Version classiqueVersion mobile

La loi Edgar Faure

 | 
David Valence
, 
Bruno Poucet

Troisième partie. Une loi peu ou mal appliquée ?

Présider une université après mai 1968 : le « cas » René Rémond à Nanterre

Charles Mercier

Texte intégral

  • 1 Témoignage de René Rémond dans I. Boussard, M.-J. Guédon et D. Wolf, Les institutions universitair (...)

« Le changement de dénomination, qui a substitué depuis 1968 l’appellation de président à celle de doyen pour désigner le responsable principal de nos institutions universitaires, n’est pas banale concession au désir de changement verbal qui masque si souvent dans notre société l’absence de véritables réformes : il accompagne et il exprime l’apparition d’une fonction profondément nouvelle dont l’originalité est à la mesure du renouvellement de l’institution : de même que les universités tranchent sur la composition et la pratique des anciennes facultés, de même la fonction de président innove grandement par rapport à celle de doyen. La chose était particulièrement manifeste pour les premiers présidents des nouvelles universités : nombre d’entre eux avaient connu la pratique antérieure à la loi d’orientation et il leur revenait d’en créer une nouvelle de toute pièce. Innover fut le lot de cette génération de fondateurs : ce fut leur risque permanent, leur aventure quotidienne et leur honneur1. »

1Voilà ce qu’écrivait René Rémond en 1977 au sortir de ses cinq années de présidence de Nanterre (entre février 1971 et février 1976), précédées par une année de décanat (entre mars 1970 et février 1971). Ces phrases mettent en évidence les liens entre la loi d’orientation et la présidence d’université. D’une part, la loi définit une nouvelle fonction qui n’existait pas avant 1968. Les présidents sont donc en quelque sorte les enfants de la loi. Mais ils en sont aussi les tuteurs ou les précepteurs, chargés de la mettre en application sur le terrain. Certes, dans ce travail d’envergure, ils ne sont pas seuls : les ministres successifs de l’Éducation nationale, leur cabinet et l’administration centrale jouent un rôle fondamental. Cependant, les présidents d’université, à l’interface entre la réglementation et la réalité du terrain, tiennent une place très importante également. En attendant la synthèse qui permettra de saisir globalement les liens entre la présidence d’université après 1968 et la loi d’orientation, nous nous proposons dans ce chapitre de procéder à l’étude d’un cas : celui de René Rémond à Nanterre.

2Le choix de ce terrain n’est pas sans intérêt. Nanterre constitue le lieu universitaire emblématique de l’après 68 en tant que berceau de la « commune étudiante ». Les médias sont particulièrement sensibles à tout ce qui s’y passe. Ils en font une sorte de baromètre annonciateur des tendances à venir. René Rémond rapporte à ce propos la confidence d’un des journalistes qui l’avait interviewé en tant que responsable universitaire :

  • 2 René Rémond, entretien avec Philippe Coudert et Marc Dessouter, Manosque, 6 septembre 2005 [enregi (...)

« Le rédacteur en chef leur disait, pour le même événement : si c’est en province, on n’a pas de place, on n’en parle pas. Si c’est une autre université parisienne on en parlera, si c’est Nanterre, c’est la première page2. »

3Les modalités de l’application de la loi d’orientation à Nanterre sont donc déterminantes pour les pouvoirs publics et pour l’opinion.

  • 3 L’expression est utilisée par René Rémond dans l’entretien avec Philippe Coudert et Marc Dessouter (...)
  • 4 La Règle et le consentement, Paris, Fayard, 1979.
  • 5 Les 142 boîtes qui composent actuellement le fonds sont cotées : Manuscrits, NAF 28390.
  • 6 Voir notamment sa correspondance conservée dans les articles 160 à 165 du versement 1208W.
  • 7 L’inventaire de ces témoignages se trouve dans C. Mercier, René Rémond, Nanterre et l’Université, (...)

4Le choix de la présidence de Rémond à Nanterre est aussi intéressant dans la mesure où, au sein de la première génération de présidents, l’auteur de La Droite en France est sans doute celui qui a le plus réfléchi, écrit, témoigné sur son expérience, avec notamment le livre qui est devenu une sorte de bréviaire3 pour un certain nombre de responsables universitaires : La Règle et le consentement4. L’étude de sa présidence peut en outre reposer sur des sources nombreuses : archives personnelles conservées à la BnF5, archives de Paris X-Nanterre conservées aux Archives départementales des Hauts-de-Seine6, sources imprimées et audiovisuelles, et un certain nombre de témoignages oraux que nous avons pu collecter7.

