Version classiqueVersion mobile

Liaisons dangereuses

 | 
Pauline Picco

Deuxième partie. Des réseaux OAS aux stragi italiennes

Chapitre V. L’Aginter presse : réseaux OAS, contre-subversion et terrorisme

Texte intégral

  • 1 Dewerpe Alain, Espion. Une anthropologie historique du secret d’État contemporain, Paris, NRF, Gall (...)

1La création, à Lisbonne, de l’agence de presse Aginter presse, étroitement liée à la Policia Internacional e de Defesa do Estado (PIDE), entraîne la réactivation de réseaux européens d’extrême droite mis en place à la faveur du combat OAS et imprégnés par les théories de la guerre révolutionnaire. Cette structure transnationale constitue un maillon de la guerre contre-subversive menée contre le communisme par les services de renseignements des puissances occidentales. Elle est l’expression de cet engagement anticommuniste et anti tiers-mondiste, dans une période de recomposition des forces internationales. L’accélération des mouvements de décolonisation et la lutte contre la pénétration socialiste en Afrique deviennent un enjeu politique, idéologique et stratégique fondamental pour les pays occidentaux. L’entrée dans la guerre froide a en effet été marquée par le glissement progressif vers une nouvelle forme de conflits occultes entre États, la « guerre secrète » marquée par « l’intervention d’un État dans la politique d’un autre État », en y menant des « opérations politiques couvertes ». Les conflits de décolonisation, en généralisant l’usage de la guérilla, ont fait du « “renseignement” – conçu comme recherche des informations, contrôle des populations et guerre politique – et de la clandestinité des outils essentiels de la politique1 ». La structure officielle lisboète masque en réalité une officine anticommuniste, protégée par la PIDE et liée à d’autres services de renseignements occidentaux. Outre des activités de renseignement, elle favorise le recrutement de mercenaires dans les rangs de ces « soldats perdus » que constituent les militants d’extrême droite pour combattre en Afrique.

2L’étude de l’Aginter presse, structure qui témoigne de la pérennité des réseaux européens d’extrême droite et des relations franco-italiennes en leur sein, se révèle particulièrement ardue. En effet, si les sources existent et sont en partie accessibles, elles se caractérisent par leur manque de fiabilité. Certains aspects de cette histoire demeurent impossibles à écrire : les enquêtes judiciaires consécutives aux stragi ont fait l’objet de désorientations volontaires et systématiques par plusieurs secteurs de l’État italien qui alimentent les théories du complot. Comme le souligne Hervé Rayner :

  • 2 Rayner Hervé, « Protéger, subir et réprimer : la délicate “gestion” du terrorisme par l’État italie (...)

« Le terrorisme a aussi été une technique de gouvernement dans le contexte de la guerre froide » et les « “manquements” des responsables politiques ont laissé des traces2. »

3La nature même des institutions productrices de sources, leur implication au sein de stratégies contre-subversives, en France comme en Italie, placent l’historien face à une gageure : reconstituer une histoire rendue opaque par l’importance de ses enjeux politiques.

  • 3 Tranfaglia Nicola, « Un capitolo del “doppio Stato”. La stagione delle stragi e dei terrorismi, 196 (...)

4En l’état actuel de nos connaissances, nous ne pouvons affirmer qu’un vaste projet anti-subversif a été mis en place afin de battre en brèche, par des moyens occultes, l’avancée des forces socialistes et communistes dans le monde. Toutefois, force est de constater la conjonction manifeste d’intérêts entre les objectifs de certaines structures de renseignements occidentaux, les actions menées par l’Aginter presse et la vague terroriste qui touche l’Italie à partir de 1969. Un certain nombre de réseaux impliquant des membres d’organisations d’extrême droite ont inscrit leur action anticommuniste au sein d’une chronologie concordante. En effet, loin d’inscrire notre propos dans une pensée complotiste diffuse en Italie et alimentée par la théorisation de notions telles que le « doppio Stato3 », on ne peut en effet que constater la concordance des actions de l’Aginter presse et celles de l’opération Chaos de la CIA qui, à partir de 1966, visaient à l’infiltration dans des groupes, associations et partis de l’extrême gauche extra-parlementaire en Italie, France, Grande-Bretagne, Espagne et République Fédérale d’Allemagne.

5La création d’Aginter presse et de son organisation militaire, Ordre et Tradition, en 1966, a été le fruit de plusieurs années de négociations entre anciens activistes de l’OAS et les services de renseignements portugais de Salazar. L’organisation bénéficie des compétences des activistes formés à l’école de la contre-subversion française. Ces réseaux internationaux semblent ainsi avoir été mis au service du terrorisme italien.

La création d’Aginter presse et d’Ordre et Tradition

  • 4 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport d’expertise 37 de Mauro Canali et d’Ald (...)

6L’agence Aginter presse apparaît officiellement à Lisbonne en septembre 1966. Sous couvert d’une activité d’agence de liaison et de lutte contre la pensée communiste dans le monde, Aginter presse, qui publie des bulletins d’information, mène en réalité des activités occultes et contre-subversives, étroitement liées aux services de renseignements occidentaux4.

Genèse de l’organisation : des relations étroites et anciennes entre anciens OAS et agents de la PIDE

  • 5 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Commission rogatoire internationale de M. le Pr (...)
  • 6 CdM, Tribunal de Catanzaro, Ufficio istruzione, Dossier de procédure pénale no 9/82-A, cart. 20/B, (...)
  • 7 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, MI, DCPP Rome, documents transmis par l’AISE su (...)

7Si l’on en croit les documents fournis à la magistrature italienne par le service portugais en charge du démantèlement de la PIDE après 1974, les services de renseignements salazaristes ont conservé dans leurs archives un dossier intitulé « Guérin-Sérac », pseudonyme des frères Yves et Jean-Marie Guillou. Il contient des documents témoignant de l’activité de renseignements menée par le titulaire du dossier. Le livret militaire d’Yves Guillou confirme en effet sa vocation précoce pour le travail d’Officier Traitant Action5 et il est probable qu’après s’être engagé au sein de l’OAS, les compétences et les contacts de l’ancien activiste en aient fait une recrue de choix pour les services de renseignements portugais puis français6. Le SDECE affirme en effet qu’Yves Guérin-Sérac aurait gagné le Portugal grâce à des officiers portugais rencontrés en Algérie, où ils s’étaient rendus pour se documenter sur les méthodes de guerre anti-subversive de l’armée française7.

  • 8 CdM, Tribunal de Catanzaro, Ufficio istruzione, Dossier de procédure pénale no 9/82-A, cart. 20/B (...)

8En outre, le dossier que la PIDE a conservé sur Jean-Marie Guérin-Sérac, le frère d’Yves, contient une proposition d’activités, écrite à Lisbonne et datée du 13 octobre 1963. Les frères Guillou proposent alors à la PIDE de constituer une organisation qui mènerait une activité de renseignements contre les adversaires du Portugal, une activité d’action psychologique dans les pays étrangers, et enfin une action de représailles. Le cadre géographique de l’organisation s’étendrait à la France, à l’Afrique du Nord, à l’Afrique sub-saharienne et enfin à l’Europe où des agents pourraient mener des activités de renseignements et d’action. L’organisation bénéficierait dans un premier temps des subsides du Portugal avant d’acquérir son autonomie financière8. Le rôle singulier du Portugal dictatorial est ici mis en évidence. Il fait profiter d’anciens activistes OAS de son hospitalité, de sa bienveillance et de largesses financières pour promouvoir des activités de renseignements et d’action. Celles-ci dépassent, dès la phase préliminaire d’élaboration du projet, la simple défense des intérêts portugais dans le monde. Elles s’insèrent au sein d’un plus large dessein de lutte anticommuniste.

9En février 1964, ce document préliminaire est complété par une étude détaillée qui présente l’organisation. Sa composition est ainsi envisagée : une centrale réduite composée de trois officiers, des antennes mises en place dans les capitales étrangères, et enfin des équipes spéciales de renseignements ou d’action. Le document confirme en outre les interactions de l’organisation avec les services français et portugais :

« vis-à-vis du gouvernement français, la meilleure couverture sera l’observation de règles strictes de Sécurité et de Secret et seuls les trois officiers connaîtront la coopération ; le travail des antennes sera placé dans le cadre de notre Organisation, et plus particulièrement sur le plan de la Défense de l’Occident ».

  • 9 Ibid.

10En revanche, « vis-à-vis des Portugais, les contacts pourront être expliqués de manière simple, par exemple sur le plan de section technique ». La dimension contre-subversive et clandestine des actions envisagées, ainsi que le rôle d’organisation-écran pour les services de renseignements désignés ci-dessus, est clairement envisagée par les frères Guillou. Le projet fait également état des actions spéciales qui nécessiteraient des équipes entraînées et utilisant des armes non conventionnelles. Outre la logistique et la définition des capacités opérationnelles d’une telle structure, le projet établit également le budget prévisionnel nécessaire à la mise en place des antennes, aux frais de séjour et de roulement de la centrale et des antennes, aux frais d’entraînement d’équipes spéciales et enfin aux missions9.

11Ces dix-neuf pages de documents revêtent, pour notre étude, une importance capitale car elles situent au sein d’une chronologie précise la genèse de l’Aginter presse et attestent de ses velléités clandestines et subversives ainsi que de ses relations avec les services de renseignements français et portugais.

Aginter presse, OACI : des organisations opérationnelles (septembre 1966)

12Il faut deux ans pour que soient officiellement créées l’Aginter presse et sa branche clandestine, « Ordre et Tradition » également appelée OACI, structures qui mettent en acte le programme élaboré en 1964 par les frères Guérin-Sérac.

  • 10 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport d’expertise 37 de Mauro Canali et d’Ald (...)

13Trois secteurs d’action sont identifiés. Le premier consiste en une action publique d’information, basée sur des échanges avec des agences de presse étrangères anticommunistes. Le deuxième secteur vise à mener des actions de contrôle, d’information et d’espionnage. L’agence de presse masque en outre l’activité politique d’une « organisation nationale-révolutionnaire », chargée de l’action armée anticommuniste : il s’agit du troisième secteur d’activité de l’Aginter presse10.

  • 11 Voir CdM, Tribunal de Milan, Dossier de procédure pénale no 874/74 AGU, Uff. Istruz. Pen. Sez. 8, (...)

14Une partie de la documentation retrouvée au siège de l’agence de presse à Lisbonne lors de la Révolution des Œillets d’avril 1974 a été photographiée, en 1975, par trois journalistes italiens du périodique L’Europeo qui ont transmis lesdits documents au juge D’Ambrosio, en charge de l’enquête sur la strage de Piazza Fontana. Ils ont en effet été autorisés par l’agent de la commission de démantèlement de la PIDE en charge des relations avec la presse à prendre en photo durant une journée les archives de l’Aginter presse11.

  • 12 Laurent Frédéric, L’orchestre noir, Paris, Stock, 1978.

15Nous avons croisé ces documents photographiques avec plusieurs rapports émanant de diverses sources, portugaises et italiennes, afin d’identifier plus clairement les activités de l’organisation. Le rapport du SDCI, rédigé en 1975 par les services secrets post-salazaristes, est particulièrement instructif. Nous avons eu accès à la version originale du document ainsi qu’à une version italienne fidèlement traduite. Frédéric Laurent cite précisément ce rapport dans son ouvrage L’Orchestre Noir12. Bien qu’il n’ait pas toujours indiqué ses sources, nous pouvons supposer, à la lecture de son ouvrage, qu’il a eu accès à une partie de la documentation sur laquelle nous appuyons notre étude. Celle-ci nous permet de confirmer une partie de ses assertions.

  • 13 CdM, Dossier de procédure pénale contre Delle Chiaie Stefano +3, Rapporto ROS al giudice Salvini, (...)

