Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Maison de Salomon

 | 
Aurélien Ruellet

Deuxième partie. Logiques étatiques

Logique étatiques

Texte intégral

1Dans les dynamiques culturelles de l’époque moderne, tout ne procède pas, loin s’en faut, de l’État. Il serait certainement absurde d’assigner à des administrations encore chétives la responsabilité de mouvements de longue durée comme la révolution scientifique. Mais il serait tout aussi absurde d’évacuer du récit l’État au prétexte que les transactions savantes se dérouleraient dans un univers autonome n’admettant pas l’intrusion du politique et de l’administratif. Par leur capacité de mobilisation, les appareils monarchiques ont constitué des moteurs à de nombreux phénomènes culturels : le modèle eliasien du « processus de civilisation » affecte un rôle central à la « société de cour », centre symbolique d’où rayonnent, vers la ville, les pratiques et les normes. De fait, c’est souvent vers le pôle princier que convergent les regards et les stratégies des savants. Une étude du patronage scientifique ne saurait donc faire l’économie d’une enquête sur les sites du patronage « officiel ». Cet aspect sera abordé à travers deux thèmes. Le chapitre iii envisage l’action de l’État comme administrateur et employeur de savants et techniciens. Le chapitre iv aborde une querelle intellectuelle qui intéresse au premier chef l’État, la querelle des longitudes.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540