Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La loi Edgar Faure

 | 
David Valence
, 
Bruno Poucet

Troisième partie. Une loi peu ou mal appliquée ?

Compiègne, 1972 : l’université de technologie est-elle enfant de 1968 ?

Yves-Claude Lequin et Pierre Lamard

Texte intégral

  • 1 Nous avons publié un ouvrage détaillant l’histoire de la technologie et des universités de technol (...)

1Le 2 octobre 1972, un décret institue pour la première fois en France une université de technologie, qui sera localisée à Compiègne. Six ans après les premiers IUT, quatre ans après mai juin 1968 et la loi d’orientation universitaire, un an et demi après la partition de l’historique université de Paris en treize universités, une université d’un nouveau type est établie à une heure de Paris. Présidée par Guy Deniélou, elle porte le titre inusité d’« université de technologie » – au singulier – et présente nombre de singularités par rapport aux autres universités anciennes et nouvelles : peut-elle être considérée comme « enfant de la loi Faure » et plus généralement de 1968 ? Ou faut-il y voir un objet non identifié, greffé en Picardie, mais dans le périmètre parisien (à 70 km au nord de Paris), en une sorte de réaction à 1968 ? Après avoir rappelé les caractéristiques du nouvel établissement, nous évoquerons les étapes antérieures du débat français sur l’enseignement supérieur technique. Enfin, passant en revue les propositions faites sur ce plan en 1968, nous réfléchirons aux enjeux contemporains d’une entrée du technique dans l’université ou de l’université dans le technique, afin d’interpréter ce qui se joue dans la création de cette première université à Compiègne1.

Création d’une université de technologie en France

2Inchangée de 1896 à 1958 (avec seize établissements en métropole), la carte universitaire française commence à être modifiée dès les débuts de la Ve République, avant de connaître un bouleversement dans les années 1968-1973, passant de vingt à soixante universités, selon des profils très différents de ce qu’elles étaient sous la IIIe République. Pourquoi et comment s’opère cette mutation ?

Multiplication et diversification des universités

3La carte originelle des universités est modifiée, d’abord par soustraction : avec les indépendances, l’université d’Hanoï devient vietnamienne en 1954, celle de Dakar sénégalaise en 1960 et en 1962, l’université d’Alger cesse d’en faire partie suite à l’indépendance algérienne, et par les débuts de la politique de « desserrement » de l’université parisienne, initiée en 1959 par le gouvernement Debré, qui créé les établissements de Jussieu, Orsay, Nanterre et en prévoit un autre à Villetaneuse ; qui définit deux nouvelles académies (Reims et Orléans) et qui fonde, notamment dans l’Ouest, des « centres universitaires », noyaux d’universités ultérieures. Au total l’année 1968 commence avec vingt universités, alors qu’en 1973 (après la création de Compiègne puis de Sophia-Antipolis), on en dénombrera soixante. Outre l’Université parisienne, plusieurs universités de très grandes villes sont subdivisées et de nouvelles universités sont ouvertes dans des villes de taille moyenne, quadrillant le territoire de manière plus dense, afin de répondre à une demande croissante de scolarisation post-bac. Le bi-séculaire débat français entre une politique de centralisation parisienne ou de polarisation (en cinq à six pôles) et une implantation dense du réseau universitaire sur tout le territoire national vient d’être tranché pour la première fois en faveur de la seconde option.

  • 2 T. Poullaouec, Le diplôme, arme des faibles. Les familles ouvrières et l’école, Paris, La Dispute, (...)
  • 3 Y.-C. Lequin, « De crises en avancées, la croissance de la classe ouvrière », p. 259-301, dans La (...)

4Parmi les raisons (et les forces) qui ont façonné cette évolution, soulignons le baby-boom (qui débute en 1943), les effets de la réforme scolaire de 1959 qui, en ouvrant largement le Secondaire, conduit des flux plus importants vers le Supérieur. Deux autres raisons souvent sous-estimées y contribuent : l’évolution sociologique (exode rural, urbanisation, salarisation) accompagnée d’une attente grandissante à l’égard de l’école ; en attestent les enquêtes d’opinion conduites à ce moment-là2. Relayées ou non par les organisations syndicales et politiques, ces espoirs familiaux contribuent d’ailleurs à la mobilisation de 1968, aussi bien chez les étudiants que chez les salariés, qui sont aussi des parents. Dernier facteur à prendre en compte : les grandes transformations de la France depuis le milieu des années 19503 (industrialisation tardive, mais très puissante avec – conjointement – un accroissement des emplois administratifs et de service) se traduisent par des demandes nouvelles des employeurs en matière de qualification, ainsi qu’en attestent de nombreuses enquêtes conduites pendant les années 1950. En matière d’enseignement supérieur, les attentes sont désormais plus élevées, plus fortes et plus diversifiées.

5En rompant avec la tradition française de fragmentation qui séparait universités et disciplines (à la différence des universités allemandes), la loi d’orientation du 12 novembre 1968 favorise des expérimentations engagées depuis l’été 1968 (Vincennes, Dauphine) et de nouvelles configurations universitaires. Cependant elle laisse en l’état une double séparation, elle-aussi typiquement française : d’abord entre écoles d’ingénieurs (une centaine en 1968) et universités, d’autre part entre enseignement supérieur et recherche scientifique. En schématisant à peine, on pourrait dire que jusque-là, l’Université exclut la technique industrielle (sauf les IUT, instaurés en 1966 et situés « au bord » des universités), les écoles d’ingénieurs n’assurent pas d’enseignements généraux, hors de leur spécialité, notamment pas de sciences sociales, et que la plupart des grands organismes de recherche ne proposent pas d’enseignement. La rentrée 1968 relance la création d’IUT (10 en septembre 1967, 35 en septembre 1969). Autrement dit, les universités se multiplient, se diversifient et se dotent de formations de techniciens, souvent à destination du secteur secondaire et dans de petites villes, correspondant davantage à la carte industrielle de la France. Mais les formations d’ingénieurs restent en suspens, à la fois atomisées, concentrées (en région parisienne pour les plus grandes), très spécialisées (donc peu ouvertes à de nouvelles filières ou à de nouvelles branches d’activités), avec des enseignements théoriques de très haut niveau mais sans recherche et sans véritable contact avec le réel (les stages sont encore rares), le tout avec un recrutement restreint. Ces traits aggravent le contraste avec la réalité d’une modernité industrielle émergente en France depuis presque deux décennies.