5Après avoir analysé comment Rémond interprète et exerce la fonction présidentielle créée par la loi d’orientation sur l’enseignement supérieur de novembre 1968, nous verrons comment il a cherché à mettre en œuvre celle-ci à Nanterre.

La fonction de président : du texte de loi à la réalité du terrain nanterrois

Les silences du texte de loi

6Si la loi du 12 novembre 1968 crée la fonction de président d’université, elle ne détaille pas vraiment quels sont ses pouvoirs et son rôle exact. Elle précise dans l’article 15 qu’il « assure la direction de l’université » et la « représente à l’égard des tiers ». L’article 37 mentionne qu’il est, avec les directeurs d’UER, « responsable de l’ordre dans les locaux et les enceintes universitaires ». L’article 23 stipule qu’il a autorité pour « autoriser le recouvrement des recettes et pour ordonnancer les dépenses dans la limite des crédits votés ».

  • 8 René Rémond, entretien avec Danièle Bernard et Françoise Lépagnot-Leca, 29 février 2000, programme (...)

7La loi ne fait pas clairement du président l’institution centrale de l’université. Deux autres instances peuvent potentiellement constituer le pivot des nouveaux établissements : le conseil d’université, représentant désormais toutes les catégories de l’établissement, et les directeurs des Unités d’enseignement et de recherche qui composent l’université. Interrogé en 2000, Rémond, qui a toujours défendu la loi Faure, concède que c’est là son principal problème : « Son seul défaut à mon sens est de ne pas avoir clairement indiqué où était le pouvoir8. »

  • 9 R. Rémond, « Note introductive à l’étude du pouvoir dans les Universités », Tapuscrit conservé aux (...)

8En novembre 1968, quand la loi est votée, la plupart des commentateurs pensent qu’il se situe plutôt du côté du conseil d’université et que, paradoxalement, la loi instaure dans les universités le gouvernement d’assemblée que la constitution a banni du système politique9. Tout l’effort de Rémond va consister, en partant de ce cadre législatif ambigu, à renforcer le pouvoir du président d’université à Nanterre.

À Paris X : des statuts favorables au pouvoir du président

9Son action se situe d’abord, en amont de sa présidence, au sein de l’assemblée constitutive provisoire, élue au printemps 1970 pour rédiger les statuts de la future université. En cohérence avec le principe d’autonomie, la loi d’orientation a en effet laissé le soin à chaque futur établissement de définir ses statuts au sein du cadre qu’elle avait instauré.

  • 10 Procès-verbal de l’assemblée constitutive provisoire de Paris X-Nanterre, séance du 27 mai 1970, A (...)

10À l’époque, Rémond n’est encore que doyen de la faculté des lettres et de sciences humaines, une structure qui perdure jusqu’à ce que l’université se mette en place en joignant aux UER de cette faculté ceux de la faculté de droit et de sciences économiques voisins. Dans cette assemblée constitutive présidée par un professeur de droit récemment arrivé à Nanterre, Eugène Schaeffer, il s’inscrit dans la commission chargée de réfléchir aux pouvoirs respectifs du président et du conseil10.

  • 11 R. Rémond, La Règle et le consentement, Paris, Fayard, 1979, p. 152.
  • 12 Procès-verbaux de l’assemblée constitutive provisoire de Paris X-Nanterre, séances des 16 septembr (...)

11Les comptes rendus des séances où ces questions de gouvernance sont abordées montrent que Rémond œuvre pour que le président soit élu à une majorité des deux tiers, afin qu’il ne puisse pas être l’homme d’une faction et que son pouvoir soit fondé sur un certain consensus. Il demande aussi qu’il puisse s’appuyer sur une équipe de collaborateurs qu’il sera libre de choisir et qui ne dépendront que de lui. C’est l’autoriser à constituer une forme de cabinet permettant de démultiplier son action et de renforcer son pouvoir face au conseil. Il plaide pour que le président soit le gardien de la légalité et puisse veiller au respect des statuts, lois et règlements par les autres instances de l’université. Par rapport à ces autres instances, notamment les UER, il est favorable à ce que l’université soit clairement bâtie sur un modèle fédéral et non confédéral. Rémond, qui dans le cas où il deviendrait président, ne souhaite pas être à la tête d’une « confédération où l’essentiel du pouvoir reste entre les mains des grands féodaux11 », demande et obtient que ce soit l’université et non les UER qui répartissent les crédits de recherche12.

  • 13 L’étude comparative des statuts des universités a été effectué par Marie-Geneviève Dezes dans le c (...)

