Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon dans la Seconde Guerre mondiale

 | 
Laurent Douzou
, 
Isabelle Von Bueltzingsloewen
, 
Hervé Joly
, 
et al.

Quatrième partie. Résister, survivre, souffrir

La Résistance à Lyon (1940-1944)

Laurent Douzou

Texte intégral

  • 1 Avec le sous-titre Histoire des mouvements unis de résistance, leur rôle dans la libération du Sud (...)
  • 2 Paris, Robert Laffont.
  • 3 Paris, Stock.
  • 4 Paris, Le Seuil.
  • 5 L. Douzou (éd.), « Souvenirs inédits d’Yves Morandat », Cahiers de l’I.H.T.P., no 29, 1994, 124 p.
  • 6 Bruxelles, Complexe.
  • 7 Lyon, BGA Permezel.
  • 8 Paris, Gallimard.

1La ville de Lyon a joué dans l’histoire de la Résistance un rôle crucial dont l’ombre portée n’a cessé depuis lors de se projeter sur son présent : il existe en conséquence une abondante bibliographie sur le sujet. Pour ces raisons, la Résistance ne pouvait évidemment pas être absente d’un livre dédié à Lyon dans la Seconde Guerre mondiale. Pour ces mêmes raisons, mon propos ne sera pas de livrer une analyse originale non plus qu’un tableau exhaustif mais bien plutôt de rappeler à grands traits ce qui a été fait à Lyon, à partir de Lyon et grâce à Lyon en matière de lutte clandestine. Je citerai, chemin faisant, quelques extraits d’ouvrages écrits par des actrices et des acteurs de la clandestinité qui ont intimement partagé l’expérience lyonnaise pendant les années troubles. On ne saurait trop conseiller à ceux qui veulent tenter de saisir l’atmosphère de Lyon entre 1940 et 1944 de lire, dans une bibliographie pléthorique, Alban Vistel (La nuit sans ombre, 19701), Henri Frenay (La nuit finira, 19732), Claude Bourdet (L’aventure incertaine, 19753), Lucie Aubrac (Ils partiront dans l’ivresse, 19844), Yvon Morandat (Souvenirs inédits, 19945), Jean-Pierre Levy (Mémoires d’un franc-tireur, 19986), Denise Domenach-Lalich (Demain il fera beau. Journal d’une adolescente, novembre 1939-septembre 1944, 20017) ou encore Daniel Cordier (Alias Caracalla, 20098).

2Pour point de départ de ce tour d’horizon, il est essentiel de citer le bref discours prononcé le 14 septembre 1944 par le général de Gaulle du balcon de l’hôtel de ville de Lyon. Je reproduis in extenso ce texte, qui n’est pas aisément accessible, pour que chacun puisse juger sur pièce :

  • 9 Le Général de Gaulle à Lyon, 14 septembre 1944, préface d’Yves Farge. Allocution de Justin Godart. (...)

« Comment dire à Lyon toute l’émotion, toute la gratitude que je ressens dans cette capitale gauloise qui fut ensuite la capitale de la résistance française et qui est aujourd’hui une très grande ville de notre France couverte de blessures, éclatante dans son honneur et emportée par son espérance.
Nous savons combien de nobles victimes ont été frappées dans votre ville par l’ennemi et quelquefois par les usurpateurs.
Je dis l’honneur de Lyon. Voyons, il suffit qu’on regarde pour savoir de source sûre que ce peuple immense que vous êtes n’a jamais accepté la défaite. Il n’a jamais cru qu’elle était définitive. Il n’a jamais cru que la France était autre chose qu’une grande nation : notre chose à nous qui nous vient de nos pères, que nous transmettrons à nos enfants et à nos petits-enfants, grande, noble et pure malgré tout.
Je dis l’espérance de Lyon. L’espérance de Lyon est celle de la patrie. C’est que toutes les épreuves n’aient pas été supportées en vain. Il faut qu’au moins cette fois, après avoir tant souffert, tant lutté et demain après avoir vaincu, au moins cette fois il faut que cela serve à quelque chose. L’espérance de Lyon, c’est un avenir meilleur.
Pour aller là où nous voulons aller, nous savons bien qu’il faut un grand et dur effort national. Nous savons bien que c’est un grand effort de travail, d’épuration et de justice sociale que nous avons à faire. Nous savons qu’on fait une grande œuvre dans l’ordre. Oui, nous ferons cela dans l’ordre, devant l’ennemi qui n’est pas encore vaincu, devant les alliés qui nous regardent et devant quelques hommes qui dans ce monde et quelquefois chez nous n’ont pas toujours pour nous une entière bienveillance. Nous leur montrerons comment la nation française sait se dominer elle-même pour agir, aller à son but. Nous leur montrerons que la République est l’ordre véritable de la nation et nous leur montrerons que le gouvernement de la République est au service du pays, en particulier pour que toutes les forces du pays soient mises en œuvre avec ardeur et dans l’ordre, n’est-ce pas ?
La guerre n’est pas terminée. Une magnifique armée qui vient de l’Empire et dont vous avez vu certaines unités avec lesquelles beaucoup de vos garçons ont combattu côte à côte contre l’ennemi pour le chasser d’ici et des environs et même beaucoup plus loin, cette grande armée a couvert de gloire nos drapeaux… Vous tous, les hommes des Forces Françaises de l’Intérieur, vous tous, jaillis de la volonté, de l’espérance nationale, vous tous aussi comme eux, comme vos camarades de l’armée de ligne, vous qui avez couvert nos drapeaux de gloire, vous avez rempli la nation de fierté.
Maintenant, nous voyons en vous la grande espérance pour la grande armée que nous allons faire avec tout ce que nous avons déjà et tout ce que vous apporterez.
En vérité, nos épreuves, si elles ne sont pas finies, sont proches de leur terme. Quelles qu’elles soient, nous irons jusqu’à ce terme. Nous finirons cela définitivement pour qu’au dernier jour la France tout entière rassemblée puisse dire aux autres peuples victorieux : je suis de vos amis, je suis parmi les vainqueurs, comme vous je l’ai bien mérité, je réclame ma place parmi vous pour le bien de l’humanité.
Et maintenant nous allons exprimer tout cela mieux qu’un seul pourrait le faire en chantant tous ensemble : gouvernement, ville de Lyon et vous tous notre hymne national “La Marseillaise”9. »