16Le rapport rédigé en 1975 par le SDCI portugais explique que l’Aginter presse était la couverture, payée par la PIDE, de l’activité d’un groupe d’officiers opérationnels composé notamment d’ex-membres de l’OAS. Parmi leurs activités, ils menèrent des opérations d’espionnage en Afrique, sous diverses couvertures, en bénéficiant du financement des ministères de la Défense nationale et des Affaires étrangères portugais. L’Aginter presse avait en effet été créée pour leur permettre de disposer d’un réseau d’informations qui puisse fonctionner dans les pays africains, et ce plus particulièrement dans les colonies portugaises, afin d’en surveiller les mouvements de libération13.

Enrôler des mercenaires

  • 14 CdM, Dossier de procédure pénale contre Freda Franco, Ventura Giovanni ed altri, ministero dell’In (...)
  • 15 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli commandité (...)

17Parallèlement à Aginter presse, la branche militaire d’Ordre et Tradition, basée à Johannesburg, est créée en septembre 1966. Dénommée Presenza Occidentale, elle possède une structure rigoureusement secrète, qui s’appuie sur la discrétion et la soumission de ses membres14. Elle étend ses ramifications en Afrique (à Salisbury, Luanda, Bissau) et en Europe (Lisbonne, Madrid, Hamburg, Vienne et Malmoe). Sa mission principale réside dans l’enrôlement de mercenaires, recrutés principalement parmi les membres d’organisations d’extrême droite ou des anciens combattants. Les centres d’entraînement aux opérations de sabotage et de guérilla sont localisés dans le sud du Portugal et en Afrique du Sud, notamment à Windhoek. Zarco Moniz Ferreira, personnage de premier plan de l’extrême droite portugaise et proche de Pino Rauti, est identifié comme l’un des instructeurs de ce centre sud-africain. En février 1968, on signale son départ imminent pour la Rhodésie avec un groupe de jeunes européens qui ont terminé un cours d’entraînement pour Forces spéciales15.

  • 16 CdM, Dossier de procédure pénale contre Freda Franco, Ventura Giovanni ed altri, ministero dell’In (...)
  • 17 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli du 12 mars (...)

18Les services britanniques suspectent en outre l’organisation d’opérer en soutien aux mercenaires français dirigés par Bob Denard16. En février 1968, Bob Denard se trouve en effet à la tête de deux cent mercenaires, dont l’enrôlement aurait été facilité par le Gouvernement français. Denard aurait ainsi contacté Ordre et Tradition, par l’intermédiaire d’un ancien militaire ayant appartenu à l’OAS, pour établir une collaboration entre les deux organisations afin de mener des opérations communes. Les dirigeants d’Ordre et Tradition auraient décliné l’offre, peu enclins à collaborer avec Denard en raison des liens supposés de celui-ci avec le Premier ministre Pompidou et le général de Gaulle17.

Une organisation impliquée dans les conflits africains

  • 18 CdM, Dossier de procédure pénale contre Delle Chiaie Stefano +3, Rapporto ROS al giudice Salvini, (...)
  • 19 Voir sa biographie en annexe. Voir Van Dongen Luc, « La guerre contre-révolutionnaire et contre-su (...)
  • 20 Voir biographie en annexe.

19Dans un premier temps, l’action de l’Aginter presse – Ordre et Tradition est essentiellement tournée vers les colonies portugaises d’Outre-Mer. Selon le SDCI, « les plans des agents de l’Aginter incluaient la liquidation de dirigeants, infiltration ou interception de collaborateurs et provocateurs et utilisation de faux mouvements de libération18 ». Ainsi, la première opération financée par les ministères de la Défense et des Affaires étrangères fut une opération d’infiltration menée par Robert Leroy19, bras droit de Guérin-Sérac, au sein du Front de Libération du Mozambique (FRELIMO), mouvement indépendantiste mozambicain. Outre Robert Leroy, l’auteur identifie plusieurs des membres de l’organisation : Yves Guérin-Sérac, désigné comme le principal dirigeant de l’organisation, Guy d’Avezac de Castera, Jean Vallantin, Jean Guillou, Jean-Denis Raingeard de la Bletière20, Jean-Marie Laurent [dit Lafitte] et Jean Brune.

  • 21 CdM, Dossier de procédure pénale contre Delle Chiaie Stefano +3, Rapporto ROS al giudice Salvini, (...)
  • 22 CdM, Dossier de procédure pénale contre Freda Franco, Ventura Giovanni ed altri, ministero dell’In (...)
  • 23 CdM, Dossier de procédure pénale no 12151/2010 mod. 44, MI, DCPP Rome, documents transmis par l’AI (...)
  • 24 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, MI, DCPP Rome, documents transmis par l’AISE su (...)

20Le SDCI portugais identifie par ailleurs un certain nombre de collaborateurs de l’organisation, dont l’activité fut mise à profit lors des conflits africains. Ainsi, Jacques Depret, ancien de l’OAS proche des services de renseignements français, aurait signé un accord avec Guérin-Sérac pour intervenir au Biafra et favoriser un coup de main de Moise Tschombé au Congo21. Depret aurait tenté de recruter des instructeurs français pour l’Angola par l’intermédiaire du Mouvement Occident de Paris22. Les relations de l’Aginter presse avec Occident sont en outre confirmées par le rapport du SDECE communiqué en décembre 1974 au SISMI23. Les relations du capitaine Sergent avec Yves Guillou sont également attestées par les services italiens qui font état de quatre rencontres entre les deux hommes, advenues en Suisse entre janvier et février 196924.

21Les agents de l’Aginter établirent également des relations avec la tentative de sécession du Katanga (en collaboration avec Tschombé et PIDE), avec les tentatives de coup d’État contre le gouvernement du Congo (Brazza) et de la Guinée (Conakry).

Un autre terrain d’action : l’Amérique du Sud

22L’activité de certains agents de l’Aginter se serait également tournée, à la fin des années 1960, vers l’Amérique du Sud. Nous ne disposons que de très peu d’éléments probants à ce sujet, même si plusieurs indices laissent penser que les assertions de Frédéric Laurent, auteur de L’orchestre noir, sont, sur ce point, tout à fait exactes. Comme lui, nous avons eu accès au rapport du SDCI qui fait état d’une correspondance du FBI adressée à la PIDE, retrouvée au sein des archives des services portugais. Il y est écrit que :

  • 25 CdM, Dossier de procédure pénale contre Delle Chiaie Stefano +3, Rapporto ROS al giudice Salvini, (...)

« l’individu dont le nom est en épigraphe (Salby), citoyen américain, né le 28 juin 1937, à Philadelphie, Pennsylvanie, […] travaille pour le compte d’une autorité étrangère en Amérique latine et, par conséquent, il est considéré comme un transgresseur possible du statut de neutralité des États-Unis, délit relevant de notre compétence. Nous cherchons à vérifier ses activités à l’étranger. Dans sa demande de passeport […], Salby déclara être journaliste pour le compte de l’Aginter presse de Madrid (Espagne). Il est également établi que Salby a un collaborateur du nom de Jean Denis (phonétique), un salarié français, lequel pourrait être également impliqué dans les activités d’Aginter-Presse, mentionnée plus haut. Nous vous remercions pour les informations que vous pourrez nous fournir au sujet de Salby, de Jean Denis et de l’Aginter presse25 ».

23Frédéric Laurent cite dans son ouvrage ce même extrait du rapport. Il suppose que les services américains espéraient sans doute obtenir quelques précisions sur la personnalité des hommes d’Aginter auxquels ils avaient affaire au Guatemala, ce qui paraît tout à fait vraisemblable.

24Il souligne en outre le caractère laconique de la réponse de la PIDE, ainsi formulée par le n ° 3 des services portugais :

« En réponse à votre demande, nous vous informons que Salby et Jean Denis n’ont aucun précédent dans les registres de nos services. Quant à l’Aginter Presse, il s’agit d’une agence de presse anticommuniste sans activité politique. »

  • 26 Laurent Frédéric, L’orchestre noir, op. cit., p. 161.
  • 27 CdM, Cour d’Assises de Milan, RG 19/95, Atti trasmessi dalle autorità Algerine concernenti Jay Sal (...)

25La contradiction entre les termes employés dans la dernière partie de la note est frappante. Lorsque l’on connaît les relations entretenues par les services portugais et l’agence, ainsi que la véritable nature de ses activités, on comprend la réaction agacée des autorités américaines qui s’adressèrent par écrit au chargé des opérations africaines de la PIDE pour savoir si Salby et Jean Denis travaillaient ou travaillent encore pour l’Aginter ; et où se trouvait le siège de l’Aginter. Frédéric Laurent affirme à ce propos que cet « échange […] ne devait pas hypothéquer les actions d’Aginter qui semble finalement avoir reçu le feu vert US, puisque plusieurs barbouzes de l’agence travailleront durant quelques années au Guatemala, couvertes par le gouver26 ». Bien que nous ne puissions pas confirmer la couverture américaine dont aurait bénéficié Salby, des documents transmis par les autorités algériennes à la justice italienne confirment les séjours guatémaltèques de ce membre de l’Aginter, sans toutefois attester d’une matrice subversive27.

Un réseau de renseignements qui s’étend à l’Afrique équatoriale française

  • 28 Ce qu’écrit Frédéric Laurent à ce sujet correspond à nos informations. Laurent Frédéric, L’orchest (...)
  • 29 CdM, Dossier de procédure pénale contre Freda Franco, Ventura Giovanni ed altri, ministero dell’In (...)
  • 30 CdM, Dossier de procédure pénale contre Delle Chiaie Stefano +3, Rapporto ROS al giudice Salvini, (...)

26Le réseau de renseignements et d’action mis en place par la pseudo-agence de presse étend également sa sphère d’influence aux anciennes colonies de l’Afrique équatoriale française (AEF). Au Gabon, Aginter pouvait compter sur le Français H. M. Lasimone, dirigeant d’un Consortium Forestier et Maritime, impliqué dans un plan qui unissait l’Aginter, la PIDE, le Gabon, l’Afrique du Sud, la Rhodésie et les Services Spéciaux français pour faire tomber le gouvernement de Brazzaville28. Lasimone aurait ainsi entretenu d’étroites relations avec les services français de Jean Moricheau-Beaupré et avec Yves Guillou, à qui il aurait proposé d’élargir le plan initialement prévu au Katanga afin d’y constituer un État blanc29. Sa réalisation se serait toutefois heurtée aux réticences portugaises, insatisfaites des contreparties allouées au Portugal dans le projet français30.

  • 31 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 22, ROS Rome, Reparto Eversione, Rapport du 23 juil (...)

27Aginter presse et Ordre et Tradition, dirigées par d’anciens activistes OAS, ont entretenu des relations privilégiées avec les autorités portugaises et vraisemblablement avec certains secteurs des services français. Ainsi, « l’utilisation du patrimoine humain de l’OAS, structure portante de l’Aginter presse, atteint un double objectif : disposer d’une structure militaire d’excellent niveau, réceptive aux préceptes de la guerre psychologique, et créer une structure écran du SDECE31 ». L’Aginter presse ne pouvait donc se détourner de cette Italie, ventre mou de l’Europe abritant le parti communiste le plus puissant d’Europe occidentale. L’Aginter et Ordre et Tradition ont également entretenu des relations avec l’extrême droite italienne, réactivant des réseaux mis en place à la faveur du combat OAS, ce qui a conduit à des relations épistolaires et des échanges de documentation, mais également à des rencontres et des tentatives de recrutement.

Les réseaux italiens d’Aginter presse

  • 32 CdM, Archives Aginter Presse, Enveloppe no 2, « Programma politico ».