La technologie, comme troisième voie universitaire

  • 4 B. Delapalme, lettre à Yves-C. Lequin, 27 novembre 2009.
  • 5 Fonds UTC ; copie d’une lettre confidentielle adressée à Olivier Guichard (par B. Delapalme). Daté (...)

6En été 1970, Oliver Guichard, ministre de l’Éducation nationale constitue un groupe de travail pour définir un nouveau profil d’établissement universitaire. Il en confie la direction à Bernard Delapalme, ingénieur atomiste qui a travaillé au CERN de Grenoble (avec Louis Néel) puis au CEA, et qui a aussi conduit en 1963, les réflexions prospectives de groupe « 1985 », notamment en matière d’éducation. Ce groupe de travail constitué de 14 personnes, pour moitié universitaires, pour moitié hommes de l’industrie moderne, définira le cahier des charges d’une future Université, dont il constituera le premier Conseil d’administration et en choisira le premier directeur (Guy Deniélou). Selon les témoignages recueillis, la mission qui leur est confiée par O. Guichard, consiste à concevoir « une université moderne, bâtie comme une entreprise, et qui pourrait servir de modèle aux universités françaises de l’avenir4 ». Selon un autre document, la création de l’UTC est appelée à préfigurer « les universités de la troisième génération5 ». Le groupe de travail choisit comme directeur Guy Deniélou, qui par la suite présentera souvent les universités de technologie comme résultantes entre voie universitaire et voie de l’ingénierie.

Une technologie comme science et politique de la technique

7Si on la compare aux grandes écoles (de type Polytechnique) et écoles d’application comme les Ponts ou Centrale), ou avec les IUT, ou encore avec les quatre universités qui prennent après 1969 une orientation « science et technique (Lille, Montpellier, Clermont-Ferrand et Villetaneuse) dont nous reparlons un peu plus loin, en quoi se distingue cette « université de technologie » initiée à Compiègne ?

  • 6 Séminaire fondateur de l’UTC, château de Bellenglise, 16 septembre 1972. Comme discipline universi (...)

8D’abord par son appellation de « technologie » qui met l’accent sur l’unité de la technologie et sur son caractère de science (générale ou globale) des techniques. Contrairement aux habitudes d’employer le mot au pluriel (les technologies, pour désigner « les techniques de pointe ») ou l’adjectif « technologique » (dans le même sens), le substantif « la technologie » désigne une science ou une forme d’enseignement (et cela depuis plus de deux siècles). De même que la sociologie ne se confond pas avec l’objet qu’elle étudie (la société), la technologie ne se confond pas avec la technique, comme le fait remarquer G. Deniélou en 1972, lorsqu’il présente le nouvel établissement : « Le mot technologie est d’un emploi délicat : il s’agit de la science des techniques et non de la technique6. » Pour G. Deniélou (peut-être plus que pour la groupe fondateur qui l’a désigné), la « technologie » doit fournir aux futurs ingénieurs de quoi comprendre les techniques et les orienter en connaissance de cause. Dix ans plus tard, en novembre 1981, s’adressant à Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de la Recherche et de la Technologie, il lui adressera cette formule d’apparence paradoxale : « nous avons peut-être trop d’industrie pour ce que nous avons de technologie », allant alors probablement jusqu’à penser la technologie comme une « politique de la technique ». Quoi qu’il en soit, dès 1972 cette université formera des ingénieurs dans trois départements : mécanique, biologie, chimie ; elle devait aussi devenir le support d’un Institut de technologie des villes, chargé de réfléchir à la crise urbaine et à de nouvelles voies d’urbanisme, institut qui ne parviendra pas à voir le jour.

Originalités pédagogiques

9Visant à former des ingénieurs (ou autres décideurs) ouverts au monde réel, et à renouveler la pensée technologique grâce à un enseignement par la recherche, cette université est initialement prévue pour 3 000 étudiants (et à terme pour 9 000), soit beaucoup plus que n’importe quelle grande école ou grande école d’ingénieurs française, mais beaucoup moins que la plus petite des universités. Elle s’en distingue surtout aux plans statutaires et pédagogiques, par les sept points suivants :

  • une sélection à l’entrée ;
  • une direction puissante et un C.A. pour moitié ouvert à l’extérieur ;
  • la pluridisciplinarité ;
  • le libre choix des enseignements (parmi un catalogue d’unités de valeurs, selon un système américain, qui venait d’être introduit en France par l’université de Vincennes) ;
  • l’obligation de suivre (et de réussir) au moins un tiers d’UV en sciences humaines et sociales pour obtenir le diplôme d’ingénieur ;
  • des stages longs en responsabilité dans des entreprises (deux semestres en cinq ans) ;
  • le développement de recherches au sein même de l’Université (pouvant associer des étudiants).

10D’une façon générale, il s’agit d’ouvrir les futurs décideurs à d’autres domaines que leur spécialité initiale, d’élargir leurs horizons (stages à l’étranger encouragés, langues vivantes obligatoires) et de les sensibiliser à l’innovation (existence d’une recherche revendiquée). Tout en apparaissant comme totalement nouvelle en France, cette formule universitaire intègre des éléments issus du MIT de Boston, d’universités américaines, allemandes ou helvétiques, et répond également à un mouvement spécifiquement français, qui vient de loin dans notre histoire nationale.

