Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Maison de Salomon

 | 
Aurélien Ruellet

Première partie. Les contours du patronage aristocratique

Chapitre I. Les grands et les savants

Texte intégral

1Dans ses Vies brèves, John Aubrey relate le début de la carrière du mathématicien et natural philosopher John Wilkins :

  • 1 Traduit d’après Aubrey John, Brief Lives, éd. Oliver L. Dick, op. cit., p. 479 (vie de John Wilkin (...)

« Il a souvent dit que son premier progrès dans le monde, ou signe de son progrès, s’était produit par hasard en courant un lièvre : lors de quoi un Gentilhomme capable et bien né, conversant avec lui et lui trouvant de très bonnes manières, lui dit qu’il n’obtiendrait jamais d’avancement conséquent en continuant à l’université ; et que sa meilleure possibilité était de s’attacher à la Maison de quelque Seigneur ou grand qui avait de bons bénéfices à conférer. Je ne suis pas connu dans le monde, dit M. Wilkins ; je ne sais pas à qui m’adresser pour un tel dessein. Je vais vous recommander moi-même, répondit le Gentilhomme, et il le fit, auprès (je pense) du Lord Vicomte Say et Seale, chez lequel il demeura, s’y plaisant beaucoup, jusqu’aux récentes guerres civiles, et il fut ensuite chapelain de son Altesse Charles-Louis, prince-électeur du Rhin, avec lequel il partit (après que la paix eut été conclue en Allemagne) et fut lors bien avancé par son Altesse1. »

  • 2 Biagioli Mario, Galileo, op. cit., p. 16.
  • 3 Pour un exemple parmi d’autres : Mesnard Jean, Le mécénat scientifique, contr. cit.

2Aubrey et Wilkins disent bien là ce que doivent les carrières des hommes de mérite à la proximité des grands. Par sa bonne conversation, Wilkins s’attire les faveurs d’un gentilhomme et devient, de fait, courtisan. Recommandations et domesticité : il y a là deux modalités coutumières de la protection que les grands accordent à leurs inférieurs. Refuser ce type de soumission, c’est commettre, selon l’expression de Mario Biagioli, un « suicide social » si bien que le patronage ne doit pas être considéré comme une option, mais comme le cadre normal de déroulement des parcours de vie et des carrières2. Un récit communément admis par l’historiographie suggère en effet qu’avant la création des académies et la prise en charge du mécénat par l’État, il revient aux élites du royaume de soutenir les savants3. Dans ce chapitre, nous examinons les rapports du patronage aristocratique et des activités scientifiques.

3La protection peut revêtir des formes variées qui ne vont pas nécessairement jusqu’à la domesticité ou à la condition de savant pensionné qu’évoque l’expression « mécénat aristocratique ». Des manifestations plus modestes existent également, mais qui agréent souvent davantage à des savants attachés à l’image publique d’homme indépendant.

4La protection des cénacles est une autre tentation aristocratique. L’histoire de cette modalité particulière du mécénat se confond en partie avec l’histoire des académies scientifiques. Le récit de l’institutionnalisation des sociabilités intellectuelles, déjà maintes fois raconté, met en évidence les expériences et les tentatives pour allier la civilité aristocratique et la culture savante.

5Enfin, est abordée dans une dernière partie de ce chapitre la question de la perception des activités scientifiques par les grands et du profit – pécuniaire ou symbolique – retiré par les savants de la proximité des personnes de condition. L’exemple des observations d’éclipses vise à montrer que la mutualité du gain n’est pas évidente.

Les degrés de la dépendance

6Ainsi que le témoignage de Wilkins repris par Aubrey le suggère, il y a bien des manières d’être protégé par un puissant. Sont évoquées dans les pages suivantes quelques-unes de ces modalités.

La commensalité

  • 4 Schapira Nicolas, Un professionnel des lettres au XVIIe siècle. Valentin Conrart : une histoire so (...)
  • 5 Gassendi Pierre, Peiresc 1580-1637. Vie de l’illustre Nicolas-Claude Fabri de Peiresc, Roger Lassa (...)
  • 6 Brioist Pascal, Les cercles intellectuels à Londres de 1580 à 1680, thèse de doctorat de l’Institu (...)
  • 7 Voir Spalding Ruth (éd.), The Diary of Bulstrode Whitelocke, 1605-1675, Oxford, Oxford University (...)
  • 8 Ibid., p. 129, p. 662, et pour l’emprisonnement, p. 499.
  • 9 « J’ai aujourd’hui dîné avec M. Gassendi chez M. H. de Montmor, maître des requêtes, qui m’en envo (...)

7La première forme de patronage, et la plus coutumière, relève de l’hospitalité. À Paris et à Londres, accorder à ses amis et à ses protégés les faveurs de sa table ou de son logis est une marque d’amitié, mais aussi un service. Nicolas Schapira, évoquant le cas de Valentin Conrart, écrit ainsi que si le secrétaire du roi « ne semble pas avoir consacré une partie significative de sa fortune à soutenir financièrement les auteurs, du moins sous la forme de dons ou de prêts, il a en revanche vraisemblablement exercé une forme plus légère de mécénat, celle du gîte et du couvert », pratiques qui selon lui « constituent l’ordinaire de la vie quotidienne dans les couches supérieures de la société parisienne4 ». Gassendi, dans sa Vie de Peiresc, prend soin de souligner que le parlementaire provençal, tout stoïcien qu’il était, ne négligeait pas ses invités, s’octroyant de temps à autre une bonne chère dont, suivant les mœurs du temps, il se purgeait par une certaine ascèse le soir venu5. Bien sûr, ces moments conviviaux ne s’apparentent que lointainement à l’image classique du patronage : mais qu’ils relèvent du « banquet des philosophes » ou de la sociabilité parfois tapageuse des tavernes, ces attablements participent autant à la puissance des liens amicaux qu’au maintien des relations d’affaire6. L’originalité de la commensalité est qu’elle admet dans une large mesure la réciprocité, même lorsque les deux protagonistes présentent une nette différence de statut social. Ainsi, à Londres, l’astrologue et auteur d’almanachs William Lilly invite-t-il à dîner à plusieurs reprises le juriste et MP Bulstrode Whitelocke7. Mais l’échange de services caractéristique du patronage n’est jamais très loin. En 1641-1642, Lilly, qui vient de faire la connaissance du parlementaire, devient son médecin. En 1662, Whitelocke note qu’il a prêté de l’argent à Lilly. Il avait également contribué à le faire libérer de prison quelques années auparavant8. La commensalité peut donc accompagner ou précéder d’autres formes de rapports, plus hiérarchiques. Henri-Louis Habert de Montmor, hébergeant alors Gassendi, invite plusieurs fois à « dîner » le fameux médecin Guy Patin, lequel pense que son hôte, riche maître des requêtes, veut par là s’attacher ses services9.

  • 10 Aubrey John, Brief Lives, éd. Oliver L. Dick, op. cit., p. 384.
  • 11 Ibid., p. 472. Le Ralph Freeman dont il est question ici n’est pas le même que le Chevalier et maî (...)
  • 12 Traduit d’après Wharton George, Hemeroscopeion : the loyall almanack, for the year of Christ, 1650(...)
  • 13 Josten Conrad H. (éd.), Elias Ashmole (1617-1692), His Autobiographical and Historical Notes, vol. (...)

8Les faveurs que représentent les repas offerts, de peu de poids lorsqu’on les considère seules, peuvent s’accompagner du gîte, qui est une forme de protection beaucoup plus significative. John Aubrey ne s’y trompe pas, qui relève à l’occasion les séjours qu’ont effectués tel ou tel héros de ses Vies Brèves chez un voisin ou un protecteur. Il signale ainsi que l’astronome Seth Ward, après son éviction de l’université d’Oxford en 1644, est hébergé gracieusement à Albury par le ministre et mathématicien William Oughtred, séjour de quelques mois qui prenait la suite de visites plus ponctuelles lors desquelles une bonne table était dressée10. Le même Seth Ward, au temps de la guerre civile, « étant sorti de prison, fut très civilement et affectueusement reçu par son ami et voisin, Ralph Freeman, d’Apsten, écuyer, un gentilhomme vertueux et hospitalier11 ». Ce type de protection est particulièrement crucial au temps de la guerre civile. George Wharton, astrologue royaliste, en bénéficie après sa sortie de prison : dans une épître dédicatoire à « W. P », non identifié, il évoque « la bonté constante qui jusque-là m’a préservé, depuis le début de ces jours de misère et de persécution »12. Pendant les années 1650, il profite également de la maison d’Elias Ashmole dans le Berkshire, lequel évoque cette période dans son journal13.

  • 14 Bougerel Joseph, Vie de Pierre Gassendi, Paris, Jacques Vincent, 1737, p. 89-90, affirme que Gasse (...)
  • 15 Bougerel Joseph, Vie, op. cit., p. 372.
  • 16 Segrais Jean Regnault de, Œuvres diverses de Mr. de Segrais, t. I, Amsterdam, François Changuion, (...)

9Les savants qui ont pu avoir l’usage, de façon plus ou moins transitoire, du logis d’un protecteur ne paraissent pas rares, mais la connaissance que l’on en possède est très lacunaire. Il y a bien sûr Gassendi, dont le séjour chez Peiresc a déjà été évoqué. Lors de ses séjours parisiens, le philosophe est d’abord accueilli par le maître des comptes François Luillier puis par Marc Bochart, abbé de Champigny et parent du précédent14. Il passe les dernières années de sa vie à l’hôtel parisien du maître des requêtes Henri-Louis Habert de Montmor, rue Sainte-Avoye, une invitation qu’il n’accepte selon son biographe que sur l’expresse insistance de son protecteur15. Le poète Segrais note encore que Montmor « donnoit à manger particulièrement aux gens de Lettres16 » : la commensalité est ici métaphore de la protection, et c’est à la qualité de l’hospitalité que se mesure la générosité du patron. Le philosophe et astrologue italien Tomaso Campanella, à son arrivée en France en 1634, est ainsi hébergé en grande pompe par Peiresc. Le parlementaire déploie toute sa munificence, sans doute autant pour soigner son image publique de mécène que le confort de son hôte. La vie que consacre Gassendi à Peiresc évoque cet épisode en des termes particulièrement élogieux :

  • 17 Gassendi Pierre, Vie, op. cit., p. 235.

« par ailleurs, on ne peut aisément exprimer la générosité avec laquelle fut accueilli Campanella. Se rendant en France, il n’eut pas plus tôt débarqué à Marseille ni fait prévenir Peiresc de son arrivée, qu’il fut conduit à sa demeure dans une litière qui lui fut envoyée ; hébergé excellemment pendant quelques jours et dirigé sur Paris, soit en litière soit en carrosse, il eut de lui une lettre de change sur Lyon, mais de plus reçut à son départ cinquante écus d’or17 ».

  • 18 AN, MC/ÉT/XLIX/260, pièce 325, 19 septembre 1607.
  • 19 Nellen Henk J. M., Ismaël Boulliau (1605-1694) : astronome, épistolier, nouvelliste et intermédiai (...)
  • 20 Observatoire de Paris, manuscrit B5 12, non folioté, extrait d’une lettre de Boulliau du 30 septem (...)
  • 21 AN, MC/ÉT/XXXIV/115, 24 juin 1649.
  • 22 Hepp Noémi, Deux amis d’Homère au XVIIe siècle, Paris, Klincksieck, 1970, p. 47-56 pour le séjour (...)

10D’autres indices sont plus modestes. En 1607, l’ingénieur et mathématicien Jacques Alleaume teste, malade, depuis une chambre de la maison d’Isaac Stuart, avocat au parlement, où il dit avoir passé sa maladie et reçu des soins procurés par la servante de son hôte18. L’astronome originaire de Loudun Ismaël Boulliau réside, peu après son arrivée à Paris au début des années 1630, dans l’hôtel de Charles d’Escoubleau de Sourdis19. Une lettre du même Boulliau apprend incidemment que le mathématicien Gilles Personne de Roberval est hébergé en 1648 chez le lieutenant civil Dreux d’Aubray20. En juin 1649, l’ingénieur Jacques Buot, arrivé depuis deux ans peut-être à Paris, signe un compte alors qu’il est « demeurant à Paris rue Sainte-Avoye chez Monsieur de Montmort21 ». L’hydraulicien et inventeur Étienne de Villebressieu, ami et camarade de Descartes, gagne à la fin des années 1640 l’amitié de l’homme de lettres Paul Pellisson-Fontanier. Alors que Villebressieu est ruiné à la suite d’entreprises que nous aborderons plus loin, il reçoit l’asile chez Pellisson-Fontanier, d’abord à Castres au tournant des années 1650, puis à Paris dans les années 166022. Ces exemples sont dispersés et de peu de valeur considérés individuellement, mais ils montrent bien la fréquence de ce « mécénat du gîte et du couvert » qu’évoquait Nicolas Schapira. Nul doute que lorsque les fonds du minutier central des notaires parisiens seront mieux inventoriés, ils révéleront de très nombreuses instances de ce type de patronage, modeste et coutumier, mais qui a pu se révéler précieux et décisif dans les vies de nombreux savants.

La domesticité

  • 23 Tallemant Des Réaux Gédéon, Historiettes, t. IV, Paris, Levavasseur, 1834, p. 134.

11L’hospitalité peut accompagner, précéder ou suivre une forme plus contraignante de dépendance, qu’on qualifiera, suivant l’usage du temps, de domesticité. À la différence de l’invité permanent ou temporaire, le domestique est placé dans une claire situation d’infériorité : s’il peut avoir été recruté pour une exceptionnelle compétence, c’est le service qu’il rend qui justifie sa présence auprès d’un grand. À lire Tallemant des Réaux, il est toutefois manifeste qu’entre le commensal, le favori, le familier et le domestique se jouaient des nuances de statut, parfois si subtiles que l’auteur des Historiettes est même en peine de les distinguer clairement. Du poète Gilles Ménage, Tallemant écrit qu’il était chez Jean-François Paul de Gondi, alors abbé de Retz, « comme une espèce de petit favori », mais « se vouloit tirer du pair, et se mêloit même de donner des avis aux autres de la maison23 ». La Fronde de l’homme d’Église compromet ses ambitions :

  • 24 Ibid., p. 136.

« “À quoi bon tenir table, disoit [Ménage], quand on doit, et qu’on n’a encore récompensé personne ?” Après, il blâmoit toujours le parti du coadjuteur. Avant la Fronde, il avoit déjà témoigné assez de chagrin d’être à quelqu’un, surtout depuis la mort de son père, qu’il se voyoit du bien honnêtement ; mais il eût bien voulu faire rouler un carrosse, et, pour cela, il lui falloit demeurer chez le coadjuteur24. »

  • 25 Viala Alain, Naissance, op. cit.

12Être entretenu par un grand, mais se distinguer du commun et de la basse domesticité des serviteurs ; être à quelqu’un et demeurer un esprit libre : telle est l’équation impossible que tentent de résoudre les hommes de plume, et qu’Alain Viala a bien étudiée pour ce « premier champ littéraire25 ». Sur quels points la commensalité et l’hospitalité se différencient-elles de la domesticité ? La commensalité s’affiche comme geste amical et comme cadeau, et se veut donc dépourvue de rapports de domination ou de mesquineries comptables, même si ces aspects travaillent toujours ces pratiques de façon souterraine. La domesticité implique paiement, qu’il s’agisse de gages ou de pensions ; la dimension économique des échanges n’est plus euphémisée, mais se trouve au contraire contractualisée. Il y a là pour le philosophe ou le savant qui se revendique esprit indépendant et libéré des contraintes du monde une frontière qu’il est difficile de franchir. Bougerel, le biographe de Gassendi, rapporte complaisamment la posture philosophique de son héros, alors qu’il est sollicité par son évêque :

  • 26 Bougerel Joseph, Vie, op. cit., p. 123-125. Bernard Rochot a identifié avec certitude ce « seigneu (...)

« L’Évêque de Digne, écrit-il à Naudé, doit partir pour Paris avant l’hyver ; mais je ne le suivrai pas, parce que j’aime trop ma liberté. Vous n’avez pas oublié que je ne voulus pas aller demeurer chez un cardinal (Louis Alphonse Duplessis de Richelieu). Il y a actuellement à Paris un Seigneur qui me sollicite beaucoup de me retirer chez lui : il veut vivre avec moi, comme si j’étois son frere ; mais il ne veut me recevoir dans son hôtel, qu’à cette condition que j’accepterai auparavant une pension de mille écus. C’est une personne d’une si grande authorité, que si je mets une fois le pied à Paris, je ne serai plus le maître de moi-même26. »

  • 27 Bougerel Joseph, Vie, op. cit., p. 125 pour la citation ; Bourdieu Pierre, Méditations pascalienne (...)
  • 28 Hildesheimer Françoise, Monsieur Descartes. La fable de la raison, Paris, Flammarion, 2010, p. 222 (...)

13Vantant le « désintéressement de Gassendi » et épousant le discours de celui dont il écrit la vie, Bougerel fournit là un exemple éclatant de ce que Bourdieu nomme le « point de vue scolastique » et qui, dans les termes de sa sociologie, désigne le rapport au réel qu’ont les savants27. Jeter un regard distancié et extérieur sur le monde, présenter ses actions comme le résultat de décisions qui ne tiennent pas aux contingences économiques, placer la libido sciendi au-dessus des ambitions mondaines pour conserver un rapport enchanté au savoir, telles en sont quelques-unes des manifestations. Vieux topos hérité de la philosophie grecque, qui, de Démocrite à Diogène, enseigne à se moquer du monde pour mieux le comprendre. Des termes de l’échange qui unit Gassendi et son ultime patron Montmor, Bougerel ne dit mot : il est probable que Gassendi n’a pas reçu de pension du maître des requêtes, se contentant de profiter du gîte et du couvert. Le terme achevé de cette soif d’indépendance est bien entendu Descartes, qui l’a érigée en vertu philosophique. Chez l’exilé des Provinces-Unies, cette attitude tenait toutefois autant, voire plus, à ce que la domesticité était inconvenante de la part du gentilhomme qu’il était, qu’aux désavantages pratiques occasionnés selon lui par la dépendance. Pour Descartes, seul un patronage royal comme celui de Christine de Suède est acceptable. Il refuse lors des décennies précédentes de nombreuses offres, qu’elles soient de franche domesticité, d’hospitalité, ou de services : Henri-Louis Habert de Montmor qui lui propose l’usage de sa maison de campagne, un gentilhomme anglais – sans doute Kenelm Digby – qui lui offre de s’installer en Angleterre, Richelieu qui souhaite l’attirer à Paris pour y réaliser des travaux d’optique28. Laissons Baillet dresser le portrait de l’impeccable morale de son héros :

  • 29 Baillet Adrien, La vie de Monsieur Descartes, t. II, Paris, Daniel Horthemels, 1691, p. 461-462. C (...)

« Il n’avoit pas moins de générosité que de des-interessement, & son cœur ne put se soumettre qu’à son Roy pour le point des liberalitez. Jamais il ne voulut accepter d’aucun Particulier le secours qu’on lui offroit pour fournir aux grandes dépenses que demandoient ses experiences. Il refusa avec civilité une somme d’argent tres-considerable que le Comte d’Avaux lui avoit envoiée jusqu’en Hollande. Il s’excusa de la même manière auprès de M. de Montmor qui lui avoit offert avec beaucoup d’instance l’usage entier d’une maison de campagne de trois à quatre mil livres de rente29. »

14Cette tendance à taire ou à nier les éventuels services rémunérés que les savants ont pu rendre aux grands complique fort la tâche de l’historien. Que faut-il penser, à nouveau, du récit de Bougerel touchant Luillier, l’ami de Gassendi :

  • 30 Bougerel Joseph, Vie, op. cit., p. 89-90.

« Luillier avoit un fils naturel qu’il aimoit véritablement […], Claude Luillier, dit Chapelle […]. Charmé de son esprit Gassendi voulut lui servir de précepteur, il ne pouvoit tomber en de meilleures mains : ceux qui ont écrit que son pere lui donna pour précepteur Gassendi, n’ont pas parlé exactement : ils devoient dire que Gassendi, l’ami & le commensal de Luillier, voyant ses grandes dispositions, voulut lui enseigner la philosophie ; que l’amitié qu’il avoit pour lui s’étendit sur deux autres de ses amis, qui étudioient au même college, Jean-Baptiste Pocquelin, connu sous le nom de Moliere, & François Bernier Angevin30. »

  • 31 Mallet Francine, Molière, Paris, Grasset, 1986, p. 38-39.
  • 32 Ribard Dinah, Raconter, vivre, penser : histoires de philosophes, 1650-1766, Paris, Vrin, EHESS, 2 (...)