12Les initiatives de Rémond, combinées à celles d’autres membres du conseil, aboutissent à des statuts, définitivement adoptés en décembre 1970. Mis en perspective avec ceux des autres universités, ils apparaissent très présidentialistes13. Le président y est non seulement libre de composer une équipe à son gré et de pouvoir choisir comme il l’entend ses vice-présidents, mais on lui reconnaît aussi le droit de désigner le secrétaire général. Il organise et dirige le personnel administratif et non enseignant. Par rapport au conseil d’université, il a « en toutes circonstances priorité pour prendre la parole, déposer des propositions et des amendements ». Le contrôle du conseil sur le président est relativement restreint puisque seules quatre séances annuelles sont obligatoires. Par ailleurs, l’assemblée constitutive a fait le choix d’un conseil renouvelé tous les ans. Comme le note Rémond :

  • 14 R. Rémond, « Note introductive au pouvoir dans les universités », art. cit., p. 3.

« Le président est élu pour cinq ans ; s’il est l’élu du premier conseil, pour le reste de son mandat, il ne tire plus son origine du conseil qu’il préside14. »

De l’usage rémondien des institutions

  • 15 Nicolas Lossky, entretien avec l’auteur, 7 novembre 2008 ; Colette Hazéra, entretien avec l’auteur (...)

13Comme de Gaulle, à qui certains de ses collaborateurs l’ont comparé pour ce qui est de la conception du pouvoir15, Rémond renforce le pouvoir présidentiel non seulement dans les textes mais aussi par la pratique, en faisant une interprétation maximale de ce qui est écrit dans les statuts, et ce dès son élection, le 27 février 1971.

  • 16 R. Rémond, La Règle et le consentement, op. cit., p. 120-131.
  • 17 Rémond avait notamment exigé d’être élu avec une majorité des deux tiers des membres du conseil. I (...)
  • 18 R. Rémond, La Règle et le consentement, op. cit., p. 133-134.
  • 19 M.-Ch. Gavet-Combecave, De Nanterre la folie à Nanterre université, histoire d’une institution uni (...)
  • 20 AD 92, 1208W, article 10 : lors de la première séance du conseil d’université consacrée à l’électi (...)

14Dans un contexte où la faculté était en pleine ébullition, Rémond avait été élu doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de Nanterre l’année précédente sans aucun compétiteur et presque malgré lui16. La charge n’était pas du tout attractive et la situation paraissait désespérée. En témoigne une caricature, publiée dans plusieurs journaux de province à la mi-mai 1970, dans laquelle un prisonnier se réveille en sursaut et dit à son compagnon de cellule : « J’ai fait un cauchemar épouvantable, j’ai rêvé que j’étais doyen à Nanterre » (document 1). Comme de Gaulle en 1958, Rémond était donc arrivé au décanat avec les habits de l’homme providentiel qui, se sachant le seul recours, pouvait poser ses conditions pour accepter d’exercer le pouvoir17. La situation n’est plus la même pour l’élection à la présidence de l’université, pour laquelle trois candidats sont présents dès le premier tour. La situation est redevenue plus calme et la fonction apparaît sans doute stratégique. Rémond, qui dit avoir hésité à se présenter18, doit affronter Eugène Schaeffer (ancien président de l’assemblée constitutive provisoire, qui représente les juristes favorables à une grande indépendance de l’UER de droit ainsi que le Syndicat autonome) et Jean Dubois, candidat du SNESup sur un programme de gauche. Rémond qui n’est élu qu’au quatrième tour doit donc donner des garanties, notamment au SNESup et à l’UNEF qui se rallient finalement à sa candidature19. Il prend néanmoins le soin de se présenter comme « au-dessus des partis » et non lié à une quelconque tendance de l’université20.

  • 21 Guy Laurent, entretien avec l’auteur, 21 juillet 2007.
  • 22 R. Rémond, La Règle et le consentement, op. cit., p. 402.

15La pratique présidentialiste de Rémond se traduit dans la présentation de l’organigramme de Paris X-Nanterre, qui place en haut au centre le président et non le conseil (voir document 2). Les connecteurs, qui ne sont pas fléchés, laissent à penser que tout part du président, dont l’autorité « rayonne » sur l’université. Pour devenir le « président-soleil », sans être pour autant un président absolu, Rémond fait le choix de présider personnellement les trois conseils (conseil de l’université, conseil scientifique – qui définit la politique de recherche – et conseil de la bibliothèque universitaire). Contrairement aux pratiques en usage dans les anciennes facultés où l’administration était du ressort du secrétaire général, il entend être le véritable chef du personnel administratif, réorganisé en fonction des besoins de l’université. Il crée directement sous ses ordres un service des affaires générales lui permettant d’être rapidement informé pour pouvoir bien décider21. Enfin Rémond veut coordonner le fonctionnement des UER. À cette fin, il crée un organe non prévu dans les statuts mais qui se révèle indispensable : une conférence des directeurs d’UER22.