  • 10 Lyon libre, 15 septembre 1944.
  • 11 Rappelons que cet honneur fut chichement distribué puisqu’avec Grenoble, seules les communes de Na (...)

3Prononcée dans l’allégresse suscitée par la venue du chef du gouvernement provisoire, cette courte allocution rendait hommage à la ville de Lyon, ce qui était bien le moins au moment où les Lyonnais voyaient pour la première fois en chair et en os l’homme dont, depuis 1940, ils ne connaissaient que la voix, « cette voix qui », disait Alban Vistel dans son allocution de bienvenue, « voici quatre ans se fit entendre alors que nous suffoquions de honte et de désespoir10. » Toutefois, hormis ses deux premiers paragraphes, ce texte avait avant tout une portée nationale. Comme il l’avait fait au Palais de Chaillot le 12 septembre, comme il le fit les jours suivants à Marseille et à Toulouse, le général de Gaulle y martelait la nécessité du retour à l’ordre sur fond d’une guerre qui restait à gagner. Cette allocution, ramassée et de thématique large à la fois, a pourtant frappé ses auditeurs et est restée dans les mémoires à cause d’une expression, celle qui désignait d’emblée, sous la forme d’une évidence, Lyon comme « la capitale de la Résistance française ». Maître dans le maniement des mots et des symboles, le général de Gaulle n’a sûrement pas employé cette formulation par défaut : il l’a bel et bien réservée à Lyon et ne l’a pas utilisée par exemple à Grenoble, pourtant honorée dès le 4 mai 1944 de la Croix de la Libération, – distinction suprême dans l’économie gaullienne de la reconnaissance11 –, qu’il vint remettre à la ville le 5 novembre de cette même année. Reste que cette formule de « capitale de la Résistance » a fait mouche au point de devenir, au sens où Pierre Nora a défini le concept, un lieu de mémoire probablement parce qu’elle définissait, en un saisissant raccourci, la singularité du rôle joué par la ville.

  • 12 A. Vistel, La nuit sans ombre, Paris, Fayard, 1970, p. 572.

4En même temps, que peut signifier vraiment cette formule ? Est-ce à dire que la Résistance à Lyon aurait présenté une originalité foncière ? Pionnier de la Résistance, Alban Vistel écrivait, à propos de la Région R1 – actuelle région Rhône-Alpes – dont il avait assumé la direction politique et militaire en 1944, qu’elle « eut certes le privilège de voir naître les grands Mouvements de Résistance de zone Sud mais, au-delà de l’événement, le comportement des hommes n’y diffère pas de ce qu’il fut dans les autres Régions et dans la France entière12 ».

5En dépit de l’apparente divergence d’appréciation entre Charles de Gaulle et Alban Vistel, les deux auteurs soulignent, le premier implicitement, le deuxième en mentionnant la naissance à Lyon des grands Mouvements de Résistance de zone Sud, la singularité de Lyon dans le dispositif d’ensemble de la Résistance. C’est ce sur quoi je voudrais mettre l’accent dans cette contribution.