15Passons outre l’enseignement prétendument délivré au jeune Molière par Gassendi : le fait est débattu31. Ce qui est manifeste dans cet extrait, c’est le souci dont témoigne Bougerel de transfigurer ce qui pourrait s’apparenter à une situation de domesticité, et de faire d’un préceptorat une marque gratuite d’affection. Il est du reste tout à fait possible que Gassendi n’ait pas été payé pour ces leçons ; il est également probable qu’il a reçu de menues gratifications, sans tomber pour autant dans l’état de domestique32. Le mathématicien William Oughtred, dont la table offerte a été évoquée plus haut, est également prompt à taire les paiements qu’il a pu recevoir en échange de son enseignement. À l’occasion d’une vive querelle de priorité qui l’oppose à Richard Delamain, il se présente, pour mieux se distinguer de son rival, comme absolument dépourvu de tout esprit de gain. Évoquant ses années de tutorat à Cambridge, puis son enseignement auprès de William Howard, le fils du comte d’Arundel, c’est en ascète et en parangon de vertu qu’il se raconte :

  • 33 Traduit d’après Oughtred William, To the English Gentrie… the Just Apologie of Wil. Oughtred, [Lon (...)

« J’échappais nuit après nuit à mon sommeil naturel, trompant mon corps, l’aguerrissant par la contemplation, le froid et le travail, pendant que la plupart des autres [camarades] se reposaient. De même je ne cherchais pas seulement ma satisfaction privée, mais le profit de tous : et en encourageant, en assistant et en enseignant les autres, en amenais un grand nombre à l’amour et l’étude de ces arts […]. Il y a environ cinq années, le comte d’Arundell mon très Honorable Seigneur […] eut pour agréable de m’aller chercher, et après, à Londres, de m’accorder une chambre dans sa propre maison et de m’y employer, à tels moments et en telle manière qui lui semblaient bonnes. […] Et bien que je ne sois pas un mercenaire, ni fasse profession d’enseigner quiconque dans ces arts pour le gain et la gratification, mais comme je sers à l’Autel, je ne vis que de l’Autel, cependant que je suis à Londres au service de mon Seigneur, j’ai été encore plus fréquenté à la fois par des régnicoles et par des étrangers, pour ma résolution et enseignement dans de nombreux points difficiles de l’art, et j’ai le plus gracieusement et aimablement dévoué ma personne et ma compétence […] à leur satisfaction33. »

  • 34 Hill Katherine, Negotiating, art. cité, p. 259.

16Il ne faut bien sûr pas se laisser abuser par ce discours et cette posture vertueuse qui tiennent surtout à la dynamique de la querelle avec son adversaire : il ne fait pas de doute que Oughtred ait été payé à la fois pour son tutorat à Cambridge et pour son préceptorat chez les Arundel34.

  • 35 Ibid. et Feingold Mordechai, Mathematicians, op. cit., p. 193-194.
  • 36 Le Dividich Aude, L’enseignement, op. cit. ; Mormiche Pascale, Devenir prince. L’école du pouvoir (...)
  • 37 Gerbino Anthony, François Blondel. Architecture, Erudition and the Scientific Revolution, Oxford, (...)
  • 38 Feingold Mordechai, Mathematicians, op. cit., p. 63-64.

17Le préceptorat est l’une des formes les plus fréquentes de la domesticité. La noblesse française, qu’elle soit de robe ou d’épée, considère de façon croissante les savoirs mathématiques comme relevant d’une éducation aristocratique accomplie. La révolution militaire, le développement de l’artillerie et la généralisation de la « trace italienne » rendent indispensables des connaissances minimales en poliorcétique et en balistique pour ceux qui se destinent à la carrière des armes. Une honnête maîtrise de l’arithmétique est requise de ceux qui ambitionnent le maniement des affaires. En Angleterre, Mordechai Feingold a observé le même phénomène : des rudiments d’arithmétique, de géométrie et d’astronomie alliés à un vernis de mathématiques mixtes conviennent au gentilhomme, sans qu’il soit nécessaire à ce dernier de s’aventurer plus avant dans l’algèbre spécieuse. Les instruments, qui présentent les concepts mathématiques sous leur aspect opératoire, sont particulièrement prisés de ces jeunes élèves qui peuvent les utiliser comme des « boîtes noires » et s’adonner à des mesures ou des calculs sans en comprendre toujours les principes35. En France, le marché de l’éducation nobiliaire, que ne couvrent pas entièrement les académies équestres, offre donc de nombreuses opportunités aux mathématiciens36. Enseigner aux enfants d’aristocrates ne signifie toutefois pas nécessairement appartenir à leur maison. Le professeur peut se contenter de venir répéter sa leçon plusieurs fois par semaine, sans s’occuper de l’ensemble de l’éducation de son jeune élève. Mais des mathématiciens ont également officié comme précepteurs, à l’instar de François Blondel qui dans les années 1650 accompagne le fils de Henri-Auguste de Loménie dans son voyage de formation en Europe37. En Angleterre, ces précepteurs peuvent même suivre leurs élèves à l’université et y devenir leurs tuteurs : à la fin du XVIe siècle, Thomas Chaloner, qui s’adonne plus tard aux recherches minières, supervise les études de Robert Dudley à Christ Church (Oxford), tandis que le mathématicien et cosmographe Robert Hues accompagne Algernon Percy à Cambridge38.

  • 39 Ibid., p. 50, 52, 53 et 75.
  • 40 « Relation de la maladie et de la mort de Gassendi. détail de ses deux dernières maladies par la P (...)
  • 41 Sur Bourdelot : Béguin Katia, Les princes de Condé : rebelles, courtisans et mécènes dans la Franc (...)

18Feingold, en reconstruisant de nombreuses carrières de mathématiciens de l’Angleterre élisabéthaine, jacobéenne et caroline a montré que quelques savants avaient également occupé des postes de chapelains dans les maisons aristocratiques39. En France, de tels exemples paraissent plus rares. La « relation de la maladie et de la mort de Gassendi » dressée par le secrétaire Antoine de la Poterie le signale toutefois célébrant la messe à plusieurs reprises : il paraîtrait somme toute naturel que le prévôt de l’église de Digne ait à l’occasion officié comme chapelain pour Henri-Louis Habert de Montmor40. D’autres savants s’attachent aux grands comme médecins : Jean-Baptiste Morin, qui sert plusieurs familles dans les années 1610 et 1620, Pierre Bourdelot, qui soigne les Condé à partir des années 1640, ou Marin Cureau de la Chambre, médecin de Séguier, en sont quelques exemples français41. Bien souvent, l’attachement à la maison d’un grand est fait d’obligations multiples qui ne paraissent pas clairement contractualisées. Henk J. M. Nellen écrit ainsi au sujet de Boulliau, protégé dès la fin des années 1630 par les frères François-Auguste et Jacques-Auguste de Thou

  • 42 Nellen Henk J. M., Boulliau, op. cit., p. 49.

« [qu’] on est pas fixé sur les obligations qui découlaient de ce régime de faveur. Sans doute remplissait-il la fonction de directeur de conscience, de confesseur et d’homme de confiance de la famille et se chargeait-il, après le mariage de Jacques-Auguste en 1643, de l’éducation de ses enfants42 ».

  • 43 Aubrey John, Brief Lives, éd. Oliver L. Dick, op. cit., p. 385-386. Sur le patronage d’Oughtred pa (...)

19Il est à coup sûr leur bibliothécaire, et le secrétaire de Jacques-Auguste lors des ambassades qu’eut ce dernier. Pendant une trentaine d’années, l’astronome de Loudun est ainsi logé à l’hôtel de Thou. Son hôte n’attend pas seulement de lui qu’il fasse le catalogue de ses livres ou qu’il veille sur ses enfants : Boulliau est également amené à participer aux réunions du cabinet littéraire des frères Dupuy qui se tient chez les de Thou et à contribuer, par son érudition, au lustre de cette assemblée. La conversation savante constitue ainsi l’un des motifs qui amènent les grands à s’attacher des beaux esprits. Aux dires de John Aubrey, c’est également l’une des raisons de la présence d’Oughtred aux côtés d’Arundel, avec lequel ce dernier « prenait plaisir à s’asseoir et à converser43 ».

  • 44 Traduit d’après Aubrey John, Brief Lives, éd. Oliver L. Dick, op. cit., p. 281 (vie de Thomas Harr (...)
  • 45 Boulenger, Jean, La géométrie pratique des lignes, des superficies et des corps, Paris, pour l’aut (...)
  • 46 Oughtred William, Arithmeticae in Numeris et Speciebus Institutio, Londres, Thomas Harper, 1631, s (...)

20Le même Aubrey affirme au sujet de Robert Hues, de Walter Warner et de Thomas Harriot, les « trois mages » du comte de Northumberland, alors emprisonné à la Tour, qu’ils « avaient une table à la charge du comte, et le comte lui-même les conviait pour discuter, seuls ou tous ensemble44 ». La domesticité, parce qu’elle revêt parfois l’apparence d’un compagnonnage philosophique, spéculatif et gratuit, peut donc être jugée honorable. En tant qu’elle implique une proximité permanente avec les grands, dont elle autorise à se dire le familier, un emploi de précepteur est aussi une condition flatteuse. Le mathématicien Jean Boulenger signe l’épître dédicatoire de sa géométrie pratique des lignes, adressée à son ancien élève Louis de Bourbon, comte de Soissons, depuis l’hôtel de ce dernier, même s’il n’y habite sans doute pas45. Encore le rapport affiché à la domesticité dépend-til du contexte de l’énonciation. Si Boulenger ne cache pas ses dettes à l’égard du comte de Soissons, c’est que l’ouvrage lui est offert et que ce dernier est encore susceptible de l’avancer. Lorsque William Oughtred euphémise les termes de son engagement auprès d’Arundel, il s’adresse à un public plus large et, au beau milieu d’une controverse, veut se présenter comme homme indépendant et intègre. Dans d’autres publications, son statut de domestique est plus franchement assumé46. Quant au portrait de Gassendi par Bougerel, il est d’ordre hagiographique et ne s’encombre guère de réalisme.

  • 47 Aubrey John, Brief Lives, éd. Oliver L. Dick, op. cit., p. 297 ; Aubrey John, “Brief Lives”, Chief (...)
  • 48 Batho Gordon R., « Thomas Harriot and the Northumberland Household », Fox Robert (dir.), Thomas Ha (...)
  • 49 Roche J. J., « Harriot, Thomas (c. 1560-1621) », ODNB.
  • 50 Batho Gordon R., Thomas Harriot, contr. cit., p. 34.
  • 51 Pumfrey Stephen et Dawbarn Frances, « Science and Patronage… », art. cité, p. 162.
  • 52 Batho Gordon R., Thomas Harriot, contr. cit., p. 34. Selon Batho Gordon R., « The Finances of an E (...)
  • 53 C’est ce qu’observe Feingold Mordechai, Mathematicians, op. cit., p. 210 : « Most patrons were rel (...)
  • 54 Traduit d’après Aubrey John, Brief Lives, éd. Oliver L. Dick, op. cit., p. 476.
  • 55 Traduit d’après Aubrey John, Brief Lives, éd. Andrew Clark, t. II, op. cit., p. 292 (Walter Warner (...)

21Les quelques exemples de protection qui ont été présentés ne doivent pas laisser croire à l’ubiquité du phénomène. Peu de maisons aristocratiques peuvent se permettre de s’attacher les services d’un homme de lettres ou d’un savant pour le plaisir de sa conversation. À l’exception de ceux qui occupent des emplois de précepteurs, chapelains, médecins ou secrétaires, les savants gagés semblent donc rares. John Aubrey, lorsque ses sources le lui suggèrent, n’oublie pas de mentionner les gratifications reçues par les hommes de lettres et de science qui forment l’objet de ses Vies Brèves : loin s’en faut que de telles allusions soient présentes dans chaque biographie47. Aussi le patronage exercé par Henry Percy, comte de Northumberland, est-il sans doute tout à fait exceptionnel. À partir de 1598, il pensionne le mathématicien Thomas Harriot à hauteur de 80 livres par an, puis 100 livres par an jusqu’en 1621 ainsi qu’en témoignent ses comptes48. À ses côtés, le philosophe naturel Walter Warner et le cosmographe Robert Hues touchent selon John Aubrey 60 livres par an, ce qui est trois fois supérieur à ce que recevait le trésorier de la Maison. En échange de ces gratifications, les protégés du comte semblent pouvoir vaquer comme ils l’entendent à leurs occupations et s’adonner à leurs recherches. Harriot dispose même de serviteurs, d’un artisan et a la jouissance d’une maison particulière sur le domaine du comte49. S’il est pensionné, son statut n’est donc pas celui d’un domestique et il ne figure pas dans les listes de serviteurs50. Par son ampleur comme par son orientation davantage spéculative qu’utilitaire, le patronage de Northumberland est sans doute une « anomalie51 ». Avec des revenus fonciers annuels de 6 650 livres par an au début du siècle, de 12 000 livres à sa mort en 1632, provenant de huit comtés, « il pouvait se permettre d’être généreux à l’endroit des savants pauvres52 ». Mais pour des maisons aristocratiques structurellement endettées et astreintes par l’éthos nobiliaire à la munificence et la consommation ostentatoire, le soutien pécuniaire aux savants est sans doute une priorité très secondaire qui le cède aux impératifs du luxe matériel. Les spéculations manuscrites ou les expérimentations des savants peuvent intéresser les aristocrates, elles ne se substituent toutefois pas aux riches soieries ou aux somptueux attelages. Aussi les grands évitent-ils d’engager directement leurs bourses pour soutenir des savants, d’autant plus que ceux-ci ne sauraient se contenter de gages d’échansons ou de valets53. Un exemple anglais en est donné par Thomas Aylesbury, un aristocrate proche de Northumberland au temps de son emprisonnement, disposant de plusieurs positions officielles et célébré en son temps comme mécène des sciences, et notamment des mathématiques. John Aubrey, évoquant Walter Warner, affirme qu’il avait « quelque gratification de Tho. Alesbery avec lequel il passait habituellement l’été à Windesor Park et où il était le bienvenu, car il était inoffensif et calme54 ». Mais dans un autre état du manuscrit, il écrivait que « Sir Thomas Alesbury a obtenu d’Algernon, comte de Northumberland (fils de ce comte, prisonnier à la Tour) une continuation de la pension, pendant la vie de Warner, à la condition qu’à partir des papiers de Harriot il tirât quelque pièce convenable pour la publication55 ». Si peu de détails précis sont connus du mécénat d’Aylesbury, il paraît donc que ce dernier a davantage usé à l’égard de son protégé de la commensalité, de gratifications occasionnelles et de sa capacité d’influence que d’une domesticité en bonne et due forme.

22Seules les très grandes fortunes peuvent sans doute s’offrir, en addition à la domesticité ordinaire, la présence d’un savant n’accomplissant aucun des services nécessaires au fonctionnement d’une Maison aristocratique. Les études sur les comptes aristocratiques sont encore trop lacunaires pour offrir une vue d’ensemble du phénomène de la domesticité savante : on soupçonne toutefois, au vu des éléments présentés ici, qu’il demeure marginal, les grands étant probablement réticents à payer de larges sommes pour entretenir des hommes de plume dont la puissance de distinction n’était pas universellement reconnue. Qu’un poète, juriste ou historien puisse servir la réputation d’un aristocrate, la chose paraît évidente. Qu’un astronome ou un mathématicien puisse faire de même paraît plus douteux, même si le mécénat médicéen invente au même moment un modèle influent. La sociabilité académique, qui s’épanouit dans la première moitié du XVIIe siècle, spécialement en France, apparaît alors comme une voie médiane.

Les sociabilités savantes en quête de modèles

  • 56 Biagioli Mario, « Le prince et les savants : la civilité scientifique au XVIIe siècle », Annales H (...)
  • 57 L’Académie des Lynx (Accademia dei Lincei), créée à Rome en 1603 sous le patronage du prince Feder (...)
  • 58 Ibid., pour une comparaison stimulante entre le modèle français, où le pouvoir monarchique fonctio (...)

23Mario Biagioli a rappelé que « les princes n’assuraient pas seulement les académies d’un soutien financier, mais les couvraient de leur autorité56 ». Aussi, lorsqu’un grand protège un cénacle savant, il engage son crédit moral et permet l’établissement de rapports de confiance entre l’intérieur et l’extérieur de l’institution. À condition que les membres d’un cénacle s’astreignent au respect des règles de civilité des honnêtes gens, une économie de la distinction et de la reconnaissance peut donc fonctionner entre les grands et les savants : les premiers font bénéficier les seconds de leur protection et du prestige de leur nom et sont honorés en retour par des productions susceptibles de servir leur réputation. Ce modèle, dont l’Académie des Lynx ou l’Académie de l’Expérience fournissent de bons exemples, n’a toutefois rien d’évident57 : les grands n’estiment pas nécessairement que cet échange leur soit profitable ; les sociabilités savantes peuvent être balbutiantes ou ne pas présenter l’apparence policée seule susceptible de retenir leur intérêt. Pourtant, au cours des années 1660, en France comme en Angleterre, les grandes institutions scientifiques que sont la Société royale et l’Académie royale des sciences sont mises en place et contribuent, selon des modalités différentes, à faire jouer cette économie58.

En France : l’introuvable institutionnalisation

  • 59 Du Hamel Jean-Baptiste, Regiæ scientiarum academiæ historia, Paris, J.-B. Delespine, 1701 ; Mazaur (...)

24En France, la généalogie de l’Académie des sciences est un exercice ancien, auquel Jean-Baptiste du Hamel ou Fontenelle ont les premiers contribué, avec le souci constant d’ancrer la jeune institution dans l’histoire et de la rattacher à ce que le premier XVIIe siècle pouvait avoir de plus brillant. Guillaume Bigourdan, Harcourt Brown, Jean Mesnard ou Simone Mazauric ont corrigé et complété le tableau des premières académies parisiennes59. C’est sur leurs travaux que se fonde en majeure partie la synthèse qui suit.

  • 60 Outre le classique Yates Frances, Les académies en France au XVIe siècle, Paris, PUF, 1996, voir l (...)
  • 61 Sur le cabinet des frères Dupuy, voir Delatour Jérôme, « Le cercle des frères Dupuy à Paris », Jac (...)
  • 62 Mazauric Simone, Savoirs et philosophie, op. cit.
  • 63 Ibid., p. 93-100 et p. 118-121.

25Les expériences académiques en France ne prennent pas naissance au XVIIe siècle. La seconde moitié du XVIe siècle avait vu des tentatives d’émulation des formes de sociabilité savante qui fleurissaient alors dans les États italiens60. Les savants français restent toutefois nettement à la remorque du dynamisme italien et il n’y avait aucun cénacle qui au début du XVIIe siècle se comparât même lointainement à l’Académie des Lynx se réunissant à Rome sous le patronage du prince Federico Cesi. Dans les premières décennies du XVIIe siècle, les groupes qui émergent font surtout honneur aux belles-lettres et à l’érudition : c’est le cas de « l’académie putéane » ou cabinet Dupuy et plus encore du cercle qui se réunit autour du secrétaire du roi Valentin Conrart et qui est bientôt officialisé par Richelieu, donnant naissance à l’Académie française61. À partir de 1632 se tiennent également à Paris les conférences du « Bureau d’Adresse » établi par le médecin Théophraste Renaudot. En présence d’un public nombreux sont débattues des questions d’ordre moral, philosophique et scientifique62. Les orateurs comme les spectateurs ne sont jamais nommés dans les publications qui ont été données de ces séances hebdomadaires : principe de fonctionnement imposé à Renaudot et qui témoigne de la réticence des grands à voir leurs noms associés à un type de sociabilité jugée peu honorable63. Si Renaudot s’enorgueillit de la présence de quelques nobles dans le parterre des auditeurs, ils ne participent pas, ou marginalement, à l’accréditation du savoir déployé lors des conférences et ne paraissent pas soutenir financièrement l’institution.

  • 64 Coste Hilarion de, La vie du R. P. Marin Mersenne, Paris, Sébastien et Gabriel Cramoisy, 1649, p.  (...)
  • 65 Pour une analyse de cette liste, voir Goldstein Catherine, « L’honneur de l’esprit : de la Républi (...)
  • 66 Armogathe Jean-Robert, « Le groupe de Mersenne et la vie académique parisienne », Dix-septième siè (...)
  • 67 Cité dans ibid., p. 134.
  • 68 Voir la bibliographie finale.

26Ce tableau connaît une progressive évolution lorsque le frère minime Marin Mersenne, par une intense activité épistolaire, devient l’un des nœuds de la République des Lettres. Le couvent parisien où il réside est alors fréquenté, régulièrement ou ponctuellement, par de nombreux savants et hommes de qualité, dont Hilarion de Coste a dressé la liste en tête de sa Vie de Mersenne64. Cet ordonnancement de 172 noms, complété par une quinzaine de noms dans la seconde édition de 1651, donne la mesure de la bonne société avec laquelle ce fils de laboureur est parvenu à frayer65. À partir de 1635, Mersenne réunit dans une des salles du couvent une académie « toute mathématique » selon ses propres termes66. Le couvent des Minimes de Paris, à deux pas de la Place Royale, au cœur du quartier aristocratique du Marais, bénéficie bien sûr d’une localisation de choix, susceptible d’attirer des participants de condition relevée. Les convives peuvent y profiter d’une bibliothèque, ouverte à tous, mais à l’occasion, l’assemblée se réunit ailleurs, comme un jour de 1637, chez le robin Montholon67. Jean Mesnard a bien reconstitué les avatars de cette assemblée qui parvient à survivre à la mort de Mersenne68.