16Défendre une conception forte de la présidence, Rémond le fait aussi avec ses partenaires externes à l’université, parmi lesquels le directeur des enseignements supérieurs. Il n’hésite pas à protester avec véhémence dès que ses prérogatives lui semblent remises en causes. C’est ainsi que, en décembre 1974, il adresse à Jean-Claude Dischamps, alors directeur des Enseignements supérieurs, ce courrier qui fait suite à la circulaire envoyée aux présidents pour fixer, en vertu d’un décret du 28 décembre 1885, les dates des vacances universitaires :

  • 23 AD 92, versement 1208W, article 163 : lettre de René Rémond à Jean-Claude Dischamps, décembre 1974

« Vous dirais-je qu’à lire ce texte, je suis tombé dans un profond étonnement ? Je croyais que, sans abroger toute la réglementation antérieure, l’autonomie conférée aux universités par la loi d’orientation laissait à leur président et à leur conseil le minimum d’initiatives pour des objets aussi mineurs que la date de départ en vacances pour Noël […]. Si j’ai cru nécessaire d’exprimer la réaction que m’a inspirée la lecture de cet intéressant document, c’est en raison de la conviction que j’ai qu’il ne faudrait pas beaucoup de textes analogues pour convaincre mes collègues présidents que l’autonomie est un mot vide de sens aux yeux de l’administration centrale23. »

La mise en œuvre des principes de la loi par le président Rémond

17Au-delà de la seule appropriation de la fonction présidentielle créée par la loi Faure, Rémond cherche aussi à mettre en œuvre les trois piliers de la loi du 12 novembre 1968 : l’autonomie, la pluridisciplinarité et la participation.

La participation

  • 24 R. Rémond, La Règle et le consentement, op. cit., p. 102.
  • 25 P. Riché, C’était un autre millénaire. Souvenirs d’un professeur de la communale à Nanterre, Paris (...)

18La mise en œuvre du principe de participation, Rémond la commence avant même d’être élu président, en février 1971. La participation, qui doit permettre à tous les membres de l’établissement, et non plus aux seuls professeurs, de gérer le fonctionnement de l’université par l’intermédiaire de représentants élus, est en effet devenue réalité dès février 1969, dans le cadre des facultés destinées à disparaître. Rémond avait alors été élu, aux côtés de Paul Ricœur, président de la commission chargée d’organiser les premières élections ouvertes à tous les membres de l’établissement24. Le défi était de taille car la faculté n’avait aucune expérience dans ce domaine. Par ailleurs, les groupes gauchistes étaient violemment hostiles au principe de la consultation qui risquait de faire apparaître leur véritable poids. Ils s’étaient donc employés à saboter le processus en intimidant les membres de la commission, en détruisant les affiches, en détournant, le jour de la consultation, les étudiants des bureaux de vote par différents stratagèmes : ils avaient notamment introduit des poules et un cheval orné d’un drapeau rouge dans la salle de vote25.

  • 26 Le Monde, 2-3 mars 1969, p. 9. Le taux moyen de participation dans les facultés des lettres est inf (...)

19La persévérance de Rémond pour organiser les élections avait malgré tout payé puisque près de 44 % des étudiants avaient participé, ce qui constituait un score un peu supérieur à la moyenne nationale des facultés de lettres (42 %), un chiffre lui-même au-delà des espérances du ministère26.

  • 27 I. Boussard, « Les étudiants et la participation. Les élections aux conseils d’UER et d’Université (...)
  • 28 R. Rémond, La Règle et le consentement, op. cit., p. 386-387.

20Quand il est élu président de Paris X-Nanterre, la pratique des élections est donc implantée à Nanterre et la participation des étudiants et de tous les personnels dans les conseils est devenue une réalité. Dans cette nouvelle fonction, Rémond s’attache à maintenir cette participation, sans néanmoins vraiment pouvoir empêcher le désinvestissement progressif des étudiants27. Aux élections de l’hiver 1970-1971, la participation n’est déjà plus que de 27 %. Rémond essaye de développer le vote par correspondance, institue la possibilité de voter blanc28 et envoie des circulaires pour sensibiliser les étudiants mais rien n’y fait : à l’image de ce qui se passe dans les autres universités, l’abstention augmente tout au long de son mandat. Il se refuse pourtant à y voir un échec d’un des trois piliers de la loi Faure :

  • 29 Ibid., p. 379. Rémond explique aussi le désinvestissement des étudiants pour les élections par un c (...)

