Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La loi Edgar Faure

 | 
David Valence
, 
Bruno Poucet

Troisième partie. Une loi peu ou mal appliquée ?

Conclusion

Bruno Poucet

Texte intégral

1Il y a un véritable paradoxe dans la position gaullienne en matière d’enseignement universitaire.

2D’un côté, une volonté d’accroître le nombre d’étudiants dans des proportions compatibles avec les exigences du plan et des impératifs fixés par la Nation : c’est l’instauration d’un processus de sélection qui n’aboutira pas. De l’autre, une volonté d’ouvrir une large zone d’autonomie et de participation du monde universitaire à la définition même des objectifs qu’il se fixe : c’est la mise en œuvre d’une véritable démocratie participative qui se fera.

3Ce paradoxe a été déchiffré par les auteurs des différents chapitres de cet ouvrage. Cet entreprise était d’autant plus risqué et méritoire que dans la mémoire gaulliste ce « moment » de l’histoire a été vécu soit comme un moment d’intense créativité, soit, au contraire, comme un moment de renoncement, de crispation, lourd d’interrogations non encore résolues jusqu’à ce jour. C’est bien entendu le risque de l’histoire du temps présent, notamment parce qu’il faut travailler avec la mémoire des témoins. Mais ce risque est en même temps une richesse : la mémoire des témoins vivants met de la chaire et de la vie, de l’action, là où les historiens tentent de mettre du sens.

4Compte tenu de ce contexte, les témoins qui ont accepté de parler longuement ne peuvent qu’être remercié. Et c’est justement un témoin qui a donné en quelque sorte la note d’ensemble de ce colloque dont l’ouvrage que vous avez pu lire reflète les lignes de force et, en quelque sorte, le climat intellectuel. Jacques Sauvageot, au cœur même des événements, a fixé une manière de feuille de route qui a convenu parfaitement aux chercheurs présents : comprendre et non déplorer le passé. Il ne s’agit « ni de rire ni de pleurer, mais de comprendre » disait Nietzsche. Cette compréhension est bien entendu une étape : d’autres viendront interroger ce que nous avons compris, viendront remettre en perspective à partir de questions et d’interrogations nouvelles. Souhaitons ainsi que la Fondation de Gaulle qui dispose d’un vaste patrimoine d’investigations historiques poursuivent en ce domaine sa tâche, facilitant des recherches qui mettent en perspective les archives écrites et orales dont elle dispose et les lieux de mémoire qu’elle gère et organise à Lille, Paris et Colombey-les-deux-Églises. Qu’avons-nous donc compris ?

5Un contexte, en premier lieu, qui rendait parfaitement improbable le vote d’une telle loi. Certes l’économie est en plein bouleversement, certes la démographie universitaire est galopante, certes les structures universitaires sont totalement inadaptées, certes les étudiants et nombre d’enseignants souhaitent une meilleure reconnaissance de leur autonomie et de leur indépendance, mais aucune réforme d’ensemble ne semble possible : on se contente d’allonger la scolarité, d’accroître le nombre de corps enseignants, de construire des bâtiments, de créer de nouvelles implantations. Bref, on essaie de faire rentrer le fleuve dans son lit en agrandissant les rives.

6Des acteurs, ensuite. Le premier d’entre eux, de Gaulle, parfaitement étranger à cet univers qui le déroutait, a eu l’intelligence et la clairvoyance d’accepter une politique qui n’était pas la sienne, qu’il n’avait pas conçu mais qu’il a soutenu. Son dessein était en effet toujours le même : unifier la Nation, or elle était divisée sur la question de l’Université, comme elle l’avait été quelques années auparavant sur la question algérienne ou la question scolaire. Il fallait recoudre un tissu qui s’était déchiré : Edgar Faure et son équipe furent les artisans de cette opération. C’est le deuxième acteur essentiel : très habile parlementaire, à l’intelligence vive, pétri d’humanités et à l’humour ravageur, rompu aux arcanes des chausses trappes politiques, universitaire, professeur agrégé de droit romain. Troisième acteur : les cabinets présidentiels et ministériels, les hauts fonctionnaires. C’était très clivé entre ceux qui défendaient la position initiale de de Gaulle et ceux qui s’étaient très rapidement adapté aux circonstances ou faisaient parti des réformateurs qui avaient, dans les années antérieures, échoué dans leur entreprise. Quatrième acteur : la galaxie des organisations syndicales, enseignantes et étudiantes qui jouent chacune leur partition, tantôt soutenant les réformes, tantôt s’y opposant ou préparant la revanche. Bien entendu, tous ces acteurs ne peuvent jouer un rôle que grâce à l’ensemble du personnel universitaire – enseignants de tous grades et personnels d’administration et de service – et les étudiants, soutenus ou non par leurs parents qui regardent les choses d’un œil attentif, mais souvent interrogatif, voire avec perplexité : la vielle université est morte, en effet.

7Des circonstances en troisième lieu. Mai 68 a tout fait basculer. Certes, les événements n’ont pas inventé les réformes qui avaient été imaginé, réfléchi, discuté dans des cercles restreints dont le rôle est fondamental, bien avant, mais ce fut un accélérateur de solutions, décisif que certains des acteurs ont su cristalliser et précipiter. Il y avait en effet, au fond, deux solutions possibles en septembre 1968 : soit faire l’impasse sur l’événement, faire le gros dos, attendre que les choses se passent, soit réformer en profondeur. C’est le choix du ministre et de son équipe, soutenu sans que l’on puisse aujourd’hui encore savoir exactement pourquoi, par de Gaulle.

8L’entreprise était hasardeuse, risquée et semble-t-il, si l’on se fiait à l’Histoire, vouée à l’échec : à la fin du XIXe siècle, Louis Liard avait échoué à créer des universités. On n’avait eu que des facultés. Avec Edgard Faure et les réformateurs, il s’agissait de passer de l’Université aux universités, chacune rompant avec le modèle napoléonien et dessinant une coloration et une orientation propre. C’était mettre en cause une certaine tradition jacobine de gouvernement par le haut, quasi monarchique, pour laisser place aux réalités diverses de chaque région. De fait cette réforme ne peut se comprendre qu’avec celle de la régionalisation qui échouera en 1969, les forces de résistance s’étant reprise.

9Une loi de circonstances qui allait bien au-delà des circonstances qui l’avait vu naître : difficile ainsi de la mettre en œuvre, comme le monte les situations contrastées de Compiègne et de Lyon. En ce sens, elle fait incontestablement partie des grandes lois fondatrices d’un État moderne.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540