  • 69 Delorme Suzanne, « Un cartésien ami de Gassendi : Henri-Louis Habert de Montmor », Revue d’histoir (...)
  • 70 Sorbière Samuel, Lettres et discours de M. de Sorbiere, Paris, François Clousier, 1660, p. 631-635 (...)
  • 71 Ibid., p. 635.

27À partir de 1653, un autre foyer de sociabilité émerge chez le maître des requêtes Henri-Louis Habert de Montmor, alors que Gassendi y prend logis. La présence du philosophe et astronome provençal contribue sans doute à faire de l’hôtel de la rue Sainte-Avoye un lieu prisé des savants et des beaux esprits69. Les réunions hebdomadaires de l’hôtel Montmor étaient devenues un salon couru, si bien que le besoin d’un règlement se fit sentir. Samuel Sorbière, chargé de sa rédaction avec Abraham Duprat, expose ses articles dans une fameuse lettre à Hobbes de février 165870. Il s’agit surtout d’ordonner la prise de parole : pour chaque séance, un président et deux rapporteurs sont désignés. Le règlement définit aussi les conditions d’admission aux conférences : le vote des pairs préside au choix des membres. Ceux-ci sont d’abord des « personnes curieuses des choses naturelles », mais un « homme de mérite » peut être autorisé à assister aux séances. Sorbière forme ensuite le vœu que les participants « imite[nt] la Modestie de M. Gassendi, que son esprit doux & tranquille regne dans nostre Assemblée71 ». Il est pourtant rapidement détrompé. L’académie est certes un cénacle d’hommes de qualité. Le poète Chapelain, dans une lettre à Huygens de 1658, témoigne que :

  • 72 Huygens Christiaan, Œuvres Complètes, La Haye, Martinus Nijhoff, 1888-1950 (OC dans la suite du te (...)

« L’Assemblée estoit nombreuse et de plus de quarente Personnes, entre lesquelles il y auoit deux Cordons bleus le Marquis de Sourdis et Monsieur Du Plessis Guenegaud Secretaire d’Estat, plusieurs Abbés de conditions, plusieurs Maitres des Requestes, des Conseillers du Parlement des Officiers de la Chambre des Comptes, des Docteurs de Sorbonne, plusieurs Gentilzhommes qualifiés, des Medecins de reputation force Mathematiciens d’importance et quantité de Scavans lettrés72. »

  • 73 Ibid., p. 201.

28Sorbière ajoute que « nos recherches Physiques se trouvent fort honorées de leur présence73 ». Mais cette belle unité est rapidement ébranlée. L’étiquette aristocratique, scrupuleusement respectée par Chapelain dans son énumération des titres et des offices, n’est pas nécessairement partagée par les savants. Ceux-ci, surtout dans le contexte des âpres débats théoriques des années 1640-1650, sont habitués aux discussions vives, sans parler même des fortes animosités personnelles qui opposent tel et tel d’entre eux. À la fin de l’année 1658, Gilles Personne de Roberval provoque ainsi un incident lors d’une séance de l’académie Montmor. Pour exceptionnel qu’il soit, cet épisode n’en révèle pas moins les tensions qui traversent les cénacles savants. Boulliau en entretient Huygens dans une lettre :

  • 74 Huygens Christiaan, OC, op. cit., t. II, p. 287, 6 décembre 1658.

« Pour Monsieur de Roberval il a faict une sottise chez Monsieur de Montmor, qui est comme vous scavez homme d’honneur & de qualité, il a esté si incivil que de luy dire dans sa maison, s’estant picquez sur une des opinions de Monsieur des Cartes que Monsieur de Montmor approuvoient [sic], qu’il avoit plus d’esprit que luy & qu’il n’avoit rien de moins que luy que le bien & la charge de Maitre des requestes, & que sil estoit Maitre des Requestes, qu’il vaudroit cent fois plus que luy74. »

  • 75 Cet extrait fameux est commenté, entre autres, dans Biagioli Mario, Le prince, art. cité, p. 1420- (...)
  • 76 Le discours de Sorbière est contenu dans un imprimé de 8 pages : BNF, manuscrits, Cinq Cents Colbe (...)
  • 77 Ibid., p. 161-162.

29La remarque est particulièrement malvenue lorsqu’on songe que Montmor professe justement un éclectisme théorique qui l’amène à vouloir patronner successivement Descartes et Gassendi. Mais la « sottise » réside en un autre point : Roberval a bafoué les codes de la civilité aristocratique, en insultant un seigneur dans sa propre demeure et en lui déniant la supériorité intellectuelle et morale que lui confère sa dignité nobiliaire75. Roberval, que ses contemporains décrivent comme pédant et ombrageux, touche là au point d’honneur de Montmor. Il ne reparaît plus à l’hôtel de la rue Sainte-Avoye. Une autre ligne de fracture ne tarde pas à apparaître : elle porte sur les modalités et le contenu des conférences. Sorbière, dans un discours prononcé chez Montmor en 1663, affirme qu’après le règlement de 1657, « les Conferences se passerent d’une agreable maniere », mais que « [le] concert ne dura pas longtemps, et bien tost apres [le] premier establissement, il y eut de la dissonance76 ». Selon Sorbière, deux groupes de participants minent les travaux de l’assemblée : ceux, d’abord, qui, se rendent coupables de « torrents de paroles » ou qui excitent les disputes. Ceux-là ne viennent à l’académie que pour « tuer le temps et y acquérir de l’estime ». Le deuxième groupe qui irrite Sorbière est celui des expérimentateurs : ils « n’ont presché que les experiences et ont demandé qu’on ne s’assemblast que pour en faire », quand la résolution première de l’académie était selon lui de « faire un docte et judicieux meslange des experiences et des raisonnemens77 ». S’il n’accuse personne nommément, Sorbière donne assez de détails pour que l’identification soit aisée et évoque ensuite quelques-unes des expériences qui avaient réjoui l’auditoire. Lors des séances de l’académie, rapporte Sorbière,

  • 78 Ibid., p. 216-217.

« On a veu mesme avec plaisir Monsieur Rohault venir icy avec tout son equipage d’Aymant ; et Monsieur Pecquet y prendre ses habits de ceremonie, pour proceder selon sa methode et à ses dissections ; Monsieur Petit y a fait jouër son artillerie avec de la poudre à canon, et avec l’or fulminant ; Monsieur Thevenot y a fait voir ses tuyaux faits exprès pour examiner l’ascension de l’eau, qui monte d’elle-mesme hors de son niveau […] et Monsieur de Montmor a la bonté de nous offrir l’usage d’une infinité de machines, et d’instrumens, avec lesquels il a exercé depuis trente an sa curiosité78. »

  • 79 AN, MC/ÉT/LI/420, inventaire après décès du 27 février 1679, non folioté.
  • 80 Fauveau Olivier, Du Mênil-Habert au Mesnil-Saint-Denis, Saint-Georges-de-Luzencon, Maury, 1989, sp (...)
  • 81 Cité dans Bigourdan Guillaume, Les premières réunions, art. cité, p. 217. Passage commenté dans Br (...)

30L’inventaire après décès de Henri-Louis Habert de Montmor, dressé en 1679, conserve bien quelques traces de cette sociabilité expérimentale, même si à cette date, le maître des requêtes s’était déjà séparé de nombreuses curiosités79. Un coffre situé dans « le passage conduisant à la chambre dudit deffunct ayant veue sur le jardin » renferme ainsi « deux cadrans au soleil, l’un d’ivoire garny d’argent et l’autre d’ebeine a fils d’argent, une petitte boussole d’ivoire, […] un œuf d’aimant, un autre petit œuf aussy d’aimant, un grand cadran a plusieurs cercles d’ivoire gravé ». Sont également répertoriés par les notaires des morceaux d’ambre, « deux microscopes l’ung de cuivre jaune et l’autre de fer blanc ». Dans la « chambre servant de garde-meuble », on trouvait « seize œufs d’autruche », prisés six livres, « un miroir ardent posé sur son pied de bois noircy », « deux piramides de bois s’ouvrant en plusieurs boistiers, l’une peinte de bleu et l’autre couleur de bois, avec deux petitz miroirs concaves », « un tuyau de lunettes de parchemin », « trois peaux d’animaux de mer avec trois torteues et le squelette d’un homme estant dans sa boiste de bois ». Cette accumulation disparate d’objets et de trésors tient davantage du cabinet de curiosités que du laboratoire ordonné. Elle révèle bien la place qu’occupent les « choses curieuses » dans la culture scientifique du temps. Ces objets sont, aux côtés de sa bibliothèque et de sa riche collection de tableaux, les marques ostentatoires du raffinement de Montmor, qu’il ne manquait pas de faire admirer à ses hôtes de passage80. Les œufs d’autruche, les peaux d’animaux de mer et les dispositifs mécaniques ingénieux sont certainement rassemblés à des fins de dissection, d’observation et démonstration, mais de telles pièces ont aussi pour effet de divertir. Les sciences gagnent-elles à être ainsi données en spectacle à un parterre sans doute inégalement docte ? Sorbière semble en douter, qui affirme dans son discours qu’il « y a des gens qui ne demandent que des choses inouïes, et qui mesprisant tout ce qu’ils ont leu ou entendu, se rebuteront aussi de ce qu’ils auront desia veu81 ».

  • 82 Sorbière Samuel, Lettres, op. cit., p. 631 (lettre à Hobbes).
  • 83 Bigourdan Guillaume, Les premières réunions, art. cité, p. 218.

31En 1663, Sorbière paraît donc s’interroger sur la viabilité du modèle de sociabilité savante qu’il avait contribué à définir par son règlement de 1657, et dont le but était de « former des Conferences, qui tournassent à l’utilité publique, aussi bien qu’au divertissement de ceux qui entre82 ». L’équilibre précaire qui avait présidé aux premières années d’existence de l’académie semble avoir cédé. Le public de qualité dont pouvaient s’enorgueillir Chapelain et Sorbière lui-même finit par être un obstacle aux missions que l’assemblée s’était initialement fixées. La présence de nobles suscite la venue de fâcheux qui ne participent qu’afin de gagner l’attention des grands par leurs talents de bretteurs. Pour conserver l’attention de l’auditoire, les tenants de la nouvelle philosophie en sont réduits à des expériences divertissantes, mais qui font sans doute peu pour l’avancement du savoir. Dès lors, le succès de l’académie de Montmor, chez les mondains comme les savants, tend à décliner. Sorbière, à la date de 1663, évoque une assemblée concurrente, tenue chez Sourdis – sans doute Charles d’Escoubleau de Sourdis qui avait hébergé Ismaël Boulliau quelques années auparavant – laquelle accueille les déçus de chez Montmor83. Sorbière en appelle donc – c’est le sens de son discours de 1663 – à une réforme de l’académie et presse pour cela Colbert et la monarchie de prendre les rênes des sociabilités savantes.

32Aussi fragiles soient-elles, les tentatives d’institutionnalisation des cercles scientifiques français constituent pourtant, dans un premier temps, un modèle pour l’Angleterre.

L’Angleterre : du tropisme français à l’élaboration d’un modèle original

Les balbutiements à Londres et Oxford

  • 84 Brioist Pascal, Les cercles, op. cit., p. 135-163.
  • 85 Handley Stuart, « Cotton, Sir Robert Bruce, first baronet (1571-1631) », ODNB.
  • 86 Il en va de même pour le « cercle de Welbeck », une expression tout aussi trompeuse : Raylor Timot (...)
  • 87 Traduit d’après Aubrey John, Brief Lives, éd. Oliver L. Dick, op. cit., p. 256-258.

33Outre-Manche, dans ce domaine, comme dans d’autres, les regards sont d’abord tournés vers le continent. La sociabilité « académique » n’est pas introuvable dans l’Angleterre jacobéenne et caroline : le « club de la Sirène », réunissant au début du XVIIe siècle des autorités comme Inigo Jones, Ben Jonson ou Robert Cotton en est un exemple éclatant84. Mais le cadre des rencontres – une taverne – et les allusions potaches qui parsèment les sources s’y référant l’apparentent davantage aux drinking societies qu’à l’idéal policé et raffiné des académies italiennes. En outre, on y causait plus vraisemblablement de littérature et de politique que de philosophie naturelle. La riche bibliothèque du parlementaire Robert Cotton, dont il laisse l’usage aux doctes, forme aussi un cadre de sociabilité intellectuelle important du Londres jacobéen, mais tourné d’abord vers les savoirs antiquaires85. Quant au fameux « cercle Hartlib », c’est par un usage métaphorique qu’il est parfois désigné ainsi : il ne recouvre pas une institution de sociabilité physique86. À Londres, le Collège Gresham attire bien quelques virtuosi. Kenelm Digby, le « cavalier le plus accompli de son temps », disposant de 3 000 livres de rente selon John Aubrey, en est un exemple : selon le biographe, après la mort de son épouse Venetia en 1633, « il se retir[e] au Collège Gresham à Londres, où il se divertit avec sa Chimie et la bonne conversation des Professeurs », y établissant son laboratoire, et avec l’aide d’un assistant, accomplissant distillations et dissections87. Mais Digby ne tient pas salon et le séjour d’un aristocrate endeuillé au milieu des gens mécaniques est sans doute un hapax.

  • 88 Brown Harcourt, Organizations, op. cit., p. 43-63.
  • 89 Webster Charles, Great Instauration, op. cit., p. 54-57 sur la genèse et la composition de ce grou (...)
  • 90 CM, XV, p. 204, Lettre de Haak à Mersenne, 24 mars/3 avril 1648.
  • 91 Lettre de Haak à Mersenne, cité dans Brown Harcourt, Organizations, op. cit., p. 271.
  • 92 Pailin David A., « Herbert, Edward, first Baron Herbert of Cherbury and first Baron Herbert of Cas (...)

34Au milieu des années 1630, il ne paraît donc pas y avoir en Angleterre de cénacles savants comparables à ceux qui existent en Italie depuis trois décennies et qui apparaissent au même moment en France. Certains membres de la nébuleuse de Samuel Hartlib, comme le mathématicien John Pell ou le philosophe pansophiste Theodore Haak, entreprennent à cette époque une correspondance avec Marin Mersenne. Le contenu dense et varié de la quinzaine de lettres que l’on conserve de ces échanges indique assez à lui seul que Haak et Pell considèrent la sociabilité épistolaire et académique centrée autour du minime comme un modèle dont l’Angleterre devrait s’inspirer88. En 1645, Theodore Haak suggère la tenue de réunions fréquentes, à Londres, pour émuler les académies continentales, formelles ou informelles. Autour de lui se regroupent des médecins, pour la plupart liés au Collège des médecins, et des savants dont les intérêts portent plutôt vers les mathématiques – John Wallis, John Wilkins, Samuel Foster, Theodore Haak – et dont certains sont liés au Collège Gresham et à la nébuleuse des élèves de William Oughtred. Sans exclusive politique ou confessionnelle, ce groupe informel est toutefois dominé par les parlementaires puritains89. Les membres se réunissent au logis de l’un d’entre eux, aux tavernes The Mitre ou The Bull-Head, et se retrouvent encore pour assister aux cours professés par Samuel Foster au Collège Gresham. Les relations que Haak avait initiées avec la France se poursuivent après les premières réunions de ce groupe. En 1647, la grande affaire qui occupe les savants parisiens est l’expérience torricellienne, réalisée en Toscane en 1644 puis reprise en France dans l’entourage de Mersenne. Les Anglais du groupe de Londres en sont informés et tentent à leur tour de répliquer le phénomène. « Nous en avons fait des essays », écrit Haak à Mersenne, « deux ou trois, en compagnie des gens de lettres et de qualité avec beaucoup de plaisir, et estonnement90 ». Quelque mois plus tard, ils réitèrent la tentative toujours en présence de témoins qu’il prend cette fois soin de nommer, « Monseigneur le Prince Electr Palatin, et Monseigneur Herbert, votre grand amy, honorant la Compagnie91 ». Ce « groupe de 1645 », comme l’historiographie le désigne souvent, ne paraît donc bénéficier qu’occasionnellement du soutien et du crédit des grands. La présence de Charles-Louis, électeur palatin et neveu de Charles Ier ne tient qu’au fait qu’il soit le protecteur de John Wilkins. Quant à « Monseigneur Herbert », il s’agit du diplomate et philosophe Edward Herbert, baron de Cherbury, qui avait connu et fréquenté Frédéric V, le père de l’électeur palatin92. Il ne s’agit pas en tout cas d’une sociabilité salonnière comme elle se dessine en France, puisque ce sont les grands qui honorent les savants de leurs visites, et non l’inverse.

  • 93 Webster Charles, Great Instauration, op. cit., p. 156 et p. 166-169.
  • 94 Traduit d’après Ward Seth, Vindiciae Academiarum, Oxford, Leonard Lichfield pour Thomas Robinson, (...)
  • 95 Ibid., p. 170-171.
  • 96 Ibid., p. 171.

35En 1648, le groupe de Londres implose. Suite à l’épuration par le Parlement du corps professoral des universités, Wilkins et Wallis prennent des postes prestigieux à Oxford. Sous l’impulsion de Wilkins, recteur du collège de Wadham, un « club de philosophie expérimentale » s’y développe : il constitue, selon Charles Webster, un rejeton du groupe de 1645. Réunion de fellows de différents collèges, le club se réunit au logis de Wilkins93. L’assemblée se dote d’un règlement, qui n’est sans doute jamais mis en application, de sous-groupes spécialisés, et projette l’établissement d’un observatoire et d’un laboratoire, ainsi que d’un cabinet d’instruments. Seth Ward écrit en 1654 que « c’est un réel dessein qui nous anime et qui n’exige que du soutien pour être réalisé, que d’ériger une école magnétique, mécanique et optique, équipée des meilleurs instruments et adaptée pour les plus utiles expérimentations dans ces domaines94 ». Au milieu des années 1650, des télescopes de grande taille sont construits, dont l’un, œuvre de John Wilkins et Christopher Wren, mesure 7 mètres95. La botanique, la mécanique, les microscopes reçoivent la même attention. Ces initiatives s’inscrivent dans une sociabilité d’abord universitaire, centrée autour de Wilkins, qui en est le principal animateur et contributeur : en 1653, Hartlib note qu’il a déboursé 200 livres pour l’érection d’un « Collège pour les expériences et la mécanique96 ». Ces cénacles se livrent donc de manière concertée et collaborative à une large palette de recherches liées à la philosophie naturelle. Mais ils réclament toujours, à l’instar de Seth Ward, du « soutien » de la part de protecteurs. Au même moment, pour certains natural philosophers, le séjour forcé en France est l’occasion de prendre la mesure des sociabilités savantes continentales.

L’expérience de l’exil

  • 97 Smith Geoffrey, The Cavaliers in Exile, 1640-1660, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2003, p. 97, p (...)

36Dans le Paris de Mazarin, se croisent et se fréquentent aristocrates royalistes en exil, virtuosi attirés par la scène scientifique française, jeunes gentilshommes accomplissant leur Grand Tour, espions à la solde du Protectorat. Entre 1640 et 1660, Thomas Hobbes, John Evelyn, Kenelm Digby, Walter Charleton, Robert Moray, William Cavendish et son épouse Margaret, son frère cadet Charles, William Petty, Balthazar Gerbier sont quelques-uns de ces illustres insulaires qui résident pendant quelques mois au moins dans la capitale, pour certains auprès de la cour de Charles II. Cette micro-société déracinée, qui n’échappe pas aux divisions, est astreinte à une certaine frugalité97.

  • 98 Evelyn John, The Diary of John Evelyn, vol. 1, éd. William Bray, New York/Londres, Walter Dunne, 1 (...)
  • 99 Iliffe Robert, « Foreign bodies : Travel, Empire and The Early Royal Society of London. Part 1. En (...)
  • 100 Baillet Adrien, Vie de Descartes, t. II, op. cit., p. 244. Pour Mersenne : CM, IX, p. 119-123. Pou (...)
  • 101 Malcolm Noel et Stedall Jacqueline (éd.), John Pell (1611-1685) and his Correspondence with Sir Ch (...)
  • 102 Hobbes Thomas, Correspondence, op. cit., vol. 2, p. 796 ; Sorbière Samuel, Relations, lettres et d (...)
  • 103 CM, XIV, p. 308, lettre de Charles Cavendish à John Pell, 7 juin 1646. Cavendish se montre informé (...)
  • 104 Smith Geoffrey, The Cavaliers, op. cit., p. 98.
  • 105 Aubrey John, Brief Lives, éd. Oliver L. Dick, op. cit., p. 468 (vie d’Edmund Waller). Sur ce repas (...)

