Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Maison de Salomon

 | 
Aurélien Ruellet

Deuxième partie. Logiques étatiques

Chapitre III. Les sites du patronage gouvernemental

Texte intégral

1Dans les sociétés européennes de l’époque moderne, la cour est la grande fontaine des faveurs. C’est aussi vrai pour le domaine scientifique. Peu de belles carrières savantes et techniciennes peuvent prétendre avoir complètement échappé aux gestes courtisans : révérences devant les ministres, placets adressés au souverain ou attentes dans les couloirs et les escaliers des palais royaux pour présenter une supplique au monarque. Mais l’approche du roi n’est pas la seule manière pour un savant ou un technicien de réussir dans le monde ou de servir l’État. La dynamique de la société de cour, plus ou moins formelle et rigide selon les espaces et les époques, est ici concurrencée par l’émergence d’une logique proto-bureaucratique.

2Dans ce chapitre est esquissée une géographie institutionnelle du patronage scientifique et technique de l’État. Comprendre le déroulement de certaines carrières impose en effet d’en restituer le contexte administratif. Plutôt que de procéder par la découpe et l’examen de vastes départements institutionnels qui existent peut-être en théorie, mais se brouillent en pratique, il a paru préférable de privilégier une logique thématique. Certaines trajectoires transgressent en effet allègrement les limites des séries archivistiques : Richard Delamain, ingénieur de l’Artillerie, travaille ainsi également pour la cour comme tuteur mathématique et artisan spécialisé. C’est justement cette capacité à jouer entre les statuts et à articuler les positions qui explique le succès de certains individus.

  • 1 Sur le Jardin royal, créé en 1635, voir notamment Lunel Alexandre, La maison médicale du roi, XVIe(...)

3Le Jardin royal, d’une importance considérable pour le développement de la botanique, ne sera pas abordé ici. D’un point de vue à fois institutionnel et intellectuel, son projet relève davantage de la médecine que des savoirs mécaniques et mathématiques qui intéressent au premier chef ce travail1. Les liens entre les promoteurs et les acteurs du Jardin royal et les individus qu’on aborde ici paraissent du reste assez limités.

  • 2 Aylmer Gerald E., The State’s Servants, The Civil Service of the English Republic, 1649-1660, Lond (...)

4Ce chapitre s’intéresse prioritairement, mais non exclusivement, à la période 1625-1642. En Angleterre, la guerre civile constitue évidemment un événement autant administratif que politique, au terme duquel émerge un nouveau cadre institutionnel. La loyauté au Protectorat est érigée en critère sine qua non de l’avancement dans l’office. Des carrières que l’on avait suivies jusque-là sont interrompues, d’autres connaissent au contraire un soudain rebond2. Le tableau est bouleversé et il faudrait pour le reconstituer beaucoup plus de place que celle qui nous est ici accordée. En France, des pans entiers de la vie institutionnelle et administrative du royaume – l’armée, la surintendance des bâtiments – sont bien moins connus sous Mazarin que sous Richelieu. Pour restituer l’origine de certains traits de fonctionnement, de nombreux rappels au début du XVIIe siècle et à la fin du XVIe siècle seront effectués.

5Dans les pages qui suivent, le cadre institutionnel de ce patronage scientifique et technique gouvernemental est d’abord brièvement tracé, puis quelques types de carrières offertes aux savants et techniciens sont examinés. Enfin, deux motifs de ce patronage, l’un à dominante utilitaire, l’autre à dominante spectaculaire, sont plus particulièrement étudiés.

L’administration de la science et de la technique en France et en Angleterre

  • 3 Pour une mise au point, voir Lamy Jérôme, « Penser les rapports entre sciences et politique : enje (...)

6Comment, et à partir de quelles ressources institutionnelles, les monarchies anglaise et française considèrent-elles le domaine des sciences et des techniques ? La relation entre science et politique, qui a connu des fortunes diverses au cours de l’histoire, traverse à la Renaissance une période faste. Les grandes découvertes, la révolution militaire ou l’essor des échanges commerciaux sont autant de phénomènes qui s’accommodent et bénéficient des recherches scientifiques et techniques. De cette collaboration entre le gouvernement et les savants, le chancelier Bacon s’est fait le thuriféraire. Il ne s’agit pas ici d’examiner dans toute leur complexité les rapports qui se tissent entre le pouvoir et la science : la question, immense, a déjà fait l’objet de nombreux travaux3. Les pages qui suivent veulent plutôt suggérer qu’émerge peut-être, au début du XVIIe siècle, une culture technique à la tête de l’État, grâce à laquelle les machines sont de plus en plus considérées comme des instruments de la puissance.

L’État et les machines

7La fameuse description de la Maison de Salomon dans l’utopie baconienne de La nouvelle Atlantide n’a cessé de nourrir, par-delà la mort de son auteur, des projets de musée des inventions. En France, le conservatoire des arts et métiers et l’Encyclopédie peuvent à bon droit, aux côtés de l’Académie des sciences, s’en revendiquer les héritiers. Les techniques occupent de fait une place centrale sur l’île de Bensalem et c’est avec fierté que le gouverneur de la Maison de Salomon dépeint l’institution qu’il dirige et les machines qu’elle abrite :

  • 4 Bacon Francis, La nouvelle Atlantide, op. cit., p. 81-84.

« Nous avons aussi des ateliers de mécanique où nous apprêtons des machines et des instruments produisant toutes sortes de mouvements. Là, nous imitons et faisons des expériences, afin d’élaborer des mouvements plus rapides que n’importe lequel des vôtres, qu’il provienne de vos mousquets ou de quelque autre machine. […] Nous possédons diverses horloges de précision et d’autres mouvements du même genre. Nous avons même quelques mouvements perpétuels. […] Nous possédons également une maison de mathématiques où l’on trouve tous les instruments possibles, aussi bien de géométrie que d’astronomie, exécutés avec une précision parfaite. […] Voici maintenant quels sont nos rites et nos cérémonies : nous avons deux galeries, très longues et très belles. Dans l’une, nous exposons toutes sortes de modèles et d’échantillons, des inventions particulièrement rares et de grande importance. Dans l’autre, nous exposons les statues des plus insignes inventeurs4. »

8L’influence de la Maison de Salomon est immense, mais il ne faut pas oublier que l’utopie enregistre là quelques passions du temps. La vision du chancelier, peut-être inspirée du mouseion d’Alexandrie, s’inscrit dans la tradition des cabinets de curiosité et puise également aux sources des livres de machines. Aussi, avant même la parution de La nouvelle Atlantide, les monarchies française et anglaise ont imaginé des entreprises, sinon similaires, du moins approchantes. Henri IV, aux dires de Sully, avait eu le projet avorté d’un « cabinet complet de politique et de finance », dont le ministre huguenot a exposé le détail dans ses Mémoires :

  • 5 Béthune Maximilien de, Mémoires, vol. 5, Paris, Étienne Ledoux, 1827, p. 237-239.

« Pour en donner une idée, sans user de redites, qu’on se figure tout ce qui peut avoir un rapport prochain ou éloigné à la finance, à la guerre, à l’artillerie, à la marine, au commerce, à la police, aux monnaies, aux mines, enfin à toutes les parties du gouvernement intérieur et extérieur, ecclésiastique et civil, politique et domestique. […] Sur quoi l’idée nous vint encore, à sa majesté et à moi, de destiner une grande salle basse, avec son premier étage, à faire un magasin de modèles et d’originaux de tout ce qu’il y a de plus curieux en machines concernant la guerre, les arts, les métiers, et toutes sortes d’exercices nobles, libéraux et mécaniques, afin que tous ceux qui aspirent à la perfection puissent venir sans peine s’instruire à cette école muette ; l’appartement bas aurait servi à mettre les pièces les plus lourdes, et le haut les plus légères ; un inventaire exact des unes et des autres eût été une des pièces du cabinet dont je parle5. »

  • 6 BNF, manuscrits français 16739, fol. 234, lettres patentes du 11 janvier 1597. Ce Travault de Metz (...)
  • 7 AN, MC/ÉT/VI/429, 3 mai 1624.
  • 8 Montchrestien Antoine de, Traicté de l’économie politique, [s. l. n. d.] ; Sur ce contexte, Cole C (...)
  • 9 AN, O1 1050, p. 19, publication dans Lespinasse René de, Les métiers et corporations de la ville d (...)
  • 10 AN, O1 1050, p. 20.
  • 11 AN, O1 1048, p. 95. Guiffrey Jules, Liste générale, art. cité, p. 2 signale que de telles formules (...)

9Ce cabinet de gouvernement ne paraît avoir trouvé de réalisation pratique. Mais l’idée trahit la haute estime qu’accordent Henri et son favori aux arts mécaniques, que leur vocation soit civile ou militaire. L’idée de mettre les machines au service du Prince et du gouvernement n’est pas pour autant abandonnée. Les papiers d’État conservés à la Bibliothèque nationale de France témoignent bien de la « veille technologique » qu’effectuent les administrateurs. À la fin du XVIe siècle, le sieur Travault, « gentilhomme natif de la ville de Metz » est ainsi récompensé d’une invention pour élever les eaux par un privilège et par le titre de « général des machines de France6 ». Pompée Targon, ingénieur d’origine italienne, semble quant à lui avoir été doté de la charge de surintendant des machines du roi7. L’encouragement aux inventeurs et à leur « industrie » est une motivation inlassablement répétée dans les préambules des lettres patentes de privilège d’invention. À l’heure des traités d’économie politique de Barthélemy de Laffemas et d’Antoine de Montchrestien, la monarchie affirme sa volonté de développer une industrie nationale susceptible de rivaliser avec les centres de production étrangers, dans le but avoué de limiter le recours aux importations8. Ces préoccupations mercantilistes contribuent sans nul doute au projet d’accueillir dans la grande galerie du Louvre les meilleurs artisans du royaume, pratique qui reçoit un cadre juridique par les lettres patentes du 22 décembre 1608 mais était un peu plus ancienne9. La monarchie souhaite protéger des artistes et artisans de grand talent, en leur offrant un cadre d’exercice à l’abri des contraintes corporatives et de surcroît dépourvu de loyer. Si la Maison du roi est vraisemblablement leur principal client, les artisans de la galerie du Louvre sont également autorisés à travailler pour le marché privé. Ils peuvent former des apprentis, auxquels il est permis de s’installer dans tout le royaume sans prendre de lettres de maîtrise. Ils sont enfin plus libres que leurs collègues du secteur corporatif et ne sont pas soumis à la police des métiers. Le but affirmé est de « faire comme une pépinière d’ouvriers, de laquelle sous l’apprentissage de si bons maistres il en sortiroit plusieurs qui par après se répandroient par tout [le] Royaume et qui sçauroient bien servir le public10 ». Tapissiers, peintres, orfèvres, horlogers, menuisiers, ébénistes, fourbisseurs et damasquineurs d’épée, fabricants d’instruments de mathématiques et d’autres artisans encore habitent et travaillent à l’ombre de la galerie. Ils y reçoivent occasionnellement la visite du monarque. C’est du moins ce que suggèrent les brevets de logements du règne de Louis XIII. Claude Bidault, déjà horloger du roi, reçoit un logement en 1628, « le voulant sa majesté à cette occasion approcher de sa personne et le voir quelques fois travailler aux ouvrages qu’elle désire de luy faire faire11 ». La galerie du Louvre a donc vocation à constituer un musée des techniques, vivant et ouvert sur la ville et le plaisir du roi.

10C’est toutefois outre-Manche que la maison de Salomon trouve ses avatars les plus aboutis. Dès le règne de Jacques Ier, la monarchie anglaise entretient plusieurs sites de recherche technique, en lien étroit avec ses préoccupations militaires. La Tour de Londres, siège administratif de l’Artillerie, est également son principal arsenal. Des expériences sur la fonderie des canons ou sur les poudres y sont certainement conduites sous la direction de l’ingénieur de l’Artillerie. En 1633, lorsque le mathématicien Richard Delamain obtient cette charge, ses lettres patentes précisent que l’ingénieur doit servir le roi :

  • 12 Traduit d’après TNA, C66/2631/19, 23 mai 1633, lettres patentes à Richard Delamain.

« En concevant et façonnant des engins de guerre dans notre tour de Londres et dans notre maison appelée les Minorites [sic] et en instruisant nos travailleurs, ouvriers et artificiers dans l’art de concevoir et façonner de tels engins et aussi [dans l’art] des fortifications, de l’élévation des batteries, du creusement des tranchées, tant pour l’assaut que pour la défense12. »

  • 13 Tomlinson Edward M., A History of the Minories, London, Londres, Smith, 1907, spécialement p. 120- (...)
  • 14 Kuffler est naturalisé en décembre 1638 : TNA, C66/2825/41. Sur l’ingénieur hollandais Drebbel (15 (...)
  • 15 Pour les longues-vues et les arquebuses : BL, Harley ms. 429, fol. 72 v°, 84 r°. Pour les techniqu (...)

11La maison des Minories évoquée dans la lettre patente est une ancienne abbaye franciscaine de Londres, située entre Aldgate et la Tour. Reconverti en entrepôt de l’Artillerie sous Élisabeth, l’édifice constitue un autre site de recherche appliquée liée à la guerre13. Le lieutenant du département y possède sa résidence dans l’un des bâtiments conventuels, ainsi que d’autres officiers administratifs, mais il s’agit surtout d’un arsenal. En 1626, Charles Ier y installe les ingénieurs Cornelis Drebbel et Arnold Rotsipen pour travailler à son service. Les deux hommes sont probablement rapidement rejoints par le gendre de Drebbel, Abraham Kuffler14. Des sources bien postérieures permettent d’entrevoir leurs activités aux Minories. Ils ne s’y adonnent pas qu’aux expérimentations militaires. Rotsipen, sur lequel nous reviendrons, travaille à fabriquer des arquebuses à répétition. Drebbel et Kuffler, quant à eux, produisent des longues-vues et mènent des recherches sur les techniques de chauffage et leurs usages pour la distillation d’eau de mer ou pour l’incubation des œufs15.

  • 16 Ffoulkes Charles, The Gun-Founders of England : With a List of English and Continental Gun-Founder (...)
  • 17 MacGregor Arthur, « “A Magazin of All Manner of Inventions”. Museums in the quest for “Salomon’s H (...)
  • 18 Doorman G., « The marquis of Worcester and Caspar Calthoff », Transactions of the Newcomen Society (...)
  • 19 Reproduit dans Thorpe W. H. The Marquis, art. cité, p. 80-86.
  • 20 Ibid., p. 85.
  • 21 Ibid., p. 81.
  • 22 Extraits traduits d’après ibid., p. 83-84.
  • 23 Gaspar Calthoff, William Lambert, William Joulden, John Bishop et James Wemys sont tous cités dans (...)
  • 24 MacGregor Arthur, A Magazin, art. cité, p. 207-208.
  • 25 Ibid., p. 209 ; MacGregor Arthur (éd.), The Late King’s Goods. Collections, Possessions and Patron (...)

12Un troisième site de recherche militaire appliquée apparaît dans les années 1630 avec Vauxhall. Dans les premières décennies du XVIIe siècle, Vauxhall ou Fauxhall n’est encore qu’un faubourg peu urbanisé à l’ouest de Londres. À la fin des années 1620, la Couronne y acquiert un terrain de plus de deux acres en bord de Tamise, déjà bâti de plusieurs édifices16. L’ensemble, sans doute réaménagé, paraît alors devenir un arsenal et une fonderie, même si les sources sont lacunaires et confuses pour les années précédant la guerre civile17. L’armurier Gaspar Calthoffy travaille sous la direction d’Edward Somerset, Lord Herbert et futur marquis de Worcester18. Les deux hommes avaient déjà collaboré du temps de la jeunesse du marquis. Le rôle de ce dernier n’est pas clair : il n’occupe pas de charge dans l’Artillerie ou dans l’armée et c’est peut-être sa proximité avec Charles qui explique que lui ait été confiée – sans doute de manière informelle – la direction des travaux qui se tiennent entre les murs des édifices de Vauxhall. Un inventaire diligenté par le Parlement en 1645 permet d’en connaître la structure et les usages19. Il paraît justifié d’évoquer un complexe car on relève plusieurs bâtiments et même un jardin « pour marcher et prendre l’air20 ». Le bâtiment principal présente deux niveaux. Le rez-de-chaussée est occupé par une quinzaine de pièces abritant forges, fourneaux, étaux, enclumes, instruments de tourneurs et de foreurs, stocks de métaux et armes. Le premier étage et quelques autres pièces sont destinés à l’usage privé de John Bishop, « ingénieur et superviseur de tous les instruments de guerre fabriqués, moulés et façonnés à Vauxhall », confirmé dans sa charge et ses logements par le Parlement21. L’inventaire décrit également le « petit atelier » de Gaspar Calthoffet une « chambre aux modèles, haute de deux étages », abritant entre autres « sept grandes roues conçues pour un mouvement perpétuel », un « modèle pour un wagon allant sans chevaux » et « quatre fontaines à eau à placer dans les chambres ». Dans une deuxième « chambre aux modèles », a été inventoriée « une grande table […] sur laquelle se trouve un modèle du pont d’un navire pour attraper et prendre au piège des hommes s’ils montent à bord ». Les enquêteurs du Parlement notent qu’une longue galerie du côté de la Tamise était de construction récente et « loin d’être finie », puisque ne comportant pas encore de portes ou de fenêtres. Une « jolie pièce » équipée d’une cheminée en marbre blanc et noir était appelée « la salle à manger du roi » mais il est peu probable que Charles y ait jamais dîné22. Dans ce vaste ensemble, au moins quatre ingénieurs, armuriers et fondeurs travaillent23. Le site et ses usages font tellement écho à l’utopie baconienne et aux projets des réformateurs hartlibiens que le Parlement n’exige pas immédiatement sa reconversion ou sa vente. Dans une note de 1647 concernant Vauxhall, le théologien hartlibien John Dury défend l’utilité d’un tel lieu pour le Commonwealth, évoquant sa parenté avec les cabinets de curiosité continentaux et l’immense attrait qu’il est susceptible de susciter auprès des artisans étrangers24. Aussi, dans un premier temps, Vauxhall et ses machines sont laissés à l’écart de la vente publique des « biens du défunt roi » organisée après le régicide, échappant à une dispersion que peu de collections royales ont évitée, avant que le terrain ne soit finalement cédé quelques années plus tard25. C’est que les objectifs de la monarchie et du Commonwealth sont ici convergents et témoignent de l’intérêt que porte l’État aux techniques susceptibles de servir sa puissance militaire.

13Les monarchies, en un temps de mercantilisme et de rivalités militaires, mettent donc à profit les arts mécaniques et les productions des esprits ingénieux. Mais de ces initiatives, au demeurant dispersées et intermittentes, il y a cependant loin à la mise en place d’une administration des techniques.

Administrateurs spécialisés et non spécialisés

En France

14Il n’y a rien en effet qui, en Angleterre ou en France, s’approche un tant soit peu d’un ministère des sciences et techniques. On y observe plutôt une multitude de charges, plus ou moins bien définies et exercées, qui peuvent affecter les carrières des savants et des techniciens de nombreuses manières. Nous en brossons ici une esquisse rapide. Celle-ci n’a pour but que de localiser les quelques sites institutionnels à partir desquels est susceptible de s’exercer un patronage scientifique et technique.

  • 26 Vignon E. J. M., Études historiques sur l’administration des voies publiques en France, t. I, Pari (...)
  • 27 Sur l’administration des mines et ses premiers titulaires, voir Fagniez Gustave, L’économie social (...)
  • 28 Motte Alice, Antoine Ruzé d’Effiat (v. 1581-1632) surintendant des finances sous Louis XIII, thèse (...)
  • 29 Voir les lettres patentes du 23 avril 1605 enregistrées au parlement de Paris : AN, X1A 8645 fol.  (...)
  • 30 Morera Raphaël, Les assèchements, op. cit., p. 229-235 et 251-271.

15Le règne de Henri IV avait été un moment de création ou de recréation d’un certain nombre d’offices ou de charges à dimension technique, dont certains survivent d’ailleurs avec peine à la mort au premier Bourbon : que l’on songe par exemple à la charge de grand voyer de France, responsable de l’entretien des routes, qui s’étiole avant d’être absorbée par les trésoriers généraux26. La fonction de grand maître surintendant des mines et minières, recréée sous Henri IV, paraît subir le même sort27. Antoine Coëffier de Ruzé d’Effiat l’exerce en survivance de son grand-oncle Martin Ruzé, mais les travaux récents sur sa carrière, faute de sources, renseignent peu sur son activité à la surintendance28. Peut-être le véritable administrateur des mines est-il au début du siècle celui qui seconde le surintendant, le contrôleur général des mines et minières. Le valet du roi Pierre de Beringhen occupe cette charge ainsi que l’office de « maître visiteur et général réformateur des poids et mesures du royaume29 ». Beringhen semble avoir mené, à la tête de ces administrations, une action cohérente, quoique davantage tournée vers le profit privé que vers la réforme de l’économie du royaume : son cas est abordé avec davantage de détails dans la troisième partie. Évoquons encore le titre de Maître des digues et canaux du royaume, étroitement lié à la personne du flamand Humphrey Bradley, entrepreneur de dessèchements de marais30.

  • 31 Sur l’histoire de la charge dans la première moitié du XVIIe siècle : Barbiche Bernard, « Henri IV (...)

16Aux côtés de ces charges fragiles, il faut aussi compter avec d’autres services administratifs, de création également récente, mais qui parviennent à s’installer durablement dans le paysage institutionnel de la monarchie. Réorganisée par Henri IV et Sully, la gestion des édifices royaux relève par exemple d’un surintendant des bâtiments et d’un intendant. Dans les années 1610, alors que Sully est officiellement surintendant, c’est l’intendant Jean de Fourcy, qui par brevets successifs, élargit le périmètre de ses compétences et devient, après le retrait des affaires du favori huguenot, le « véritable chef du service des bâtiments » selon la formule de Bernard Barbiche. Son fils Henri est officiellement pourvu de la surintendance en 1626. La charge, exercée le plus souvent par commission, gonfle dans les décennies suivantes par l’annexion de missions périphériques – tapisseries, Jardin des plantes – et finit par ressembler à l’empire que dirige Colbert à partir des années 166031. Ayant autorité sur les chantiers royaux, les manufactures, les artisans privilégiés et quelques édifices particuliers comme la pompe de la Samaritaine, le surintendant des bâtiments doit frayer et passer marchés avec un monde hétéroclite de maçons, d’ingénieurs, d’architectes, de tapissiers, de fabricants d’horloges, etc. Il constitue donc un patron naturel pour toute une frange de techniciens qui intéressent cette étude.

  • 32 Motte Alice, Effiat, op. cit., p. 133-134.
  • 33 Ibid., p. 133-135. Les gages touchés par Henri Ruzé d’Effiat sont estimés à 10 000 livres (ibid., (...)
  • 34 Voir Parrott David, Richelieu’s Army. War, Governement and Society in France, 1624-1642, Cambridge (...)
  • 35 Ibid., p. 390 et suivantes.
  • 36 Caillet Jules, De l’administration en France sous le ministère du cardinal de Richelieu, Paris, Fi (...)

