Versión clásicaVersión móvil

Espaces en transactions

 | 
Raymonde Séchet
, 
Isabelle Garat
, 
Djemila Zeneidi

Quatrième partie. Visibilité ou invisibilité sociale et marquage spatial

La géographie invisible de la ville : l’inscription des castes dans l’espace urbain à Tananarive (Madagascar)

Catherine Fournet-Guérin

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Note portant sur l’auteur1

« Il n’y a pas de problème de castes dans mon quartier. Oui, c’est vrai, il y a les Andriana (nobles), les Hova (hommes libres), et… il n’y a pas de terme pour désigner le troisième groupe. Il y a des gens aux cheveux crépus. » Le pasteur d’un très prestigieux quartier historique de Tananarive tient ces propos stupéfiants, qui nient toute reconnaissance, et jusqu’à l’existence même d’une catégorie de population méprisée dans la société merina2, les descendants d’esclaves. Cette déclaration illustre également à quel point la question des castes est considérée comme taboue pour le chercheur étranger : la plupart des Merina tiendront un discours similaire, selon lequel la question ne se pose pas. Or, il s’agit d’une réalité sociale de premier ordre, et qui plus est d’un mode d’organisation spatiale de la ville. En effet, une multitude de signes indique qu’il existe une territorialisation des castes, avec des lieux interdits, et une césure spatiale majeure.

On v...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search