  • 13 J.-P. Levy, Mémoires d’un franc-tireur, op. cit., p. 40.
  • 14 On cite ici le cas d’André Plaisantin parce qu’il illustre l’incomparable atout que représentèrent (...)
  • 15 Souvenirs inédits d’Yvon Morandat, op. cit., p. 82.
  • 16 D. Veillon, Le Franc-Tireur. Un journal clandestin. Un mouvement de résistance, 1940-1944, Paris, (...)

6Dès la fin 1940, à Lyon, métropole de rang national dont le statut était encore rehaussé par la partition du pays en plusieurs zones distinctes, on vit naître des noyaux résistants, souvent autour de parties de cartes dans ces hauts lieux de sociabilité qu’étaient les cafés. Républicains convaincus, des Lyonnais, nantis de solides attaches locales, jetèrent les bases d’une action à venir. L’entrepreneur de déménagement Élie Péju, le cadre d’industrie Jean-Jacques Soudeille, le représentant en volets métalliques Noël Clavier, le propriétaire d’un commerce de confection Antoine Avinin, membre de Jeune République, le professeur au lycée Ampère Auguste Pinton, membre du parti radical et conseiller municipal de Lyon, se retrouvèrent ainsi, aux cafés de la Poste et du Moulin Joli, place des Terreaux. En novembre 1940, ils créèrent France-Liberté qui diffusa immédiatement des tracts. En mai 1941, un ingénieur commercial de 30 ans, Jean-Pierre Levy qui avait quitté l’Alsace pour se replier à La Croix-Rousse, intégra l’équipe dont il devint rapidement la figure de proue. Ressources locales et apports extérieurs se conjuguèrent donc d’emblée : Jean-Pierre Levy vint se greffer sur un rameau purement lyonnais. Il faut y insister parce que le petit groupe qui devint Franc-Tireur n’aurait rien pu sans les multiples contacts lyonnais que des hommes comme Avinin, « plaque tournante13 » de la phase des débuts, avaient un peu partout dans la ville14. Ces « gones » avaient leurs habitudes, s’appuyaient sur leurs réseaux d’amitié et de sociabilité et si cet habitus n’était pas toujours en conformité avec l’idée qu’on se fait de l’action clandestine, il permit au début une action assez efficace : « Jusqu’à son arrestation, il était inutile de donner un rendez-vous à Avinin. Il suffisait de se rendre à midi au café à l’enseigne du “Moulin joli” où on le trouvait immanquablement en train de prendre son verre de Pouilly-Fuissé15. » Mais Franc-Tireur n’aurait jamais non plus atteint le degré d’organisation et d’efficacité qui fut le sien dans toute la zone non occupée sans la « volonté de faire grand et large » – comme le disait Auguste Pinton16 – de Jean-Pierre Levy. Voilà qui permet de souligner que Lyon offrait une masse critique suffisante pour pouvoir compter sur de multiples réseaux et compétences et que la ville attirait tout naturellement quantité de réfugiés, eux-mêmes sources de volonté et de compétences. En clair, la ville autorisait un amalgame fécond.

  • 17 « Étant donné votre passé, votre profession, vos convictions, il me semble que vous devez vous rat (...)
  • 18 Totalement oublié aujourd’hui, ce franc-maçon était le beau-frère de Gabriel Florence, professeur (...)
  • 19 On trouve des renseignements sur certains d’entre eux dans R. Le Mer, Francs-maçons résistants, Ly (...)

7Métropole économique et intellectuelle, Lyon fit, en effet, rapidement fonction de point de ralliement de la Résistance de zone Sud. Les réfugiés y étaient nombreux, pour beaucoup d’entre eux en quête de quelque chose à faire pour réagir contre une situation inacceptable. Alsaciens-Lorrains, juifs, intellectuels formaient un vivier où puisa la Résistance. Prenons deux exemples parmi quantité d’autres. Le premier concerne les journalistes parisiens travaillant au Progrès de Lyon dont Pierre Corval, Yves Farge et Georges Altman, qui furent un point fixe pour nombre de résistants à la recherche de contacts et firent office de gare de triage. Le deuxième a trait à Emmanuel Mounier, installé à La Croix-Rousse, qui orienta Alban Vistel, à la recherche de contacts résistants pour pérenniser l’action qu’il avait entreprise à Vienne, vers Emmanuel d’Astier de la Vigerie17. De fait, Lyon abrita les noyaux qui donnèrent naissance aux trois grands mouvements de la résistance non communiste de zone Sud : Combat (Henri Frenay, Berty Albrecht, Claude Bourdet), Libération (Emmanuel d’Astier de la Vigerie, Lucie Aubrac, Pascal Copeau) et Franc-Tireur (né de France-Liberté). Leurs directions y établirent leur quartier général (cercle dirigeant, conception, rédaction et impression des tracts et des journaux, etc.). Le fait est d’autant plus intéressant que ce rôle de cœur névralgique de la Résistance organisée n’allait pas de soi. Frenay et d’Astier, qui avaient commencé leur action à Marseille et sur la côte méditerranéenne, ne s’établirent à Lyon qu’à l’automne 1940, probablement en raison du pouvoir d’attraction et de commandement de cette métropole régionale d’envergure. S’y fixèrent également la direction clandestine communiste de zone Sud, des réseaux de renseignements comme Gallia, dépendant du Bureau central de renseignements et d’action, dirigé par Henri Gorce. Le parti socialiste clandestin put compter, jusqu’à son départ pour Londres en juin 1942, sur le député du Rhône André Philip qu’assistaient des militants qui connaissaient intimement la ville et dont pas un ne survécut aux années noires. Il est bon de citer leurs noms parce que certains d’entre eux ont été, comme beaucoup d’autres, complètement oubliés : Henri Sonnier18, Eugène Dargaud, Frédéric Dutrion, Élie Rochette, Philibert Gaillard19.

