Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces en transactions

 | 
Raymonde Séchet
, 
Isabelle Garat
, 
Djemila Zeneidi

Quatrième partie. Visibilité ou invisibilité sociale et marquage spatial

L’essor des complexes résidentiels fermés en Australie : une remise en cause du modèle sociétal australien ?

Gérald Billard et François Madoré

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Pour un pays urbanisé comme l’Australie, parler de l’avenir des villes revient inexorablement à s’interroger sur le devenir de la nation australienne dans son ensemble » (Peel, 1995, p. 43). Ce lien étroit entre urbanisation et société est en effet d’autant plus prégnant que cette nation s’est construite à travers ses villes, avec la création par les Anglais de Sydney (1788), Hobart (1804), Brisbane (1824), Perth (1829), Melbourne (1834) ou encore Adélaïde (1836). Longtemps, les grandes villes australiennes ont projeté l’image d’agglomérations équilibrées, partagées entre la densité fonctionnelle des espaces centraux, la qualité des parcs et ceintures vertes et une diffusion résidentielle suburbaine peu dense offrant l’opportunité du rêve de l’accession à la propriété. Reflet de l’apparente croissance maîtrisée des villes, la société australienne majoritairement urbaine semble incarner l’exemple d’un melting-pot réussi qui aurait, sans trop de heurts ni de tensions, intégré les va...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540