Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Maison de Salomon

 | 
Aurélien Ruellet

Préface

Mark Greengrass

Texte intégral

  • 1 Annales d’histoire économique et sociale (1935), reproduit dans Vivre l’histoire, Paris, Laffont, (...)

1« Technique : un de ces nombreux mots dont l’histoire n’est pas faite. Histoire des techniques : une de ces nombreuses disciplines qui sont tout entières à créer – ou presque1. » Cette réflexion de Lucien Febvre – dont une des préoccupations fut, tout en détachant l’histoire de la science des mains abstraites des philosophes et en même temps libérant l’histoire des techniques de la tyrannie de l’idée d’un progrès matériel téléologique, de les remettre tous les deux pleinement dans l’histoire de leur temps – date de 1935. Malgré des progrès, ces sentiments restent pertinents 80 ans plus tard, attestant de la continuité d’un dessein, et la persistance d’une volonté, à laquelle répond ce bon et beau livre d’Aurélien Ruellet, qui est issu d’une thèse soutenue au Centre d’études supérieures de la Renaissance à Tours en 2014. Il touche à un sujet encore peu fréquenté par l’historiographie, le rapport entre savoirs scientifiques et techniques, sociabilités et institutions. Il le traite d’une façon encore plus novatrice dans un contexte comparatif, entre la France et l’Angleterre. Il fournit une compréhension nouvelle des dynamiques sociales et politiques du savoir au XVIIe siècle.

2« La Maison de Salomon » fut l’ordre ou la confrérie (« Order or Society ») au cœur de La nouvelle Atlantide, l’île imaginaire conçue par Francis Bacon vers 1624, dans le fameux texte qui parut après sa mort en 1627. Loin d’y voir des savants contemplatifs et encore moins les avatars d’une franc-maçonnerie spéculative, Bacon met l’accent sur l’activité laborieuse des 36 confrères, ces « marchands de lumières », « butineurs », « chasseurs » et « fossoyeurs » de la Maison de Salomon, dont leurs expériences et inventions dans les cavernes, cabinets, galeries de machines et d’instruments comme dans les maisons d’illusion amènent aux « enteurs », « partageans », « bienfaisants », « flambeaux » et « interprètes de la nature » des résultats fructueux qui justifient leur effort collaboratif. Bacon avait longtemps médité cette vision d’un « inventio artium et scientiarum » et il y avait déjà fait allusion dans son The Proficience and Advancement of Learning (1605) et encore plus dans le De Dignitate et Augmentis Scientiarum (1623). L’« inventio artium » fut la nouvelle logique, le Novum Organum qu’il publie en 1620, l’échafaudage intellectuel de son Instauratio Magna. Mais la fameuse « méthode baconienne » fut accompagnée par son parallèle, une « inventio scientiarum », dont l’essentiel consiste en « opera », « experimenta », « inventa » et « historia naturalia », les outils essentiels mais encore mal compris (car trop souvent confondus avec sa nouvelle logique) de son « experientia literata », le monde d’expériences attestées. Pour Bacon lui-même, ces expériences avaient été vécues, avant et durant sa période comme avocat du roi (1613-1618) et chancelier du royaume (1618-1623). Car il fut actionnaire dans la « Company of Mineral and Battery Works », une société qui avait été formée en 1568 pour exploiter les ressources minières en Angleterre ; et pendant les années 1600 Bacon joua un rôle majeur dans l’administration des patentes, agissant en tant que « commissaire » dans l’arbitrage des disputes entre différents groupes d’entrepreneurs (« projectors »), tout en exigeant, semble-t-il, la présentation des « modèles » d’inventions proposées. L’insistance de Bacon, dans ses évocations de la réforme de la philosophie naturelle, sur l’importance de creuser les secrets de la nature dans ses « mines profondes » et « caves obscures » prend une nouvelle dimension dans ce contexte-là, tout en étant sa façon provocatrice de dire qu’il fallait mélanger les philosophes et les mineurs, les érudits et les artisans, et de surmonter le dédain traditionnel des Écoles envers les « choses mécaniques » dans la réforme des savoirs qu’il proposait. Les historiens britanniques ont parfois pris trop au pied de la lettre le lien entre le « baconianisme » comme une méthode, la floraison d’une culture susceptible de nourrir les patentes d’invention et d’innovation, et l’avènement de la Royal Society. Par le biais de sa comparaison avec la France, Aurélien Ruellet nous montre l’existence d’un « baconianisme » français, manifestant en même temps à quel point cette culture a besoin d’être replacée des deux côtés de la Manche dans celle du patronage, du monde des savants, mais aussi celui des « donneurs d’avis », des « traitants », et des « faiseurs de projets ».