17Il en va de même pour le grand maître de l’Artillerie, responsable de l’approvisionnement en poudre et munitions, qui est susceptible de nommer aux postes de canonniers et d’ingénieurs. Sully, l’un des titulaires de la charge, accomplit ses missions dans le cadre d’un office et en obtient survivance pour son fils aîné, Maximilien de Rosny. Mais le fils du ministre huguenot rechigne à partir en campagne contre ses parents et coreligionnaires à la fin des années 1620. Il fait les frais de cette indécision et se retrouve progressivement marginalisé32. À plusieurs reprises, la charge est donc doublée. C’est dans le cadre de commissions – temporaires et révocables – qu’exercent ensuite Henri de Schomberg, Antoine Ruzé d’Effiat et Charles de La Porte de La Meilleraye : le caractère précaire de l’engagement indique qu’il ne s’agit pas d’une sinécure33. Le grand maître n’est pas le seul à présider aux destinées des employés de l’Artillerie. Il est secondé par divers officiers aux fonctions essentiellement administratives, comme les lieutenants généraux, les contrôleurs généraux et les trésoriers généraux. Au milieu de l’échelle, les commissaires ordinaires de l’Artillerie supervisent le travail des canonniers et des pionniers34. Comme le souligne David Parrott, la conduite des affaires de la guerre, dans ses dimensions à la fois logistique et proprement militaire, ne relève pas d’une administration centralisée et pyramidale, mais dépend de plusieurs hommes dont les prérogatives peuvent se heurter. Aussi, aux côtés du grand maître de l’Artillerie, les maréchaux, le surintendant des finances et le secrétaire d’État à la guerre ont part aux décisions35. Tous constituent des patrons susceptibles d’avancer les carrières savantes et techniciennes. Sous Richelieu, la charge de surintendant des fortifications, déjà existante sous Henri IV, se détache de la grande maîtrise de l’Artillerie et rejoint le giron du secrétariat d’État à la guerre, traduisant l’important effort défensif que consent le royaume dans les années 163036. D’autres services liés à des juridictions pourraient encore être évoqués qui interfèrent dans les carrières des techniciens : les Amirautés, la Cour des monnaies ou les Eaux et forêts.

  • 37 Morera Raphaël, Les assèchements, op. cit., p. 244-248.
  • 38 Mallevoüe Fernand de (éd.), Les actes de Sully passés au nom du roi de 1600 à 1610, Paris, Imprime (...)
  • 39 Voir pour un exemple concernant la peinture : Bardon Françoise, Le portrait mythologique à la cour (...)
  • 40 Mallevoüe Fernand de (éd.), Les actes de Sully, op. cit., p. 140. Voir l’inventaire après décès de (...)
  • 41 Le Fauconnier Camille, « François Sublet de Noyers (1589-1645). Ad majorem regis et Dei gloriam », (...)

18Ces offices spécialisés de l’Artillerie ou des Bâtiments constituent-ils pour autant des sites à partir desquels des carrières sont lancées ou des projets impulsés ? Le fait est connu que d’Effiat ou les Fourcy, comme d’autres hommes d’État du temps, ont été investisseurs dans les grandes opérations d’assèchement de marais que connaît le royaume dans le premier XVIIe siècle37. Faut-il y voir un intérêt particulier pour les entreprises techniques ou, plus prosaïquement, la marque de la bonne intelligence des affaires économiques que procure la fréquentation des hautes sphères du pouvoir ? La compétence ou l’expertise ne sont pas premières dans l’attribution et la circulation des grandes charges, mais le cèdent à la faveur et aux jeux de la vénalité. Les Fourcy, si leur activité demeure mal connue, paraissent s’être acquittés avec sérieux de leur mission à la tête de la surintendance des bâtiments. Ils passent les marchés, relaient le plaisir du roi et les requêtes des artisans privilégiés, surveillent l’exécution des travaux38. Mais leur marge de manœuvre réelle est sans doute limitée39. Bien que le père de Jean de Fourcy fût orfèvre, les deux surintendants ne paraissent pas s’être particulièrement distingués comme amateurs d’art et mécènes40. Sublet de Noyers a en revanche à la tête de la surintendance une action volontaire et cohérente : elle s’appuie sur son réseau familial, et notamment sur l’expertise de son cousin Roland Fréart de Chambray, théoricien de l’architecture qui guide les choix artistiques du ministre41.

  • 42 Il siège au Conseil privé et participe donc directement à la justice retenue du roi. En cela, il p (...)
  • 43 Un exemple parmi d’autres : BNF, manuscrit français 18599, fol. 139, minute du chancelier Séguier (...)
  • 44 Mesnard Jean, Pascal et les Roannez, Paris, Desclée de Brouwer, 1965, p. 100.
  • 45 Chabbert Pierre, « Fermat à Castres », Revue d’histoire des sciences et de leurs applications, t.  (...)
  • 46 AN, V6, 126, 2 janvier 1638.
  • 47 Payen Jacques, « Les exemplaires conservés de la machine de Pascal », Revue d’histoire des science (...)
  • 48 Petit Pierre, Observation, op. cit. Pour le plan de Gomboust : Le Roux De Lincy (éd.), Notice, op. (...)
  • 49 Débarbat Suzanne, « Le Montluçonnais Pierre Petit, mathématicien et physicien du XVIIe siècle », B (...)

19Il convient donc de séparer franchement ce qui relève du périmètre théorique des charges et ce qui relève de l’action concrète des administrateurs. La géographie du patronage scientifique et technique ne reflète pas une géographie institutionnelle mouvante et parfois trompeuse. Tout dépend, in fine, de la volonté de l’administrateur, qu’il soit commissaire ou officier, d’occuper réellement sa charge et des dispositions personnelles qu’il nourrit pour cela. Aussi faut-il également considérer des offices qui peuvent paraître non spécialisés, mais qui, par leur ampleur ou l’orientation que leur donnent leurs titulaires, se voient dotés d’un poids important pour la vie scientifique. On songe ici à la surintendance des finances ou au cancellariat. Séguier, inamovible chancelier de 1635 à 1672, a eu maintes occasions d’avancer les carrières des savants et techniciens, par son rôle dans la librairie, qu’on a évoqué au chapitre précédent, ou par ses attributions judiciaires42. Il examine également les demandes de privilège d’invention et fait sceller lettres patentes et lettres de provision d’office43. Aussi est-il le patron naturel et incontournable de quiconque souhaite avancer dans l’office et en cela il peut intervenir dans les activités non-savantes des savants. Le dévot chancelier collabore ainsi avec Étienne Pascal lorsque ce dernier, comme commissaire, est affecté en Normandie pour aider l’intendant à y mater une révolte fiscale44. Avec réticence, il soutient aussi la carrière dans la robe du magistrat mathématicien Pierre de Fermat45. Il intervient également pour aider l’ingénieur et mathématicien Pierre Petit dans un conflit survenu à l’occasion de la vente de l’office de président en la châtellenie d’Aubusson46. Toutes ces médiations relèvent du patronage administratif et ne constituent assurément pas des marques de mécénat scientifique. Elles peuvent toutefois être payées de retour par des dédicaces, en tant qu’elles ont pour effet d’encourager les activités des virtuosi. C’est, entre autres, au chancelier Séguier que Blaise Pascal offre sa machine à calculer47. L’observation touchant le vide de Pierre Petit lui est dédiée et ce dernier signe également le discours explicatif du plan de Paris du topographe Gomboust, adressé à Séguier48. Il n’est pas impossible que l’ingénieur doive au chancelier son ascension dans la carrière, du poste de commissaire provincial de l’artillerie à l’intendance des fortifications dont il est doté en 164749.

  • 50 Figliuzzi Cécile, Antoine et Henri-Auguste de Loménie. Secrétaires d’État de la maison du roi sous (...)
  • 51 Loménie De Brienne Henri-Auguste de, Mémoires, éd. Claude-Bernard Petitot, Collection des mémoires (...)
  • 52 Traduit d’après Morin Jean-Baptiste, Longitudinum terrestrium necnon coelestium, nova et hactenus (...)
  • 53 Figliuzzi Cécile, Loménie, op. cit., p. 96-99 pour les étapes de son ascension dans les offices.
  • 54 Bacon Francis, Le progrez et avancement aux sciences, trad. André Maugars, Paris, Pierre Billaine, (...)
  • 55 Ibid., fol. Aiii r°. Sur les traductions françaises de Bacon, voir Le Doeuff Michèle, « Bacon chez (...)
  • 56 Belot Jean, Familieres instructions pour apprendre les sciences de Chiromance & physionomie, Paris (...)
  • 57 Tamizey De Larroque Philippe (éd.), Lettres de Peiresc, t. VI, op. cit., p. 117.
  • 58 Tamizey De Larroque Philippe (éd.), Lettres de Peiresc aux frères Dupuy, t. I : décembre 1617-déce (...)
  • 59 Ibid., p. 895, lettre de Dupuy à Peiresc, 28 décembre 1627. Sur cet ouvrage manuscrit et sa locali (...)
  • 60 Viète François et Beaugrand Jean de (éd.), In artem analyticem isagoge, Paris, Guillaume Baudry, 1 (...)
  • 61 Il est évoqué dès les lettres patentes du 22 décembre 1608. Voir Lespinasse René de, Les métiers, (...)
  • 62 AN, O1 1048, p. 94, brevet du 29 mars 1628, O1 1051, fol. 110, dernier décembre 1642.
  • 63 BNF, manuscrits NAF, 12050, « Bidault », 26 mars 1629 et 30 septembre 1630.
  • 64 Gerbino Anthony, Blondel, op. cit., p. 13-25.

20D’autres exemples montrent que ce patronage des savants et techniciens peut être le fait d’une frange d’hommes d’État qui œuvrent hors du cadre étroit des charges spécialisées. Henri-Auguste de Loménie, seigneur de la Ville-aux-clercs, diplomate et secrétaire d’État à la maison du roi en survivance de son père Antoine, est ainsi un administrateur aux goûts scientifiques et techniques avérés. Les indices qui le suggèrent sont ténus et ne permettent guère de proposer une description étoffée d’un éventuel mécénat du ministre50. Cette disposition particulière à l’égard des savoirs s’enracine sans nul doute dans son éducation. De 1604 à 1609, sur ordre de son père, il parcourt l’Europe accompagné d’un précepteur. Il ne s’agit pas d’une pérégrination académique : le jeune Henri-Auguste n’a que neuf ans à son départ. Grâce à ce voyage, il doit néanmoins se former aux usages du monde et aux langues étrangères en prévision de la carrière à laquelle le destine son père51. Il visite l’Allemagne, la Pologne, l’Autriche. En Hongrie, si l’on en croit l’astrologue et astronome Jean-Baptiste Morin, il a « écouté les leçons mathématiques du très savant Kepler52 ». La chose est possible, car ce dernier est jusqu’en 1612 mathématicien de l’empereur Rodolphe II. Après son retour, il se familiarise progressivement avec les affaires de l’État aux côtés de son père53. En 1624-1625, il participe à l’ambassade d’Angleterre qui doit négocier les termes de l’union de Henriette-Marie et de Charles. Son séjour outre-Manche le met peut-être en contact avec les milieux savants anglais. La première traduction française de Bacon, publiée par le musicien André Maugars en 1625, lui est en effet offerte54. L’épître dédicatoire, de manière banale, trace le portrait d’un « personnage qui chérit uniquement les bonnes lettres & qui […] procure leur avancement de tout son pouvoir », si bien qu’il est difficile d’affirmer que Loménie a soutenu financièrement la publication55. En 1624, il reçoit la dédicace d’un traité de sciences divinatoires de Jean Belot, « maistre ès sciences divines et célestes56 ». L’année suivante, il est également le dédicataire, comme cela a été rappelé au chapitre précédent, de l’ouvrage d’arithmétique de l’Écossais James Hume. Ces trois dédicaces, reçues en l’espace de quelques mois, trahissent bien la réputation d’homme savant dont jouit alors Loménie, mais aussi l’élan de sa carrière : il est l’un des ministres les mieux en cour au milieu des années 1620. Ce crédit est mis à profit quelques années plus tard par Jean-Baptiste Morin qui cherche à obtenir une récompense pour sa soi-disant découverte du secret des longitudes (cet épisode est traité plus longuement au chapitre suivant). En 1625, la correspondance de Peiresc nous le montre encore intéressé à une lunette grossissante de Cornelis Drebbel57. Il cherche aussi à acquérir des papiers scientifiques, comme ceux du mathématicien François Viète dont l’ingénieur du roi Jacques Alleaume a hérité. Après la mort de ce dernier, sa collection est dispersée et l’homme d’État essaie d’en faire l’acquisition. « M. de Loménie et M. de la Villeaux-Clercs se sont chargez de grands reproches d’avoir laissé eschapper cela de leurs mains » se lamente en effet Peiresc dans une lettre à Pierre Dupuy58. Loménie, à la demande de Dupuy, « fait faire perquisition » du brouillon d’un ouvrage de Viète, l’Harmonicon Coeleste, qui est acheté par un particulier après le décès d’Alleaume et paraît finir sur les étagères de la Bibliothèque royale59. Est-ce de cet achat dont il est remercié par Jean de Beaugrand, qui dédicace au secrétaire d’État la réédition du traité d’algèbre de Viète60 ? Ces minces indices révèlent aussi que Loménie connaît, au moins de réputation, les ouvriers privilégiés travaillant dans la galerie du Louvre et dont Alleaume fait partie61. Ce n’est guère étonnant, dans la mesure où Loménie, comme secrétaire d’État à la Maison du roi, avait à passer commande ou expédier brevets et lettres patentes à ces ouvriers. C’est ainsi Loménie qui signe le brevet accordant logement à Claude Bidault, horloger du roi et fabricant d’instruments mathématiques, et le brevet accordant survivance de la place à son fils, Henri-Auguste62. Ce dernier porte le même prénom que le ministre, et la chose n’est pas fortuite : c’est Henri-Auguste de Loménie qui est en mars 1629 le parrain du fils aîné de Claude Bidault, et son épouse Louise du Massès est l’année suivante la marraine du cadet63. Dans les années 1650, encore dans la haute administration mais désormais aux Affaires étrangères, Loménie devient le patron de l’architecte et ingénieur François Blondel, l’engageant comme précepteur de son fils, mais certainement aussi comme espion64.

21En France, de nombreux hommes d’État, parfois en dehors de leurs attributions théoriques, peuvent donc avoir à intervenir dans les carrières des savants et techniciens. Ce n’est guère étonnant dans la mesure où l’État d’Ancien Régime est bien loin de ressembler à un édifice institutionnel régi par la rationalité bureaucratique.

En Angleterre

  • 65 Ruggiu François-Joseph, « Offices et officiers dans l’Angleterre des XVIIe et XVIIIe siècles », Ca (...)
  • 66 Stewart Richard W., The English Ordnance Office 1585-1625. A Case-Study in Bureaucracy, Woodbridge (...)
  • 67 Bull Stephen, “The Furie of the Ordnance”. Artillery in the English Civil Wars, Woodbridge, the Bo (...)
  • 68 Aylmer Gerald E., The King’s Servants, op. cit., p. 288-290 ; Stewart Richard W., Ordnance Office, (...)
  • 69 Young Michael B., Servility and Service : The Life and Work of Sir John Coke, Woodbridge, the Boyd (...)

22L’Angleterre présente une situation comparable, quoique relativement plus simple, car le nombre d’offices y est considérablement plus réduit65. La haute administration comporte des départements pilotant des domaines techniques : on songe ici à l’Artillerie, la Marine, la Monnaie. L’Artillerie, qui a fait l’objet d’une étude fouillée, peut servir de cas d’école66. À sa tête exerce un maître qui n’est pas très assidu. Si la charge n’est pas excessivement bien rémunérée – 151 livres par an – elle est réservée, dans les faits, à la haute-noblesse. Les maîtres, pour la période 1608-1661, sont tous comtes ou barons67. Les titulaires de la charge ne s’y investissent pas beaucoup et n’ont qu’une connaissance indirecte des activités quotidiennes à la Tour. Travaillant sous ses ordres, le lieutenant de l’Artillerie – souvent un chevalier – a la direction pratique du département, assortie, dans les faits, d’une obligation de résidence aux Minories. C’est de lui dont dépendent les carrières du maître-artilleur et des artilleurs68. Ainsi le véritable administrateur n’est pas, dans les faits, celui qui a la direction formelle du département. Il en va de même pour la Marine, théoriquement dans la main du lord-amiral, grand officier de la Couronne. Buckingham, qui tient la charge de 1619 à sa mort en 1628, doit toutefois composer avec le Conseil privé qui, eu égard à l’importance des affaires en jeu, surveille de près le fonctionnement du département par l’intermédiaire d’un bureau de la Marine. Après l’assassinat du duc, la fonction est un temps exercée collégialement par des commissaires – secrétaires d’État, lord-trésorier, chancelier de l’Échiquier – et se trouve donc placée sous le contrôle direct du gouvernement central69.

  • 70 Ibid., p. 40.
  • 71 C’est ce que suggère Gerald Aylmer : ibid., p. 134.
  • 72 Hoyle Richard, « The Masters of Requests and the Small Change of Jacobean Patronage », English His (...)
  • 73 Aylmer Gerald E., The King’s Servants, op. cit., p. 14-15, p. 107.
  • 74 Haskell Patricia, Sir Francis Windebank and the Personal Rule of Charles I, thesis submitted for t (...)
  • 75 Coster Will, Baptism and Spiritual Kinship in Early Modern England, Brookfield, the Ashgate Press, (...)

23La Monnaie, responsable de la frappe des pièces, est également pertinente pour cette étude car l’institution est concernée par des propositions techniques, comme celles de Nicolas Briot pour l’introduction du monnayage au moulin. Ce petit département est administré par un maître sous l’autorité duquel travaillent deux gardiens70. La maîtrise est exercée collégialement dans les années 1630 par un administrateur aux intérêts scientifiques et techniques avérés, Thomas Aylesbury, et par son collègue maître des requêtes Ralph Freeman. Le cas d’Aylesbury sera examiné plus en détail dans la troisième partie de ce travail, mais certains éléments peuvent être relevés d’emblée. Comme en France, une tendance au cumul des offices s’observe. En effet, Aylesbury est également inspecteur de la Marine et maître des requêtes. Cela ne signifie pas pour autant qu’il s’acquitte de cette dernière fonction avec légèreté71. Des études récentes suggèrent au contraire que la maîtrise des requêtes n’est pas une sinécure et constitue une position de pouvoir avec son lot de gratifications72. En présentant au roi les demandes de ses sujets, de quelque nature qu’elles soient, le maître des requêtes contribue à la prise de décision de façon informelle mais réelle et devient ainsi l’un des relais les plus accessibles de la faveur royale. Dans les faits, si Aylesbury a pu exercer un patronage scientifique et technique, c’est sans doute autant depuis sa charge de maître des requêtes que depuis son poste à la Monnaie. Comme en France, il convient donc d’être attentif aux offices non spécialisés qui, par leurs larges prérogatives, touchent à tous les domaines de la vie du royaume. C’est bien sûr le cas des grands officiers de loi, le Chancelier ou le lord-gardien du grand sceau, qui peuvent freiner l’octroi d’une lettre patente et, en pratique, s’y opposer. L’avocat général et le procureur général peuvent également peser sur la décision royale73. Quant aux deux secrétaires d’État, la nature même de leur tâche les met en contact avec des affaires d’une infinie variété. Il n’est pas étonnant, dès lors, de voir se développer des rapports de patronage hors du canal administratif d’un département. Le secrétaire d’État Windebank est ainsi devenu, dans les faits, le patron du mathématicien et ingénieur Richard Delamain au sein de l’administration centrale : dans les années 1630, c’est lui qui reçoit ses requêtes, les présente au souverain pour signature et en assure le suivi dans la longue procédure qui mène à un paiement par l’Échiquier ou à une lettre patente. Pourtant, il est bien difficile d’étoffer la description d’un patronage scientifique ou technique de Windebank au vu des travaux qui lui ont été consacrés74. Les liens de sociabilité ou de parenté spirituelle, tels que nous avons pu les évoquer concernant Loménie, sont par ailleurs beaucoup plus difficiles à établir outre-Manche. Les registres paroissiaux anglais ne mentionnent en effet que très rarement les noms des parrains et marraines75.

24Que retenir de ce survol sommaire des administrations monarchiques ? Ce n’est pas tant dans les intitulés des charges ou dans les prérogatives qui leur sont formellement attachées qu’il faut chercher les sites institutionnels de patronage, mais dans la pratique concrète des administrateurs. C’est donc en situation qu’il convient d’étudier les jeux de la faveur par lesquels se négocient les places et les carrières. L’étude de quelques emplois au service de la monarchie permettra d’évaluer et d’illustrer le poids des recommandations et des logiques clientélistes dans l’administration de la science et de la technique.

Les emplois scientifiques ou techniques au service des monarchies anglaise et française

25Les monarchies française et anglaise entretiennent à leur service quelques emplois techniques ou scientifiques dont les titulaires participent souvent à la vie savante du temps. Il ne s’agit pas ici de les détailler tous. Les médecins du roi, ainsi que le Jardin des plantes, ne seront donc pas traités et le primat sera donné aux fonctions qui comportent un cœur mathématique, entendu au sens large qui est celui des acteurs du temps. Parmi ces fonctions, la charge d’ingénieur est incontournable.

Les ingénieurs

En France

  • 76 Blanchard Anne, Les ingénieurs « du roy » de Louis XIV à Louis XVI, étude du corps des fortificati (...)
  • 77 Buisseret David, Ingénieurs et fortifications avant Vauban. L’organisation d’un service royal aux (...)
  • 78 Gomart Charles (éd.), Extraits originaux d’un manuscrit de Quentin de la Fons intitulé histoire pa (...)

26La première observation qui s’impose est celle de la diversité des situations. Les ingénieurs du roi ne présentent pas d’unité parfaite, tant au niveau des rémunérations que des spécialisations. Anne Blanchard et Hélène Vérin ont rappelé dans leurs ouvrages l’évolution du métier et de ses attributions, de l’engignour médiéval, concepteur de machines de siège, à l’ingénieur de la Renaissance, également fortificateur et hydraulicien76. Si ses compétences civiles s’affirment, au service des édiles ou du prince, la fonction militaire continue à primer. Il n’y a pas encore de corps des ingénieurs royaux – celui-ci n’apparaît qu’en 1691, date de la création d’un département des fortifications – mais les ingénieurs sont de plus en plus nombreux, sans que les fonctions proprement civiles et militaires ne soient clairement distinguées. Guère plus d’une douzaine sous Henri IV, David Buisseret en dénombre plus d’une cinquantaine sous le règne de Louis XIII77. Ces ingénieurs du roi exerçaient le plus souvent leur mission dans un cadre rénové depuis un règlement de 1604, œuvre de Sully. Dans chacune des grandes provinces frontières est affecté un ingénieur du roi. Celui-ci effectue des tournées pour inspecter les principaux ouvrages. Il peut ordonner des travaux, passer des marchés et doit surveiller leur avancement, en collaboration avec les gouverneurs de provinces et les gouverneurs de citadelles. Aux côtés de ces ingénieurs affectés à une province, d’autres ingénieurs circulent selon les besoins, restant à disposition du surintendant des fortifications ou du secrétaire d’État à la guerre. En 1625, Jacques Alleaume, ingénieur du roi logeant aux galeries du Louvre, est par exemple envoyé à Saint-Quentin pour y inspecter les fortifications et le magasin des poudres78.