« J’ai tout de suite pensé et dit à l’époque que la diminution du nombre de votants dans les années 1972, 1973, 1974 était le signe et la conséquence du retour à la normale au moins autant, sinon davantage, que le symptôme d’une désaffection à l’égard des institutions nées de la loi d’orientation29. »

La pluridisciplinarité

21La mise en œuvre de la pluridisciplinarité, c’est-à-dire le rassemblement dans une même institution de disciplines, et donc d’enseignants, qui n’avaient pas l’habitude de se côtoyer ni de travailler ensemble, constitue un autre chantier d’envergure pour le président Rémond, qui aurait pu reprendre à son compte ces phrases de son collègue de Rennes I, Claude Champaud :

  • 30 Témoignage de Claude Champaud dans I. Boussard, M.-J. Guédon et D. Wolf, op. cit., p. 66.

« Il me fallait donner en quelques mois une âme à ce corps disparate, écartelé entre des facultés qui s’ignoraient, des disciplines qui se jalousaient quand elles ne se méprisaient pas30. »

  • 31 C. Mercier, op. cit., p. 553-558.
  • 32 AN, 19870193, article 33 : Motion du conseil d’UER votée lors de la réunion du 17 octobre 1973 : « (...)

22La bataille de la pluridisciplinarité est particulièrement rude pour Rémond quand il s’agit de mettre en place les DEUG, qui instituent en 1973 des cursus fondés sur la polyvalence. La résistance vient de certains juristes qui, depuis la création de l’université, ont développé un vrai patriotisme d’UER et refusent toute ingérence de l’université dans le domaine pédagogique. Cette tendance, surtout représentée chez les enseignants de rang magistral, domine l’UER. Ses responsables présentent au conseil d’université une maquette de DEUG qui n’introduit aucune vraie pluridisciplinarité, sous prétexte que le droit est déjà en lui-même pluridisciplinaire. En fait, les juristes, qui considèrent que leur formation est la seule qui fonctionne au sein de l’université, répugnent à diluer leur enseignement avec ceux de leurs collègues littéraires. Rémond est donc obligé en septembre 1973 de dessaisir l’UER de droit du projet d’élaboration de la maquette de DEUG au profit de la commission des études de l’université31. Cela déclenche la fureur d’une partie des juristes qui font acte de sécession dans un document qui n’est pas sans rappeler la déclaration d’indépendance américaine32.

  • 33 C. Mercier, op. cit., p. 419-422.
  • 34 Voir les chapitres de Nassera Mohraz et de Jérôme Aust dans le présent ouvrage.

23Malgré ces oppositions, Rémond parvient néanmoins, grâce à de bonnes relations avec les ministres de l’Éducation nationale, à maintenir et à développer le caractère pluridisciplinaire de Nanterre33. Il évite ainsi, du moins au cours de sa présidence, que ne se reproduise à Paris X le scénario sécessionniste advenu à Lyon et à Aix-Marseille34.

L’autonomie

  • 35 P. Fridenson, « La politique universitaire depuis 1968 », Le Mouvement social, octobre-décembre 20 (...)
  • 36 Décret no 71-147 du 24 février 1971, publié au Journal officiel le 25 février 1971 et au Bulletin (...)

24L’autonomie consistait dans l’esprit des rédacteurs de la loi, à rendre les universités maîtresses de leurs objectifs, de leur organisation et de leur fonctionnement. C’est sans doute le maître mot de la première génération des présidents d’université qui, au sein de leur conférence, créée par quelques uns d’entre eux35, puis institutionnalisée par Olivier Guichard le 24 février 197136, en font leur mot d’ordre.

  • 37 C. Mercier, op. cit., p. 575 et p. 578-587.

25À Nanterre, Rémond cherche à exploiter l’autonomie pédagogique accordée par la loi en promouvant des nouvelles filières innovantes, notamment une licence pratique de langues vivantes, préfiguration du diplôme de langues étrangères appliquées, et une licence de lettres tournée vers l’animation culturelle et les emplois administratifs. Sur le plan financier, il s’emploie à donner un sens à la liberté laissée aux établissements pour répartir librement les crédits de fonctionnement alloués par l’État entre ses différentes composantes. Si dans un premier temps, il se contente d’une répartition bureaucratique et égalitaire entre les UER, il met progressivement en place un programme d’action visant à ventiler les ressources en fonctions d’axes stratégiques clairement définis37.