3Fouiller la « Maison de Salomon » de la première moitié du XVIIe siècle à la recherche des liens multiples, pas toujours évidents, entre les savoirs scientifiques et techniques, et les mettre en rapport avec les sociabilités et institutions, est un projet novateur, dont ce texte montre à chaque page les fruits. Le faire dans le cadre d’une comparaison entre la France et l’Angleterre pour la période critique avant la création de la Royal Society et de l’Académie des sciences augmente donc la capacité de ce livre à réviser les schibboleths classiques néolibéraux, en partant du modèle schumpetérien de l’entrepreneur jusqu’à l’image des sciences et de la technologie, façonnée au cours des siècles derniers, en passant par le lien présupposé par Robert K. Merton entre le protestantisme et la science moderne. Par la force de la comparaison, et par la pertinence des exemples très bien développés, ce livre parvient à réorienter nos regards. À rebours d’une historiographie qui a insisté sur le poids du patronage dans l’essor des sciences et de l’invention baroques, Aurélien Ruellet met en valeur les limites d’un tel soutien d’une part, et l’indépendance de la communauté savante d’autre part, du moins la diversité des appuis possibles, non restreints au mécénat aristocratique. Le chapitre consacré à la querelle des longitudes fait la lumière sur un véritable « drame de patronage » qui tourne à la « lutte de crédit » lorsque les parties mettent en jeu des stratégies polémiques pour discréditer leurs opposants. L’analyse des observations des éclipses lunaires de 1652 et 1653 nuance à juste titre le rôle des mondains dans les processus de vérification scientifique, le replaçant dans le cadre des divertissements des grands. La poursuite des dédicaces des ouvrages scientifiques montre à quel point il ne faut pas trop prendre à la lettre les sentiments qu’elles expriment.

4Dans son analyse des « logiques étatiques » de promotion des savoirs scientifiques et techniques, l’analyse d’Aurélien Ruellet suggère qu’il s’agit plus de patronage par des hommes de cour et des administrateurs, que d’une véritable politique dans ce domaine, et même dans les secteurs clés des armes et l’hydraulique. Il réussit à configurer la distinction entre le « privé » et le « public » en montrant à quel point la dynamique venait « de bas en haut », tout en soulignant l’importance des intermédiaires dans les rouages institutionnels de l’État. L’une des conséquences est de nuancer la précocité de la restauration bourbonienne au début du XVIIe siècle tout comme l’Interrègne parlementaire cromwellien. Il éclaircit les stratégies concurrentielles pour parvenir à obtenir des lettres patentes de privilège, véritables courses d’obstacles dans lesquelles le soutien des promoteurs à plusieurs niveaux mettait en valeur les structures informelles du pouvoir.

5Plus disparates encore sont les hommes à projets et les donneurs d’avis, les entrepreneurs, les praticiens en mathématiques et les ingénieurs qui jouent un rôle central dans ce livre, et dont Aurélien Ruellet parvient à éclaircir les carrières à travers des recherches minutieuses et très fines. Multiples sont les comparaisons à faire entre les démarches d’un David Ramsey, d’un Pierre de Beringhen, d’un Charles de Lamberville et les nombreux autres qu’il réussit à sortir de l’anonymat des actes notariés. Il a raison d’insister sur l’importance des praticiens-publicistes comme Didier Henrion ou Samuel Hartlib, sur les liens régionaux et locaux des praticiens, véritables « toiles d’araignée » qu’il s’ingénie à retisser avec autant de finesse. Son analyse montre l’importance des liaisons opportunistes entre spécialistes-techniciens, entrepreneurs-publicistes et intermédiaires politiques qui défient les catégories modernes d’« inventeur » ou d’« entrepreneur » dans lesquelles on veut trop vite les consigner.

6Sur un sujet sensible et difficile, Aurélien Ruellet nous donne un ouvrage qui éclaire singulièrement cette période contrastée de l’histoire des deux pays et qui apporte des éclaircissements importants des deux côtés de la Manche.

Notes

1 Annales d’histoire économique et sociale (1935), reproduit dans Vivre l’histoire, Paris, Laffont, 2009, p. 846.

Auteur

Professeur émérite à l’université de Sheffield, GB

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540