28L’activité de renseignement menée par Aginter presse en Italie est attestée par ses archives. Plusieurs rapports, transmis par ses correspondants italiens, font état de la situation politique italienne dans les années 1968-1969. Ils ciblent notamment les secteurs considérés comme particulièrement perméables à l’influence marxiste32.

Correspondants et recrutements italiens

  • 33 Oltremare est dirigée par Giorgio Torchia qui a collaboré avec l’Ufficio « REI » entre 1959 et 196 (...)
  • 34 CdM, Dossiers de procédures pénales no 33/72 et 22/86, Cour d’Assises de Catanzaro, Interrogatoire (...)

29Officiellement, l’Aginter presse entretient des relations suivies avec les agences de presse Fiel et Oltremare, toutes deux étroitement liées à l’Istituto Pollio et aux services de renseignements italiens33. Entre 1966 et 1968, Guérin-Sérac prend contact avec un certain nombre de membres de l’extrême droite italienne, parlementaire et extra-parlementaire. C’est notamment le cas des journalistes Giano Accame, soupçonné d’être lié aux réseaux « Ghelen » de renseignements ouest-allemands34 et Giorgio Torchia, proche de l’ambassade américaine à Rome.

  • 35 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli du 12 mars (...)
  • 36 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, MI, fasc. « Q290 », note d’Aristo, 2 septembre (...)

30Parallèlement, l’agence lisboète recrute dans la péninsule. En juillet 1967, Aristo signale que le dirigeant provincial de la section de La Spezia d’Ordine Nuovo s’est rendu à Lisbonne pour se porter candidat à l’engagement dans les bataillons de mercenaires opérant en Afrique35. Il aurait été encouragé à remplir ses obligations militaires avant d’envisager un éventuel engagement36.

  • 37 CdM, Archives Aginter Presse, Enveloppe no 5 « Schede contatti », fiche de contact Andréa Rocchi e (...)

31Une rencontre internationale est organisée par Ordre et Tradition à Lisbonne à la fin du mois de mai 1967. À cette occasion, le représentant d’Ordine Nuovo s’entretient notamment avec Guérin-Sérac, Guy d’Avezac de Castera et Jean-Marie Lafitte – Laurent. Ils abordent ensemble la participation des Italiens à l’agence de presse dans la recherche et la diffusion – ainsi que la traduction, mais également la « participation des contactés à l’OACI37 ».

Aginter presse et Ordine Nuovo : une dimension activiste fondamentale

  • 38 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport d’expertise 37 de Mauro Canali et d’Ald (...)

32Les relations entre Ordine Nuovo et l’Aginter presse prennent rapidement une dimension activiste fondamentale. En mai 1967, quelques jours après la première réunion, une seconde rencontre bilatérale est organisée : on demande au représentant d’Ordine Nuovo une étroite coopération dans les trois secteurs d’activités d’O et T : journalisme, renseignement et action armée38. Sur le moment, l’Italien refuse de prendre un quelconque engagement car Pino Rauti, principal dirigeant du groupe, est absent. À cette occasion, Guérin-Sérac et ses hommes soumettent néanmoins à Ordine Nuovo les propositions suivantes :

  • 39 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli commandité (...)

« Préparer des groupes de “volontaires” […] disposés à s’installer pour des opérations de courte ou de longue durée dans n’importe quel pays étranger ; prendre les mesures nécessaires pour créer un réseau d’“agents de liaison” dans les principaux centres et villes italiennes qui puissent éventuellement servir – uniquement pour des missions d’orientation et d’information et logistiques – à favoriser la mission de groupes étrangers qui devraient éventuellement effectuer [en Italie] des actions anticommunistes ; se procurer des armes de guerre adaptées pour les fournir, le cas échéant, à des individus qui devraient être envoyés en Italie ; une coopération maximale pour favoriser d’éventuels trafics de matériaux stratégiques, créant si possible des agences d’import-export officielles ; élaboration commune de plans d’action dans les ex-colonies italiennes en Afrique39. »

33Rauti aurait accepté un échange d’informations et une collaboration journalistique : il envoie des copies du journal Ordine Nuovo afin que l’organisation portugaise prenne connaissance de la structure de l’organisation existante.

34Le bras droit de Rauti nous renseigne également sur l’activité officieuse et subversive d’Ordine Nuovo :

  • 40 CdM, Archives Aginter Presse, Enveloppe no 8 « Lettere Italia », lettre d’Armando Mortilla à Yves (...)

« J’ai été autorisé à éclaircir certains points, nécessairement demeurés flous durant notre rencontre, relatifs à la “troisième partie” de votre action et de la nôtre. À travers les expériences, disons “officielles”, faites avec l’appareil organisationnel existant, nous avons sélectionné des individus qui servent à la partie la plus “intéressante” de notre programme d’action. Ce programme – en dehors d’une certaine collaboration apportée dans le passé à une organisation d’outre-Alpes qui nous est proche, – a été élaboré uniquement en fonction d’événements nationaux, qui concernent notre pays. La rencontre avec votre groupe élargit – indubitablement – le rayon d’activité à condition que demeurent, comme nous sommes certains qu’ils demeureront, les dénominateurs idéologiques communs de nos groupes. Pour cela je peux vous garantir la disponibilité d’individus […] pour des initiatives “spécifiques”, disposés à s’installer hors d’Italie. Tout comme il est possible de mettre éventuellement à disposition, pour des périodes plus ou moins longues, des individus sûrs à utiliser pour quelques séjours en Afrique40. »

  • 41 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli commandité (...)
  • 42 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, MI, DCPP, Archivio di Gabinetto, III parte, Pré (...)

35 Aristo confirme d’ailleurs, en juin 1967, l’existence, au sein d’Ordine Nuovo, d’une structure clandestine opérationnelle, testée dans le passé avec des opérations terroristes menées, sur commission de l’OAS, sur la côte d’Azur41. Rappelons en effet qu’en 1966, de véritables arsenaux appartenant à des membres des sections d’Ordine Nuovo de Vérone et Livourne tombent entre les mains des forces de l’ordre, témoignant de la capacité d’action du groupe, qui ne se limite pas à une simple activité propagandiste et journalistique42. Aristo précise qu’il existe

« plusieurs dépôts clandestins dudit matériel dans plusieurs endroits de la péninsule. Leur emplacement serait connu uniquement par très peu d’individus (qui d’ailleurs ne font pas partie officiellement d’Ordine Nuovo) et Rauti lui-même et ses collaborateurs les plus proches […] ne disposent pas des éléments pour localiser les dépôts. Les contacts entre Rauti et Ordine Nuovo ont lieu par l’intermédiaire d’individus parfaitement insoupçonnables et qui exercent même une activité politique au sein des partis du centre ».

36 Aristo met en effet ici clairement en relation l’action subversive d’Ordine Nuovo et de certains membres de la droite catholique parlementaire, appartenant sans doute à la Démocratie chrétienne, qui ont pu faire office d’intermédiaires.

  • 43 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli commandité (...)
  • 44 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, MI, fasc. « Q290 », note d’Aristo, 30 mars 1968
  • 45 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli no 5, annex (...)

37L’intérêt que porte l’Aginter presse à la situation italienne est également attesté par le voyage effectué par Guérin-Sérac en Italie en janvier 1968. Le responsable d’Ordre et Tradition se rend dans la péninsule pour ren-contrer le secrétaire d’Ordine Nuovo, Rauti, et plusieurs hommes politiques romains43. Les deux organisations sont engagées dans une lutte anticommuniste commune, à mener non seulement au niveau national, mais également à l’échelle européenne et mondiale, par tous les moyens. Aristo soupçonne ainsi Guillou d’entretenir d’étroites relations avec l’aile droite du parti républicain et le sénateur Goldwater44. Guillou aurait laissé entendre qu’il reçoit des financements en même temps que des directives concernant la propagande à mener pour promouvoir la « présence blanche en Afrique45 ».

  • 46 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli commandité (...)
  • 47 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli commandité (...)

38Les Américains auraient organisé, au mois d’avril suivant, une rencontre de représentants européens de groupes d’extrême droite, avec l’accord du gouvernement des Colonels46. Le rôle joué par la dictature grecque dans l’élaboration d’une stratégie européenne de contre-subversion apparaît ici. Pino Rauti effectue d’ailleurs, entre mai 1967 et avril 1968, au moins trois voyages en Grèce au cours desquels il est reçu par les plus hautes instances étatiques47.

  • 48 Après le coup d’État du 21 avril 1967, le roi Constantin part en exil. Le régime des Colonels, qui (...)
  • 49 CdM, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli du 12 mars 1997, annexe 229, APP-Mi, fasc. « Delle Chiaie (...)
  • 50 CdM, Dossier de procédure pénale no 9/82 RG, Atti UCIGOS, fasc. L6/5 « Avanguardia Nazionale », no (...)

39En avril 1968, Ordine Nuovo et des militants d’Avanguardia Nazionale, proches de Stefano Delle Chiaie, se rendent à une réunion organisée par les Américains à Athènes48. Le coup d’État des Colonels est sans doute érigé en exemple pour ces groupes d’extrême droite subversifs. Rappelons que Stefano Delle Chiaie et l’équipe dirigeante d’Avanguardia Nazionale furent, durant ces années, étroitement liés au Fronte Nazionale de Junio Valerio Borghese49, responsable de la tentative de coup d’État du 7 décembre 1970. Une réunion entre des dirigeants du Fronte Nazionale et plusieurs membres de la direction du FUAN et d’Avanguardia Nazionale se serait tenue au début du mois de septembre 1970 à Rome. L’un des dirigeants de l’organisation aurait pris la parole et interrogé les responsables présents sur « l’état activiste, militaire et politique de leurs adhérents », avant d’insister sur la nécessité de prendre des mesures pour procéder à la formation de ceux-ci. Il est en effet question de former les militants au saut en parachute, de les familiariser au maniement de tous types d’armes, et de mener des actions de sabotage : « Il a également parlé de faire sauter des ponts, des voitures et d’autres moyens de locomotion50. »

  • 51 CdM, Dossier de procédure pénale no 9/82 RG, Atti UCIGOS, fasc. L6/5 « Avanguardia Nazionale », Do (...)

40La matrice subversive des activités de ces groupes, parlementaires et extra-parlementaires, apparaît très clairement, comme en témoigne le résultat des perquisitions effectuées, entre 1969 et 1971 chez des militants d’Avanguardia Nazionale à Rome, qui mènent à la mise sous séquestre de 17 kg d’explosifs, d’un pistolet, de 43 cartouches et de 85 détonateurs51.

  • 52 CdM, Dossier de procédure pénale no 344 80 GI, Rapport de la préfecture de Police de Florence, 28 (...)
  • 53 Ferraresi Franco, Minacce alla democrazia, Milan, Feltrinelli, 1995, p. 222 sq.

41Comment ne pas relier, dès lors, les voyages des militants d’Avanguardia Nazionale en Grèce, l’étroite relation entretenue entre ses principaux dirigeants et le prince Borghese, la présence de matériel explosif et d’armes, les relations de Delle Chiaie avec le SIFAR52, avec ces tentatives de déstabilisation de l’Italie qui visaient vraisemblablement à l’instauration d’un régime autoritaire, et qui culminent dans une tentative avortée de coup d’État dirigée par le prince Borghese53 ?

42Si l’on en croit les notes fournies par Aristo, les relations entre Ordine Nuovo et Aginter presse auraient toutefois pris fin au printemps 1968. Plusieurs notes des services de renseignements italiens signalent cependant la présence, de 1969 à 1973, de membres de l’Aginter presse en Italie. Les représentants de l’organisation lisboète auraient effectué pas moins de huit voyages en quatre ans, sans que l’identité des personnes signalées ne soit formellement attestée.

Aginter presse au service du terrorisme italien ?