  • 79 Service Historique de l’Armée de Terre, Vincennes, A71, fol. 52. Cité dans Pernot Jean-François, « (...)
  • 80 SHAT, A71, fol. 90, minute d’un brevet du 10 avril 1642.
  • 81 Un compte de l’épargne de 1627 mentionne déjà un Rossignol pensionné à hauteur de 12000 livres (AM (...)
  • 82 Sur cet épisode fameux, voir Kahn David, The Codebreakers. The Story of Secret Writing, New York, (...)
  • 83 BNF, Mélanges Colbert, 318, fol. 64-65 (1609 et 1610) ; Nautonier Guillaume de, Mécométrie de l’ey (...)
  • 84 Buot Jacques, Usage, op. cit.
  • 85 AN, MC/ÉT/XXXIV/98, 20 février 1647. Dans MC/ÉT/XXXIV/115, 24 juin 1649, compte entre Jacques Buot (...)
  • 86 AN, MC/ÉT/XXXIV/115, 21 décembre 1648.

27La position d’ingénieur n’est pas un office. Elle fait l’objet d’une nomination par brevet, sans qu’un examen préalable ne soit formellement organisé. Selon Jean-François Pernot, c’est surtout le mérite, marqué par « les preuves au combat », qui guide le recrutement. Le sieur Desaguets, en 1642, est ainsi nommé à cause « sa capacité et expérience du fait de la guerre et de l’attaque des ports et places79 ». L’année suivante, le secrétaire d’État à la guerre Sublet de Noyers expédie un brevet au Sieur Vigon, ingénieur piémontais, « sur les tesmoignages qui luy ont esté rendus de la capacité et expérience au fait des fortiffications » et parce qu’il a « rendu service aux fortifications de diverses places de Monsieur le duc de Savoye auxquelles il a esté employé80 ». C’est encore le talent qui vaut à Antoine Rossignol d’être engagé en qualité de cryptanalyste avec une confortable pension, qui varie entre 3 000 livres et 12 000 livres durant les années 1630, celle-ci lui servant également à payer ses commis81. Lors des campagnes militaires contre les Huguenots du midi, alors que les troupes de Henri II de Bourbon font le siège de Réalmont, le jeune Rossignol, habitant d’Albi goûtant les mathématiques, parvient à déchiffrer sur le champ un message chiffré envoyé par la ville et faisant état du manque de munitions. Il gagne dès lors l’estime de Richelieu qui en fait le pivot de son « cabinet noir82 ». Mais le champ de bataille n’est pas le seul lieu où se font les carrières d’ingénieur. La dédicace et l’imprimé y concourent également, même si la chose est assurément plus rare. C’est après avoir offert au roi son ouvrage La mécométrie de l’eymant et le prétendu secret des longitudes qu’il contient que le mathématicien et navigateur Guillaume de Nautonier, sieur de Castelfranc, est couché sur un état des paiements comme « géographe ordinaire du roi » aux gages de 1 200 livres83. Jacques Buot, armurier natif de Laigle, dédicace à Séguier en 1647 sa « roue de proportion », une règle logarithmique circulaire84. L’invention de Buot est célébrée en tête de l’ouvrage par l’intendant des fortifications Pierre Petit. À son arrivée à Paris, dans le courant de l’année 1646, Buot n’est encore que « mathématicien85 ». En décembre 1648, il est « ingénieur du roi », logeant aux Tuileries86. Nul doute que c’est à la faveur de Séguier – et dans une moindre mesure de Petit – qu’il doit sa nomination, à laquelle les mathématiques ont à l’évidence plus de part que la poliorcétique.

  • 87 AN, MC/ÉT/XLII/60, quittance du 27 janvier 1620.
  • 88 AN, MC/ÉT/XIV/46, 8 mai 1637.
  • 89 AN, MC/ÉT/VIII/665, 8 avril 1649.
  • 90 AN, MC/ÉT/XLIII/23, 15 avril 1638.
  • 91 BNF, NAF 12060, 9006, mariage de Jacques Buot avec Simone Rousseau, 11 novembre 1655.
  • 92 AN, MC/ÉT/VII/24, 26 juin 1635.

28Les actes notariés rendent bien compte de la variété des statuts des ingénieurs royaux et, probablement, des missions qu’ils recouvrent. Les « ingénieurs ordinaires du roi » ou les fortificateurs liés à une province ne sont en effet pas les seuls à y figurer. En 1620, Jacques Alleaume est qualifié de « premier ingénieur du roi87 ». Jean Lintlaër est en 1637 « ingénieur du roi en fontaines artificielles88 ». Nicolas Périn, également marchand fripier, signe en 1649 un bail en qualité « d’ingénieur du roi en machines horlogiques89 ». Jean de Beauregard apparaît en 1638 comme « ingénieur des machines et artillerie du roi90 ». Au milieu des années 1650, Jacques Buot apparaît quant à lui dans les registres paroissiaux comme « cosmographe et ingénieur ordinaire du roi91 ». André Vernier est qualifié par les notaires « d’ingénieur aux instruments de mathématiques du roi92 ». D’après les informations lacunaires glanées dans plusieurs états de paiements, les rémunérations de ces différentes catégories d’ingénieurs paraissent être relativement homogènes, oscillant entre 1 200 et 2 000 livres, auxquelles s’ajoutent probablement des défraiements et récompenses exceptionnelles.

  • 93 Buisseret David, Ingénieurs et fortifications, op. cit., p. 13.
  • 94 AMAE, MD, 777, fol. 225. Voir aussi « l’estat abrégé de la recepte et despense du fond ordoné pour (...)
  • 95 AMAE, MD, 812, fol. 305 r° [1634], 832, fol. 158 v° [1638].
  • 96 AN, Z1F, 594, fol. 2, Lettres patentes du 24 janvier 1653 enregistrées au Bureau des Finances de l (...)
  • 97 Sur les comptants, voir Bayard Françoise, « Le secret du roi, étude des comptants ès mains du roi (...)
  • 98 BNF, NAF 165, fol. 50 De nombreux autres défraiements. De nombreux autres défraiements, pour des s (...)
  • 99 BNF, NAF 164, fol. 75 r° et fol. 140 v°.
  • 100 Bonney Richard, « The Secret Expenses of Richelieu and Mazarin, 1624-1661 », English Historical Re (...)

29Il est difficile de fournir une estimation du nombre de postes sur la seule foi des documents financiers de la monarchie. Tous les ingénieurs ne sont pas payés sur la même caisse et aucune liste comptable ne paraît les mentionner tous. Selon David Buisseret, les ingénieurs du XVIe siècle relevaient de l’extraordinaire des guerres93. À partir de Sully se met en place ce qui s’apparente à un service du génie : des trésoriers des fortifications gèrent les dépenses au niveau des provinces ainsi, probablement, que les gages des ingénieurs. Mais certains d’entre eux semblent échapper à ce cadre de la surintendance des fortifications et se retrouvent sur divers états de paiement. En 1622, un compte de l’épargne, ne concernant pas spécifiquement la guerre, évalue les dépenses pour « les gaiges estatz & appointemens des Ingénieurs geograffes & autres personnes » à la somme de 24 800 livres, sur lesquels sont peut-être payés entre 15 et 20 individus94. Jean de Beauregard apparaît à plusieurs reprises sur le rôle de l’épargne dans les années 1630, sans que ne soient mentionnés ses collègues95. D’autres ingénieurs, indépendants du service des fortifications, sont payés dans le cadre des généralités. Des lettres patentes concernant la charge d’ingénieur ordinaire du roi de Charles Chamois précisent qu’il « n’a point esté fait de fondz pour les gages de semblables officiers » et les assignent sur la généralité de Paris96. Enfin, certains ingénieurs reçoivent parfois leurs paiements par un circuit court dont la monarchie est coutumière. Des défraiements et récompenses peuvent ainsi être ordonnés par le roi au trésorier de l’épargne, qui peut les assigner sur des fonds ou les délivrer comptant au récipiendaire97. Pierre Petit, en 1639, reçoit ainsi 400 livres pour « estre venu en poste du Havre de Grâce à St Germain en Laye pour rendre compte à sa Majesté de l’estat des fortifications de ladite place98 ». En 1636, ce sont ses gages pour le quartier de janvier que l’ingénieur du roi Jacques de Serre reçoit sous forme de comptants99. Ces paiements comptant présentent l’avantage, à la différence des acquits patents, de n’être pas soumis à l’examen rétrospectif de la Chambre des comptes : Richard Bonney a montré comment, à l’heure du « tour de vis fiscal », ils permettent de régler aux financiers les lourds intérêts des prêts qu’ils consentent à la monarchie sans en révéler publiquement le montant100. Mais plus prosaïquement, ces comptants permettent une grande souplesse et rapidité dans les paiements, car ils nécessitent peu de pièces comptables et permettent de faire face aux dépenses qui n’ont pas été prévues ou ne peuvent pas l’être. L’historien, en revanche, regrettera la dispersion des informations que les pratiques comptables de la monarchie occasionnent.

30Cet éclatement des sources confirme toutefois qu’un véritable corps du génie centralisé n’est qu’au stade de l’ébauche, comme l’historiographie l’avait déjà souligné. Les charges d’ingénieurs, pour le recrutement comme pour le paiement, sont gérées dans le court-terme et avec un certain opportunisme. La diversité des statuts l’emporte : aux ingénieurs fortificateurs et topographes s’ajoutent des ingénieurs aux missions plus variées et à la dimension civile plus affirmée. Leurs émoluments, assez confortables, sont cependant relativement homogènes et contribuent sans doute à l’attractivité de la position.

En Angleterre

  • 101 Walton Steven A., « State Building through Building for the State : Foreign and Domestic Expertise (...)
  • 102 Les termes anglais sont surveyor of the King’s works et Master of the Ordnance : Porter Whitworth, (...)
  • 103 Johnston Stephen, Making Mathematical Practice : Gentlemen, Practitioners and Artisans in Elizabet (...)
  • 104 Quelques mentions : TNA, SP16/153/60, 16 décembre 1629 ; SP16/102/36, 27 avril 1628.
  • 105 AN, MC/ÉT/XXXV/191, février 1614, fol. 43 v° pour Denis Jumeau ; Babington John, A Short Treatise, (...)
  • 106 Porter Whitmoth, History of the Corps, op. cit., p. 43.

31À bien des égards, la situation anglaise peut paraître plus simple. Les ingénieurs militaires y sont moins nombreux. À cela, on peut avancer plusieurs raisons : l’insularité rend d’une part les fortifications moins cruciales. Douvres et Portsmouth sur la côte méridionale, Carlisle et Berwick à la frontière écossaise, Kingston-upon-Hull dans le Yorkshire sont d’importantes citadelles, mais pèsent peu par rapport au rapide développement de la trace italienne en France. Il y a donc moins à faire. D’autre part, la monarchie anglaise semble réticente à créer des charges d’ingénieurs. Au XVIe siècle, Henri VIII fait d’abord appel au savoir-faire d’ingénieurs italiens ou allemands, lesquels paraissent toutefois engagés pour des opérations ponctuelles sans être dotés d’un statut ou d’une position permanents101. Le titre même n’est pas très fréquent et c’est comme « inspecteurs des fortifications » ou « maîtres de l’Artillerie » que sont parfois mentionnés les ingénieurs102. La carrière de Thomas Bedwell illustre bien le type d’engagements que peut espérer un praticien mathématique talentueux. Formé à l’université de Cambridge, il participe au début des années 1580 aux travaux du port de Douvres, puis s’attache au comte de Leicester et supervise les travaux de sa demeure seigneuriale de Wanstead House, avant de participer à l’offensive contre les Espagnols aux Pays-Bas en 1585. Après avoir contribué aux fortifications de Portsmouth et au système défensif de l’estuaire de la Tamise, il obtient en 1589 la position de gardien des magasins de l’Artillerie, qu’il occupe jusqu’à sa mort en 1595. Il s’éteint sans avoir exercé officiellement la charge d’ingénieur103. Ce schéma est encore largement d’actualité lors de la première moitié du XVIIe siècle et le titre même peut être revendiqué par fort peu d’individus : deux ingénieurs en chef, un ingénieur attaché plus particulièrement au département de l’Artillerie et une poignée d’autres ingénieurs ordinaires dont les carrières sont plus difficiles à tracer104. Tout au plus, une dizaine de personnes bénéficient du statut et des émoluments afférents, mais bien d’autres, se livrent, en pratique, à l’activité telle qu’elle est exercée en France. La différence n’est peut-être pas considérable entre les occupations d’un Denis Jumeau, « ingénieur de l’artillerie pour le roi et son arquebusier ordinaire » et celles de John Babington ou Robert Norton, auteurs de traités de mathématiques mixtes et artilleurs à la Tour de Londres105. Outre-Manche, les homologues des ingénieurs français sont donc pour certains inspecteurs des fortifications, artilleurs, ou maîtres-artilleurs. Bien sûr, sur la centaine d’artilleurs en exercice, tous, loin s’en faut, ne possèdent pas le bagage théorique ou le goût pour l’innovation traditionnellement attachés au métier d’ingénieur, mais c’est au moins le cas pour quelques-uns d’entre eux, ce qui justifie qu’on les intègre à cette étude. Les postes d’artilleurs peuvent d’ailleurs constituer des marchepieds vers le titre d’ingénieur comme en témoigne la carrière de John Lanyon (voir le tableau ci-dessous). Il faut par ailleurs souligner qu’à côté des engagements permanents, la monarchie anglaise a conservé l’habitude des missions de courte durée, parfois confiées à des étrangers106.

  • 107 TNA, SO3/8, mai 1627 ; C66/2427/22 (paiement) et C66/2440/4 (nomination), 4 juin 1627.
  • 108 TNA, SO3/12, fol. 90 r° ; C66/2873/4, 16 mai 1640.
  • 109 TNA, C66/2456/13, 20 décembre 1628 et PROB 11/182/368, 9 mars 1640 pour son testament.
  • 110 TNA, SO3/12, avril 1639 ; C66/2844/7, 6 avril 1639 (charge en survivance de Paperhill ou Rudd) ; S (...)
  • 111 BL, Harley ms 429, fol. 16.
  • 112 TNA, SP16/163/16, 19 mars 1630.
  • 113 TNA, SP16/93/61, 18 février 1628.
  • 114 TNA, SP16/82/11, 18 octobre 1627.
  • 115 TNA, SO3/10, mai 1633 ; C66/2631/19, 23 mai 1633 pour la patente.
  • 116 TNA, SO3/12, novembre 1638 ; C66/2799/1, 20 novembre 1638
  • 117 TNA, C66/2409/25, 23 janvier 1628 (nomination) ; C66/2427/56, 23 janvier 1628 (paiement).

Tableau 4. – Les ingénieurs en Angleterre ca. 1620-ca. 1640.
Note 107107
Note 108108
Note 109109
Note 110110
Note 111111
Note 112112
Note 113113
Note 114114
Note 115115
Note 116116
Note 117117

  • 118 Bull Stephen, The Furie, op. cit., p. 189 ; Aylmer Gerald, The King’s Servants, op. cit., p. 74.
  • 119 Ibid., p. 105-110.
  • 120 Ibid., p. 81.
  • 121 Un exemple : TNA, SP16/22/64, 10 mars 1626. Voir également SP16/26/37 et 40 ; SP16/210/39 ; SP16/2 (...)
  • 122 La place de maître-artilleur (master-gunner), chargé de facto du recrutement et de l’instruction d (...)
  • 123 Traduit d’après TNA, C66/2799/1.

32Les carrières dans l’Artillerie sont, comme dans le reste de l’administration, très sensibles aux jeux du patronage. Du maître jusqu’au maître-artilleur, tous les postes sont pourvus par nomination royale, même si les recommandations jouent évidemment un rôle prépondérant118. Les postes d’artilleurs sont de la prérogative du maître, mais eu égard à la fréquence des vacances et à l’absentéisme de ce dernier, ce sont le maître-artilleur ou le lieutenant qui font la décision. Ces postes n’étaient pas très bien payés – entre 6 shillings et 12 shillings par jour – et ne sont pas des sinécures : la hausse soudaine des recrutements en 1629 et 1630 témoigne du lourd tribut payé par les artilleurs lors de l’expédition de l’île de Ré. La position n’était pas nécessairement stable : pour la plupart à vie au début du règne de Charles, les engagements deviennent plus fréquemment « au plaisir du roi » au cours des années 1630119. Les charges d’artilleurs n’étaient pas de celles qui pouvaient donner lieu à une transmission directe de père en fils120. Cependant, l’acculturation dans le cercle familial et l’habitude des armes favorisaient évidemment de tels lignages. C’est donc sans surprise que quelques patronymes apparaissent de façon récurrente dans les listes d’artilleurs, comme Jelf, Matthewes ou Drayton. Mais les fils succèdent rarement aux pères et la recommandation du maître-artilleur est toujours nécessaire121. Sans doute plus qu’ailleurs – la chose se comprend aisément de nos jours – les carrières dans l’Artillerie, tout au moins pour les charges intermédiaires et subalternes à dimension technique, semblent laisser une place importante au mérite. La compétence paraît même érigée en critère dominant dans l’attribution de certains postes122. La lettre patente établissant Delamain comme ingénieur en remplacement du Hollandais Peter Burr précise qu’il n’y avait « personne alors connu du maître ou du lieutenant de notre Artillerie suffisamment capable d’accomplir notre service pour l’arpentage et la cartographie de nos forts et châteaux123 ».

  • 124 Norton Robert, Of the Art of the Great Artillery, Londres, Edward Allde pour John Tap, 1624, fol.  (...)
  • 125 Norton Robert, The Gunners Dialogue, op. cit., fol. A2 v°.
  • 126 TNA, SP16/79/35, 26 septembre 1627 ; voir aussi la dédicace manuscrite à Horace Vere porté par un (...)
  • 127 TNA, SP16/82/11, 18 octobre 1627.
  • 128 Trim D. J. B., « Vere, Horace, Baron Vere of Tilbury (1565-1635) », ODNB. Pour la dédicace manuscr (...)
  • 129 TNA, SO3/10, mai 1633 et C66/2631/19, 23 mai 1633. Signalons que la biographie de Robert Norton fi (...)
  • 130 Traduit d’après Norton Robert, The Gunner shewing the whole Practise of Artillerie, Londres, A[ugu (...)

33La Tour de Londres, forte de ses nombreux techniciens, peut constituer un vivier pour l’accès aux postes d’ingénieurs, ce qu’illustrent la carrière et les ambitions de Robert Norton. C’est d’abord sous le patronage de John Reynolds, maître-artilleur, que Norton fait ses armes dans l’Artillerie. Dans une dédicace qu’il lui adresse en 1624, il se présente comme son ancien élève et son remplaçant et le remercie de « son aimable certificat au Très Honorable Seigneur Carew Me de l’Artillerie de Sa Majesté de [sa] capacité à occuper la charge et place d’artilleur », place qu’il obtient au mois de mars124. Son ouvrage suivant, le Gunner’s dialogue, est offert à Buckingham que Norton remercie pour l’avoir employé à son service125. Nul mécénat grandiose dans la marque de faveur à laquelle fait allusion l’artilleur. Norton, plus prosaïquement, fait partie du train d’artillerie pour l’expédition de l’île de Ré que mène le favori et a été nommé « commandant en chef de l’artillerie pour les opérations terrestres126 ». En octobre 1627, grâce à l’intervention du secrétaire Conway – un client de Buckingham – il est également pressenti pour remplacer l’ingénieur de l’artillerie Bernard Johnson, tué lors du siège de Saint-Martin de Ré127. L’assassinat de Buckingham le 13 août 1628 – sans doute peu après la publication de l’ouvrage – et l’affaiblissement de son réseau de patronage bloquent sans doute la promotion de Norton. Ce dernier adresse une seconde dédicace, manuscrite, à Horace Vere, établi depuis 1623 maître-général de l’Artillerie après une longue carrière dans l’armée128. Mais les ambitions de l’artilleur semblent déçues et il ne paraît pas avoir formellement occupé la charge, car lorsque Delamain devient ingénieur de l’Artillerie en 1633, c’est Johnson qu’il remplace129. Dans l’épître dédicatoire d’un autre ouvrage paru en 1628, The Gunner Shewing the whole Practise of Artillerie, adressée à Charles Ier, Norton se lamente des « injustices et des découragements » qui l’ont accablé et réclame « que les positions éminentes ne soient pas attribuées, comme faveurs, à des hommes insuffisants ou étrangers, puisque nous avons d’honnêtes sujets beaucoup plus capables de Servir130 ». Norton plaide pour l’emploi de sujets du royaume sélectionnés pour leurs compétences. Ce sont sans doute ses propres prétentions à occuper un poste d’ingénieur ou de maître-artilleur auxquelles il songe. Ses incursions dans le monde de l’imprimé, destinées d’après lui au public des artilleurs, servent aussi à démontrer l’étendue de ses connaissances théoriques et pratiques aux yeux de ses supérieurs. Issu du rang et ayant fait ses preuves au combat, Norton peut à bon droit espérer une promotion. Il ne parvient pas à s’élever au rang d’ingénieur, peut-être car ses soutiens sont trop exclusivement liés au département de l’Artillerie et au réseau de Buckingham.

  • 131 Aubrey John, Brief Lives, éd. Oliver Dick, op. cit., p. 386 : « one Delamaine, a Joyner, who was s (...)
  • 132 TNA, SP16/181/56 (1630, non daté) et SP16/205/90 (1631, non daté) pour les offres de service. Pour (...)
  • 133 Reeve L. J., « Carleton, Dudley, Viscount Dorchester (1574-1632) », ODNB.
  • 134 TNA, SO3/10, mai 1633 ; C66/2631/19, 23 mai 1633 pour la patente ; SP16/377/127 (1637, non daté) p (...)
  • 135 TNA, SP16/363/49, 6 juillet 1637 ; Bodl., Bankes ms 54/81, fol. 159 ; TNA, C66/2409/25, 23 janvier (...)

34Richard Delamain, au contraire, a construit sa carrière d’ingénieur hors de l’Artillerie et même hors de l’armée. Contrairement à la plupart de ses collègues, il n’a pas combattu. Avant sa nomination, ce menuisier de profession au dire de John Aubrey ne s’est distingué que par la fabrication d’un instrument de mathématiques, une règle logarithmique circulaire – et encore son invention lui est-elle disputée par William Oughtred lors d’une vive querelle de priorité131. C’est à la marge des canaux du patronage administratif, par la séduction du monarque et des secrétaires d’État, que Delamain entre en charge. Après avoir offert son tract explicatif Grammelogia au roi Charles Ier sous forme manuscrite, il en offre la version imprimée au secrétaire Dorchester en remerciement de l’octroi gracieux d’un privilège exclusif de fabrication et lui propose ses services comme tuteur en mathématiques132. Ce dernier n’a guère le temps de le patronner et meurt en février 1632133. C’est à Francis Windebank, son successeur au secrétariat, qu’il revient de protéger le mathématicien : il reçoit son placet au printemps 1633 et procure la signature royale, sur la recommandation du lieutenant John Heydon, pour la lettre patente l’installant dans la charge d’ingénieur de l’Artillerie134. En 1637, Windebank est à nouveau sollicité par Delamain pour l’attribution de la place laissée vacante par la disparition de l’ingénieur Peter Burr, aux émoluments plus importants135.

