayenne.

Section de l’inventaire après décès

montants

Hôtel de la rue du cul-de-sac, devant l’hôtel de Mayenne54

Cave, cuisine, garde-manger, petite et grande salle

262 livres et 9 sols

Écurie et cour

189 livres

Grande chambre et garde-robe

498 livres et 5 sols

Seconde chambre, garde-robe, petit cabinet

290 livres et 1 sol

Galerie

65 livres

Grenier

375 livres

Habits

121 livres

Linge

169 livres

Vaisselle d’argent

1 922 livres

Instruments de mathématiques

477 livres

Bibliothèque (524 volumes et 87 paquets)

2 118 livres et 4 sols

Maison seigneuriale de La Maillarde

Cellier et cuisine

140 livres

Petite chambre et cabinet

68 livres et 13 sols

Autre chambre

102 livres et 15 sols

Linge et vaisselle d’argent

156 livres et 3 sols

Grenier et petit magasin

37 livres et 11 sols

Total

6 992 livres et 1 sol

Tableau 6. – Récapitulatif du patrimoine mobilier inventorié de Claude Mydorge.

  • 55 Sur la famille Pascal, voir le monumental Mesnard Jean, Pascal, op. cit.
  • 56 AN, MC/ÉT/XIII/16, 29 novembre 1632, bail par Jean de Beaugrand ; Tessereau Abraham, Histoire chro (...)
  • 57 Hérigone Pierre, Cursus mathematicus, 5 volumes, Paris, chez l’auteur, 1634-1637.
  • 58 AN, MC/ÉT/LXVI/157, inventaire après décès du 3 mars 1643.

18Étienne Pascal (1588-1651) est conseiller du roi, second président à la cour des aides de Montferrand. À partir de 1628, il vit à Paris où il s’occupe de l’éducation de ses enfants. Lui aussi affiche le train de vie confortable d’un robin55. Jean de Beaugrand est de condition un peu moins relevée : fils et neveu d’« écrivains ordinaire du roi et de ses bibliothèques », charge qu’il occupe également, il est éduqué dans le milieu des maîtres-écrivains, dont il s’extrait toutefois en 1634 en acquérant l’office de secrétaire du roi, anoblissant au premier degré56. Les deux autres commissaires mathématiques, bien qu’offrant une ascendance moins brillante, ne vivent pas pour autant dans le dénuement. Pierre Hérigone (ca. 1580-1643) est le moins riche. Probablement d’ascendance basque, il est professeur à Paris. À l’instar de Henrion, il vit de cours de mathématiques mixtes donnés aux fils de l’aristocratie. Parmi ses illustres élèves figure peut-être le maréchal de Bassompierre auquel sont dédiés les différents volumes de son monumental Cursus mathematicus, publiés à partir de 163457. Si l’on en croit son inventaire après décès, Hérigone est mort en 1643 dans un confort médiocre, les livres constituant son principal patrimoine mobilier. Sa bibliothèque est prisée plus de 600 livres et 250 rames de feuilles de ses œuvres, prisées 750 livres, lui restent d’impression. L’inventaire de ses titres et papiers évoque cependant plusieurs créances pour des sommes relativement importantes58.

Section de l’inventaire après décès

montants

Chambre

95 livres et 10 sols

Seconde chambre

45 livres et 9 sols

Linge et vaisselle

72 livres 17 sols et 6 deniers

Bibliothèque
dont rames de feuilles restant d’impression

1 406 livres
750 livres

Total

1 619 livres 16 sols 6 deniers

Tableau 7. – Récapitulatif du patrimoine mobilier inventorié de Pierre Hérigone.

  • 59 Lefranc Abel, Histoire, op. cit., p. 383 ; Goujet Claude-Pierre, Mémoire, op. cit., p. 128-129.
  • 60 Boulenger Jean, Traicté de la sphère du monde, Paris, Jean Moreau, 1620.
  • 61 AN, MC/ÉT/XXI/203, Inventaire après décès de Jean Boulenger, 12 janvier 1637 (IAD Boulenger dans l (...)
  • 62 800 livres par an, si l’on en croit le titre 4 des titres et papiers de l’IAD Boulenger.
  • 63 Titres 8, 19, 21, 22, 23 et de nombreux autres actes mentionnés parmi les titres de l’IAD Boulenge (...)

19Jean Boulenger (15 ??-1636) est comme Morin professeur de mathématiques au Collège royal59. Dans les années 1620, il officie également comme précepteur de Louis de Bourbon, comte de Soissons, et publie plusieurs volumes issus de ses enseignements60. Bien plus qu’Hérigone, il meurt en 1636 en homme aisé, comme en témoigne son inventaire après décès, épais de plus de 80 pages61. Il ne doit cette situation matérielle ni à ses ouvrages ni à ses modestes appointements de lecteur royal62. Cette prospérité s’explique par son mariage avec Marie de Vaucorbeil qui lui apporte 12 000 livres de dot et par divers investissements immobiliers et rentes constituées63.

Pièce ou section de l’inventaire après décès

montants

Première chambre et dépendance

719 livres et 10 sols

Seconde chambre

139 livres

Troisième chambre

123 livres

Linge

379 livres et 13 sols

Habits et linge d’enfants

607 livres et 1 sol

Vaisselle d’argent

1 708 livres

Monnaie d’or

1 591 livres et 14 sols

Bibliothèque dont instruments de mathématiques dont ouvrages restants d’impression

1 370 livres et 19 sols 73 livres et 15 sols 236 livres

Cabinet d’apothicaire

40 livres

Total

6 678 livres et 17 sols

Tableau 8. – Récapitulatif du patrimoine mobilier inventorié de Jean Boulenger.

  • 64 Traduit et cité par Parès Jean, Querelle, op. cit., p. 13 d’après Morin Jean-Baptiste, Defensio su (...)
  • 65 Titre 4 de l’IAD Boulenger.
  • 66 Morin Jean-Baptiste (éd.), Lettres escrites, op. cit.
  • 67 AN, MC/ÉT/XVIII/293, inventaire après décès clos le 9 novembre 1656 (IAD Morin dans la suite du te (...)
  • 68 AN, MC/ÉT/I/117, subrogation de bail du 15 novembre 1642.
  • 69 Items 15, 26, 35, 36 de l’IAD Morin.

20Morin, aux côtés de ses commissaires, peut apparaître comme un homme de peu de bien. Un de ses adversaires tardifs, Bernier, va jusqu’à écrire au début des années 1650 que Morin avait été maître d’école jusqu’à ses quarante ans, « la plume à l’oreille et l’écritoire à la ceinture », demandant « de porte en porte si quelqu’un vouloit apprendre à lire, à écrire, et à chiffrer à tant par mois64 ». Ce portrait de l’astrologue en maître-écrivain désargenté, pour être d’une évidente mauvaise foi, n’en est sans doute pas moins révélateur d’une certaine réalité. La situation de Morin n’est pas brillante au milieu des années 1630. Il touche certes ses gages de lecteur royal, mais s’il en va de même que pour Boulenger, la somme est modeste et le paiement erratique65. En 1635, la page de titre de l’un de ses ouvrages le signale habitant chez « Monsieur Tournaire », quai de l’école Saint-Germain66. Son inventaire après décès de 1656 ne témoigne pas d’un grand confort matériel, alors que Morin est généreusement pensionné par Mazarin depuis plus d’une dizaine d’années67. Sa maison de la rue des Morfondus, qu’il loue pour 200 livres par an, ne se distingue ni par sa taille, ni par son luxe68. On n’y dénombre que trois pièces : une cuisine, une chambre « servant à l’estude » et une chambre à coucher, là-même où meurt l’astrologue. Sans être une cellule monacale, l’intérieur de la demeure est marqué par un certain dépouillement. Deux tapisseries prisées 12 et 16 livres et des images peintes de Marie-Madeleine, de la Vierge et du Christ sont les seules décorations relevées par le commissaire du Châtelet69. Morin n’est pourtant pas mort en homme pauvre. À la différence des propriétaires des hôtels du Marais, sa richesse ne s’affiche pas par une consommation ostentatoire mais est thésaurisée sous forme de pièces d’or d’Espagne ou de Suède dont l’inventaire après décès établit la liste. Comme il apparaît dans le tableau ci-dessous, près des trois quarts du patrimoine de Morin consistent en effet en pièces d’or.

Section de l’inventaire après décès et items correspondants

montants

Cave et cuisine [1 à 13]

49 livres et 2 sols

Chambre servant d’étude [14 à 28]
Dont instruments de mathématiques [20 à 25]
Dont pièces de monnaie [28]

1 062 livres et 10 sols
92 livres et 10 sols
939 livres et 14 sols

Seconde chambre et donjon [29 à 42]
Dont vaisselle [39-40]

525 livres et 12 sols
354 livres

Linge et autres [43-68]

94 livres et 5 sols

Bibliothèque [69 à 116]
Dont ouvrages de Morin restant d’impression [105 à 116]

350 livres et 2 sols
238 livres et 10 sols

Malle déposée chez Guillaume Tronson contenant des pièces de monnaie [135 à 139]

1 923 livres 18 sols et 6 deniers

Total

4 005 livres et 8 sols

Tableau 9. – Récapitulatif du patrimoine inventorié de Jean-Baptiste Morin.

  • 70 Pour Boulenger : Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 92. Pour Hérigone, voir (...)
  • 71 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 91.

21Ce n’est pas pure coïncidence si des contre-propositions à la méthode de Morin sont proposées par les deux commissaires enseignants, Hérigone et Boulenger. Le lecteur royal propose une solution mécanique qu’il baptise le « cadran royal » ; Hérigone reprend quant à lui la proposition galiléenne d’utiliser les éclipses des satellites de Jupiter70. Pour ces deux commissaires plus encore que pour les autres, l’affaire des longitudes constitue un défi susceptible de remettre en cause leur réputation scientifique, au fondement de leur identité professionnelle, et partant, de leur position sociale. Pour Hérigone, dont le patrimoine est restreint, la démarche est peut-être également fondée sur l’espoir de toucher récompense. Boulenger et Hérigone ne sont donc pas seulement des juges pour Morin ; ils sont aussi des rivaux intéressés à sa défaite. Sur ce point, on ne peut que donner raison à l’astrologue71.

  • 72 Sur ces questions que nous ne faisons ici qu’effleurer, nous renvoyons à la contribution stimulant (...)

22À l’exception de Hérigone, les commissaires de Morin le priment donc nettement au plan du rang et de la fortune. Ce n’est bien sûr qu’une des dimensions des rapports de rivalité, d’émulation et de domination qui peuvent lier notre astrologue et ses juges, mais elle n’est probablement pas à négliger. Si le monde savant peut avoir tendance à euphémiser, voire à nier, les effets des hiérarchies économiques – la richesse – et symboliques – le rang – celles-ci restent toutefois, et particulièrement dans la société d’Ancien Régime, au fondement des rapports entre individus. Que Morin ait été ainsi dominé dans l’ordre économique et social peut expliquer dans une certaine mesure qu’il se soit senti toisé ou méprisé par ses commissaires, notamment lors de la seconde conférence, et qu’il y ait vertement répondu, à l’instar d’un cocher qui vilipenderait la morgue des grands. Cette hiérarchie sociale bien réelle coexiste toutefois avec une hiérarchie intellectuelle qui peut la concurrencer ou la subvertir72.

  • 73 Martinet Monette, « Jean-Baptiste Morin (1582-1656) », Cahiers d’histoire et de philosophie des sc (...)
  • 74 CM, XIV, p. 122 ; XV, p. 153 pour des appréciations élogieuses de Hérigone mathématicien.
  • 75 Pecker Jean-Claude, « L’astronomie au collège de France (XVIe-XIXe siècle) », La Lettre du Collège (...)
  • 76 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 16.
  • 77 IAD Mydorge, section des instruments de mathématiques : « un petit tour d’acier avec ses poupées e (...)

23Pour ce qui touche l’habileté mathématique, Morin ne détone pas franchement au milieu de ses commissaires. Il est réputé honnête géomètre et ses Trignonometriae canonicae libri tres, un des premiers ouvrages publiés en France à appliquer les logarithmes au calcul des triangles sphériques, avaient été bien reçus73. Mais les commissaires ne le cèdent en rien à Morin pour ce qui concerne la réputation mathématique. Les traités pédagogiques de Hérigone avaient été approuvés bien au-delà du public auquel ils étaient destinés74. À l’exception notable de Boulenger, les commissaires appartiennent tous à la communauté mathématicienne gravitant autour du Père Mersenne. Mydorge, Beaugrand et Pascal sont des tenants de la nouvelle science, alliant mathématisation et expérimentation. Tous ne sont pas pour autant des partisans du modèle copernicien : Boulenger, comme Morin, est en la matière très conservateur et Hérigone ne prend pas ouvertement parti75. On sait Mydorge l’un des premiers zélateurs, quoique critique, de la nouvelle philosophie cartésienne. Morin juge trois de ses commissaires « inexpérimentés en observation » et n’épargne sous cet aspect que Mydorge et Beaugrand76. L’inventaire après décès de Claude Mydorge ne mentionne pas de lunettes astronomiques – tout au plus des instruments de mesure comme des compas de proportion et des astrolabes – mais évoque en revanche plusieurs instruments de tourneur, signe que le trésorier général travaillait ou faisait travailler chez lui au polissage des lentilles77. En revanche, aucun des commissaires, si l’on se réfère à des sources du temps comme la correspondance de Mersenne, ne paraît s’être intéressé ou avoir adhéré à l’astrologie judiciaire. Il y a là un clivage d’importance. Même si la querelle est dépourvue d’enjeux sur le statut de cette science, alors sous les feux de la critique, nul doute que le goût de Morin pour les horoscopes n’ait influencé le jugement des commissaires à son sujet. Morin n’est pas complètement à contre-courant de ces derniers, mais il est d’une autre génération intellectuelle, pour ne pas dire d’une autre culture. Ardent défenseur de l’École, il doit convaincre des juges – Boulenger fait exception – qui, à l’instar de Mersenne et de Descartes, sont prêts à troquer la scolastique contre une nouvelle science, expérimentale et coopérative. Il évolue à la longue traîne de la philosophie médiévale, quand ses adversaires sont à l’avant-garde de la révolution scientifique. L’astrologue prétend pourtant avoir choisi ses commissaires :

  • 78 Morin Jean-Baptiste (éd.), Lettres escrites, op. cit., p. 44. Le même compliment à l’égard des com (...)

« J’ay toujours tenu le Sieur Herigone pour le plus sçavant Mathematicien de tous mes commissaires ; mais qui neantnmoins (non plus que tous ses compagnons) n’a eu l’honneur d’estre mis sur ma commission des Longitudes, qu’apres avoir esté par moy choisi & prié d’en vouloir estre, puis nommé pour cet effect78. »

  • 79 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 91.
  • 80 Ibid., p. 88.
  • 81 Morin Jean-Baptiste (éd.), Lettres escrites, op. cit., p. 3.
  • 82 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 93-94.
  • 83 Ibid., p. 117.