Supérieur technique : projets antérieurs

  • 7 À partir de mouvements populaires parisiens, une commission parlementaire se manifeste par un proj (...)

11Si la grande nouveauté de 1968 fut provoquée par des situations, des confrontations et des engagements contemporains, elle n’hérita pas moins de courants antérieurs, parfois très anciens, qu’ils fussent conscients ou non. Entre Directoire et Empire, le vaste mouvement de réflexions éducatives portées par le quart de siècle précédent, fut conclu par un choix élitiste, séparant les « deux écoles » (Destutt de Tracy, 1799). L’école du peuple vivotera longtemps a minima et celle des futurs cadres du pays bénéficiera constamment des principaux investissements institutionnels et financiers, spécialement le lycée et les écoles professionnalisantes, l’Université ne renaissant que tardivement en 1896, pour connaitre un lent développement. Pourtant, pendant le XIXe siècle7, force est de constater un surgissement de mouvements et d’initiatives. Pour bon nombre d’entre eux, il s’agit de viser une diffusion plus large des savoirs (y compris techniques) et de tendre vers une pluridisciplinarité. Au siècle suivant, les projets se multiplient surtout à partir de la Seconde Guerre mondiale.

De la France Libre à la Libération

12Après des discussions sans effets législatifs durant le Front populaire, survient la Guerre puis l’Occupation et la Collaboration. Du côté des différentes forces de la Résistance surviennent des projets sur l’éducation, dans des mouvements, des partis, au CNR (mars 1944) et dans les organes de la France Libre, dès que le général de Gaulle eût formé l’embryon d’un gouvernement provisoire.

  • 8 AN, 71 AJ. 62.

13Une commission dite Cathala se réunit régulièrement à Londres, durant un an (7 juillet 1942-juillet 1943) au Carlton Gardens, siège de la France Libre à Londres, présidée par Joseph Cathala, un scientifique de l’université de Toulouse. La question de l’enseignement technique est à peine abordée8.

  • 9 AN, 71 AJ. 63. Il s’agit de Louis Maublanc, alors directeur de l’EPS d’Oran, membre de la Commissi (...)

14Après la libération de l’Afrique du Nord et le transfert du siège de la France Libre à Alger, une autre commission est constituée, sous l’égide de René Capitant qui, en un semestre (18 décembre 1943-1er septembre 1944), approfondira considérablement la réflexion, avec un « rapport Maublanc » ; celui-ci – prolongeant le Front populaire – préconise de développer une filière technique dans le Secondaire9. Le lien avec 1968 est ici assez évident, si l’on songe qu’en 1943 Edgar Faure fut secrétaire général adjoint de gouvernement provisoire d’Alger… et qu’en 1968 René Capitant fait aussi partie du gouvernement comme ministre de la Justice… aux côtés d’Edgar Faure. En 1944, le débat fut très soutenu, notamment sur la place de l’enseignement technique par rapport aux enseignements généraux, et sur les grandes écoles (dont le statut et l’existence même sont contestés pendant un certain temps). Les conclusions, tirées juste au moment de la Libération de Paris, insistent notamment sur « l’énorme importance d’une organisation nationale de l’enseignement technique », à égalité avec les autres ordres d’enseignement et sur « l’extension d’un enseignement supérieur technique, à l’intérieur de nos académies, sera nécessaire ». On verra ci-après que 1968 n’est pas éloigné.

15Le 8 novembre 1944, René Capitant, ministre de l’Éducation nationale du gouvernement de Gaulle, créé une « Commission ministérielle d’études pour la réforme de l’enseignement » et en nomme les membres. Le travail durera du 29 novembre 1944 au 12 juin 1947 et s’organise en quatre groupes, présidés par quatre savants (P. Langevin, Henri Piéron, Henri Wallon et Lucien Febvre). Après trente mois de travail appondis, de consultations et de débat, le rapport final est remis le 19 juin 1947 au ministre Naegelen… juste au moment où commence la Guerre Froide (5 mars, discours Truman à Fulton) et où débutent les gouvernements de Troisième force en France (ni gaullistes, ni communistes). Ce plan est mis sous le boisseau, mais il ne cesse – jusqu’à nos jours – de hanter ou d’inspirer les projets de réforme éducatifs qui se sont succédés en grand nombre. Dans le programme associé à cette puissante réflexion, on relève le regroupement des enseignements théoriques et techniques dans les universités, grâce à des « instituts techniques reliés aux facultés et aux centres d’études », ainsi qu’une formation pédagogique pour les intervenants extérieurs des « enseignements spéciaux » ; ceux-ci étant « des maîtres qui aient l’expérience de l’industrie, de l’agriculture, des affaires, de l’administration ». Ce sont là des éléments dont on retrouve des traces dans le projet compiégnois de 1972.

Projets et courants idéologiques (1951-1957)

16Entre temps les projets de loi se succèdent pour tenter de réformer le système éducatif (une quinzaine durant la IVe République), notamment au milieu des années 1950, sous les gouvernements Mendes-France, Edgar Faure et Guy Mollet. Soulignons en deux : celui du gouvernement Edgar Faure de 1955, préparé par le ministre Berthoin : dans une large mesure, c’est celui qui inspirera cinq ans plus tard le gouvernement de Gaulle, avec le même ministre (Berthoin) ; celui du gouvernement Guy Mollet en 1956-57, avec pour ministre René Billères (qu’on retrouve dans le débat parlementaire de 1968). C’est sous son autorité qu’est créé l’INSA de Lyon (Institut national des sciences appliquées), première grande mesure effective depuis Napoléon pour élargir le recrutement des écoles d’ingénieurs, y introduire des sciences sociales (un Centre des Humanités) et en transformer la pédagogie ; expérience dont s’inspireront (y compris pour s’en différencier), les fondateurs du projet Compiègne.