35Ces exemples montrent que les voies de la promotion sont relativement diverses. Le mérite au combat n’est pas le seul critère d’attribution des charges d’ingénieurs et le soutien de favoris ou d’hommes d’État est également déterminant. Le faible nombre des places permanentes d’ingénieurs suscite une rude concurrence parmi les hommes qui peuvent prétendre à la charge : le recours à l’imprimé et la dédicace aux supérieurs sont dès lors mobilisés au service des stratégies de carrière, avec des bonheurs inégaux. La même compétition prévaut pour les rares places de professeurs.

Précepteurs et enseignants

  • 136 Mormiche Pascale, Devenir prince, op. cit, p. 3-20 et 122-130.
  • 137 Rivault de Fleurance David, Les élements de l’artillerie, Paris, A. Beys, 1605. Voir aussi Anis Au (...)
  • 138 Ibid., p. 142. Les gages sont de 1 800 livres.
  • 139 AN, Z1A 473, fol. 273 r° (1647), fol. 342 v° (1648). Pour un aperçu des travaux pratiques du princ (...)
  • 140 AN, Z1F 593, fol. 66 r° et v°, lettres patentes du 5 juillet 1651, enregistrées au bureau des fina (...)
  • 141 Pour Dulac, également qualifié « d’ingénieur de France », AN, MC/ÉT/CXXII/1574, fol. XLIX, 23 janv (...)

36Les mathématiques constituent depuis la Renaissance une des dimensions essentielles de l’apprentissage de l’art de la guerre : aussi sont-elles particulièrement recommandées aux futurs souverains qui se doivent d’en maîtriser les rudiments. Les maisons royales et princières offrent donc quelques postes de tuteurs, mais en nombre limité136. David Rivault de Fleurance, auteur d’opuscules variés et d’un traité d’artillerie, est en 1611 le tuteur en mathématiques du jeune Louis XIII137. En 1612, il devient précepteur principal après le décès du titulaire de la charge138. Louis XIV et son frère semblent avoir étudié les mathématiques sous plusieurs tuteurs : en 1647, les comptes de la Maison du roi mentionnent le « Sieur Camus » employé comme « maître pour enseigner les mathématiques » avec des gages de 4 500 livres139. En 1651, Gilles de Matropt, sieur de la Ramée, est recruté en « l’estat et charge de nostre lecteur près nostre personne ès mathematiques, sphère, globes céleste et terrestre », aux gages de 2 000 livres par an. Les lettres patentes justifient la nomination par « l’expérience qu’il s’est acquise dans les mathématiques […] par un long et pénible travail dont nous avons des preuves tres asseurées par les premières leçons qu’il nous a données des l’année 1648 et à nostre très cher et très amé frère le duc d’Anjou140 ». Enfin, il existe à la cour d’autres positions d’enseignants. Les pages de la Chambre du roi et de la Grande Écurie, jeunes gentilshommes triés sur le volet se destinant au métier des armes, étudient ainsi sous la direction d’un maître des mathématiques. Dans les années 1610, la charge est occupée par Henri Dulac et au cours des années 1660 et 1670 par Jacques Buot141.

  • 142 Aylmer Gerald, The King’s Servants, op. cit., p. 475.
  • 143 Green Ian, « Duppa, Brian (1588-1662) », ODNB ; John Earle lui succède : Spurr John, « Earle, John (...)
  • 144 Feingold Mordechai, Mathematicians, op. cit., 1984, p. 78. Voir aussi sur l’entourage scientifique (...)
  • 145 Cajori Florian, « On the History of Gunter’s Scale and the Slide Rule during the Seventeenth Centu (...)
  • 146 Willmoth Frances, Jonas Moore, op. cit., p. 37-39.
  • 147 TNA, SP16/254/64 ; Sandy Amelia Z., « Le Grys, Sir Robert (bap. 1571 ?, d. 1635) », ODNB.

37La cour anglaise paraît offrir moins de perspectives aux tuteurs et précepteurs. Les postes y sont en effet rares : sous Charles Ier, un seul tuteur était employé dans la maison du jeune prince de Galles, quand les dauphins de France sont entourés de plusieurs précepteurs142. Les nominations sont naturellement très sensibles aux dynamiques politiques : l’homme d’Église Brian Duppa obtient ainsi la charge grâce à l’appui de William Laud143. Plusieurs mathématiciens de marque ont toutefois exercé leurs talents dans les palais de Whitehall ou de Lambeth. Le praticien mathématique Edward Wright, après avoir résigné un fellowship à Cambridge, devient au début du XVIIe siècle tuteur du jeune prince Henri, frère aîné de Charles144. Richard Delamain, aux dires de sa veuve Sarah, est auprès de Charles Ier son « tuteur en arts mathématiques » et dans les années 1630 il a probablement enseigné à l’électeur palatin Charles-Louis, alors en exil en Angleterre145. La guerre civile n’interrompt pas tout à fait l’éducation mathématique des princes Stuart. En 1646, le fils cadet de Charles Ier, le duc de York, est capturé par l’armée parlementaire après la chute d’Oxford. Sous bonne garde du Parlement, il étudie brièvement les globes et l’arithmétique avec son tuteur Jonas Moore146. La Couronne anglaise ne parait pas nécessairement disposer d’un vivier de précepteurs et les prétendants empruntent la voie classique du placet. Dans une requête adressée à Charles Ier en 1634, le militaire et ancien valet de la Chambre privée Robert Le Grys se propose comme tuteur du dauphin. Il y détaille le contenu de ses enseignements, qui couvrent l’ensemble des disciplines147.

  • 148 Hill Christopher, Intellectual Origins of the English Revolution Revisited, Oxford, Oxford Univers (...)
  • 149 Adamson Ian, « The Administration of Gresham College and its Fluctuating Fortunes as a Scientific (...)
  • 150 Feingold Mordechai, Mathematicians, op. cit., pour les carrières au Collège Gresham et à l’univers (...)
  • 151 TNA, SO3/11, novembre 1637. Sur cette affaire et sur les mécanismes de nomination au Collège Gresh (...)

38Si la cour offre relativement peu de perspectives, la ville est plus favorable aux carrières enseignantes. Christopher Hill a rappelé le bourgeonnement de l’offre éducative scientifique dans le Londres de Jacques Ier : la Marine anglaise entretient par exemple un poste d’enseignant de navigation scientifique aux docks de Chatham. Le poste est occupé pendant les années 1630 par le praticien mathématique Henry Bond. La Compagnie des Indes orientales finance également une chaire de navigation, aux gages annuels de 50 livres. Il faut aussi rappeler le projet d’académie nobiliaire conçu par Francis Kynaston, le Musaeum Minervae148. Ce qui fait la renommée de l’enseignement londonien reste toutefois le Collège Gresham. Ses chaires offrent à leurs titulaires des gages de 50 livres par an, ce qui est supérieur aux chaires royales d’Oxford, mais très inférieur à la chaire savilienne aux confortables appointements de 150 livres149. Bien qu’ils aient souvent contribué de manière significative à de nombreuses carrières, nous n’évoquons pas plus avant ces postes d’enseignants qui ne relèvent pas, à l’exception de quelques chaires universitaires, du plaisir du roi150. Une exception notable est la nomination au Collège Gresham de l’anglican écossais Mungo Murray en remplacement du puritain Samuel Foster, qui refusait de s’agenouiller lors de la communion. C’est Charles Ier, sans doute incité par son entourage écossais, qui en 1637 recommande Murray auprès du comité du Collège Gresham par un certificat signé de sa main151.

  • 152 Sur ce point et plus généralement sur les lieux d’enseignement des mathématiques à Paris, voir Le (...)
  • 153 Voir par exemple, le récit sujet à caution de la nomination de Gassendi dans Bougerel Joseph, Vie, (...)
  • 154 AN, MC/ÉT/XVIII/292, démission du 19 mai 1656. Voir aussi ibid., p. 25-26, où cette survivance est (...)
  • 155 Pour la chaire de Ramus : AN, E54b, fol. 24, 8 novembre 1616 ; AN, E37b, fol. 257, 25 septembre 16 (...)
  • 156 AMAE, MD, 787, fol. 217 évoque trois postes, aux gages de 400 livres, mais les titulaires ne sont (...)

39En France, le Collège royal et ses trois chaires de mathématiques offrent quelques opportunités. Les mécanismes de nomination sont mal connus, mais laissent une large place à la faveur152. Le cas de Jean-Baptiste Morin qui succède en 1629 à Sainclair grâce à l’appui de la Reine-Mère en est un bon exemple, traité plus en détail au chapitre suivant. Le grand aumônier de France a en droit la main sur l’attribution des chaires, comme cela a été rappelé dans le chapitre ii, mais les professeurs peuvent aussi préparer leur succession153. C’est ainsi que le même Morin accorde à François Blondel le « droit d’obtenir du roy la survivance de sa charge de professeur du roy aux mathématiques dans ledit collège royal ». Il ne s’agit pas à proprement parler d’une vente d’office. Morin ne semble rien toucher et organise une sorte de compagnonnage académique, Blondel, choisi pour ses compétences, devenant son coadjuteur154. Les gages de ces trois chaires ne sont pas identiques, mais ne paraissent pas très élevés, variant entre 500 et 800 livres155. Il faut également évoquer les postes de pilotes-hydrographes créés – projetés ? – à l’instigation de Richelieu dans les villes littorales afin de délivrer gratuitement un enseignement de navigation scientifique et dont presque rien n’est connu156. Les monarchies offrent donc peu de postes et encore ceux-ci sont-ils parfois tournés vers la théorie, si bien qu’un praticien mathématique ne s’y trouverait pas toujours à son aise. Mais l’habileté manuelle trouve à s’employer ailleurs.

Les artisans spécialisés

  • 157 Le tableau qui suit est établi à partir de Huard Georges, Les logements, art. cité, et de quelques (...)

40Les monarchies disposent en effet, pour équiper les châteaux royaux, d’un certain nombre d’ouvriers privilégiés. Si la plupart contribuent à l’ameublement et au programme iconographique – tapissiers, ébénistes, sculpteurs, etc. – quelques-uns travaillent à la charnière des arts décoratifs et de l’instrumentation scientifique : ce sont les horlogers et autres fabricants d’instruments mathématiques. Quelques artisans hébergés dans la galerie du Louvre appartiennent à cette catégorie157.

  • 158 AN, MC/ÉT/XXXIV/115, 21 décembre 1648, Compte et obligation par Jacques Buot.

Nom

Profession

logement occupé

Années d’occupation

Étienne Flantin

ouvrier des instruments de mathématiques

16e-21e logement

1608-16 ? ?

Jacques Alleaume

professeur esdites mathématiques

23e logement

1608-1627

Claude Bidault

horloger, mais mentionné ailleurs comme « faiseur des instruments en mathématiques »

20e logement

1642-1652 (brevet dès 1628)

Henri-Auguste Bidault

horloger

20e logement

1652-

André Vernier

ingénieur aux instruments de mathématiques du roi

14e logement

avant 1626-1635

Antoine Ferrier

horloger et ouvrier des instruments de mathématiques

22e logement

1608-1622

Guillaume Ferrier

horloger et ouvrier des instruments de mathématiques

22e logement

1622-166 ?

Pierre et Baptiste Blondeau

ingénieurs ès forces mouvantes, et travaillant aux instruments de mathématiques

27e logement

1642-

Jacques Buot

ingénieur ordinaire du roi

4e logement

vers 1648- ?158

Jean Blondeau

ingénieur pour les instruments de mathématiques

27e logement

1656-16 ? ?

Tableau 5. – Les artisans mathématiques de la galerie du Louvre, vers 1610-vers 1660.

  • 159 En tant qu’officiers et domestiques des maisons royales, les ouvriers du Louvre pouvaient être jug (...)

41Les places d’ouvriers de la galerie du Louvre sont probablement très recherchées. Si le logement n’est pas toujours assorti de gages, il garantit, en pratique, l’accès aux commandes royales. Le prestige dont jouissent ces artisans leur ouvre par ailleurs la meilleure clientèle du royaume. Le logement peut également s’accompagner de positions dans la Maison du roi : Claude Bidault et Denis Martinot, horlogers du roi, sont aussi valets de chambre. Tous bénéficient, à l’instar des autres commensaux du roi, de larges privilèges juridictionnels ou fiscaux159. Travailler dans la galerie signifie également approcher le roi quelquefois, plus régulièrement le secrétaire d’État à la Maison du roi et le surintendant des bâtiments et tisser éventuellement avec ces derniers des liens privilégiés qui peuvent aller, on l’a vu, jusqu’à la parenté spirituelle. Par la vertu de l’habileté manuelle et d’un savoir-faire exceptionnel, ces ouvriers parviennent, non à s’extraire de la vile condition mécanique, mais à gagner l’attache et les commandes des franges les plus élevées de la société. Nulle surprise donc à ce que des ouvriers parisiens réputés aient fait état de leur ambition de rejoindre ce Parnasse des arts mécaniques. L’arquebusier François Poumerol évoque ainsi, dans un curieux traité d’arquebuserie versifié, la protection de Gaston d’Orléans et les occasions ratées de servir un plus grand mécène :

  • 160 Poumerol François, Quatrains au Roy sur la façon des harquesbuses et pistolets, Paris, pour l’aute (...)

« Enfin je pouvois estre, exempt des fascheries/Dans ce Fontainebleau ou dans les Galeries/Où maints artisans sont au service des rois/Mais j’ay beau regretter Fontainebleau, le Louvre,/Le temps qui est perdu jamais ne se recouvre, / Ny l’homme ne peut estre au monde qu’une fois160. »

  • 161 AN, O1 1048, p. 26.
  • 162 Voir Huard Georges, Les logements, art. cité, Sur les Martinot, voir Tardy, Dictionnaire des horlo (...)
  • 163 Voir le brevet de survivance accordé à Guillaume Ferrier : AN, O1 1055, p. 56-57.
  • 164 AN, MC/ÉT/VII/24, vente du 26 juin 1635.
  • 165 Celui-ci, dont la vie demeure mal connue, n’est probablement pas apparenté aux Ferrier qui logent (...)

42Comment ces places sont-elles pourvues ? Les artisans de la galerie du Louvre sont nommés par un brevet du roi. À l’instar de la position d’ingénieur, il ne s’agit pas d’un office. Si la faveur préside in fine à l’affectation des logements, le roi et la surintendance des bâtiments semblent bel et bien s’assurer du savoir-faire des candidats pressentis, à l’occasion par un examen qui n’est pas sans rappeler le chef-d’œuvre corporatif. « Maître-horloger », Antoine Ferrier reçoit le logement le 2 octobre 1607, grâce « aux preuves et expériences qu’il a rendues de ses inventions et ouvrages en toutes sortes d’instruments des mécaniques et aussi des mathématiques et généralement de tous ouvrages du tour, du marteau, et de la lime ». Son brevet précise qu’il doit fournir essentiellement des « enchasseures de corne pour les médailles des cabinetz », et en réaliser « pour épreuve de son entrée aud. logis jusqu’à un millier des grandeurs qui lui seront designées161 ». De nombreux artisans du Louvre sont néanmoins parvenus à obtenir la survivance de leur place pour leur fils, donnant naissance à de véritables dynasties, dans le fourbissage d’épée (les Petit) ou l’horlogerie (les Bidault, les Martinot)162. Cette survivance n’est toutefois accordée que sur les preuves de l’habileté du successeur163. De même, il est possible de vendre une place dans la galerie. C’est ainsi qu’André Vernier, « ingénieur aux instruments de mathématiques », cède son logement à un orfèvre, moyennant 3 000 livres, « sous le bon plaisir du roi164 ». Les mécanismes de recommandation jouent aussi à plein. C’est ce dont témoigne un épisode souvent rappelé de l’activité de Descartes. À la fin des années 1620, alors qu’il travaille à ses théories d’optique, le philosophe souhaite la collaboration du lunetier Jean Ferrier165 : il lui propose de venir en Hollande et de l’y employer, mais l’artisan tergiverse. Descartes l’encourage à briguer un logement dans la galerie et mentionne la protection que lui accorde le père Charles de Condren :

  • 166 Descartes René, Adam Charles et Tannery Paul (éd.), Œuvres de Descartes, t. I : Correspondance, av (...)

« Je crois pourtant que vous ne devez pas désespérer de vous loger au Louvre, encore que le P. Condren soit absent ; s’il vaque quelque place avant son retour, vous devez aller trouver le P. Gibieuf ou le P. de Sancy, et les importuner de vous garantir ce qu’un des leurs vous a fait avoir166. »

  • 167 Krumenacker Yves, L’école française de spiritualité : des mystiques, des fondateurs, des courants (...)
  • 168 Descartes René, Adam Charles et Tannery Paul (éd.), Œuvres de Descartes, t. I, op. cit., p. 33. Po (...)

43Charles de Condren est alors un ecclésiastique bien en cour, prêtre de la congrégation de l’Oratoire, proche du cardinal de Bérulle et confesseur de Gaston d’Orléans167. C’est aussi le patron du mathématicien et astronome Jean-Baptiste Morin, avec lequel travaille Ferrier, et c’est sans doute par l’intermédiaire de Morin que l’artisan peut espérer mobiliser une telle connexion à la cour168.

  • 169 Frémontier-Murphy Camille (éd.), Instruments, op. cit., p. 11.
  • 170 Turner Anthony John, « Mathematical Instrument-making in Early Modern Paris », Fox Robert et Turne (...)
  • 171 Franklin Alfred, Dictionnaire historique des arts, métiers et professions exercés dans Paris depui (...)
  • 172 Cardinal Catherine, « L’horlogerie », Alcouffe Daniel (dir.), Un temps d’exubérance. Les arts déco (...)
  • 173 AN, MC/ÉT/VII/609, Inventaire après décès d’Antoine Ferrier, 26 juillet 1622.
  • 174 AN, O1 1048, p. 56.
  • 175 Turner Anthony J. et Gomez Nadine, Gassendi, op. cit., p. 136.
  • 176 Daumas Maurice, Les instruments scientifiques aux XVIIe et XVIIIe siècle, Paris, PUF, 1953, p. 97.
  • 177 Turner Anthony J. et Gomez Nadine, Gassendi, op. cit., p. 157 ; AN, O1 1051, p. 129.

44Les archives administratives de la Maison du roi, les actes notariés et quelques pièces conservées permettent d’avoir un aperçu de la production de ces artisans privilégiés. La catégorie « d’instruments de mathématiques », utilisée par les sources du temps, est trompeuse : elle ne désigne pas seulement les instruments utilisés par les mathématiciens, mais l’ensemble des instruments conçus à partir des recherches mathématiques. On y inclue donc les cadrans solaires, les astrolabes, les nécessaires de mathématiques, les globes, les boussoles, les sphères armillaires, etc.169. Les savoir-faire en jeu dans la fabrication de ces différents instruments sont très variés, à l’image des matériaux utilisés : fonderie, tournage sur bois et sur verre, gravure et ciselage du laiton, estampage. Seul le recours aux mathématiques dans la conception de l’instrument confère une unité à ces pratiques artisanales par ailleurs disparates170. La profession, neuve, n’est pas constituée en corporation et les fabricants d’instruments de mathématiques se trouvent chez les orfèvres, les fondeurs ou les couteliers171. Certains des « fabricants d’instruments mathématiques », tels Ferrier ou Bidault, sont également horlogers, prisés pour la richesse et la finesse du décor de leurs œuvres plus que pour leurs innovations techniques172. Mais ce sont assurément les cadrans solaires qui justifient que soient évoquées les mathématiques pour certains ouvriers. Dans le logement d’Antoine Ferrier ont été inventoriés après son décès plusieurs horloges, des montres, des rouages, des instruments à graduer et peser mais encore, entre autres, « trois cadrans de laiton esquinoxial » prisés 8 livres, ou « ung quadran au soleil de leton doré garny d’ebeine et d’un cristal dans lequel y a ung cupidon et au-dessus un dosme d’ebeine garny de leton doré » prisé cent sols173. Les lettres de survivance pour son fils Guillaume le disent « grandement expert tant audit art d’horloger et à faire compas et autres instrumens de mathematiques » et on sait qu’il applique son inventivité à d’autres dispositifs mécaniques174. Un cadran solaire équinoxial semble être l’un des seuls objets conservés de la production d’un autre occupant de la galerie, Claude Bidault175. L’artisan, couché pour 600 livres sur plusieurs états de paiement des années 1630 en sa qualité de « fabricant d’instruments des mathématiques », est certainement chargé d’équiper les palais royaux avec des cadrans solaires et d’entretenir ces derniers. Autre artisan privilégié, André Vernier fabrique à la fin des années 1600 des graphomètres en collaboration avec l’enseignant Henri Dulac176. Les frères Blondeau, dont plusieurs instruments sont conservés, sont quant à eux « établis à la conduite et fabrication de ces inventions et machines qui servent à tirer les pontz des stucateurs dans la grande gallerie du Louvre » et contribuent donc aux chantiers royaux177.

  • 178 Atkins Samuel E. et Overall William H., Some Account of the Worshipful Company of Clockmakers of t (...)
  • 179 TNA, SO3/12, décembre 1638.
  • 180 TNA, SP16/383/32, février [ ?] 1638 ; SP16/377/127.
  • 181 Gouk Penelope, « Horological, Mathematical and Musical Instruments. Science and Music at the Court (...)
  • 182 TNA, SP16/407/86 (1638, non daté).
  • 183 Gouk Penelope, Horological, contr. cit., p. 388, Higton Hester K., Elias Allen and the Role of Ins (...)
  • 184 TNA, SO3/12, février 1640.

45Outre-Manche, les monarques britanniques entretiennent également quelques positions d’artisans spécialisés comparables à celles que nous avons décrites. En 1618, l’Écossais David Ramsey est ainsi nommé « horloger en chef » de Jacques Ier après avoir déjà conçu plusieurs montres pour le roi et le prince Henri. Sa carrière, qui le met en contact étroit avec les preneurs de décision, lui permet de solliciter la protection royale pour de nombreuses inventions et dispositifs mécaniques. Cet aspect sera plus longuement évoqué dans la troisième partie. C’est toutefois d’abord comme horloger que Ramsey sert le roi, ainsi qu’en témoigne sa nomination comme premier maître de la nouvelle corporation des horlogers en 1631178. Richard Delamain, dont on a déjà décrit les premiers pas à la cour, y continue, à côté de ses fonctions d’ingénieur militaire, ses activités de concepteur d’instruments mathématiques. C’est grâce à une règle à calcul circulaire qu’il gagne la faveur de Charles Ier. Pour ce dernier, il crée encore différents objets dont la vocation semble davantage spectaculaire et décorative qu’utilitaire. Les matériaux utilisés sont en effet précieux : en 1638 Delamain reçoit 180 livres pour acheter des lingots d’argent destinés à la réalisation de ces instruments179. Le mathématicien fait fabriquer plus qu’il ne fabrique : il emploie plusieurs ouvriers, dont les salaires cumulés s’élèvent à 5 livres par semaine, à la création d’un « grand octant » installé à Greenwich, d’un « grand [cadran] concave universel », ou encore d’autres instruments pour la Chambre à coucher ou pour le « grand navire180 ». En plus des horloges et des montres, ces instruments de mesure et cadrans solaires équipant les demeures royales paraissent constituer l’essentiel des instruments « mathématiques » de Charles181. Une requête de Delamain permet de comprendre le processus de fabrication. Le mathématicien présente d’abord au souverain l’instrument en cuivre ou en laiton et lui en fait la démonstration. Sur l’ordre de Charles, il fait alors réaliser l’exemplaire en argent182. Le souverain commande plus ponctuellement d’autres objets à des artisans spécialisés, tels Elias Allen ou John Marr, lesquels pouvaient aussi gagner l’estime du roi par des cadeaux183. Le souverain chérit ces pièces et les fait transporter lorsqu’il se déplace d’un palais à l’autre184. Souvent évoquées par l’historiographie, les ultimes recommandations du monarque au matin de son exécution témoignent bien de son intérêt pour les instruments mathématiques :

  • 185 Traduit d’après Herbert Thomas, Memoirs of the Two Last Years of the Reign of King Charles I, Lond (...)