24Il y a lieu de douter de cette affirmation de Morin. Hérigone, Pascal, Beaugrand et Mydorge font en effet partie, quelques semaines plus tard, de la conférence de l’Arsenal destinée à fixer le méridien de référence, débat auquel l’astrologue ne paraît pas prendre part. Les commissaires de Morin sont sans doute déjà connus de Richelieu ou de ses agents. Il ne semble pas y avoir, entre Morin et ses commissaires, de liens d’amitié ou de sociabilité. Si à l’occasion, il qualifie Boulenger d’ami, cela tient sans doute plus à un esprit de corps que l’astrologue est prompt à convoquer qu’à une réelle proximité79. Quoi qu’il en soit, Morin a tôt fait de traiter ses commissaires non plus en juges, mais en ennemis déclarés. À l’issue de la première commission, estimant sa vue déclinante, il peut encore proposer au cardinal d’être suppléé par Mydorge pour la réforme des tables astronomiques80. Dans les publications suivantes, il n’est plus question de telles politesses. Imaginant dans un premier temps ses commissaires manipulés par Hume, Morin les accuse ensuite d’avoir pris de leur propre chef la seconde sentence81. Beaugrand, que Morin juge « homme mélancholique » à même de calmer la bile de Mydorge et Pascal, est néanmoins rangé avec ses deux derniers parmi « les principaux auteurs de la conspiration82 ». Quant à Pascal, il est décrit chicaneur83. À l’issue de la polémique, aucun commissaire mathématique n’est épargné par Morin.

  • 84 Lilti Antoine, « Querelles et controverses. Les formes du désaccord intellectuel à l’époque modern (...)

25Le débat qui nous occupe n’est pas uniquement fondé sur le jeu des perceptions et le choc des tempéraments. Il serait inexact, paresseux et absurde de dire que Morin perd la controverse car il est de condition moins élevée que ses commissaires, de culture plus traditionnelle et d’un caractère impossible. Mais ces éléments ont assurément nourri la polémique, informé la perception qu’en a eue Morin et la manière dont il l’a relatée, et du même coup, entretenue. On voit ainsi s’exacerber au fur et à mesure des échanges les lignes de faille qui peuvent séparer Morin de ses commissaires. C’est là, plus généralement, une des caractéristiques des controverses intellectuelles, lesquelles tendent à réifier des positions et des postures qui ne leur préexistaient pas nécessairement84. Le phénomène est encore plus caricatural avec un adversaire plus virulent et moins fondé au plan scientifique que les commissaires, James Hume.

James Hume

26Cet Écossais, dès le début de l’affaire, tente de discréditer Morin en annotant son placard, puis en multipliant les écrits polémiques à son encontre. Le personnage est peu connu mais mérite qu’on s’y attarde, en cela qu’il est révélateur des enjeux non savants sous-jacents à la querelle.

  • 85 Hume James, Algèbre de Viète, Paris, Louis Boulenger, 1636. p. 425.
  • 86 Hume David, Davidis Humii wedderburnensis poemata omnia, éd. James Hume, Paris, [s. n.], 1639 ; Hu (...)
  • 87 Hume James, Lingua Haebraeae hoc est grammatica haebraea copiosissima, Hambourg, Hering, 1624.
  • 88 AN, MC/ÉT/XIII/3, obligation du 25 mai 1626 (rue de Béthisy) ; Hume James, Les fortifications fran (...)
  • 89 Ce que confirme Morin qui dit de lui dans un écrit polémique qu’il va « gagnant sa vie de porte en (...)
  • 90 Hume James, Algèbre, op. cit., p. 430 et 441.
  • 91 Hume James, Arithmétique nouvelle, op. cit., p. 158. Sainclair est professeur de mathématiques au (...)
  • 92 Hume James, Algèbre, op. cit., p. 430-431 ; Hume James, La théorie des planettes, Paris, Jacques D (...)
  • 93 Hume James, Traicté de l’algèbre, op. cit., p. 212 : « Responsio Ad Lovanienses », « De Religione (...)
  • 94 Hume James, Praelium [sic] ad Lipsiam commissum sexto idus septembris anno domini 1631, [s. l.,] 1 (...)
  • 95 Hume James, Palladium Franciae, seu Richelias, [s. l. n. d.] ; Hume James, Sacro heroi Armando Ion (...)

27James Hume de Godscroft – Theagrius dans ses écrits latins – est issu d’une famille noble du sud de l’Écosse. Son père David (1558-ca. 1630) est l’auteur de poèmes et de traités politiques de sensibilité républicaine dans lesquels il se fait l’avocat de l’union des Couronnes écossaise et britannique. David Hume, qui a des lettres, semble en revanche dépourvu du sens des affaires, et aux dires de son fils, consomme la fortune familiale85. James Hume édite en France une part de ses œuvres et en signe les épîtres dédicatoires86. En 1624, il publie à Hambourg une grammaire hébraïque offerte aux échevins de la ville87. Il est alors peut-être en train d’accomplir sa peregrinatio academica. Lorsqu’il signe le marché d’impression pour l’Anti-Machiavel de son père, il est « escollier estudiant en l’université de Paris » et occupe par la suite différents logis dans la capitale, rue de Béthisy, quai du Louvre ou encore rue des Anglais88. Sa production imprimée, dès les années 1620, indique qu’il est devenu praticien mathématique et professeur d’hébreu89. Ses ouvrages permettent d’approcher ses cercles de sociabilité. Hume n’est pas directement lié aux commissaires et affirme dans son Algèbre de Viète qu’il n’en « fréquente aucun que le sieur Hérigone qui ne se mesle point de la chicane90 ». Ses ouvrages le signalent en revanche échangeant avec David Sainclair et Monsieur de Sainte-Croix91. Il est sans doute un invité occasionnel de l’hôtel de Bautru, auquel il présente des extraits manuscrits de ses futurs traités et chez qui il diffame Morin92. Il semble être, comme son père, de tendance puritaine, et ses écrits regorgent d’épigrammes hostiles au papisme93. Dans le contexte de la guerre de Trente Ans, ses paratextes sont volontiers politiques : Hume célèbre ainsi la victoire protestante de Breitenfeld et l’alliance suédoise94. Plus largement, l’Écossais se fait le thuriféraire de Richelieu et de sa politique95.

  • 96 Hume James, Algèbre, op. cit. Sur cet ouvrage, voir Le Goff Jean-Pierre, « L’Algèbre de Viète, sel (...)
  • 97 Hume James, De l’analemme de Ptolémée, [s. l. n. d.], p. 191 ; Morin Jean-Baptiste, Astronomia, op (...)

28Hume est pour Morin un adversaire aussi acharné que médiocre. Son Traité des fortifications, en 1634, n’est que sa deuxième incursion dans le monde des traités mathématiques. L’Écossais n’a pas la répuration de Morin : il vit de leçons pour lesquelles ses publications sont, comme pour Henrion, des arguments publicitaires autant qu’une ressource d’appoint. Ses ouvrages sont peu remarqués et peu remarquables, à l’exception peut-être de l’Algèbre de Viète96. Il est certain cependant que le rapport de Hume à l’imprimé est très différent de celui de Morin. Quand ce dernier publie de volumineux in-quarto en latin, comme la Longitudinum scientia, l’Écossais privilégie les petits formats et la langue vernaculaire. L’un vise le public érudit et les bibliothèques d’apparat, l’autre convoite plutôt les étudiants et les praticiens. Pour Hume, la bonne insertion sur le marché éditorial est donc primordiale alors qu’elle est accessoire pour l’astrologue. Hume affirme dans l’un de ses traités que ses ouvrages sont imprimés aux frais des libraires-imprimeurs, à la différence de ceux de Morin97. Cherchant le succès éditorial, Hume n’en convoite pas moins les ressources plus classiques du patronage, ainsi qu’en témoignent ses dédicaces à Guillaume Bautru. Ce dernier mérite qu’on lui fasse droit dans cette évocation des protagonistes de l’affaire.

Bautru, intermédiaire de la faveur cardinalice et « promoteur de toute l’affaire »

  • 98 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 7, p. 88.
  • 99 Ibid., p. 11.

29Si l’on en croit la Longitudinum scientia, c’est à Guillaume Bautru que Morin doit l’obtention des deux brevets convoquant les commissaires, et à Bautru encore qu’il doit l’annonce à Richelieu du succès de la démonstration98. Bautru est par ailleurs un spectateur de l’action du 30 mars99.

  • 100 La biographie la plus complète de Guillaume Bautru, la plus rigoureuse, et la seule à se fonder su (...)
  • 101 Pintard René, Le libertinage, op. cit., p. 137-138, p. 222, passim.
  • 102 Brugmans Henri, Le séjour, op. cit., p. 136, 138, 142, 150 et 158.
  • 103 Sorbière Samuel, Relations, op. cit., p. 103.

30Guillaume Bautru, comte de Serrant, n’est plus guère évoqué, aux détours d’études d’histoire littéraire, que comme bouffon de cour dont les facéties amusent le cardinal-ministre, ou comme membre fondateur de l’Académie française100. On a de lui quelques satires en vers qui n’ont pas peu contribué à cette réputation légère. Ses déboires conjugaux, moqués par ses contemporains, ont achevé d’en faire, pour l’historiographie, et à la suite de Tallemant des Réaux, un personnage aussi truculent qu’insignifiant. L’homme a pourtant plusieurs ambassades, et non des moindres (Espagne, Angleterre). Ses inventions verbales, dont certaines sont passées à la postérité – la « journée des dupes » – témoignent aussi d’une intimité avec les rouages du pouvoir. Ses rapports avec le monde littéraire, au fondement de sa participation aux travaux de l’Académie, sont bien connus : il fréquente Chapelain, Balzac, Desmarets ou Saumaise. Surtout, le vernis bouffon de Bautru masque des rapports plus profonds avec le mouvement de la libre-pensée qu’a bien étudié René Pintard. Il est ainsi l’ami de plusieurs « déniaisés » comme François La Mothe le Vayer ou Claude Quillet101. Ses inclinations l’engagent aussi à fréquenter les membres de la communauté expérimentale émergente et à mêler sociabilités aristocratique et scientifique. Lors de ses séjours à Paris, Christian Huygens le rencontre à plusieurs reprises102. En 1660, Samuel Sorbière lui destine une « relation de l’Estat des sciences en Hollande ». Le philosophe reconnaît à Bautru un « droit de Bourgeoisie » dans la République des Lettres, « acheté par une prodigieuse lecture et par une forte application aux sciences103 ». Aussi, Bautru a dès le XVIIe siècle la réputation d’un mécène des arts et des sciences.

  • 104 Ménage Gilles, Menagiana, Paris, Pierre Delaulne, 1694, p. 333.
  • 105 Renaudot Théophraste (éd.), Troisième centurie des questions traitées aux conférences du bureau d’ (...)
  • 106 CM, VII, p. 240, lettre no 674, 17-27 mai 1638. Voir aussi ibid., p. 38 et Chaboud Marcel, Desargu (...)

31Mondain, Bautru n’en a pas moins la tête politique et le goût des manœuvres diplomatiques. Sa charge d’introducteur des ambassadeurs le met régulièrement en contact avec les légats pontificaux et autres plénipotentiaires. Il a, écrit Ménage, « l’inspection sur les Gazettes & sur les Extraordinaires de France », dont il est assurément l’un des principaux contributeurs104. Sans doute un spectateur assidu des conférences du Bureau d’Adresse de Renaudot, il reçoit la dédicace de la Troisième centurie des questions traitées aux conférences du bureau d’adresse105. En 1638, il relaie la proposition de Richelieu de faire travailler des artisans à des lunettes astronomiques en suivant les théories optiques cartésiennes. Descartes lui-même est convié à Paris par le truchement du comte de Serrant, ainsi que le philosophe en témoigne dans une lettre à Mersenne106. Bautru, à l’occasion, dialogue donc avec la communauté expérimentale.

  • 107 Le Prince et la Princesse de Mérode ont très aimablement autorisé l’accès la bibliothèque de Guill (...)
  • 108 Ménage Gilles, Menagiana, op. cit., p. 105.
  • 109 L’analyse du fonds de la bibliothèque est toutefois compliquée par la présence parmi les ouvrages (...)
  • 110 AN, MC/ÉT/LIV/285, 4 septembre 1629 ou MC/ÉT/LIV/290, 17 avril 1634. Sur les affaires de Bautru, v (...)

32Le comte de Serrant semble être, dans l’affaire des longitudes, le principal conseiller de Richelieu et plus généralement, un agent de ce dernier au sein des milieux savants parisiens. L’hypothèse est difficile à étayer en l’absence, à notre connaissance, de références à la querelle dans les papiers de Richelieu. Les papiers de Bautru, conservés au Château de Serrant (Maineet-Loire) et déjà étudiés par Georges Mongrédien, sont essentiellement d’ordre familial. L’inspection de sa bibliothèque s’est révélée décevante107. Ménage écrivait pourtant que Bautru « se soucioit aussi peu de sa Chapelle qu’il avoit soin de sa cuisine & de sa bibliotheque108 ». Les beaux volumes y sont cependant rares et les simples reliures de parchemin dominent. Les quelques ouvrages de Hume ou de Morin qui s’y trouvent ne présentent pas de particularités109. La présence de nombreux recueils de la Gazette est toutefois à signaler et confirme le rôle joué par Bautru dans l’élaboration du périodique. Les sources parisiennes ne nous ont pas permis de suivre plus avant le personnage qui, à partir de 1634, réside pourtant en son hôtel de la rue Neuve des Petits-Champs. Ses affaires parisiennes et angevines, confiées à un procureur, sont en effet difficiles à cerner110.

  • 111 Traduit d’après Hume James, Les fortifications, op. cit., fol. A iii.
  • 112 Duliris Léonard, Apologie ou juste defense du secret des longitudes, Paris, Antoine Bertier, 1648, (...)

33Plusieurs indices convergents signalent pourtant que Bautru a été, dans la querelle, un arbitre et un aiguillon. Il semble qu’il se soit intéressé personnellement à la question. Dans l’épître dédicatoire de ses Fortifications françoises offertes au comte de Serrant, Hume écrit ainsi de son dédicataire qu’il s’est efforcé « de rechercher l’art de déterminer les longitudes »111. Quatorze ans plus tard, en 1648, le récollet Léonard Duliris adresse également au favori de Richelieu son Apologie ou juste défense du secret des longitudes. Il y évoque une observation en mer, réalisée à la demande de Bautru, et affirme que ce dernier avait « touché parfaictement le but, & descouvert ce qui estoit de plus essentiel aux Longitudes112 ». Plus loin, revenant sur la conférence de 1634, il relate en ces termes le rôle de l’aristocrate :

  • 113 Ibid., fol. e v°.