37Mais Paris est aussi une capitale incontestée de la République des Lettres. Ceux parmi les Anglais qui nourrissent un penchant pour la philosophie naturelle trouvent ainsi de sérieuses compensations aux rigueurs de l’exil. Dans la ville où séjournent Mersenne ou Gassendi, où les cercles savants éclosent, ils ne tardent pas en effet à participer aux sociabilités intellectuelles. Chacun vit son séjour parisien selon ses affinités propres et ses inclinations religieuses et culturelles. Le journal de John Evelyn le signale assistant aux cours de chimie dispensés au Jardin des plantes médicinales, visitant le cabinet de curiosités maintenu à la pompe de la Samaritaine, ou admirant les fontaines et jardins de nombreux palais98. Mais à l’instar d’autres gentilshommes anglais, et notamment de ceux qui effectuent leur Grand Tour, Evelyn a tendance à cultiver l’entre-soi des expatriés99. La demeure de Richard Browne, résident en France pour Charles Ier, constitue ainsi un des centres de gravité des sociabilités exilées. La situation est un peu différente pour Kenelm Digby. Fréquent visiteur depuis les années 1620, il parle et écrit parfaitement le français. Il est sans doute à Paris aussi à l’aise qu’à Londres. Son allégeance à la foi romaine, quoiqu’hésitante, lui permet de s’insérer dans les réseaux de recusants de la capitale. Il fraye également avec les savants français : il rencontre Descartes, correspond avec Mersenne et lui communique des livres, et fait don de sa lunette astronomique à Gassendi100. Charles Cavendish, quant à lui, semble pouvoir compter sur l’hospitalité de vieilles amitiés françaises, comme le conseiller et secrétaire du roi Charles du Bosc, un ami de Hobbes et Digby101. Du Bosc, célébré par Sorbière dans ses relations et lettres sous le nom de « Damon » est aussi un visiteur de Mersenne102. Il est sans doute pour Charles Cavendish, dont le français n’est pas parfait, le moyen de s’introduire dans la bonne société parisienne des salons et des cénacles savants. De fait, Cavendish apparaît en communication fréquente avec les mathématiciens proches du minime103. À rebours de nombre de ses compatriotes, le frère aîné de Charles, William Cavendish, marquis de Newcastle, parvient à maintenir un train de vie conforme à son rang104. Il peut ainsi exercer ce « petit mécénat » des invitations à dîner. Aubrey mentionne que lors de la visite de Descartes à Paris en 1647, celui-ci est reçu à dîner par Newcastle – et sans doute aussi son frère Charles – en compagnie de Gassendi et de Hobbes105. En l’état actuel de connaissance des sources, il reste difficile de se représenter le quotidien des Cavendish pendant leur exil. Plus généralement, les indices concrets permettant d’appréhender la participation des exilés aux formes de sociabilité continentales sont minces et aléatoires. Il est cependant à parier, qu’aussi difficile qu’elle soit à saisir, l’expérience des sociabilités françaises fut déterminante pour les exilés anglais.

  • 106 Charleton Walter, The Immortality of the Human Soul, Londres, Willliam Wilson pour Henry Herringma (...)
  • 107 Ibid., fol. b4. « And, as for those ; the Parts they bear in the Discourse, sufficiently discover (...)
  • 108 Pour des commentaires sur cet ouvrage : Armistead J. M., « Introduction », Charleton Walter, The I (...)
  • 109 Sharp Lindsay, Walter Charleton, art. cité, p. 334.
  • 110 Cottegnies Line, Le renouveau, art. cité, p. 125.

38L’ouvrage du médecin Walter Charleton, The Immortality of the Human Soul, publié en 1657, témoigne bien de l’enjeu qu’a représenté le séjour français pour la communauté des natural philosophers anglais106. Ce traité présente, sous une forme dialoguée, les thèses de Charleton en faveur de l’immortalité de l’âme. Trois personnages participent à la discussion : Athanasius, Isodicastes et Lucretius. Athanasius incarne la position de Charleton, fortement influencée par la lecture chrétienne qu’a faite Gassendi des écrits d’Épicure. L’éditeur nous invite explicitement à cette identification dans « l’avis au lecteur » qu’il signe en tête de l’ouvrage107. Quant aux deux autres personnages, Lucretius et Isodicastes (« juge équitable »), l’historiographie s’accorde en général à y voir des incarnations littéraires respectives de John Evelyn et de Henry Pierrepont, marquis de Dorchester, auquel l’ouvrage est dédié108. Mais ce dernier ne paraissant pas s’être rendu en France pendant l’Interrègne, une telle identification oblige alors à considérer le « pacte dialogique » instauré par l’avis au lecteur comme simple dispositif littéraire. Le lieu et le moment supposés de la discussion – le jardin du Luxembourg au temps de l’exil des Cavaliers – fourniraient à Athanasius-Charleton le prétexte d’une longue digression sur l’état des sciences en Angleterre, pour laquelle l’ouvrage est d’ailleurs souvent cité109. Sans toutefois minorer l’évidente fonction rhétorique de ce contexte parisien, il est également possible d’en faire une lecture plus prosaïque. Il a été suggéré récemment que le personnage d’Isodicastes pourrait être identifié avec Kenelm Digby et de fortes raisons étayent cette hypothèse110. Même s’il ne saurait constituer la transcription d’une conversation réelle, cet ouvrage offrirait alors un aperçu métaphorique des sociabilités des Cavaliers pendant l’exil et du regard qu’ils portaient sur les cénacles savants français : le jardin du Luxembourg fonctionnerait ici comme lieu symbolique de l’exil.

  • 111 Charleton Walter, The Immortality, op. cit., p. 28-30.

39La première partie de l’ouvrage n’est pas tant consacrée à la question de l’immortalité de l’âme qu’à des propos de circonstance : des considérations biographiques permettent d’introduire chaque interlocuteur, puis Athanasius-Charleton décrit le jardin du Luxembourg avec un tel luxe de détails que sa présence à Paris paraît en effet crédible111. Les mœurs parisiennes sont également évoquées. Alors que Lucretius-Evelyn lui conseille de s’adonner aux conversations savantes pour se distraire de ses pensées mélancoliques, Athanasius-Charleton avoue jeter un regard circonspect sur les débats échauffés des savants français :

  • 112 Traduit d’après ibid., p. 15-16.

« S’agissant de cette manière de divertissement, par les conférences philosophiques libres et impartiales dont vous parlez, je l’approuve comme très appropriée […]. Bien que parmi les Français il y ait d’excellents esprits, et des hommes éminents pour leurs aptitudes en toutes sortes de Savoirs, je constate pourtant qu’ils sont en général d’un tempérament plus prompt aux Disputes échauffées et houleuses qu’aux Débats calmes et paisibles lors d’une Question112. »

  • 113 Le terme qu’emploie Athanasius est « verbosity », ibid., p. 16.
  • 114 « great Opinionators », ibid., p. 17.
  • 115 Ibid., p. 34. Pour une analyse approfondie de cette métaphore baconienne et plus généralement pour (...)
  • 116 Charleton Walter, The Immortality, op. cit., p. 34, 38, 41.

40Athanasius se plaint également de l’excessive prolixité des conversations françaises, empêchant de saisir l’idée derrière les raffinements langagiers113. Lucretius s’accorde avec son interlocuteur pour juger les Français de « grands dogmatiques114 ». L’atomisme gassendiste et le mécanisme cartésien, qui polarisent effectivement le débat philosophique parisien, sont sans nul doute particulièrement visés par les deux Anglais. Ces derniers, à rebours de l’esprit de système observé en France, se flattent au contraire d’appartenir à une Nation où les débats témoignent d’une bonne police. Athanasius convoque même la figure tutélaire de Bacon pour célébrer les activités du Collège des médecins. Son panégyrique tire ainsi explicitement son modèle de la description de la Maison de Salomon de La nouvelle Atlantide115. Passant en revue les travaux des membres, Athanasius mentionne, comme Bacon, les missions des « mineurs » et des « marchands de lumière116 ». Surtout, il décrit une œuvre collaborative aux antipodes des querelles et des susceptibilités des cénacles français :

  • 117 Ibid., p. 43.

« Bien que les Membres de ce Collège s’appliquent eux-mêmes séparément à tel ou tel domaine particulier, chacun selon son inclination & délectation de son Génie propre ; pourtant, lorsqu’ils se rassemblent en Conférences, ils sont si candides et généreux dans la communication de leur observations individuelles et découvertes, qu’aucun d’entre eux ne peut être longtemps ignorant des idées de tous les autres117. »

  • 118 Ibid., p. 50.
  • 119 Ibid., p. 186-187.
  • 120 Ibid., p. 19.

41C’est finalement l’idée d’une véritable translatio studii que défend Charleton, par la voix d’Athanasius : « L’Angleterre qui, hier à peine, était le théâtre de la Guerre et de la désolation [est] aujourd’hui l’école des Arts et la Cour de toutes les Muses118. » La bonne poursuite de la discussion et le rôle qu’y joue Isodicastes sont alors métaphoriques du projet d’une sociabilité savante apaisée. Lucretius et Athanasius ne sont pas d’accord : le premier défend une conception matérialiste radicale, quand le second propose un épicurisme christianisé. La discussion demeure toutefois courtoise119. À Isodicates, il revient d’arbitrer le débat. Dès lors, son identification avec Kenelm Digby revêt un sens supplémentaire : il s’agit pour les deux contradicteurs d’en référer au jugement d’autorités compétentes dans l’arbitrage des questions scientifiques. Isodicastes-Digby, réputé « parfait virtuoso » par Lucretius-Evelyn, est pour cela un juge idéal120.

42Le séjour français de certains royalistes a probablement eu pour effet de bousculer les modèles et les sources d’inspiration pour ce qui touche aux sociabilités savantes. Célébrée par Haak au début des années 1640, la scène scientifique française est l’objet de critiques à la fin de l’Interrègne, notamment parce qu’elle est déchirée par des querelles théoriques stériles. Il est d’autant plus facile pour ces royalistes de s’émanciper de la référence française à l’approche de la Restauration, alors qu’en Angleterre s’épanouissent de nouvelles formes de travail scientifique.

Boyle et l’invention d’une nouvelle sociabilité savante

  • 121 Webster Charles, Great Instauration, op. cit., p. 153-155. Pour les rapports entre Boyle et Hartli (...)
  • 122 Ibid., p. 39-40.
  • 123 Ibid., p. 121-123.
  • 124 Shapin Steven, A Social History of Truth. Civility and Science in Seventeenth-Century England, Chi (...)
  • 125 Shapin Steven, The House, art. cité, p. 385-387.
  • 126 Ibid., p. 389.
  • 127 Shapin Steven, Truth, op. cit., p. 170-175.
  • 128 Ibid., p. 291.

43À Oxford, après le départ de Wilkins pour Cambridge en 1658, c’est le jeune aristocrate Robert Boyle, déjà associé aux entreprises de Hartlib dans les années 1640, qui accueille en partie les activités du Club de philosophie expérimentale dans sa maison de High Street121. Boyle, le fils d’un officier ayant fait fortune en Irlande, jouit d’un patrimoine et de revenus fonciers confortables, ces derniers s’élevant à 3 000 livres par an environ dans les années 1640122. Une telle prospérité, qui fluctue toutefois au gré de l’évolution de la situation irlandaise, l’autorise de fait à jouer le mécène. Au début des années 1660, il reçoit plusieurs dédicaces pour des ouvrages à la production desquels il paraît avoir contribué. Préoccupé par la casuistique, on le voit même proposer une pension de 50 livres par an à un théologien pour qu’il publie ses sermons sur les cas de conscience123. En la personne de Boyle, la communauté expérimentale va trouver un ambassadeur emblématique mais aussi, selon Steven Shapin, un « paradigme » de la sociabilité scientifique à venir. Boyle mobilise en effet avec bonheur les normes de la civilité aristocratique pour promouvoir un nouveau style de recherche scientifique124. Par son éducation nobiliaire, il est attaché, voire tenu, à un devoir d’hospitalité et de munificence et les portes de son laboratoire sont généralement ouvertes à tout homme d’honneur souhaitant le visiter ou assister à une expérience125. Rompant avec la tradition du secret caractéristique des alchimistes, le virtuoso encourage donc une sociabilité scientifique collaborative, bornée toutefois par les impératifs de l’honorabilité. Pénétrer le laboratoire de Boyle, tout comme pénétrer le logis d’un gentilhomme, n’est possible qu’à la condition de respecter des critères tacites : être connu de son hôte, de visu ou de réputation, ou être recommandé126. Ces conventions, qui tiennent davantage au milieu de Boyle qu’à sa personnalité, impliquent la soumission implicite du visiteur à deux types d’étiquettes convergentes : l’étiquette aristocratique – se comporter en gentilhomme en présence de gentilshommes – et l’étiquette expérimentale – reconnaître et respecter ce qui est à l’œuvre dans un laboratoire. Dans le cas de Boyle, cette étiquette expérimentale est étroitement liée à une posture épistémologique valorisant le primat de la démarche inductive sur les spéculations théoriques, c’est-à-dire le primat de l’établissement de faits expérimentaux – les fameux matters of fact – sur la recherche des causes. Pour le dire brièvement, Boyle, dès les années 1650, rejette le pédantisme, le dogmatisme et l’esprit querelleur des philosophes au profit de la modestie, du probabilisme et de la civilité des expérimentateurs127. Fort de cette identité de gentilhomme et de ses succès expérimentaux, il est devenu « maître en crédibilité » dès la période oxfordienne128. Ce nouveau personnage de virtuoso-expérimentateur est d’une grande importance pour l’orientation que prennent les sociabilités savantes.

  • 129 Webster Charles, Great Instauration, op. cit., p. 92.
  • 130 Hunter Michael, Boyle, op. cit., p. 131-132 et 144-145.
  • 131 Sur le baconianisme des premières années de la Société royale, voir Dear Peter, « Totius in Verba  (...)

44À partir de 1658, des réunions savantes se tiennent à nouveau à Londres au Collège Gresham. En novembre 1660, l’assemblée décide de se donner une existence formelle et en juillet 1662, une première charte est octroyée par Charles II, donnant officiellement naissance à la Société royale. Les membres encore vivants du « groupe de 1645 » y prennent part, mais les nouveaux venus sont nombreux et concourent à lui donner une coloration davantage aristocratique. Boyle, un des participants les plus assidus des premières années, est en effet rejoint par plusieurs nobles : Robert Moray, le vicomte Brouncker, John Evelyn, Kenelm Digby, Paul Neile, pour ne citer que ceux qui, selon Charles Webster, sont actifs dans les premiers temps de la Société royale129. Boyle, dont l’importance à cet égard ne doit toutefois pas être exagérée, contribue de multiples manières à l’essor de l’institution130. Il lui cède son précieux assistant expérimentateur, Robert Hooke, la défend lors de controverses et lui imprime, avec d’autres, une idéologie baconienne. La Société royale fait sienne le programme épistémologique de Boyle et sa devise Nullius in Verba, suggérée par John Evelyn, indique assez à elle seule le primat de l’expérimentation et le rejet des systèmes théoriques131.

  • 132 Webster Charles, Great Instauration, op. cit., p. 92 pour la liste des membres « actifs ». Sur Mor (...)
  • 133 Shapin Steven, House, art. cité, p. 389-390.
  • 134 Schaffer Simon et Shapin Steven, Leviathan, op. cit.
  • 135 Sur Arundel House et les projets subséquents : ibid., p. 381 ; Hunter Michael, Establishing the Ne (...)
  • 136 Rappelons que ce récit de l’évolution des sociabilités savantes, largement consensuel, est en part (...)

45Les premières années de la Société royale doivent donc beaucoup à l’expérience oxfordienne et singulièrement à l’activité que Boyle y a déployée, mais cherchent sans doute à éviter les écueils des sociabilités savantes françaises. Il n’est sans doute pas anodin que parmi les membres « actifs » des années 1660-1663 figurent Charleton, Evelyn, Moray, Petty, Digby (dans une moindre mesure), qui tous ont séjourné en France au cours des années 1640-1660 et pour la plupart d’entre eux (à l’exception probable de Moray) participé à la vie scientifique parisienne132. Tous ont à cœur d’éviter les dissensions. Les membres de la Société royale et les visiteurs de passage se doivent de respecter les étiquettes expérimentale et aristocratique qu’on a évoquées s’agissant de Boyle133. Selon Schaffer et Shapin, le baconianisme que professent Boyle et les pères fondateurs de la Société royale est autant méthodologique que politique : en collectant les matters of fact et en s’abstenant de disputer de leurs principes, de la vertu de tel ou tel système théorique, et a fortiori des affaires politiques ou religieuses, ils élaborent un modèle de concorde et de bonne police134. La Société royale fait ainsi corps avec les desseins d’apaisement et de réconciliation de la Restauration. Il n’est pas non plus anodin qu’après le Grand Incendie, la Société royale se déplace pour quelques années du Collège Gresham à la maison londonienne du comte d’Arundel : il s’agit d’une compagnie dominée par les gentilshommes opérant selon les codes de la civilité aristocratique dans une demeure aristocratique135. Avec Boyle, la sociabilité savante anglaise semble donc avoir trouvé son point d’équilibre, permettant aux aristocrates et aux savants de tirer profit de leur association mutuelle136.

Circulation et cristallisation des modèles

  • 137 Bigourdan Guillaume, Les premières réunions, art. cité, p. 160, discours du 3 avril 1663.
  • 138 Brown Harcourt, Organizations, op. cit., p. 91-94.
  • 139 Ibid., p. 99-102.
  • 140 Huygens Christiaan, OC, op. cit., t. XXII, p. 543-544.

46Contrairement à ce que les Français peuvent alors dire, il est probable que les sociabilités parisiennes, auxquelles ont participé plusieurs membres fondateurs de la Société royale pendant l’Interrègne, ont constitué pour la Société royale des contre-modèles davantage que des sources d’inspiration. Pourtant, en 1663, Sorbière peut se féliciter dans son discours prononcé à l’académie Montmor, « à l’advantage de ceste Assemblée, qu’Elle est la Mere de toutes celles qui se sont formées depuis sa naissance dans ce Royaume, en Angleterre, ou dans les Païs-Bas137 ». Fontenelle, Cassini, Chapelain, Melchisedech Thévenot ont émis des opinions comparables138. On aurait tort d’évacuer de tels propos comme de grossières manifestations de chauvinisme. Henry Oldenburg (futur secrétaire de la Société royale) et Christiaan Huygens ont tout deux séjourné en France avant de se rendre à Londres et ont assisté chacun à plusieurs séances de l’académie Montmor, en 1659-1660 pour le premier, en 1660-1661 pour le second. Mais ce qu’ils ont écrit de ces assemblées ne fait guère penser à la Société royale ! Oldenburg, dans ses lettres au castrais Saporta, évoque des séances manifestement dominées par les discussions autour de problèmes théoriques et de systèmes philosophiques. On discute ainsi de la génération spontanée, « des principes de Descartes », « de l’influence des Astres », ou encore de « l’insuffisance du mouvement et de la figure p[ou]r expliquer les phenomenes de la nature (entrepris a prouver par un Aristotelien)139 ». Quant à Huygens, il rapporte plusieurs débats échauffés tenus à l’académie. Le 28 décembre 1660, il mentionne une « dispute de Rohaut et Auzout », le 4 janvier 1661, il entend encore « Pequet contre Bourdelot140 ». Outre qu’à ces dates, la Société royale est déjà formée, il y a donc tout lieu de douter que les séances de l’assemblée londonienne aient puisé leur inspiration dans celles du cénacle parisien. Pourtant, Sorbière n’a pas complètement tort de rapprocher les deux institutions. La discipline que vise – et ne parvient pas – à instaurer son règlement de 1657 est finalement assez proche de celle qu’il admire lors des débats de la Société royale quelques années plus tard :

  • 141 Sorbière Samuel, Relation d’un voyage en Angleterre, Paris, Louis Billaine, 1664, p. 90.

« Personne ne se haste de parler, ny ne se picque de parler long-temps, & de dire tout ce qu’il sçait. On n’interrompt jamais celuy qui parle, & les dissentimens ne se poussent pas bien avant, ny d’un ton qui puisse des-obliger en aucune maniere. Il ne se peut rien voir de plus civil, de plus respectueux, & de mieux conduit que ceste Assemblée, telle qu’elle me parut141. »

  • 142 Shapin Steven, Truth, op. cit., p. 97-98.
  • 143 Brown Harcourt, Organizations, op. cit., p. 129-132.

47Mais ne pas interrompre l’orateur, éviter de transformer les débats en oppositions personnelles, ou encore respecter l’ordre du jour et la présidence des séances, tout cela relève davantage des règles de politesse que d’une idiosyncrasie institutionnelle. La différence majeure entre l’académie Montmor et la Société royale semble surtout toucher au statut des expériences. À l’hôtel de la rue Sainte-Avoye, on l’a vu, les démonstrations et les expériences sont au mieux, d’après Sorbière, un divertissement pour égayer le parterre de qualité ; en Angleterre, elles sont constitutives d’une épistémologie foncièrement inductive. À quoi cette différence tient-elle ? On pourra évoquer bien sûr le poids de Bacon en Angleterre et celui de Descartes en France. Comme cela a été rappelé, une explication de nature culturaliste est avancée par les contemporains eux-mêmes, Charleton décriant les « dogmatiques » français et leur langage affecté. Thomas Sprat, le premier historien de la Société royale, fait quant à lui l’éloge de la simplicité et de l’honnêteté des insulaires, que d’autres contrastent avec la légèreté ou la mauvaise foi des Français142. S’il y a donc circulation des modèles de part et d’autre de la Manche, c’est donc plus certainement de l’Angleterre vers la France qu’elle se déroule. À l’été 1663, trois « montmoriens » sont admis à des séances de la Société royale143. Mais dès le discours de Sorbière de mai 1663, l’influence anglaise se fait indubitablement sentir :

  • 144 Bigourdan Guillaume, Les premières réunions, art. cité, p. 216-217.