« Il ordonna de la même manière à M. Herbert de donner à son fils, le Duc de York, son grand cadran solaire circulaire en argent, un joyau que sa majesté estimait beaucoup ; il a été inventé et fabriqué par M. Delamain, un mathématicien capable185. »

  • 186 Halleux Robert, Guillerme André et Santangelo Georgia (éd.), Les maîtres de l’eau d’Archimède à la (...)

46Cet exemple montre qu’aux yeux du roi, ses artisans privilégiés ne sont pas des anonymes. Il en connaît certains, surveille et admire à l’occasion leur travail, suggère même des réalisations. La proximité du souverain permet à ces « rustres de cour », pour reprendre l’heureuse formule de Robert Halleux, de pratiquer leur art et d’exercer leur science à l’abri de la nécessité186. Ils construisent, protégés par la faveur royale, des carrières originales. Les cas de Jacques Alleaume, de Jacques Buot ou de Richard Delamain l’illustrent bien : les différentes fonctions d’ingénieur, de précepteur ou d’artisan, évoquées ici séparément pour les besoins de l’exposé, peuvent être articulées et exercées successivement ou concomitamment. Ces techniciens et praticiens servent le monarque de bien des manières : ils peuvent le distraire et participer au luxe de sa cour, mais ils peuvent aussi répondre aux préoccupations militaires et économiques de l’État. Le patronage scientifique et technique présente donc souvent deux facettes, l’une spectaculaire, l’autre utilitaire.

Patronage utilitaire et patronage spectaculaire

  • 187 Pumfrey Stephen et Dawbarn Frances, « Science and Patronage… », art. cité.
  • 188 Ibid., p. 142-143.

47Stephen Pumfrey et Frances Dawbarn ont opportunément distingué patronage utilitaire et patronage spectaculaire187. Selon ces auteurs, le patronage spectaculaire ou ostentatoire participe d’abord de la construction de l’image du Prince, dans le cadre d’une compétition entre cours européennes comme foyers culturels. Le patronage utilitaire sert d’abord le bien public dans ses dimensions économique ou militaire. Ces deux concepts, artefacts historiographiques, ne constituent évidemment pas des catégories figées, mais plutôt, comme le soulignent Stephen Pumfrey et Frances Dawbarn, les deux extrêmes d’un phénomène qui n’admet pas de frontières nettes188. Sont ici étudiés deux domaines – la recherche sur les armes et les expérimentations hydrauliques – qui illustrent ces orientations du patronage scientifique et technique.

Un exemple de patronage à dominante utilitaire : la recherche sur les armes

  • 189 BNF, manuscrit français 4872, fol. 55.

48Les pages précédentes l’ont déjà signalé : l’un des domaines privilégiés du patronage gouvernemental est, sans surprise, l’art de la guerre. Les fortifications, les schémas tactiques ou les engins de siège constituent des objets à la frontière du politique et de la technique auxquels le souverain et ses conseillers prêtent un œil attentif. Aussi, pour un ambitieux versé dans les mathématiques et désireux de se rapprocher des faveurs du monarque, l’offre de service militaire est un chemin classique et éprouvé. Il n’est que de penser à la fameuse lettre de Léonard de Vinci au duc Sforza : la promesse de divulgation de « secrets », depuis la Renaissance, constitue l’un des moyens de séduire le Prince. La révolution militaire, qui génère une course à la puissance de feu et accélère l’émulation technique, offre par ailleurs un contexte propice aux stratégies des ingénieurs, alors que s’affirme une circulation internationale des experts militaires. Pendant la première moitié du XVIIe siècle, comme dans les décennies précédentes et suivantes, les ministres reçoivent donc de fréquentes propositions. Certaines sont encore formulées dans la tradition médiévale et renaissante des savoirs secrets, et de telles offres, aux exigences parfois exorbitantes ne doivent guère être considérées avec beaucoup de sérieux. Tel proposant demeuré anonyme, se disant « assez mathématicien » et versé en « théorie et prattique au faict de la guerre », demande ainsi 10 000 écus en échange de la révélation de « plusieurs machines et inventions189 ». Tel autre, le sieur Grandor, fait état de nombreuses machines à vocation civile, mais également d’inventions d’engins de siège, de campements de campagne, d’un « attirail de cuisine » mobile, et d’autres secrets encore :

  • 190 Ibid., fol. 56 r°-58 v°.

« qu’il garde par devers soy et plusieurs choses desquelles il ne peut icy parler se contentant de dire a present/Qu’il pourroit convertir l’espée d’un Roy en telle onde/Qu’il en pourroit bien a pres conquester tout le monde190 ».

  • 191 AMAE, MD, 819, fol. 55.
  • 192 Ibid., fol. 95 r°-96 r°.

49Ces offres ont en commun de prétendre pallier la faiblesse numérique par l’ingéniosité. Un donneur d’avis promet « qu’il fera aussy que six cent hommes se battront en raze campagne contre trois mil & se rendront promptement les plus fortz191 ». Un autre présente l’invention « d’un canon de batterie que quatre hommes pourront porter à leur aise et qui fera autant d’effet que le plus grand qui puisse estre avec le quart moings de poudre qu’à l’ordinaire192 ». Ces textes prennent souvent la forme de listes de stratagèmes aux effets extraordinaires, contribuant au stéréotype du soldat fanfaron et affabulateur, tel que la littérature s’en est délecté, de Cyrano de Bergerac à l’oncle Toby de Tristram Shandy, en passant par le baron de Münchhausen. Il est douteux que la plupart de ces propositions aient suscité autre chose que des soupirs et des sarcasmes chez les décideurs chargés de les examiner. Mais si ces individus tentent leur chance, c’est bien que l’État est disposé à écouter les esprits ingénieux.

  • 193 Traduit d’après Perrinchief Richard, The Royal Martyr, Londres, J. M. pour R. Royston, 1676, p. 25 (...)
  • 194 MacGregor Arthur (éd.), The Late, op. cit., p. 360-362. L’armurerie est toutefois en déclin face à (...)
  • 195 Soulié D. et Barthélémy E. de (éd.), Journal de Jean Héroard sur l’enfance et la jeunesse de Louis (...)
  • 196 Reverseau Jean-Pierre, « Les armes », Alcouffe Daniel (dir.), Un temps d’exubérance, op. cit., p.  (...)
  • 197 Reverseau Jean-Pierre, Les armes, contr. cit., p. 319.

50En plus haut lieu, un vif intérêt est porté aux armes à feu. Louis XIII et Charles Ier, la chose est connue, sont des connaisseurs et amateurs avertis des arquebuses et mousquets. L’hagiographe de Charles, Richard Perrinchief, a décrit dans son ouvrage un roi qui pouvait « juger des fortifications et déterminer si le canon était prêt ou non à la mise à feu […], avait une excellente habileté pour les armes à feu […] et connaissait tout ce qui tenait à leur fabrication193 ». Même si un tel témoignage est évidemment sujet à caution, il n’en demeure pas moins que par son éducation, Charles Ier a été initié à l’art de la guerre et à ses instruments, qu’il peut d’ailleurs contempler dans une armurerie194. Quant à Louis XIII, le journal de son médecin Jean Héroard le signale, encore jeune, s’amusant sans cesse à tirer les oiseaux à l’arquebuse195. Le garde du cabinet des armes du roi, Denis Jumeau, l’initie probablement au démontage et remontage des pièces196. Le roi, devenu adulte, soutient la production des armuriers nationaux, qui connaissent alors un véritable « âge d’or » artistique et technique, avec le développement, dans les centres parisiens et provinciaux, de la platine à silex et l’émergence d’un style français197.

  • 198 Sur toutes ces dimensions de la révolution militaire, voir le livre, classique, mais toujours disc (...)
  • 199 Reverseau Jean-Pierre, Musée de l’armée Paris, les armes et la vie, Paris, Dargaud, 1982, p. 95.

51Avec le soutien du pouvoir, une des voies de recherche et d’expérimentation des armuriers est celle des armes à répétition, qui ne se réduisent pas à une curiosité, mais répondent à un véritable besoin technique. Les armes à feu portatives ont rapidement conquis une place de choix lors des campagnes militaires. Leur succès, néanmoins, ne doit pas occulter les défauts liés à la difficulté d’utilisation. Le chargement reste lent et en dépit d’une progressive normalisation des gestes du soldat, dont le drill hollandais est emblématique, arquebuses et mousquets restent des armes de manipulation longue et délicate. Pendant le temps durant lequel le soldat recharge son arme, il est vulnérable. Le bouleversement des schémas tactiques, comme le développement de l’ordre mince, ne suffit pas à pallier ces défauts198. Depuis le XVIe siècle, on cherche donc, de diverses manières, à accélérer le rythme de tir. Le mécanisme de mise à feu a d’abord été perfectionné par l’invention du rouet. Les armes à tubes multiples ont été une autre piste, dans laquelle s’illustra, entre autres, Léonard de Vinci. Dès la fin du XVIe siècle les armuriers travaillent à développer des armes à répétition199. L’Empire, avec ses vivaces traditions en orfèvrerie, horlogerie et métallurgie, constitue le foyer naturel de ces recherches. Un pistolet fabriqué à Nuremberg en 1597 permet par exemple de tirer huit coups d’une seule charge. En 1612 apparaît une arquebuse à barillet, également de confection allemande, capable de tirer des rafales de quatre à cinq coups. Le mécanisme de répétition, impliquant des rouets particuliers, exige un travail d’une grande précision. Il n’est pas étonnant, dès lors, de voir ces innovations réalisées par des artisans horlogers.

  • 200 AN, P3418, fol. 4 v°, lettres patentes du 25 février 1635, enregistrées à la Chambre des comptes. (...)
  • 201 En 1649, un épistolier néerlandais, évoquant Gaspar Caltoff, affirme qu’il est « retourné d’un voy (...)
  • 202 BNF, NAF 165, fol. 55 r°, fol. 78 v° et fol. 79 r°.
  • 203 SHAT, A1 62, fol. 361 r°-366 v°.
  • 204 Chennevières Philippe de (dir.), Archives de l’Art Français, t. III : Documents, Paris, J.-B. Dumo (...)
  • 205 Pour sa production : Reverseau Jean-Pierre, Les armes, contr. cit., p. 334.

52La France est également touchée par ces recherches. Un horloger protestant de Grenoble, Pierre Bergier, produit par exemple une arquebuse à répétition, et en 1635, « apres en avoir faict l’espreuve devant sa Majesté, […] luy en auroit faict presens, qu’elle auroit faict mettre au cabinet de ses armes de sa maison roialle du Louvre pour y estre gardee avec les aultres pieces rares qu’elle y faict conserver200 ». Le « cabinet d’armes » de Louis XIII a effectivement accueilli plusieurs arquebuses fabriquées de la main de Bergier, qui se voit gratifié du titre d’armurier du roi. S’il ne paraît produire que des pièces uniques et de prestige, Bergier stimule peut-être l’intérêt porté par le monarque et son entourage à de telles innovations. En 1639, Louis XIII et Richelieu attirent à Paris un armurier allemand, Guillaume Calthoff, très certainement le frère de Gaspar qui officie au même moment à Vauxhall201. Il reçoit six cent livres « pour le voyage qu’il a faict d’Allemaigne à St Germain en Laiye avec dix compaignons de son mestier, pour servir sa majesté » et s’installe dans une boutique dont l’équipement est payé par le roi. L’engagement de Calthoff semble initialement temporaire : recevant en tout plus de 3 700 livres, il doit pendant six mois travailler au service exclusif du roi à produire en série « arquebuses et autres armes à feu tirant plusieurs coups d’une mesme charge ». Ses ouvriers disposent d’un salaire confortable de 25 sols par jour, à même de garantir leur loyauté202. Calthoffprolonge vraisemblablement son séjour parisien : il obtient un privilège en février 1640, signe qu’il vise désormais l’exploitation commerciale de son invention, et reçoit au même moment des lettres de naturalité203. Dans les années 1650, c’est un autre artisan armurier qui reprend ce chantier, Lecouvreux, « arquebusier du roi ». En 1653, pour le récompenser « des grands fraiz et dépense qu’il a faits à la recherche de plusieurs secrets d’armes, et particulièrement d’une machine qu’il a inventée, laquelle tire deux cens cinquante coups en moins d’un quart d’heure », Mazarin lui octroie une boutique et logement rue Neuve-Saint-Honoré, à deux pas du Palais Royal204. La seule pièce que l’on conserve de sa production est un fusil à silex, finement ornementé, destiné à Nicolas de Nicolay, marquis de Goussainville205.

  • 206 BL, Add. ms 64883, fol. 53 (papiers de John Coke portant mention de la requête) ; TNA, SO3/8, mars (...)
  • 207 TNA, SO3/8, mars 1625, repassé en juin 1626, pour la naturalisation et la récompense et SP14/159/8 (...)
  • 208 Traduit d’après TNA, SO3/8, juin 1627.
  • 209 Stewart Richard W., Ordnance Office, op. cit., p. 161. Voir aussi BL, Harley ms 429, fol. 1 v°, 72 (...)
  • 210 TNA, C66/2644/19, 24 juin 1634. Sur Rotsipen, dont peu de choses sont connues, voir Blackmore Howa (...)
  • 211 Traduit d’après TNA, C66/2644/19, 24 juin 1634.

53L’Angleterre ne reste pas en marge de ce mouvement, mais comme en France, il faut faire appel au savoir-faire des armuriers allemands. En 1625, Arnold Rotsipen fait la démonstration devant le prince Charles de canons de nouvelle conception et obtient un privilège d’exploitation, confirmé quelques années plus tard206. Naturalisé, il reçoit également une pension à vie de 100 marks par an207. Il travaille alors avec Cornelius Drebbel aux Minories, ainsi que cela a été signalé plus haut. En 1627, William Heydon, lieutenant-général de l’Artillerie, leur donne 100 livres en récompense, sur ordre du roi, pour « avoir forgé divers engins aquatiques208 ». Les deux hommes apparaissent de fait dans les listes de fournisseurs de l’Artillerie209. Après la mort de Drebbel, Rotsipen fait protéger par un privilège une vingtaine d’inventions reflétant son activité aux Minories : tour à bois, verre et métal, scies, instruments pour façonner les roues dentées, marteau actionné par la vapeur, etc.210. D’après les lettres patentes, ces inventions n’avaient été jusque-là « exposées à la vue de personne d’autre que [du roi] et de ceux [qu’il] a spécialement commis à cet effet » et doivent rester dans l’entrepôt de l’Artillerie pour le service particulier du monarque211. Cela confirme que Charles Ier surveille personnellement la production de ces ouvriers spécialisés. Ces derniers sont particulièrement choyés : Rotsipen peut exploiter commercialement ses inventions sans payer de redevance à la Couronne anglaise, comme c’est pourtant l’usage. La production de Rotsipen ne semble malheureusement pas conservée ou n’est pas identifiée.

  • 212 Doorman G., Patents for Inventions in the Netherlands during the 16th, 17th and 18th centuries, La (...)
  • 213 Birch Thomas (éd.), The History of the Royal Society of London, t. I, Londres, A. Millard, 1756, p (...)
  • 214 Stevenson David et Caldwell David H., « Leather guns and other light artillery in mid-17th-century (...)
  • 215 Ibid., p. 301.
  • 216 Traduit d’après Thorpe W. H., The Marquis, art. cité, p. 86-87.

54À Vauxhall sont également menées des recherches sur les armes. Il a déjà été signalé que parmi les éléments inventoriés en 1645 se trouvaient des stocks d’armes et de nombreuses pièces détachées d’arquebuses. Comme son frère Guillaume en France, il est possible que Gaspar Calthoff s’y adonne aux expérimentations sur l’artillerie légère à répétition. Pieter Calthoff, peut-être un autre membre de cette ingénieuse fratrie, obtient en effet en 1641 un privilège des États-Généraux des Provinces-Unies pour un mousquet tirant 21 coups avec une charge212. En 1663, les membres de la Société royale examinent un fusil à répétition de l’invention de Gaspar213. La grande affaire qui semble toutefois occuper les ingénieurs de Vauxhall est une innovation venue de Suède que cherchent à acclimater les puissances du temps : les canons de cuir. De tels canons, dont le musée des Invalides conserve des exemplaires, ont notamment été adoptés par l’armée de Gustave-Adolphe au cours des années 1620214. Malgré ses imperfections qui expliquent finalement sa faible utilisation, le canon de cuir connaît, à la faveur du succès des campagnes suédoises, une certaine notoriété en Europe. L’Écossais Robert Scott, au service de l’armée suédoise pendant les années 1620, perfectionne le procédé. L’inventeur propose ses secrets à Charles Ier qui lui offre une pension ainsi qu’une maison et un terrain à Lambeth pour y mener ses expérimentations215. Après la mort de Scott, son neveu James Wemyss reprend le chantier et obtient une place de maître-artilleur à la Tour en 1638, puis l’usage d’un bâtiment du complexe de Vauxhall216.

  • 217 AMAE, MD, 819, fol. 54 v°, Memoire au Roy par Pierre Leoni pour la fabrique des Canons de cuir.
  • 218 Parrott David, Richelieu’s Army, op. cit., p. 66-67.

55Louis XIII reçoit des propositions équivalentes, mais ne paraît pas leur donner suite. En 1635, Pierre Leoni présente un Mémoire au roi où il offre de fabriquer ces canons pour le royaume de France217. Méfiant à l’égard de telles innovations, Richelieu s’en remet finalement, en l’absence d’une industrie nationale suffisante, aux fondeurs étrangers, surtout hollandais, anglais et suédois218.

  • 219 Voir Jumeau Denis, Le feu royal, Paris, Nicolas Callemont, 1618, qui décrit le feu d’artifice tiré (...)

56Ces expérimentations sur les armes présentent également une facette spectaculaire. Les artisans protégés par le Prince, non contents de servir sa puissance militaire, doivent aussi le divertir. Denis Jumeau, dont les activités d’ingénieur de l’artillerie et d’arquebusier ont déjà été signalées, conçoit ainsi les feux d’artifice pour le roi219. De la même façon, les travaux des ingénieurs fontainiers sont marqués par une certaine ambivalence, entre utilité et plaisir.

Un exemple de patronage à dominante spectaculaire : la recherche sur les eaux et fontaines

  • 220 Voir Strong Roy, « Foreword : The Renaissance Garden in England Reconsidered », Garden History, vo (...)
  • 221 Morgan Luke, Nature as Model. Salomon de Caus and Early Seventeenth-Century Landscape Design, Phil (...)
  • 222 Colvin Howard M. (éd.), The History of the King’s Works, vol. 3-4, Londres, HMSO, 1975 et 1992, p. (...)
  • 223 Voir Morgan Luke, Nature as Model, op. cit., p. 35-36 pour une argumentation serrée et convaincant (...)
  • 224 Caux Isaac de, Nouvelle invention de lever l’eau plus hault que sa source avec quelques machines m (...)
  • 225 Nous traduisons ainsi l’expression « water mania » employée dans Strong Roy, Foreword, art. cité, (...)
  • 226 Henderson Paula, « Sir Francis Bacon’s Water Gardens at Gorhambury », Garden History, vol. 20, no (...)
  • 227 Bacon Francis, La nouvelle Atlantide, op. cit., p. 120-121.
  • 228 Hunt John D., Garden and Grove : the Italian Renaissance Garden in the English Imagination, 1600-1 (...)
  • 229 TNA, SP16/297/6, 3 septembre 1635.
  • 230 Bushell Thomas, The Severall Speeches and Songs, at the Presentment of Mr. Bushells Rock to the Qu (...)
  • 231 Ruellet Aurélien, Les privilèges d’invention en France et en Angleterre (ca. 1600-ca. 1660) : base (...)
  • 232 Brioist Pascal, « Les livres de machines entre France et Angleterre », Genet Jean-Philippe et Rugg (...)
  • 233 D’acres R., The Elements of Water-Drawing, Londres, Thomas Leach pour Henry Brome, 1659.
  • 234 Strong Roy, The Renaissance Garden, op. cit., p. 196-197.
  • 235 Voir Jenner Mark S. R., « L’eau changée en argent ? La vente de l’eau dans les villes anglaises au (...)

57Même en Angleterre, l’histoire est d’abord continentale. Dépourvus de tradition nationale en la matière et désireux de rivaliser avec l’opulence des cours italienne et française, les monarques et aristocrates britanniques ont attiré outre-Manche plusieurs hydrauliciens étrangers220. C’est surtout par le truchement du huguenot Salomon de Caux, dont la carrière est éclairée par une étude récente et documentée, que l’art des jeux hydrauliques s’invite à la cour des Stuart221. Après avoir voyagé en Italie, de Caux servit l’archiduc Albert à Bruxelles. En 1610, il s’installe en Angleterre. Peut-être introduit à la cour par l’ambassadeur de France, il travaille à Richmond et Greenwich pour le prince Henri, à Hatfield House pour Robert Cecil, à Somerset House pour la reine Anne222. En 1613, il quitte le royaume pour Heidelberg où il conçoit son chef-d’œuvre, le Hortus Palatinus, pour l’électeur palatin, récemment marié à Elizabeth Stuart. Son jeune frère Isaac, demeuré en Angleterre, continue à y travailler pour la cour223. Après avoir republié les planches de son aîné, il s’éteint à Paris en 1648224. Si l’Angleterre ne parait pas disposer de ses propres ingénieurs-fontainiers, il n’en demeure pas moins que l’aristocratie anglaise affiche en ce début du XVIIe siècle une véritable « aquamanie225 ». Un bon exemple en est Francis Bacon. Le chancelier, qui a conçu lui-même l’organisation de son jardin d’eau dans sa demeure de Gorhambury, est un amateur averti de l’art horticole226. Il n’est pour s’en convaincre que de consulter son essai Des jardins ou de parcourir la description de la maison de Salomon, laquelle fait place à « un grand nombre de fontaines et de puits artificiels qui imitent les sources naturelles et les eaux thermales », mais aussi aux grottes et aux jeux optiques et sonores227. Son disciple Thomas Bushell, par ailleurs entrepreneur minier, s’est clairement inspiré des travaux de Salomon de Caus et de La nouvelle Atlantide pour concevoir un jardin qui était une véritable curiosité. L’histoire vaut la peine d’être racontée : creusant le sol à Enstone, dans l’Oxfordshire, pour y aménager une citerne, Bushell y aurait fait la découverte d’un rocher à la forme admirable. Il aurait alors décidé de l’entourer de plusieurs édifices, d’une grotte et bien sûr de jeux aquatiques, produisant effets d’optique et arcs-en-ciel, animant des automates, etc.228. Si Bushell est l’initiateur du projet, le roi Charles prend le rocher sous sa protection, faisant même dévier une route pour permettre les travaux229. Le souverain fait plusieurs visites au rocher. L’une d’entre elles, effectuée en compagnie de la reine en août 1636, est le prétexte d’un spectacle qui met en valeur les curiosités de la grotte et que décrit Bushell dans un petit opuscule commémoratif. Le rocher reçoit à cette occasion le nom de Henriette230. Que cette « rareté de la nature », selon les mots de Charles, ait été aménagée et exploitée par Bushell, entrepreneur minier, n’est pas le fait du hasard. En Angleterre, les expérimentations sur les pompes et fontaines paraissent liées à l’hydraulique minière ou utilitaire davantage qu’à l’hydraulique somptuaire. En témoignent les nombreux privilèges délivrés à des machines d’exhaure ou des pompes pour drainer les marais, qui ne mentionnent presque jamais les usages esthétiques possibles de ces machines231. Peu d’ouvrages anglais traitent de l’hydraulique sous l’angle de la curiosité. Citons l’ouvrage de John Bate, The Mysteries of Nature and Art (1635), dont une partie, largement inspirée de Salomon de Caux, est consacrée aux fontaines et à leurs effets divertissants232. L’ouvrage plus tardif The Elements of Water-Drawing s’inscrit quant à lui dans la veine de l’hydraulique utilitaire, avec ses descriptions méthodiques de pompes qui ne s’embarrassent pas de promesses irréalistes233. Somme toute, l’aquamanie des jardins royaux et aristocratiques semble marquer le pas dans les années 1630 et 1640, sans parler bien sûr de la pause forcée de l’Interrègne, même si le jardin dressé par John Evelyn et son frère à Wotton constitue une exception remarquable234. En Angleterre, les chantiers royaux sont donc d’abord honorés par des artisans étrangers. Non pas que l’Angleterre manque d’ingénieurs hydrauliques, mais, à l’instar d’un Bevis Bulmer, ils appliquent d’abord leur savoir-faire aux préoccupations édilitaires et utilitaires : l’approvisionnement en eau des villes, l’exhaure minière ou le drainage des Fens en sont les exemples les plus évidents235.