8Même s’il faut faire vite et simple, et par là-même brosser un tableau impressionniste, il faut s’arrêter un instant sur la mention que j’ai faite de la naissance des trois grands mouvements de la résistance non communiste de zone Sud. Telle que je l’ai évoquée, elle paraît logique et naturelle quand elle fut en réalité d’une extraordinaire difficulté. Il n’est que de lire ce qu’écrivait quelques années plus tard Yvon Morandat à propos de la situation qu’il avait trouvée à son arrivée de Londres au début du mois de novembre 1941 :

  • 20 Souvenirs inédits d’Yvon Morandat, op. cit., p. 58.

« Aussi l’atmosphère n’était pas à la résistance. Seules de petites équipes d’irréductibles acceptaient de prendre des risques pour une cause qu’eux-mêmes jugeaient perdue dans leur for intérieur. Je le sentais bien aux questions continuelles qu’ils me posaient, sur ce que je savais des possibilités de résistance de l’Angleterre, les chances d’entrée en guerre de l’Amérique, etc. J’ai beaucoup menti à cette époque, mais ces mensonges-là, je crois qu’ils me seront pardonnés20. »

  • 21 Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine, BCRA, carton 332. Source : BBC European Intelligence. (...)
  • 22 Se reporter à P. Laborie, L’opinion française sous Vichy, Paris, Le Seuil, 1990.
  • 23 C. d’Aragon, La résistance sans héroïsme, Paris, Le Seuil, 1977, p. 19.

9Yvon Morandat parlait d’or. Ainsi, en février 1941, France Liberté envoyait à la BBC un manifeste intitulé : « Appel aux esprits libres ». Ressentant la nécessité de se présenter, ils écrivaient : « Qui sommes-nous ? […] Une dizaine de Lyonnais !21 » À la même époque, La dernière Colonne, le noyau de militants qui devait donner naissance à Libération-Sud, fédérait péniblement une centaine de personnes tout au plus dans l’ensemble de la zone Sud et connaissait son premier revers cuisant : l’arrestation de jeunes colleurs à Nîmes obligeait Emmanuel d’Astier, dès lors sous la menace d’une arrestation, à plonger dans la clandestinité. Ce qui revient à dire que si les pionniers de la Résistance en zone occupée furent très tôt en butte à une répression féroce, l’obstacle principal qui se dressa sur le chemin de leurs homologues de zone Sud, ce fut la popularité du chef de l’État français, Philippe Pétain, assise sur un appareil d’État docile, dont l’étoile ne commença pas à pâlir avant l’été 1941 au plus tôt22. Peut-être Charles d’Aragon forçait-il un peu le trait dans les années 1970 en affirmant à propos des tout débuts de la Résistance : « Il était aussi malaisé de découvrir un contestataire dans un département rural que facile d’en rencontrer un à Paris ou à Lyon23. » Il n’en demeure pas moins exact que, pour être clandestin et continuer à agir efficacement en zone Sud, Lyon était l’endroit idéal.

  • 24 Se reporter à R. Le Mer, Imprimeurs clandestins à Lyon et aux alentours (1940-1944), Lyon, Mémoire (...)
  • 25 A. Vistel, op. cit., p. 243.
  • 26 B. Plaisantin, André Plaisantin : un homme de cœur, humaniste, résistant, bâtisseur, Lyon, Édition (...)
  • 27 C. Bourdet, L’aventure incertaine, Paris, Stock, 1975, p. 102.