  • 38 C. Mercier, Autonomie, antonomies, René Rémond et le politique, universitaire aux lendemains de Ma (...)
  • 39 C. Mercier, op. cit., p. 172-182.

26Une autre partie du combat de Rémond pour développer l’autonomie se situe à l’échelle nationale, au sein de la CPU. Il bataille pour que la réforme des diplômes laisse le plus de marge possible aux universités tout en préservant un cadre national38. Durant sa première vice-présidence de la CPU, entre septembre 1974 et septembre 1975, il est aussi à l’origine, avec Jean-Louis Quermonne, d’une réflexion sur les moyens d’accroître l’autonomie financière des universités. Celle-ci aboutit en juillet 1975 à une modification de l’article 29 de la loi d’orientation qui permet aux établissements d’affecter les crédits d’heures complémentaires non utilisés à des achats de matériel ou à d’autres dépenses de fonctionnement. C’est une première étape vers la globalisation des ressources des universités39.

Conclusion

27À la fin de son mandat, en février 1976, Rémond ne peut se représenter. La loi a en effet institué la non-rééligibilité des présidents. Il peut quitter sa charge satisfait de la transformation opérée. Il a réussi à faire vivre et à donner consistance à une grande université reconnue pour la qualité de son enseignement et de sa recherche, dont l’image de marque s’est profondément transformée.

28En témoigne cet article du Figaro publié en novembre 1974 pour les dix ans de Nanterre (document 3). Deux photos illustrent la double page consacrée à l’histoire de Nanterre, une « université pas comme les autres ». La première montre des étudiants studieusement attablés, en train de prendre des notes. La deuxième montre d’autres étudiants manifestant. Une fille montée sur les épaules d’un garçon agite un drapeau qu’on devine rouge. La légende qui accompagne les photos est la suivante :

« Les deux visages de Nanterre : le temps du calme et de l’étude en 1974 et celui de la révolution, des “manifs” et des bombes lacrymogènes en 1968 et 1970. »

29Tout autant que la réalité de la transformation opérée, il montre le savoir-faire de Rémond en matière de communication.

  • 40 BnF, Manuscrits, NAF 28390, boîte 7, dossier 2 : lettre de René Rémond à Jean-Louis Quermonne, 1er(...)

30Sa réussite, Rémond a toujours voulu étroitement l’associer à la loi d’orientation, qui a constitué sa boussole. D’ailleurs, quand, après son départ, au printemps 1976, les projets de partition des juristes prennent consistance grâce à l’oreille bienveillante d’Alice Saunier-Seïté, devenue secrétaire d’État aux Universités, Rémond établit un lien avec la volonté de remettre en cause la loi d’orientation. Dans une lettre à Jean-Louis Quermonne, devenu directeur des Enseignements supérieurs, il dénonce « l’appétit de revanche de tous ceux qui ne [lui] pardonnent pas d’avoir tenté de montrer expérimentalement que la loi était viable40 ».

  • 41 BnF, Manuscrits, NAF 28390, boîte 7, dossier 2 : lettre d’Annie Kriegel à René Rémond, 14 mai 1976

31Si, incontestablement, la loi a constitué pour Rémond le fondement de son action, il n’est est pas moins vrai qu’il en a fait une interprétation toute personnelle, notamment pour son volet institutionnel. Dès lors, sa réussite à Nanterre témoigne peut-être autant de la pertinence du texte de loi en lui-même que de l’appropriation qu’il en a fait et de ses qualités exceptionnelles. C’est l’interprétation que fait Annie Kriegel du succès de la présidence Rémond : « Vous savez bien que votre cas est un cas heureux qui ne se reproduira pas » lui écrit-elle au printemps 197641. Seule l’étude comparée des présidences d’université entre 1968 et 1984 permettrait de valider ou d’invalider cette affirmation. Quoi qu’il en soit, le cas René Rémond atteste, par rapport à la problématique de cet ouvrage, d’une véritable adhésion aux principes de la loi Faure et d’un effort continu pour les appliquer.

Annexes

Annexes

Document 1. – Caricature parue dans plusieurs journaux de province à la mi-mai 1970. Source : Archives Emmanuel Rémond.

Document 1. – Caricature parue dans plusieurs journaux de province à la mi-mai 1970. Source : Archives Emmanuel Rémond.