  • 236 Sur ce transfert de savoir-faire de l’utilitaire au spectaculaire, voir Halleux Robert, « De l’hyd (...)
  • 237 Voir notamment Des Cilleuls Alfred, « Les anciennes eaux de Paris du XIIe au XVIIIe siècle », Revu (...)
  • 238 AN, O1 1197, 5, marché du 12 mars 1622.
  • 239 Voir les divers titres présents dans AN, O1 1197, 5, titres de la pompe du Pont-Neuf.

58En France, au contraire, on observe une articulation étroite entre l’hydraulique utilitaire et l’hydraulique somptuaire236. C’est la demande édilitaire, spécialement parisienne, qui dans un premier temps suscite l’inventivité des ingénieurs et autres donneurs d’avis. Il est vrai que la situation de la capitale au regard de l’alimentation en eau n’était pas particulièrement brillante237. Les Parisiens du Moyen Âge s’approvisionnaient directement dans la Seine, dans la Bièvre, ou dans des puits. La rive droite était également alimentée par les deux aqueducs du Pré-Saint-Gervais et de Belleville, mais les nombreuses concessions – licites ou usurpées – aux établissements religieux et à certains grands personnages diminuaient fort le débit parvenant aux quelques fontaines publiques. La situation se dégradant, la municipalité et la monarchie cherchent à limiter les concessions d’eau et à développer des solutions alternatives. Le règne de Henri IV constitue, comme dans d’autres domaines, un moment de fort volontarisme : de nouvelles sources sont recherchées, les droits des particuliers sur les concessions sont inspectés, et pour certains, révoqués. Les taxes d’octroi sont augmentées et leur produit affecté à l’entretien des ouvrages d’hydraulique. La municipalité accepte également, sous l’amicale pression du roi, la proposition de l’ingénieur flamand Jean Lintlaër de faire construire, aux frais de la monarchie, une pompe au Pont-Neuf, la fameuse pompe de la Samaritaine. Celle-ci doit alimenter le jardin des Tuileries puis le Louvre. Lintlaër doit effectuer les menues réparations sur sa bourse, mais touche en échange de confortables gages de 3 000 livres, encore augmentés de 1 000 livres en 1622238. Dès les années 1610, l’ingénieur flamand est un personnage respecté qui jouit de la faveur du roi. Son fils Louis est porté sur les fonts baptismaux par le monarque éponyme. Par brevet de 1619, puis par lettres patentes de 1620, il obtient survivance de sa charge pour son épouse et ses deux fils : la position est sans nul doute de profit, comme en témoigne son histoire ultérieure, marquée par la vénalité239.

  • 240 Voir notamment Berthier Karine, « L’aqueduc Médicis : organisation et gestion de la construction d (...)

59En dépit de cette prouesse technique, l’approvisionnement de la rive gauche restait toutefois à améliorer. Dès le milieu du XVIIe siècle avait été envisagée la reconstruction de l’aqueduc romain d’Arcueil. Henri IV relance le projet qui survit à l’assassinat du premier Bourbon grâce à la volonté de Marie de Médicis. La Reine-mère compte en effet sur les eaux de l’aqueduc alors que débute le chantier du Luxembourg. Une commission d’experts, à laquelle participent Alleaume et Lintlaër, examine différentes propositions avant d’avancer la sienne, ensuite adjugée aux enchères à un maître-maçon240.

  • 241 AN, O1 217, fol. 1, lettres patentes du 31 janvier 1599 et O1, 1051, fol. 5, idem (copie tardive a (...)
  • 242 Voir Brunon Hervé, « Tommaso Francini (1571-1651) », Racine Michel (dir.), Créateurs, op. cit., p. (...)
  • 243 Soulié D. et Barthélémy E. de (éd.), Journal de Jean Héroard, t. I, op. cit., p. 124, 130-131.
  • 244 AN, O1 1048, p. 92 et suivantes.

60La pompe du Pont-Neuf pour le Louvre et les Tuileries, l’aqueduc Médicis pour le château du Luxembourg : l’histoire des travaux sur les eaux et fontaines est donc intimement liée à celle des grands chantiers royaux. C’est un trait qui s’affirme bien sûr avec Versailles. Il s’agit d’abord d’approvisionner les châteaux royaux en eau, mais aussi et surtout de créer des jeux hydrauliques. Depuis la Renaissance, et singulièrement depuis le règne de Henri IV, les fontaines et les grottes étaient devenues un divertissement prisé de la cour, à tel point que la monarchie s’était dotée d’un service idoine. L’homme fort qui préside à l’entretien de ces ornements est Claude de Montconis, sans doute davantage gestionnaire que véritable concepteur, qui occupe à partir de 1599 la charge de surintendant des fontaines des Tuileries, Saint-Germain-en-Laye et Fontainebleau241. Le technicien et créateur qui travaille sous ses ordres est Thomas Francine, ingénieur venu d’Italie à l’origine d’une dynastie de fontainiers du roi, déjà bien étudiée242. Naturalisé en février 1600, il intervient à Fontainebleau, où son frère Alexandre œuvre également, mais surtout à Saint-Germainen-Laye, pour le plus grand plaisir du jeune Louis. Le dauphin s’amuse tellement des créations de l’ingénieur fontainier, qu’âgé de quatre ans, mal réveillé, il s’exclame « grand merci moucheu Francino » sous le regard de Jean Héroard. Le journal du médecin évoque également les visites enjouées qu’effectue le garçonnet à l’atelier de Francine243. Quelques années plus tard, le monarque et son entourage lui maintiennent leurs faveurs : l’ingénieur reste très sollicité par la famille royale, contribuant largement à l’hydraulique des jardins du Luxembourg et à sa grotte. Francine obtient en 1623 la charge d’intendant des eaux et fontaines du roi, alors que la surintendance occupée par Montconis est sans doute éteinte après le décès de ce dernier. Son frère Alexandre et ses fils Henri, Pierre et François bénéficient également des largesses royales244. Ces succès à la cour lui assurent des commandes privées et pavent le chemin vers la noblesse selon une trajectoire éprouvée : une terre acquise précocement, une particule et enfin des lettres patentes d’anoblissement expédiées en 1668. La dynastie ainsi établie reste à l’œuvre jusqu’en 1784.

  • 245 Morgan Luke, Nature as Model, op. cit., p. 67-68.
  • 246 Ibid., p. 70 ; pour le titre d’ingénieur : AN, MC/ÉT/LXX/84, association du 24 avril 1620 ; pour l (...)

61Louis XIII reste donc un amateur eclairé des jeux d’eau. Toutefois, il ne paraît pas avoir fait travailler Salomon de Caux, de retour en France à la fin des années 1610, du moins pas en sa qualité d’hydraulicien. L’ingénieur huguenot, à cette période, est davantage interessé à d’autres aventures : la construction du pont de Rouen, à laquelle il s’associe après avoir proposé son propre projet, et l’entreprise de nettoiement des boues de Paris245. Si Salomon de Caux est sans doute ingénieur du roi avant 1621, ce dernier projet semble toutefois lui valoir la faveur de Richelieu, auquel son dernier ouvrage publié est dedicacé246.

  • 247 Caquey Louis, Les machines de Louis Caquey… pour eslever les eaues, [s. l.], 1646 (BNF VZ 884). L’ (...)
  • 248 Villebressieu Étienne de, Estienne de Villebressieu, Ingénieur du Roy, de la Ville de Grenoble, [s (...)
  • 249 AN, MC/ÉT/LIII/15, vente du 15 septembre 1655.
  • 250 AN, O1 1597, 10. Extraits des registres du conseil d’État, arrêt du 24 décembre 1663.
  • 251 Tiberghien Frédéric, Versailles : le chantier de Louis XIV, 1662-1715, Paris, Perrin, 2002, p. 115 (...)
  • 252 AN, U2107, fol. 259.
  • 253 Barbet L.-A., « Eaux de Versailles. Installations mécaniques et étangs artificiels », Revue de Méc (...)
  • 254 AN, Z1F 598, fol. 29.

62Dans les années 1610-1620, les œuvres édilitaires et les préoccupations esthétiques d’une monarchie bâtisseuse convergent donc pour stimuler les propositions des hydrauliciens et leur offrir des perspectives d’emplois et de commandes. Si Francine et Lintlaër sont d’origine étrangère, une génération d’hydrauliciens français éclot bientôt. Ces ingénieurs-fontainiers travaillent à des commandes privées, aux chantiers royaux et sont aussi intéressés aux questions d’adduction d’eau. Ils affirment innover pour le bien public, mais aussi pour le plaisir du Prince : l’aspect divertissant n’est jamais loin. Aussi les machines hydrauliques, lorsqu’elles sont examinées par le parlement de Paris lors de la procédure de vérification d’un privilège, peuvent-elles être données en spectacle au meilleur public. « Les machines de Louis Caquey » font ainsi l’objet d’une démonstration « sur le grand Rondeau qui est au Jardin du Palais Royal, en présence du Roy, conduit par Madame la Marquise de Senecey, Gouvernante de sa Majesté, de Monseigneur le Duc d’Anjou, Monsieur le Mareschal de la Force, & autres Seigneurs de la Cour », distinguée compagnie qu’accompagnent les experts accoutumés, substitut du procureur et bourgeois de Paris247. La première utilisation que suggère Étienne de Villebressieu pour sa machine hydraulique, avant son application au drainage des marais ou à la défense des citadelles, est l’embellissement des « lieux de plaisir, par toutes sortes de fontaines, canaux, jets d’eaux, cascades, napes, bouillons, & tel autre artifice que l’on voudra248 ». Ces ingénieurs mêlent donc le somptuaire et l’utilitaire, le service du roi et le profit privé. Certains d’entre eux sont de véritables entrepreneurs. En 1655, le propriétaire de la pompe du pont-rouge et ingénieur du roi Denis Jolly compte par exemple parmi ses abonnés l’évêque François Fouquet, frère du surintendant, qui en échange de 6 000 livres peut disposer d’un pouce d’eau249. Devenu maître de la pompe du Pont-Neuf à partir de 1657, Jolly use d’une méthode sans doute largement éprouvée dans ce type de marché. Il propose au surintendant des bâtiments d’augmenter le débit de la pompe au-delà des 32 pouces d’eau que s’était engagé à fournir son prédécesseur. Pour se rembourser de ses « frais et despens », il demande l’autorisation de disposer du reste comme bon lui semble et obtient le droit de vente aux particuliers250. À l’évidence, Jolly a le goût du profit, y compris mal acquis, comme ses malversations lors du chantier de Versailles le montrent251. On comprend dès lors qu’il ait cherché à se prémunir contre la concurrence : il s’oppose à Étienne de Villebressieu suite à la requête que ce dernier soumet au parlement pour y faire vérifier ses lettres patentes252. À la fin des années 1630, ce milieu des fontainiers se retrouve sollicité par le pouvoir alors que Louis XIII entreprend d’aménager son domaine de Versailles. En 1639, sur l’ordre du surintendant des bâtiments Sublet de Noyers, Claude Denis y installe une première pompe pour alimenter une modeste fontaine253. Autre jardin qui bénéficie de l’attention royale, l’Arsenal reçoit des jeux hydrauliques alimentés par une pompe créée par Noël Douceur, lequel dispose à sa guise du débit en excès254.

  • 255 AN, O1 1595, 118. Voir aussi les pièces 103, 105, 107, 111, 112, 113, 203.
  • 256 AN, O1 1595, 145, lettre de Boulliau.
  • 257 AN, O1 1595, 107.
  • 258 AN, O1 1595, 112, qui ne semble pas laisser de toute quant à l’ascendance de Jean-Baptiste Denis, (...)
  • 259 AN, O1 1595, 119, 121, 122 qui ne paraissent toutefois pas répondre au placard de Colbert.

63Dans la décennie 1660, alors que l’embellissement de Versailles débute véritablement, la surintendance des bâtiments dispose donc d’un vivier d’expertise et de savoir-faire habile tant à l’hydraulique somptuaire qu’à l’hydraulique utilitaire. Mais plutôt que de s’appuyer exclusivement sur les ingénieurs déjà employés – Francine, Denis, Jolly parmi d’autres – Colbert, par l’intermédiaire de son commis Charles Perrault, fait diffuser par placard un véritable appel d’offre aux esprits ingénieux. Une dizaine d’individus envoient leurs propositions au ministre, à l’instar de Florent Marchand, bourgeois de Paris, « ayant veu les affiches publicques par lesquelles ceux qui ont quelque secret pour faire monter les eaues sont avertis d’en donner avis à Monseigneur Colbert255 ». Outre les propositions spontanées, Perrault doit examiner les recommandations que lui adressent quelques savants bien en cour, comme l’astronome Boulliau qui avance le nom d’un loudunais256. De même, un certain Bellettes, « bien qu[’il] n’aye salüé les mathématiques que de loin et légèrement » écrit-il à Colbert pour lui « nommer quelques personnes intelligentes dans l’hydrographie, qu[’il pourra] envoyer quérir par [son] authorité257 ». Soucieux probablement de défendre leurs engagements à la cour, Noël Douceur et Jean-Baptiste Denis, le fils de Claude, mais sans nul doute en association avec ce dernier, envoient également leurs contributions, au demeurant très allusives258. Certains de ces donneurs d’avis évoquent des mouvements perpétuels, d’autres s’appuient sur des machines éprouvées comme la pompe du Pont-Neuf, d’autres enfin avancent également des réflexions urbanistiques259.

  • 260 Voir notamment Soullard Éric, Les eaux de Versailles (XVIIe-XVIIIe siècles), thèse de doctorat d’h (...)

64Le but n’est pas ici de faire l’archéologie et l’histoire des travaux hydrauliques de Versailles : de savants travaux s’en sont déjà chargés260. Il s’agit plutôt de souligner les caractères que prend, en France et en Angleterre, le « patronage hydraulique » des monarchies. Ce domaine technique est finalement assez discret en Angleterre, où les aspects directement utilitaires tendent à primer et où peine à émerger une école nationale. En France, l’ingénierie hydraulique est stimulée à la fois par la demande édilitaire et par les chantiers royaux. De belles carrières sont offertes aux « maîtres de l’eau » comme Lintlaër, Jolly ou Francine, qui par leur savoir-faire divertissent les grands et servent le public.

  • 261 Tierie Gerrit, Drebbel, op. cit., p. 11-12.
  • 262 Avenel Louis-Martial, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richeli (...)
  • 263 Baillet Adrien, Vie de Descartes, t. I, op. cit., p. 157. L’éventualité de cette participation est (...)
  • 264 Sur Plessis-Besançon, voir Horric de Beaucaire (éd.), « Les machines du Plessis-Besançon au siège (...)

65Le patronage scientifique et technique des monarchies ne s’ordonne toutefois que secondairement autour du divertissement. C’est bien la puissance militaire qui constitue le pivot et la raison d’être de la plupart des sites institutionnels que nous avons décrits. Le siège de La Rochelle, lors duquel s’opposent la France et l’Angleterre, est à ce titre emblématique de la mobilisation, par les monarchies, de leurs ressources techniciennes. Côté anglais, Cornelis Drebbel conçoit tout exprès des engins de guerre et son gendre Abraham Kuffler participe à la seconde expédition de Buckingham261. L’artilleur et praticien mathématique Robert Norton s’y distingue également. Côté français, les sources sont plus loquaces. On sait que le « surintendant des machines du roi » Pompée Targon est à la manœuvre. Il tente de rééditer le succès du dispositif qu’il installa lors du blocus de 1621 – une série de pontons soutenant une chaîne tendue à travers le port – mais n’y parvient pas. Le « pauvre homme » subit les sarcasmes de Richelieu, qui raille ses « finesses » et son « château enchanté ». Le cardinal décrie tant l’ingénieur italien que le roi, se rangeant à l’avis de son ministre, doit ordonner de « laisser crier Targon et ne faire rien de ce qu’il demande262 ». Girard Desargues, aux dires de Baillet, participe également aux travaux de la grande digue que fait élever Richelieu263. Mais le siège de La Rochelle est aussi l’occasion pour des hommes de guerre comme Bernard du Plessis-Besançon ou Henri de Saulx de Tavannes de démontrer leur expertise aux choses mécaniques264. C’est finalement une frange croissante de l’aristocratie et de l’administration qui apparaît réceptive, sinon intéressée, aux séductions et artifices de la culture technique. L’État, en soutenant et rétribuant les savants et techniciens, qu’ils soient professeurs, fontainiers, armuriers, horlogers ou ingénieurs, ne faisait donc qu’accompagner et amplifier l’intérêt croissant que portaient certains contemporains de Descartes aux sciences et techniques. Dès lors, il n’est pas étonnant de voir la meilleure société parisienne devenir spectatrice et arbitre de ce qui fut l’une des plus virulentes querelles savantes du premier XVIIe siècle : la querelle des longitudes.

Notes

1 Sur le Jardin royal, créé en 1635, voir notamment Lunel Alexandre, La maison médicale du roi, XVIe-XVIIIe siècles, Le pouvoir royal et les professions de santé, médecins, chirurgiens, apothicaire, Seyssel, Champ Vallon, 2008.

2 Aylmer Gerald E., The State’s Servants, The Civil Service of the English Republic, 1649-1660, Londres/Boston, Routledge & Kegan Paul, 1973, p. 61-62.

3 Pour une mise au point, voir Lamy Jérôme, « Penser les rapports entre sciences et politique : enjeux historiographiques récents », Cahiers d’histoire, revue d’histoire critique, no 102 (2007), p. 9-32.

4 Bacon Francis, La nouvelle Atlantide, op. cit., p. 81-84.

5 Béthune Maximilien de, Mémoires, vol. 5, Paris, Étienne Ledoux, 1827, p. 237-239.

6 BNF, manuscrits français 16739, fol. 234, lettres patentes du 11 janvier 1597. Ce Travault de Metz est très certainement à identifier avec le « Travau de Mets » se livant à des expériences alchimiques dans le cercle de Théodore de Mayerne. Voir BL, Sloane ms 2055, fol. 11 vo ; Voir aussi BNF, manuscrit Dupuy 412, fol. 66 pour une autre occurrence de ce personnage.

7 AN, MC/ÉT/VI/429, 3 mai 1624.

8 Montchrestien Antoine de, Traicté de l’économie politique, [s. l. n. d.] ; Sur ce contexte, Cole Charles W., Colbert and a Century of French Mercantilism, New York, Columbia University Press, 1939, spécialement p. 27-136.

9 AN, O1 1050, p. 19, publication dans Lespinasse René de, Les métiers et corporations de la ville de Paris, vol. 1 : XIVe-XVIIIe siècle, Ordonnances générales, métiers de l’alimentation, Paris, Imprimerie Nationale, 1886, p. 106-107. Sur le projet, voir Fagniez Gustave, L’économie sociale de la France sous Henri IV, 1589-1610, Paris, Hachette, 1897, p. 102. Sur les ouvriers privilégiés de la galerie du Louvre, voir Guiffrey Jules, « Liste générale des brevets de logement sous la grande galerie du Louvre depuis 1608 jusqu’en 1791 », Nouvelles archives de l’art français, 1873, p. 1-163 et une liste plus complète, qui corrige quelques erreurs, accompagnée d’un plan des logements dans Huard Georges, « Les logements des artisans dans la Grande Galerie du Louvre sous Henri IV et Louis XIII », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, 1939, p. 18-36.

10 AN, O1 1050, p. 20.

11 AN, O1 1048, p. 95. Guiffrey Jules, Liste générale, art. cité, p. 2 signale que de telles formules disparaissent après 1660.

12 Traduit d’après TNA, C66/2631/19, 23 mai 1633, lettres patentes à Richard Delamain.

13 Tomlinson Edward M., A History of the Minories, London, Londres, Smith, 1907, spécialement p. 120-160.

14 Kuffler est naturalisé en décembre 1638 : TNA, C66/2825/41. Sur l’ingénieur hollandais Drebbel (1572-1633), voir Snelders H. A. M., « Drebbel, Cornelis (1572-1633) », ODNB et Tierie Gerrit, Cornelis Drebbel (1572-1633), Amsterdam, Paris, 1932.

15 Pour les longues-vues et les arquebuses : BL, Harley ms. 429, fol. 72 v°, 84 r°. Pour les techniques de chauffage : ibid., p. 44-45. Les inventions de four de Drebbel font l’objet d’une demande de privilège par ses enfants et ses gendres en 1634 : TNA, C66/2675/3, lettres patentes du 19 novembre 1634.

16 Ffoulkes Charles, The Gun-Founders of England : With a List of English and Continental Gun-Founders from the xivth to the xixth Centuries, Cambridge, Cambridge University Press, 2011, p. 50-51.

17 MacGregor Arthur, « “A Magazin of All Manner of Inventions”. Museums in the quest for “Salomon’s House” in seventeenth-century England », Journal of the History of Collections, t. I, no 2 (1989), p. 207-212 ; Thorpe W. H., « The Marquis of Worcester and Vauxhall », Transactions of the Newcomen Society, 13 (1932), p. 75-88.

18 Doorman G., « The marquis of Worcester and Caspar Calthoff », Transactions of the Newcomen Society for the Study of Engineering, 26, (1953), p. 269. Voir aussi Roberts Stephen K., « Somerset, Edward, second marquess of Worcester (d. 1667) », ODNB.

19 Reproduit dans Thorpe W. H. The Marquis, art. cité, p. 80-86.

20 Ibid., p. 85.

21 Ibid., p. 81.

22 Extraits traduits d’après ibid., p. 83-84.

23 Gaspar Calthoff, William Lambert, William Joulden, John Bishop et James Wemys sont tous cités dans l’inventaire, mais ne travaillent vraisemblablement pas tous à la même période.