10Les facilités que Lyon offrait à la vie clandestine expliquent donc son pouvoir d’attraction. La densité de la population, encore accrue par les flux de réfugiés, constituait un atout comme la taille de la ville, assez grande pour qu’on pût s’y fondre dans l’anonymat. Par ailleurs, le syndicalisme était fortement ancré à Lyon. Les imprimeurs Joseph Martinet et Eugène Pons, le syndicaliste CGT Édouard Ehni, secrétaire du syndicat du Livre, aidèrent puissamment la Résistance à développer sa propagande24. D’autres comme Louis Naillod de la CFTC et Marius Vivier-Merle de la CGT – qui trouva la mort dans le bombardement du 26 mai 1944 – prêtèrent leur concours. C’est en constatant l’ampleur des complicités sur lesquelles la Résistance pouvait compter à Lyon qu’André Plaisantin, membre de Combat, soumit à Marcel Peck et Claude Bourdet l’idée de créer un service lové au sein des administrations : le Noyautage des administrations publiques (NAP) qui rendit de signalés services et dont « le modèle élaboré à Lyon fit école dans toute la zone sud25 ». Or, André Plaisantin, né en 1906 à Tassin-la-Demi-Lune, ébéniste de profession, adhérent à la CFTC et membre de Jeune République, devait ses contacts à une intégration à nulle autre pareille dans la ville26. Il travaillait, on l’a dit, avec Marcel Peck, alias Battesti, chef de la région R1. Claude Bourdet a synthétisé l’étrange attelage que formaient l’ébéniste lyonnais et l’ancien élève de l’École libre des sciences politiques de Paris : « Tout chez Plaisantin était empirisme, instinct, “doigt mouillé”, chance ; tout chez Peck était raisonnement, plan, calcul. Parfois, nous étions aussi énervés par la dialectique de l’un que par l’empirisme de l’autre, mais il faut dire qu’ils se complétaient admirablement.27 » Précisons que Marcel Peck fut arrêté à Paris à l’automne 1943 et disparut purement et simplement. Quant à André Plaisantin, arrêté le 15 décembre 1943, interné à Montluc alors que sa femme était enceinte de leur sixième enfant, il fut relâché le 6 mars 1944 et quitta Lyon où il ne revint qu’à la Libération.

11On lit souvent que la topographie de la cité répondait parfaitement aux nécessités du combat clandestin ; ses ruelles étroites et tortueuses, ses escaliers et ses pentes, ses fameuses traboules – successions de cours intérieures communiquant entre plusieurs rues – pouvaient aider à semer des poursuivants ou à rompre des filatures. C’est vrai mais sans doute assez anecdotique, peut-être même folklorique. Ses immeubles sans concierge qui permettaient d’installer dans le hall d’entrée une boîte aux lettres fictive à côté de celles des véritables occupants étaient un atout plus important. Mais, à dire vrai, il y eut au rayonnement de Lyon des facteurs plus décisifs. D’abord, le fait que cette grande ville bénéficiait d’infrastructures solides comme les tramways et les funiculaires, appelés « ficelles » à Lyon. Ensuite, le nœud ferroviaire lyonnais permettait de rayonner aisément en zone Sud. Par ailleurs, la proximité de la Suisse favorisait, le cas échéant, une évasion de la nasse de la France vichyste et des échanges de toutes sortes. Ces atouts, Yvon Morandat, premier émissaire politique de la France libre, les avait bien en tête quand il s’installa à Lyon en novembre 1941 :

  • 28 Souvenirs inédits d’Yvon Morandat, op. cit., p. 56-57.

12« J’avais choisi Lyon comme quartier général de mes activités et cela pour plusieurs raisons : importance de la ville, et donc facilité de s’y cacher, facilités de communication avec toute la zone sud. C’était la seule ville d’où il était possible de se rendre dans n’importe quelle ville de la zone non occupée en une nuit, proximité de la Suisse, pour les liaisons, etc.28 »

  • 29 A. Vistel, op. cit., p. 39.

13Par dessus-tout, la nouvelle géographie dessinée par la ligne de démarcation donnait une situation privilégiée à Lyon, lui permettant de renouer avec « son antique destinée de métropole29 ». Une classe ouvrière combative et organisée, des noyaux d’étudiants déterminés au sein de l’université de Lyon furent pour beaucoup dans le succès des manifestations organisées à l’occasion des 1er mai et des 14 juillet ou des grèves contre la Relève en octobre 1942, puis le Service du travail obligatoire (STO) en 1943.

  • 30 Voir R. Bédarida, Les Armes de l’Esprit. Témoignage chrétien (1941-1944), Paris, Éditions ouvrière (...)
  • 31 Le père Chaillet, professeur à la faculté de théologie de Lyon, en fut le principal animateur, ave (...)
  • 32 A. Vistel, op. cit., p. 107.