« Dans l’Arsenac de cette ville Royale, ou vous estiez particulierement employé par son Eminence, afin d’en voir quelque profitable yssuë & n’estiez pas seulement le Promoteur de toute l’affaire, mais encore estiez d’avis qu’on hazardast deux ou trois mille livres entre les mains du Sieur Morin, afin qu’il allast en mer monstrer la Pratique de sa Longitude, ainsi que j’ay fait113. »

34Nos recherches ne nous ont malheureusement pas permis d’étayer le rôle joué par Bautru et son entourage dans l’examen de la proposition de Duliris. Mais nous retiendrons la formule de ce dernier. Le comte de Serrant paraît bien être « le promoteur de toute l’affaire » et le relais essentiel vers la faveur du cardinal. Il est aussi, aux dires de Morin, l’un de ses soutiens. C’est en tout cas ainsi qu’il le présente dans sa Longitudinum scientia.

Les alliés de Morin

  • 114 Morin Jean-Baptiste (éd.), Lettres escrites, op. cit., p. 5.
  • 115 Shapin Steven, Truth, op. cit.
  • 116 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 119; Morin Jean-Baptiste, Factum, op. cit (...)
  • 117 Goldstein Catherine, L’honneur, contr. cit.

35Morin, la sentence rendue, cherche le soutien de témoins de marque pour accréditer sa version de l’issue heureuse de la première conférence. Dans sa Longitudinum scientia et dans le Factum du Sr. Morin, il produit donc une « attestation de 16 personnes doctes & presque tous de noble & illustre condition, certifians que [ses] commissaires avoient en pleine assemblée rendu la premiere sentence, & demeuré d’accord du contenu en icelle114 ». Ce recours au témoignage de gens de qualité s’enracine dans une conception classique du crédit et de la confiance selon laquelle la parole d’un duc prime celle d’un roturier. Une telle conception s’actualise aussi bien dans la sphère judiciaire que dans la science expérimentale émergente et il n’est guère étonnant que Morin y ait fait appel115. Nous reproduisons ici cette liste de témoins, telle qu’elle figure dans la Longitudinum scientia (1634), en proposant des élucidations biographiques et en indiquant les différences avec la version incluse dans le Factum du Sr. Morin (1644)116. Une telle liste n’est certainement pas improvisée par Morin. Dans une société structurée par la cascade du mépris, l’ordonnancement ne peut en être que mûrement réfléchi. Les querelles de préséance et les disputes sur les titres usurpés ou les places dans les cortèges témoignent, entre autres phénomènes, de l’extrême sensibilité de la société du temps aux questions de rang. La subversion de la hiérarchie naturelle touche le point d’honneur. À ce titre, la liste de Morin n’a pas qu’une valeur documentaire sur son assistance du 30 mars. Elle constitue aussi une projection de l’espace social tel qu’il est perçu par l’astrologue. Catherine Goldstein a montré quel profit une histoire sociale du monde intellectuel peut tirer de tels documents en apparence fort laconiques117. En suivant son exemple, tentons de cerner la structure de cette liste et son apport pour notre affaire. Le premier principe de classification, évident, est celui de la hiérarchie des dignités. La liste débute par un chevalier de l’ordre du Saint-Esprit et s’achève par un roturier ingénieur du roi. Les épithètes d’honneur connaissent le même affaiblissement, d’« Illustrissime » à « très fameux ». Certains des témoins sont des partisans de l’astrologie (Pagan, Bourdin) ; d’autres sont peut-être d’anciens élèves de Morin (François de l’Hospital, Jean de Gianni) ; d’autres le connaissent sans doute grâce à des sociabilités savantes ou de voisinage (François Pons). Les deux frères de Sève, liés aux Tronson, relèvent de la galaxie amicale de Morin (voir tableau 9).

  • 118 Pascal Blaise, Œuvres complètes, t. II., op. cit., p. 84 et Parès Jean, Querelle, op. cit., p. 317

36Les deux listes diffèrent à la marge, mais de façon néanmoins significative, entre la version latine publiée en août 1634 et la version française, parue en septembre 1644118. Bautru et son beau-frère Bigot de Gastines rétrogradent chacun d’un rang dans la liste. L’épithète honorifique de Bautru, « très généreux » (generosissimus), soulignant sa réputation de mécène, est ramené à un « Monsieur » plus commun. Bigot de Gastines perd également son épithète « très noble » dans le Factum. Soulignons que la liste de signatures au bas du certificat, dépouillée des titres, est également affectée par ce déclassement qui n’a donc rien de fortuit. Ce geste, discret aux yeux du lecteur moderne, est peut-être aussi visible qu’un soufflet pour qui connaît et fréquente la bonne société parisienne du temps. Son explication est aisée. Dans l’intervalle entre les deux publications, Morin a essuyé une rebuffade du cardinal-ministre et ce dernier est mort. Son protégé Bautru, vieillissant, n’a plus guère d’influence à la cour. Incapable de procurer à Morin la récompense qu’il attend, ou ne désirant pas le faire, il déçoit l’astrologue et se trouve payé en retour d’une incivilité calculée et d’une discrète humiliation.

  • 119 Traduit d’après Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 119.
  • 120 La Chesnaye Des Bois François-Alexandre Aubert de, Dictionnaire de la noblesse, t. IX, Paris, Anto (...)
  • 121 Vignal Souleyreau Marie-Catherine (éd.), Le trésor pillé du roi. Correspondance du Cardinal de Ric (...)
  • 122 Ranum Orest et Ranum Patricia M. (éd.), Mémoires de Guillaume Tronson sur les troubles de Paris au (...)
  • 123 Mongrédien Georges, Un bouffon, art. cité, t. CXIV, p. 260 et t. CXV, p. 321 ; Dans Morin Jean-Bap (...)
  • 124 Pagan Blaise-François de, Les dix livres des théorèmes géométriques du comte de Pagan, Paris, Card (...)
  • 125 Bourdin Nicolas de, L’Uranie de Messire Nicolas Bourdin ou la traduction des quatre livres des jug (...)
  • 126 L’Hermite De Soliers Jean-Baptiste, La Toscane françoise, Paris, Gabriel Quinet, 1661, p. 379-380.
  • 127 La Chesnaye Des Bois François-Alexandre Aubert de, Dictionnaire, op. cit., t. IX, p. 65-66.
  • 128 AN, MC/ÉT/LXVIII/126, acte du 24 juillet 1636.
  • 129 Hume James, Arithmétique nouvelle, Paris, Jean Moreau, 1625.

Épithète d’honneur

Nom

Qualités, telles que mentionnées par Morin

Éléments biographiques ou différences par rapport au Factum

Très Illustre

François de l’Hospital du Hallier

Chevalier des ordres du Roi

1583-1660 ; homme de guerre qui se distingue lors du siège de La Rochelle ou lors de la campagne de Lorraine de 1633

Très Illustre

Henri-Auguste de Loménie

Seigneur de la Ville-aux-clercs, conseiller et secrétaire d’État, « qui a écouté les leçons mathématiques du très savant Kepler à Prague119 »

1594-1666

Très Généreux

Guillaume Bautru

Conseiller d’État & introducteur des ambassadeurs vers sa Majesté

1588-1665. Qualifié de « Monsieur » dans le Factum

Très Noble

Louis de Machault

Conseiller d’État, président au Grand conseil & maître des requêtes

†1667120. Dans le Factum, apparaît avant Bautru, et est qualifié « d’illustr. seigneur. »

Très Noble

François Lanier

Conseiller d’État & maître des requêtes de l’hôtel

Sert Richelieu, notamment à la Chambre de justice établie à l’Arsenal, initialement pour juger des crimes de fausse monnaie121

Très Noble

Alexandre de Sève

Conseiller d’État et maître des requêtes

Issu d’une famille parlementaire, beau-frère de Louis Tronson, ami de Morin, oncle de Guillaume Tronson, son exécuteur testamentaire122

Très Noble

Jean de Sève

Échevin de Paris

Frère du précédent. Dans le Factum, est qualifié de président au parlement de Paris.

Très Noble

Nicolas le Bigost

Seigneur de Gastines, conseiller du roi et maître ordinaire en la chambre des comptes de Paris

Beau-frère de Guillaume Bautru123

Très Noble

Jean Massol

Conseiller du roi & président en la chambre des comptes de Bourgogne

Dans le Factum, apparaît avant Nicolas le Bigost

Très Noble

Blaise de Pagan

De l’illustre et antique famille italienne de Pagan

Astrologue, ingénieur et fortificateur (1604-1665). Il défend l’œuvre de Morin dans un ouvrage paru après la querelle124

Noble

Nicolas de Bourdin

Seigneur de Villennes

Astrologue (1583-1676), auteur d’un commentaire de Ptolémée125

Noble

Jean de Gianni

Seigneur de Rispe

Homme de guerre issu d’une famille toscane installée en France ; rentre au service armé du roi dans les années 1630126

Noble

Louis de Lisle

Seigneur de Marivault

Issu d’une famille de la noblesse picarde127

Noble

Hardouin de Perefixe

Prieur d’Arçay

Fils d’un maître d’hôtel de Richelieu (1606-1671), obtient le prieuré par la faveur du cardinal. Devient précepteur de Louis XIV

Très fameux (clarissimus)

Florent Parmentier

Avocat au parlement de Paris

François Pons

Professeur de mathématiques ayant longtemps navigué sur mer

Ingénieur géographe du roi (1636), originaire du Lyonnais, et habitant faubourg Saint-Marcel128. Il avait signé des vers pour James Hume en tête de l’un de ses ouvrages129

Tableau 10. – Les 16 témoins de marque de Morin.

37La preuve aristocratique n’est pas la seule que mobilise Morin. Il cherche aussi, à l’appui de sa défense, le soutien d’autorités du monde savant. En 1634, il envoie ainsi les cinq premières parties de sa Longitudinum scientia à plusieurs astronomes de renom. « Le bon Dieu, écrit Morin dans le Factum, voulut que tous ceux qui receurent les livres firent leurs responces, par lesquelles ils sont tous d’accord que le sieur Morin a pleinement satisfait à sa proposition. » La liste de ces astronomes éminents est ainsi donnée dans le Factum :

  • 130 Morin Jean-Baptiste, Factum, op. cit., p. 15-16.

« Monsieur Gaultier, prieur de la Valette à Aix en Provence, Oncle d’un Conseiller de la Cour, ancien & tres fameux astronome […] ; Monsieur Gassend Theologal de Digne en Provence, si cogneu pour son sçavoir, mesmes en l’Astronomie, qu’il n’est besoin que d’en dire le nom […] ; Monsieur de Valois Tresorier General de France en Dauphiné, consommé dans l’Astronomie & observation des corps celestes […] ; Monsieur Longomentanus tres-celebre Professeur du Roi de Dannemarc, qui a travaillé 10 ans avec Tycho Brahé. […] ; Monsieur Hortensius excellent Astronome & Observateur de Hollande, tant celebré par l’Ansbergius en ses Tables Astronomiques […] ; Le Reverend Pere Anastase de Nantes, Provincial des Capucins en Bretagne, personne des plus celebres en l’Astronomie, & qui mesme a beaucoup travaillé à la recherche des Longitudes. […] ; Le tant renommé Galilaeus Premier Philosophe & Mathematicien du Duc de Florence dont l’approbation se void en la page 254 […] par laquelle il demeure d’accord en sa lettre escritte au sieur de Beau-grand, que sur les principes posez par le sieur Morin, on ne peut nier, qu’on aura la longitude des lieux tres-punctuellement ; Le sieur Morin eut eu beaucoup plus d’approbations s’il en eut desiré, mais il se contenta de celles-cy, qui sont de personnes recognues pour les plus capables de ce siecle en l’Astronomie130. »

  • 131 Sur le personnage, voir Humbert Pierre, « Joseph Gaultier de La Valette, astronome provençal (1564 (...)
  • 132 Morin Jean-Baptiste (éd.), Lettres escrites, op. cit.
  • 133 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 175. La lettre de Longomontanus était arr (...)
  • 134 La dédicace est datée du 8 septembre 1637.
  • 135 Cité et traduit de l’italien dans ibid., p. 207, d’après la correspondance de Galilée.
  • 136 Ibid., p. 187-213.

38On s’étonnera à juste titre de l’ordonnancement de ces noms. Si celui qui ouvre la liste, Joseph Gaultier, prieur de la Valette, est en son temps un astronome unanimement respecté, auprès duquel Boulliau, Gassendi et Morin s’étaient formés et avaient observé, loin s’en faut qu’il égalât en réputation Galilée, dont le nom est le dernier cité131. La liste, à l’évidence, est aussi marquée par le souci des préséances et Morin prend le soin d’indiquer les titres et les parentés flatteuses. L’ordre adopté reflète sans doute moins la hiérarchie de la République des sciences que la succession des soutiens apportés à Morin. Les premières lettres arrivées sont en effet celles de Gassendi, Gaultier et Valois, que l’astrologue fait paraître en 1635 dans ses Lettres escrites132. Les lettres de Longomontanus et Hortensius parviennent après ou pendant l’impression133. Quant aux lettres du père Atanase et de Galilée, elles ne sont publiées que dans la préface de la septième partie de la Longitudinum scientia, parue en 1638134. La lettre de Galilée à Beaugrand date toutefois de novembre 1635, et aurait donc pu être incluse, sinon dans les Lettres escrites, au moins dans la sixième partie de la Longitudinum scientia si tant est que l’astrologue y avait eu accès à cette date. Morin semble donc respecter un ordre chronologique, mais s’accommode bien de la hiérarchie établie par sa liste. Et pour cause, le dernier de ses soutiens est aussi le plus critique, à tel point que Morin est bien imaginatif d’y voir une approbation. Galilée, dans sa lettre, déclare ainsi la méthode de l’astrologue « aussi vraie dans l’abstrait que fausse et impraticable dans le concret et la pratique », reprenant donc, pour l’essentiel, le verdict des commissaires135. Jean Parès a montré comment Morin a sans vergogne retranché de la lettre de Galilée tous les passages – ils sont nombreux – qui lui étaient défavorables. L’astronome florentin accable Morin de reproches, l’accusant de mensonges, de forfanterie et le blâmant pour ses critiques dans la controverse héliocentrique toute fraîche (1633). Il est certes compréhensible que Galilée ne puisse guère souscrire, sur un sujet astronomique, aux propositions d’un homme qui a soutenu sans nuance la sentence du Saint-Office. La même logique de travestissement opère pour les autres correspondants de Morin. Nous ne reprendrons pas ici l’argumentation de Jean Parès, mais nous soulignerons que lorsqu’il y a approbation, celle-ci concerne davantage l’opportunité d’une récompense que la validité de la méthode proposée par Morin136. Les lettres de Gaultier, Gassendi et Valois, reconnaissent ainsi, de façon polie, les efforts déployés par Morin pour améliorer la science des longitudes, mais ne sont pas exemptes de critiques plus ou moins voilées. À l’évidence, les épistoliers n’ont pas cherché à irriter l’ombrageux astrologue, et lui ont accordé ce qu’il souhaitait le plus et ce qui les engageait le moins au plan intellectuel : la légitimité d’une récompense.

