Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon dans la Seconde Guerre mondiale

 | 
Laurent Douzou
, 
Isabelle Von Bueltzingsloewen
, 
Hervé Joly
, 
et al.

Première partie. Administrer, réprimer, éliminer

Lille, capitale militaire et politique du ressort de l’Oberfeldkommandantur 670 (1940-1944)

Laurent Thiery

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le 10 mai 1941, Goebbels, ministre de la Propagande du Reich, salue en personne dans la presse nazie l’inauguration à Lille d’un « Théâtre allemand » relevant directement de ses services1. Lille est la seule ville de France à bénéficier de ce statut privilégié au même titre que les opéras d’Oslo et de La Haye. Il faut dire que ce théâtre avait été achevé et inauguré, en 1915, par les troupes impériales lors de la première occupation de la ville. Au-delà de l’image culturelle que l’on veut donner à l’agglomération, le message est profondément politique : Lille doit apparaître comme la ville centrale de la marche frontalière. L’événement est à inscrire dans un mouvement beaucoup plus large destiné à montrer le caractère flamingant de la région. La première représentation théâtrale n’est pas choisie au hasard : il s’agit de l’Egmont de Goethe, pièce qui évoque le martyr d’un héros flamand vainqueur des Français à la bataille de Gravelines en 1558… Le théâtre de Lille se veut l’ambassad...

Auteur

Docteur en histoire contemporaine (université Charles de Gaulle Lille 3), est historien pour La Coupole, le Centre d’Histoire et de Mémoire du Nord Pas-de-Calais, près de Saint-Omer. Sa thèse sur La répression allemande dans le Nord de la France (1940 – 1944) a été publiée aux éditions du Septentrion en 2013. Il poursuit des recherches sur la répression en France, notamment par « l’ange gardien des V1 », et, depuis 2013, dirige la réalisation du Dictionnaire biographique des 9 000 déportés de France passés par le camp de Mittelbau-Dora et ses Kommandos.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540