17L’influence proprement gaulliste est loin d’être négligeable dans un contexte politique qui marginalise ce courant. Michel Debré, alors sénateur du RPF, propose en 1951 des « facultés ouvrières de technique et de culture » qui auront une certaine influence dans la création des centres régionaux du CNAM (décret du 25 juillet 1952). N’oublions pas de Gaulle et ses propres convictions, qui, même s’il connaissait peu l’Université, s’intéressait de longue date à la formation et à l’éducation. Dès 1934, dans son livre fondateur Vers l’armée de métier, à « la Technique » (p. 48-82), il conclut sur l’importance de former et de sélectionner des personnes qualifiées (p. 59). Il y reviendra dans son appel du 18 juin 1940 (« foudroyés aujourd’hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre à l’avenir par une force mécanique supérieure. »)

Le premier âge d’or de la Ve République (1959-1966)

18Dès les premiers mois du nouveau régime, de Gaulle pousse à un développement de l’enseignement supérieur technique : le 17 avril 1960, en le décentralisant (vers Lyon, Toulouse, la Bretagne), par exemple avec deux nouveaux INSA en 1961(Rennes et Toulouse), puis avec cinq ENI (écoles d’ingénieurs « de fabrication » dans des villes d’arsenaux) à Belfort, Brest, Metz, Saint-Étienne, Tarbes). Dernière grande œuvre pour le Supérieur technique, la création des IUT en deux ans pour former des techniciens par la voie universitaire, en 1966, qui va au-delà de la création des BTS en 1962 (implantés en lycées). Devant la difficulté à changer les écoles d’ingénieurs, il avait en 1961, confié à André Boulloche, une mission sur le devenir des grandes écoles, dont le rapport est remis en septembre 1963. Très critique sur leur pédagogie, ce rapport définit ce que pourrait être le profil de nouveaux établissements supérieurs techniques : sortir de l’encyclopédisme et de l’excès de spécialisation ; acquérir une solide base scientifique, avec des programmes élagués, complétée par une éducation permanente, incluant des sciences économiques et de la sociologie du travail ; réduire les cours magistraux, utiliser les méthodes actives, généraliser les stages, développer la recherche. Autant d’éléments qu’on retrouve dix ans plus tard, amplifiés dans le projet de Compiègne…

De Caen (1956) à Caen (1966)

  • 10 AN, 17bis/17510.

19Le premier colloque de Caen, tenu en novembre 1956, dans une ville fraichement reconstruite, organisé par l’entourage de Pierre Mendes-France, est porté principalement par les chercheurs scientifiques10. L’accent est principalement mis sur un accroissement quantitatif (étudiants, personnels, locaux, laboratoires, nombre de techniciens et d’ingénieurs à diplômer).

  • 11 AN, 1870 191/2.

20En novembre 1966, peu après la création des IUT, survient le second colloque de Caen, organisé par l’AEERS (Association d’étude pour l’expansion de la recherche scientifique)11 ; il insiste davantage sur la qualité et sur la recherche. Deux de ses recommandations sont ici à souligner :

  • La création d’universités expérimentales, qui seraient sélectives (« universités publiques, autonomes, compétitives, diversifiées ») ; trois sont projetées, dont l’une au sud de Paris : Montrouge, Tours et Marseille-Luminy (dont le principal inspirateur sera en 1971, l’un des trois candidats à la direction de Compiègne : M. Metzger).
  • La création d’une vingtaine d’universités, avec un maximum d’étudiants limité à 20 000, pour « constituer une quinzaine d’universités dans la région parisienne et plusieurs universités dans les principales métropoles d’équilibre ».
  • 12 Pierre Aigrain, intervention à l’université Paris 1, 27 avril 1978 [http://picard1.ivry.cnrs.fr].

21Le rapprochement avec les mesures prises ou envisagées fin 1968 est éclairant ! Mais en 1966, la politique gaulliste, de plus en plus contestée est à bout de souffle, enlisée voire bloquée. À tel point qu’au 1er juillet 1967, Pierre Aigrain, qui a présidé à la naissance des IUT démissionne de la direction de l’Enseignement supérieur (« la raison de mon départ a été que je n’arrivais plus à mettre en place l’évolution prévue par le colloque de Caen »)12. C’est précisément de cet affrontement entre une politique de sélection à l’entrée de l’Université et d’une aspiration populaire élargie à la démocratisation des études, que surgit le mouvement de mai 1968 à l’Université.

1968-1972 : des mouvements à la création de Compiègne

22Au cours de l’été 1968, parmi le flux des revendications, des projets, l’idée d’université technique parvient au premier plan des préoccupations, aussi bien collectives, personnelles que du côté ministériel ou chez les parlementaires.

1968 : vers une « Université technique »

  • 13 Comme à Nancy où une commission mixte de professeurs (« jeunes turcs ») et d’étudiants a rédigé et (...)

23Des centaines de débats, de réunions de tous ordres se sont tenus en mai-juin 1968, débouchant sur autant de motions, rédigées sur tel ou tel point ou sur la globalité de l’enseignement supérieur, avec des propositions de réformes, souvent envoyées au ministère de l’Éducation nationale13.

24Le 24 juillet 1968, devant l’Assemblée nationale, Edgar Faure présente les grands axes selon lesquels l’enseignement supérieur devrait être réformé. Gérald Antoine, qui a participé à la préparation de ce discours, le résume en dix points, dont l’un prévoit de « réhabiliter les sciences et les techniques » dans l’enseignement secondaire. Edgar Faure souligne également la nécessité de prévoir un enseignement supérieur technique long (donc au-delà de l’IUT). Dans l’air au moins depuis 1966, cette question passe désormais au premier plan. Dès le lendemain 25 juillet, Vladimir Mercouroff, membre du cabinet Faure, énonce un principe très important pour la suite, y compris pour l’UT de Compiègne :

  • 14 AN, 1870 192/42 ; et témoignage d’Alain Bienaymé, le 18 novembre 2010, membre de plusieurs cabinet (...)