  • 137 Boltanski Luc et Thévenot Laurent, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Galli (...)
  • 138 Pascal Blaise, Œuvres complètes, t. II., op. cit., p. 98-99, extrait d’une lettre de Boulliau à Ga (...)

39Pour contourner et affaiblir le jugement d’experts qu’il a désavoués, Morin compose donc ses propres jurys d’alliés supposés, l’un constitué de « personnes de condition », l’autre d’astronomes respectés, au prix toutefois de la mutilation de leurs témoignages. Pour reprendre le vocabulaire de la sociologie contemporaine, on dira que Morin joue ici de deux répertoires de « justification », qui ne sont d’ailleurs ni antagonistes, ni étanches : il convoque à la fois l’autorité des puissants et l’autorité des savants137. Soulignons que les commissaires de Morin sont tentés de faire de même. Ces derniers réagissent en effet au certificat produit par l’astrologue par une attestation opposée, dont on ne conserve malheureusement qu’une évocation indirecte138. Henri-Louis Habert de Montmor, le père Mersenne, le mathématicien Claude Hardy, le commissaire « nautique » Beaulieu y soutiennent la seconde sentence des commissaires. Si le caractère fragmentaire de cette source ne permet pas d’en faire une analyse rigoureuse, on peut néanmoins suggérer qu’elle paraît davantage faire droit à l’expertise intellectuelle qu’à la civilité aristocratique.

40Rapidement, la discussion est donc sortie des bornes étroites du débat scientifique pour frayer avec les questions d’honneur, de réputation et de statut. Telle que nous la relate l’astrologue, la querelle des longitudes a tout d’une pièce de théâtre, dans laquelle lui-même, héros solitaire et maudit, doit affronter la jalousie de ses commissaires et la hargne bouffonne de Hume. En dépit d’alliés loyaux et bien en cour, il se heurte néanmoins à l’incompréhension et l’indifférence du cardinal-ministre, contre lequel il finit par nourrir une certaine rancœur. En cela, la querelle des longitudes est bien un drame du patronage. C’est ce point que nous allons maintenant aborder.

L’accès aux ressources du patronage, principal enjeu de la querelle

41Pour bien comprendre le rôle joué par les mécanismes du patronage dans la querelle, il nous faut d’abord revenir sur la trajectoire de Morin, laquelle illustre bien le poids des fidélités dans une carrière de médecin-astrologue de cour.

Morin et ses patrons

  • 139 Traduit d’après Morin Jean-Baptiste, Astrologia Gallica Principiis & rationibus propriis stabiilit (...)

« De mes 16 ans à mes 46 ans, ma vie fut un esclavage perpétuel ; j’eus 16 maîtres que je laissai tous ou à cause de disputes avec les maîtresses de maison, dont je subis la haine parce que je ne voulais plus supporter leur autorité […], ou à cause d’événements imprévus, ou encore à cause de l’insupportable ingratitude de mes maîtres ; certains d’entre eux furent des plébéiens, comme des notaires, des avocats, des secrétaires ; d’autres étaient de condition moyenne, comme des présidents, des abbés, des évêques ; d’autres encore, des grands courtisans, comme un certain duc dont je fus le médecin ordinaire pendant neuf ans, au temps des guerres contre les Hérétiques […]. Mais alors, j’ai renoncé avec tant de haine à toute servitude, que j’ai successivement décliné le service d’un Cardinal, d’un maréchal des Gaules et surintendant des finances, d’hommes très bons et favorables pour moi139. »

  • 140 [Tronson Guillaume], La vie de Maistre, op. cit., p. 22-23.
  • 141 Parès Jean, Querelle, op. cit., p. 7.

42À l’évidence, Jean-Baptiste Morin nourrit avec la culture du patronage un rapport ambigü, dont cet extrait de l’Astrologia Gallica porte la marque. Il n’a cessé au cours de sa carrière de chercher la protection des grands, et à la fin de sa vie, de se lamenter avec amertume de leur ingratitude à son endroit. Son biographe anonyme, certainement Guillaume Tronson, note que l’estime qu’il « s’étoit acquis [l’avait] mis en estat de vivre independemment de personne selon son inclination140 ». Mais y eut-il au Grand Siècle courtisan plus empressé, plus avide de reconnaissance, plus maladroit aussi, que notre astrologue ? Morin, écrit Parès, a eu « l’appétit des honneurs141 ».

  • 142 Ibid., p. 9.
  • 143 Cité et traduit d’après l’Astrologia Gallica dans ibid., p. 9.
  • 144 [Tronson Guillaume], La vie de Maistre, op. cit., p. 24-25.
  • 145 Ibid., p. 22-23 et 103.
  • 146 Bayle Pierre, Dictionnaire historique et critique, 5e édition, vol. 3, Amsterdam/Leyde/La Haye/Utr (...)

43Morin est né à Villefranche-sur-Saône au sein d’une famille consulaire à la fortune médiocre et déclinante142. Son père, échevin à la fin du XVIe siècle, souffre des malheurs du temps, obligeant Jean-Baptiste, « dès [ses] premières années à être [lui]-même l’artisan de [sa] fortune143 ». Les premières années de sa vie adulte sont dès lors marquées du sceau du patronage. Le chiffre de 16 qu’évoque Morin n’est certainement pas à prendre de manière trop rigide. L’homme est sensible au symbolisme numérologique – n’avait-il déjà pas convoqué seize témoins à l’appui de son action de l’Arsenal ? – et certains patrons – au sens de l’historien – débordent la période de « servitude » telle que la définit Morin, de ses 16 ans (vers 1599) à ses 46 ans (vers 1629). L’année 1629 est importante en celle qu’elle voit Morin nommé lecteur royal, charge publique qui le dispense effectivement de l’attachement exclusif à un grand, mais qu’il obtient toutefois grâce à l’intercession de la Reinemère144. Le maréchal des Gaules et surintendant des finances dont il refuse le service est aisément identifiable avec Antoine Coëffier de Ruzé d’Effiat, qui récompense pourtant Morin vers 1631145. L’astrologue distingue donc manifestement la récompense pécuniaire ponctuelle – qui peut s’accompagner de l’indépendance – et l’état de domestique. Les nombreux fragments autobiographiques et biographiques qui parsèment les ouvrages de Morin permettent de reconstituer partiellement l’histoire de ses fidélités, travail en partie entrepris au XVIIe siècle par Pierre Bayle et plus récemment par Monette Martinet146. Nous résumons ici sous forme de tableau quelques-uns de ces protecteurs, en indiquant, lorsque cela a été possible, la date et la nature de leur relation avec Morin.

  • 147 Morin Jean-Baptiste, Astrologia Gallica, op. cit., p. 618 ; [Tronson Guillaume], La vie de Maistre (...)
  • 148 Bougerel Joseph, Vie, op. cit, p. 9.
  • 149 [Tronson Guillaume], La vie de Maistre, op. cit., p. 6 ; Morin Jean-Baptiste, Defensio, op. cit., (...)
  • 150 Ibid, p. 106.
  • 151 [Tronson Guillaume], La vie de Maistre, op. cit., p. 20 ; Morin Jean-Baptiste, Defensio, p. 106-10 (...)
  • 152 Ibid., p. 106-107. Voir Parès Jean, Querelle, op. cit., p. 17-18 pour un extrait d’une lettre du c (...)
  • 153 [Tronson Guillaume], La vie de Maistre, op. cit., p. 31.
  • 154 Ibid., p. 22-23 et 103.
  • 155 Ibid., p. 27 et 102 ; Ranum Orest et Ranum Patricia M. (éd.), Mémoires, op. cit., « Introduction »
  • 156 Calais Henri de, Histoire de la vie, mort et miracles du R. P. Honoré Bochart de Champigny, Paris, (...)
  • 157 Morin Jean-Baptiste (éd.), Lettres escrites, op. cit., La page de titre indique que Morin est « lo (...)
  • 158 Morin Jean-Baptiste, Astrologia Gallica, op. cit., p. 778-783 (livre 26).
  • 159 Ibid., p. XIV.
  • 160 Ibid., fol. ** r°, épître dédicatoire anonyme à Louise-Marie de Gonzague.
  • 161 Morin Jean-Baptiste, Tabulae Rudolphinae ad Meridianum Uraniburgi supputatae, Paris, Jean Le Brun, (...)
  • 162 [Tronson Guillaume], La vie de Maistre, op. cit., p. 111. Pour le paiement de l’Astrologia Gallica(...)

Patron

Période de la protection

Nature de la relation ; forme du patronage

Guillaume du Vair

1608-1619

Morin lui enseigne les mathématiques ; Guillaume du Vair l’engage à reprendre des études de médecine147.

Joseph Gaultier, prieur de la Valette

années 1610 ?

Accueille Morin dans sa maison de Provence148.

Claude Dormy, évêque de Boulogne

1614-1618

Morin est son Médecin ordinaire149.

Charles Chaliveau de la Bretonnière, abbé de Saint-Evroult, conseiller et aumônier du roi, mort en 1625

1618-1621

Morin est son Médecin ordinaire150.

Léon d’Albert, Duc de Luxembourg (1582-1630)

1621-1629

Morin est son Médecin ordinaire151.

Pierre de Bérulle (1575-1629)

Intercède auprès de Marie de Médicis pour obtenir à Morin la charge de lecteur royal152.

Charles de Condren (1588-1641)

Le conseille au moment de l’affaire des longitudes, l’introduit auprès de Nicolas Goulas153.

Antoine Coëffier de Ruzé d’Effiat, maréchal et surintendant des finances (1581-1632)

1631

Morin reçoit de lui 200 livres de pension154.

Louis Tronson, secrétaire du cabinet

Morin passe plusieurs semaines chez Louis Tronson155. Ce dernier le recommande au duc de Luxembourg

Monsieur Tournaire, médecin ordinaire de la duchesse d’Orléans156

En 1635, héberge Morin157.

Léon Bouthillier, comte de Chavigny, secrétaire d’État (1608-1652)

En 1646, Morin accompagne Bouthillier pour un séjour de plusieurs jours à Antibes158.

Louise-Marie de Gonzague, reine de Pologne (1611-1667)

Morin lui prédit un royaume159. Elle paie les frais d’impression de l’Astrologia Gallica après la mort de Morin160.

Nicolas Goulas, secrétaire des commandements de Gaston d’Orléans (1603-1683)

ca. 1650

Soutient la publication des Tabulae Rudolphinae ; convie peut-être Morin à l’observation de l’éclipse d’avril 1652 ; reçoit un manuscrit de Morin161.

Pierre de Noyers, secrétaire des commandements de Louise-Marie de Gonzague

Intercède probablement auprès de Louise-Marie de Gonzague et la convainc de payer pour l’impression de l’Astrologia Gallica162.

Tableau 11. – Les patrons de Morin.

44Qu’à partir de 1629 Morin bénéficie de gages comme lecteur royal ne signifie pas qu’il ait cessé de convoiter les ressources du patronage. La plupart des ouvrages qu’il publie par la suite comportent des dédicaces. Dans les années 1630, il offre plusieurs ouvrages à Richelieu, dont, bien sûr, toutes les parties de la Longitudinum scientia, mais aussi les Famosi et antiqui problematis de telluris motu (1631) et la Responsio pro telluris quiete (1634). Séduire le cardinal-ministre est la grande affaire de Morin. Il fonde sur ce soutien de grands espoirs dont il est vite déçu. La protection de Richelieu illustre bien l’interpénétration et la confusion des patronages aristocratique et étatique. C’est bien sûr le principal ministre et sa faculté d’ordonner des paiements sur le trésor royal qui sont sollicités. Mais Morin n’en doit pas moins passer par les canaux coutumiers de la dédicace flatteuse et de la révérence. C’est ce qu’indique un extrait du Factum de 1644 :

  • 163 Morin Jean-Baptiste, Factum, op. cit., p. 17.

« Lors le sieur Morin voulant s’esclaircir tout à fait de l’intention de son E. envers luy pour sa recompense, fut au Palais Cardinal, pour presenter cette septiesme Partie à son E. l’attendant selon sa coustume sur son degré, puis qu’il ne pouvoit obtenir entrée en sa chambre pour les presenter des livres de cette nature & importance, & luy parler sur cet affaire. Comme donc il descendoit pour aller en ville, il luy presenta la septiesme Partie, & luy resmonstra humblement en presence de Monseigneur le Cardinal de la Vallette ; qu’apres de si authentiques approbations qu’il avoit des plus celebres Astronomes de l’Europe sur la science des Longitudes par luy donnee, son E. ne pouvoit plus douter qu’iceluy Morin n’eut plainement satisfait à sa proposition ; Et partant le supplioit tres-humblement luy vouloir faire sentir les effets de la promesse qu’il luy avoit plu de luy faire ; Surquoy son E. repartit : mettez l’affaire en pratique & on vous fera du bien. Et le sieur Morin repliquant, que pour cela il falloit premierement reformer les Tables Astronomiques du Soleil, des Estoiles & de la Lune qui estoient erronées ; à quoy il ne s’estoit obligé par sa proposition ; telle reforme estait de despence Royale comme sçavoit trop mieux son E. […] Son E. luy fit signe de se retirer ; & du depuis le sieur Morin ne la veu163. »

  • 164 On trouve un peu plus haut, ibid., p. 14, un autre récit empreint d’amertume à l’égard de l’injust (...)
  • 165 Morin Jean-Baptiste, Astrologia Gallica, op. cit., p. xiv-xv, p. 613.
  • 166 Ibid., p. 555.
  • 167 Morin Jean-Baptiste, Dissertatio de atomis et vacuo, Paris, chez l’auteur et chez M. Bouillette, 1 (...)

45Morin aurait été un parfait courtisan, si en plus que d’attendre sur l’escalier, il n’avait pas répliqué à Richelieu. Le congé donné par le cardinal est bien sûr une disgrâce pour l’astrologue qui ne s’y trompe point. Morin souhaitait une récompense mais il ne se montre pas prêt, dans cet extrait, à passer sous les fourches caudines de l’hypocrisie et de l’obséquiosité. Sous la plume de Morin, Richelieu est décrit comme ingrat et abusé par ses commissaires. Il convient toutefois de se méfier de ce texte de 1644, postérieur à la mort du cardinal, dont l’image publique peut donc être écornée sans risque164. Morin a beau jeu de se présenter en âme indépendante : il continue néanmoins après sa disgrâce, comme il l’avait fait par le passé, à tirer des horoscopes pour Richelieu, même si les commandes sont désormais présentées par sa créature Bouthillier165. En 1638, il est même convié, comme Campanella, à tirer l’horoscope du dauphin166. Reste que Morin semble avoir effectivement perdu tout espoir de gagner la faveur du cardinal-ministre. Après la mort de Richelieu, Morin n’hésite pas à rendre ce dernier responsable des malheurs de l’Europe, l’accusant d’avoir gouverné sans les parlements et d’avoir précipité la guerre avec l’Espagne167. En moins d’une dizaine d’années, l’astrologue passe donc de la flatterie la plus servile à la condamnation sans nuances.