« Et ainsi j’estime qu’il faudroit faire place aux experiences, et se taire lorsque quelqu’un voudroit operer. […] Cependant, Messieurs, il n’y auroit rien plus juste, que de permettre à chacun de satisfaire à sa curiosité, et d’essayer tout ce dont il seroit en doute. Car les expériences qui auroient esté une fois faites et examinées dans ceste Assemblée, et dont on auroit chargé nos Registres, seroient authentiques à la postérité144. »

  • 145 Sorbière Samuel, Relation d’un voyage, op. cit., p. 80, p. 115.

48Sorbière, pourtant peu suspect d’être un expérimentaliste radical, esquisse là ce qui s’apparente à un programme baconien. En 1664, dans sa relation d’un voyage en Angleterre, adressée à Louis XIV, il n’hésite plus à affirmer que la Société royale « respandra d’Angleterre sur les autres peuples une infinité d’utiles inventions », à célébrer une « Noblesse d’Angleterre […] presque toute sçavante & fort éclairée » et à renouveler auprès du monarque l’appel à fonder une institution comparable sur le sol français145 :

  • 146 Ibid., p. 115.

« Si le hazard, & l’estude de quelques particuliers a avancé nos arts & nos sciences jusques où nous en sommes ; que ne fera point la bonne conduite de tant d’habiles gens, la despence de plusieurs grands seigneurs, l’authorité publique, & la magnificence d’un puissant Monarque146. »

  • 147 Sturdy David J., Science and Social Status : the Members of the Académie des Sciences, 1666-1750, (...)
  • 148 Brown Harcourt, Organizations, op. cit., p. 135-160.
  • 149 Hahn Roger, L’anatomie d’une institution scientifique. L’Académie des Sciences de Paris, 1666-1803(...)
  • 150 Sturdy David J., Science, op. cit., p. 63-80.
  • 151 Sur l’académie Bourdelot et la carrière de ce dernier au service des Condé, tout a été dit dans (...)

49La suite de l’histoire est bien connue. Colbert finit par entendre les suggestions de Sorbière. Dès 1663, le ministre, par le truchement de Chapelain, tente d’attirer en France plusieurs savants étrangers147. Auzout, Petit, Thévenot travaillent au projet d’une « compagnie des sciences et des arts » avec comme souci d’éviter les écueils de l’académie montmorienne148. Colbert présidera au choix des membres : les cartésiens et les jésuites sont exclus, tout comme les nobles qui n’ont pour les sciences qu’un intérêt superficiel, mais aucun pur technicien ou homme de métier n’est intégré149. En février 1666, un groupe de plus en plus étoffé se réunit dans la bibliothèque de Colbert, puis dans la bibliothèque du roi, rue Vivienne150. La France avait son Académie, laquelle constituait un entre-soi pour des savants tenants de la nouvelle philosophie. Mais ce récit généalogique a ses parti-pris et laisse de côté les cercles privés, parfois étroitement liés à un dogme comme le cartésianisme (Rohault), ouverts sur le public des curieux (Jean-Baptiste Denis), ou professant de façon à peine voilée un libertinisme sulfureux (Bourdelot)151. Les appartenances multiples ne sont d’ailleurs pas rares, et on a vu que Rohault et Bourdelot avaient participé aux discussions de l’académie Montmor. Il ne s’agit donc pas d’une monopolisation de la sociabilité savante par le pouvoir : d’autres sensibilités continuent à s’épanouir hors de la tendance expérimentaliste, mathématique et utilitaire de l’Académie.

50Des années 1620 aux années 1660, les sociabilités scientifiques connaissent d’importantes évolutions qui mènent à leur institutionnalisation, au terme d’un parcours heurté et marqué par les circulations internationales. L’enjeu de « faire institution » est d’ancrer ces réunions savantes dans la durée, pour éviter des écueils rapidement observés en France : le soutien des grands est fragile, intermittent et comporte son lot de désagréments, dont le moindre n’est pas le déplacement des pratiques scientifiques vers la curiosité et le spectacle, au détriment des recherches besogneuses, peu remarquables mais essentielles à la compréhension du monde naturel. Dans les pages qui suivent, nous envisageons le rapport ambivalent – et aux yeux de nombre de savants, peu satisfaisant – qu’entretiennent les grands avec les pratiques scientifiques.

Les grands et les pratiques scientifiques : entre spectacle et avancement du savoir

  • 152 Jacques Kuffler était le frère d’Abraham Kuffler, gendre de l’ingénieur hollandais Cornelis Drebbe (...)

51Dans une lettre qu’il adresse de Paris à son frère, le parlementaire Nicolas-Claude Fabri de Peiresc évoque la lunette grossissante qu’amène avec lui à Aix l’ingénieux Jacques Kuffler152 :

  • 153 Tamizey De Larroque Philippe (éd.), Lettres de Peiresc, t. VI : Lettres de Peiresc à sa famille et (...)

« celle cy n’est que pour servir d’addresse au Sr Kuffler de Cologne, present porteur, qui m’a estroitement obligé à luy rendre tout le service qu’il me sera possible. Il vous fera voir une nouvelle invention de lunette toute diverse des ordinaires avec laquelle les mittes de fromage qui sont moindres que des cirons paroissent aussy grosses que des mouches sans aisles. […] J’en avois ouy faire grand cas par M. Aleaume, qui en estoit juge capable, comme vous sçavez, et qui n’en parloit lors, que sur la relation que luy en avoit faicte le Prince Maurice, mais, à cette heure qu’il les a veues luy mesmes, il les a voulu faire voir à monsieur frere du roy, lequel ne s’en pouvoit souller, et aux plus curieux de cette ville, et en parle bien avec plus d’admiration que devant. Je m’asseure que vous prendrez bien autant de plaisir que moy à voir cette merveille et à la faire voir à M. Merindol, à M. Lombard et à cez autres messieurs que vous jugerez en estre curieux. Mais si Monseigr Le Duc de Guise est encore là, et que vous jugiez que sa curiosité n’en soit pas esloignée, je voudrois bien que vous la luy fissiez voir et que vous essayiez par mesme moyen d’en tirer une lettre de recommandation à Mme la grande duchesse (où c’est que cet honneste homme a grand desir de trouver introduction)153 ».

  • 154 BNF, manuscrit français 20614, fol. 107 r°.
  • 155 BM Carpentras, manuscrit 1774, fol. 433. Pierre Jeannin (1540 ?-1623), favori de Henri IV, préside (...)

52De cette lettre souvent citée, plusieurs enseignements peuvent être tirés. D’une part, l’observation de mites de fromage à la lunette constitue un spectacle susceptible de divertir les grands. La « curiosité » et le « plaisir » sont les motifs qui selon Peiresc justifient que les nobles s’abaissent à considérer ces artifices mécaniques. D’autre part, un microscope peut manifestement servir de passeport pour le monde, puisque c’est par son truchement, et au terme d’une chaîne de recommandations impliquant son frère et le duc de Guise, que Peiresc envisage de faire introduire Kuffler auprès d’une Dame, la grande duchesse et régente de Toscane, Marie-Madeleine d’Autriche. Par l’invention dont il est le porteur, Kuffler prétend donc s’inviter à la cour savante la plus prestigieuse d’Europe. Ceux qui sont capables d’initier au spectacle de l’observation microscopique ont un profit particulier à en tirer. Jacques Alleaume, qui fait circuler la lunette à la cour au printemps 1622, se maintient ainsi dans les bonnes grâces du jeune Gaston, alors âgé de quatorze ans. Quelques années plus tard, en 1625, il est encore son professeur de mathématiques, couché sur les listes de ses domestiques pour des gages de 600 livres annuelles154. Les observations à la lunette ne laissent pas de fasciner les nobles et les personnes de qualité. Dans ses papiers, Peiresc note encore que « M. le président Jeannin ayant regardé dans des Tuyeaux garnys de convexes seulement et sans concaves y a commencé à voir ce qu’il n’avoit jamais veu auparavant155 ». Ces divertissements et curiosités optiques, qui ouvrent aux savants les portes des salons mondains et aristocratiques, paraissent toutefois les détourner du travail besogneux qui nourrit les sciences, préfigurant les tensions qui traversent l’académie Montmor.

  • 156 Pingré Alexandre Guy et Bigourdan Guillaume (éd.), Annales célestes du dix-septième siècle, Paris, (...)
  • 157 Learner Richard, Fenêtres sur l’univers. L’histoire des instruments de l’astronomie, Paris, Denoël (...)

53L’astronomie fournit un bon exemple des sociabilités savante et mondaine qui peuvent accompagner les pratiques scientifiques. Alexandre-Guy Pingré et Guillaume Bigourdan ont compilé dans leurs Annales célestes un grand nombre d’observations imprimées dans les ouvrages du temps, fournissant ainsi un utile répertoire de sources à l’historien156. C’est sur ce riche matériau que son fondées les pages qui suivent. De tous les phénomènes relevés par les deux auteurs, seules les éclipses de Lune et de Soleil ont ici été considérées : outre leur caractère prédictible qui en faisait des événements prisés des astronomes amateurs, les occultations présentent l’avantage d’être relativement fréquentes et bien documentées, offrant donc un point de comparaison commode entre la France et l’Angleterre. Par le spectacle qu’elles constituent, les éclipses sont aussi un objet idéal pour saisir l’évolution du cadre social des activités astronomiques. Un rapide survol de la liste dressée par Pingré et Bigourdan le confirme : les retranscriptions d’observations, et sans doute les observations elles-mêmes, sont de plus en plus nombreuses de 1620 à 1660. Non seulement les sites d’observation se multiplient, mais ils impliquent des groupes qui s’étoffent au cours du temps. À l’origine presque systématiquement individuelle, l’observation astronomique devient donc une pratique collective. Cela s’explique notamment par les conditions de l’observation. Pendant tout le déroulement de l’éclipse, deux séries de données sont principalement notées par les astronomes : d’une part, l’heure, mesurée à la minute près grâce à des cadrans solaires ou des instruments pour prendre la hauteur du Soleil ou d’une étoile, comme les quarts de cercle (aussi appelés quadrants) ; d’autre part, l’occultation du diamètre apparent de l’astre, exprimée en « doigts » (douzièmes), et observée directement à l’aide de lunettes, ou par projection sur un support. Ces instruments – lunettes et quarts de cercle – voient leur taille croître au cours du XVIIe siècle. Il n’est pas rare de voir des quarts de cercle dépasser les deux mètres de rayon et les lunettes atteignent couramment les quatre à cinq mètres de long157. Le gain de précision se paie par la nécessité d’une attention constante. La lunette doit suivre en permanence la course des astres : un observateur solitaire, qui, après avoir relevé l’occultation à la lunette, s’en irait ensuite noter l’heure au quart de cercle, accumulerait par là les imprécisions, sans parler même du risque de bousculer les instruments. La préparation de l’observation implique également l’installation du matériel et le calcul de la latitude si celle-ci n’est pas connue. De plus en plus, les observations mobilisent donc plusieurs participants spécialisés. Leur nombre et leur compétence deviennent un critère d’estimation de la validité des données recueillies, mais ce n’est pas le seul.

  • 158 Schaffer Simon et Shapin Steven, Leviathan, op. cit., p. 25-26.
  • 159 Ibid., p. 60-62.
  • 160 Licoppe Christian, La formation de la pratique scientifique. Le discours de l’expérience en France (...)
  • 161 Shapin Steven, Truth, op. cit.

54Les travaux des historiens des sciences anglo-saxons aident à comprendre ce qui se joue dans la validation d’une observation ou d’une expérience scientifiques. Selon Steven Shapin et Simon Schaffer, la construction de la preuve expérimentale, notamment pendant les premières années de la Société royale de Londres, implique trois types de technologies158. Dans leur vocabulaire, la « technologie matérielle » désigne l’ensemble de l’appareillage utilisé pendant l’expérimentation. Rappelons que l’environnement matériel de la science de l’époque est bien loin d’être standardisé : la réplicabilité des résultats expérimentaux, exigeant des instruments stables et fiables, est un premier problème auxquels se heurtent les savants, qu’ils abordent la physique du vide ou l’astronomie. Selon Shapin et Schaffer, après le temps de l’expérimentation vient le temps de son exposition. Robert Boyle fait pour cela usage d’une « technologie littéraire » – c’est-à-dire un modèle descriptif et narratif alliant, dans son cas, récit à la première personne, iconographie réaliste et soignée, verbes au présent et une langue précise et sans ornements – produisant ce que les auteurs appellent un « témoignage virtuel » : le lecteur de Boyle doit se trouver convaincu, par la grâce du texte seul, de la réalité des phénomènes en jeu, comme s’il les avait lui-même vus159. Cette « technologie littéraire » est renforcée par ce que les auteurs nomment « une technologie sociale », c’est-à-dire l’ensemble des conventions et le type de sociabilité auxquels se soumettent les expérimentateurs. À l’âge de Boyle, la principale technologie sociale mobilisée est celle de la civilité aristocratique, les nobles constituant des témoins de confiance, mentionnés comme tels dans les comptes rendus expérimentaux. Christian Licoppe parle quant à lui de « transactions nominales » entre savants et personnes de qualité. L’attestation d’un grand donne crédit à la parole de l’expérimentateur, tandis que ce dernier participe à la construction de la réputation nobiliaire par l’association de son témoin à des formes de sociabilité attractives et valorisantes160. La croyance dans les énoncés scientifiques se construit donc par la référence constante à la dignité des observateurs : il s’agit d’un trait qui s’inscrit plus largement dans l’histoire de la confiance161.

  • 162 Voir la récurrence de la forme « memini » dans son diaire astronomique : Gassendi Pierre, Opera Om (...)
  • 163 Wing Vincent, Astronomia Britannica, Londres, John Macock, 1669, p. 326-327 ; Palmer John, The Cat (...)
  • 164 OO, IV, p. 454, 456 et 460-462.
  • 165 Palmer John, The catholique, op. cit., p. 210-211.
  • 166 Petit Pierre, « Observationes aliquot eclipsium solis et lunae cum notis ad id pertinenbitus », Du (...)
  • 167 OO, IV, p. 106.
  • 168 Petit Pierre, Observationes, op. cit., p. 12.
  • 169 Ibid.
  • 170 Morin Jean-Baptiste, Eclipsis solis observata parisiis in Aurelianensi palatio, [s. l. n. d.] (Bib (...)
  • 171 Ibid., p. 1-2.
  • 172 Ibid., p. 1.

55Ce modèle conceptuel est d’une grande force interprétative et semble bien rendre compte des pratiques expérimentales de la seconde moitié du XVIIe siècle. Il est en revanche plus difficile à appliquer pour les observations astronomiques qui se déroulent jusqu’en 1660. Aucune « technologie littéraire » stable ne se dessine, et on serait bien en peine de mener une analyse rigoureuse. La plupart des récits, comme ceux de Vincent Wing ou de Pierre Gassendi, ont été compilés et mis en forme a posteriori, au moment ou en prévision de la publication d’un ouvrage, à partir des données astronomiques brutes : le prévôt de l’église de Digne avoue souvent faire appel à sa mémoire162. Les modèles littéraires sont assez disparates : Vincent Wing utilise plutôt la forme passive, tandis que John Palmer affectionne la forme active163. Gassendi raconte volontiers les circonstances précédant l’observation, lorsque celles-ci sont remarquables, et peut agrémenter son récit d’anecdotes personnelles164. En revanche, la « technologie matérielle » est centrale dans tous les comptes rendus : tant la nature des instruments de mesure utilisés que leurs dimensions ont ici leur importance, si bien que les observateurs en font souvent mention. John Palmer indique qu’il observe les phases de certaines éclipses avec un télescope et note l’heure avec une montre165. Pierre Petit commence son récit de l’observation de l’éclipse de Soleil du 8 avril 1652 par la présentation de ses instruments : pour l’heure, des quarts de cercle, deux horloges et un grand cadran solaire mural ; l’occultation est observée par projection, à l’aide de deux télescopes de quatre pieds. Un miroir parabolique de 15 pouces de diamètre est également disposé pour constater l’affaiblissement des rayons solaires : selon Petit, il amenait avant l’éclipse une bille de plomb au point de fusion, mais ne pouvait pas enflammer un bout de bois sec à son maximum166. Gassendi mentionne également fréquemment ses instruments, et peut même invoquer à l’occasion leur médiocrité pour justifier d’une mesure imparfaite, comme en 1632, alors qu’il est à Lyon et n’a pu se procurer qu’un petit quart de cercle167. La rivalité entre groupes d’observateurs met donc autant en jeu la qualité des instruments que la compétence et l’expertise de ceux qui les manient. Petit, relatant les observations de l’éclipse de Soleil de 1652 détaille l’instrumentation de chaque observatoire : un grand sextant pour Jean Béchet et Jean Picard, un quadrant équinoxial de neuf pieds de diamètre pour Gaynot et Bourdin, etc.168. Évoquant l’observation de Jean-Baptiste Morin et d’Antoine Agarrat, il juge les mesures aberrantes et les explique par la médiocrité des instruments : il renonce donc à les publier intégralement169. Morin, qui a le tempérament colérique, répond à ces accusations dans une feuille imprimée pour la circonstance170. Il pointe les inexactitudes du récit de Petit, mais revendique également la qualité de son instrumentation, que son adversaire n’avait pas vue171. Morin mobilise aussi la « technologie sociale » pour défendre sa réputation. Il rappelle en effet qu’il a observé l’occultation de l’astre en présence de Gaston d’Orléans, l’oncle du roi. Critiquer son observation, c’est également porter atteinte à la réputation de son illustre témoin et commanditaire172.

  • 173 Foster Samuel et Twysden John (éd.), Miscellanies or Mathematical Lucubrations, Londres, R. & W. L (...)
  • 174 Ibid., p. 1 ; Palmer John, The catholique, op. cit., p. 209.
  • 175 Wing Vincent, Astronomia, op. cit., p. 349-350. Sur John Wyberd, voir Taylor Eva G. R., The Mathem (...)

56Pourtant, jusqu’aux années 1650, la dimension mondaine de la preuve reste fort timide. En Angleterre, les astronomes Jeremiah Horrox, William Gascoigne et William Crabtree, dispersés dans le nord du pays, paraissent observer seuls. Lorsque les éclipses donnent lieu à des rassemblements, il s’agit d’une sociabilité savante et amicale davantage que mondaine. Le professeur au Collège Gresham Samuel Foster et le médecin John Twysden assistent à l’éclipse de Soleil du 1er juin 1639 depuis le tribunal de l’Old Bailey173. L’éclipse de Lune de décembre 1638 est observée près de Coventry par Foster et Twysden qu’accompagne John Palmer174. Le médecin John Wyberd rejoint à Whitehall le fabricant d’instrument mathématique John Marr et son fils pour observer celle du 21 août 1645175. Ces astronomes s’estiment et peuvent citer leurs observations dans leurs ouvrages respectifs, mais ne paraissent pas s’adjoindre le concours de personnes de qualité, ou du moins n’en font pas mention.

  • 176 Fournier Georges, Hydrographie, Paris, Michel Soly, 1643, p. 566.
  • 177 Ibid., p. 582.
  • 178 Ibid., p. 380.
  • 179 OO, IV, p. 447.
  • 180 Traduit du latin d’après ibid., p. 433.

57En France, la situation est dans un premier temps comparable à celle de l’Angleterre. Dans les années 1620 et 1630, Gassendi observe souvent seul ou accompagné d’un assistant. À cette période, rares sont les mentions de l’honorabilité des participants. Georges Fournier, dans son Hydrographie, se contente par exemple de relever l’identité de l’observateur, le lieu de l’observation, et les données astronomiques176. Mais en France s’adonnent à l’astronomie de véritables virtuosi, comme le parlementaire Peiresc, le secrétaire du roi Beaugrand ou le trésorier général Mydorge, qui tous jouissent d’une situation matérielle confortable. Ils contribuent sans doute à l’anoblissement des pratiques astronomiques et à leur attrait accru auprès des élites. À la fin des années 1630, des groupes plus étoffés apparaissent. L’éclipse de Soleil du 1er juin 1639 est observée au couvent des carmes déchaussés par deux groupes. À la fenêtre du dortoir se tiennent Gilles Personne de Roberval, Claude Mydorge et le jésuite Denis Petau. Dans la bibliothèque opère une compagnie à la qualité plus relevée, constituée de « Monsieur Beaugrand secrétaire, assisté de Messieurs le Président Pascal & Monsieur Hardi conseiller au Chastelet177 ». En 1642, l’hôtel de Jacques-Auguste de Thou accueille Boulliau, Gassendi et le jésuite Fournier178. En 1643, le président du parlement Matthieu Molé se joint à Sucy-en-Brie à Gassendi et l’abbé Marc de Champigny179. Mais à l’exception des virtuosi qui se piquent d’astronomie, les grands qui entourent ces observations contribuent-ils à leur conférer du crédit, ou à défaut, à soutenir matériellement les savants ? Il y a lieu d’en douter si l’on s’en réfère à Gassendi. Selon lui, ils sont nuisibles davantage qu’utiles. En témoigne son récit contrarié de l’éclipse de Soleil de juin 1639, dont il ne peut relever toutes les mesures car « arrivèrent des Grands qui dérangèrent et […] empêchèrent que le maximum de l’éclipse fût observé180 ».