« Notre Action politique »

43Un document intitulé « Notre action politique », saisi en 1974 au siège de l’agence lisboète par la police portugaise, daté par la magistrature italienne de la fin des années 1960, résume explicitement les ambitions de l’Aginter presse – Ordre et Tradition en Europe :

  • 54 CdM, Archives Aginter presse, Enveloppe no 2 « Programma politico », « Notre Action politique ».

« Nous pensons que la première partie de notre action politique doit être de favoriser l’installation du chaos dans toutes les structures du régime […]. À notre avis, la première action que nous devons déclencher c’est la destruction des structures de l’État, sous couvert de l’action des communistes et des pro chinois, nous avons d’ailleurs des éléments infiltrés dans tous ces groupes […]. Cela créera un sentiment d’antipathie envers ceux qui menacent la paix de chacun et de la nation, et d’autre part cela grèvera l’économie nationale. À partir de cet état de fait, nous devons rentrer en action dans le cadre de l’armée, de la magistrature, de l’Église afin d’agir sur l’opinion publique et d’indiquer une solution et de contrer la carence et l’incapacité de l’appareil légal constitué, et de nous faire apparaître comme étant les seuls à pouvoir fournir une solution sociale politique et économique adaptée54. »

44Le document est édifiant tant il correspond point par point à la stratégie théorisée puis mise en place par l’extrême droite italienne, en collaboration avec certains secteurs des services de renseignements de la péninsule pour maintenir l’axe politique italien au centre et à droite. Il s’agissait en effet, grâce à une série d’attentats visant à déstabiliser la situation politique du pays, de faire émerger une demande sociale orientée vers les partis d’ordre, qui aurait empêché l’ascension du PCI et son arrivée au pouvoir, ou aurait pu permettre le fonctionnement normal d’une solution dite de « compromis historique », alliance gouvernementale entre l’aile gauche de la DC et le PCI.

  • 55 L’expression est de l’historienne Luisa Passerini.

45Un faisceau de renseignements laisse penser que l’Aginter presse prit part à la série d’attentats à la bombe qui touche l’Italie de la fin des années 1960 au début des années 1980, alors que le pays est marqué par une vague de contestations sociales et politiques, ouvrières et étudiantes, dans cette « saison des mouvements55 » qui secoua le pays et menaça l’ordre établi.

  • 56 On pense notamment à la destruction de la deuxième bombe placée, le 12 décembre 1969, au siège mil (...)

46Sans doute convient-il de rappeler ici les difficultés méthodologiques et scientifiques auxquelles l’historien se heurte lorsqu’il aborde ces thématiques : la masse considérable – plusieurs centaines de milliers de documents produits par les institutions judiciaires au cours des nombreux procès, appels et autres recours ; l’incapacité récurrente des institutions judiciaires, malgré le travail remarquable de certains magistrats, à identifier puis à condamner les exécutants et commanditaires de ces stragi ; l’action de certains secteurs des services de renseignements italiens qui se sont attachés à orienter délibérément et systématiquement les magistrats sur de fausses pistes et à détruire des preuves56, pratique relativement courante au cours de ces enquêtes. En outre, la durée excessive des instructions judiciaires a permis à certains personnages de premier plan de l’extrême droite italienne d’échapper à une condamnation définitive grâce aux délais réduits de prescription. Ainsi, l’écriture de l’histoire est, dans ce champ, extrêmement problématique.

L’implication du SID

  • 57 Le 12 décembre 1969, outre la bombe placée dans la Banque de l’agriculture de Piazza Fontana, quat (...)
  • 58 Voir notice biographique en annexe.
  • 59 Rappelons que les notes des 16 et 17 décembre 1969 dont il est question ici ne furent transmises à (...)
  • 60 CdM, Tribunal de Catanzaro, annexe 3 à une note destinée au Chef du service, 2 sep-tembre 1972.
  • 61 CdM, Chambre des députés, Sénat de la République, Commision parlementaire d’enquête sur la loge ma (...)

47L’exemple des notes produites par le Servizio Informazioni Difesa (SID) est, sur ce point, tout à fait significatif. Le 12 décembre 1969, une bombe explose dans la banque de l’Agriculture, Piazza Fontana, à Milan et dans le même temps, plusieurs engins explosent à Rome sans faire cette fois de victimes57. Quelques jours après la strage de piazza Fontana, les 16 et 17 décembre 1969, les services de renseignements militaires italiens transmettent plusieurs notes qui attribuent la responsabilité des attentats romains à Mario Merlino58 et Stefano Delle Chiaie, désignés comme des anarchistes qui auraient agi pour le compte d’un certain Yves Guérin-Sérac, citoyen allemand59. Une des notes souligne l’importance et l’efficacité de l’œuvre d’infiltration d’un certain nombre de militants d’extrême droite en Europe au sein d’organisations d’extrême gauche, infiltration qui avalise la cohérence et la vraisemblance de la note. Depuis 1968, Mario Merlino à Rome, et Giovanni Ventura60 en Vénétie, ont effectivement entamé un travail d’infiltration de groupes d’extrême gauche, procédé qui correspond point par point à celui exposé dans le document : « Notre action politique ». En novembre 1968, Merlino appartenait au groupe de Stefano Delle Chiaie. L’« appareil » d’Avanguardia Nazionale, structure clandestine à l’importante capacité opérationnelle composée d’une trentaine de personnes, s’attachait notamment à discréditer, par des actions concrètes et directes, l’activité des partis et des organisations de gauche61. Un rapport de la DIGOS sur Avanguardia Nazionale rédigé en 1996, après plusieurs dizaines d’années d’enquêtes dans la péninsule, affirme à ce sujet :

  • 62 CdM, Dossier de procédure pénale no 6071/95RG mod. 21, Rapport de la Préfecture de police de Rome, (...)

« En conclusion, on peut affirmer avec certitude que le groupe “XXII Marzo” fut une opération habile et bien préparée d’“infiltration, instigation et désorientation des enquêtes” opérée dans des milieux proches de la gauche romaine, vraisemblablement inspirée par un plan de vaste portée certainement destiné à déployer ses effets sur des décors non circonscrits à la seule Italie62. »

48Mario Merlino n’est pas le seul militant d’extrême droite à s’être infiltré dans un groupe d’extrême gauche à la fin des années 1960 : Giovanni Ventura, proche de Franco Freda fut également de ceux-ci. Il permit, grâce à sa collaboration étroite avec l’extrémiste padouan, de renseigner efficacement l’intermédiaire du SID, le journaliste Guido Giannettini, qui produisit, à la fin des années 1960, plusieurs dizaines de documents sur l’extrême gauche (et plus particulièrement sur les groupes maoïstes).

Le rôle trouble de Giannettini

  • 63 CdM, Dossier de procédure pénale no 6071/95RG mod. 21, lettre du Servizio informazioni della difes (...)
  • 64 CdM, Dossier de procédure pénale no 19/95 RG, Cour d’Assises de Milan, fasc. « Aginter. Agenzia di (...)

49Giannettini constitua, à la fin des années 1960, un réseau parallèle de renseignements qui lui permit, sous le nom de code de Guido, de fournir à son employeur, le SID, des informations précises sur les mouvements issus de toutes les tendances de l’extrême gauche, de Rome à Padoue (grâce à ses relations étroites avec Ventura et Freda, dont témoigne leur correspondance durant le procès pour la strage de Piazza Fontana). Giannettini apporte également des informations sur les réunions de l’OTAN et sur l’Aginter presse63. Le 2 juin 1970, il transmet au SID une note dans laquelle il définit la fonction officielle de l’Aginter presse, son positionnement politique et ajoute que l’organisation serait financée « par un organisme quelconque du gouvernement français actuel, ou tout au moins par des milieux proches du Président Pompidou64 ».

50Alors que les enquêteurs s’orientent dans un premier temps vers la piste anarchiste, ils soupçonnent par la suite les groupes d’extrême droite d’être à l’origine de l’attentat de Piazza Fontana. Réfutant toutes les accusations à son encontre, Giannettini explique que la « piste noire » qui attribue la responsabilité de la strage à des groupes d’extrême droite serait une opération de propagande qui viserait à « conserver et accroître le poids dominant des gauches en Italie, et au contraire à affaiblir toutes les forces qui y sont opposées (droite DC, MSI, Forces Armées, Carabiniers, Services de sécurité) ». On ne peut que constater a posteriori que c’est exactement l’inverse qui eut lieu.

  • 65 CdM, Dossier de procédure pénale no 6071/95RG mod. 21, lettre du Servizio informazioni della difes (...)

51Giannettini s’attache, logiquement, à disculper le groupe Freda. Les indices retenus par la magistrature seraient en effet « parfaitement inconsistants et rendus crédibles uniquement en raison de la partialité des magistrats enquêteurs », accusés par Giannettini de mener une instruction à charge65. C’est donc un agent du SID, personnellement impliqué dans la strage, qui prend fait et cause pour les principaux accusés et réfute catégoriquement la piste noire.

  • 66 CdM, ADCPP, Archives Taviani, Rapport intitulé « I nuovi sviluppi istruttori sugli attentati del 1 (...)
  • 67 Le mandat d’arrêt contre Guido Giannettini pour « strage in concorso con Freda e Ventura » est émi (...)

52Le SID se contente donc, à la suite de l’attentat de Piazza Fontana, d’émettre une note de renseignements, qui contient des informations pour partie véridiques et pour partie erronées, dans laquelle le service indique notamment que Guérin et Merlino sont anarchistes. Il nourrit ainsi la piste initiale des enquêteurs et de la magistrature qui accusait les anarchistes milanais, notamment Pietro Valpreda, et romains, d’être responsables de la strage de Piazza Fontana et des attentats romains survenus le 12 décembre 1969. Les hommes du SID savaient qu’un travail d’instruction approfondi aurait pu démolir la piste anarchiste en mettant en lumière la disproportion entre l’organisation des cinq attentats et la modestie du groupe de Pietro Valpreda, initialement accusé d’en être responsable. Relier les anarchistes à une organisation internationale telle que l’Aginter presse permettait de renforcer la thèse anarchiste sans courir de risques particuliers, puisqu’il était fort peu probable que le Portugal salazariste accepte de collaborer avec les instances judiciaires italiennes pour éclairer les activités de Guérin-Sérac et de ses hommes. En outre, le SID refusa systématiquement de participer à l’enquête et se limita à transmettre la note ci-dessus mentionnée à des responsables de la police et des carabiniers. Il omit également de transmettre les informations contenues dans ses dossiers qui, déjà à l’époque, identifiaient en Guérin-Sérac le chef d’une organisation anticommuniste et non pas anarchiste66. Outre cette mauvaise volonté évidente, le SID a volontairement entravé les enquêtes en cours. En effet, alors que Giannettini s’apprête à être entendu par la magistrature, le SID l’héberge dans un appartement romain appartenant au service avant de l’exfiltrer vers Paris où il réside pendant plus d’une année, entretenu par les largesses du service67.

53Les réseaux de l’Aginter presse ont sans doute été impliqués, directement ou indirectement, dans la vague d’attentats qui touche l’Italie de 1969 à 1980.

Ordre et Tradition en Italie

  • 68 La « Propaganda 2 (P2) » est une loge maçonnique secrète. Dirigée par Licio Gelli, elle comptait, (...)
  • 69 CdM, Procura della Repubblica presso il tribunale ordinario di Brescia, documentazione acquisita c (...)
  • 70 En 1969, la majorité du Centro studi-Centro politico Ordine Nuovo dirigée par Pino Rauti rejoint l (...)
  • 71 CdM, Procura della Repubblica presso il tribunale ordinario di Brescia, documentazione acquisita c (...)