46Ce revirement est à l’image du rapport qu’entretient Morin avec ses protecteurs. S’il ne refuse pas les patrons et ne méprise pas leur soutien, Morin regrette leurs ingratitudes et leurs faiblesses. À ce titre, son ultime dédicace, placée en tête de l’Astrologia Gallica – somme publiée à titre posthume – et adressée à Jésus Christ, doit certainement se lire comme la marque de sa déception à l’égard de ses protecteurs terrestres.

La polémique avec Hume

  • 168 Lemieux Cyril, À quoi sert ?, art. cité, p. 196.

47Il n’y a pas que pour Morin que le patronage est un enjeu de la querelle. C’est également, de manière massive et transparente, le moteur de la verve combattive de Hume. La polémique la plus virulente, en effet, n’oppose pas Morin à ses commissaires, mais au mathématicien écossais. Entre 1634 et 1637, les deux hommes signent plus d’une dizaine de textes qui sont autant de coups portés à la réputation de l’adversaire. Au fur et à mesure que la polémique se développe, elle tend à s’éloigner du terrain initial de discussion. Nous sommes bien ici en présence d’une controverse telle que la définit la sociologie, et notamment la sociologie des sciences, c’est à dire une situation « où un différend entre deux parties est mis en scène devant un public, tiers placé dès lors en position de juge168 ». La querelle de Hume et Morin prend les dédicataires à témoin et plus largement le lectorat de l’imprimé. Débutant d’abord au sein d’un espace public aux dimensions restreintes – le salon de Bautru et l’affiche que Hume annote de sa main – le débat s’élargit par le livre. Contenue initialement dans les bornes du débat savant – il s’agit de discuter la méthode de Morin – la discussion dérive vers les attaques ad hominem et les invectives injurieuses. Pour comprendre la forme de cette polémique, il nous faut d’abord débrouiller l’écheveau compliqué de textes et de réponses. Dans le tableau suivant sont donc classés les passages polémiques des œuvres de Morin et Hume.

Texte

Auteur

Titre et passage de l’œuvre

Date

Texte attaqué

1

Hume

Commentaire manuscrit sur la proposition imprimée de Morin [Montes nascitur ridiculus mus]

1 bis

Hume

Les Fortifications Françoises, p. 131

épître au lecteur signée le 11 avril 1634

2

Morin

Longitudinum scientia

Réponse à 1 et 1 bis

2 bis

Morin

Lettres escrites

3

Hume

Traité de la trigonométrie, fol. I

« Achevé d’imprimer » du 10 octobre 1635

Réponse à 2, 2 bis et Trignonometriae canonicae libri tres

3 bis

Hume

Theorie des Planettes, p. 185-218

Le privilège est du 6 avril 1635 ; « Achevé d’imprimer » du 8 mai 1637

Réponse à 2 (parties I et IV) et 2 bis

4

Morin

Longitudinum scientia sixième partie, p. 201-205

Page de titre indique 1636

Réponse à 3 et 3 bis

5

Hume

Sphères de Copernic et Ptolémée, p. 65-100

« Achevé d’imprimer » du 15 novembre 1636

Réponse à 4 et 2 bis

6

Morin

Défense de la vérité contre la fausseté et l’imposture

1636

Réponse à 3 et 5

6 bis

Morin

Response à la dernière invective d’Hume

1636

Réponse à 5

7

Hume

Algèbre de Viète, préface au lecteur

« Achevé d’imprimer » du 5 juillet 1636

Réponse à 6

7 bis

Hume

De l’analemme de Ptolémée, p. 184-202

Après 1636

Réponse à 6 bis

Tableau 12. – Les textes polémiques de Morin et de Hume.

  • 169 Hume James, Les fortifications, op. cit.
  • 170 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 91.
  • 171 L’auteur évoque « de nouvelles hypotheses, comme a faict Copernique » : Hume James, Les fortificat (...)
  • 172 Hume James, Traité des planettes, op. cit., p. 191-192.
  • 173 [Anon.], Advis à Monseigneur, op. cit., p. 4-5.
  • 174 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 93 : « ob gazetam in me scriberent » ; [A (...)

48Hume, dans ses textes, ne réfute pas la méthode de Morin mais tente plutôt de s’en approprier la paternité. C’est avec ses Fortifications françoises qu’il entre sur le terrain de la polémique publique169. L’ouvrage s’achève par un petit discours « pour trouver les longitudes des lieux », que Hume avait fait distribuer sous forme de feuilles volantes avant la tenue de l’action de l’Arsenal. Le volume, dédié à Guillaume Bautru, multiplie les allusions voilées à la proposition de Morin. La méthode suggérée par Hume ne se distingue guère de celle de son rival, puisqu’il esquisse aussi une méthode astronomique par les distances lunaires supposant justes les tables, mais lui ne fait aucun cas de la réfraction et de la parallaxe170. À la différence de Morin, il insiste toutefois sur la nécessité de réformer les tables par l’élaboration de nouvelles hypothèses astronomiques et de nouveaux instruments dont il ne fait toutefois pas état171. Cet ouvrage vise clairement à doubler l’astrologue. Si l’épître au lecteur est datée du 11 avril 1634, les feuillets concernant les longitudes sont peut-être imprimés avant. Hume revendique en tout cas la priorité de la publicité du secret des longitudes, prétendant l’avoir « fait imprimer […] quatre jours devant qu[e Morin] l’eût descouvert à l’Arsenal172 ». La querelle est donc querelle de priorité, mais pas seulement, car le registre injurieux, qui domine bientôt les échanges, montre que c’est d’honneur dont on discute. À cet égard, la première salve ne vient pas de Hume, mais des commissaires. Ceux-ci reprochent en effet à Morin de couvrir de ridicule les mathématiciens français par la défense d’une proposition qui n’a pas plus de sens qu’une quadrature de cercle ou une trisection d’angle173. La publicité donnée à l’affaire par Morin contribue dès lors à envenimer les hostilités. Le principal grief à l’encontre de l’astrologue est d’avoir fait paraître un compte rendu de son action du 30 mars dans la Gazette, engageant par là même le crédit de ses commissaires et de la communauté savante174. Si Morin, dans ses écrits ultérieurs, se défend d’avoir inséré quoique ce soit dans la Gazette, il assume néanmoins le contenu de l’article qui lui est consacré, et, s’appuyant sur le caractère public de la démonstration, oppose le jugement de l’auditoire au jugement des experts. Lorsqu’il introduit dans sa Longitudinum scientia le certificat de ses seize témoins, il prétend ainsi défendre, au-delà de son honneur personnel, la réputation des hommes illustres qui assistaient à son action :

  • 175 Traduit d’après Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 118.

« Que diront les étrangers des Français, et surtout des Parisiens […] ? Afin que cet opprobre ne soit attaché qu’à ses auteurs, et que les autres hommes sachent que ce si grand forfait était le fait de la jalousie de cinq mathématiciens, j’estimais nécessaire de porter ce témoignage public qui m’avait été offert par ces hommes très illustres et très doctes, et de montrer surtout aux nations étrangères la probité et l’innocence des signataires, de sorte que par un évident devoir de patriotisme, cette souillure sur toute la ville soit effacée de notre nation175. »

  • 176 Morin Jean-Baptiste, Factum, op. cit., p. 6.
  • 177 Hume Jame, Algèbre, op. cit., p. 432.
  • 178 Ibid., p. 432 ; Hume James, Analemme, op. cit., p. 201 ; Hume James, Sphères de Copernic et Ptolém (...)
  • 179 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 207 ; [Anon.], Réponse à la dernière inve (...)
  • 180 Hume James, Algèbre, op. cit., p. 423.
  • 181 Hume James, Sphères de Copernic et Ptolémée, op. cit., p. 65.
  • 182 L’arrangement consistant à retirer de leurs publications respectives les « invectives » échangées (...)
  • 183 Hume James, Analemme, op. cit., p. 202.

49Les adversaires de Morin se présentent quant à eux en rempart de l’honneur du cardinal qui, à récompenser un escroc, court le risque du ridicule176. La réputation devient donc rapidement ce qu’attaquent et défendent les protagonistes et la polémique touche bientôt le point d’honneur. Hume affirme n’avoir répondu à Morin que sur les instances d’un ami « qui [le] persuada à escrire ceste Epistre qui est devant [sa] Trigonometrie, disant que [son] honneur y estoit interessé177 ». Nous ne ferons pas ici le catalogue exhaustif des épithètes qui envahissent les dernières étapes de la polémique. Hume gratifie Morin des aimables qualificatifs de « fol fougueux », « ignorant », « un de la lie du peuple », « fourbe178 ». L’astrologue ne montre guère plus de retenue, qui agonit l’Écossais d’injures (« âne nordique », « mauvais larron), met en doute son titre d’écuyer et le dénonce comme hérétique et impie179. Peu s’en faut que ces tombereaux d’insultes ne se règlent par la violence et que la querelle ne soit vidée au fil de l’épée. « Plusieurs de mes amis se sont offerts à moy pour le traicter comme un homme de la sorte en luy donnant des coups de bastons » écrit Hume, qui ajoute que ce serait là un traitement idoine pour le « fils d’un chartier de Ville-franche180 ». Si la métaphore du duel est souvent employée – « il ne vouloit pas changer d’escrime » écrit Hume en évoquant l’obstination de son adversaire181 – les deux bretteurs de plume ne sortent pas les épées. Ils tentent d’abord un arrangement à l’amiable avant de recourir à la justice royale182. Mention en est faite dans l’ouvrage de Hume qui clôt la polémique, l’Analemme de Ptolémée. Morin, selon l’auteur écossais, « ne se contentoit pas de renoncer à la dispute, ains sçachant qu’il ne sçavoit pas respondre, il me vouloit imposer silence par authorité, s’estant allé plaindre au Conseil du Roy, & à Monseigneur le Chancellier183 ». L’allusion à l’affaire est trop laconique pour permettre d’en retrouver trace dans les archives. Il peut s’agir d’un litige traité aux Requêtes de l’Hôtel ou aux Requêtes du Palais : Morin, en tant que lecteur royal disposait probablement du droit de commitimus qui lui permettait d’échapper aux juridictions ordinaires. L’astrologue a pu également voir son litige évoqué au Conseil privé et un règlement infrajudiciaire n’est pas à exclure.

  • 184 Lemieux Cyril, À quoi sert ?, art. cité, p. 192. L’expression « moment effervescent », empruntée à (...)
  • 185 Lilti Antoine, Querelles, art. cité, p. 22-24.
  • 186 Kahn Didier, « La condamnation des thèses d’Antoine de Villon et Etienne de Clave contre Aristote, (...)
  • 187 Voir chapitre ii pour la dédicace de Hume. Pour les lettres patentes, voir IAD Morin, items 122, 1 (...)

50À l’issue de ce bref survol de la polémique, il importe maintenant d’en dégager les motifs principaux. L’enjeu proprement scientifique, on l’a vu, devient rapidement secondaire. Les passages polémiques des ouvrages de Hume sont, pour l’essentiel, des attaques ad hominem entrelardées de réfutations et d’argumentations présentant un caractère répétitif. C’est la défense de l’honneur bafoué qui anime les deux protagonistes, mais cette défense est d’autant plus justifiée que les ressources du patronage sont en jeu. La polémique est sans doute aux yeux de l’Écossais une occasion de faire irruption avec fracas sur la scène savante parisienne. La querelle des longitudes, qu’il contribue à envenimer, est ainsi pour lui un « moment effervescent » susceptible de renverser les hiérarchies établies et de redistribuer les cartes du patronage184. Rappelons à ce titre que nombre de controverses intellectuelles de l’époque moderne peuvent aussi se lire à l’aune de véritables « tactiques polémiques185 ». Morin n’ignore pas l’intérêt de tels coups, qui en 1624 assoit sa réputation parisienne sur une « bruyante affaire », la réfutation des thèses atomistes d’Antoine de Villon et d’Étienne de Clave186. Pour Hume, il s’agit probablement de disputer à Morin plusieurs de ses patrons. Évoquons d’abord Henri-Auguste de Loménie, témoin cité par Morin à l’appui de son action, qui expédie à l’astrologue plusieurs lettres patentes, mais qui avait également soutenu James Hume lors de la publication de son Arithmétique nouvelle en 1625187. Le principal patron convoité semble toutefois être Guillaume Bautru, qui sert à bien des égards, on l’a dit, d’arbitre à la querelle. Morin prétend en effet à une certaine proximité avec le comte de Serrant, à laquelle il attribuait la première convocation des commissaires :

  • 188 Traduit d’après Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 7.

« [Bautru] ne s’irrita jamais de mes visites pendant presque deux ans, quelque inopportunes qu’elles fussent, au sujet de ce que je sollicitais de Son Eminence, mais me fit toujours bon accueil, et ayant communication avec Son Eminence, ma confiance, ma patience et ma persévérance au sujet de cette affaire lui apparaissant, il fit en sorte que ce diplôme soit enfin émis des mains du très éminent cardinal188. »

  • 189 Hume James, Traité de la trigonometrie pour resoudre tous triangles rectilignes et spheriques, Par (...)
  • 190 Hume James, Sphères de Copernic et Ptolémée, op. cit., p. 71.
  • 191 Hume David, Poemata Omnia, op. cit., p. 44-46: « Morini Fama », « Morini Verecundia », « Morini In (...)
  • 192 Hume James, Sphères de Copernic et Ptolémée, op. cit., p. 90.

51Mais Morin n’est pas le seul invité de l’hôtel de Bautru. Hume, selon ses écrits, le fréquente également et les deux mathématiciens ont eu l’occasion de s’y écharper. Questionné par le favori de Richelieu au sujet de la méthode de Morin et se montrant trop critique, Hume aurait été sèchement interrompu par ce dernier189. Morin semble cependant avoir l’oreille de Bautru, qui « a tant fait pour luy », note même son rival190. Les attaques de Hume à l’encontre de Morin visent autant à réfuter Morin et à diminuer sa réputation, qu’à faire état d’une verve propre à séduire le satiriste qu’était Bautru. En témoignent les épigrammes versifiées décochées à l’astrologue qui figurent dans l’édition des poèmes de son père dédicacée à Bautru : l’Écossais s’en prend successivement, en latin, à la réputation de Morin, à sa modestie, à son génie et à son érudition191. Ce n’est donc pas seulement sur le terrain astronomique que Hume le dispute à Morin, mais également sur celui de l’art de la pointe et de la répartie, composante de la sociabilité de salon et de cour qui est le monde de Bautru. « Je sçay mieux escrire en Latin que luy, & mieux faire des vers » se flatte ainsi Hume comme pour déplacer le combat192.