  • 181 Traduit du latin d’après Wing Vincent, Astronomia, op. cit., p. 349-350. Le fils de John Marr prés (...)

58Bien sûr, nous sommes là tributaires des probables lacunes de la documentation. Il y eut sans doute bien d’autres observations qui n’ont pas été répertoriées ou imprimées, et auxquelles pouvaient sans doute se mêler à l’occasion des personnes de qualité. Gassendi mentionne incidemment que lors de l’observation de l’éclipse de Lune de janvier 1647, il a croisé l’évêque coadjuteur de Paris et futur cardinal de Retz, Jean-François Paul de Gondi, qui s’en allait rejoindre son ami l’abbé de Champigny. Le prêtre-astronome n’en dit mot, mais il n’est pas impossible que les deux hommes aient partagé un bref moment d’échange par le froid glacial qui enveloppait alors Paris. Ce qui en revanche apparaît de façon claire au regard de ces indices fragmentaires, c’est que la présence des aristocrates, dans ces années 1620-1640, ne participe pas du dispositif d’accréditation des témoignages et des observations. La confiance dans les données mesurées se construit hors des codes de la civilité aristocratique et laisse une place dominante à la réputation savante des observateurs. C’est encore plus vrai en Angleterre, où avant 1650, les observations astronomiques – pour la plupart, il est vrai, compilées a posteriori – ne font mention d’aucun témoin de marque. L’observation de l’éclipse solaire du 21 août 1645 réalisée par John Wyberd, John Marr et son fils et rapportée par Vincent Wing met ainsi d’abord l’accent sur l’expertise instrumentale des observateurs, précisant qu’ils disposaient d’un « tube [de lunette], ayant sous la main un quart de cercle en bois, par lequel apparaissait la hauteur du soleil graduée en minutes […] ainsi qu’un instrument horaire, armillaire, universel, qui est appelé vulgairement équinoxial, ou anneau équinoxial, si grand et si scrupuleusement gradué qu’il fournissait également les minutes de l’heure181 ».

  • 182 Burns William E., « “The Terriblest Eclipse that hath been Seen in our Days” : Black Monday and th (...)
  • 183 Traduit d’après Owen G. Dyfnallt (éd.), Report on the manuscripts of Lord De L’Isle and Dudley, vo (...)
  • 184 Palmer John, The Catholique, op. cit., p. 210.

59Les éclipses solaires des années 1650 ne paraissent pas non plus donner lieu à des exemples manifestes de sociabilité mondaine et savante. Avec deux éclipses de Lune et une éclipse solaire, les cieux de l’année 1652 donnent à la population anglaise de nombreux motifs d’inquiétude, alors que le climat politique, avant l’instauration du Protectorat, est déjà marqué par l’incertitude et l’instabilité. L’éclipse du 29 mars/8 avril 1652 est particulièrement crainte et fait l’objet de discours prophétiques et millénaristes. Ils contribuent à faire du « Lundi Noir » un événement presque intégralement dominé par les lectures eschatologiques. Plus qu’à une divertissante curiosité céleste, l’opinion publique s’attend donc au chaos annonciateur de la fin des temps182. La population est littéralement terrorisée lorsque le disque de Soleil commence à être occulté. Robert Sidney, comte de Leicester, contemple bien le spectacle depuis son manoir londonien, mais il semble seul et sans autre instrument de mesure qu’un cadran solaire. Il note dans son journal que « Lilly et d’autres faiseurs d’almanachs ont prévu de terribles choses qui ont effrayé les gens du commun, de telle sorte que de neuf heures à onze heures du matin, il n’y avait presque personne dans les rues ou vaquant à ses affaires, mais tous les corps vulgaires étaient confinés à la maison, comme le faisaient les Égyptiens pendant l’obscurité183 ». John Palmer, recteur de la paroisse d’Ecton, dans le Northamptonshire, consigne bien qu’il a observé « la grande éclipse de Soleil avec un télescope […] en compagnie d’une demi-douzaine de gentilhommes et de ministres, [s] es voisins184 ». Mais l’observateur ne donne pas les noms de ses témoins de qualité : il ne s’agit pas là d’une de ces « transactions nominales » qu’évoque Christian Licoppe, et ce n’est pas l’assistance qui accrédite le compte rendu.

  • 185 Notamment Petit Pierre, Observationes, op. cit.

60En France, les éclipses de la décennie 1650 constituent au contraire de véritables spectacles, où la preuve mondaine semble à première vue jouer à plein. Rien qu’à Paris, on dénombre au moins six observatoires, dont on connaît la composition et l’assistance grâce aux publications imprimées pour la circonstance185.

  • 186 Le Roux de Lincy (éd.), Notice sur le plan de Paris de Jacques Gomboust, Paris, Techener, 1858, p. (...)

Observateurs

Lieu

Témoin de qualité

Jean Béchet, Jean Picard

Collège de Navarre

Gilles Personne de Roberval, Claude Mylon

Jardin de Pierre Brûlart, abbé de Saint-Martin

Pierre Brûlart, abbé de Saint-Martin

Ismaël Boulliau

Hôtel de Thou

Jacques-Auguste II de Thou

Pierre Bourdin, François Gaynot

Collège de Clermont

Henri II de Savoie, archevêque de Reims

Pierre Petit, Jacques-Alexandre le Tenneur, Adrien Auzout, Jacques Buot

Hôtel de Pierre Petit, rue Saint-Nicaise186

Cardinal de Retz

Nicolas de Bourdin ( ?), Jean-Baptiste Morin, Antoine Agarrat

Palais du duc d’Orléans [Palais du Luxembourg]

Gaston d’Orléans

Tableau 1. – Les observatoires parisiens de l’éclipse du 8 avril 1652.

  • 187 Voir Picolet Guy, « Biographie de Picard avant 1666 », Picolet Guy (éd.), Jean Picard et les début (...)
  • 188 Roberval Gilles de, « Aristarchi Samii de mundi systemate », Mersenne Marin, Novarum observationum (...)
  • 189 Mesnard Jean, « Sur le chemin de l’Académie des sciences : le cercle du mathématicien Claude Mylon (...)

61La composition et la localisation de ces petits groupes s’expliquent facilement par ce que l’on sait de la vie des observateurs qui y prennent part. Le jeune Jean Picard, qu’on a déjà vu assister Gassendi, observe dans le cadre d’un collège parisien en compagnie d’un ancien professeur de l’université, Jean Béchet, qu’il avait peut-être connu pendant ses études187. Le mathématicien Gilles Personne de Roberval est accompagné de Claude Mylon et du conseiller du roi Pierre Brûlart de Saint-Martin. En 1644, il avait fait de ce dernier le dédicataire de son Aristarque et en 1656, après la mort de Brûlart, Roberval achète à ses héritiers son manoir de Normandie188. Quant à Claude Mylon, avocat au parlement et mathématicien amateur, il paraît fréquenter Roberval depuis le milieu des années 1640189. La présence de Boulliau à l’hôtel de Thou n’a rien d’étonnant, puisque l’astronome loudunais était, on l’a vu, un familier du diplomate. Pierre Bourdin et François Gaynot, deux jésuites, observent sans surprise depuis le collège de Clermont, établissement parisien de la compagnie, en présence de l’archevêque de Reims.

  • 190 Buot Jacques, Usage de la roue de proportion, Paris, Melchior Mondière, 1647.
  • 191 O’Connor J. J. et Robertson E. F., « Jacques-Alexandre Le Tenneur », The MacTutor History of Mathe (...)
  • 192 Pour Petit : Petit Pierre, Observationes, op. cit., p. 15-16 et également Petit Pierre, Dissertati (...)

62L’assemblée plus particulièrement concernée par la publication de Petit regroupe des savants promis à bel avenir. Auzout et Buot seront membres de l’Académie royale des sciences, Pierre Petit de la Société royale de Londres. Petit et Buot se connaissent depuis la parution d’un ouvrage de ce dernier, la roue de proportion, auquel Petit a contribué par une épître190. Jacques-Alexandre le Tenneur est quant à lui conseiller au parlement de Bordeaux et mathématicien amateur. Ses biographes écrivent qu’il « est hautement probable qu’[il] a été impliqué dans le combat politique de la Fronde » et notamment dans son épisode bordelais, l’Ormée191. Même si la chose est difficilement vérifiable en l’absence de recherche poussée dans les archives locales, la présence à ses côtés du plus illustre des frondeurs parisiens, le cardinal de Retz, au printemps 1652, c’est-à-dire au plus fort de la crise, accrédite bien sûr un tel jugement. L’épisode n’est pas mentionné dans les mémoires du cardinal, mais il aurait été étonnant qu’il le fût, les moments à caractère anecdotique ne constituant pas la matière première de ce genre d’écrit. Le 8 avril, les convives de la rue Saint-Nicaise parlent peut-être autant de politique que d’astronomie, et il n’est pas impossible que dans l’assistance, on ait tenté de déchiffrer les décrets du ciel. Si Pierre Petit est un adversaire acharné de l’astrologie judiciaire et des interprétations prophétiques, Auzout a semble-t-il gagné sa vie en tirant des horoscopes192. Le dernier groupe d’observateurs est particulièrement critiqué par Petit. S’y trouvent deux astrologues, Nicolas Bourdin, sieur de Villennes et Jean-Baptiste Morin, professeur de mathématiques au Collège royal, qu’accompagne un disciple appliqué de Gassendi, Antoine Agarrat. Cette observation a lieu en présence de Gaston d’Orléans et de sa cour, au palais du Luxembourg. On peut affirmer sans trop de risques que le choix d’un astronome-astrologue comme Morin pour conduire les opérations tient là aussi au rôle de conseiller occulte qu’il est susceptible de jouer dans un contexte politique brûlant. Depuis le début de l’année 1651, Gaston d’Orléans est ouvertement rallié à la Fronde. En ce printemps 1652, alors que Mazarin est en exil et que les armées des rebelles et du roi se livrent à des escarmouches, le prince est en effet dans l’expectative. Mais l’éclipse constitue aussi un spectacle, dans la veine de ceux auxquels le prince avait déjà assisté dans ses jeunes années. Cette observation est bien documentée et permet d’approcher la « transaction nominale » qu’effectuent Morin et Agarrat d’un côté et Gaston d’Orléans de l’autre.

  • 193 Traduit du latin d’après Morin Jean-Baptiste, Eclipsis, op. cit., p. 1.

63Selon les feuillets que Morin a fait imprimer en réponse à Petit, il n’a aidé à l’observation que par le commandement exprès de Gaston, transmis par le truchement de Nicolas Bourdin193. Dans cette publication, l’astrologue livre un récit relativement détaillé des préparatifs et du déroulement de l’observation :

  • 194 Traduit d’après ibid., p. 2.

« Et donc le lendemain, une chambre obscure assez grande ayant été aménagée promptement par le soin du sieur Agarrat, donnant sur le balcon de ce même palais, exposé au jour et tourné vers le midi, et un télescope ayant été disposé à l’intérieur, lequel devait projeter l’apparence du soleil […], je signalai au Prince Sérénissime que le début de l’éclipse n’était vraiment pas très loin et que tout était prêt. Et donc le Prince et sa Sérénissime et Très Estimée épouse étant entrés dans la chambre accompagnés de nombreux ducs, maréchaux et autres grands, l’éclipse débuta après un court moment. La hauteur du soleil m’apparut alors de 38 degrés […]. Pendant que je prenais un repas léger à l’écart de l’assemblée, en compagnie du très Fameux et très Savant M. de la Terrerie, conseiller et médecin ordinaire du Prince Sérénissime, je voulus réaliser le calcul de l’éclipse. Saisi par la fièvre et les courbatures, je fus contraint de retourner chez moi194. »

  • 195 Marolles Michel de, Mémoires, Paris, Antoine de Sommaville, 1656, p. 191-192. Un autre témoignage (...)

64À lire entre les lignes, le rôle de Morin dans cette observation princière n’est guère brillant. Il aménage le lieu de l’observation, prépare les instruments, appelle le duc et sa cour au début du spectacle, se retire de la distinguée compagnie pour faire les calculs et manger et quitte le palais du Luxembourg sans avoir partagé la table de son hôte. Les grands ne mettent pas eux-mêmes la main à l’ouvrage et Morin ne paraît pas particulièrement sollicité par ses spectateurs de marque, ce qu’il n’aurait sans doute pas manqué d’évoquer le cas échéant. Aussi médiocre puisse-t-elle sembler, la transaction entre Morin et Gaston a pourtant bien lieu : l’astronome divertit le prince et celui-ci l’autorise en retour à parer ses écrits du crédit attaché à son nom. En outre, même si l’imprimé de Morin n’en dit rien, il est très probable qu’il a reçu une gratification pour cette démonstration. Mais l’astronome n’est qu’un courtisan parmi d’autres : la sociabilité princière, fût-elle ici intéressée par un phénomène céleste, ne s’organise que très secondairement autour du savant et de ses accomplissements. À peine les mathématiciens partis, le duc reçoit l’abbé et homme de lettres Michel de Marolles qui lui présente sa traduction des œuvres d’Horace : le moment, fugace, révèle la concurrence courtisane et les sollicitations perpétuelles qui forment le quotidien du prince195. Après avoir goûté quelques instants à la présence de Gaston d’Orléans, Morin doit retourner à son étude. Son association avec Gaston n’a guère agi comme talisman auprès de la communauté des astronomes qui, à l’image de Petit, n’est généralement pas tendre avec lui.

  • 196 Palmer John, The Catholique, op. cit., p. 211.
  • 197 Le contrat de mariage d’Antoine Agarrat, passé le 1er mai 1647, le décrit « professeur de mathémat (...)

65L’éclipse de Soleil de 1654 n’a pas donné lieu aux mêmes regroupements mondains. Gassendi, affaibli, observe depuis le manoir de Montmor au Mesnil-Saint-Denis. John Palmer observe depuis Ecton « en compagnie de nombreux hommes doctes [ses] amis et voisins » mais ne révèle pas plus avant leurs identités196. Boulliau et Petit, à Paris, observent seuls. Gaston sollicite le professeur de mathématiques Antoine Agarrat pour assister à l’occultation depuis le val de Loire, où il est exilé depuis la fin des troubles et le retour de Mazarin197. L’astronome en donne dans une publication de circonstance un récit détaillé. Gaston, alité à cause de la goutte, ne peut observer directement mais

  • 198 Agarrat Antoine, Eclipses du soleil observees aux annees 1652 & 1654, Paris, Jacques Langlois, 165 (...)

« envoyoit demander le progrez que la Lune faisoit sur le corps du Soleil. […] L’Eclipse estant entierement achevée, S.A.R. desira sçavoir à quelle heure elle avoit commencé, & me commanda d’en faire le calcul, devant elle, & en presence des Messieurs susnommez. Je n’eus pas plustost commencé & faict la figure pour la desmonstration du calcul, que Monsieur me dit qu’il falloit trouver l’arc de l’Equateur, qui estoit depuis la hauteur du Soleil jusques au meridien, & S.A. mesme chercha les Sinus necessaires pour ladite supputation, & ainsi elle trouva que le commancement estoit à 8 heures moins 30 secondes, & me commanda de mettre au net tout ce que j’avois remarqué de cette Eclipse198 ».

  • 199 Ibid., p. 4.
  • 200 Abraham Claude K., « The French Royal Family : Patrons of Science in the Age of Louis XIII », The (...)
  • 201 Un exemple plus précoce de ces tensions est fourni par Meynier Honorat de, Paradoxes contre les ma (...)
  • 202 Agarrat Antoine, Eclipses, op. cit., p. 15.

66Le témoignage satisfait et complaisant que donne Agarrat constitue évidemment un modèle de flatterie courtisane. L’astronome, avant que de commencer la description de l’éclipse, a pris soin de louer la cour de son hôte, notant avec admiration « tant de retenuë & de regularité » dans l’entourage du Prince199. Le portrait qu’il dessine de Gaston est celui d’un prince savant et géomètre, anticipant les calculs de son astronome et l’aidant dans sa tâche. Que Gaston ait eu un attrait bien réel pour les sciences, la chose est avérée par les études sur son mécénat200. Mais le sel d’un tel récit réside dans ce qu’il dit de la relation du prince et du savant. L’économie du patronage – symbolique mais aussi pécuniaire – fonctionne ici à plein. Agarrat est sans nul doute gratifié et son prestige grandit naturellement au contact de Gaston. Le Prince, quant à lui, soigne son image de mécène des arts et des sciences. La caution mondaine de Gaston est d’autant plus utile à un professeur comme Agarrat qu’elle lui permet de devancer les accusations et les suspicions. Le milieu des praticiens mathématiques souffre en effet du discrédit que peuvent contribuer à lui attacher maîtres-écrivains peu habiles, astrologues rusés ou professeurs incompétents201. Agarrat se fait l’écho de cette crise de confiance, affirmant à Gaston que « les Mathématiques avec toute leur certitude souffrent tant d’oppositions, qu’il est presque impossible de pouvoir discerner leurs légitimes Professeurs d’avec ceux qui s’ingerent de les mettre en prattique sans y avoir esté initiez202 ».

  • 203 Boulliau Ismaël, Astronomia Philolaica, Paris, Piget, 1645.

67Agarrat, par le patronage du duc d’Orléans, cherche à gagner l’estime d’un public mondain qui forme sans doute le cœur de sa clientèle, mais il est en revanche douteux qu’une telle publication fasse beaucoup pour sa réputation au sein de la communauté expérimentale. C’est qu’avec son petit opuscule soigneusement illustré et largement dédié au portrait flatteur du prince, Agarrat s’éloigne de la sobriété, voire de l’aridité des publications astronomiques de ses pairs. Il y a loin en effet des austères tableaux de hauteurs et de durées incluses dans les ouvrages de Gassendi ou Boulliau aux planches gravées et aux descriptions précises d’Agarrat203. Sa « technologie littéraire » est incontestablement celle du « témoignage virtuel », puisqu’il fait bel et bien « voir » l’éclipse. Mais est-ce là ce qu’attendent les astronomes, habitués à la simple énumération des données astronomiques ? Ce sont évidemment des publics différents que visent d’un côté les feuillets d’Agarrat imprimés en langue vernaculaire et de l’autre les épais ouvrages latins de Boulliau ou Gassendi. Agarrat paraît donc servir la curiosité et le spectaculaire autant que la précision et le savoir, ce dont il se targue auprès de Gaston en évoquant l’astronomie :

  • 204 Agarrat Antoine, Eclipses, op. cit., p. 16.

« Il est vray, Monseigneur, qu’on traite ordinairement ces sciences de curieuses, & elles le sont en effect, du nombre toutesfois de ces curiositez, qui sont non seulement honnestes, mais encore utiles & necessaires, puis qu’il n’y a personne qui ne les mette au rang des Arts libéraux, nobles, honnorables, voire des plus élevez & sublimes, dont il n’y a que les belles ames qui en soient les plus capables204. »

  • 205 Voir les feuilles qu’il en fait imprimer, et qui se trouvent à l’observatoire de Paris, parmi les (...)
  • 206 Observatoire de Paris, manuscrit B5 12, non folioté, lettre de « Henry » à Boulliau.

68Les observations réalisées en présence de Gaston semblent révéler un progressif déplacement, de la science vers la curiosité, de l’astronomie vers le spectacle. Agarrat ne participe pas à l’observation de l’éclipse de Soleil de janvier 1656 qui se déroule à Blois en présence du prince. C’est un mathématicien peu connu, Antoine Marchais, qui dirige les opérations, avec d’ailleurs un peu d’improvisation205 : il omet en effet de prendre la latitude du lieu d’observation avant de commencer ses mesures et ses calculs206.

69Les grands attendent-ils autre chose que du divertissement de la part des savants ? L’économie de l’échange qui se noue entre les aristocrates et les scientifiques paraît précaire et déséquilibrée. La présence des grands fonctionne à l’occasion comme source de crédit moral, mais la communauté expérimentale semble bien pouvoir s’en dispenser. Quant au financement éventuel des activités scientifiques, s’il paraît souvent souhaité, il n’est sans doute pas fréquemment octroyé. C’est ce dont témoigne une lettre amère du virtuoso Jacques-Alexandre le Tenneur à Marin Mersenne au sujet de l’expérience barométrique. Mersenne avait probablement évoqué dans la lettre précédente la rumeur du soutien d’une Dame d’Auvergne. Son correspondant le détrompe :

  • 207 CM, XVI, p. 57, Jacques Le Tenneur à Mersenne, 16 janvier 1648.