14À Lyon, que domine l’imposante basilique de Fourvière et qui était un des foyers les plus féconds du catholicisme, se développa également une Résistance spirituelle qui rencontra un fort écho30. Les Cahiers clandestins du Témoignage chrétien y furent lancés en novembre 1941 par des jésuites, les pères Chaillet, Fontoymont et de Lubac, avec l’aide du pasteur Roland de Pury. Née à la même époque, l’Amitié chrétienne, œuvre interconfessionnelle de secours aux juifs persécutés, sauva de nombreux enfants internés au camp de Vénissieux, après la rafle d’août 194231. À l’opposé, un groupe de Lyonnais, francs-maçons d’idéologie radicale et socialiste, ne trouvant pas Franc-Tireur assez laïc, décida de fonder son propre journal, Le Coq Enchaîné dont le premier numéro parut le 1er mars 1942. L’équipe fut décimée par la répression à l’automne 1942. « Elle paya chèrement », comme le rappelait Alban Vistel, « d’avoir été une avant-garde : 16 morts, 23 déportés dont 13 seulement survécurent32 ».

15En somme, la force principale de Lyon fut la très large gamme de ressources qu’elle offrait à la Résistance. Ces courants, ces forces militantes, ces compétences intellectuelles et techniques œuvrèrent à un même but. Les cinq résistants fusillés le 27 juillet 1944 place Bellecour par les Allemands – en représailles aveugles à l’explosion d’une bombe la veille dans le café du Moulin à Vent que fréquentaient les troupes d’occupation – symbolisaient bien cet amalgame à première vue improbable : les deux catholiques Gilbert Dru et Francis Chirat, le chef régional FFI Albert Chambonnet qui était franc-maçon, le militant communiste Léon Pfeiffer, membre du bataillon Carmagnole FTP MOI, et un résistant dont on ignore l’appartenance, René Bernard.

16Revenons à ce que le rôle de Lyon a pu avoir de spécifique, l’union dont je viens de parler n’étant nullement son apanage. En réalité, c’est la densité des directions des mouvements et réseaux – sans omettre bien entendu la délégation générale officiant sous l’autorité de Jean Moulin – ayant élu Lyon pour siège qui constitua son originalité la plus remarquable.

  • 33 Voir D. Cordier, Alias Caracalla, op. cit., p. 707.

17Ce rôle central de Lyon s’affirma très tôt puisque, dès l’été 1941, les directions des principaux mouvements en voie de constitution s’y rencontrèrent pour discuter d’une possible harmonisation de leurs actions, voire d’un rapprochement. Ce rôle fut reconnu de facto très tôt également par la France libre puisque, après avoir été parachuté le 2 janvier 1942 en Provence, à quelques kilomètres de Saint-Andiol, c’est vers Lyon que Jean Moulin dirigea tout de suite ses pas et c’est à Lyon qu’il installa ses services. C’est là qu’il mena les discussions qui devaient aboutir à la création de l’Armée secrète – portée à Lyon par le capitaine Claudius Billon – et du Comité de coordination de zone sud dont la première réunion se tint le 27 novembre 1942 à Collonges-au-Mont-d’Or avant que, deux mois plus tard, Combat, Franc-Tireur et Libération-Sud fusionnent au sein des Mouvements unis de résistance (MUR). C’était la première étape vers l’unification de toute la Résistance qui intervint avec la réunion du Conseil national de la Résistance, le 27 mai 1943, où étaient représentés mouvements de résistance des deux zones, partis politiques et syndicats résistants. Significativement, cette réunion eut lieu à Paris, non à Lyon. Au fur et à mesure que la Résistance croissait et s’unifiait, la capitale retrouvait en effet son traditionnel pouvoir de commandement et sa suprématie. À son retour du séjour qu’il avait fait à Londres entre le 14 février et le 19 mars 1943, Jean Moulin décida, pour mener à bien la mission élargie qui lui avait été confiée par le général de Gaulle, de transférer la délégation générale de Lyon à Paris33. De toute façon, dans la perspective de la Libération à venir, Paris redevenait symboliquement le nœud du pouvoir : c’est bien là que la Résistance unifiée devait établir son quartier général.

18Il demeure, sans dresser un palmarès des villes et régions résistantes qui n’aurait pas grand sens, que Lyon et la région R1 ne le cédèrent en rien aux autres. Elles ne les éclipsèrent pas non plus : en 1941, Marseille jouait encore un rôle de premier plan et c’est d’ailleurs dans cette ville qu’à l’été 1941 Jean Moulin rencontra Henri Frenay avant son départ pour Londres. De même, si le premier numéro de Liberté, sorti le 25 novembre 1940, fut ronéoté à Lyon par François de Menthon, les numéros suivants furent imprimés à Marseille et c’est à Montpellier avec Pierre-Henri Teitgen que le mouvement fut le plus actif et le mieux implanté. Nonobstant les éléments que je viens de signaler, j’ai essayé de formuler les hypothèses qui peuvent expliquer la primauté exercée par Lyon.