54Les autorités de la péninsule ont fortement soupçonné des membres d’Ordre et Tradition d’avoir été présents en Italie au moment des attentats, sans que leur présence ne puisse être formellement attestée. En revanche, un document du SDECE récemment transmis à la magistrature de Brescia par le SISDE, confirme qu’un représentant d’Aginter presse aurait pu résider en Italie, entre 1969 et 1974. L’agent Pegaso, qui désigne le bureau du SISMI à l’étranger, souligne qu’une source digne de foi, avait mentionné en octobre 1983 les contacts entre Jacques Foccart, le Service d’Action Civique (SAC), la loge P268 et l’Aginter presse, elle-même en contact avec Ordine Nuovo et le Nouvel ordre européen69. Selon la source, la dissolution du Movimento Politico Ordine Nuovo (MPON)70, ordonnée par le ministre de l’Intérieur Taviani en 1973, n’aurait pas altéré ces contacts et les relations seraient demeurées intactes, ce que confirment nos archives. Un autre rapport, produit en 1974 par le SDECE, après la révolution des Œillets, fait état de la présence en Italie d’un certain Deraldo Padilha de Oliveira, résidant à Rome. Proche de l’un des dirigeants de la PIDE, l’homme est présenté comme le délégué d’Aginter presse à Rome, ami du capitaine Sérac avec lequel il aurait préparé, au début des années 1970, des attentats en Italie et en France71.

55Les parties civiles du procès de Brescia confèrent à ce document une portée capitale. Il convient toutefois de noter que le rapport émanant du SDECE doit être utilisé avec d’extrêmes précautions : les relations troubles de ce service avec l’Aginter ont en effet pu entraîner certains agents français à produire, à dessein, un rapport erroné.

  • 72 CdM, Atti Aginter Press, vol. 30, fasc. 8, Document transmis par la Préfecture de police de Milan (...)

56La préfecture de police de Milan signale en outre, en janvier 1974, à la demande du juge d’Ambrosio, que l’assemblée du Nouvel ordre euro péen (NOE) qui se tint le 25 mars 1967 au sein de la section du MSI d’Abbiategrasso, en banlieue de Milan, réunit le Suisse Amaudruz, plusieurs représentants d’Ordine Nuovo et Robert Leroy, membre de l’Aginter72, laissant présumer de l’intérêt du représentant de l’Aginter pour la situation italienne.

  • 73 Interrogatoire de Guido Giannettini, 8 juin 1993 cité in CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 (...)

57Les relations qu’entretint Giannettini avec l’Aginter presse contribuent également à nourrir les suspicions d’une intervention – directe ou indirecte – de l’organisation lisboète en Italie. En juin 1993, Giannettini affirmait au juge d’instruction avoir rencontré Guérin-Sérac en 1964 à Lisbonne, présenté par un membre de l’OAS, en présence d’un fonctionnaire de la PIDE73.

Les savoir-faire des agents de l’Aginter au service de l’extrême droite italienne

58Au cœur d’une stratégie occidentale d’endiguement du communisme, l’intérêt porté par l’Aginter presse pour la situation italienne s’accompagne d’un transfert de compétences vers des groupes d’extrême droite italiens.

  • 74 Le terme désigne un militant qui a pris ses distances avec l’organisation à laquelle il appartenai (...)
  • 75 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, témoignage de Carmine Dominici, dep. Dominici 2 (...)

59Plusieurs témoignages concordants de membres d’Ordine Nuovo et d’Avanguardia Nazionale laissent penser que l’agence leur aurait permis de bénéficier, entre 1966 et 1974, des compétences techniques de l’un de ses agents en matière d’explosifs. Plusieurs militants d’Avanguardia Nazionale affirment en effet avoir été formés en 1966 par un certain Jean, ex-officier de l’OAS. Paolo Pecoriello, que la magistrature désigne comme le seul dissociato74 « historique » d’Avanguardia Nazionale, déclare ainsi avoir suivi, en 1966, à Rome, un cours d’entraînement à la guérilla et au maniement d’explosifs par un instructeur français, ex-officier de l’OAS. Un « activiste de premier plan » d’Avanguardia Nazionale à Reggio Calabre, confirme la présence, dans le milieu d’AN au début des années 1970, d’un ex-légionnaire français portant le nom de Jean et qui aurait donné des leçons aux militants, à Rome et à Reggio Calabre, sur l’utilisation des explosifs. Il ajoute que les figures de Guérin-Sérac et de ses proches collaborateurs étaient familières à Avanguardia Nazionale : « On savait que la structure d’AN pouvait compter, en cas de besoin, sur cette organisation75. »

60Au sein d’Aginter presse, deux activistes étaient spécialistes en explosifs : Jean-Denis Raingeard de la Bletière et Jean-Marie Guillou. Toutefois, la magistrature italienne a échoué à identifier précisément ce fameux « Jean » qui apparaît dans plusieurs témoignages. Peut-être les militants italiens ne pouvaient-ils pas compromettre, en l’identifiant, leur formateur de l’Aginter presse.

Une structure internationale en soutien aux activistes italiens ?

  • 76 La strage de Peteano est un attentat terroriste effectué le 7 mai 1972 à Peteano, en province de G (...)

61Vincenzo Vinciguerra, ancien membre d’Ordine Nuovo et responsable de la strage de Peteano76, exilé en Espagne aux côtés de Stefano Delle Chiaie, confirme la présence d’anciens membres de l’OAS qui firent office d’instructeurs pour l’extrême droite italienne. Certains militants d’Ordine Nuovo et d’Avanguardia Nazionale auraient ainsi bénéficié de ces formations théoriques et pratiques. Il ajoute, témoignant de sa très bonne connaissance des mécanismes qui régirent le recrutement d’une partie des agents des services de renseignements français :

  • 77 CdM, Dossier de procédure pénale no 721/88F relatif à l’attentat auprès de la Préfecture de police (...)

« Les hommes de l’OAS furent petit à petit réintégrés par les Services de sécurité français : leur expérience concrète était précieuse pour le nouveau type de guerre à l’échelle planétaire que le monde occidental menait contre le monde communiste77. »

  • 78 CdM, Dossier de procédure pénale no 9/82-A contre Stefano Delle Chiaie et d’autres, Procura genera (...)
  • 79 Rappelons que celui-ci a fui en Espagne à l’été 1970 lorsqu’est émis un mandat d’arrêt contre lui (...)
  • 80 CdM, Dossier de procédure pénale no 9/82_ A contre Stefano Delle Chiaie et d’autres, Documents sai (...)

62La proximité entre l’Aginter presse et Avanguardia Nazionale est en outre confirmée par la saisie, en 1975, dans une planque d’AN à Rome, d’une carte de l’Aginter presse, datée du 21 décembre 1971, au nom de Giovanni Martelli, collaborateur accrédité, portant la photo de Stefano Delle Chiaie78 et signée par Yves Guérin-Sérac. L’Italien a par la suite assuré que cette carte avait été antidatée et qu’il ne l’avait obtenue qu’en 1974. Lors de cette perquisition, un agenda, vraisemblablement imprimé en Espagne et susceptible d’avoir appartenu à Stefano Delle Chiaie79, voyait figurer dans ses pages les noms et coordonnées de deux membres de l’Aginter presse – Raingeard de la Bletière et Robert Leroy – parmi d’autres membres de premier plan de l’extrême droite française ou francophone des années 1970 : Yves Bataille, Francis Bergeron, Maurice Bardèche, Gaston Amaudruz, Jean-Robert Debbaudt, Henry Coston, Joël Freymond, Saint-Loup, Saint-Paulien, Jacques Bonomo et Romain Spazziari – codification maladroite de Delle Chiaie pour masquer ses relations avec Albert Spaggiari80.

  • 81 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport du ROS Rome, Reparto Anti Eversione, At (...)
  • 82 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Affirmation de Maurizio Tramonte, 14 janvier 19 (...)
  • 83 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, lettre du Procureur de la République du Parquet (...)

63Vincenzo Vinciguerra va plus loin. Il mentionne l’existence d’une structure de droite formée majoritairement d’ex-membres de l’OAS qui aurait constitué un réseau de soutien logistique sur le territoire français. Elle aurait permis à toute personne souhaitant traverser le territoire français dans la clandestinité de le faire sans laisser de traces. Selon le responsable de la strage de Peteano, cette structure aurait été dirigée par Jean-Jacques Susini : à titre d’exemple, Vinciguerra affirme que, lors de l’arrestation du député du MSI Sandro Saccucci, en 1976 à Bayonne, celui-ci avait pu être libéré grâce à l’intervention de Susini81. Vincinguerra n’est pas le seul à mentionner l’implication directe ou indirecte de Jean-Jacques Susini, étroitement lié au SAC de la région marseillaise, dans cette saison d’attentats qui marque l’histoire italienne des années 1970. Au début des années 2000, la magistrature de Brescia s’intéresse à ce personnage suite aux déclarations de plusieurs militants italiens qui déclarèrent avoir assisté à des réunions en présence de « deux membres de l’Aginter presse », « dont l’un s’appelait Roberto et l’autre SUSINA ou SUSINI. Il est possible que l’un des deux ait été d’origine italienne82 ». Les magistrats s’interrogent en effet sur l’éventuelle participation de Susini à une réunion dans la ville de Vérone entre le 12 et le 15 mai 1974, en présence de représentants vénitiens d’Ordine Nuovo, de deux officiers de l’armée italienne et de deux officiers américains. Elle lance ainsi, en 2000, une commission rogatoire internationale auprès de ses homologues français pour obtenir toute information sur le passé militaire de Jean-Jacques Susini, son parcours politique et ses activités militantes, ainsi que des précisions chronologiques qui prouveraient une compatibilité d’emploi du temps entre les déclarations des témoins italiens et les faits et gestes de Susini, régulièrement emprisonné à cette période83. Les autorités françaises transmettent à la magistrature italienne quelques copies de pages internet, documentation qui prêterait à sourire si ce manque patent de coopération ne constituait pas une entrave manifeste aux enquêtes menées dans la péninsule.

  • 84 Robert Allo est né le 16 juillet 1947, militant d’extrême droite il est membre du groupe Europe-Ac (...)
  • 85 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Documents SISMI transmis par le Raggruppamento (...)
  • 86 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Documents SISMI transmis par le Raggruppamento (...)

64Rappelons qu’à l’époque, Jean-Jacques Susini est fortement soupçonné d’être l’un des responsables du groupe action d’Ordre Nouveau auquel se substitue, en 1974, le Parti des forces nouvelles, faisant ainsi le lien entre deux générations militantes de l’extrême droite française. Il est également suspecté de mener des activités clandestines par l’intermédiaire de sa société de sécurité, sans que rien n’ait jamais pu être prouvé. Un tableau qui émane vraisemblablement des services de renseignements français, et dont la fiabilité est assurée par le classement interne des renseignements italiens, fait le point sur les relations entre certains membres du PFN, les dirigeants de son groupe action Robert Allo84 et Pierre Bugny, Jean-Jacques Susini (et sa Société Générale de Surveillance et d’Investigations) et Jean-Louis Canale, les réseaux corses, notamment ceux des frères Orsoni, de Toussaint Poggioli et du FLNC, des mercenaires de Bob Denard parmi lesquels Olivier Danet, Thierry Tcheng Tchun, Ante Gotovina et Eric Bernadengo85. Certains personnages auraient travaillé pour la société de sécurité « Century ». Cette imbrication entre dirigeants et militants d’extrême droite, mercenaires engagés au Congo, au Biafra, au Katanga, au Yemen, aux Comores ou au Bénin, réseaux corses et sociétés de sécurité qui se dédieraient, entre autres, à la protection de personnalités et au recrutement de mercenaires86, ne peut qu’inciter à soupçonner des activités illicites, sans qu’elle ne puisse toutefois constituer une preuve tangible.