Document 2. – Organigramme de Paris X sous la présidence de René Rémond. Source : Archives de l’université Paris Ouest, document communiqué par Anne Rohfritsch, non encore versé aux archives départementales.

Document 2. – Organigramme de Paris X sous la présidence de René Rémond. Source : Archives de l’université Paris Ouest, document communiqué par Anne Rohfritsch, non encore versé aux archives départementales.

Document 3. – Les deux visages de Nanterre. Source : Le Figaro, 6 novembre 1975.

Document 3. – Les deux visages de Nanterre. Source : Le Figaro, 6 novembre 1975.

Notes

1 Témoignage de René Rémond dans I. Boussard, M.-J. Guédon et D. Wolf, Les institutions universitaires françaises, situation actuelle, Notes et études documentaires, 28 octobre 1977, no 4 424-4 425-4 426-4 427, Paris, La Documentation française, 1977, p. 78.

2 René Rémond, entretien avec Philippe Coudert et Marc Dessouter, Manosque, 6 septembre 2005 [enregistrement gracieusement communiqué par Emmanuel Rémond].

3 L’expression est utilisée par René Rémond dans l’entretien avec Philippe Coudert et Marc Dessouter cité ci-dessus.

4 La Règle et le consentement, Paris, Fayard, 1979.

5 Les 142 boîtes qui composent actuellement le fonds sont cotées : Manuscrits, NAF 28390.

6 Voir notamment sa correspondance conservée dans les articles 160 à 165 du versement 1208W.

7 L’inventaire de ces témoignages se trouve dans C. Mercier, René Rémond, Nanterre et l’Université, les enfantements de 68. 1968-1976, vol. 2, [thèse de doctorat], Paris1-Panthéon-Sorbonne, 2011.

8 René Rémond, entretien avec Danièle Bernard et Françoise Lépagnot-Leca, 29 février 2000, programme « Témoins et acteurs des politiques d’éducation ». Lyon, service d’histoire de l’éducation de l’IFé.

9 R. Rémond, « Note introductive à l’étude du pouvoir dans les Universités », Tapuscrit conservé aux Archives nationales, versement 19980154, article 7, « Rapports issus de la journée d’études du 16 juin 1973, organisée par l’Association française de science politique : le pouvoir dans une institution non politique, l’Université ».

10 Procès-verbal de l’assemblée constitutive provisoire de Paris X-Nanterre, séance du 27 mai 1970, AD 92, versement 1208W, article 7.

11 R. Rémond, La Règle et le consentement, Paris, Fayard, 1979, p. 152.

12 Procès-verbaux de l’assemblée constitutive provisoire de Paris X-Nanterre, séances des 16 septembre, 7, 11, 14 19 et 21 octobre, 18 novembre 1970, AD 92, versement 1208W, articles 6-9.

13 L’étude comparative des statuts des universités a été effectué par Marie-Geneviève Dezes dans le cadre du colloque de science politique organisé en 1973 intitulé « Le pouvoir dans une institution non politique : l’université » (Marie-Geneviève Dezes, « Le président d’université », Tapuscrit conservé aux Archives nationales, versement 19980154, article 7, cité supra).

14 R. Rémond, « Note introductive au pouvoir dans les universités », art. cit., p. 3.

15 Nicolas Lossky, entretien avec l’auteur, 7 novembre 2008 ; Colette Hazéra, entretien avec l’auteur, 14 août 2008, Guy Lachenaud, entretien avec l’auteur, 15 novembre 2010.

16 R. Rémond, La Règle et le consentement, op. cit., p. 120-131.

17 Rémond avait notamment exigé d’être élu avec une majorité des deux tiers des membres du conseil. Il avait aussi demandé et obtenu la constitution d’une équipe décanale librement choisie, une trêve des organisations syndicales, l’arrêt des attaques personnelles, la reconnaissance de la possibilité pour la police d’intervenir sur le campus, l’élaboration d’un règlement intérieur et la mise en place d’une commission des libertés (procès-verbal de la séance du conseil transitoire de gestion de la faculté des lettres de Nanterre, 19 mars 1970, archives privées de Pierre Riché).

18 R. Rémond, La Règle et le consentement, op. cit., p. 133-134.

19 M.-Ch. Gavet-Combecave, De Nanterre la folie à Nanterre université, histoire d’une institution universitaire 1964-1972, [thèse de doctorat], Paris X, 1999, p. 205.