19En vérité, Lyon était indissociable de la région sur laquelle elle exerçait une emprise considérable et dans laquelle elle puisait beaucoup d’énergie et de concours. À Vienne avec Alban Vistel, à Grenoble avec Marie Reynoard, à Romans avec André Vincent-Beaume, en Savoie avec Edwin Stephens, pour ne citer que quelques noms, des femmes et des hommes insufflèrent très tôt une action énergique et continue. Fin 1942, Combat était solidement implanté dans l’Ain, le Jura, la Saône-et-Loire, la Drôme, la Haute-Savoie, la Savoie et l’Isère. Libération et Franc-Tireur jouissaient aussi d’une forte implantation régionale.

  • 34 L’opération est décrite dans son détail par A. Vistel, op. cit., p. 367-369.

20Chaque mouvement disposait de groupes francs menant des raids armés spectaculaires à Lyon et dans la région. Ils réussirent des opérations très risquées comme l’évasion de Raymond Aubrac et d’autres résistants dont le fourgon cellulaire fut attaqué en ville, boulevard des Tchécoslovaques, le 21 octobre 1943. Très remarquable aussi fut l’action du bataillon Carmagnole-Liberté des FTP-MOI agissant à Lyon et à Grenoble dont un des membres, Simon Fryd, blessé et arrêté à Lyon en mai 1943, fut condamné à mort et guillotiné, le 4 décembre. Les groupes francs des MUR réalisèrent un coup d’éclat qui frappa les esprits avec la distribution le 31 décembre 1943 d’un faux numéro du Nouvelliste. Alban Vistel, chef régional des MUR, et Charles Mohler alias Duvernois, chef des groupes francs, firent imprimer par Eugène Pons vingt-cinq mille faux exemplaires. Le 31 décembre, six camionnettes firent le trajet des Messageries Hachette dans Lyon. Leurs occupants saisirent en prétextant la censure les vrais numéros et déposèrent les faux dans les kiosques34. L’opération se déroula sans anicroches et montra le degré d’organisation et d’élaboration de la Résistance.

21Fin 1943, grâce à Marc Bloch (Franc-Tireur), André Plaisantin (Combat), Alban Vistel (Libération), les MUR, fruit d’une fusion accomplie au début de l’année, étaient prêts à aborder la phase finale. Des maquis s’étaient mis en place, le premier étant celui du Vercors, créé par Franc-Tireur. D’autres avaient suivi, en Haute-Savoie avec les Glières, dans l’Ain avec Romans-Petit. Ce sont les hommes de Romans-Petit qui défilèrent en bon ordre, au nez et à la barbe de l’occupant, le 11 novembre 1943, à Oyonnax en hommage aux combattants de 14-18 comme pour proclamer que les maquis n’étaient pas ces nids de terroristes complaisamment décrits par la propagande gouvernementale. Qu’une opération aussi risquée ait été possible démontrait que si la Résistance demeurait minoritaire, elle n’était plus marginale. Dès cette date, elle avait gagné la bataille pour le contrôle de l’opinion qu’elle livrait depuis des mois en zone Sud au gouvernement de Vichy. Pour les raisons que j’ai dites, Lyon avait largement joué sa partition dans ce processus.

***

22Cette histoire, d’un même mouvement dramatique et glorieux, explique sans doute que la mémoire de la Résistance, ravivée en 1987 par la tenue du procès de Klaus Barbie, tortionnaire de Jean Moulin et responsable de l’arrestation et de la déportation des enfants d’Izieu, demeure si forte aujourd’hui encore à Lyon et dans l’ancienne région R1. Créé en 1992 et installé dans les locaux de l’École du service de santé militaire occupés à partir du printemps 1943 par les services de la Sicherheitspolizei und Sicherheitsdienst (Sipo-SD) couramment désignés sous le nom de Gestapo, le Centre d’histoire de la Résistance et de la déportation, associé à l’édition de cet ouvrage, témoigne de cette mémoire encore vivace tout comme les récentes décisions de restaurer et d’ouvrir aux visites les sites de la maison du docteur Dugoujon à Caluire et de la prison Montluc.

Notes

1 Avec le sous-titre Histoire des mouvements unis de résistance, leur rôle dans la libération du Sud-Est, Paris, Fayard.

2 Paris, Robert Laffont.

3 Paris, Stock.

4 Paris, Le Seuil.

5 L. Douzou (éd.), « Souvenirs inédits d’Yves Morandat », Cahiers de l’I.H.T.P., no 29, 1994, 124 p.

6 Bruxelles, Complexe.

7 Lyon, BGA Permezel.

8 Paris, Gallimard.

9 Le Général de Gaulle à Lyon, 14 septembre 1944, préface d’Yves Farge. Allocution de Justin Godart. Discours du général de Gaulle, Lyon, Braun & Cie, 1944, 20 p. Ce discours n’est pas reproduit dans les Discours et messages de Charles de Gaulle, vol. 1 (1940-1946), Paris, Plon, 1970.