  • 87 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, lettre du ministero dell’Interno, DPS, DCPP, au (...)

65Le document, daté de 1983, fait également référence aux fréquents voyages en Italie, par la route, du bras droit de Susini, Jean-Louis Canale, sans que nous ne soyons parvenus à en savoir davantage. La piste Susini suivie par la magistrature de Brescia n’aboutit pas car, au moment où il est suspecté d’avoir participé à des réunions en Italie, l’intéressé se révèle être emprisonné à Paris et à Marseille87, alibi en apparence inattaquable. Malgré les forts soupçons pesant sur lui, la magistrature abandonne ses poursuites.

Des réseaux Aginter presse pérennes

  • 88 CdM, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli commandité le 12 mars 1997, annexe 233, APP-Mi, fasc. « D (...)
  • 89 Le rapport fait état de la somme d’environ 30 millions de lires (environ 44 445 dollars).
  • 90 CdM, Dossier de procédure pénale no 9/82 RG, Atti UCIGOS, fasc. L6/5 « Avanguardia Nazionale », Ra (...)

66Vincenzo Vinciguerra témoigne en outre de la pérennité des réseaux de l’Aginter presse qui se reconstituent à Madrid, après la révolution des Œillets en 1974. Guérin-Sérac et Stefano Delle Chiaie y recréent une centrale permettant notamment d’héberger les terroristes italiens en fuite, comme ce fut le cas de Vincenzo Vinciguerra ou encore de Pierluigi Concutelli, tous deux militants d’Ordine Nuovo. Les autorités italiennes soupçonnent en effet l’agence de tourisme Transalpino de couvrir une activité d’assistance en Espagne mais également en France, en Italie et en Belgique88. Stefano Delle Chiaie aurait en effet profité de cet exil dans la péninsule ibérique pour renforcer ses liens avec le mouvement espagnol Forza Nueva. Une réunion entre représentants d’AN et du groupe espagnol, en présence de plusieurs membres de l’Armée de libération portugaise, aurait eu lieu en octobre 1975 afin de coordonner un « effort parallèle entre les groupes d’extrême droite pour arrêter la diffusion du communisme en Europe, grâce à l’utilisation de tous les moyens disponibles, terrorisme inclus ». Après avoir fait état de ses disponibilités financières importantes89 et présenté à l’assistance un modèle de « circuits électriques destinés à exploser 3 minutes après que la liaison électrique a été établie », Avanguardia Nazionale – dont les adhérents sont « correctement armés avec des pistolets et des fusils automatiques » – aurait présenté ses projets futurs. L’organisation aurait prévu un congrès le 3 novembre 1975 à Trieste et l’intervention des représentants de Forza Nueva, d’extrémistes de droite portugais, d’« “Ordre Nouveau” de France, croates yougoslaves et le “Prov” (SIC) hollandais90 ».

  • 91 On notera l’orthographe fort approximative des noms des participants, vraisemblablement retranscri (...)
  • 92 CdM, Dossiers de procédure pénale no 2/92G RGGI et 9/92A RGPM, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli (...)
  • 93 Voir notice biographique en annexe.
  • 94 Luis Garcia Rodriguez est né le 30 janvier 1932 à Barcelone. Phalangiste dissident d’extrême droit (...)
  • 95 CdM, Dossiers de procédure pénale no 2/92G RGGI et 9/92A RGPM, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli (...)

67La pérennité de ces réseaux, désormais principalement implantés en Espagne et ce malgré la mort de Franco, est confirmée par la tenue du congrès de l’« Alliance internationale anticommuniste » en Espagne les 30 et 31 octobre 1976. Les représentants de 17 pays se seraient réunis à Madrid, « parmi lesquels : Grèce (Plevers), Algérie, Libye, Maroc, Tunisie, Argentine, Belgique (Jean Tiriac), Brésil, France (Josef de la Grange, Alen Robert, Théodore Ballalas), Allemagne occidentale (Guenter Laenhauser), Angleterre (David Tirling), Mexique, Portugal (Jorghe Giardin et Rolando Verdian), Espagne (Luis Garcia Rodriguez) et Suisse (Richter George Spitz – F. Genoud)91 ». Un mois plus tard, une note rappelle que le 7 août 1976, une réunion des extrêmes droites européennes a été organisée par le NPD à Hambourg, en présence de représentants du Parti des forces nouvelles français et des mouvements extrémistes de Belgique, Autriche, Angleterre, Suède et de trois Italiens non identifiés. Une réunion de l’Alianza Internacional Anticomunista (AIA) se serait également tenue à Barcelone à la fin du mois d’août précédent. Cette organisation coordonnerait l’activité anticommuniste en Europe tandis que l’association parallèle World Anticomunist League « s’occuperait des mêmes problèmes pour le reste du monde92 ». La note identifie les dirigeants des deux organisations : Léon Degrelle, Yves Guillou, Salvatore Francia93, Clemente Graziani, Stefano Delle Chiaie et Luis Garcia Rodriguez94 sont cités95.

68Ce sont ainsi des réseaux qui lient l’extrême droite européenne et les activistes italiens impliqués dans des activités subversives que mettent en évidence ces notes.

  • 96 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli commandité (...)

69Complétant la ramification de ces réseaux d’extrême droite, une note du 10 septembre 1974 insiste sur les liaisons entretenues entre « des organisations d’extrême droite italiennes et étrangères avec des groupes néo-nazis allemands et sur leurs liens avec les organisations de la guérilla palestinienne ». Une source bien introduite dans ces milieux affirme ainsi qu’« à Paris, depuis quelques années, opère le Regroupement pour la libération de la Palestine (organisation composée d’ex-nazis) à laquelle adhèrent le chef des collaborationnistes belges, Jean Thiriart, l’ex-officier de la SS belge Debbaudt, l’ex-membre du parti nazi suisse et actuel administrateur de la Banque Arabe de Genève, Françoise [sic] Genoud, ainsi que le chef d’Ordre Nouveau français, François Dupart [sic], journaliste ». Dans ce cadre, Jean-Robert Debbaudt, ami de Jean-Marie Laurent, assumerait la « fonction d’informateur pour un certain Col. Serge Henry Parisot […], lié au SDECE et responsable militaire du SPES (Secour Populaire per l’Entreide et la Solidaritè [sic]), situé au 42 rue de Tocqueville, Paris 17 ». Cette note souligne enfin qu’« en ce qui concerne les financements de la part de quelques gouvernements arabes, soutiens de la cause palestinienne, aux divers groupes de la droite extra-parlementaire italienne et européenne, il suffit de rappeler le congrès de la “droite européenne” qui s’est tenu à Munich en avril 1972, auquel participèrent, outre le mouvement Ordine Nuovo, des individus libyens » chargés de financer ces groupes96.

  • 97 CdM, Tribunal de Catanzaro, Dossier de procédure pénale no 9/82-A, « Atti trasmessi dai servizi di (...)
  • 98 Laurent Frédéric, L’orchestre noir, op. cit., p. 338.

70Vinciguerra témoigne en outre de l’utilisation, par les services secrets espagnols, du potentiel humain du groupe de Madrid pour mener des actions anti-ETA dans les années 1970. En contact avec plusieurs services secrets étrangers, Stefano Delle Chiaie aurait effectué de nombreux voyages : il aurait notamment entretenu des relations avec les services secrets de Pinochet jusqu’en 197797. La même année, il se serait rendu clandestinement en Italie où il aurait eu des contacts avec des membres des services de sécurité italiens, de qui « il aurait obtenu 80 millions et un certain nombre de passeports en blanc ». Il semblerait également qu’un certain nombre d’anciens de l’Aginter presse aient, selon la magistrature italienne, directement ou indirectement, agi aux Açores98 ou encore en Angola, avant qu’un grand nombre d’entre eux, après la mort de Franco en 1975, ne s’exile vers l’Amérique du Sud.

71Les déclarations d’un militant du Movimento Politico Ordine Nuovo, réfugié à Madrid entre 1975 et 1977 permettent d’éclairer les liens du groupe avec les services de renseignements :

  • 99 CdM, Corte di Assise di appello di Milano, tribunale civile e penale di Milano, Ufficio istruzione (...)

« Avec Sérac il y avait des Portugais, Français ex-OAS, Italiens et également des personnes d’origine croate. L’impression que j’avais était que Sérac, lequel assumait désormais d’être un ex-agent des services français devenu autonome, fut en réalité en service actif et bénéficiant d’une grande couverture et de liberté d’action. C’est-à-dire qu’il donnait l’impression d’être un agent important, impression qu’une série d’événements successifs, ont amplement confirmée99. »

  • 100 CdM, Cour d’Assises de Milan, RG 19/95, Atti trasmessi dalle autorità Algerine concernenti Jay Sal (...)

72Stefano Delle Chiaie admet avoir été en contact, entre 1974 et 1976, avec Guérin-Sérac qu’il aurait rencontré à Rome vers 1968, avec Robert Leroy, Jay Simon Salby et Jean Denis Raingeard de la Bletière, mais réfute avoir eu des activités illicites avec eux, ce qui paraît tout à fait improbable. Delle Chiaie occupe ainsi une place centrale au sein de ces réseaux efficaces d’action anticommuniste et de soutien aux terroristes italiens. Si l’intéressé nie avoir eu des contacts directs avec les services de renseignements espagnols, il n’en est pas moins fortement soupçonné d’avoir été à leur service, notamment dans le cadre d’une lutte occulte anti-ETA. Particulièrement prolixe lors d’interrogatoires, Jay Simon Salby mentionne sa participation à des attentats à la bombe contre plusieurs institutions proches des milieux séparatistes basques100. Le groupe espagnol dirigé par Delle Chiaie aurait également fait bénéficier de ses services certains membres de l’extrême droite française, notamment Sixte-Henri de Bourbon-Parme, point sur lequel nous reviendrons.

73Un faisceau de présomptions laisse donc penser que les réseaux mis en place par l’Aginter presse ont pu être utilisés, sinon directement, au moins indirectement, en Italie, lors de la vague d’attentats qui commence en 1969. La révolution des Œillets, loin d’entraîner la disparition des réseaux européens d’extrême droite, entraîne leur relocalisation en Espagne, où d’anciens activistes italiens occupent une place centrale. Ces réunions multiples, qui rassemblent des membres de l’extrême droite subversive européenne témoignent de la vitalité des institutions internationales qui succèdent à l’Aginter et de la pérennité des liens transnationaux qui unissent les activistes qui ont fait le choix de la lutte armée.

74Comme en témoigne l’agenda retrouvé à Rome dans la planque d’Avanguardia Nazionale, les relations entre l’extrême droite italienne subversive et les militants français sont constants. Le soutien apporté par les Français fait ainsi dire à un activiste auteur de plusieurs attentats dans les années 1970, que le soutien des camerati français est inoubliable, trente ans après.

Notes

1 Dewerpe Alain, Espion. Une anthropologie historique du secret d’État contemporain, Paris, NRF, Gallimard, 1994, p. 70-71.

2 Rayner Hervé, « Protéger, subir et réprimer : la délicate “gestion” du terrorisme par l’État italien durant les “années de plomb” », inLazar Marc, Matard-Bonucci Marie-Anne, L’Italie des années de plomb…, op. cit., p. 49.

3 Tranfaglia Nicola, « Un capitolo del “doppio Stato”. La stagione delle stragi e dei terrorismi, 1969-84 », Storia dell’Italia repubblicana, 3, L’Italia nella crisi mondiale. L’ultimo ventennio, II, Istituzioni, politiche, culture, Turin, Einaudi, 1997, p. 7-80.

4 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport d’expertise 37 de Mauro Canali et d’Aldo Giannuli commandité le 31 mai 2000, annexe 105, bulletin Aginter presse. Agence internationale de presse, mai 1967, I, 9.