20 AD 92, 1208W, article 10 : lors de la première séance du conseil d’université consacrée à l’élection, Rémond déclare vouloir « assurer le “consensus” au sein de l’Université, écarter toute compétition de groupes, en recourant, comme lui-même l’a toujours fait, à la consultation permanente » (PV de la séance du conseil d’université, 26 février 1971).

21 Guy Laurent, entretien avec l’auteur, 21 juillet 2007.

22 R. Rémond, La Règle et le consentement, op. cit., p. 402.

23 AD 92, versement 1208W, article 163 : lettre de René Rémond à Jean-Claude Dischamps, décembre 1974.

24 R. Rémond, La Règle et le consentement, op. cit., p. 102.

25 P. Riché, C’était un autre millénaire. Souvenirs d’un professeur de la communale à Nanterre, Paris, Taillandier, 2008, p. 203.

26 Le Monde, 2-3 mars 1969, p. 9. Le taux moyen de participation dans les facultés des lettres est inférieur à celui des IUT (77,3 %), des facultés de médecine et de pharmacie (65,3 %), des facultés de droit et de sciences économiques (60 %) et des facultés de sciences (46 %). Sur ce sujet, voir J. de Chalendar, Une loi pour l’université, Paris, DDB, 1970, p. 139.

27 I. Boussard, « Les étudiants et la participation. Les élections aux conseils d’UER et d’Universités », Revue française de sociologie, 1980, no 21-1, p. 77-96.

28 R. Rémond, La Règle et le consentement, op. cit., p. 386-387.

29 Ibid., p. 379. Rémond explique aussi le désinvestissement des étudiants pour les élections par un changement de leurs centres d’intérêt : « Préoccupés exclusivement de leurs études, les plus jeunes refusent de distraire un peu de temps à la préparation des examens. Ne restent plus que des militants qui, par discipline et ferveur idéologique, vont aux élections comme en service commandé. »

30 Témoignage de Claude Champaud dans I. Boussard, M.-J. Guédon et D. Wolf, op. cit., p. 66.

31 C. Mercier, op. cit., p. 553-558.

32 AN, 19870193, article 33 : Motion du conseil d’UER votée lors de la réunion du 17 octobre 1973 : « Le conseil d’UER […] constate que l’incompréhension ou le mauvais vouloir du Président de l’Université à l’égard des besoins et des problèmes propres aux juristes, bien que supportés depuis longtemps avec une grande patience, dépassent en ces lettres les limites du supportable ; se voit contraint de ne plus dissimuler que le Président de l’Université a entièrement perdu la confiance de cette UER ; invite par conséquent tous les juristes élus au Conseil de l’Université à ne plus siéger au dit conseil ; mandate son directeur pour entreprendre toutes démarches utiles afin que l’UER de Sciences juridiques obtienne aussitôt que possible un statut garantissant l’autonomie pédagogique et administrative lui permettant de remplir convenablement sa mission traditionnelle sans préjudice de la mise en place des nouvelles filières de formation. »

33 C. Mercier, op. cit., p. 419-422.

34 Voir les chapitres de Nassera Mohraz et de Jérôme Aust dans le présent ouvrage.

35 P. Fridenson, « La politique universitaire depuis 1968 », Le Mouvement social, octobre-décembre 2010, no 233, paragraphe no 11.

36 Décret no 71-147 du 24 février 1971, publié au Journal officiel le 25 février 1971 et au Bulletin officiel de l’Éducation nationale le 4 mars 1971, p. 624-625.

37 C. Mercier, op. cit., p. 575 et p. 578-587.

38 C. Mercier, Autonomie, antonomies, René Rémond et le politique, universitaire aux lendemains de Mai 1968, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, p. 61-70.

39 C. Mercier, op. cit., p. 172-182.

40 BnF, Manuscrits, NAF 28390, boîte 7, dossier 2 : lettre de René Rémond à Jean-Louis Quermonne, 1er juin 1976.

41 BnF, Manuscrits, NAF 28390, boîte 7, dossier 2 : lettre d’Annie Kriegel à René Rémond, 14 mai 1976.

Table des illustrations

Titre Document 1. – Caricature parue dans plusieurs journaux de province à la mi-mai 1970. Source : Archives Emmanuel Rémond.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46709/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Document 2. – Organigramme de Paris X sous la présidence de René Rémond. Source : Archives de l’université Paris Ouest, document communiqué par Anne Rohfritsch, non encore versé aux archives départementales.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46709/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Titre Document 3. – Les deux visages de Nanterre. Source : Le Figaro, 6 novembre 1975.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46709/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search