« “Ceci rend la Technique, par nature même, pluridisciplinaire ; elle ne peut donc se développer que dans un cadre adapté, celui d’Universités techniques (ou éventuellement de Départements techniques) dans des universités généralistes.” Quant à leur vocation : “Elles devraient s’organiser autour de la recherche appliquée, développée dans des instituts techniques spécialisés. L’enseignement devrait conduire à des diplômes d’ingénieurs, d’ingénieurs-docteurs, DEA techniques”14. »

  • 15 M-Y. Bernard, Les Instituts universitaires de technologie, Paris, Dunod, 1970.

25Michel-Yves Bernard qui, sous l’autorité de Pierre Aigrain, avait conçu les IUT15, précise en cinq points ce que pourrait être une université technique :

  • 16 AN, 1870 192/42.

« Un établissement universitaire autonome groupant un minimum de 1 000 étudiants et de 100 enseignants à plein temps, pour “la formation d’ingénieurs et de cadres supérieurs du secteur tertiaire”, l’entrée dans les universités techniques est sélective, il “peut gérer des filiales”, qui possèdent chacune leur corps enseignant et sont beaucoup moins autonomes car l’enseignement y est plus codifié (par ex. des IUT ou des “collèges préparatoires” à bac + 2), il possède “au moins un et autant que possible plusieurs instituts de recherches en vue des applications”16. »

26On est ici assez proche des analyses du colloque de Caen de 1966, et… pas très éloignés des documents de base qui serviront trois ans plus tard à la préparation du projet d’Université à Compiègne.

27Deux semaines plus tard, Alain Wisner, qui dirige le laboratoire d’ergonomie du CNAM depuis 1966, rend visite au cabinet Edgar Faure, où il est reçu par A. Bienaymé (un des concepteurs et bientôt un des premiers professeurs de Dauphine) à qui il adresse le lendemain (7 août 1968) une note de synthèse intitulée : « Pour l’université technique. » Il insiste, lui aussi, sur l’autonomie de la technique (qui doit être séparée des facultés des sciences) et plaide pour qu’une large place soit réservée aux Sciences humaines et sociales :

« À côté des disciplines liées aux sciences et aux activités industrielles, l’information, l’économie, les finances, les sciences de l’homme au travail dans l’entreprise sont également nécessaires. »

  • 17 Selon le souvenir qu’en garde Jean Saurel (entretien du 3 juin 2010). Celui-ci démissionne de Cler (...)

28Entre M.-Y. Bernard, lui aussi professeur au CNAM, W. Mercouroff (sciences physiques et informatique), A. Bienaymé (économie) et A. Wisner (médecine et ergonomie) l’idée d’« université technique » est travaillée durant l’été 1968, selon une configuration intellectuelle élargie par rapport aux IUT créés deux ans auparavant, plus large aussi que la plupart des écoles d’ingénieurs du moment, et finalement assez proche de ce que deviendra l’Université de Compiègne quatre ans plus tard. Très vite un lieu est fixé pour expérimenter cette « université technique » : ce sera Villetaneuse. Le choix est fait en octobre 1968 au plus tard, puisque c’est à cette date que Jean Saurel, doyen de la faculté des sciences à Clermont-Ferrand, est pressenti (probablement par Michel Alliot, directeur du cabinet Edgar Faure) pour créer une « université de technologie à Villetaneuse17 ».

Le débat parlementaire (21 septembre-7 novembre 1968)

  • 18 Assemblée nationale, JO., Bulletin des Commissions.
  • 19 Ainsi Jacques Monod, prix Nobel en 1965, se fait durant l’été 1968 le porte-parole des grands scie (...)
  • 20 On peut ajouter, et ce n’est pas le moindre, l’appui de Michel Debré : dans une lettre à Edgar Fau (...)

29Le dossier technique d’une future « université technique » est déjà instruit lorsque débute le débat sur le projet de loi d’orientation de l’enseignement supérieur, le 21 septembre. De plus de nombreuses consultations ont déjà eu lieu18, des débats en commission, sans oublier les innombrables courriers spontanés qui accompagnent toujours ce type d’événement et les interventions diverses19. Le 7 novembre, cette loi est unanimement votée (sauf abstention communiste). En ce qui concerne l’enseignement supérieur technique, trois interventions à l’Assemblée révèlent à la fois un consensus fort entre PCF, gauche radicale-socialiste et le mouvement gaulliste (une fraction au moins) : le 3 octobre Roland Leroy souligne « la nécessité de développer l’enseignement technologique au sein des universités », rejoint par René Billères (l’ancien ministre radical-socialiste de 1956-1957, créateur de l’INSA de Lyon), qui propose « dans le supérieur la création d’un grand enseignement technique moderne ». Quant à Jean Capelle (ingénieur, ancien recteur, premier directeur de l’INSA de Lyon en 1957, ancien haut-fonctionnaire au ministère de l’Éducation nationale jusqu’en 1966), tout récemment élu député UDR, il intervient en commission pour soutenir « la création d’universités techniques, distinctes des instituts actuels ». C’est dire qu’une très large convergence politique s’établit sur le projet d’université technique préparé par le cabinet Faure, projet qui semble dès lors avoir réuni toutes les conditions du succès20.

Villetaneuse, université technique pilote (octobre 1968-avril 1969)

  • 21 Villetaneuse, où le premier projet de collège universitaire date de 1960, le premier projet d’IUT (...)
  • 22 On peut penser que le cabinet fait alors, à la demande du ministre, ce que font tous les cabinets (...)
  • 23 Bernard Decomps, entretien du 12 septembre 2011.