24 MacGregor Arthur, A Magazin, art. cité, p. 207-208.

25 Ibid., p. 209 ; MacGregor Arthur (éd.), The Late King’s Goods. Collections, Possessions and Patronage of Charles I in the Light of the Commonwealth Sale Inventories, Londres/Oxford, Alistair McAlpine, Oxford University Press, 1989.

26 Vignon E. J. M., Études historiques sur l’administration des voies publiques en France, t. I, Paris, Dunod, 1862, p. 97, édit de février 1626.

27 Sur l’administration des mines et ses premiers titulaires, voir Fagniez Gustave, L’économie sociale, op. cit., p. 34-35.

28 Motte Alice, Antoine Ruzé d’Effiat (v. 1581-1632) surintendant des finances sous Louis XIII, thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe, École nationale des Chartes, 2009, p. 77-78. De façon générale, la surintendance des mines et minières est mal connue et semble peu documentée.

29 Voir les lettres patentes du 23 avril 1605 enregistrées au parlement de Paris : AN, X1A 8645 fol. 377-378 ; Valois Noël, Inventaire des arrêts du Conseil d’État (règne d’Henri IV), t. II, Paris, Imprimerie Nationale, 1893, p. 470. La fonction n’est pas bien connue, mais Beringhen a sans doute autorité sur les jaugeurs et visiteurs des poids et mesures qui, dans le cadre des bailliages, participent à la police des métiers.

30 Morera Raphaël, Les assèchements, op. cit., p. 229-235 et 251-271.

31 Sur l’histoire de la charge dans la première moitié du XVIIe siècle : Barbiche Bernard, « Henri IV et la surintendance des Bâtiments », Bulletin Monumental, t. CXLII, no 1 (1984), p. 19-39 ; Sarmant Thierry, Les demeures du soleil. Louis XIV, Louvois et la surintendance des bâtiments du roi, Seyssel, Champ Vallon, 2003, p. 90.

32 Motte Alice, Effiat, op. cit., p. 133-134.

33 Ibid., p. 133-135. Les gages touchés par Henri Ruzé d’Effiat sont estimés à 10 000 livres (ibid., p. 361). Le marquis de La Meilleraye touche le même montant en 1641 (AMAE, MD, 841, fol. 198).

34 Voir Parrott David, Richelieu’s Army. War, Governement and Society in France, 1624-1642, Cambridge, Cambridge University Press, 2001, p. 387-388.

35 Ibid., p. 390 et suivantes.

36 Caillet Jules, De l’administration en France sous le ministère du cardinal de Richelieu, Paris, Firmin Didot, 1857. p. 363.

37 Morera Raphaël, Les assèchements, op. cit., p. 244-248.

38 Mallevoüe Fernand de (éd.), Les actes de Sully passés au nom du roi de 1600 à 1610, Paris, Imprimerie nationale, 1911, passim ; Chennevières Philippe de (dir.), Archives de l’Art Français, t. I, Paris, J.-B. Dumoulin, 1852, p. 211.

39 Voir pour un exemple concernant la peinture : Bardon Françoise, Le portrait mythologique à la cour de France sous Henri IV et Louis XIII, Paris, Picard, 1974, p. 198-199 qui fait de Jean de Fourcy un simple exécutant.

40 Mallevoüe Fernand de (éd.), Les actes de Sully, op. cit., p. 140. Voir l’inventaire après décès de Henri de Fourcy : AN, MC/ÉT/XIX/417, 18 mars 1639, qui évoque un intérieur luxueux, mais ne détaille pas le contenu de la bibliothèque. Quant aux titres et papiers, un grand nombre d’entre eux sont relatifs aux affaires de marais.

41 Le Fauconnier Camille, « François Sublet de Noyers (1589-1645). Ad majorem regis et Dei gloriam », Positions de thèses de l’école des Chartes, 2008, Publication en ligne, http://theses.enc.sorbonne.fr/2008/lefauconnier (consulté le 24 août 2013) et du même auteur, une thèse à venir sur le personnage.

42 Il siège au Conseil privé et participe donc directement à la justice retenue du roi. En cela, il peut intervenir dans de nombreuses affaires. Un exemple parmi d’autres : en 1635, le Conseil privé évoque le litige qui oppose Gassendi à son prédécesseur à la prévôté de la cathédrale de Digne, Blaise Ausset, et renvoie l’affaire devant le parlement de Paris (AN, V6, 115, 10 septembre 1636, pièce no 1).

43 Un exemple parmi d’autres : BNF, manuscrit français 18599, fol. 139, minute du chancelier Séguier (1647) commentant les prétentions de l’inventeur d’une machine à dessécher les marais.

44 Mesnard Jean, Pascal et les Roannez, Paris, Desclée de Brouwer, 1965, p. 100.

45 Chabbert Pierre, « Fermat à Castres », Revue d’histoire des sciences et de leurs applications, t. XX, no 4 (1967), p. 340-341.

46 AN, V6, 126, 2 janvier 1638.

47 Payen Jacques, « Les exemplaires conservés de la machine de Pascal », Revue d’histoire des sciences et de leurs applications, t. XVI, no 2 (1963), p. 161-178.

48 Petit Pierre, Observation, op. cit. Pour le plan de Gomboust : Le Roux De Lincy (éd.), Notice, op. cit. Sur ces exemples et le rapport du chancelier Séguier au milieu savant : Nexon Yannick, Le mécénat, op. cit.,

49 Débarbat Suzanne, « Le Montluçonnais Pierre Petit, mathématicien et physicien du XVIIe siècle », Bulletin des Amis de Montluçon, Société d’histoire et d’archéologie, Troisième série, no 55 (2004), p. 93-114.

50 Figliuzzi Cécile, Antoine et Henri-Auguste de Loménie. Secrétaires d’État de la maison du roi sous Henri IV et Louis XIII : carrière politique et ascension sociale, thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe, École nationale des Chartes, 2009 qui signale et commente quelques-uns des exemples convoqués par la suite ne donne pas de telle description.

51 Loménie De Brienne Henri-Auguste de, Mémoires, éd. Claude-Bernard Petitot, Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France, Paris, Foucault, 1824, p. 291-439.

52 Traduit d’après Morin Jean-Baptiste, Longitudinum terrestrium necnon coelestium, nova et hactenus optata scientia, Paris, Jean Libert, 1634-1639, p. 119.

53 Figliuzzi Cécile, Loménie, op. cit., p. 96-99 pour les étapes de son ascension dans les offices.

54 Bacon Francis, Le progrez et avancement aux sciences, trad. André Maugars, Paris, Pierre Billaine, 1624.

55 Ibid., fol. Aiii r°. Sur les traductions françaises de Bacon, voir Le Doeuff Michèle, « Bacon chez les grands au siècle de Louis XIII », Fattori Marta (éd.), Francis Bacon. Terminologia e fortuna nel. XVII secolo, Rome, Edizioni dell’Ateneo, 1984, p. 155-178.

56 Belot Jean, Familieres instructions pour apprendre les sciences de Chiromance & physionomie, Paris, chez l’auteur, 1624, p. 3.

57 Tamizey De Larroque Philippe (éd.), Lettres de Peiresc, t. VI, op. cit., p. 117.

58 Tamizey De Larroque Philippe (éd.), Lettres de Peiresc aux frères Dupuy, t. I : décembre 1617-décembre 1628, Paris, Imprimerie nationale, 1888, p. 408, lettre de Peiresc à Pierre Dupuy, 11 novembre 1627. Rappelons que Pierre Dupuy est un proche de François-Auguste de Thou qui est maître de la librairie royale. Voir Delatour Jérôme et Sarmant Thierry, « La charge de bibliothécaire du roi aux XVIIe et XVIIIe siècles », Bibliothèque de l’école des Chartes, t. CLII, livraison 2 (1994), p. 465-502.

59 Ibid., p. 895, lettre de Dupuy à Peiresc, 28 décembre 1627. Sur cet ouvrage manuscrit et sa localisation, voir Bigourdan Guillaume, « Sur un ouvrage de F. Viète, supposé perdu : l’Harmonicon coeleste », Comptes-rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, t. CLXII (1916), p. 237-240.

60 Viète François et Beaugrand Jean de (éd.), In artem analyticem isagoge, Paris, Guillaume Baudry, 1631, fol. a ij.

61 Il est évoqué dès les lettres patentes du 22 décembre 1608. Voir Lespinasse René de, Les métiers, vol. 1, op. cit., p. 107.

62 AN, O1 1048, p. 94, brevet du 29 mars 1628, O1 1051, fol. 110, dernier décembre 1642.

63 BNF, manuscrits NAF, 12050, « Bidault », 26 mars 1629 et 30 septembre 1630.

64 Gerbino Anthony, Blondel, op. cit., p. 13-25.

65 Ruggiu François-Joseph, « Offices et officiers dans l’Angleterre des XVIIe et XVIIIe siècles », Cassan Michel (dir.), Les officiers « moyens » à l’époque moderne. France, Angleterre, Espagne, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 1998, p. 181-183 pour une comparaison de la situation française et anglaise concernant les offices.

66 Stewart Richard W., The English Ordnance Office 1585-1625. A Case-Study in Bureaucracy, Woodbridge, the Boydell Press, 1996, spécialement p. 6-15 ; Aylmer Gerald E., The King’s Servants, The Civil Service of Charles I, 1625-1642, New York/Londres, Columbia University Press et Routledge & Kegan Paul, 1961.

67 Bull Stephen, “The Furie of the Ordnance”. Artillery in the English Civil Wars, Woodbridge, the Boydell Press, 2008, p. 189-191. Pour les revenus des différents officiers, Tomlinson H. C., Guns and Government. The Ordnance Office under the Later Stuarts, Londres, Royal Historical Society, 1979, p. 88-90. Voir également Tomlinson H. C., « Place and Profit : An Examination of the Ordnance Office, 1660-1714 : The Alexander Prize Essay », Transactions of the Royal Historical Society, vol. 25 (1975), p. 55-75.

68 Aylmer Gerald E., The King’s Servants, op. cit., p. 288-290 ; Stewart Richard W., Ordnance Office, op. cit., p. 11-12.

69 Young Michael B., Servility and Service : The Life and Work of Sir John Coke, Woodbridge, the Boydell Press, 1986, spécialement p. 73-92 ; Aylmer Gerald E., The King’s Servants, op. cit., p. 41.

70 Ibid., p. 40.

71 C’est ce que suggère Gerald Aylmer : ibid., p. 134.

72 Hoyle Richard, « The Masters of Requests and the Small Change of Jacobean Patronage », English Historical Review, vol. 126, no 520 (2011), p. 544-581.

73 Aylmer Gerald E., The King’s Servants, op. cit., p. 14-15, p. 107.

74 Haskell Patricia, Sir Francis Windebank and the Personal Rule of Charles I, thesis submitted for the Degree of Doctor of Philosophy, University of Southampton, 1978.

75 Coster Will, Baptism and Spiritual Kinship in Early Modern England, Brookfield, the Ashgate Press, 2002, spécialement l’introduction.

76 Blanchard Anne, Les ingénieurs « du roy » de Louis XIV à Louis XVI, étude du corps des fortifications, Montpellier, université Montpellier 3 – Paul Valéry, 1979 ; Vérin Hélène, La gloire des ingénieurs, L’intelligence technique du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1993.

77 Buisseret David, Ingénieurs et fortifications avant Vauban. L’organisation d’un service royal aux XVIe-XVIIe siècles, Paris, Éditions du CTHS, 2002, p. 87.

78 Gomart Charles (éd.), Extraits originaux d’un manuscrit de Quentin de la Fons intitulé histoire particulière de la ville de Saint-Quentin, t. II, Saint-Quentin/Paris, Doloy, Derache, Dumoulin, Didron, 1856, p. 15, p. 109.

79 Service Historique de l’Armée de Terre, Vincennes, A71, fol. 52. Cité dans Pernot Jean-François, « Les ingénieurs du roi, 1624-1661 », Vauban. Bulletin de liaison du Génie, 28 (août 1970), p. 22-23.

80 SHAT, A71, fol. 90, minute d’un brevet du 10 avril 1642.

81 Un compte de l’épargne de 1627 mentionne déjà un Rossignol pensionné à hauteur de 12000 livres (AMAE, MD, 787, fol. 225 r°). Pour l’année 1629, 3 000 livres (AN, P3418, 1629, fol. 35 v°) ; 1634, 6 000 livres (AMAE, MD, 809, fol. 218 v°) ; 1637, 9 000 livres (AN, P3418, 1637, non folioté, arrêt du 26 décembre 1637) ; 1639, 12 000 livres (AN, P3418, 1639, fol. 38 v°).

82 Sur cet épisode fameux, voir Kahn David, The Codebreakers. The Story of Secret Writing, New York, MacMillan, 1968, p. 157-163 où sont citées les sources primaires.

83 BNF, Mélanges Colbert, 318, fol. 64-65 (1609 et 1610) ; Nautonier Guillaume de, Mécométrie de l’eymant, Venès, chez l’auteur, 1603. Son rival affirme que c’est cet ouvrage qui lui valut nomination : Dounot Didier, Confutation de l’invention des longitudes ou de la mécométrie de l’eymant, Paris, François Huby, 1611, fol.* iii v°.

84 Buot Jacques, Usage, op. cit.

85 AN, MC/ÉT/XXXIV/98, 20 février 1647. Dans MC/ÉT/XXXIV/115, 24 juin 1649, compte entre Jacques Buot et Hubert Collard, est évoquée la présence du mathématicien à Paris depuis mai 1646.

86 AN, MC/ÉT/XXXIV/115, 21 décembre 1648.

87 AN, MC/ÉT/XLII/60, quittance du 27 janvier 1620.

88 AN, MC/ÉT/XIV/46, 8 mai 1637.

89 AN, MC/ÉT/VIII/665, 8 avril 1649.

90 AN, MC/ÉT/XLIII/23, 15 avril 1638.

91 BNF, NAF 12060, 9006, mariage de Jacques Buot avec Simone Rousseau, 11 novembre 1655.

92 AN, MC/ÉT/VII/24, 26 juin 1635.

93 Buisseret David, Ingénieurs et fortifications, op. cit., p. 13.

94 AMAE, MD, 777, fol. 225. Voir aussi « l’estat abrégé de la recepte et despense du fond ordoné pour les fortifications durant les années 1636 et 1637 » : AMAE, MD, 828, fol. 356.

95 AMAE, MD, 812, fol. 305 r° [1634], 832, fol. 158 v° [1638].

96 AN, Z1F, 594, fol. 2, Lettres patentes du 24 janvier 1653 enregistrées au Bureau des Finances de la généralité de Paris.

97 Sur les comptants, voir Bayard Françoise, « Le secret du roi, étude des comptants ès mains du roi sous Henri IV », Bulletin du Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, no 3 (1974), p. 1-28.

98 BNF, NAF 165, fol. 50 De nombreux autres défraiements. De nombreux autres défraiements, pour des sommes allant jusqu’à 900 livres, apparaissent dans NAF 164, fol. 253 r°, fol. 255 r°, fol. 270 r°, fol. 290 r°.

99 BNF, NAF 164, fol. 75 r° et fol. 140 v°.

100 Bonney Richard, « The Secret Expenses of Richelieu and Mazarin, 1624-1661 », English Historical Review, vol. 91 (1976), p. 825-836.

101 Walton Steven A., « State Building through Building for the State : Foreign and Domestic Expertise in Tudor Fortification », Osiris, vol. 25, no 1, Expertise and the Early Modern State (2010), p. 68-72.

102 Les termes anglais sont surveyor of the King’s works et Master of the Ordnance : Porter Whitworth, History of the Corps of Royal Engineers, vol. 1, Londres, Longmans, Green and Co, 1889, p. 41-42.

103 Johnston Stephen, Making Mathematical Practice : Gentlemen, Practitioners and Artisans in Elizabethan England, PhD de l’université de Cambridge, 1994, p. 190-192 ; Johnston Stephen, « Bedwell, Thomas (c. 1547-1595) », ODNB.

104 Quelques mentions : TNA, SP16/153/60, 16 décembre 1629 ; SP16/102/36, 27 avril 1628.

105 AN, MC/ÉT/XXXV/191, février 1614, fol. 43 v° pour Denis Jumeau ; Babington John, A Short Treatise, op. cit.

106 Porter Whitmoth, History of the Corps, op. cit., p. 43.

107 TNA, SO3/8, mai 1627 ; C66/2427/22 (paiement) et C66/2440/4 (nomination), 4 juin 1627.

108 TNA, SO3/12, fol. 90 r° ; C66/2873/4, 16 mai 1640.

109 TNA, C66/2456/13, 20 décembre 1628 et PROB 11/182/368, 9 mars 1640 pour son testament.

110 TNA, SO3/12, avril 1639 ; C66/2844/7, 6 avril 1639 (charge en survivance de Paperhill ou Rudd) ; SO3/12, avril 1640 ; C66/2869/1, 28 avril 1640 (attribution effective de la charge après le décès de Paperhill) ; E214/996 (résignation, date illisible).

111 BL, Harley ms 429, fol. 16.

112 TNA, SP16/163/16, 19 mars 1630.

113 TNA, SP16/93/61, 18 février 1628.

114 TNA, SP16/82/11, 18 octobre 1627.

115 TNA, SO3/10, mai 1633 ; C66/2631/19, 23 mai 1633 pour la patente.

116 TNA, SO3/12, novembre 1638 ; C66/2799/1, 20 novembre 1638

117 TNA, C66/2409/25, 23 janvier 1628 (nomination) ; C66/2427/56, 23 janvier 1628 (paiement).

118 Bull Stephen, The Furie, op. cit., p. 189 ; Aylmer Gerald, The King’s Servants, op. cit., p. 74.

119 Ibid., p. 105-110.

120 Ibid., p. 81.

121 Un exemple : TNA, SP16/22/64, 10 mars 1626. Voir également SP16/26/37 et 40 ; SP16/210/39 ; SP16/22/64 ; SP16/34/11 ; SP16/175/17.

122 La place de maître-artilleur (master-gunner), chargé de facto du recrutement et de l’instruction des artilleurs, était ainsi particulièrement stratégique : Stewart Richard W., Ordnance Office, op. cit., p. 15.

123 Traduit d’après TNA, C66/2799/1.

124 Norton Robert, Of the Art of the Great Artillery, Londres, Edward Allde pour John Tap, 1624, fol. A2 r° ; TNA, SP14/160/60.

125 Norton Robert, The Gunners Dialogue, op. cit., fol. A2 v°.

126 TNA, SP16/79/35, 26 septembre 1627 ; voir aussi la dédicace manuscrite à Horace Vere porté par un exemplaire du Gunners Dialogue conservé à la Bodleian Library, Bodl., Savile G 27 (1), dédicace évoquée dans Glozier M. R., « Norton, Robert (d. 1635) », ODNB.

127 TNA, SP16/82/11, 18 octobre 1627.

128 Trim D. J. B., « Vere, Horace, Baron Vere of Tilbury (1565-1635) », ODNB. Pour la dédicace manuscrite, voir supra.

129 TNA, SO3/10, mai 1633 et C66/2631/19, 23 mai 1633. Signalons que la biographie de Robert Norton figurant dans l’ODNB est probablement fautive quant à la date de la mort de l’artilleur et paraît confondre celui-ci avec un homonyme.

130 Traduit d’après Norton Robert, The Gunner shewing the whole Practise of Artillerie, Londres, A[ugustine] M[atthewes] pour Humphrey Robinson, 1628, fol A3 r°-v°.

131 Aubrey John, Brief Lives, éd. Oliver Dick, op. cit., p. 386 : « one Delamaine, a Joyner, who was so sawcy to write against [Oughtred] » ; Hill Katherine, Negotiating, art. cité, qui récapitule le déroulement de la querelle et en analyse les enjeux.

132 TNA, SP16/181/56 (1630, non daté) et SP16/205/90 (1631, non daté) pour les offres de service. Pour l’ouvrage imprimé : Delamain Richard, Gra[m]melogia, Londres, John Haviland, 1630 (STC no 6542). Voir Bryden D. J., « “A patchery and confusion of disjointed stuffe” : Richard Delamain’s Grammelogia of 1631/3 », Transactions of the Cambridge Bibliographical Society, vol. 6 (1974), p. 158-66 pour les problèmes de datation des différentes éditions et émissions.

133 Reeve L. J., « Carleton, Dudley, Viscount Dorchester (1574-1632) », ODNB.

134 TNA, SO3/10, mai 1633 ; C66/2631/19, 23 mai 1633 pour la patente ; SP16/377/127 (1637, non daté) pour la recommandation de Heydon.

135 TNA, SP16/363/49, 6 juillet 1637 ; Bodl., Bankes ms 54/81, fol. 159 ; TNA, C66/2409/25, 23 janvier 1628.

136 Mormiche Pascale, Devenir prince, op. cit, p. 3-20 et 122-130.

137 Rivault de Fleurance David, Les élements de l’artillerie, Paris, A. Beys, 1605. Voir aussi Anis Auguste-François, David Rivault de Fleurance et les autres précepteurs de Louis XIII, Paris, Alphonse Picard et fils, 1893.

138 Ibid., p. 142. Les gages sont de 1 800 livres.

139 AN, Z1A 473, fol. 273 r° (1647), fol. 342 v° (1648). Pour un aperçu des travaux pratiques du prince, voir le récit de John Evelyn se promenant à Paris : Evelyn John, The Diary, vol. 1, op. cit., p. 266.

140 AN, Z1F 593, fol. 66 r° et v°, lettres patentes du 5 juillet 1651, enregistrées au bureau des finances de la généralité de Paris le 1er septembre 1654. Voir aussi Besongne Nicolas, L’Estat de la France, Paris, Estienne Loyson, 1653, p. 79.

141 Pour Dulac, également qualifié « d’ingénieur de France », AN, MC/ÉT/CXXII/1574, fol. XLIX, 23 janvier 1611. Buot est « cosmographe ingénieur ordinaire du roi, maître des mathématiques des pages de sa chambre » en 1665 (BNF, NAF 12060, 9007, copie d’extraits de registres paroissiaux). Il aurait publié des Leçons de mathématiques faites aux Pages du Roi et est aussi mentionné comme « professeur de mathématiques des Pages de la Grande Écurie » (Anon, Histoire de l’académie royale des sciences, t. II, Paris, Martin, Coignard et Guérin, 1733, p. 220).

142 Aylmer Gerald, The King’s Servants, op. cit., p. 475.

143 Green Ian, « Duppa, Brian (1588-1662) », ODNB ; John Earle lui succède : Spurr John, « Earle, John (1598x1601-1665) », ODNB.

144 Feingold Mordechai, Mathematicians, op. cit., 1984, p. 78. Voir aussi sur l’entourage scientifique du prince Henri : Cormack Lesley B., « Twisting the Lion’s Tail : Practice and Theory at the Court of Henry Prince of Wales », Moran Bruce T. (dir.), Patronage, op. cit., p. 67-84.

145 Cajori Florian, « On the History of Gunter’s Scale and the Slide Rule during the Seventeenth Century », University of California Publications in Mathematics, vol. 1, no 9 (1920), p. 207, pétition de Sarah Delamain à la chambre des Lords, 22 octobre 1645.

146 Willmoth Frances, Jonas Moore, op. cit., p. 37-39.

147 TNA, SP16/254/64 ; Sandy Amelia Z., « Le Grys, Sir Robert (bap. 1571 ?, d. 1635) », ODNB.

148 Hill Christopher, Intellectual Origins of the English Revolution Revisited, Oxford, Oxford University Press, 1997, p. 56-57. Rappelons que la vision de Christopher Hill a été rectifiée par Feingold Mordechai, Mathematicians, op. cit.