  • 193 Morin Jean-Baptiste, Défense de la vérité, op. cit., p. 9.
  • 194 Ibid., p. 9-10. C’est Morin qui souligne.
  • 195 Hume James, Algèbre, op. cit., p. 429. François Citois n’était pas sans liens avec la communauté s (...)

52Que Hume ait réussi à obtenir une place dans la maison de Bautru paraît douteux. Mais au-delà de l’aristocrate, c’est le patronage du cardinal-ministre qui est aussi convoité. C’est ce dont Morin rend compte dans l’une de ses publications polémiques, en reproduisant la lettre adressée par Hume à une « personne d’honneur de la maison de son E [minence] ». L’astrologue espère ainsi discréditer son adversaire – ridiculisé par la reproduction des fautes de grammaire et d’orthographe – mais surtout dévoiler les ressorts qui l’animent. « Tout ce qu’Hume a jusques icy machiné contre mon honneur & mes escrits, n’a esté à autre fin, que pour se faire connoistre à son E. & estre de sa maison » affirme Morin avant de citer la lettre193. Hume y évoque en effet l’« esperance de pouvoir estre de la maison de Monseigneur » avant de conclure sa missive par une traditionnelle offre de services194. L’Écossais, répondant à Morin, ne conteste pas l’authenticité de la lettre et explique même que la « personne d’honneur » à laquelle elle était destinée est François Citois, médecin ordinaire du cardinal-ministre195. Surtout, il assume la démarche courtisane au fondement de son action :

  • 196 Hume James, Sphères de Copernic et Ptolémée, op. cit., p. 96.

« Il est vray, que j’estois bien aise d’avoir cet occasion pour me faire cognoistre à son Eminence, & souhaiterray bien d’estre mieux cogneu que je ne suis, si je sçavois par quel moyen en venir au bout196. »

  • 197 Deloche Maximin, La Maison du Cardinal de Richelieu, Paris, Champion, 1920.
  • 198 Nous n’avons pas fait de recherches poussées parmi les fonds d’enregistrement pour trouver d’évent (...)

53Aucune de ces entreprises ne paraît avoir porté ses fruits, si l’on se fie aux états de la maison de Richelieu publiés notamment par Maximin Deloche197. On s’imagine mal le cardinal-ministre faire droit aux demandes de Hume, lequel pâtit d’être à la fois hérétique et trop peu subtil. La fin de la vie de l’Écossais n’est pas connue. Ses publications cessent après 1640, sans que l’on sache si cet arrêt est imputable à sa mort ou à la sortie du royaume198. Dès 1636, la plume de Hume se fait volontiers amère à l’évocation des possibilités d’ascension offertes par la cour française :

  • 199 Hume James, Algèbre, op. cit., préface au lecteur.

« La cognoissance assaissone beaucoup les plaisirs de notre vie ; mais il faut d’autres mets plus solides pour les nourrir. Je ne me repais pas, ny du vent, ny de la fumée, non plus que des espérances incertaines de la Cour, qui sont encore moins que tout cela199. »

  • 200 Hume James, Theorie des Planettes, op. cit., fol. A3 v°; Drummond Henry, Histories of Noble Britis (...)

54Pour notre auteur, originaire d’une vieille et prestigieuse famille écossaise, la position de praticien mathématique est à l’évidence un déclassement. Contre le ressentiment qu’il suscite, les quelques compensations symboliques que s’octroie Hume, telle l’impression des armoiries familiales en tête de sa Théorie des Planettes, peuvent apparaître bien dérisoires au lecteur moderne200. Les ambitions de l’Écossais sont probablement contrariées et il semble avoir été victime, à l’instar de Morin, du miroir aux alouettes que constitue le patronage aristocratique et gouvernemental.

Épilogue : les dernières années de Morin

  • 201 Item 142 de l’IAD Morin ; Mazarin, en plus de récompenser Morin, envisage de faire construire un o (...)
  • 202 Drévillon Hervé, Lire et écrire, op. cit., p. 166-167 ; Murr Sylvia, « Bernier et Gassendi : une f (...)
  • 203 BNF, manuscrits Clairambault 442, p. 1034-1035.
  • 204 Drévillon Hervé, Lire et écrire, op. cit., p. 163.
  • 205 Ibid., p. 164.
  • 206 Cité dans Bayle Pierre, Dictionnaire historique, op. cit., p. 429.

55La querelle des longitudes ne s’éteint pas avec le retrait de Hume. En 1644, Morin profite des changements récents à la tête de l’État – la mort, coup sur coup, de Richelieu et de Louis XIII – pour demander récompense à Mazarin, nouvel homme fort. C’est l’objet du Factum, qui atteint son objectif, puisque Morin reçoit une pension de 2000 livres201. L’astrologue obtient enfin ce qu’il sollicitait ; mais cela ne fait pas taire les rivaux. En 1647, le récollet Léonard Duliris publie un secret des longitudes qui est aussitôt contesté par Morin. Comme en 1634, la mécanique polémique s’engage et prend bientôt un tour acrimonieux. La fin de la carrière de Morin est par ailleurs émaillée de polémiques autant stériles que violentes. L’astrologue fait montre d’un talent rare pour s’aliéner ses anciens soutiens. Gassendi, dont l’atomisme est certes incompatible avec le traditionalisme de l’astrologue, entretient avec lui dans la décennie 1630 des rapports, sinon chaleureux, du moins cordiaux. Las ! À partir des années 1640, ce ne sont plus guère qu’invectives que s’échangent Morin et les partisans de Gassendi, au premier rang desquels Bernier202. Morin, qui a décidément le sang échauffé, propose même à Mazarin de soumettre ce dernier à la question et de le menacer des galères203. Au cœur de ces conflits violents se trouve bien sûr, in fine, la défense passionnée de l’astrologie judiciaire, citadelle assiégée en passe d’être prise. Mais Morin parvient aussi à se fâcher avec l’astrologue Nicolas Bourdin, qui comptait pourtant parmi ses témoins de marque à l’action du 30 mars 1634204. Que faire de cette agressivité désordonnée ? Un astrologue avancera – c’est d’ailleurs le propos de Morin – que sa trajectoire heurtée reflète une conjonction astrale défavorable205. Un sociologue dira que sa mentalité obsidionale exprime ses ambitions déçues et son obsession de reconnaissance. On peut plus prosaïquement suivre l’opinion de l’un de ses contemporains, médecin de profession : « cet homme étoit fou » écrit Guy Patin dans l’une de ses lettres206.

  • 207 Ruellet Aurélien, Deux documents inédits, art. cité.
  • 208 Sur les cortèges funèbres des lecteurs royaux, voir Raulet Lucien, « Billets mortuaires et autres (...)
  • 209 [Tronson Guillaume], La vie de Maistre, op. cit., p. 113.
  • 210 Sur les Pères de la Doctrine Chrétienne, congrégation fondée en 1592 par César de Bus à l’Isle-sur (...)
  • 211 [Tronson Guillaume], La vie de Maistre, op. cit., p. 59-60.

56L’étude du testament de Morin montre que la défense de sa réputation le préoccupe au-delà de sa vie terrestre207. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Morin n’est pas avare à l’égard de l’Église à l’heure de disposer de ses biens et de tester. Il distribue ainsi plus des trois quarts du montant inventorié de son patrimoine en donations pieuses et autres fondations de messes. Outre un service annuel dans son église paroissiale, il fonde 100 messes dans cinq couvents de la capitale, auxquels s’ajoutent encore des messes par les confréries du Saint-Sacrement. Ses voisins du couvent des Pères de la doctrine chrétienne ne sont pas négligés, qui reçoivent 50 livres pour officier 200 messes à l’intention de Morin. Ses médisants et ses ennemis ont peut-être raillé cette ultime tentative de l’astrologue pour défendre son honneur et sa réputation d’homme pieux. De fait, dans les semaines suivant son décès, on célèbre la mémoire de Morin aux quatre coins de Paris. L’épitaphe, « de marbre noir », est prévue par le testateur, qui demande aussi que ses collègues lecteurs royaux prennent part au cortège funèbre208. Ces dispositions testamentaires, si elles sont peut-être la marque d’un tempérament porté au narcissisme ou inquiet de son salut, sont également révélatrices du milieu spirituel au sein duquel évolue Morin. Son biographe, sans doute Guillaume Tronson, note les accointances de Morin avec plusieurs prélats réformateurs, et notamment Pierre de Bérulle et Charles de Condren qui sont tous deux et successivement supérieurs de la Congrégation de l’Oratoire. Le même Tronson, faisant le récit de l’agonie de Morin, rapporte que celui-ci conférait souvent « avec son confesseur ordinaire Supérieur de la Doctrine Chrétienne209 ». Il y a là certainement un effet de voisinage – Morin réside à deux pas du faubourg Saint-Marcel où est installée cette congrégation enseignante – mais qui traduit également une attirance pour le dynamisme spirituel de cette jeune institution210. Que dire alors des fondations de messes par les confréries du Saint-Sacrement et de Notre-Dame du Rosaire ? Si elles n’indiquent probablement pas l’appartenance de Morin à l’une ou l’autre – le testament serait plus bavard sur leurs rôles dans l’organisation des funérailles – elles pointent néanmoins des accointances spirituelles et des sociabilités communes. Le biographe signale également qu’à sa mort ont été trouvés chez lui, à l’état manuscrit « trois livres contre les sectateurs de Jansenius211 ». Si ces indices sont ténus, ils sont néanmoins convergents et autorisent à qualifier Morin, lato sensu, de dévôt. Ce n’est certes pas faire injure à un homme qui dédie son œuvre monumentale, l’Astrologia Gallica, publiée à titre posthume, à Jésus Christ.

  • 212 Hilaire-Pérez Liliane, L’invention technique, op. cit., spécialement p. 49-50 et chapitre ii.

57La querelle des longitudes est instructive à plusieurs titres. À un niveau très général du récit, elle constitue un épisode parmi d’autres de l’implication croissante de l’État dans les mécanismes de validation des énoncés scientifiques. S’agissant d’un domaine stratégique qui retient particulièrement son attention, la monarchie française, avant de récompenser le proposant, délègue l’expertise à une commission spécialisée qui bénéficie de son crédit : de ce point de vue, l’affaire est annonciatrice du rôle que joue quelques années plus tard, l’Académie royale des sciences212. À un niveau micro-historique, la querelle change de dimension. Les protagonistes n’en sont plus des abstractions commodes – l’État, les savants – mais des individus qui évoluent dans un petit monde : Richelieu, son favori Bautru, l’astrologue de cour Morin, son rival Hume et des commissaires que tous connaissent. Ce qui est à l’œuvre n’est pas une procédure bureaucratique anonyme au protocole rigoureusement défini, mais bien une querelle entre particuliers, où l’honneur est plus en jeu que la véracité des faits disputés. Riche d’opportunités, le conflit est saisi par certains protagonistes pour s’attirer les faveurs de puissants. Même si l’affaire ne se résume pas à ces enjeux extra-savants, ils ne peuvent pas être ignorés. Toute la trajectoire de Morin, qui est atypique par bien des aspects, montre que le système du patronage, déploré mais sans cesse sollicité, forme bien l’horizon incontournable de nombre de ses choix. Morin est le perdant de l’affaire. Peut-être est-ce son irrépressible attrait pour les grands qui en fait aussi un homme d’un autre temps, quand la commission spécialisée, composée de virtuosi (Beaugrand, Pascal, Mydorge) et de quasi-professionnels des mathématiques (Boulenger, Hérigone), affirme la prééminence du jugement des savants sur la civilité aristocratique. En cela, l’affaire est un laboratoire où s’affirment les normes de l’échange savant et où se dessine la professionnalisation de la figure du scientifique telle qu’elle est confirmée par l’Académie royale des sciences dans la décennie 1660.

Notes

1 Andrewes William J. H. (éd.), The Quest for Longitude, Cambridge, Collection of Historical Scientific Instruments, 1993, p. 2-3.

2 Doorman G., Patents, op. cit., p. 95 (G17), p. 97 (G35), p. 100 (SG 4715).

3 Howse Derek, Greenwich Time and the Discovery of the Longitude, Oxford, Oxford University Press, 1980, p. 13; Sobel Dava, Longitude. L’histoire vraie d’un génie solitaire qui résolut la plus grande énigme scientifique de son temps, Paris, J. C. Lattès, 1996, p. 34-35 ; Andrewes William J. H. (éd.), The Quest for Longitude, op. cit., p. 90-92.

4 Cervantes Miguel de, El coloquio de los perros, Barcelone, Red Ediciones, 2012, p. 80. Cité (en anglais) dans Howse Derek, Greenwich Time, op. cit., p. 13. Lors de la querelle de 1634, le parallèle est encore mobilisé par Beaugrand.

5 Nautonier Guillaume de, Mécométrie, op. cit., Sur Nautonier, voir Mayaud Pierre-Noël et Mandea Mioara, « Guillaume Le Nautonier, un précurseur dans l’histoire du géomagnétisme », Revue d’histoire des sciences, vol. 57 (2004), p. 161-173 ; Vène Marc, Guillaume le Nautonier, ministre du culte, astronome, géographe du roi, Cabries, La Duraulié, 1991. Nous reprenons la graphie utilisée par l’auteur qui se présente comme « de Nautonier ».

6 Dounot Didier, Confutation, op. cit., fol.* iii v°.

7 Mayaud Pierre-Noël et Mandea Mioara, Nautonier, art. cité, p. 172-173. Quelques décennies plus tard, le fils de Guillaume de Nautonier, également ministre, semble vanter les accomplissements de son père à l’occasion d’un séjour qu’il effectue en Angleterre en 1654 et que mentionne Hartlib (HP 29/4/32B).

8 Scotto Benedetto, Démonstrations des longitudes, tant en mer qu’en terre, Paris, Jean Bessin, 1623.

9 Ibid., fol. A ij.

10 Scotto Benedetto, Globe maritime avec la cognoissance et pratique des longitudes, Paris, Jean Bessin, 1622, p. 4 pour les inventions ; pour la quadrature de cercle, la page de titre de Scotto Benedetto, Démonstrations, op. cit., indique que le traité des longitudes est suivi d’« une autre demonstration Geometrique pour la Quadrature du Cercle ».

11 Scotto Benedetto, Globe maritime, op. cit., dédicace au roi.

12 Cité dans Hildesheimer Françoise, Richelieu, Paris, Flammarion, 2004, p. 143.

13 Ibid., p. 143-144.

14 AMAE, MD, 797, fol. 54-55. Le projet est repris pour l’essentiel dans le « Code Michau ». Voir Caillet Jules, De l’administration, op. cit., p. 305. Voir aussi Dainville François de, La géographie des humanistes, Paris, Beauchesne, 1940, spécialement chapitre v ; Vergé-Franceschi Michel, Marine et éducation sous l’Ancien Régime, Paris, CNRS Éditions, 1991, p. 51-52.