30À la rentrée universitaire de 1968, le cabinet Faure avait réfléchi aux premières implantations possibles de cette « université technique ». Dans une note (non datée), M.-Y. Bernard passe en revue plusieurs sites possibles : Orsay-Saclay, Chatenay-Malabry (« ex-École Centrale »), « rue Saint-Martin (ex-CNAM)… ou Villetaneuse, sur qui le choix se porte finalement21. De note en note, l’analyse du cabinet Faure se précise, avec l’idée de « prendre pour objectif la réorganisation de la banlieue Nord autour de l’université » (note Bernard et Chalin, 1er trim. 1969), qui serait une université technique avec des sciences humaines et sociales. Au plan politique, Michel Alliot précise (5 novembre 1968 et 29 janvier 1969) que le ministère « penche pour Villetaneuse ». Autre son de cloche, le 10 avril 1969, une note interne (A. Bienaymé à M. Alliot) mentionne « notre décision de différer Villetaneuse », sans que les raisons en soient précisées. La raison majeure se trouve certainement dans l’incertitude politique du moment. Le 24 mars de Gaulle et le gouvernement ont décidé un référendum sur la décentralisation pour le 27 avril. Le Non l’emporte, et de Gaulle démissionne dans la nuit, puis Georges Pompidou sera élu le 15 juin 1969 à la Présidence de la République. Cependant le gouvernement (donc le cabinet Edgar Faure) continue jusqu’au 22 juin 1969. C’est pendant cette semaine qui sépare l’élection de G. Pompidou et la dissolution du gouvernement Couve de Murville, que Michel Alliot signe (au nom de son ministre Edgar Faure) à l’attention de quatre recteurs, une curieuse lettre22 qui a pour objet le « lancement de formations expérimentales technologiques au niveau ingénieur » (datée du 19 juin 1969). Cette lettre précise que « Au cours des débats parlementaires concernant le loi d’orientation, le problème était évoqué à propos d’un projet d’université technologique à Metz, mais ce sont les universités de Clermont-Ferrand, Lille, Montpellier et Paris qui, en février 1969, pouvaient être indiquées comme présentant les plus favorables dans l’immédiat ». Par ce courrier, le ministère autorise « à compter du 1er octobre 1969, dans ces quatre universités, l’organisation de formations expérimentales destinées à être sanctionnées par un titre d’ingénieur ». C’est dire, qu’au-delà de l’expérimentation, le mouvement pour créer les universités techniques est lancé dans des conditions très précaires ! Notons que (dans ce courrier), le 4e lieu d’implantation est nommé « Paris », terme vague qui peut encore désigner Villetaneuse… ou laisser la porte ouverte à d’autres lieux au nord de la capitale. Quoi qu’il en soit, en cet automne 1969, les premiers enseignants sont recrutés pour la rentrée de Villetaneuse : après Jean Saurel, ce seront Marcel Jozefowics, Bernard Decomps qui précise avoir été recruté sur proposition de W. Mercouroff, pour créer « un second Orsay, au nord de Paris pour les sciences et les techniques23 ». Avec le gouvernement Chaban-Delmas (20 juin 1969-5 juillet 1972), et Olivier Guichard comme ministre succédant à Edgar Faure, le projet se poursuit néanmoins, avec comme premier objectif de mettre en place des « maîtrises des sciences et techniques » (MST). Bernard Decomps est choisi (par O. Guichard) pour animer un « groupes des industries mécaniques et électroniques » (« groupe très UIMM », dit-il), groupe qui définira le cahier des charges de la MST pour Villetaneuse. On en est là fin 1969, début 1970…

Un autre projet… ailleurs (1970-1972)

  • 24 « De Harvard à Fontainebleau », entretien avec Bernard Colasse et Francis Pavé, dans Annales des M (...)
  • 25 Michel Debré, lettre à Edgar Faure, 4 mars 1969.

31À ce moment-là, une autre initiative surgit : fin 1968, Olivier Giscard d’Estaing (qui vient d’être élu député… de Nice) et qui dirige un organisme de formation à Fontainebleau (INSEAD)24, transmet au cabinet Edgar Faure (via Robert Galley, secrétaire d’État à la Recherche scientifique auprès du Premier ministre) un projet émanant de l’OCDE, qui envisage d’implanter à Fontainebleau un Institut international de technologie. À deux reprises (5 novembre 1968 et 29 janvier 1969) M. Alliot lui précise qu’Edgar Faure préfèrerait que ce nouvel Institut s’implantât à Villetaneuse, où il « complèterait heureusement la nouvelle université technologique ». Mais survient un débat de fond en mars 1969, car Michel Debré préfère « consacrer notre argent et nos peines à un effort de caractère national » plutôt qu’à « un nouvel institut international aux objectifs imprécis25 ». L’Institut OCDE s’implantera plus tard à… Milan tandis que Villetaneuse comme prototype d’université technique est abandonnée. À quelques jours ou semaines près (mars-avril 1969), les deux projets disparaissent, sans qu’on puisse formellement relier ces deux coups d’arrêt. Jean Saurel, chargé de mission pour créer l’université de Villetaneuse, témoigne d’un « flottement » dans les derniers mois du cabinet Faure (entretien cité). Quelques mois plus tard, Olivier Guichard annoncera que le projet initialement prévu ne se fera pas à Villetaneuse (témoignage M. Jozefowics).

  • 26 Lamard et Lequin, La technologie entre…, op. cit. p. 91.
  • 27 Entretien cité, 3 juin 2010.
  • 28 Pascal Maurice : polytechnicien, ingénieur du génie maritime, au CEA depuis 1970.
  • 29 Lettre de Delapalme aux auteurs, datée du 27 novembre 2009.
  • 30 Nous avons détaillé la suite dans notre livre La technologie entre…, op cit. p. 90-96.