149 Adamson Ian, « The Administration of Gresham College and its Fluctuating Fortunes as a Scientific Institution in the Seventeenth Century », History of Education, vol. 9 (1980), p. 13-25 ; Hunter Michael, Establishing, op. cit., p. 285 ; Kaunzner Wolfgang, « Briggs Henry (bap. 1561, d. 1631) », ODNB.

150 Feingold Mordechai, Mathematicians, op. cit., pour les carrières au Collège Gresham et à l’université.

151 TNA, SO3/11, novembre 1637. Sur cette affaire et sur les mécanismes de nomination au Collège Gresham, voir Hill Christopher, Intellectual Origins, op. cit., p. 54-55.

152 Sur ce point et plus généralement sur les lieux d’enseignement des mathématiques à Paris, voir Le Dividich Aude, L’enseignement, op. cit.

153 Voir par exemple, le récit sujet à caution de la nomination de Gassendi dans Bougerel Joseph, Vie, op. cit., p. 278-279 et Goujet Claude-Pierre, Mémoire, op. cit., p. 57 ; Pour la résignation de Gassendi au profit de Roberval : Sédillot Louis-Amélie, Les professeurs, op. cit., p. 125 ; Fleury Marie-Antoinette et Bailhache Georges, « Le testament, l’inventaire après décès, la sépulture et le monument funéraire de Gassendi, Contribution à l’étude de la biographie du philosophe », Coll., Tricentenaire de Pierre Gassendi 1655-1955, Paris, PUF, 1957, p. 23-26.

154 AN, MC/ÉT/XVIII/292, démission du 19 mai 1656. Voir aussi ibid., p. 25-26, où cette survivance est évoquée à partir d’une source convergente.

155 Pour la chaire de Ramus : AN, E54b, fol. 24, 8 novembre 1616 ; AN, E37b, fol. 257, 25 septembre 1612. Pour la chaire d’Oronce Finé, voir les inventaires après décès de deux titulaires, Jean Boulenger et Pierre Gassendi, évoqués au chapitre suivant.

156 AMAE, MD, 787, fol. 217 évoque trois postes, aux gages de 400 livres, mais les titulaires ne sont malheureusement pas mentionnés ; AMAE, MD, 797, fol. 54-55 évoque également des postes dans les villes littorales à la charge des municipalités. Russo François, « L’hydrographie en France aux XVIIe et XVIIIe siècles : écoles et ouvrages d’enseignement », Taton René (dir.), Enseignement et diffusion des sciences en France au XVIIIe siècle, Paris, Hermann, 1964, p. 419-440 ne mentionne pas ce projet.

157 Le tableau qui suit est établi à partir de Huard Georges, Les logements, art. cité, et de quelques informations complémentaires mentionnées le cas échéant. Voir aussi Ruellet Aurélien, Les fabricants d’instruments mathématiques logés dans la Grande Galerie du Louvre (ca. 1600-ca. 1660) : quelques notices biographiques, HAL-SHS, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01117458.

158 AN, MC/ÉT/XXXIV/115, 21 décembre 1648, Compte et obligation par Jacques Buot.

159 En tant qu’officiers et domestiques des maisons royales, les ouvriers du Louvre pouvaient être jugés par les Requêtes de l’Hôtel, et non pas par le Châtelet. Pour un exemple concernant Denis Martinot : AN, V4/106, 19 avril 1636. Voir Laverny Sophie de, Les domestiques commensaux du roi de France au XVIIe siècle, Paris, PUPS, 2002, p. 105-135.

160 Poumerol François, Quatrains au Roy sur la façon des harquesbuses et pistolets, Paris, pour l’auteur, chez Pierre Rocolet, 1631. Reproduit dans Fournier Édouard (éd.), Variétés historiques et littéraires, t. VI, Paris, P. Jannet, 1856, p. 131-165 et 132 pour la citation. Poumerol était l’arquebusier de Gaston. Voir BNF, manuscrit français 20614, fol. 106 v°.

161 AN, O1 1048, p. 26.

162 Voir Huard Georges, Les logements, art. cité, Sur les Martinot, voir Tardy, Dictionnaire des horlogers français, Paris, Tardy, 1972, p. 437-445 ; sur les Bidault : ibid., p. 56.

163 Voir le brevet de survivance accordé à Guillaume Ferrier : AN, O1 1055, p. 56-57.

164 AN, MC/ÉT/VII/24, vente du 26 juin 1635.

165 Celui-ci, dont la vie demeure mal connue, n’est probablement pas apparenté aux Ferrier qui logent dans la galerie.

166 Descartes René, Adam Charles et Tannery Paul (éd.), Œuvres de Descartes, t. I : Correspondance, avril 1622-février 1638, Paris, Cerf, 1897, p. 32-33, lettre de Descartes à Ferrier, 8 octobre 1629. Le père Gibieuf, prêtre de l’Oratoire, est mentionné par Hilarion de Coste comme l’un des visiteurs de Mersenne dans sa cellule du couvent de la Place Royale (Coste Hilarion de, La vie, op. cit., p. 64). La collaboration avortée entre Ferrier et Descartes a fait l’objet de nombreux commentaires : parmi l’abondante bibliographie, voir Burnett Graham D., Descartes and the Hyperbolic Quest : Lens Making Machines and their Significance in the Seventeenth Century, Philadelphie, American Philosophical Society, 2005, spécialement chapitre ii ; Shea William, « Descartes and the French Artisan Jean Ferrier », Annali dell’Istituto e Museo di storia della scienza di Firenze, vol. 7, no 2 (1982), p. 145-160.

167 Krumenacker Yves, L’école française de spiritualité : des mystiques, des fondateurs, des courants et leurs interprètes, Paris, Cerf, 1998, p. 263-269.

168 Descartes René, Adam Charles et Tannery Paul (éd.), Œuvres de Descartes, t. I, op. cit., p. 33. Pour les rapports entre Condren et Morin, voir le chapitre suivant.

169 Frémontier-Murphy Camille (éd.), Instruments, op. cit., p. 11.

170 Turner Anthony John, « Mathematical Instrument-making in Early Modern Paris », Fox Robert et Turner Anthony John (éd.), Luxury Trades and Consumerism in Ancien Régime Paris : Studies in the History of the Skilled Workforce, Aldershot, Ashgate, 1998, p. 63-96.

171 Franklin Alfred, Dictionnaire historique des arts, métiers et professions exercés dans Paris depuis le XIIIe siècle, Paris/Leipzig, H. Welter, 1906, p. 104, 118, 225, 332 ; Augarde Jean-Dominique, « La fabrication des instruments scientifiques du XVIIIe siècle et la corporation des fondeurs », Blondel Christine, Parot François, Turner Anthony John et Williams Mary (éd.), Studies in the History of Scientific Instruments, Londres, Rogers Turner, 1989, p. 53-72.

172 Cardinal Catherine, « L’horlogerie », Alcouffe Daniel (dir.), Un temps d’exubérance. Les arts décoratifs sous Louis XIII et Anne d’Autriche, Paris, Galeries nationales du Grand Palais, RMN, 2002, p. 298-299 et 308.

173 AN, MC/ÉT/VII/609, Inventaire après décès d’Antoine Ferrier, 26 juillet 1622.

174 AN, O1 1048, p. 56.

175 Turner Anthony J. et Gomez Nadine, Gassendi, op. cit., p. 136.

176 Daumas Maurice, Les instruments scientifiques aux XVIIe et XVIIIe siècle, Paris, PUF, 1953, p. 97.

177 Turner Anthony J. et Gomez Nadine, Gassendi, op. cit., p. 157 ; AN, O1 1051, p. 129.

178 Atkins Samuel E. et Overall William H., Some Account of the Worshipful Company of Clockmakers of the City of London, Londres, privately printed, 1881, p. 11 ; McConnell Anita, « Ramsay, David (c. 1575– 1660) », ODNB ; Baillie Granville H. et Clutton Cecil, Britten’s Old Clocks and Watches and their Makers, Londres, E. et F. N. Spon, 1956, p. 26, p. 269.

179 TNA, SO3/12, décembre 1638.

180 TNA, SP16/383/32, février [ ?] 1638 ; SP16/377/127.

181 Gouk Penelope, « Horological, Mathematical and Musical Instruments. Science and Music at the Court of Charles I », MacGregor Arthur (éd.), The Late, op. cit., p. 387-392.

182 TNA, SP16/407/86 (1638, non daté).

183 Gouk Penelope, Horological, contr. cit., p. 388, Higton Hester K., Elias Allen and the Role of Instruments in Shaping the Mathematical Culture of Seventeenth-Century England, PhD de l’université de Cambridge, 1996, p. 72-76. En 1627, Elias Allen écrit ainsi à William Oughtred pour lui demander une suggestion de cadeau de nouvel an à offrir au monarque.

184 TNA, SO3/12, février 1640.

185 Traduit d’après Herbert Thomas, Memoirs of the Two Last Years of the Reign of King Charles I, Londres, G. et W. Nicol, 1815, p. 187.

186 Halleux Robert, Guillerme André et Santangelo Georgia (éd.), Les maîtres de l’eau d’Archimède à la machine de Marly, Versailles, Artlys, 2006, p. 53.

187 Pumfrey Stephen et Dawbarn Frances, « Science and Patronage… », art. cité.

188 Ibid., p. 142-143.

189 BNF, manuscrit français 4872, fol. 55.

190 Ibid., fol. 56 r°-58 v°.

191 AMAE, MD, 819, fol. 55.

192 Ibid., fol. 95 r°-96 r°.

193 Traduit d’après Perrinchief Richard, The Royal Martyr, Londres, J. M. pour R. Royston, 1676, p. 253.

194 MacGregor Arthur (éd.), The Late, op. cit., p. 360-362. L’armurerie est toutefois en déclin face à l’ordnance office. Voir Stewart Richard W., Ordnance Office, op. cit., p. 122.

195 Soulié D. et Barthélémy E. de (éd.), Journal de Jean Héroard sur l’enfance et la jeunesse de Louis XIII (1601-1628), t. II : 1610-1628, Paris, Firmin Didot frères, 1868, p. 144, 157, passim.

196 Reverseau Jean-Pierre, « Les armes », Alcouffe Daniel (dir.), Un temps d’exubérance, op. cit., p. 319. Sur les pièces de ce cabinet, voir Guiffrey Jules (éd.), Inventaire général du mobilier de la couronne (1663-1715), vol. 2, Paris, Société d’encouragement pour la propagation des livres d’art, 1886, p. 43-77.

197 Reverseau Jean-Pierre, Les armes, contr. cit., p. 319.

198 Sur toutes ces dimensions de la révolution militaire, voir le livre, classique, mais toujours discuté de Parker Geoffrey, La révolution militaire. La guerre et l’essor de l’occident, 1500-1800, Paris, Gallimard, 1993.

199 Reverseau Jean-Pierre, Musée de l’armée Paris, les armes et la vie, Paris, Dargaud, 1982, p. 95.

200 AN, P3418, fol. 4 v°, lettres patentes du 25 février 1635, enregistrées à la Chambre des comptes. Voir également Giraud Jean-Baptiste, « Pierre Bergier, armurier et horloger du roi à Grenoble (1633-1641) », Bulletin archéologique du comité des travaux historiques et scientifiques, 1900, p. 506-512.

201 En 1649, un épistolier néerlandais, évoquant Gaspar Caltoff, affirme qu’il est « retourné d’un voyage qu’il a faict en France pour y voir son frère » (Doorman G., The marquis, art. cité, p. 269). Guillaume est présenté dans ses lettres de naturalité comme « armurier, natif de Solinde [Soligen] au pays de Bergue en Allemagne » (SHAT, A1 62, fol. 365 r°).

202 BNF, NAF 165, fol. 55 r°, fol. 78 v° et fol. 79 r°.

203 SHAT, A1 62, fol. 361 r°-366 v°.

204 Chennevières Philippe de (dir.), Archives de l’Art Français, t. III : Documents, Paris, J.-B. Dumoulin, 1855-1856, p. 277, brevet du 15 décembre 1653. Voir aussi AN, MC/ÉT/XLV/194, bail du 9 décembre 1652.

205 Pour sa production : Reverseau Jean-Pierre, Les armes, contr. cit., p. 334.

206 BL, Add. ms 64883, fol. 53 (papiers de John Coke portant mention de la requête) ; TNA, SO3/8, mars 1625 [1624] (docquet du king’s bill repassé en juin 1626, pour le privilège) ; C66/2394/3 (lettres patentes du 13 juillet 1628, Woodcroft no 44).

207 TNA, SO3/8, mars 1625, repassé en juin 1626, pour la naturalisation et la récompense et SP14/159/88, 27 février 1624.

208 Traduit d’après TNA, SO3/8, juin 1627.

209 Stewart Richard W., Ordnance Office, op. cit., p. 161. Voir aussi BL, Harley ms 429, fol. 1 v°, 72 v°, 84 r°.

210 TNA, C66/2644/19, 24 juin 1634. Sur Rotsipen, dont peu de choses sont connues, voir Blackmore Howard L., A Dictionary of London Gunmakers, 1350-1850, Londres, Phaidon, Christie’s, 1986, p. 170.

211 Traduit d’après TNA, C66/2644/19, 24 juin 1634.

212 Doorman G., Patents for Inventions in the Netherlands during the 16th, 17th and 18th centuries, La Haye, Martinus Nijhoff, 1942, p. 141 (G399).

213 Birch Thomas (éd.), The History of the Royal Society of London, t. I, Londres, A. Millard, 1756, p. 332, 16 novembre 1663.

214 Stevenson David et Caldwell David H., « Leather guns and other light artillery in mid-17th-century Scotland », Proceedings of the Society of Antiquaries of Scotland, vol. 108 (1976-1977), p. 300-317.

215 Ibid., p. 301.

216 Traduit d’après Thorpe W. H., The Marquis, art. cité, p. 86-87.

217 AMAE, MD, 819, fol. 54 v°, Memoire au Roy par Pierre Leoni pour la fabrique des Canons de cuir.

218 Parrott David, Richelieu’s Army, op. cit., p. 66-67.

219 Voir Jumeau Denis, Le feu royal, Paris, Nicolas Callemont, 1618, qui décrit le feu d’artifice tiré pour célébrer la paix entre le roi et les princes après l’assassinat de Concini. Reproduit dans Fournier Édouard (éd.), Variétés historiques et littéraires, t. VI, Paris, P. Jannet, 1856, p. 16-21.

220 Voir Strong Roy, « Foreword : The Renaissance Garden in England Reconsidered », Garden History, vol. 27, no 1, Tudor Gardens (1999), p. 2-9. L’auteur défend la thèse d’une influence davantage française qu’italienne sur les jardins anglais.

221 Morgan Luke, Nature as Model. Salomon de Caus and Early Seventeenth-Century Landscape Design, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2007.

222 Colvin Howard M. (éd.), The History of the King’s Works, vol. 3-4, Londres, HMSO, 1975 et 1992, p. 125 ; Ickowicz Pierre, « Salomon de Caus, 1576-1626 », Racine Michel (dir.), Créateurs de jardins et de paysages en France de la Renaissance au XXIe siècle, Paris, Actes Sud, 2001, p. 43-47 pour un aperçu rapide de sa carrière.

223 Voir Morgan Luke, Nature as Model, op. cit., p. 35-36 pour une argumentation serrée et convaincante menant à l’identification d’Isaac de Caus comme le frère de Salomon.

224 Caux Isaac de, Nouvelle invention de lever l’eau plus hault que sa source avec quelques machines mouvantes par le moyen de l’eau, Londres, 1644.

225 Nous traduisons ainsi l’expression « water mania » employée dans Strong Roy, Foreword, art. cité, p. 6.

226 Henderson Paula, « Sir Francis Bacon’s Water Gardens at Gorhambury », Garden History, vol. 20, no 2 (1992), p. 116-131.

227 Bacon Francis, La nouvelle Atlantide, op. cit., p. 120-121.

228 Hunt John D., Garden and Grove : the Italian Renaissance Garden in the English Imagination, 1600-1750, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1996, p. 137-138. Voir aussi Strong Roy, The Renaissance Garden in England, Londres, Thames & Hudson, 1979, p. 130-133.

229 TNA, SP16/297/6, 3 septembre 1635.

230 Bushell Thomas, The Severall Speeches and Songs, at the Presentment of Mr. Bushells Rock to the Queen’s Most Excellent Majesty, Oxford, Leonard Lichfield, 1636.

231 Ruellet Aurélien, Les privilèges d’invention en France et en Angleterre (ca. 1600-ca. 1660) : base de données provisoire, HAL-SHS, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01116703v2, p. 1-24.

232 Brioist Pascal, « Les livres de machines entre France et Angleterre », Genet Jean-Philippe et Ruggiu François-Joseph (dir.), Les idées, op. cit., p. 153-156.

233 D’acres R., The Elements of Water-Drawing, Londres, Thomas Leach pour Henry Brome, 1659.

234 Strong Roy, The Renaissance Garden, op. cit., p. 196-197.

235 Voir Jenner Mark S. R., « L’eau changée en argent ? La vente de l’eau dans les villes anglaises au temps de l’eau rare », Dix-septième siècle, no 221 (2003), p. 640-642. Sur Bevis Bulmer, voir Skempton A. W. et al. (éd.), A Biographical Dictionary of Civil Engineers, vol. 1 : 1500-1830, Londres, Thomas Telford on behalf of the institution of Civil Engineers, 2002, p. 99.

236 Sur ce transfert de savoir-faire de l’utilitaire au spectaculaire, voir Halleux Robert, « De l’hydraulique minière à l’hydraulique somptuaire », Halleux Robert, Guillerme André et Santangelo Georgia (éd.), Les maîtres, op. cit., p. 38-57.

237 Voir notamment Des Cilleuls Alfred, « Les anciennes eaux de Paris du XIIe au XVIIIe siècle », Revue générale d’administration, 34e année, janvier-avril, t. I (1911), p. 257-274 et 400-417 ; Parsons William B., Engineers and Engineering in the Renaissance, Cambridge (Mass.), The MIT Press, 1976, p. 240-257.

238 AN, O1 1197, 5, marché du 12 mars 1622.

239 Voir les divers titres présents dans AN, O1 1197, 5, titres de la pompe du Pont-Neuf.

240 Voir notamment Berthier Karine, « L’aqueduc Médicis : organisation et gestion de la construction d’un ouvrage hydraulique, XVIIe-XVIIIe siècle », Nègre Valérie, Carvais Robert, Guillerme André et Sakarovitch Joël (dir.), Édifices et artifices, histoires constructives, Mercuès, Picard, 2010, p. 749-760.

241 AN, O1 217, fol. 1, lettres patentes du 31 janvier 1599 et O1, 1051, fol. 5, idem (copie tardive avec orthographe modernisée) ; Bresc-Bautier Geneviève, « Fontaines et fontainiers sous Henri IV », Coll., Les Arts au temps d’Henri IV, Pau, association Henri IV 1989, 1992, p. 94 estime que le surintendant des fontaines n’opère pas sous le contrôle de la surintendance des bâtiments.

242 Voir Brunon Hervé, « Tommaso Francini (1571-1651) », Racine Michel (dir.), Créateurs, op. cit., p. 38-42 ; Mousset Albert, Les Francine, créateurs des eaux de Versailles, intendants des eaux et fontaines de France de 1623 à 1784, Paris, Picard, 1930.

243 Soulié D. et Barthélémy E. de (éd.), Journal de Jean Héroard, t. I, op. cit., p. 124, 130-131.

244 AN, O1 1048, p. 92 et suivantes.

245 Morgan Luke, Nature as Model, op. cit., p. 67-68.

246 Ibid., p. 70 ; pour le titre d’ingénieur : AN, MC/ÉT/LXX/84, association du 24 avril 1620 ; pour la dédicace : Caux Salomon de, La pratique et demonstration des horloges solaires, Paris, Hyerosme Droüart, 1624.

247 Caquey Louis, Les machines de Louis Caquey… pour eslever les eaues, [s. l.], 1646 (BNF VZ 884). L’événement décrit par l’opuscule est aussi repris dans la Gazette du 23 décembre 1645 (Recueil des Gazettes de l’année 1645, p. 1206).

248 Villebressieu Étienne de, Estienne de Villebressieu, Ingénieur du Roy, de la Ville de Grenoble, [s. l. n. d.]. BM Grenoble, no V56.

249 AN, MC/ÉT/LIII/15, vente du 15 septembre 1655.

250 AN, O1 1597, 10. Extraits des registres du conseil d’État, arrêt du 24 décembre 1663.

251 Tiberghien Frédéric, Versailles : le chantier de Louis XIV, 1662-1715, Paris, Perrin, 2002, p. 115-117.

252 AN, U2107, fol. 259.

253 Barbet L.-A., « Eaux de Versailles. Installations mécaniques et étangs artificiels », Revue de Mécanique, vol. 18, 1er semestre (1906), p. 9.

254 AN, Z1F 598, fol. 29.

255 AN, O1 1595, 118. Voir aussi les pièces 103, 105, 107, 111, 112, 113, 203.

256 AN, O1 1595, 145, lettre de Boulliau.

257 AN, O1 1595, 107.

258 AN, O1 1595, 112, qui ne semble pas laisser de toute quant à l’ascendance de Jean-Baptiste Denis, parfois contestée.

259 AN, O1 1595, 119, 121, 122 qui ne paraissent toutefois pas répondre au placard de Colbert.

260 Voir notamment Soullard Éric, Les eaux de Versailles (XVIIe-XVIIIe siècles), thèse de doctorat d’histoire, université Pierre Mendès-France-Grenoble 2, 2011.

261 Tierie Gerrit, Drebbel, op. cit., p. 11-12.

262 Avenel Louis-Martial, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, t. III : 1628-1630, Paris, Imprimerie Impériale, 1858, p. 46, p. 51. Voir aussi l’observation d’un autre contemporain sur les « chimères » de Targon, Delavaud M. (éd.), « Lettres inédites de Raymond Phélypeaux d’Herbaut et de Paul Ardier au maréchal d’Estrées, au siège de La Rochelle 1627-1628 », Archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis, vol. 43 (1912), p. 141, lettre d’Ardier à d’Estrées, 22 novembre 1627.

263 Baillet Adrien, Vie de Descartes, t. I, op. cit., p. 157. L’éventualité de cette participation est évoquée dans Chaboud Marcel, Girard Desargues, bourgeois de Lyon, mathématicien, architecte, Lyon, irem de Lyon, Aléas, 1996, p. 46-47.

264 Sur Plessis-Besançon, voir Horric de Beaucaire (éd.), « Les machines du Plessis-Besançon au siège de La Rochelle en 1628 », Archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis, vol. 18 (1890), p. 368-388 ; sur Henri de Saulx de Tavannes, qui a été l’élève de Henrion, voir Delavaud M. (éd.), Lettres inédites, art. cité, p. 127, lettre d’Ardier à d’Estrées, 1er novembre 1627.

Table des illustrations

Légende Tableau 4. – Les ingénieurs en Angleterre ca. 1620-ca. 1640.Note 107107Note 108108Note 109109Note 110110Note 111111Note 112112Note 113113Note 114114Note 115115Note 116116Note 117117
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46962/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 118k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540