5 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Commission rogatoire internationale de M. le Procureur de la République au Tribunal de Brescia (Italie), 10 mars 1999. Livret militaire d’Yves Guillou.

6 CdM, Tribunal de Catanzaro, Ufficio istruzione, Dossier de procédure pénale no 9/82-A, cart. 20/B, fasc. 15, Allegati « rogatorie estere con traduzione in lingua italiana e verbali di perizia qui trasmessi dall’ufficio istruzione tribunale Roma in data 3 10 1984 », Documents (19 pages) transmis le 13 février 1984, par le Estado-Major general das forças Armadas, Serviço de coordenacão de extinção da Pide/DGS e LP, serviço de Justiça, lettre de JM Guérin Serac à M. Barbieri, 28 novembre 1963.

7 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, MI, DCPP Rome, documents transmis par l’AISE suite à une requête de la magistrature de Brescia du 22 décembre 2010, « Aginter Presse-Pegaso », annexe 4, lettre du Servizio per le informazioni e la sicurezza militare alla divisione, Francia-Operazione Minareto, 17 avril 1984, document en français dans le texte du 19 octobre 1983. Ce rapport a été rédigé en décembre 1974.

8 CdM, Tribunal de Catanzaro, Ufficio istruzione, Dossier de procédure pénale no 9/82-A, cart. 20/B fasc. 15, Allegati « rogatorie estere con traduzione in lingua italiana e verbali di perizia qui trasmessi dall’ufficio istruzione tribunale Roma in data 3 10 1984 », Documents (19 pages) transmis le 13 février 1984, par le Estado-Major general das forças Armadas, Serviço de coordenacão de extinção da Pide/DGS e LP, serviço de Justiça.

9 Ibid.

10 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport d’expertise 37 de Mauro Canali et d’Aldo Giannuli, annexe 21, ministero dell’Interno, fasc. 840/P/3 « Ordre et Tradition », note « secrète » du 14 juin 1967.

11 Voir CdM, Tribunal de Milan, Dossier de procédure pénale no 874/74 AGU, Uff. Istruz. Pen. Sez. 8, Interrogatoire de Sandro Ottolenghi, 26 novembre 1974.

12 Laurent Frédéric, L’orchestre noir, Paris, Stock, 1978.

13 CdM, Dossier de procédure pénale contre Delle Chiaie Stefano +3, Rapporto ROS al giudice Salvini, 7 mai 1994 (traduction du rapport du SDCI).

14 CdM, Dossier de procédure pénale contre Freda Franco, Ventura Giovanni ed altri, ministero dell’Interno, Direzione Generale della Pubblica Sicurezza (DGPS), Servizio Informazioni generali e Sicurezza Interna, al Dott. Gerardo d’Ambrosio, giudice istruttore presso il tribunale di Milano, 20 décembre 1973. La Divisione sicurezza interna e informazioni generali est la nouvelle appellation de la Division Affari riservati. Voir tableau des services de renseignements en annexe.

15 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli commandité le 12 mars 1997, annexe 115, APP-Mi, fasc. « Ordre et Tradition », note d’Aristo, 1er février 1968.

16 CdM, Dossier de procédure pénale contre Freda Franco, Ventura Giovanni ed altri, ministero dell’Interno, Direzione Generale della Pubblica Sicurezza (DGPS), Servizio Informazioni generali e Sicurezza Interna, all’Dott. Gerardo d’Ambrosio, giudice istruttore presso il tribunale di Milano, 20 décembre 1973.

17 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli du 12 mars 1997, annexe 115, APP-Mi, fasc. « Ordre et Tradition », note d’Aristo, 1er février 1968.

18 CdM, Dossier de procédure pénale contre Delle Chiaie Stefano +3, Rapporto ROS al giudice Salvini, 7 mai 1994 (traduction du rapport du SDCI).

19 Voir sa biographie en annexe. Voir Van Dongen Luc, « La guerre contre-révolutionnaire et contre-subversive selon Robert Leroy », inCochet François, Dard Olivier, Subversion, anti-subversion, contre-subversion, Paris, Riveneuve, 2009, p. 283-300.

20 Voir biographie en annexe.

21 CdM, Dossier de procédure pénale contre Delle Chiaie Stefano +3, Rapporto ROS al giudice Salvini, 7 mai 1994 (traduction du rapport du SDCI). CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 22, ROS Rome, Reparto Eversione, Rapport du 23 juillet 1996 intitulé « Attività di guerra psicologica e non ortodossa compiute in Italia tra il 1969 ed il 1974 attraverso l’Aginter presse », p. 109.

22 CdM, Dossier de procédure pénale contre Freda Franco, Ventura Giovanni ed altri, ministero dell’Interno, Direzione generale della pubblica sicurezza (DGPS), Servizio Informazioni generali e Sicurezza Interna, all’Dott. Gerardo d’Ambrosio, giudice istruttore presso il tribunale di Milano, 20 décembre 1973.

23 CdM, Dossier de procédure pénale no 12151/2010 mod. 44, MI, DCPP Rome, documents transmis par l’AISE suite à une requête de la magistrature de Brescia du 22 décembre 2010, « Aginter Presse-Pegaso », MI, Dipartimento della pubblica sicurezza, DCPP, Servizio Centrale antiterrorismo, divisione 1, Rapport du 18 mai 2011 de l’Ispettore della Polizia di Stato Michele Cacioppo.

24 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, MI, DCPP Rome, documents transmis par l’AISE suite à une requête de la magistrature de Brescia du 22 décembre 2010, « Aginter Presse-Pegaso », annexe 9, note du 19 mars 1969.

25 CdM, Dossier de procédure pénale contre Delle Chiaie Stefano +3, Rapporto ROS al giudice Salvini, 7 mai 1994 (traduction du rapport du SDCI). Pour la version de Frédéric Laurent : Laurent Frédéric, L’orchestre noir, op. cit., p. 160-161.

26 Laurent Frédéric, L’orchestre noir, op. cit., p. 161.

27 CdM, Cour d’Assises de Milan, RG 19/95, Atti trasmessi dalle autorità Algerine concernenti Jay Salby.

28 Ce qu’écrit Frédéric Laurent à ce sujet correspond à nos informations. Laurent Frédéric, L’orchestre noir, op. cit., p. 146-147.

29 CdM, Dossier de procédure pénale contre Freda Franco, Ventura Giovanni ed altri, ministero dell’Interno, Direzione Generale della Pubblica Sicurezza (DGPS), Servizio Informazioni generali e Sicurezza Interna, all’Dott. Gerardo D’Ambrosio, giudice istruttore presso il tribunale di Milano, 20 décembre 1973.

30 CdM, Dossier de procédure pénale contre Delle Chiaie Stefano +3, Rapporto ROS al giudice Salvini, 7 mai 1994 (traduction du rapport du SDCI). Nous avons vraisemblablement eu accès au rapport cité par Frédéric Laurent dans son ouvrage L’orchestre noir. Laurent Frédéric, L’Orchestre noir, op. cit., p. 146.

31 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 22, ROS Rome, Reparto Eversione, Rapport du 23 juillet 1996 intitulé « Attività di guerra psicologica e non ortodossa compiute in Italia tra il 1969 ed il 1974 attraverso l’Aginter presse ».

32 CdM, Archives Aginter Presse, Enveloppe no 2, « Programma politico ».

33 Oltremare est dirigée par Giorgio Torchia qui a collaboré avec l’Ufficio « REI » entre 1959 et 1965 puis avec l’Ufficio « R » de 1965 au 31 8 1974. La section italienne de la Fiel est dirigée par Armando Mortilla – Aristo – collaborateur historique de l’Ufficio Affari riservati.

34 CdM, Dossiers de procédures pénales no 33/72 et 22/86, Cour d’Assises de Catanzaro, Interrogatoire de Giano Accame, 13 septembre 1975.

35 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli du 12 mars 1997, annexe 188, note d’Aristo, 28 juillet 1967.

36 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, MI, fasc. « Q290 », note d’Aristo, 2 septembre 1967. Sur ce point voir aussi lettre de Guérin-Sérac à Armando Mortilla, 3 août 1967.

37 CdM, Archives Aginter Presse, Enveloppe no 5 « Schede contatti », fiche de contact Andréa Rocchi et Humberto Mazzotti. CdM, Archives Aginter Presse, Enveloppe no 5 « Schede contatti », fiche EC d’Umberto Mazzotti.

38 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport d’expertise 37 de Mauro Canali et d’Aldo Giannuli, annexe 21, ministero dell’Interno, fasc. 840/P/3 « Ordre et Tradition », note « secrète » du 14 juin 1967.

39 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli commandité le 12 mars 1997, annexe 108, APP-Mi, fasc. « Ordre et Tradition », note d’Aristo, 14 juin 1967.

40 CdM, Archives Aginter Presse, Enveloppe no 8 « Lettere Italia », lettre d’Armando Mortilla à Yves Guérin-Sérac, Rome, 6 juin 1967.

41 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli commandité le 12 mars 1997, annexe 108, APP-Mi, fasc. « Ordre et Tradition », note d’Aristo, 14 juin 1967.

42 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, MI, DCPP, Archivio di Gabinetto, III parte, Préfecture de police de Venise, fasc. « Centro Studi Ordine Nuovo », lettre « riservata personale doppia busta » du ministère de l’Intérieur, DGPS, div. AA. RR, Sezione Terza à MM. Les Préfets de la République, Rome, 17 mai 1966.

43 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli commandité le 12 mars 1997, annexe 115, APP-Mi, fasc. « Ordre et Tradition », note d’Aristo, 1er février 1968.

44 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, MI, fasc. « Q290 », note d’Aristo, 30 mars 1968.

45 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli no 5, annexe 298, note du 7 février 1968. Cette information est confirmée par CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, MI, fasc. « Q290 », note d’Aristo, 30 mars 1968.

46 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli commandité le 12 mars 1997, annexe 115, APP-Mi, fasc. « Ordre et Tradition », note d’Aristo, 1er février 1968.

47 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli commandité le 12 mars 1997, annexe 96, APP-Mi, lettre du MI, DGPS, Ispettorato generale per l’azione contro il terrorismo, divisione 1 al sig. Giudice istruttore dr. Gianfranco Migliaccio presso il tribunale di Catanzaro, Rome, 28 février 1976.

48 Après le coup d’État du 21 avril 1967, le roi Constantin part en exil. Le régime des Colonels, qui est une dictature, dure de 1967 à 1974. CdM, Dossier de procédure pénale no 9/82 RG, Atti UCIGOS, fasc. L6/5 « Avanguardia Nazionale », Rapport de l’Ufficio politico, 24 mars 1971.

49 CdM, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli du 12 mars 1997, annexe 229, APP-Mi, fasc. « Delle Chiaie », note du 20 juillet 1970.

50 CdM, Dossier de procédure pénale no 9/82 RG, Atti UCIGOS, fasc. L6/5 « Avanguardia Nazionale », note du 3 septembre 1970.

51 CdM, Dossier de procédure pénale no 9/82 RG, Atti UCIGOS, fasc. L6/5 « Avanguardia Nazionale », Document non daté.

52 CdM, Dossier de procédure pénale no 344 80 GI, Rapport de la préfecture de Police de Florence, 28 mai 1982.

53 Ferraresi Franco, Minacce alla democrazia, Milan, Feltrinelli, 1995, p. 222 sq.

54 CdM, Archives Aginter presse, Enveloppe no 2 « Programma politico », « Notre Action politique ».

55 L’expression est de l’historienne Luisa Passerini.

56 On pense notamment à la destruction de la deuxième bombe placée, le 12 décembre 1969, au siège milanais de la Banca commerciale italiana, piazza della Scala et au nettoyage de Piazza della Loggia à Brescia, moins d’une heure après l’attentat du 28 mai 1974.