32D’octobre 1969 à février 1970, un groupe de travail semble avoir été constitué pour profiler une « université des sciences et techniques Paris-Nord » (USTPN)26. Ses conclusions sont ultérieurement évoquées comme « rapport Saurel »… ce dont l’intéressé n’a aucun souvenir ; en revanche, il évoque l’hypothèse d’un groupe présidé par Désiré Arnaud (premier président de la Cour des Comptes)27. Quant à B. Delapalme (dans un entretien du 7 juillet 2009), il mentionne le projet d’un « secrétaire administratif du CEA », puis dans une lettre du 27 novembre 2009 cite Maurice Pascal28. Dans les deux cas, ce serait quelqu’un de l’équipe grenobloise de Louis Néel (dont Delapalme était également issu). Cette première phase est confuse, la recherche du nouvelle voie s’avérant manifestement laborieuse, en tout cas sans résultat (« Ledit Pascal avait abandonné le travail au bout de six mois, découragé par ses difficultés29 »). C’est alors, après quelques mois qu’Olivier Guichard fait appel à B. Delapalme (août 1970) pour reprendre ce projet USTPN, avec un nouveau groupe et selon de nouvelles instructions30.

Compiègne, en définitive

33Nouveau projet, nouveau lieu, ces deux aspects semblent liés : à mi-chemin de l’université et de l’entreprise, la future université de technologie est éloignée de l’Université (fût-elle nouvelle) et de la banlieue rouge (Villetaneuse/Saint Denis) et une nouvelle implantation est recherchée, plus au nord, plus au vert et plus à droite. Ce sera Compiègne. On peut résumer ce transfert en trois étapes.

  • 31 Lettre de Jérôme Monod, 2010.

34En 1969, alors que la ville de Compiègne travaille à l’aménagement de son territoire (juin 1969), Jérôme Monod (DATAR) annonce la création d’un centre universitaire à Compiègne31. Le 26 mai 1970, un conseil interministériel fait la synthèse des deux projets compiégnois (territorial et universitaire). C’est très certainement à ce moment précis que l’idée d’un nouveau profil universitaire prend tournure chez Olivier Guichard, qui trouve en août (dans son sérail du CEA) l’homme adéquat pour le mettre en œuvre : Bernard Delapalme.

35Entouré de hauts responsables comme Pierre Massé, Pierre Guillaumat, fort de sa contribution, en 1964, à la prospective « 1985 », B. Delapalme agit très rapidement puisqu’il présente à Olivier Guichard, en à peine plus d’un semestre – en janvier 1971, c’est fait – un plan détaillé d’université nouvelle ainsi que les noms de trois candidats à la direction du futur établissement. La question de la technologie est au cœur de l’actualité, puisque le 12 juillet 1971, le Parlement vote trois lois majeures sur ce thème, dont celle qui pose les bases de la formation continue en France. Cette loi-ci prévoit des aménagements possibles à la loi d’orientation de 1968, lorsqu’il s’agit de favoriser des expérimentations pédagogiques… dispositions qui surviennent opportunément pour les concepteurs de la nouvelle université compiégnoise. En octobre 1971, le ministre désigne un chargé de mission pour instruire le dossier administratif, puis en 1972 la dénomination du projet passe de « science et technique » à une « université de technologie », dont Guy Deniélou est chargé de poser les fondations. En septembre 1972, l’université de technologie de Compiègne s’ajoute, en Picardie, aux treize universités officiellement constituées en région parisienne depuis le 1er janvier 1971.

Conclusion

36Peut-on conclure que « l’université de technologie » inaugurée en 1972 à Compiègne, soit la fille de la loi d’orientation Edgar Faure et plus généralement de mai-juin 1968 ?

37Comme on l’a vu, le projet d’université technique a des racines antérieures de plus d’un siècle (1793, 1848, 1909), et suit des projets contemporains (issus du Front populaire, de la Résistance : plans Cathala, CNR, Capitant) et de la Libération (plan Langevin-Wallon). Ces projets ont connu des réalisations partielles en 1957 (INSA) et 1966 (IUT). Il est aussi plus récent puisque, pour une part, il se rattache aux trois lois du 12 juillet 1971 sur la technologie.

38Cependant, les universités de sciences et techniques sont directement issues de mai-juin 1968 (Villetaneuse, Clermont-Ferrand, Lille et Montpellier) et elles s’inscrivent complètement dans les préconisations de la loi d’orientation, tant sur le plan de la pédagogie que de la représentation (enseignants-chercheurs, personnels administratifs et techniques). Surtout, elles sont ouvertes aux bacheliers, sans sélection ; tandis que l’université de technologie, tout en repoussant la sélection sur concours (telle qu’elle était pratiquée par les grandes écoles) choisit ses candidats (sur dossiers et entretien de motivation. De ce point de vue, l’université de technologie initiale serait plus proche de la politique gaulliste de 1966-1967 et du colloque de Caen de 1966, que de la loi d’orientation. Signalons que la présence et le rôle actif de Pierre Aigrain dans ces trois cas (Caen, DGRST et UT de Compiègne) semble très significative de ce type de continuité.

39L’Université de technologie ne s’est pas généralisée comme troisième voie (entre universités et écoles d’ingénieurs), ainsi que l’imaginaient les parlementaires de 1968 lorsqu’ils s’accordaient sur des « universités techniques », ou Olivier Guichard en 1970. Après une quinzaine d’essais plus ou moins approfondis, seulement deux autres établissements de ce type ont vu le jour : Belfort-Montbéliard en 1985 et Troyes en 1992.

40Suggérons pour conclure que l’université de technologie procède du même processus (social, politique, culturel) qui a produit mai-juin 1968 et les issues qui lui ont été trouvées.

Notes

1 Nous avons publié un ouvrage détaillant l’histoire de la technologie et des universités de technologie en France : P. Lamard et Y-C. Lequin, La technologie entre à l’université. Compiègne, Sevenans, Belfort-Montbéliard… Belfort, Pôle éditorial UTBM. 2006.

2 T. Poullaouec, Le diplôme, arme des faibles. Les familles ouvrières et l’école, Paris, La Dispute, 2010.

3 Y.-C. Lequin, « De crises en avancées, la croissance de la classe ouvrière », p. 259-301, dans La France contemporaine, de 1789 à nos jours. Identité et mutations, Paris, Éditions sociales, 1982.