10 Lyon libre, 15 septembre 1944.

11 Rappelons que cet honneur fut chichement distribué puisqu’avec Grenoble, seules les communes de Nantes, Paris, Vassieux-en-Vercors et l’île de Sein en furent jugées dignes. La ville de Lyon reçut, quant à elle, la Médaille de la Résistance comme dix-sept autres collectivités territoriales.

12 A. Vistel, La nuit sans ombre, Paris, Fayard, 1970, p. 572.

13 J.-P. Levy, Mémoires d’un franc-tireur, op. cit., p. 40.

14 On cite ici le cas d’André Plaisantin parce qu’il illustre l’incomparable atout que représentèrent ces Lyonnais appuyés sur de puissants réseaux de sociabilité. Ces hommes et ces femmes ont été graduellement effacés de la mémoire collective. Ainsi, à Libération-Sud, Maurice David, cousin de Raymond Aubrac, joua un rôle essentiel. Sur ce point, se reporter à L. Aubrac, Ils partiront dans l’ivresse, op. cit.

15 Souvenirs inédits d’Yvon Morandat, op. cit., p. 82.

16 D. Veillon, Le Franc-Tireur. Un journal clandestin. Un mouvement de résistance, 1940-1944, Paris, Flammarion, 1977, note 1, p. 52.

17 « Étant donné votre passé, votre profession, vos convictions, il me semble que vous devez vous rattacher à un Mouvement qui se nomme “Libération” et où vous rencontrerez notre ami André Philip. », A. Vistel, op. cit., p. 80.

18 Totalement oublié aujourd’hui, ce franc-maçon était le beau-frère de Gabriel Florence, professeur à la faculté de médecine et de pharmacie de Lyon, responsable régional des services médicaux de la Résistance, arrêté en mars 1944, déporté à Neuengamme où il mourut assassiné, dont la mémoire a été conservée à Lyon.

19 On trouve des renseignements sur certains d’entre eux dans R. Le Mer, Francs-maçons résistants, Lyon 1940-1944, Lyon, Mémoire active, 2011.

20 Souvenirs inédits d’Yvon Morandat, op. cit., p. 58.

21 Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine, BCRA, carton 332. Source : BBC European Intelligence. Forces françaises libres, état-major du général de Gaulle, SR, Londres, 31 mai 1941, Lyon, 20 février 1941, 6 p.

22 Se reporter à P. Laborie, L’opinion française sous Vichy, Paris, Le Seuil, 1990.

23 C. d’Aragon, La résistance sans héroïsme, Paris, Le Seuil, 1977, p. 19.

24 Se reporter à R. Le Mer, Imprimeurs clandestins à Lyon et aux alentours (1940-1944), Lyon, Mémoire active, 2014.

25 A. Vistel, op. cit., p. 243.

26 B. Plaisantin, André Plaisantin : un homme de cœur, humaniste, résistant, bâtisseur, Lyon, Éditions des Traboules, 2013.

27 C. Bourdet, L’aventure incertaine, Paris, Stock, 1975, p. 102.

28 Souvenirs inédits d’Yvon Morandat, op. cit., p. 56-57.

29 A. Vistel, op. cit., p. 39.

30 Voir R. Bédarida, Les Armes de l’Esprit. Témoignage chrétien (1941-1944), Paris, Éditions ouvrières, 1977 ; B. Comte, L’honneur et la conscience. Catholiques français en résistance, 1940-1944, Paris, L’Atelier, 1998 et la contribution du même dans ce volume.

31 Le père Chaillet, professeur à la faculté de théologie de Lyon, en fut le principal animateur, avec l’abbé Glasberg. Cette chaîne de solidarité agrégea beaucoup de monde dont, par exemple, l’étudiante Germaine Ribière ou encore Olivier de Pierrebourg, secrétaire d’André Philip, à qui son action résistante valut de recevoir la croix de la Libération.

32 A. Vistel, op. cit., p. 107.

33 Voir D. Cordier, Alias Caracalla, op. cit., p. 707.

34 L’opération est décrite dans son détail par A. Vistel, op. cit., p. 367-369.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à Sciences Po Lyon, membre senior de l’Institut universitaire de France et du LARHRA. Il travaille principalement sur l’histoire et la mémoire de la deuxième guerre mondiale et sur les sources orales. Parmi ses publications : La Résistance française : une histoire périlleuse, Seuil, Points Histoire, 2005 et Lucie Aubrac, Perrin, collection Tempus, 2012.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site