« Si est de la bonne et espaisse Marquis[e] d’Effiat, qu’on a entendu parler, a cause peut estre que je la visitois quelque fois a Clermont et ailleurs, je vous proteste que c’est avec bien peu de raison qu’on vous en parlé de la sorte, car la bonne Dame n’aime et ne fait estat que de ceux qui despensent pour elle et qui ont soin de la faire danser et jaffler, car ce sont choses qui luy plaisent fort, et a quoy elle ne craint personne, mais de despenser un double pour l’avancement des sciences, croyés moy qu’elles ne se cognoist point a cela, et qu’il ne le faut point attendre d’elle207. »

  • 208 Payen Antoine-François, Extrait d’une lettre de Monsieur Payen… à Monsieur de Montmor… contenant l (...)
  • 209 Voir le commentaire dans Pingré Alexandre Guy et Bigourdan Guillaume (éd.), Annales célestes, op. (...)
  • 210 Huygens Christiaan, OC, op. cit., t. VI, p. 59-67, « Observation de l’Eclipse du Soleil du 2e juil (...)

70Pour les aristocrates, « dépenser un double pour l’avancement des sciences » semble donc, sinon exclu, du moins très secondaire. Les contre-exemples que constituent les patronages de Condé ou de Montmor ne doivent pas occulter le fait que les activités savantes sont souvent pratiquées sans le soutien des grands. De ce point de vue, il est une dernière observation astronomique qui mérite sans doute d’être mentionnée : il s’agit de l’observation de l’éclipse de Soleil du 2 juillet 1666. À Paris, le jurisconsulte et astronome Antoine-François Payen observe chez un conseiller au parlement, secondé par Agarrat et un autre professeur de mathématiques, Barbier. Dans la lettre qu’il adresse à Montmor au sujet de l’éclipse, il vante la précision de l’observation et célèbre les « civilités extraordinaires » dont a fait preuve leur hôte à leur égard208. Payen rajoute qu’ils ont choisi d’observer par projection droite, notamment car elle « satisfait mieux à la curiosité des assistans » : son témoignage fait donc en partie place à la « technologie sociale » de la preuve mondaine. Les données qu’il recueille ne sont pas aberrantes, mais l’observation la plus solide, tant sur le plan des instruments que des individus qui y participent, se tient sans doute ailleurs209. Elle est effectuée « dans la maison de Monsieur Colbert, Par Messieurs Hugens, de Carcavy, Roberval, Auzout, Frénicle et Buot », qui tous peuvent prétendre à une certaine expertise astronomique et mathématique210. L’appareillage à disposition est impressionnant : une horloge marine de Huygens, un sextant de six pieds de rayon, plusieurs lunettes de trois, six et sept pieds de longueur équipées de micromètres, deux miroirs ardents. Le contrôleur général des finances, hôte de cette savante compagnie, ne semble pas assister au spectacle, car il n’est pas cité. L’épisode pourrait donc passer pour emblématique des dynamiques à l’œuvre : déclin des cercles aristocratiques et de la sociabilité mondaine, montée d’un mécénat davantage officiel, et autonomisation des pratiques scientifiques. À l’image des premiers mois d’existence de l’Académie des sciences, l’observation de l’éclipse est accueillie par les grands, mais se déroule hors de leurs regards et de leurs attentes. La science ne le cède pas à la curiosité : les pratiques savantes, d’une certaine manière, se professionnalisent.

71La protection des grands prend donc de multiples formes, dont la domesticité n’est que le point extrême et relativement rare. Ceux des savants qui prétendent à une noblesse de l’esprit sont réticents à se voir assimilés à la tourbe des valets. Les finances des familles aristocratiques ne les autorisent pas toujours, quand seulement elles le voudraient, à pensionner des scientifiques pour le simple plaisir de leur conversation. Dès lors, les relations entre les puissants et les savants revêtent souvent une apparence moins grandiose et plus coutumière : la table partagée, le gîte offert. L’accueil et la protection des cercles savants peuvent être une autre modalité du patronage aristocratique, mais celle-ci peine à s’instaurer vraiment, car les termes de l’échange ne la rendent pas durable. Les normes de la sociabilité et de la civilité scientifiques sont rarement consensuelles : de quoi débaton et comment ? L’autorité morale des grands ne parvient pas à éteindre les disputes. La proximité des aristocrates et la recherche de leurs faveurs semblent au contraire attiser des comportements courtisans qui font de ces salons l’arène de fabrication de la réputation. La fin de l’académie Montmor en est l’illustration, tandis que les cercles anglais parviennent à fonder une étiquette scientifique originale, fortement liée à la civilité aristocratique. Reste que la présence des grands ne fonctionne que secondairement comme source de crédit financier et moral. Le cas des observations astronomiques montre que la communauté savante tend à opérer dans la relative indépendance des aristocrates. Le salon aristocratique ne constitue cependant pas le seul lieu de développement des carrières savantes de l’époque moderne. L’atelier de l’imprimeur en est un autre, sans doute plus important, et c’est maintenant vers cette « culture de l’imprimé », fondamentale dans de nombreuses trajectoires, qu’il faut se tourner.

Notes

1 Traduit d’après Aubrey John, Brief Lives, éd. Oliver L. Dick, op. cit., p. 479 (vie de John Wilkins).

2 Biagioli Mario, Galileo, op. cit., p. 16.

3 Pour un exemple parmi d’autres : Mesnard Jean, Le mécénat scientifique, contr. cit.

4 Schapira Nicolas, Un professionnel des lettres au XVIIe siècle. Valentin Conrart : une histoire sociale, Seyssel, Champ Vallon, 2003, p. 290.

5 Gassendi Pierre, Peiresc 1580-1637. Vie de l’illustre Nicolas-Claude Fabri de Peiresc, Roger Lassale (trad.), Paris, Belin, 1992, p. 266. Voir aussi Aurell Martin, Dumoulin Olivier et Thelamon Françoise (éd.), La sociabilité à table : commensalité et convivialité à travers les âges, Rouen, Publications de l’université de Rouen, 1992. Pour une analyse du rôle joué par la commensalité dans la sociabilité des salons, voir Lilti Antoine, Le monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 2008, p. 226-233.

6 Brioist Pascal, Les cercles intellectuels à Londres de 1580 à 1680, thèse de doctorat de l’Institut universitaire européen, 1993, p. 80-91 pour la sociologie des tavernes et des cabarets londoniens.

7 Voir Spalding Ruth (éd.), The Diary of Bulstrode Whitelocke, 1605-1675, Oxford, Oxford University Press, The British Academy, 1990, p. 632, p. 635.

8 Ibid., p. 129, p. 662, et pour l’emprisonnement, p. 499.

9 « J’ai aujourd’hui dîné avec M. Gassendi chez M. H. de Montmor, maître des requêtes, qui m’en envoya hier pire. Il m’a fait voir ses livres, qui sont beaux et en grand nombre : il m’a fait promettre que je l’irois voir une fois la semaine […]. Il dit qu’il veut venir voir mes livres ; je pense qu’il prétend aussi que je serai son médecin » (Reveillé-Parise J.-H., Lettres de Gui Patin, t. II, Paris, J.-B. Baillière, 1846, p. 107). Autre mention de Gassendi chez Montmor, p. 211.

10 Aubrey John, Brief Lives, éd. Oliver L. Dick, op. cit., p. 384.

11 Ibid., p. 472. Le Ralph Freeman dont il est question ici n’est pas le même que le Chevalier et maître des requêtes originaire du Surrey qui sera évoqué à plusieurs reprises dans ce travail.

12 Traduit d’après Wharton George, Hemeroscopeion : the loyall almanack, for the year of Christ, 1650, Londres, ex officina fidelissima, senatui cruentissimo diametrice opposita, 1650, fol. A3.

13 Josten Conrad H. (éd.), Elias Ashmole (1617-1692), His Autobiographical and Historical Notes, vol. 2, Oxford, Clarendon Press, 1966, p. 496-498, entrée du 8 août 1650.

14 Bougerel Joseph, Vie de Pierre Gassendi, Paris, Jacques Vincent, 1737, p. 89-90, affirme que Gassendi est « l’intime ami & le commensal de Luillier ». Voir pour une autre mention ibid., p. 24. Sur les hôtes parisiens de Gassendi, voir Rochot Bernard, « La vie, le caractère et la formation intellectuelle », Berr Henri (éd.), Pierre Gassendi, 1592-1655. Sa vie et son œuvre, Paris, Albin Michel, 1955, p. 26. Pour la famille Luillier, voir aussi Rochot Bernard, « Introduction », Gassendi Pierre, Lettres familières à François Luillier pendant l’hiver 1632-1633, éd. Bernard Rochot, Paris, Vrin, 1944, p. xviii-xix.

15 Bougerel Joseph, Vie, op. cit., p. 372.

16 Segrais Jean Regnault de, Œuvres diverses de Mr. de Segrais, t. I, Amsterdam, François Changuion, 1723, p. 43-44.

17 Gassendi Pierre, Vie, op. cit., p. 235.

18 AN, MC/ÉT/XLIX/260, pièce 325, 19 septembre 1607.

19 Nellen Henk J. M., Ismaël Boulliau (1605-1694) : astronome, épistolier, nouvelliste et intermédiaire scientifique. Ses rapports avec les milieux du « libertinage érudit », Amsterdam, APA-Holland University Press, 1994, p. 45-46.

20 Observatoire de Paris, manuscrit B5 12, non folioté, extrait d’une lettre de Boulliau du 30 septembre 1648 qui évoque « M. Roberval qui demeure chez M. le lieutenant civil ».

21 AN, MC/ÉT/XXXIV/115, 24 juin 1649.

22 Hepp Noémi, Deux amis d’Homère au XVIIe siècle, Paris, Klincksieck, 1970, p. 47-56 pour le séjour castrais ; AN, O1, 1595, 107 pour le séjour parisien.

23 Tallemant Des Réaux Gédéon, Historiettes, t. IV, Paris, Levavasseur, 1834, p. 134.

24 Ibid., p. 136.

25 Viala Alain, Naissance, op. cit.

26 Bougerel Joseph, Vie, op. cit., p. 123-125. Bernard Rochot a identifié avec certitude ce « seigneur ». Il s’agit du président à mortier Henri de Mesme, frère aîné du comte d’Avaux qui propose également une pension à Descartes. Rochot Bernard, Introduction, contr. cit., p. xxiii-xxvi.

27 Bougerel Joseph, Vie, op. cit., p. 125 pour la citation ; Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997.

28 Hildesheimer Françoise, Monsieur Descartes. La fable de la raison, Paris, Flammarion, 2010, p. 222 et 328. Pour l’identité du seigneur anglais qui invite Descartes, le nom de Charles Cavendish a souvent été avancé, mais aucune preuve concrète ne paraît exister : Jacquot Jean, « Sir Charles Cavendish and his Learned Friends. A Contribution to the History of Scientific Relations between England and the Continent in the Earlier Part of the 17th Century », Annals of Science, vol. 8 (1952), p. 25-26. Descartes René, Adam Charles et Tannery Paul (éd.), Œuvres de Descartes, t. III : Correspondance, janvier 1640-Juin 1643, Paris, Cerf, 1899, p. 89-90 penche avec de solides arguments pour Kenelm Digby. Pour les travaux d’optique de Richelieu, voir infra, chapitre iv.

29 Baillet Adrien, La vie de Monsieur Descartes, t. II, Paris, Daniel Horthemels, 1691, p. 461-462. Claude de Mesme, comte d’Avaux, correspondant de Peiresc, était le frère cadet de Henri de Mesme qui avait proposé d’accueillir Gassendi dans son hôtel. Les deux frères avaient déjà reçu Gassendi pour une conversation savante. Voir Rochot Bernard, Introduction, contr. cit., p. xxiii-xxvi.

30 Bougerel Joseph, Vie, op. cit., p. 89-90.

31 Mallet Francine, Molière, Paris, Grasset, 1986, p. 38-39.

32 Ribard Dinah, Raconter, vivre, penser : histoires de philosophes, 1650-1766, Paris, Vrin, EHESS, 2003, p. 132-134 souligne que les vies de philosophes adoptent souvent pour leurs héros un double modèle, apostolique et monacal.

33 Traduit d’après Oughtred William, To the English Gentrie… the Just Apologie of Wil. Oughtred, [Londres, Aug. Mathewes, 1634], fol. A4 v°-B v°.

34 Hill Katherine, Negotiating, art. cité, p. 259.

35 Ibid. et Feingold Mordechai, Mathematicians, op. cit., p. 193-194.

36 Le Dividich Aude, L’enseignement, op. cit. ; Mormiche Pascale, Devenir prince. L’école du pouvoir en France, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, CNRS Éditions, 2009.

37 Gerbino Anthony, François Blondel. Architecture, Erudition and the Scientific Revolution, Oxford, Routledge, 2010, p. 22-25.

38 Feingold Mordechai, Mathematicians, op. cit., p. 63-64.

39 Ibid., p. 50, 52, 53 et 75.

40 « Relation de la maladie et de la mort de Gassendi. détail de ses deux dernières maladies par la Poterie », Andrieux Louis, Pierre Gassendi, prévôt de l’Église de Digne, thèse pour le doctorat ès Lettres, Paris, Georges Andrieux, 1927, p. 100-108, spécialement p. 101-102.

41 Sur Bourdelot : Béguin Katia, Les princes de Condé : rebelles, courtisans et mécènes dans la France du Grand Siècle, Seyssel, Champ Vallon, 1999, p. 405, passim ; Sur Morin, voir chapitre iv ; sur Cureau de la Chambre : Nexon Yannick, Le mécénat du chancelier Séguier. Recherches sur un hôtel parisien au XVIIe siècle, l’activité d’un cercle littéraire et religieux et son influence, thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe, École nationale des Chartes, 1976. En Angleterre, Feingold Mordechai, Mathematicians, op. cit., p. 70, signale que le mathématicien Richard Forster était médecin du comte de Leicester.

42 Nellen Henk J. M., Boulliau, op. cit., p. 49.

43 Aubrey John, Brief Lives, éd. Oliver L. Dick, op. cit., p. 385-386. Sur le patronage d’Oughtred par Arundel, voir Howarth David, « Lord Arundel as a Patron of Learning and Scholarship, 1610-1640 », Mesnard Jean et Mousnier Roland (éd.), L’âge d’or, op. cit., p. 142 ; Howarth David, Lord Arundel and his Circle, New Haven/Londres, Yale University Press, 1985.

44 Traduit d’après Aubrey John, Brief Lives, éd. Oliver L. Dick, op. cit., p. 281 (vie de Thomas Harriot).

45 Boulenger, Jean, La géométrie pratique des lignes, des superficies et des corps, Paris, pour l’auteur, rue Simon le Franc, 1630, fol. A3 r°, « De l’Hostel de Soissons, ce 12 Fevrier [1630 ?] ». Boulenger, lecteur royal de mathématiques, n’habite probablement pas à l’hôtel de Soissons. Il réside à sa mort à deux pas de là, rue Sainte-Marie de l’Égyptienne. Voir son inventaire après décès, commenté plus loin dans ce travail : AN, MC/ÉT/XXI/203, 9 janvier 1637.

46 Oughtred William, Arithmeticae in Numeris et Speciebus Institutio, Londres, Thomas Harper, 1631, spécialement fol. A2-A4 r°.

47 Aubrey John, Brief Lives, éd. Oliver L. Dick, op. cit., p. 297 ; Aubrey John, “Brief Lives”, Chiefly of Contemporaries, Set Down by John Aubrey, Between the Years 1669 & 1696, éd. Andrew Clark, Oxford, Clarendon Press, 1898, vol. 2, p. 196.

48 Batho Gordon R., « Thomas Harriot and the Northumberland Household », Fox Robert (dir.), Thomas Harriot : an Elizabethan Man of Science, Aldershot, Ashgate, 2000, p. 33.

49 Roche J. J., « Harriot, Thomas (c. 1560-1621) », ODNB.

50 Batho Gordon R., Thomas Harriot, contr. cit., p. 34.

51 Pumfrey Stephen et Dawbarn Frances, « Science and Patronage… », art. cité, p. 162.

52 Batho Gordon R., Thomas Harriot, contr. cit., p. 34. Selon Batho Gordon R., « The Finances of an Elizabethan Nobleman : Henry Percy, Ninth Earl of Northumberland (1564-1632) », The Economic History Review, vol. 9, no 3 (1957), p. 443, « the Earl of Northumberland, one presumes, had one of the largest incomes from land of his times ».

53 C’est ce qu’observe Feingold Mordechai, Mathematicians, op. cit., p. 210 : « Most patrons were reluctant either to be drawn into a long-term commitment or to assume the entire burden of financial support. »

54 Traduit d’après Aubrey John, Brief Lives, éd. Oliver L. Dick, op. cit., p. 476.

55 Traduit d’après Aubrey John, Brief Lives, éd. Andrew Clark, t. II, op. cit., p. 292 (Walter Warner).

56 Biagioli Mario, « Le prince et les savants : la civilité scientifique au XVIIe siècle », Annales HSS, vol. 50, no 6 (1995), p. 1417-1453, p. 1417 pour la citation.

57 L’Académie des Lynx (Accademia dei Lincei), créée à Rome en 1603 sous le patronage du prince Federico Cesi, est considérée comme la première académie scientifique d’Europe. L’Académie de l’Expérience (Accademia del Cimento) est fondée à Florence en 1657 par Léopold de Médicis, frère du grand-duc de Toscane.

58 Ibid., pour une comparaison stimulante entre le modèle français, où le pouvoir monarchique fonctionne comme premier principe de légitimation, et le modèle anglais, où la légitimation provient de la construction d’une étiquette spécifique, centrée autour des pratiques expérimentales. Voir aussi Béguin Katia, Condé, op. cit., p. 363-369 et p. 373-379 pour une analyse des profits réciproques que tirent Condé et Bourdelot de l’accueil et la protection par le premier du cercle savant animé par le second.

59 Du Hamel Jean-Baptiste, Regiæ scientiarum academiæ historia, Paris, J.-B. Delespine, 1701 ; Mazauric Simone, Fontenelle et l’invention de l’histoire des sciences à l’aube des Lumières, Paris, Fayard, 2007 ; Bigourdan Guillaume, « Les premières réunions savantes de Paris au XVIIe siècle », Comptes-rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, 1917, p. 129-134, p. 159-162, p. 216-220 ; Brown Harcourt, Scientific Organizations in Seventeenth Century France (1620-1680), New York, Russell & Russell, 1967 ; Mazauric Simone, Savoirs et philosophie à Paris dans la première moitié du XVIIe siècle, Paris, PUPS, 1997.

60 Outre le classique Yates Frances, Les académies en France au XVIe siècle, Paris, PUF, 1996, voir la synthèse de Mazauric Simone, Savoirs et philosophie, op. cit., p. 27-30.

61 Sur le cabinet des frères Dupuy, voir Delatour Jérôme, « Le cercle des frères Dupuy à Paris », Jacob Christian (dir.), Les lieux de savoir : espaces et communautés, Paris, Albin Michel, 2007, p. 157-178 ainsi que ses autres travaux. Sur le cercle Conrart, voir Schapira Nicolas, Conrart, op. cit.

62 Mazauric Simone, Savoirs et philosophie, op. cit.

63 Ibid., p. 93-100 et p. 118-121.

64 Coste Hilarion de, La vie du R. P. Marin Mersenne, Paris, Sébastien et Gabriel Cramoisy, 1649, p. 60-89 et pour l’édition de 1651, p. 106-113.

65 Pour une analyse de cette liste, voir Goldstein Catherine, « L’honneur de l’esprit : de la République des mathématiques », Cosandey Fanny (éd.), Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime, Paris, EHESS, 2005, p. 191-230.

66 Armogathe Jean-Robert, « Le groupe de Mersenne et la vie académique parisienne », Dix-septième siècle, 44 (1992). p. 131-139.

67 Cité dans ibid., p. 134.

68 Voir la bibliographie finale.

69 Delorme Suzanne, « Un cartésien ami de Gassendi : Henri-Louis Habert de Montmor », Revue d’histoire des sciences, vol. 27, no 1 (1974), p. 68-72 ; Foiret Faustin, « L’hôtel de Montmor », La Cité, bulletin trimestriel de la Société historique et archéologique du IVe arrondissement de Paris, vol. 13 (1914), p. 309-339 ; Brown Harcourt, Organizations, op. cit., p. 64-134. Sur la famille du maître des requêtes, voir Labbé Yvonne, « Une famille de noblesse de robe, les Habert de Montmort seigneurs du Mesnil-Saint-Denis, 1543-1720 », Paris et Île-de-France. Mémoires publiés par la Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’île de France, t. XXXIX (1988), p. 7-122.

70 Sorbière Samuel, Lettres et discours de M. de Sorbiere, Paris, François Clousier, 1660, p. 631-635 (lettre à Hobbes). Le règlement est daté de l’année 1657.

71 Ibid., p. 635.

72 Huygens Christiaan, Œuvres Complètes, La Haye, Martinus Nijhoff, 1888-1950 (OC dans la suite du texte), t. II, p. 174, lettre de Chapelain à Huygens, 10 mai 1658. Le témoignage de Sorbière est comparable : Sorbière Samuel, Lettres, op. cit., p. 201.

73 Ibid., p. 201.

74 Huygens Christiaan, OC, op. cit., t. II, p. 287, 6 décembre 1658.

75 Cet extrait fameux est commenté, entre autres, dans Biagioli Mario, Le prince, art. cité, p. 1420-1422 ; Goldstein Catherine, L’honneur, contr. cit. ; Shapin Steven, « The House of Experiment in Seventeenth Century England », Isis, vol. 79, no 3 (sept. 1988), p. 398.