4 B. Delapalme, lettre à Yves-C. Lequin, 27 novembre 2009.

5 Fonds UTC ; copie d’une lettre confidentielle adressée à Olivier Guichard (par B. Delapalme). Datée du 2 février 1971, cette copie est adressée aux trois candidats au poste de directeur de la future UTC : « MM. Astier, Deniélou et Metzger ». Guy Deniélou est officiellement nommé le 25 octobre 1972 comme directeur, mais choisi par le groupe fondateur dès mai 1972.

6 Séminaire fondateur de l’UTC, château de Bellenglise, 16 septembre 1972. Comme discipline universitaire, la technologie fut fondée dès 1770 à Göttingen, puis largement diffusée dans les pays germaniques, où son fondateur, Johann Beckmann (auquel Deniélou se réfère parfois) la concevait comme un élément de science politique à l’intention des futurs gouvernants des États allemands.

7 À partir de mouvements populaires parisiens, une commission parlementaire se manifeste par un projet de loi porté par Lavoisier et Hassenfratz (août 1793). Elle propose (à l’échelle départementale) d’enseigner aux enfants de plus de 11 ans « les principes élémentaires de l’art social, de l’économie politique, du commerce, de la constitution et de la législation française ». Cet objectif n’est pas sans rappeler l’enseignement voisin de la technologie allemande des années 1770. Il devait être prolongé au niveau supérieur (entre « arts mécaniques » et « arts chimiques ») et chapeauté par des organismes de recherche. Ce projet fait partie de tous ceux qui ne seront pas adoptés, même si indirectement on peut penser qu’il a concouru à la création du CNAM l’année suivante. Sous la IIe République, le gouvernement adopte un décret (29 mars 1848) mandatant le CNAM pour « l’adoption d’un plan général d’éducation en faveur des classes industrielles ». Ce projet est contesté par la (toute nouvelle) Société des Ingénieurs civils, qui propose le 21 avril 1848, de créer une « Université industrielle ». Projet discuté, puis revu en baisse et finalement renvoyé aux oubliettes après la réaction conservatrice de 1850 : la France s’industrialisera quasiment sans enseignement technique. Sous la IIIe République les autorités française proclament que « on ne saurait en un mot, créer une Université d’enseignement industriel ». En 1909, le scientifique André Blondel propose de créer des « facultés techniques autonomes », rattachées à l’Université et incluant de la recherche. L’idée rebondit en 1912, puis en 1915, reprise par le sénateur Goy. Sans succès immédiat, en tout cas au niveau supérieur, puisque l’enseignement technique d’État fera ses début après la loi Astier de 1919.

8 AN, 71 AJ. 62.

9 AN, 71 AJ. 63. Il s’agit de Louis Maublanc, alors directeur de l’EPS d’Oran, membre de la Commission Capitant.

10 AN, 17bis/17510.

11 AN, 1870 191/2.

12 Pierre Aigrain, intervention à l’université Paris 1, 27 avril 1978 [http://picard1.ivry.cnrs.fr].

13 Comme à Nancy où une commission mixte de professeurs (« jeunes turcs ») et d’étudiants a rédigé et envoyé une motion qui aurait eu une certaine influence au cabinet Faure, selon le témoignage d’André Casadevall, rapporté par Marcel Jozefowics (entretien, 21 juillet 2010) : Statut de l’université lorraine, Commission instituée par le conseil de l’université, 19 juin 1968, 4 p. dactylo. AD Meurthe et Moselle.

14 AN, 1870 192/42 ; et témoignage d’Alain Bienaymé, le 18 novembre 2010, membre de plusieurs cabinets ministériels d’Edgar Faure.

15 M-Y. Bernard, Les Instituts universitaires de technologie, Paris, Dunod, 1970.

16 AN, 1870 192/42.

17 Selon le souvenir qu’en garde Jean Saurel (entretien du 3 juin 2010). Celui-ci démissionne de Clermont et s’installe à Paris en novembre 1968. Physicien, il avait mis en place une maîtrise de sciences et techniques, en relation avec Michelin.

18 Assemblée nationale, JO., Bulletin des Commissions.

19 Ainsi Jacques Monod, prix Nobel en 1965, se fait durant l’été 1968 le porte-parole des grands scientifiques et du colloque de Caen 1966 auprès d’Edgar Faure.

20 On peut ajouter, et ce n’est pas le moindre, l’appui de Michel Debré : dans une lettre à Edgar Faure, datée du 4 mars 1969, il expose comment en 1962, il avait vainement tenté (en force) de créer des « facultés techniques ». AN, 1890 192/48.

21 Villetaneuse, où le premier projet de collège universitaire date de 1960, le premier projet d’IUT de 1965, et la création du centre universitaire de 1969 : décret du 29 septembre). Voir J. Girault, J.-C. Lescure, L. Vadelorge (dir), Paris 13 : histoire d’une Université en banlieue (1970-2010), Paris, Berg, 2012.

22 On peut penser que le cabinet fait alors, à la demande du ministre, ce que font tous les cabinets dans des circonstances analogues : il « sauve les meubles ».

23 Bernard Decomps, entretien du 12 septembre 2011.

24 « De Harvard à Fontainebleau », entretien avec Bernard Colasse et Francis Pavé, dans Annales des Mines, décembre 1999, p. 4-12.

25 Michel Debré, lettre à Edgar Faure, 4 mars 1969.

26 Lamard et Lequin, La technologie entre…, op. cit. p. 91.

27 Entretien cité, 3 juin 2010.

28 Pascal Maurice : polytechnicien, ingénieur du génie maritime, au CEA depuis 1970.

29 Lettre de Delapalme aux auteurs, datée du 27 novembre 2009.

30 Nous avons détaillé la suite dans notre livre La technologie entre…, op cit. p. 90-96.

31 Lettre de Jérôme Monod, 2010.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46715/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 11k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540