15 AMAE, MD, 795, fol. 220.

16 AMAE, MD, 792, fol. 1 r°-10v°.

17 Pour la conférence du 22 avril : Renaudot Théophraste, Recueil des Gazettes, Nouvelles, Relations, Extraordinaires et autres récits des choses avenues toute l’année 1634, Paris, au Bureau d’Adresse, 1635, p. 160. Pour la conférence du 25 avril : ibid., p. 168. Le récit du Mercure Français ne distingue pas les conférences : [Anon.], Mercure François, t. XX, Paris, Estienne Richer, 1637, p. 711-712. Sur cette question voir Lagarde Lucie, « Historique du problème du Méridien origine en France », Revue d’histoire des sciences, vol. 32, no 4 (1979), p. 289-304 ; Bigourdan Guillaume, « La déclaration de Louis XIII relative au premier méridien », Comptes-rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, 1916, p. 319-323.

18 Bigourdan Guillaume, La déclaration de Louis XIII, art. cité, p. 322.

19 Parès Jean, Jean-Baptiste Morin (1583-1656) et la querelle des longitudes de 1634 à 1647, thèse de 3e cycle présentée et soutenue à l’université de Paris 1, 1976 ; Pascal Blaise, Œuvres Complètes, éd. Jean Mesnard, vol. 2 : Œuvres diverses (1623-1654), Paris, Desclée de Brouwer, 1964, p. 82-99.

20 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum terrestrium necnon coelestium, nova et hactenus optata scientia, Paris, Jean Libert, 1634-1639 (Longitudinum scientia dans la suite du texte) ; Morin Jean-Baptiste, Factum du Sr Jean-Baptiste Morin, [s. l. s. n.], [1644] (Factum dans la suite du texte).

21 Sur la méthode de Morin, voir Parès Jean, Querelle, op. cit.

22 Ibid., p. 26.

23 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 6.

24 CM, IV, p. 253, lettre de Jean-Baptiste Morin à Pierre Gassendi, 4 juin 1633.

25 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 7.

26 Ibid., p. 7.

27 Morin Jean-Baptiste, Factum, op. cit., p. 6.

28 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 9.

29 Morin Jean-Baptiste, Factum, op. cit., p. 6.

30 Sur les rapports entre Richelieu et Amador de La Porte, voir Hildesheimer Françoise, Richelieu, op. cit., p. 28 et 31, passim.

31 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 10 ; Pascal Blaise, Œuvres complètes, t. II, op. cit., p. 92.

32 L’Arsenal est depuis Sully la résidence du Grand-Maître de l’Artillerie. En 1634, celui-ci est Charles de La Porte, marquis de La Meilleraye (1602-1664), cousin de Richelieu et neveu d’Amador de la Porte. Il assiste d’ailleurs à l’action.

33 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 14-16.

34 Ibid., p. 87.

35 Ibid., p. 88.

36 Morin Jean-Baptiste, Factum, op. cit., p. 8 ; Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 88 ; Parès Jean, Querelle, op. cit., p. 70.

37 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 88.

38 Ibid., p. 89.

39 Renaudot Théophraste, Recueil des Gazettes 1634, op. cit., p. 128 (no 30, 1er avril 1634).

40 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 89-91.

41 Ibid., p. 91.

42 Ibid., p. 93.

43 Ibid., p. 113.

44 Ibid., p. 116.

45 Ibid., p. 117

46 Ibid., p. 118.

47 [Anon.], Advis à Monseigneur l’Eminentissime Cardinal Duc de Richelieu, Paris, [s. n.], 1634 ; Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 125 pour la préparation de cet écrit.

48 Le tout est publié en 1640 : Morin Jean-Baptiste, Astronomia jam a fundamentis integre et exacte restituta, Paris, chez l’auteur, 1640.

49 Hérigone Pierre, Cursus mathematicus, t. IV, Paris, chez l’auteur et chez Henri le Gras, 1634, p. 489.

50 Morin Jean-Baptiste, Factum, op. cit., p. 14.

51 Morin Jean-Baptiste (éd.), Lettres escrites au Sr Morin, Paris, chez l’auteur et Jean Libert, 1635. Dans la Longitudinum scientia, op. cit., Morin rajoute les approbations de Longomontanus (p. 179), de Hortensius (p. 180), de Galilée (p. 254).

52 La Maillarde est située sur la paroisse de Chennevières-sur-Marne, à l’est de Paris. Sur Mydorge, voir Moreri Louis, Supplément au grand dictionnaire historique, t. II, Paris, Vincent, Coignard, Lemercier et Herissant, 1735, p. 129-130.

53 AN, MC/ÉT/V/103, inventaire après décès de Claude Mydorge clôturé le 21 janvier 1648, noté IAD Mydorge dans la suite du texte.

54 Aujourd’hui impasse Guéménée, qui donne sur la rue Saint-Antoine où était sis l’hôtel de Mayenne.

55 Sur la famille Pascal, voir le monumental Mesnard Jean, Pascal, op. cit.

56 AN, MC/ÉT/XIII/16, 29 novembre 1632, bail par Jean de Beaugrand ; Tessereau Abraham, Histoire chronologique, t. I, op. cit., p. 360. Ses gages s’élèvent en 1629 à la somme de 1 000 livres (AN, P3418, 1629, fol. 6 r°).

57 Hérigone Pierre, Cursus mathematicus, 5 volumes, Paris, chez l’auteur, 1634-1637.

58 AN, MC/ÉT/LXVI/157, inventaire après décès du 3 mars 1643.

59 Lefranc Abel, Histoire, op. cit., p. 383 ; Goujet Claude-Pierre, Mémoire, op. cit., p. 128-129.

60 Boulenger Jean, Traicté de la sphère du monde, Paris, Jean Moreau, 1620.

61 AN, MC/ÉT/XXI/203, Inventaire après décès de Jean Boulenger, 12 janvier 1637 (IAD Boulenger dans la suite du texte).

62 800 livres par an, si l’on en croit le titre 4 des titres et papiers de l’IAD Boulenger.

63 Titres 8, 19, 21, 22, 23 et de nombreux autres actes mentionnés parmi les titres de l’IAD Boulenger.

64 Traduit et cité par Parès Jean, Querelle, op. cit., p. 13 d’après Morin Jean-Baptiste, Defensio suae dissertationis de atomis & vacuo, Paris, chez l’auteur, 1651, p. 106.

65 Titre 4 de l’IAD Boulenger.

66 Morin Jean-Baptiste (éd.), Lettres escrites, op. cit.

67 AN, MC/ÉT/XVIII/293, inventaire après décès clos le 9 novembre 1656 (IAD Morin dans la suite du texte), item 142. Cet inventaire, ainsi que le testament de Morin, ont été édités en ligne : Ruellet Aurélien, Deux documents inédits sur Jean-Baptiste Morin (1583-1656), HAL-SHS, https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01116353.

68 AN, MC/ÉT/I/117, subrogation de bail du 15 novembre 1642.

69 Items 15, 26, 35, 36 de l’IAD Morin.

70 Pour Boulenger : Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 92. Pour Hérigone, voir son Cursus Mathematicus, t. IV, op. cit., p. 464-499 et t. V, p. 857-860.

71 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 91.

72 Sur ces questions que nous ne faisons ici qu’effleurer, nous renvoyons à la contribution stimulante et foisonnante de Goldstein Catherine, L’honneur, contr. cit.

73 Martinet Monette, « Jean-Baptiste Morin (1582-1656) », Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences, no 14 (1986), p. 69-87, spécialement p. 72.

74 CM, XIV, p. 122 ; XV, p. 153 pour des appréciations élogieuses de Hérigone mathématicien.

75 Pecker Jean-Claude, « L’astronomie au collège de France (XVIe-XIXe siècle) », La Lettre du Collège de France, no 23 (2008), p. 52 ; Pantin Isabelle, « Teaching Mathematics and Astronomy in France : the Collège Royal (1550-1650) », Science & Education, vol. 15, no 2-4 (2006), p. 197. Hérigone présente concurremment les deux systèmes du monde dans son Cursus mathematicus, t. V, op. cit.

76 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 16.

77 IAD Mydorge, section des instruments de mathématiques : « un petit tour d’acier avec ses poupées et lunettes », « quatre douzaines d’outils servants au tour », etc. Mydorge était de longue date intéressé aux questions d’optique et au polissage des lentilles et y avait fait travailler l’artisan Ferrier, celui-là même auquel Richelieu commanda la réalisation d’un instrument d’observation. Voir Burnett Graham D., Descartes, op. cit., passim. Baillet confirme cet aspect dans sa Vie de Descartes, t. II, op. cit., p. 150.

78 Morin Jean-Baptiste (éd.), Lettres escrites, op. cit., p. 44. Le même compliment à l’égard des compétences de Hérigone se trouve dans Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 172.

79 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 91.

80 Ibid., p. 88.

81 Morin Jean-Baptiste (éd.), Lettres escrites, op. cit., p. 3.

82 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 93-94.

83 Ibid., p. 117.

84 Lilti Antoine, « Querelles et controverses. Les formes du désaccord intellectuel à l’époque moderne », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, no 25 (2007), p. 13-28 ; Lemieux Cyril, « À quoi sert l’analyse des controverses ? », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, no 25 (2007), p. 191-212.

85 Hume James, Algèbre de Viète, Paris, Louis Boulenger, 1636. p. 425.

86 Hume David, Davidis Humii wedderburnensis poemata omnia, éd. James Hume, Paris, [s. n.], 1639 ; Hume David, De unione insulae britannicae, éd. James Hume, Paris, F. Sevestre, 1639 ; Hume David, Apologia basilica, seu Machiavelli ingenium examinatum, éd. James Hume, Paris, Jérôme Blageart, 1626.

87 Hume James, Lingua Haebraeae hoc est grammatica haebraea copiosissima, Hambourg, Hering, 1624.

88 AN, MC/ÉT/XIII/3, obligation du 25 mai 1626 (rue de Béthisy) ; Hume James, Les fortifications françoises, Paris, chez l’auteur, 1634 (à l’escu de France, rue des Anglais) ; AN, MC/ÉT/XVII/232, acte du 3 juillet 1635 (quai du Louvre).

89 Ce que confirme Morin qui dit de lui dans un écrit polémique qu’il va « gagnant sa vie de porte en porte à enseigner les Mathematiques & l’Hebreu à qui il peut, & comme il les sçait » (Morin Jean-Baptiste, Défense de la vérité contre la fausseté et l’imposture, Paris, Jean Libert, 1636, p. 7).

90 Hume James, Algèbre, op. cit., p. 430 et 441.

91 Hume James, Arithmétique nouvelle, op. cit., p. 158. Sainclair est professeur de mathématiques au Collège royal. À sa mort en 1629, c’est Morin qui lui succède. « Monsieur de Sainte-Croix » est probablement à identifier avec André Jumeau, dit « de Sainte-Croix », prieur de l’abbaye de Sainte-Croix et mathématicien amateur.

92 Hume James, Algèbre, op. cit., p. 430-431 ; Hume James, La théorie des planettes, Paris, Jacques Dugast, 1637, p. 185.

93 Hume James, Traicté de l’algèbre, op. cit., p. 212 : « Responsio Ad Lovanienses », « De Religione Hispani », « In mortem papae sixti ».

94 Hume James, Praelium [sic] ad Lipsiam commissum sexto idus septembris anno domini 1631, [s. l.,] 1633 [La bataille menée à Leipzig le 16 septembre 1631]. Dans le même volume : Gustavus Magnus, sive historia rerum gestarum in Germana a Rege Suediae, non paginé (BNF V22498 [2]).

95 Hume James, Palladium Franciae, seu Richelias, [s. l. n. d.] ; Hume James, Sacro heroi Armando Ionnai Plessaeo, [s. l. n. d.].

96 Hume James, Algèbre, op. cit. Sur cet ouvrage, voir Le Goff Jean-Pierre, « L’Algèbre de Viète, selon James Hume (1636) », Barbin Évelyne et Boyé Anne (dir.), François Viète. Un mathématicien sous la Renaissance, Paris, Vuibert, 2005, p. 87-101.

97 Hume James, De l’analemme de Ptolémée, [s. l. n. d.], p. 191 ; Morin Jean-Baptiste, Astronomia, op. cit., p. 361.

98 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 7, p. 88.

99 Ibid., p. 11.

100 La biographie la plus complète de Guillaume Bautru, la plus rigoureuse, et la seule à se fonder sur les archives de Serrant est Mongrédien Georges, « Un bouffon de cour académicien et agent diplomatique de Richelieu. Guillaume Bautru (1588-1665) », Revue des questions historiques, t. CXIV (1931), p. 257-325 et t. CXV, p. 297-340.

101 Pintard René, Le libertinage, op. cit., p. 137-138, p. 222, passim.

102 Brugmans Henri, Le séjour, op. cit., p. 136, 138, 142, 150 et 158.

103 Sorbière Samuel, Relations, op. cit., p. 103.

104 Ménage Gilles, Menagiana, Paris, Pierre Delaulne, 1694, p. 333.

105 Renaudot Théophraste (éd.), Troisième centurie des questions traitées aux conférences du bureau d’adresse, Paris, au bureau d’adresse, 1639.

106 CM, VII, p. 240, lettre no 674, 17-27 mai 1638. Voir aussi ibid., p. 38 et Chaboud Marcel, Desargues, op. cit., p. 58.

107 Le Prince et la Princesse de Mérode ont très aimablement autorisé l’accès la bibliothèque de Guillaume Bautru conservée dans leur château de Serrant. Qu’ils en soient sincèrement remerciés ici, ainsi que M. Guy Massin le Goffqui a aidé nos démarches, introduit notre demande et nous a fait bénéficier de son savoir sur la famille Bautru.

108 Ménage Gilles, Menagiana, op. cit., p. 105.

109 L’analyse du fonds de la bibliothèque est toutefois compliquée par la présence parmi les ouvrages de Bautru d’exemplaires provenant d’acquisitions ultérieures.

110 AN, MC/ÉT/LIV/285, 4 septembre 1629 ou MC/ÉT/LIV/290, 17 avril 1634. Sur les affaires de Bautru, voir également BNF, Pièces Originales 230, 5132 (Bautru).

111 Traduit d’après Hume James, Les fortifications, op. cit., fol. A iii.

112 Duliris Léonard, Apologie ou juste defense du secret des longitudes, Paris, Antoine Bertier, 1648, fol. A4 r°.

113 Ibid., fol. e v°.

114 Morin Jean-Baptiste (éd.), Lettres escrites, op. cit., p. 5.

115 Shapin Steven, Truth, op. cit.

116 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 119; Morin Jean-Baptiste, Factum, op. cit., p. 12-13.