76 Le discours de Sorbière est contenu dans un imprimé de 8 pages : BNF, manuscrits, Cinq Cents Colbert, 485, fol. 441. Il est édité et commenté dans Bigourdan Guillaume, Les premières réunions. art. cité, p. 159-162 et p. 216-218. Les citations sont extraites des pages 160-161.

77 Ibid., p. 161-162.

78 Ibid., p. 216-217.

79 AN, MC/ÉT/LI/420, inventaire après décès du 27 février 1679, non folioté.

80 Fauveau Olivier, Du Mênil-Habert au Mesnil-Saint-Denis, Saint-Georges-de-Luzencon, Maury, 1989, spécialement p. 33-43. L’auteur dénombre 177 tableaux – dont plusieurs signés de grands maîtres – et se fonde sans nul doute sur l’inventaire après décès, dont il ne donne toutefois pas la cote. Sur les curiosités de Montmor, voir les témoignages de Huygens : Brugmans Henri, Le Séjour de Christian Huygens à Paris et ses relations avec les milieux scientifiques français, Paris, Droz, 1935, p. 143 (15 janvier 1661).

81 Cité dans Bigourdan Guillaume, Les premières réunions, art. cité, p. 217. Passage commenté dans Brown Harcourt, Organizations, op. cit., p. 124-127.

82 Sorbière Samuel, Lettres, op. cit., p. 631 (lettre à Hobbes).

83 Bigourdan Guillaume, Les premières réunions, art. cité, p. 218.

84 Brioist Pascal, Les cercles, op. cit., p. 135-163.

85 Handley Stuart, « Cotton, Sir Robert Bruce, first baronet (1571-1631) », ODNB.

86 Il en va de même pour le « cercle de Welbeck », une expression tout aussi trompeuse : Raylor Timothy, « Newcastle’s Ghosts. Robert Payne, Ben Jonson, and the “Cavendish Circle” », Summers Claude J. et Pebworth Ted-Larry (éd.), Literary Circles and Cultural Communities in Renaissance England, Columbia, University of Missouri Press, 2000, p. 92-114.

87 Traduit d’après Aubrey John, Brief Lives, éd. Oliver L. Dick, op. cit., p. 256-258.

88 Brown Harcourt, Organizations, op. cit., p. 43-63.

89 Webster Charles, Great Instauration, op. cit., p. 54-57 sur la genèse et la composition de ce groupe.

90 CM, XV, p. 204, Lettre de Haak à Mersenne, 24 mars/3 avril 1648.

91 Lettre de Haak à Mersenne, cité dans Brown Harcourt, Organizations, op. cit., p. 271.

92 Pailin David A., « Herbert, Edward, first Baron Herbert of Cherbury and first Baron Herbert of Castle Island (1582 ?–1648) », ODNB.

93 Webster Charles, Great Instauration, op. cit., p. 156 et p. 166-169.

94 Traduit d’après Ward Seth, Vindiciae Academiarum, Oxford, Leonard Lichfield pour Thomas Robinson, 1654, p. 36.

95 Ibid., p. 170-171.

96 Ibid., p. 171.

97 Smith Geoffrey, The Cavaliers in Exile, 1640-1660, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2003, p. 97, p. 115-132.

98 Evelyn John, The Diary of John Evelyn, vol. 1, éd. William Bray, New York/Londres, Walter Dunne, 1901, p. 250, 255-256 et 268-269.

99 Iliffe Robert, « Foreign bodies : Travel, Empire and The Early Royal Society of London. Part 1. Englishmen on Tour », Canadian Journal of History, vol. 33 (1998), p. 361.

100 Baillet Adrien, Vie de Descartes, t. II, op. cit., p. 244. Pour Mersenne : CM, IX, p. 119-123. Pour Gassendi : Gassendi Pierre, Opera Omnia, vol. 4, Lyon, Anisson, 1658, p. 480.

101 Malcolm Noel et Stedall Jacqueline (éd.), John Pell (1611-1685) and his Correspondence with Sir Charles Cavendish. The Mental World of an Early Modern Mathematician, Oxford, Oxford University Press, 2005, p. 487, 500 et 504. Sur du Bosc, voir la notice que lui consacre Noel Malcolm dans Hobbes Thomas, The Correspondence, vol. 2, éd. Noel Malcolm, Oxford, Clarendon Press, 1994, p. 795-797.

102 Hobbes Thomas, Correspondence, op. cit., vol. 2, p. 796 ; Sorbière Samuel, Relations, lettres et discours de M. de Sorbière, Paris, Robert de Ninville, 1660, p. 289 et suivantes.

103 CM, XIV, p. 308, lettre de Charles Cavendish à John Pell, 7 juin 1646. Cavendish se montre informé des mouvements de Mersenne et transmet à Pell les appréciations de Mydorge sur un théorème de Pell.

104 Smith Geoffrey, The Cavaliers, op. cit., p. 98.

105 Aubrey John, Brief Lives, éd. Oliver L. Dick, op. cit., p. 468 (vie d’Edmund Waller). Sur ce repas aux convives illustres, voir Jacquot Jean, Charles Cavendish, art. cité, p. 185-186.

106 Charleton Walter, The Immortality of the Human Soul, Londres, Willliam Wilson pour Henry Herringman, 1657.

107 Ibid., fol. b4. « And, as for those ; the Parts they bear in the Discourse, sufficiently discover their Derivations. »

108 Pour des commentaires sur cet ouvrage : Armistead J. M., « Introduction », Charleton Walter, The Immortality of the Human Soul, New York, AMS Press, 1985, p. i-xv ; Rogers John, « G. A. Charleton, Gassendi et la réception de l’atomisme en Angleterre », Murr Sylvia (éd.), Gassendi et l’Europe, Paris, Jean Vrin, 1997, p. 213-225 ; Sharp Lindsay, « Walter Charleton’s Early Life, 1620-1659 and relationship to Natural Philosophy in Mid-Seventeenth Century England », Annals of Science, vol. 30 (1973), p. 311-343 ; Cottegnies Line, « Le “renouveau” de l’épicurisme en Angleterre au milieu du XVIIe siècle de Walter Charleton à Margaret Cavendish. Une histoire franco-britannique », Études Epistémé, 14 (2008), p. 123-173.

109 Sharp Lindsay, Walter Charleton, art. cité, p. 334.

110 Cottegnies Line, Le renouveau, art. cité, p. 125.

111 Charleton Walter, The Immortality, op. cit., p. 28-30.

112 Traduit d’après ibid., p. 15-16.

113 Le terme qu’emploie Athanasius est « verbosity », ibid., p. 16.

114 « great Opinionators », ibid., p. 17.

115 Ibid., p. 34. Pour une analyse approfondie de cette métaphore baconienne et plus généralement pour les activités du Collège des médecins pendant l’Interrègne : Webster Charles, The College of Physicians, art. cité.

116 Charleton Walter, The Immortality, op. cit., p. 34, 38, 41.

117 Ibid., p. 43.

118 Ibid., p. 50.

119 Ibid., p. 186-187.

120 Ibid., p. 19.

121 Webster Charles, Great Instauration, op. cit., p. 153-155. Pour les rapports entre Boyle et Hartlib, voir Hunter Michael, Boyle, Between God and Science, New Haven/Londres, Yale University Press, 2009, p. 65-67.

122 Ibid., p. 39-40.

123 Ibid., p. 121-123.

124 Shapin Steven, A Social History of Truth. Civility and Science in Seventeenth-Century England, Chicago, The University of Chicago Press, 1994, p. 124.

125 Shapin Steven, The House, art. cité, p. 385-387.

126 Ibid., p. 389.

127 Shapin Steven, Truth, op. cit., p. 170-175.

128 Ibid., p. 291.

129 Webster Charles, Great Instauration, op. cit., p. 92.

130 Hunter Michael, Boyle, op. cit., p. 131-132 et 144-145.

131 Sur le baconianisme des premières années de la Société royale, voir Dear Peter, « Totius in Verba : Rhetoric and Authority in the Early Royal Society », Isis, vol. 16, no 2 (juin 1985), p. 144-161.

132 Webster Charles, Great Instauration, op. cit., p. 92 pour la liste des membres « actifs ». Sur Moray : Allan David, « Moray, Sir Robert (1608/1609 ?-1673) », ODNB.

133 Shapin Steven, House, art. cité, p. 389-390.

134 Schaffer Simon et Shapin Steven, Leviathan, op. cit.

135 Sur Arundel House et les projets subséquents : ibid., p. 381 ; Hunter Michael, Establishing the New Science : The Experience of the Early Royal Society, Woodbridge, The Boydell Press, 1989, p. 156 et suivantes.

136 Rappelons que ce récit de l’évolution des sociabilités savantes, largement consensuel, est en partie le fruit d’une démarche téléologique qui tend sans doute à occulter ou à minorer l’existence d’autres cercles de sociabilité comme le Collège des médecins ou la Société des astrologues.

137 Bigourdan Guillaume, Les premières réunions, art. cité, p. 160, discours du 3 avril 1663.

138 Brown Harcourt, Organizations, op. cit., p. 91-94.

139 Ibid., p. 99-102.

140 Huygens Christiaan, OC, op. cit., t. XXII, p. 543-544.

141 Sorbière Samuel, Relation d’un voyage en Angleterre, Paris, Louis Billaine, 1664, p. 90.

142 Shapin Steven, Truth, op. cit., p. 97-98.

143 Brown Harcourt, Organizations, op. cit., p. 129-132.

144 Bigourdan Guillaume, Les premières réunions, art. cité, p. 216-217.

145 Sorbière Samuel, Relation d’un voyage, op. cit., p. 80, p. 115.

146 Ibid., p. 115.

147 Sturdy David J., Science and Social Status : the Members of the Académie des Sciences, 1666-1750, Baltimore, Boydell & Brewer, 1995, p. 64.

148 Brown Harcourt, Organizations, op. cit., p. 135-160.

149 Hahn Roger, L’anatomie d’une institution scientifique. L’Académie des Sciences de Paris, 1666-1803, Paris, édition des archives contemporaines, 1993, p. 20-21.

150 Sturdy David J., Science, op. cit., p. 63-80.

151 Sur l’académie Bourdelot et la carrière de ce dernier au service des Condé, tout a été dit dans Béguin Katia, Condé, op. cit., p. 359-375.

152 Jacques Kuffler était le frère d’Abraham Kuffler, gendre de l’ingénieur hollandais Cornelis Drebbel, qui s’était mis au service de la cour anglaise et qui était l’inventeur de cette lunette grossissante.

153 Tamizey De Larroque Philippe (éd.), Lettres de Peiresc, t. VI : Lettres de Peiresc à sa famille et principalement à son frère, 1602-1637, Paris, Imprimerie nationale, 1896, p. 28-29, lettre de Peiresc, Paris, à Vallavez, Aix, 7 juin 1622.

154 BNF, manuscrit français 20614, fol. 107 r°.

155 BM Carpentras, manuscrit 1774, fol. 433. Pierre Jeannin (1540 ?-1623), favori de Henri IV, président au parlement de Bourgogne, surintendant des finances entre 1611 et 1619.

156 Pingré Alexandre Guy et Bigourdan Guillaume (éd.), Annales célestes du dix-septième siècle, Paris, Gauthier-Villars, 1901.

157 Learner Richard, Fenêtres sur l’univers. L’histoire des instruments de l’astronomie, Paris, Denoël, 1984, p. 20-22. Pour les instruments et les pratiques d’observation d’un astronome comme Gassendi, voir Turner Anthony J. et Gomez Nadine, Gassendi explorateur des sciences, Digne, musée de Digne, 1992, p. 152-158.

158 Schaffer Simon et Shapin Steven, Leviathan, op. cit., p. 25-26.

159 Ibid., p. 60-62.

160 Licoppe Christian, La formation de la pratique scientifique. Le discours de l’expérience en France et en Angleterre (1630-1820), Paris, La Découverte, 1996, p. 84-87.

161 Shapin Steven, Truth, op. cit.

162 Voir la récurrence de la forme « memini » dans son diaire astronomique : Gassendi Pierre, Opera Omnia, vol. 4, Lyon, Anisson, 1658, p. 378, 501, 509, passim. Les Opera Omnia (OO dans la suite du texte) rassemblent les œuvres publiées du vivant de Gassendi et les écrits inédits laissés après sa mort.

163 Wing Vincent, Astronomia Britannica, Londres, John Macock, 1669, p. 326-327 ; Palmer John, The Catholique Planisphaer, Londres, Joseph Moxon, 1658, p. 210-211.

164 OO, IV, p. 454, 456 et 460-462.

165 Palmer John, The catholique, op. cit., p. 210-211.

166 Petit Pierre, « Observationes aliquot eclipsium solis et lunae cum notis ad id pertinenbitus », Duhamel Jean-Baptiste, Astronomia Physica seu de Luce, Natura et Motibus Corporum Caelestium Libri Duo, Paris, Pierre Lamy, 1660, pagination particulière, p. 10.

167 OO, IV, p. 106.

168 Petit Pierre, Observationes, op. cit., p. 12.

169 Ibid.

170 Morin Jean-Baptiste, Eclipsis solis observata parisiis in Aurelianensi palatio, [s. l. n. d.] (Bibliothèque Mazarine, MAZ 274 A 13 [4]).

171 Ibid., p. 1-2.

172 Ibid., p. 1.

173 Foster Samuel et Twysden John (éd.), Miscellanies or Mathematical Lucubrations, Londres, R. & W. Leybourn, 1659, IV, « observationes eclipsium », pagination particulière, p. 9.

174 Ibid., p. 1 ; Palmer John, The catholique, op. cit., p. 209.

175 Wing Vincent, Astronomia, op. cit., p. 349-350. Sur John Wyberd, voir Taylor Eva G. R., The Mathematical Practitioners of Tudor and Stuart England, Cambridge, The University Press, 1954, p. 212-213 ; sur John Marr, ibid., p. 203 et infra.

176 Fournier Georges, Hydrographie, Paris, Michel Soly, 1643, p. 566.

177 Ibid., p. 582.

178 Ibid., p. 380.

179 OO, IV, p. 447.

180 Traduit du latin d’après ibid., p. 433.

181 Traduit du latin d’après Wing Vincent, Astronomia, op. cit., p. 349-350. Le fils de John Marr présent à l’observation est sans doute William, son exécuteur testamentaire auquel il cède « all [his] Mathematical books and instruments ». Voir le testament de John Marr : Richmond, The National Archives (TNA dans la suite du texte), PROB 11/222, fol. 370, rédigé le 27 décembre 1650 et prouvé le 13 juillet 1653.

182 Burns William E., « “The Terriblest Eclipse that hath been Seen in our Days” : Black Monday and the Debate on Astrology during the Interregnum », Osler Margaret J. (éd.), Rethinking the Scientific Revolution, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 137-152.

183 Traduit d’après Owen G. Dyfnallt (éd.), Report on the manuscripts of Lord De L’Isle and Dudley, vol. 6, Sidney papers, 1626-1698, Londres, HMSO, 1966, p. 613.

184 Palmer John, The Catholique, op. cit., p. 210.

185 Notamment Petit Pierre, Observationes, op. cit.

186 Le Roux de Lincy (éd.), Notice sur le plan de Paris de Jacques Gomboust, Paris, Techener, 1858, p. 78

187 Voir Picolet Guy, « Biographie de Picard avant 1666 », Picolet Guy (éd.), Jean Picard et les débuts de l’astronomie de précision au XVIIe siècle, Paris, CNRS Éditions, 1987, p. 13-84, et 35-37 pour cette observation, l’identification des protagonistes et des hypothèses sur leurs liens.

188 Roberval Gilles de, « Aristarchi Samii de mundi systemate », Mersenne Marin, Novarum observationum physico-mathematicarum…, t. III, Paris, Antoine Bertier, 1647, pagination particulière ; Gabbey Alan, « “Pondere, numero et mensura”. Roberval et la géométrie divine », Revue de synthèse, no 2-3-4 (avril-décembre 2001), p. 523, qui cite les actes notariés.

189 Mesnard Jean, « Sur le chemin de l’Académie des sciences : le cercle du mathématicien Claude Mylon (1654-1660) », Revue d’histoire des sciences, t. XLIV, no 2 (1991), p. 241-251, spécialement p. 245-246.

190 Buot Jacques, Usage de la roue de proportion, Paris, Melchior Mondière, 1647.

191 O’Connor J. J. et Robertson E. F., « Jacques-Alexandre Le Tenneur », The MacTutor History of Mathematics archive, publication électronique, http://www-history.mcs.st-and.ac.uk/Biographies/Le_Tenneur.html (consulté le 10 septembre 2013).

192 Pour Petit : Petit Pierre, Observationes, op. cit., p. 15-16 et également Petit Pierre, Dissertation sur la nature des cometes, Paris, Thomas Jolly, 1665, p. 321, « L’éclipse du soleil du xii aoust 1654 ou raisonnemens contre ses Pronostiques », reprise d’un texte paru seul en 1654 chez Alexandre Lesselin, sans nom d’auteur, mais aisément attribuable à Petit. Sur Auzout : Sturdy David J., Science, op. cit., p. 81-83 ; Mckeon Robert M., Établissement de l’astronomie de précision et œuvre d’Adrien Auzout, thèse présentée pour le doctorat de troisième cycle, Paris, 1965.

193 Traduit du latin d’après Morin Jean-Baptiste, Eclipsis, op. cit., p. 1.

194 Traduit d’après ibid., p. 2.

195 Marolles Michel de, Mémoires, Paris, Antoine de Sommaville, 1656, p. 191-192. Un autre témoignage sur l’éclipse figure dans Saige Gustave (éd.), Journal des guerres civiles de Dubuisson-Aubenay, 1648-1652, vol. 2, Paris, Honoré Champion, 1885, p. 199. Jouhaud Christian, Mazarinades : la Fronde des mots, Paris, Aubier, 1985, p. 87 évoque cette observation mais confond Petit avec un astrologue homonyme.

196 Palmer John, The Catholique, op. cit., p. 211.

197 Le contrat de mariage d’Antoine Agarrat, passé le 1er mai 1647, le décrit « professeur de mathématiques à Paris » : AN, MC/ÉT/XXXIII/289, 1er mai 1647. Aucun dignitaire de la Maison de Gaston ne signe au pied du contrat : il faut donc croire qu’à cette date Agarrat n’est pas le domestique du duc d’Orléans.

198 Agarrat Antoine, Eclipses du soleil observees aux annees 1652 & 1654, Paris, Jacques Langlois, 1654 (Bibliothèque Mazarine, MAZ 2o 4645-4), p. 3-5.

199 Ibid., p. 4.

200 Abraham Claude K., « The French Royal Family : Patrons of Science in the Age of Louis XIII », The French Review, vol. 37, no 2 (1963), p. 206-212 et surtout Gatulle Pierre, Gaston d’Orléans : entre impatience du pouvoir et mécénat, Seyssel, Champ Vallon, 2012, qui ne mentionne toutefois pas cette observation.

201 Un exemple plus précoce de ces tensions est fourni par Meynier Honorat de, Paradoxes contre les mathématiciens qui abusent la jeunesse, Paris, Jullian Jacquin, 1624, réédité en 1626 et 1652.

202 Agarrat Antoine, Eclipses, op. cit., p. 15.

203 Boulliau Ismaël, Astronomia Philolaica, Paris, Piget, 1645.

204 Agarrat Antoine, Eclipses, op. cit., p. 16.

205 Voir les feuilles qu’il en fait imprimer, et qui se trouvent à l’observatoire de Paris, parmi les manuscrits de Boulliau B5, 12, non folioté : Marchais Antoine, Serenissimo augustimoque principi Gastoni Franciae… eclipseos solaris quae contigit vii. Kal. Febr. MDCLVI, [s. l. n. d.]. Marchais s’intitulait « professeur des mathématiques et des langues » dans une publication de 1652 : Marchais Antoine, Description de l’état présent de la France, Blois, F. de La Saugère, 1652, page de titre (Arsenal 8-H-5194). Voir aussi Gatulle Pierre, Gaston, op. cit., p. 388.

206 Observatoire de Paris, manuscrit B5 12, non folioté, lettre de « Henry » à Boulliau.

207 CM, XVI, p. 57, Jacques Le Tenneur à Mersenne, 16 janvier 1648.

208 Payen Antoine-François, Extrait d’une lettre de Monsieur Payen… à Monsieur de Montmor… contenant l’observation de l’Eclipse de Soleil, arrivée le 2 juillet 1666, [s. l. n. d.], p. 6-7.

209 Voir le commentaire dans Pingré Alexandre Guy et Bigourdan Guillaume (éd.), Annales célestes, op. cit., p. 268-269.

210 Huygens Christiaan, OC, op. cit., t. VI, p. 59-67, « Observation de l’Eclipse du Soleil du 2e juillet 1666 Faite dans la maison de Monsieur Colbert, Par Messieurs Hugens, de Carcauy, Roberual, Auzout, Frenicle et Buot ».

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540