57 Le 12 décembre 1969, outre la bombe placée dans la Banque de l’agriculture de Piazza Fontana, quatre autres bombes sont retrouvées. L’une d’entre elles est située au siège milanais de la Banque commerciale italienne, piazza della Scala. Retrouvée intacte, elle est faite exploser par les autorités italiennes. Trois autres bombes explosent à Rome : dans la Banca nazionale del lavoro de via Veneto, devant l’Autel de la Patrie et à l’entrée du Musée centrale du Risorgimento, piazza Venezia.

58 Voir notice biographique en annexe.

59 Rappelons que les notes des 16 et 17 décembre 1969 dont il est question ici ne furent transmises à la magistrature qu’en mars 1973.

60 CdM, Tribunal de Catanzaro, annexe 3 à une note destinée au Chef du service, 2 sep-tembre 1972.

61 CdM, Chambre des députés, Sénat de la République, Commision parlementaire d’enquête sur la loge massonique P2, annexes du rapport, Série II : documentation rassemblée par la commission, vol. VII, t. XVI, Rome, 1987, p. 40.

62 CdM, Dossier de procédure pénale no 6071/95RG mod. 21, Rapport de la Préfecture de police de Rome, Divisione Investigazioni Generali Operazioni Speciali, au Procureur de la République près du Tribunal de Milan, 15 octobre 1996, p. 29.

63 CdM, Dossier de procédure pénale no 6071/95RG mod. 21, lettre du Servizio informazioni della difesa au juge d’Ambrosio, Tribunal de Milan, Rome, 15 juillet 1974, 8 annexes.

64 CdM, Dossier de procédure pénale no 19/95 RG, Cour d’Assises de Milan, fasc. « Aginter. Agenzia di informazione stampa francese », Informateur Guido, note du 2 juin 1970 (date indiquée à la main).

65 CdM, Dossier de procédure pénale no 6071/95RG mod. 21, lettre du Servizio informazioni della difesa au juge d’Ambrosio, Tribunal de Milan, Rome, 15 juillet 1974, lettre de Guido Giannettini au Général Gianadelio Maletti, capo Ufficio D/SID, Rome, 15 septembre 1973.

66 CdM, ADCPP, Archives Taviani, Rapport intitulé « I nuovi sviluppi istruttori sugli attentati del 12/12/1969 ».

67 Le mandat d’arrêt contre Guido Giannettini pour « strage in concorso con Freda e Ventura » est émis par le Tribunal de Milan le 9 janvier 1974. Il est attesté que Giannettini a été payé par le SID jusqu’en avril 1974 alors que le SID affirme que les « contacts réguliers » entre le service et Giannettini ont cessé à la fin du mois d’avril 1973.

68 La « Propaganda 2 (P2) » est une loge maçonnique secrète. Dirigée par Licio Gelli, elle comptait, à la fin des années 1970, parmi ses membres des journalistes, des industriels, des hommes politiques influents et des officiers militaires de haut rang. Elle a été impliquée dans plusieurs affaires criminelles italiennes, notamment la faillite de la banque Ambrosiano et le cas Sindona.

69 CdM, Procura della Repubblica presso il tribunale ordinario di Brescia, documentazione acquisita c/o AISE, Aginter press, rapport du ministero dell’Interno, Dipartimento della pubblica sicurezza, direzione centrale della polizia di prevenzione, servizio centrale antiterrorismo, divisione 1, 18 mai 2011, annexe 2, note de Pegaso, objet : « Francia – operazione Minareto (verifica collegamenti) », non datée.

70 En 1969, la majorité du Centro studi-Centro politico Ordine Nuovo dirigée par Pino Rauti rejoint le MSI. Une minorité, menée par Clemente Graziani refuse ce retour dans le giron du parti et crée le Movimento Politico Ordine Nuovo (MPON).

71 CdM, Procura della Repubblica presso il tribunale ordinario di Brescia, documentazione acquisita c/o AISE, Aginter press, rapport du MI, DGPS, DCPP, servizio centrale antiterrorismo, divisione 1, 18 mai 2011, annexe 4.

72 CdM, Atti Aginter Press, vol. 30, fasc. 8, Document transmis par la Préfecture de police de Milan au juge d’Ambrosio, 2 janvier 1974. Traduit en français.

73 Interrogatoire de Guido Giannettini, 8 juin 1993 cité in CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 22, ROS Rome, Reparto Eversione, Rapport du 23 juillet 1996 intitulé « Attività di guerra psicologica e non ortodossa compiute in Italia tra il 1969 ed il 1974 attraverso l’Aginter presse ».

74 Le terme désigne un militant qui a pris ses distances avec l’organisation à laquelle il appartenait, sans toutefois être un collaborateur de justice.

75 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, témoignage de Carmine Dominici, dep. Dominici 29 septembre 1994 et 1-2 et 3 janvier 1995, déposition au GI de Milan et Bologne, 17 décembre 1991, et au GI de Milan, 25 mai 1993 cité in Rapport du ROS Rome, Reparto Anti Eversione, Attività informativa relativa ai verbali resi da Tramonte Maurizio all’A. G di Brescia, alla procura della Repubblica di Brescia, 2 août 2002, p. 146.

76 La strage de Peteano est un attentat terroriste effectué le 7 mai 1972 à Peteano, en province de Gorizia, par Vincenzo Vinciguerra, membre d’Ordine Nuovo et Carlo Cicuttini, missin proche d’ON. Elle entraîna la mort de trois carabiniers et en blessa deux grièvement.

77 CdM, Dossier de procédure pénale no 721/88F relatif à l’attentat auprès de la Préfecture de police de Milan, Tribunal civil et pénal de Milan, Ufficio Istruzione sez. 20, Interrogatoire de Vincenzo Vinciguerra mené par Guido Salvini, 6 juin 1991.

78 CdM, Dossier de procédure pénale no 9/82-A contre Stefano Delle Chiaie et d’autres, Procura generale della Repubblica, Catanzaro, Cartella S/6, Parte III Carte de l’Aginter presse, no 030 bis au nom de Giovanni Martelli.

79 Rappelons que celui-ci a fui en Espagne à l’été 1970 lorsqu’est émis un mandat d’arrêt contre lui pour faux témoignage dans le cadre de l’enquête sur la strage de Piazza Fontana.

80 CdM, Dossier de procédure pénale no 9/82_ A contre Stefano Delle Chiaie et d’autres, Documents saisis via Sartorio, 51, Rome, Liste des noms extraits de l’agenda « A » valisette cabine.

81 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport du ROS Rome, Reparto Anti Eversione, Attività informativa relativa ai verbali resi da Tramonte Maurizio all’A. G di Brescia, alla procura della Repubblica di Brescia, 2 août 2002, p. 144.

82 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Affirmation de Maurizio Tramonte, 14 janvier 1999, cité in Rapport du ROS Rome, Reparto Anti Eversione, Attività informativa relativa ai verbali resi da Tramonte Maurizio all’A. G di Brescia, alla procura della Repubblica di Brescia, 2 août 2002.

83 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, lettre du Procureur de la République du Parquet du tribunal de Brescia au Parquet général près la cour d’Appel de Paris, commission rogatoire internationale, 17 janvier 2000.

84 Robert Allo est né le 16 juillet 1947, militant d’extrême droite il est membre du groupe Europe-Action. Il rejoint par la suite Occident et participe, en septembre 1966, à la manifestation au théâtre de l’Odéon contre Les Paravents, de Jean Genêt. À partir d’octobre 1968, il est le chef du « groupe action » d’Occident. En 1969, il rejoint Ordre Nouveau et est affecté au « groupe action » formé par Alain Robert. Il est assassiné le 25 mars 1994.

85 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Documents SISMI transmis par le Raggruppamento operativo speciale carabinieri, Reparto anti eversione, Rome, 12 janvier 2000, SISMI, ROS Rome, lettre du Centre CS de Bologne à la 1a divisione, 1er février 1983, Rapport de la source Adriano sur les contacts d’Olivier Danet, 14 février 1983 et Dossier de procédure pénale no 344/80 GI, Rapporti giudiziari, graphiques sans indication de provenance.

86 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Documents SISMI transmis par le Raggruppamento operativo speciale carabinieri, Reparto anti eversione, Rome, 12 janvier 2000, SISMI, ROS Rome, lettre du Centre CS de Bologne à la 1a divisione, 1er février 1983, Rapport de la source Adriano sur les contacts d’Olivier Danet, 14 février 1983.

87 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, lettre du ministero dell’Interno, DPS, DCPP, au Parquet de la République près le Tribunal de Brescia, 10 février 2000.

88 CdM, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli commandité le 12 mars 1997, annexe 233, APP-Mi, fasc. « Delle Chiaie », lettre de la DGPS au directeur du SISDE, 20 septembre 1981.

89 Le rapport fait état de la somme d’environ 30 millions de lires (environ 44 445 dollars).

90 CdM, Dossier de procédure pénale no 9/82 RG, Atti UCIGOS, fasc. L6/5 « Avanguardia Nazionale », Rapport du 23 octobre 1975.

91 On notera l’orthographe fort approximative des noms des participants, vraisemblablement retranscrits après avoir été entendus. Sur François Genoud, voir BDIC, Fonds Delarue, F delta res 894/6, fiche biographique de François Genoud.

92 CdM, Dossiers de procédure pénale no 2/92G RGGI et 9/92A RGPM, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli du 12 mars 1997, annexe 39, APP-Mi, fasc. « Delle Chiaie Stefano », lettre « réservée personnelle » du ministère de l’Intérieur, DGPS, Servizio di sicurezza, divisione 1 aux préfets de la République, 6 décembre 1976.

93 Voir notice biographique en annexe.

94 Luis Garcia Rodriguez est né le 30 janvier 1932 à Barcelone. Phalangiste dissident d’extrême droite, il entretient des contacts avec l’extrême droite italienne.

95 CdM, Dossiers de procédure pénale no 2/92G RGGI et 9/92A RGPM, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli commandité le 12 mars 1997, annexe 39, APP-Mi, fasc. « Delle Chiaie Stefano », lettre « réservée personnelle » du ministère de l’Intérieur, DGPS, Servizio di sicurezza, divisione 1 aux préfets de la République, 6 décembre 1976.

96 CdM, Dossier de procédure pénale no 91/97 mod. 21, Rapport d’expertise d’Aldo Giannuli commandité le 12 mars 1997, annexe 42, APP-Mi, fasc. « Internazionale Nera », note du 10 septembre 1974.

97 CdM, Tribunal de Catanzaro, Dossier de procédure pénale no 9/82-A, « Atti trasmessi dai servizi di informaz. SISDE-SISMI », fasc. 2, note « réservée » SISDE transmise à M. le Procureur général auprès de la Cour d’Appel de Catanzaro, 16 mars 1982.

98 Laurent Frédéric, L’orchestre noir, op. cit., p. 338.

99 CdM, Corte di Assise di appello di Milano, tribunale civile e penale di Milano, Ufficio istruzione sez. 20, dossiers de procédures pénales no 9/92A R. G. P. M et no 2/92F R. G. G. I nei confronti di Rognoni Giancarlo ed altri, sentenza ordinanza, 3 febbraio 1998, p. 398-399 et p. 414, Interrogatoire de Stefano Delle Chiaie, 18 9 1992.

100 CdM, Cour d’Assises de Milan, RG 19/95, Atti trasmessi dalle autorità Algerine concernenti Jay Salby, République algérienne démocratique et populaire, ministère de la Défense nationale, direction de la sécurité militaire, Interrogatoire de Jay Salby, 19 janvier 1976, p. 2.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search