117 Goldstein Catherine, L’honneur, contr. cit.

118 Pascal Blaise, Œuvres complètes, t. II., op. cit., p. 84 et Parès Jean, Querelle, op. cit., p. 317.

119 Traduit d’après Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 119.

120 La Chesnaye Des Bois François-Alexandre Aubert de, Dictionnaire de la noblesse, t. IX, Paris, Antoine Boudet, 1775, p. 286.

121 Vignal Souleyreau Marie-Catherine (éd.), Le trésor pillé du roi. Correspondance du Cardinal de Richelieu. Année 1634, t. II, Paris, L’Harmattan, 2013, p. 20-21.

122 Ranum Orest et Ranum Patricia M. (éd.), Mémoires de Guillaume Tronson sur les troubles de Paris au commencement de l’année 1649, Paris, Honoré Champion, 2003, p. 19-22. Alexandre de Sève est encore mentionné dans Tronson Guillaume, La vie de Maistre Jean-Baptiste Morin, Paris, Jean Henault, 1660, p. 29, comme l’un des amis de l’astrologue. Sur la famille, voir Popoff Michel, Proposopographie des gens du parlement de Paris (1266-1753), vol. 1, Paris, au Léopard d’or, 2002, p. 947-948.

123 Mongrédien Georges, Un bouffon, art. cité, t. CXIV, p. 260 et t. CXV, p. 321 ; Dans Morin Jean-Baptiste, Défense de la vérité, op. cit., p. 41, Morin note qu’il fait la démonstration de son Octant de 10 pieds à « Monsieur de Gastines, beau-frere de Monsieur de Bautru personnage fort versé aux Mathematiques, & particulierement en l’Astronomie ». Bigot de Gastines est également mentionné par Hilarion de Coste comme l’un des visiteurs fréquents de Mersenne en son couvent de la Place Royale (Coste Hilarion de, La vie, op. cit., p. 78).

124 Pagan Blaise-François de, Les dix livres des théorèmes géométriques du comte de Pagan, Paris, Cardin Besongne, 1654, préface. Pagan est également cité parmi les amis de Morin dans [Tronson Guillaume], La vie de Maistre, op. cit., p. 30.

125 Bourdin Nicolas de, L’Uranie de Messire Nicolas Bourdin ou la traduction des quatre livres des jugemens des astres de Claude Ptolomee, Paris, Cardin Besongne, 1640 ; Le Centilogue de Ptolomée, ou la seconde partie de l’Uranie de Messire Nicolas de Bourdin, Paris, Cardin Besongne, 1651. Sur Bourdin, voir Drévillon Hervé, Lire et écrire l’avenir : l’astrologie dans la France du Grand Siècle, 1610-1715, Seyssel, Champ Vallon, 1996, p. 169-172 et passim.

126 L’Hermite De Soliers Jean-Baptiste, La Toscane françoise, Paris, Gabriel Quinet, 1661, p. 379-380.

127 La Chesnaye Des Bois François-Alexandre Aubert de, Dictionnaire, op. cit., t. IX, p. 65-66.

128 AN, MC/ÉT/LXVIII/126, acte du 24 juillet 1636.

129 Hume James, Arithmétique nouvelle, Paris, Jean Moreau, 1625.

130 Morin Jean-Baptiste, Factum, op. cit., p. 15-16.

131 Sur le personnage, voir Humbert Pierre, « Joseph Gaultier de La Valette, astronome provençal (1564-1647) », Revue d’histoire des sciences et de leurs applications, vol. 1 (1948), p. 314-322.

132 Morin Jean-Baptiste (éd.), Lettres escrites, op. cit.

133 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 175. La lettre de Longomontanus était arrivée avant le 8 mai 1635, date à laquelle Morin l’évoque dans une lettre à Schickard. Voir Parès Jean, Querelle, op. cit., p. 211.

134 La dédicace est datée du 8 septembre 1637.

135 Cité et traduit de l’italien dans ibid., p. 207, d’après la correspondance de Galilée.

136 Ibid., p. 187-213.

137 Boltanski Luc et Thévenot Laurent, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991.

138 Pascal Blaise, Œuvres complètes, t. II., op. cit., p. 98-99, extrait d’une lettre de Boulliau à Gassendi, 26 février 1635.

139 Traduit d’après Morin Jean-Baptiste, Astrologia Gallica Principiis & rationibus propriis stabiilita, La Haye, Adriaan Vlacq, 1661, p. 398.

140 [Tronson Guillaume], La vie de Maistre, op. cit., p. 22-23.

141 Parès Jean, Querelle, op. cit., p. 7.

142 Ibid., p. 9.

143 Cité et traduit d’après l’Astrologia Gallica dans ibid., p. 9.

144 [Tronson Guillaume], La vie de Maistre, op. cit., p. 24-25.

145 Ibid., p. 22-23 et 103.

146 Bayle Pierre, Dictionnaire historique et critique, 5e édition, vol. 3, Amsterdam/Leyde/La Haye/Utrecht, Brunel et alii, 1740, p. 424-429 ; Martinet Monette, Jean-Baptiste Morin, art. cité.

147 Morin Jean-Baptiste, Astrologia Gallica, op. cit., p. 618 ; [Tronson Guillaume], La vie de Maistre, op. cit., p. 5.

148 Bougerel Joseph, Vie, op. cit, p. 9.

149 [Tronson Guillaume], La vie de Maistre, op. cit., p. 6 ; Morin Jean-Baptiste, Defensio, op. cit., p. 106.

150 Ibid, p. 106.

151 [Tronson Guillaume], La vie de Maistre, op. cit., p. 20 ; Morin Jean-Baptiste, Defensio, p. 106-107.

152 Ibid., p. 106-107. Voir Parès Jean, Querelle, op. cit., p. 17-18 pour un extrait d’une lettre du cardinal de Bérulle touchant Morin.

153 [Tronson Guillaume], La vie de Maistre, op. cit., p. 31.

154 Ibid., p. 22-23 et 103.

155 Ibid., p. 27 et 102 ; Ranum Orest et Ranum Patricia M. (éd.), Mémoires, op. cit., « Introduction ».

156 Calais Henri de, Histoire de la vie, mort et miracles du R. P. Honoré Bochart de Champigny, Paris, Gervais Aliot, 1649. p. 579. Ce Tournaire, médecin de la duchesse d’Orléans, est signalé par Hilarion de Coste comme l’un des visiteurs fréquents de Mersenne au couvent de la Place Royale : Coste Hilarion de, La vie, op. cit., p. 79.

157 Morin Jean-Baptiste (éd.), Lettres escrites, op. cit., La page de titre indique que Morin est « logé sur le Quay de l’Escole S. Germain, en la maison de M. Tournaire ».

158 Morin Jean-Baptiste, Astrologia Gallica, op. cit., p. 778-783 (livre 26).

159 Ibid., p. XIV.

160 Ibid., fol. ** r°, épître dédicatoire anonyme à Louise-Marie de Gonzague.

161 Morin Jean-Baptiste, Tabulae Rudolphinae ad Meridianum Uraniburgi supputatae, Paris, Jean Le Brun, 1650, p. 3 ; Nicolas Goulas assiste en tout cas aux éclipses solaires de 1652 et 1654 en compagnie, respectivement de Morin et d’Agarrat (voir chapitre i) ; pour le manuscrit : Observatoire de Paris, manuscrit A1, 7, 58, notice biographique de Morin, rédigée au XVIIIe siècle par l’astronome Joseph-Nicolas Delisle et qui évoque « une Theoria Planetarium auth. J. B. Morino, manuscrit, je l’ay de la bibliotheque de M. Goulas […] Dans mon manuscrit, il est parlé d’une 3e livre pour la science des éclipses ».

162 [Tronson Guillaume], La vie de Maistre, op. cit., p. 111. Pour le paiement de l’Astrologia Gallica : Bayle Pierre, Dictionnaire historique, op. cit., p. 429.

163 Morin Jean-Baptiste, Factum, op. cit., p. 17.

164 On trouve un peu plus haut, ibid., p. 14, un autre récit empreint d’amertume à l’égard de l’injustice de Richelieu.

165 Morin Jean-Baptiste, Astrologia Gallica, op. cit., p. xiv-xv, p. 613.

166 Ibid., p. 555.

167 Morin Jean-Baptiste, Dissertatio de atomis et vacuo, Paris, chez l’auteur et chez M. Bouillette, 1650, p. 31.

168 Lemieux Cyril, À quoi sert ?, art. cité, p. 196.

169 Hume James, Les fortifications, op. cit.

170 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 91.

171 L’auteur évoque « de nouvelles hypotheses, comme a faict Copernique » : Hume James, Les fortifications, op. cit., p. 133.

172 Hume James, Traité des planettes, op. cit., p. 191-192.

173 [Anon.], Advis à Monseigneur, op. cit., p. 4-5.

174 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 93 : « ob gazetam in me scriberent » ; [Anon.], Advis à Monseigneur, op. cit., p. 7.

175 Traduit d’après Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 118.

176 Morin Jean-Baptiste, Factum, op. cit., p. 6.

177 Hume Jame, Algèbre, op. cit., p. 432.

178 Ibid., p. 432 ; Hume James, Analemme, op. cit., p. 201 ; Hume James, Sphères de Copernic et Ptolémée, Paris, Louys Boulenger, 1637, p. 65 et p. 70. D’autres insultes sont répertoriées dans Parès Jean, Querelle, op. cit., p. 80.

179 Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 207 ; [Anon.], Réponse à la dernière invective d’Hume par un des amys de M. Morin, Paris, Jean Libert, 1636, p. 7 et 12.

180 Hume James, Algèbre, op. cit., p. 423.

181 Hume James, Sphères de Copernic et Ptolémée, op. cit., p. 65.

182 L’arrangement consistant à retirer de leurs publications respectives les « invectives » échangées (Hume James, Algèbre, op. cit., p. 432 ; Morin Jean-Baptiste, Défense de la vérité, op. cit., p. 12).

183 Hume James, Analemme, op. cit., p. 202.

184 Lemieux Cyril, À quoi sert ?, art. cité, p. 192. L’expression « moment effervescent », empruntée à Durkheim, désigne ici des « occasions pour les acteurs sociaux de remettre en question certains rapports de force et certaines croyances jusqu’alors institués, de redistribuer entre eux “grandeurs” et positions de pouvoir, et d’inventer de nouveaux dispositifs organisationnels et techniques appelés à contraindre différemment leurs futures relations ».

185 Lilti Antoine, Querelles, art. cité, p. 22-24.

186 Kahn Didier, « La condamnation des thèses d’Antoine de Villon et Etienne de Clave contre Aristote, Paracelse et les “cabalistes” (1624) », Revue d’histoire des sciences, vol. 55, no 2 (2002), p. 143-198, p. 144 (« bruyante affaire »).

187 Voir chapitre ii pour la dédicace de Hume. Pour les lettres patentes, voir IAD Morin, items 122, 125 et 142. Guillaume Tronson, dans sa Vie de Maistre, op. cit., p. 27, évoque « Monsieur de la Ville-aux-clercs, & Monsieur le Comte de Brienne son fils Secretaires d’Estat, [qui] luy ont tesmoigné amitié dans toutes les rencontres ».

188 Traduit d’après Morin Jean-Baptiste, Longitudinum scientia, op. cit., p. 7.

189 Hume James, Traité de la trigonometrie pour resoudre tous triangles rectilignes et spheriques, Paris, Nicolas et Jean de la Coste, 1636, fol. I v°.

190 Hume James, Sphères de Copernic et Ptolémée, op. cit., p. 71.

191 Hume David, Poemata Omnia, op. cit., p. 44-46: « Morini Fama », « Morini Verecundia », « Morini Ingenium », « Morini Eruditio ».

192 Hume James, Sphères de Copernic et Ptolémée, op. cit., p. 90.

193 Morin Jean-Baptiste, Défense de la vérité, op. cit., p. 9.

194 Ibid., p. 9-10. C’est Morin qui souligne.

195 Hume James, Algèbre, op. cit., p. 429. François Citois n’était pas sans liens avec la communauté savante et connaît par exemple Mersenne. Voir CM, XIII, p. 174.

196 Hume James, Sphères de Copernic et Ptolémée, op. cit., p. 96.

197 Deloche Maximin, La Maison du Cardinal de Richelieu, Paris, Champion, 1920.

198 Nous n’avons pas fait de recherches poussées parmi les fonds d’enregistrement pour trouver d’éventuelles lettres de naturalité ou de lettres de don d’aubaine.

199 Hume James, Algèbre, op. cit., préface au lecteur.

200 Hume James, Theorie des Planettes, op. cit., fol. A3 v°; Drummond Henry, Histories of Noble British Families, Part VI, Dunbar, Hume, and Dundas, Londres, William Pickering, 1844, p. 34.

201 Item 142 de l’IAD Morin ; Mazarin, en plus de récompenser Morin, envisage de faire construire un observatoire à Fontainebleau. C’est ce dont témoigne une note manuscrite dans les carnets du cardinal, cité dans Laurain-Portemer Madeleine, « Un mécénat ministériel : l’exemple de Mazarin », Mesnard Jean et Mousnier Roland (éd.), L’âge d’or, op. cit., p. 96, p. 103 (note 104).

202 Drévillon Hervé, Lire et écrire, op. cit., p. 166-167 ; Murr Sylvia, « Bernier et Gassendi : une filiation déviationniste ? », Murr Sylvia (éd.), Gassendi, op. cit., p. 71-114 ; Martinet Monette, « Chronique des relations orageuses de Gassendi et de ses satellites avec Jean-Baptiste Morin », Corpus, no 20-21 (1992), p. 47-64.

203 BNF, manuscrits Clairambault 442, p. 1034-1035.

204 Drévillon Hervé, Lire et écrire, op. cit., p. 163.

205 Ibid., p. 164.

206 Cité dans Bayle Pierre, Dictionnaire historique, op. cit., p. 429.

207 Ruellet Aurélien, Deux documents inédits, art. cité.

208 Sur les cortèges funèbres des lecteurs royaux, voir Raulet Lucien, « Billets mortuaires et autres documents concernant des professeurs du Collège royal de France (1622-1660) », Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France, vol. 34 (1907), p. 127-147. Pour le texte de l’épitaphe, voir [Tronson Guillaume], La vie de Maistre, op. cit., p. 115.

209 [Tronson Guillaume], La vie de Maistre, op. cit., p. 113.

210 Sur les Pères de la Doctrine Chrétienne, congrégation fondée en 1592 par César de Bus à l’Isle-sur-Sorgue, voir Viguerie Jean de, Une œuvre d’éducation sous l’Ancien Régime, les pères de la Doctrine chrétienne en France et en Italie (1592-1792), Paris, La nouvelle Aurore, 1976.

211 [Tronson Guillaume], La vie de Maistre, op. cit., p. 59-60.

212 Hilaire-Pérez Liliane, L’invention technique, op. cit., spécialement p. 49-50 et chapitre ii.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540